vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Philippe Starck signe le nouveau chai de Carmes Haut-Brion #visite

Le designer Philippe Starck n’arrête pas de nous surprendre, il est toujours là où on ne l’attend pas vraiment…!

Il y a deux ans à peine, il a signé une cuvée de champagne en collaboration avec la Maison Louis Roederer. Il ne s’est pas contenté de designer juste une étiquette ou emballage, c’était une création de sa propre cuvée selon ses critères et son goût et je ne le cache pas que c’est une belle réussite.

Bref, c’est juste une parenthèse…

Nouveau chai de Carmes Haut-Brion

Nouveau chai de Carmes Haut-Brion by Philippe Starck

Aujourd’hui Philippe Starck signe son premier chai, le nouveau chai de Les Château Carmes Haut-Brion, une œuvre magistral, sobre, élégant et surtout efficace, dans un milieu urbain dans la ville de Bordeaux !

Un chai en forme d’une lame de métal brut qui jaillit des flots, presque comme un bateau à l’envers caché dans les eaux ténèbres.

Cuvier graviter en divers matériaux

Cuvier graviter en divers matériaux

Chai d'élevage à 300 barriques

Chai d’élevage à 300 barriques

utilisation de jarres en terre cuite pour une partie des vins

utilisation de jarres en terre cuite pour une partie des vins

L’ouvrage de 2000 m2, repartit sur quatre niveaux entre les activités réceptives et techniques. Le chai d’élevage à 300 barriques entièrement enterré sous le niveau de la surface du plan d’eau afin de garder la température et hydrométrie idéal. Ensuite le niveau de réception de la vendange avec un cuvier gravitaire ultra moderne, les cuves en formes et matériaux différents comme le bois, l’inox et du béton afin de respecter chaque cépage et chaque terroir du Château. Enfin la salle de dégustation très design (cela va de soi) et une terrasse panoramique.

« Le vin qui est l’aboutissement d’un savoir humain empirique et malgré tout exacte, est si extraordinaire, si magique qu’il n’a pas besoin d’un geste architectural. Aussi pour respecter son mystère, nous devions aller vers le minimum d’un chai avec ses espaces pour abriter les cuves et les barriques » Philippe Starck

Son idée est de faire un « non bâtiment »

Luc Arsène-Henry, architecte connu et reconnu dans le paysage viticole bordelais a rendu tout simplement possible les idées de Srarck.

« Nous avons cherché avant tout à faire de ce chai un outil efficace.

Si la technicité est un dû : l’architecture et le design sont des arts, ils se doivent d’y apporter l’émotion.

Exempt de toute gesticulation architecturale, il exprime à l’image de son vin finesse et élégance » Luc Arsène-Henry

Grand Zoom sur les Carmes Haut-Brion

Château Les Carmes Haut-Brion

Château Les Carmes Haut-Brion

Si le vignoble était historiquement hors les murs, il est aujourd’hui entouré par la ville et constitue désormais un véritable vignoble urbain clos de murs.

Cette situation de vignoble de ville est très intéressante : le milieu urbain propose un climat moins froid, donc moins gélif, et plus propice à une meilleure maturité de la vigne. Par ailleurs, le parc paysager qui l’entoure, entretient un écosystème accueillant pour les prédateurs des insectes nuisibles pour la vigne.

Autre singularité de ce vignoble est son encépagement avec une très grosse proportion de Cabernet Franc soit 40% avec 18% de Cabernet Sauvignon et 42% de Merlot.

Le vignoble de 10 ha s’étend, en outre, sur deux coteaux séparés par le lit d’un cours d’eau, le Peugue, où les sols sont constitués d’un mélange, en proportions variables, de grave, d’argile et de sable. L’alliance du terroir et du microclimat ambiant contribue indéniablement à l’élégance et la finesse des vins de Carmes.

Depuis 2010 le Château les Carmes Haut-Brion est la propriété de Patrice Pichet, Groupe Pichet (premier groupe immobilier unifamilial de France).

Guillaume Pouthier, directeur d’exploitation fait des vins remarquables avec des précieux conseils de Stéphane Derenoncourt.

Le Millésime 2015 a pu déjà profité en avant première de ces nouvelles installations ultra modernes, pratiques et très performantes.

