vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Château de Rayne Vigneau, la reine de sauternes en route vers excellence…

Le chai à barriques de Raine Vigneau

Château de Rayne Vigneau, 1er Grand Cru Classé de Sauternes au classement officiel de 1855, élu aussi « le meilleur liquoreux du monde » en 1867 lors de l’Exposition Universelle, poursuit aujourd’hui sa route vers excellence…

 

Zoom historique

 

Le vignoble de Rayne Vigneau est assis sur une magnifique croupe dominant le Sauternais depuis sa création au début du XVIIe siècle.

Le Vigneau de Bommes nommait à la fois le vignoble, le Château, la Seigneurie et la famille de Vigneau, qui en fut la première titulaire.

On retrouve Gabriel de Vigneau qui apparaît dans les écrits en 1635. Son fils Étienne épouse Jeanne Sauvage, fille du seigneur d’Yquem et prend en main en 1681 les destinées de la propriété.

 

Madame de Rayne, née Catherine de Pontac, achètera le domaine du Vigneau en 1834.

 

Le classement officiel de 1855 place le Vigneau parmi les premiers crus du Sauternais. En 1867, le grand courtier de l’époque Daney lui attribue le premier rang immédiatement après le Château d’Yquem.

 

C’est Albert de Pontac, petit neveu de Madame de Rayne, qui donne son nom de « Rayne Vigneau » à la propriété.

 

Des investissements et un travail considérable ont été faits par tous les propriétaires successifs en faveur de la qualité des vins du Château.

 

Entre 2004 et 2015, le Château de Rayne Vigneau a appartenu à CA Grands Crus, filiale du Groupe Crédit Agricole, qui a mis en place un plan d’optimisation de l’ensemble du vignoble.

 

Derek Smith a eu un véritable coup de foudre pour le Château de Raine Vigneau et son vignoble magique

En 2015 le Château de Rayne Vigneau change le propriétaire, racheté par Derek Smith, d’origine américaine, PDG du groupe Trésor du Patrimoine et reste dirigé par Vincent Labergere, qui connaît bien ce cru depuis déjà plusieurs années.

 

Derek, un grand amateur de sauternes, est tombé sur le charme de ce cru, conscient du potentiel de ce trésor qu’il a acquis, souhaite lui donner un nouveau départ en misant aussi sur les offres oenotouristiques.

 

La Rayne Vigneau propose les activités oenotouristiques inédites et insolites afin de donner occasion aux amateurs de découvrir le site de façon pas banale, de vivre une expérience unique et inoubliable pour chacun…

 

le fameux cèdre bicentenaire qui accueille de « dégustateurs perchés » à 11 m du sol

Imaginez une vue imprenable à 360° à 11 m du sol face au panorama du vignoble sauternais et de la Vallée du Ciron, en plus avec un verre de sauternes de Rayne Vigneau à la main, oui, vous avez grimpé sur un cèdre bicentenaire pour une « Dégustation Perchée ».

C’est une activité insolite qui est proposé par le château, pas de panique, vous êtes encadré par un professionnel, vous grimpez à la corde jusqu’à la table de dégustation suspendue à l’arbre, ça vaut vraiment le détour.

 

Océan de vignes qui donne de possibilités sans fins aux ballades à cheval

Une autre activité qui permet de contempler ce magnifique paysage du vignoble sauternais et de découvrir le terroir magique de Rayne Vigneau, est une « Ballade à Cheval à travers les vignes » qui est proposée.

Vous êtes accompagné par un professionnel, vous vous baladerez à votre rythme à travers le vaste vignoble du Château de Rayne Vigneau et ses alentours.

La ballade se conclue par une visite de la propriété et des chais avec une dégustation de quelques crus du château.

 

La Rayne Vigneau a reçu à double reprise le prix « Best of Wine Tourisme » en 2016 et en 2018 pour son accueil oenotouristique, il y a de quoi ëtre fière !

 

 

Zoom sur la propriété et ses vignes

 

Le Château de Rayne Vigneau est une propriété magique.

Le vignoble s’étend sur 84 hectares d’un seul tenant sur une vaste croupe dominant le Sauternais. Son sous-sol de graves sablonneuses, assises sur un socle argileux, révèle d’étonnantes richesses en pierres semi-précieuses comme agates, saphirs, cornalines, quartz, cristaux de roche et bien d’autres qui évoque en évidence un vin précieux sur un terroir exceptionnel.

 

Les vignes sont âgées aujourd’hui de 30 ans en moyenne, plantées en Sémillon (74%), en Sauvignon Blanc (24%), qui apporte la note de fraîcheur avec une petite touche de Muscadelle (2%).

 

Quelques baies de Sémillon parfaitement « rôtis »

La présence du Ciron, affluent de la Garonne est déterminante pour la sur-maturation du raisin, elle est responsable des petites brumes matinales en automne.

Ce phénomène bien particulier favorise le développement progressif du Botrytis Cinerea (la pourriture noble) nécessaire pour la concentration naturelle du sucre dans les baies.

Donc chaque année les vignes attendent patiemment l’invasion progressive de ce noble champignon.

Selon la tradition, les vendanges se déroulent par tries successives, chaque grain n’étant cueilli que parfaitement « rôti », donc 4 à 8 tries manuelles sont nécessaires selon les millésimes.

Pour faire une bouteille de sauternes c’est un vrai travail d’orfèvre qui se poursuit dans le chai avec des sélections de grains très sèvres, des pressurages délicats et de longs élevages dans des barriques de chêne.

Rayne Vigneau présente sa collection

Rayne Vigneau en bref 

84 ha 

Cépages : Sémillon (74%) Sauvignon (24%) Muscadelle (2%)

Rendement : 10-15 hl/ha

Vignes : 30 ans

Terroir : argilo-graveleux, graveleux, argilo-sableux, riche en pierres semi-précieuses  

 

Adresses utiles :

http://www.raynevigneau.com

 

Commentaires fermés sur Château de Rayne Vigneau, la reine de sauternes en route vers excellence…


Verticale de Château d’Yquem, Sauternes

verticale d’Yquem

Tout récemment j’ai eu occasion de faire une petite verticale de Château d’Yquem en présence de Sandrine Garbay, le Maître de chai.

C’était un délicieux moment d’avoir Sandrine autour de ces belles bouteilles pour toutes les explications précises et précieuses.

 

Sandrine Garbay, Maître de chai

Voici les résultats :

 

Yquem 2015 ***

Année chaude, vendange précoce en 4 tries successives, très bonne pourriture noble,

144 g/sucre

80% Sémillon 20% Sauvignon

Vinification en barriques neuves

 

Vin séduisant, fruité et gourmand avec une belle note d’abricots secs, fruits jaunes très mûrs, élégance de l’ensemble jouant sur des équilibres acidité-sucre-matière, très grand millésime taillé pour une longue garde.

 

Yquem 2013 **

L’année assez chaotique avec un résultat très prometteur.

Vendanges étalées sur un mois du 24 septembre au 24 octobre avec 4 tries successives, 140 g/sucre

80% Sémillon 20% Sauvignon

Vinification en barriques neuves

 

Vin net avec un bon niveau d’acidité, pourriture noble (botrytis) qualitative, note de fruits jaunes, confit agréable, abricot sec, quelques épices douces, belle acidité, fraicheur, gourmand.

 

Yquem 2007 ***

Très grand millésime pour les vins liquoreux.

Raisins d’une grande qualité, propres avec des jolis confits,

Vendanges très longues étales sur 2 mois avec 6 tries successives, 135 g/sucre

80% Sémillon 20%Sauvignon

Vinification en barriques neuves

 

Vin lumineux, brillant avec une robe boutons d’or, toucher merveilleusement soyeux, note d’oranges confits, oranges amères, fruits jaunes, abricot sec, amandes, noblesse d’amertume, belle équilibre acidité/sucre, vin élégant taillé pour durer, grand Yquem.  

 

 

Yquem 2005 ***

Grand Millésime

Botrytisation très longue, au même temps très propre et facile.

80% Sémillon 20% Sauvignon

Vinifications en barriques neuves

 

Vin pur, cristallin et brillant, en bouche beaucoup d’énergie, la matière élégante avec beaucoup de délicatesse, petite note sous-bois, gourmand et très digeste, agréable dès maintenant avec un potentiel exceptionnel.