Grand Zoom sur les créateurs

Philippe Starck (à gauche) et Luc Arsène-Henry devant le nouveau chai

Philippe Starck (à gauche) et Luc Arsène-Henry devant le nouveau chai

Philippe Starck

Designer.

Sa compréhension profonde des mutations contemporaines, sa détermination à changer le monde, sa vigilance précoce pour les implications écologiques, son amour des idées, son souci de défendre l’intelligence de l’utile – et l’utilité de l’intelligence – l’ont transporté de création iconique en création iconique.

Ce citoyen du monde, infatigable et rebelle, considère comme un devoir le partage de sa vision éthique et subversive d’une planète plus juste, et crée des lieux non conventionnels et des objets dont le but est d’être «bons» avant d’être beaux.

Luc Arsène – Henry

Architecte

Auteur d’une production très éclectique de dimension régionale à internationale, Conscient que l’Architecture intéresse aussi bien la petite cuillère que l’aménagement du territoire, il apporte à chaque projet la même passion et la même rigueur, à la recherche d’une réponse « juste », éloignée des modes et de toute gesticulation architecturale. Il poursuit en permanence la recherche du « mieux-vivre ». Il a réalisé de nombreux chais comme : Ducru, Beaucaillou, Pichon Longueville, Gloria, Saint-Pierre, Petit Village ainsi que Porto Cruz à Porto.

Bref résumé en chiffres

Château Les Carmes Haut-Brion

10 ha

Appellation Passac-Leognan

40% Cabernet Franc 42% Merlot 18% Cabernet Sauvignon

Dès 2009 travail des sol entièrement en bio

Dès 2010 propriété de groupe Pichet, premier groupe immobilier unifamilial de France

2000 m2 de chai

300 barriques

1200 hl cuvier gravitaire

Guillaume Pouthier directeur d’exploitation

Stéphane Derenoncourt consultant

2015 le premier millésime vinifié dans le nouveau chai

Juin 2016 inauguration officielle de nouveau chai signé par Philippe Starck, designer et Luc Arsène-Henry, architecte.

Adresses utiles :

http://www.les-carmes-haut-brion.com

http://www.starck.com

http://www.lahat-architectes.com

PORTFOLIO

Visite de nouveau chai de Carmes Haut-Brion

vue extérieur avec une des entrée

vue extérieur avec une des entrée

une partie du couvier

une partie du couvier

première cuve décorée par Ara Starck, chaque année un artiste posera sa signature sur une cuve, petit à petit le chai deviendra un musée d'Art moderne

première cuve décorée par Ara Starck, chaque année un artiste posera sa signature sur une cuve, petit à petit le chai deviendra un musée d’Art moderne

diverses cuves de Vinification

diverses cuves de Vinification

une partie du chai à barriques

une partie du chai à barriques

essais d'élesvages dans les jarres

essais d’élesvages dans les jarres

vue générale de chai à barriques

vue générale de chai à barriques

Guillaume Pauthier, dir. d'exploitation dans le nouveau chai

Guillaume Pauthier, dir. d’exploitation dans le nouveau chai

Philippe Starsk dans le nouveau chai de Carmes

Philippe Starsk dans le nouveau chai de Carmes

 

Commentaires fermés sur Philippe Starck signe le nouveau chai de Carmes Haut-Brion #visite


Vins californiens by Stéphane Derenoncourt = Derenoncourt California…
Stéphane

Stéphane présente ses trois cuvées californiennes

Stéphane Derenoncourt, ce gars du Nord qui a exercé tous les métier de la vigne dès l’âge de 19 ans, devient maître de chai au château Pavie-Macquin (Saint-Emilion) en conseillant en parallèle diverses propriétés de Bordeaux et d’ailleurs.

Aujourd’hui, avec sa fidèle équipe de consultants, il conseille une centaine de propriétés en France et dans le monde, toujours avec la même philosophie, celle selon laquelle le vin est la carte d’identité de son terroir et que toute la production doit s’adapter à celui-ci avec une identité forte…

« Les vins doivent exprimer la typicité propre de leur lieu de production. Nos interventions ont pour but la recherche permanente de l’équilibre agronomique entre le sol et la vigne, garant du développement harmonieux de la plante, donc de sa capacité à mûrir des fruits ».

« Il n ‘y a pas d’autres méthodes que celle qui parvient à se conformer aux exigences d’un terroir pour en exprimer l’essence ».

Mais Stéphane voit et va encore plus loin puisqu’en son nom propre il conquiert désormais la Californie. Avec Derenoncourt California, Stéphane a souhaité explorer et mettre en valeur les terroirs divers et remarquables de la Napa Valley en élaborant une gamme de vins confidentielle issue des meilleurs sites californiens.

En moins d’un siècle, la Californie s’est imposée comme une terre de production de vins au style Bordelais. La richesse et la diversité des sols ainsi que leur exposition ont motivé Stéphane pour débuter cette aventure californienne en 2006 avec son premier millésime. Il s’agit ici d’un nouvel exercice de style, créer une gamme de vins en sélectionnant des parcelles de vignes en provenance de différents vignobles où altitude et exposition permettent de préserver la fraicheur du fruit et l’équilibre des vins.

Derenoncourt California

Derenoncourt California

Le dernier millésime disponible est 2009, lequel j’ai eu occasion de savourer sur les trois diverses cuvées :

Derenoncourt – Red Hills , Lake County (100% Cabernet Sauvignon)

Elevage 18 mois sur lies dans les barriques 100% de chêne français

Dans la région viticole de Lake County sur le prestigieux secteur de Red Hills Stéphane a sélectionné le Cabernet Sauvignon qui compose cette cuvée éponyme.

A 600 m d’altitude, à l’ombre d’un ancien volcan, les vignes poussent en profondeur dans un sol noir et caillouteux, riche en obsidienne. Le climat y est particulier : il s’agit d’un des lieux les plus chaud de la région pendant la journée et parmi les plus froids la nuit.

Derenoncourt – Stagecoach, Napa Valley (100% Merlot)

Elevage 18 mois sur lies dans les barriques 100% de chêne français

Les raisins proviennent de parcelles de vignes de la célèbre propriété Stagecoach Vineyard, située à une altitude de 600 m sur la zone de production d’Atlas Peak. Les vignes cultivées avec soin et précision sur des sols volcaniques doivent faire face à des profonds changements de températures diurnes.

 

Derenoncourt – Tache d’encre, Napa Valley (100% Cabernet Sauvignon)

Elevage 18 mois sur lies dans les barriques 100% de chêne français

Tache d’encre est issu d’une parcelle de vignes aux formes irrégulières dans un vignoble situé sur les hauteurs d’Howell Mountain, regardant Pope Valley. Les vignes s’élancent bien au-dessus des nuages de basse altitude, ce qui leur permet de bénéficier d’un ensoleillement très tôt le matin, même lorsque la vallée est noyée dans le brouillard. Enveloppant le flanc d’une colline, la parcelle est exposée à l’est d’un coté et au nord de l’autre.

 

Ces trois cuvées sont délicieuses, chacune d’elle exprime son identité fort d’un terroir unique et très diverse. Pas de lourdeur, dotées une excellente fraîcheur en préservant les notes de fruits frais, élégance des tanins, tout en équilibre parfait…

Grand Zoom sur les vignobles de Caligornie :

Rappel :

USA – 400 000 ha de vignes

dont la Californie représente 90% de la production des vins dans les principales régions soit :

la Centrale Valley 70% de la production

la région de Santa Barbara au sud de San Francisco 12% de la production

la Sonoma Valley 6% de la production

la Napa Valley (la plus connue) avec seulement 4% de la production

Stéphane Derenoncourt

Stéphane Derenoncourt

Commentaires fermés sur Vins californiens by Stéphane Derenoncourt = Derenoncourt California…


Bordeaux primeurs 2013 – Episode 1 – la météo…
échantillons primeurs 2013 prêts à être déguster...