 

 

Yquem en bref :

Premier Cru Classé Supérieur en 1855

 

Château d’Yquem avec ses formes robustes et fortifiées

Château d’Yquem avec ses formes robustes et fortifiées dont ses origines remontent au XV° siècle se remarque de loin dans le paysage sauternais.

 

Le chai d’Yquem, les barriques avec le précieux nectar

 

105 ha de vignes plantées en Sémillon et Sauvignon entourent le château. Aujourd’hui, depuis 1999 le groupe LVMH est actionnaire majoritaire de ce joyeux unique avec Pierre Lurton et son équipe aux manettes, tous avec la même philosophie de travail qui n’a jamais changé depuis des siècles :

produire un vin d’excellence, pur, élégant, équilibré, inimitable, qui serait capable défier le temps.

 

Pierre Lurton, DG d’Yquem

 

Un mot sur la pourriture noble

 

La pourriture noble appelé Botrytis cinerea est un champignon qui se développe sur les baies de raisins dans des conditions bien spécifiques d’humidité et d’ensoleillement, permettant la production de vins particuliers à la base de raisins en surmaturité avec un tôt de sucres souvent très importent.

Dans certaines d’autres conditions climatiques ce champignon peut être appelé pourriture grise, endommageant en partie les raisins, néfaste pour la récolte.

Pour produire des raisins botrytisés, l’humidité et la brume matinale de septembre, d’octobre ou de novembre sont indispensables, favorisant fortement le développement du champignon sur les baies, elles doivent être suivie d’un temps sec et ensoleillé pour faciliter ensuite l’évaporation de l’eau.

Souvent la présence d’une rivière proche du vignoble favorise le phénomène de la pourriture noble, comme dans le Sauternais, le Ciron joue ce rôle très importent produisant un microclimat bien particulier.

 

Il faut ajouter que les fermentations sur des raisins atteints de la pourriture noble sont plus difficiles à conduire, car la forte concentration des sucres peut rendre compliqué le travail des levures. Ce qui demande une vigilance tout à fait particulière dans ce processus plutôt délicat.

 

 

Yquem, les vignes de Sémillon au printemps

Zoom sur l’appellation Sauternes

 

L’aire de production de l’appellation Sauternes est composée de cinq communes : Barsac, Bommes, Fargues, Preignac et Sauternes, situées sur la rive gauche de la Garonne à une bonne quarantaine de kilomètres au sud de Bordeaux sur les rives de la rivière Ciron.

Le vignoble repose sur un terroir argilo-calcaire ou calcaire avec une couche plus ou moins épaisse de graves.

La disposition des lieux donne un paysage faiblement vallonné, avec un petit relief constitué de croupes de graves de quelques dizaines de mètres.

Sauternais bénéficie d’un microclimat tout à fait particulier grâce à la rivière Ciron qui coule sous le couvert végétal de la forêt des Landes.

Ciron avec son eau froide amène de l’humidité. Ce phénomène crée à l’automne des brouillards et brumes matinaux qui s’estompent durant la matinée. Ces brumes favorisent le développement de la pourriture noble (Botrytis cinerea) sur les baies de raisins. Le grain se confit tout doucement avec sa pulpe qui se concentre en sucres sous l’action du champignon, ce qui donne au finale des arômes de fruits confits très caractéristiques aux vins de Sauternes.

Adresses utiles :

http://www.yquem.fr

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Verticale de Château d’Yquem, Sauternes


Verticale exceptionnelle de Château Climens, Barsac

A chacun son moelleux !

 

La fin d’année est une période où la consommation de divers vins moelleux, liquoreux ou sucrés bat son plein.

 

Verticale de Château Climens

De ce fait, j’ai décidé partager avec vous une très belle verticale de Château Climens, Barsac que j’ai fait tout récemment en présence de Bérénice Lurton, sa propriétaire.

 

Sémillon au printemps

Château Climens, nommé souvent « Seigneur de Barsac » est une très belle propriété de 30 ha de vignes d’un seul tenant planté uniquement en Sémillon. Aujourd’hui travaillé 100% en biodynamie (2010 est le 1er millésime certifié).

 

Chai de Château Climens

Climens 2012

Année difficile, touchée fortement par le mildiou.

Rendement 10 hl/ha avec 54% de grand vin, production 17 000 bouteilles

 

Bonne présence avec une note d’oranges amères, épices, abricots secs, petite amertume, vin bien construit avec une acidité suffisante et note saline en finale.

 

Climens 2011

Millésime grandiose comparable en qualité au 2001 et 2007.

Rendement 20 hl/ha

Vendanges précoce du 8 au 28 septembre, en tout divisé en 14 lots différents, arrière saison parfaite pour le développement de la pourriture noble, concentration des sucres et d’aromes phénoménale et rapide.

 

Toucher velouté, note d’abricot sec, zestes de citron vert, d’orange amère, bonne acidité et fraicheur avec une sucrosité modéré, très bonne matière et complexité, ira très loin.

 

Climens 2010

1ère année de passage en biodynamie

Rendement 23 hl/ha

Vendanges en début d’octobre

70% de la récolte constitue le grand vin, production 54 000 bouteilles

166 g sucre/l

 

Toucher soyeux, note fumée, thé noir de Chine, abricot sec, fruits jaunes mûrs, excellente acidité, zestes de citron, citron confit, note exotique, beaucoup de charme, très grande réussite.

 

Climens 2009

Début de vendanges le 28 septembre, entre 9 et 10 octobre 90% de raisins vendangés, temps idéal entre brouillard e le soleil.

Les vendanges totales en trois tris successifs.

 

Riche, soyeux, velouté, note des fruits jaunes mûrs, abricot sec, zestes d’oranges confites, note saline avec une petite amertume en finale, belle balance entre acidité/sucre, tout est en place pour durer avec une fraicheur qui surprend.

 

Climens 2008

Millésime difficile avec le printemps très chaotique et maturités irrégulières, pour Bérénice Lurton, la propriétaire, le 2008 est « le fruit de la chance et de la persévérance ».

Vendanges du 30 septembre au 2 octobre ensuite du 21 au 23 octobre

Petite production de 10 hl/ha

45% de la production constitue le grand vin

15 000 bouteilles

 

Note de fruits jaunes, belle note calcaire, coquillage, salinité, excellente fraicheur avec seulement au finale 130g de sucre/l.

 

Climens 2007

Très grande année

Vendanges débutent le 12 septembre avec des petits tries successifs de 14 jours sur 7 semaines.

12 hl/ha

150 g/sucre

73% de la production constitue le grand vin

30 000 bouteilles

 

Velouté subtil, trame fine, petite note fumée thé noir de Chine, abricot sec, fruits jaunes, orange amère, complexité et belle amertume en finale.

 

Climens 2005

Belle vendange de 24 ha/ha

270 g/sucre

Pour Bérénice un rêve réalisé « qualité et quantité »

 

Toucher soyeux, note de fruits jaunes, abricot écrasé, zestes, grande richesse, complexité, dimension.

 

Climens 2003

L’année de canicule, l’année atypique

Entre 12 et 26 septembre 86% de la récolte ramassée

87% de la récolte constitue le grand vin

10 hl/ha

162 g/sucre

 

Soyeux, arômes exotiques, note orientale, rose litchi, finesse avec sa sucrosité modérée.

 

Climens 1996

Vendanges du 24 septembre au 24 octobre

13 hl/ha

105 g/sucre

33 000 bouteilles

 

Très belle trame minéral, note pétrolé, pierre à fusil, note brulé, cèdre, bergamote, note torréfiée, en finale petite amertume agréable.

 

 

Un peu d’histoire :

 

L’histoire de ce cru prestigieux se caractérise par une continuité sans faille, qui a permis la mise en valeur d’un terroir unique.

En effet, Climens n’a changé de mains que cinq fois en cinq siècles. Les générations de régisseurs, présents de pères en fils, ont assuré la transmission de la connaissance et du savoir-faire de la propriété.

En plus, ce qui est rarissime parmi les grands crus bordelais que sa structure et sa superficie sont restées inchangées depuis au moins deux siècles.