échantillons primeurs 2013 prêts à être déguster…

tous le monde très concentré

Dégustation UGCB à Cos Labory, tous très concentré…

Les années passent, mais ils ne se ressemblent pas, quoi que…

C’est avec l’UGCB (Union des Grands Crus de Bordeaux*) que je participe aux dégustations primeurs à Bordeaux et ce depuis quelques belles années déjà. C’est toujours le même rituel, l’adrénaline qui monte avant de découvrir ce nouveau né qui est bien évidemment très différent chaque année et disons-le : heureusement ! Sinon ça serait trop banal…

2013 millésime tardif

2013 millésime tardif

Il y a des années où la nature est généreuse, tout se passe facilement, sans aucun incident (c’est quand même plutôt rare), mais il y a aussi des années comme 2013 où la nature se montrait très capricieuse, où il fallait toujours être là, au bon moment et savoir anticiper pour prendre les décisions, les bonnes, concernant tous les travaux à la vigne et au chai.

La décennie 2000-2010 a vraiment gratifié Bordeaux d’une collection de quelques grands millésimes, tandis que le début de la décennie suivante avec les 2011, 2012 et enfin 2013 laisse beaucoup à désirer…

Comme à l’accoutumée, j’assiste chaque année à la conférence sur le millésime en question en présence du Pr. Denis Dubordieu qui décortique les aléas climatiques avec son humeur bien à lui, sans perdre la notion du réel.

Pr. Denis Dubourdieu rappel les fondamentaux du millésime 2013

Pr. Denis Dubourdieu rappel les fondamentaux du millésime 2013

Avant de décortiquer en détails chaque étape du cycle de la vigne, il nous rappelle les 5 conditions nécessaires pour faire un Grand Millésime de vin rouge à Bordeaux, soit :

1) Une floraison précoce et rapide, propice à une bonne fécondation, assurant des rendements satisfaisants et laissant espérer une maturité homogène.

2) Un début de contrainte hydrique à la nouaison limitant le grossissement des jeunes baies et déterminant leur richesse tannique future.

3) L’arrêt franc de la croissance de la vigne avant la véraison, imposé par une forte contrainte hydrique.

4) Une maturation complète des raisins assurée par un fonctionnement optimal du feuillage jusqu’aux vendanges, sans reprise notable de la croissance végétative.

5) Un temps clément pendant les vendanges permettant d’attendre, sans crainte de dilution ou de pourriture, la maturité des parcelles et des cépages tardifs.

Pour le millésime 2013, en ce qui concerne les vins rouges, aucune de ces 5 conditions n’a été pleinement satisfaite!

Avec son printemps humide provoquant une floraison tardive et une coulure généralisée ainsi que le millerandage exceptionnellement important sur les Merlots, il laissait présager des rendements très faibles. Avec les orages violents et parfois destructeurs de fin juillet / début août empêchant l’arrêt de la croissance de la vigne avant la véraison, son climat humide et doux de septembre et octobre éminemment propice à pourriture grise avant et pendant les vendanges, 2013 achoppe au final sur ces cinq facteurs d’un grand millésime de rouge.

Néanmoins, sous un tel climat, on pouvait produire sur certains terroirs des petites quantités (dues au rendement extrêmement faible et un tri draconien) de vins rouges très plaisants, d’une belle et même de très belle qualité dans certains cas. A nouveau, les grands terroirs ont parlé, sans nier le bon sens, l’intelligence et l’expertise de son vinificateur.

Le constat à la dégustation était net avec quelques excellentes surprises…

Comme les exigences climatiques de la vigne blanche pour faire des raisins de qualité diffèrent de celles de la vigne rouge, 2013, avec ses beaux mois de juillet et août, sans sécheresse excessive, remplit les conditions d’un bon, et dans certains cas très bon, millésime de blanc sec.

2013 est aussi un bon, pour ne pas dire très bon, millésime de grands vins de pourriture noble (botrytis cinerea) car son automne doux et humide fut très favorable à un développement précoce et généralisé de botrytis cinerea.