 

Le nom de Climens apparaît pour la première fois sur un contrat datant de 1547 : l’on y apprend que le propriétaire, Guirault Roborel, procureur du roi à Barsac, a hérité cette terre de son père. Les deux noms n’en feront bientôt plus qu’un : la famille Roborel de Climens, pendant deux siècles et demi, constitue le domaine et y développe le vignoble.

Une élégante et discrète chartreuse construite au XVIIème signale la distinction des lieux.

Les troubles historiques auront raison de cet attachement : c’est un domaine bien établi, mais endommagé par la Révolution que vend la veuve de Jean-Baptiste Roborel de Climens en 1802.

L’acheteur, Jean Binaud, sait ce qu’il fait : négociant bordelais, il connaît le potentiel du Cru et en prend grand soin.

Climens appartiendra ensuite à deux familles de viticulteurs, eux aussi bien conscients de la valeur de ce terroir unique. Ce qui conduit le Château Climens tout à fait naturément au classement en 1855 en Premier Cru.

 

A partir de 1885, et pendant près d’un siècle, Climens appartient à une grande famille bordelaise, les Gounouilhou : imprimeurs et journalistes, hommes politiques ou pionniers de l’aviation, ils sauront, eux aussi, garder Climens au sommet.

 

Bérénice Lurton dans son chai

Nouvelle l’histoire commence à se dessiner au début des années 1970 quand Lucien Lurton, déjà propriétaire de célèbres crus classés en Médoc, s’intéresse vivement au Sauternais : ce passionné de grands terroirs, conquis par la finesse des vins de Climens, acquiert le domaine en 1971 et c’est malgré la crise des sauternes à l’époque.

Tout en respectant les traditions propres au domaine, il y apporte une touche déterminante de modernité en même temps qu’une implacable exigence.

En 1992, Bérénice Lurton, sa fille prend en main la destinée du Château Climens en poursuivant cette route bâtie sur l’exigence vers la perfection.

 

Chaque millésime de Climens se constitue de plusieurs tris successifs en plusieurs lots

Rappel :

 

Les appellations Sauternes et Barsac sont situées sur la rive gauche de la Garonne, enclavées dans la zone des Graves, au sud-Est de Bordeaux. Ces deux petites zone de 2000 hectares de vignes où sont élaborés les vins blancs liquoreux les plus prestigieux du monde.

 

Adresses utiles :

http://www.chateau-climens.fr

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Verticale exceptionnelle de Château Climens, Barsac


Bordeaux : Primeurs 2016 #4 Pessac-Léognan, Sauternes

A la fin de vendanges 2016

Bref rappel de la météo

Dans l’appellation Pessac-Léognan le scenario était quasi similaire par rapport à d’autres appellations du Bordelais.

La pluviométrie pour le premier semestre était supérieure de plus de 50 % à la moyenne mensuelle calculée sur une période annuel.

A partir du mi-juin s’installe une période chaude et extrêmes sèche, ce qui a provoqué quelques difficultés dans la maturation, mais elle est heureusement débloquée grâce à deux épisodes de pluies fin juillet et début août.

Ensuite la sècheresse s’installe jusqu’à la mi-septembre avec un petit épisode pluvieux et de nouveau une précipitation début octobre.

Dans l’ensemble la maturation est ralentie par le manque d’eau, les raisins mettent du temps à mûrir, les vendanges sont plus tardives que la moyenne d’envieront d’une semaine.

Les vendanges débutent généralement dans la plus part des cas à la mi-septembre pour se poursuivre jusqu’à facilement la troisième semaine d’octobre sous le soleil dans la journée et le températures fraiches de la nuit, ce qui a permit d’avoir la fraicheur nette dans la plupart des vins.

Vu tous les difficultés rencontrés au cours de l’année : les pluies, floraison tardive, véraison irrégulière, sècheresse et j’en passe, il a fallu être très sélectif à la réception de la vendange et au chai.

 

Les premières dégustations primeurs sont très prometteuses et confirment la qualité des vins grâce aux exigences de chaque producteur. Les vins se goûtent bien, la fraicheur et l’acidité sont là, maintenant il faut attendre la fin d’élevage et la mise en bouteille pour la confirmation finale de la qualité du 2016.