Michel Rolland

Michel Rolland

Voici quelques propos des œnologues, consultants, ceux qui sont au cœur des vignes, au cœur des chais, bref de ceux qui font du vin avec la matière que la nature leurs donne…

Michel Rolland, œnologue, consultant de 250 propriétés dans le monde :

« Dans l’esprit des gens : quand on a une mauvaise climatologie, ça fait un mauvais millésime, mais on est en train de faire la preuve que non. C’est un millésime pour lequel la nature ne nous a absolument pas aidé et pour lequel on a trouvé des réponses, des réponses viticoles par des effeuillages, les éclaircissages, par le tri (…) Le piège de cette année, c’était absence de maturité car on était sur un process tardif, (…). Le piège, c’était qu’il ne fallait pas trop extraire, il fallait être assez gentil pour faire des vins de plaisir où l’on trouve des fruits… 2013 c’est un millésime hétérogène, certes, mail il y a des très bonnes choses dans ce millésime »

 

Millésime 2013 vu par Stéphane Derenoncourt, consultant (Derenoncourt Consultants)

 

Millésime 2013 vu par Stéphane Toutoundji, œnologue (Laboratoire OenoTeam)

Quelques mots « rationnels » de Dany Rolland (Rolland Collection) sur 2013 un millésime qui ne pas « rationnel » du tout…

Dany Rolland présente Rolland Collection 2013 à Bon Pasteur

Dany Rolland présente Rolland Collection 2013 à Bon Pasteur

« Que dire de rationnel sur ce millésime 2013, si ce n’est parler de la formidable volonté et ténacité des viticulteurs à lutter contre une climatologie hostile et une nature qui peut être parfois, si peu généreuse, rappelant les relations homme/terre comme des « Vieux Amants ».

Les évolutions de la viticulture et de l’oenologie ont permis d’appréhender, d’interpréter, de maîtriser bien des tourments de la climatologie avec une meilleure connaissance des sols, du végétal, avec des méthodes de conduite du vignoble et de contrôle de charge adaptées, une sélection qui peut être draconienne , des vinifications à la parcelle, au pied, à la carte, le jour j…

Il y auras plus que jamais, une hétérogénéité de styles et de résultats entre les régions, les appellations, et même dans chaque cru, conséquences des caprices de la nature en terme de pluie, vent, fragilité des cépages, âge des ceps, nature des sols…

2013 sera à boire jeune, sur le fruit et la fraîcheur, il devrait être un vin de plaisir, sans tanins puissants, juste enveloppés, sans verdeur… »

 

À-propos :

Olivier Bernard, Président d'UGCB

Olivier Bernard, Président d’UGCB

*Union des Grands Crus de Bordeaux présidé par Olivier Bernard (Domaine de Chevalier)

Association crée en 1973 qui regroupe aujourd’hui 133 Grand Crus provenant des appellations les plus nobles de la Gironde : Médoc, Haut-Médoc, Saint-Estèphe, Pauillac, Saint-Julien, Margaux, Moulis, Listrac, Graves, Pessac-Léognan, Sauternes, Barsac, Saint-Emilion et Pomerol, ayant en commun une même exigence qualitative.

des "kilomètres" des flacons 2013 à déguster

des « kilomètres » des flacons 2013 à déguster…

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2013 – Episode 1 – la météo…


Stéphane Derenoncourt décrypte le millésime 2012 – interview…

Stéphane Derenoncourt

« La Grappe en bouteille », tel était le thème de la dernière dégustation parisienne de la plupart des domaines de France et de l’étranger sous la direction de Stéphane Derenoncourt et de son équipe (Derenoncourt Consultant). Chaque maison a pu choisir deux millésimes qui lui convenaient au mieux à la dégustation. Bien évidemment, il est encore trop tôt pour goûter les jus de la dernière vendange à peine fini. Pour cela, rendez vous est pris pour le printemps prochain.

C’était une dégustation très éclectique car Stéphane est présent aussi dans des pays très exotiques pour la production des vins, tels que l’Inde, la Syrie, la Turquie ou le Liban. Sans parler des différents domaines en France, surtout dans le bordelais, mais aussi en Italie, en Espagne, sans oublier la Californie.

Comme la dernière vendange et encore très récente et les vinifications loin d’être finies, j’ai pu faire une interview express avec Stéphane pour qu’il me donne des nouvelles toutes fraîches concernant ce millésime 2012.

J’avoue que j’aime beaucoup interroger Stéphane, car malgré sa timidité naturelle il est toujours très précis et subtil dans chacun de ses propos.

Mini Portrait

Stéphane Derenoncourt, ce gars du Nord, a débarqué dans le bordelais il y a tout juste 30 ans, un peu par hasard paraît-il. Pendant plusieurs années, il enchaîne différentes missions dans de nombreuses propriétés et petit à petit son travail se fait remarquer.

Dès 1990 il rentre à Pavie Macquin (Saint Emilion) où l’on remarque son sens inné de la vigne et du terroir sur laquelle elle pousse.  Ensuite Stéphan Von Neipperg lui donne la possibilité de s’occuper de toutes ses propriétés de Saint Emilion. Dès lors, tout est parti à la vitesse grand « V ». Il se fait un nom et une réputation internationale dans le monde viticole.

En 1999, avec sa femme Christine, ils acquièrent le Domaine de l’A en Côtes de Castillon. La même année, il crée avec ses amis tous fraîchement sorties de la fac les Vignerons Consultants (aujourd’hui rebaptisé Derenoncourt Consultants). A son palmarès plus de 90 domaines conseillés dans le monde.

Les mots clefs de sa réussite : la vigne, son terroir et l’homme qui sait le sublimer, l’écouter pour lui donner un sens…

Commentaires fermés sur Stéphane Derenoncourt décrypte le millésime 2012 – interview…


Qu’est – ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent – ils ? (9) Témoignage de Stéphane Derenoncourt…

Stéphane Derenoncourt (consultant international et vigneron, propriétaire de Dom. de L’A en Côtes de Castillon) dévoile sa version bien personnelle sur la notion de vin / terroir mythique…

Stéphane Derenoncourt

« La notion d’un terroir mythique, c’est une quête qui doit être permanente chez de gens qui font du vin, les vignerons comme les vinificateurs, parce que le terroir c’est un concept très, très large qui finalement a un goût et c’est un goût inimitable, qui appartient à un lieu. Le travail d’un vigneron ou d’un vinificateur doit être avant tout l’expression de ce lieu. Ensuite, il y a différentes interprétations possibles. Il y a des gens qui peuvent « imprimer » une signature ou un style de vinification. Mais la réussite, pour que le terroir devienne mythique, c’est quand on a compris quels sont les éléments du sol qu’on peut interpréter et retranscrire dans le vin. C’est à ce moment là qu’on peut faire d’un vin quelque chose de très singulier, très personnel et reconnaissable par toutes ses qualités.

–      Le vin mythique provient-il forcement d’un terroir  mythique ?

Je pense, que des terroirs mythiques il y en a plus qu’on croît. Les vins mythiques, c’est plus compliqué que ça. Un vin mythique provient forcément d’un Grand terroir. Il faut d’abord que le terroir soit compris et bien interprété, ce qui n’est pas une chose facile ! Et en plus, pour que le vin devienne mythique il faut tout ce qu’il y a autour, c’est à dire une distribution intelligente et mondiale, la notion de prix aussi le rend mythique. Les vins mythiques sont très chers. Le vin mythique, n’est pas forcément toujours un terroir mythique, en revanche, le terroir mythique c’est la quête quotidienne de chaque vigneron. Chaque vigneron devrait travailler et espérer qu’un jour il arrivera à rendre son terroir mythique.

–      Pour toi, deux ou trois vins français « mythiques »

Forcément, le premier qui me vient à l’esprit c’est la Romanée Conti, pour des raisons évidentes et historiques aussi. Mais plus récemment il y a un domaine en Bourgogne comme Rousseau, comme Henri Jayer, qui a su rendre en très peu de temps son vin mythique. A Bordeaux avec les Premiers Grands Crus Classés, avec Yquem, Petrus et Le Pin plus récemment. Voilà, c’est ça les vins mythiques pour moi ! Les vins mythiques sont extrêmement recherchés, difficiles à trouver et spéculatifs…

–      Est-ce que c’est bien qu’ils soient spéculatifs ?

S’ils n’étaient pas spéculatifs, ils ne seraient pas mythiques, ça fait partie du « mythe ». Parce qu’ils sont mythiques, ils sont spéculatifs… ».

La robe ambrée, très brillante de mythique Yquem 86

Commentaires fermés sur Qu’est – ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent – ils ? (9) Témoignage de Stéphane Derenoncourt…



%d blogueurs aiment cette page :