 

 

Dégustation UGCB, quelques Pessac 2016

Sélection de Pessac-Léognan Rouges

 

 

Carbonnieux

Toucher net, jus serré, note de réglisse, fruits noirs, léger boisé, tanins racés, bonne fraicheur.

17/20

 

Carmes Haut-Brion

Fruits frais acidulés quelques épices douces, réglisse, très belle fraicheur, minéralité, finale poivre, gourmand, tannins soyeux, élégants, belle texture de l’ensemble, vin complexe, équilibré, réussite.

19,5/20

 

Domaine de Chevalier

Net, soyeux, fruits noirs frais, milieu serré, tannins racés, en final réglisse, note mentholée, belle fraicheur, tout est équilibré et élégant.

19/20

 

Fieuzal

Note de fruits noirs, réglisse, épices, léger boisé, milieu serré, bonne matière, finale tannique, fraicheur.

18/20

 

Haut Bailly 2016 avec son seconde

Haut Bailly

Toucher net, vin soyeux, racé, quelques fruits noirs, petite note boisée, joli texture, longueur et excellente fraicheur.

19/20

 

La Louvière

Fruits noirs, réglisse, note vanillé, boisée avec une texture granulée, en finale bonne fraicheur.

16,5/20

 

Larrivet Haut-Brion

Toucher net, fruits noirs acidulés, note boisé, fumée, torréfiée, réglisse, matière serrée, vin racé et frais.

17,5/20

 

Latour Martillac

Toucher net, frais, fruits noirs acidulés, épices, poivre noir, tanins racés, fraicheur, finale boisée.

17,5/20

 

Malartic Lagraviere

Toucher soyeux, fruits noirs, fruits rouges acidulés, réglisse, milieu très serré, compacte, belle densité, tanins racés, finale minéral.

18/20

 

Pape Clément

Toucher soyeux, fruits frais noirs et rouges acidulés, réglisse, boise bien maitrisé, note de réglisse, bonne présence, finale mentholée, gourmand et frais.

19/20

 

Smith Haut Lafitte

Toucher soyeux, frais, fruits noirs, rouges frais acidulés, tanins racés, structure granulée, finale mentholée, quelques épices douces, poivre sauvage, excellente fraicheur, équilibre, élégance.

19/20

 

Sélection de Sauternes

 

Analyse de lu millésime 2016 dans le Sauternes, tout particulièrement à Yquem par Pierre Lurton, DG d’Yquem  

Yquem

104 ha en production

75% Sémillon 25% Sauvignon

4 tries successifs

13/09-4/10 7-12/10 (20% du volume)

18-22/10 (50% du volume) 28/20-4/11

135 g sucre/l

L’or de Yquem 2016

Toucher net, soyeux, note d’abricot, réglisse, fruits jaunes mûrs, zeste de citron, orange, petite note vanillée, belle texture, vin frais, droit, précis, sans aucune massivité,  très « digeste » avec une excellente buvabilité.

19/20

 

De Fargues

17 ha

80% Sémillon 20% Sauvignon

de Fargues 2016

Bouche très nette, fraiche, note d’agrumes fraiches, zestes d’orange, fruits jaunes, belle persistance, profondeur, en finale zestes de citron, poivre blanc, très complexe, tout en équilibre acidité/sucre, gourmand, excellente réussite.

18/20

 

Climens

30 ha en biodynamie

100% Sémillon

Vendanges à partir de 14 septembre jusqu’au 22 octobre  en 2 tries et 12 différents lots.

Berenice Lurton dans le chai de Climens

Etant donné, que Berenice Lurton fait ses assemblages beaucoup plus tard, j’ai pu dégusté plusieurs lots en barriques, c’est très prometteur.

Les vins sont très purs, frais, homogène, avec des notes de citron, réglisse, épices douces, vanille, marmelade d’abricots, présentent une belle tension, matière, la puissance est modérée avec une belle structure de l’ensemble, tout se met en place petit à petit, se construit dans la longueur, avec un beau relief et la fraicheur.

18/20

 

Adresses utiles :

http://www.ugcb.net

 

 

Commentaires fermés sur Bordeaux : Primeurs 2016 #4 Pessac-Léognan, Sauternes


Hélène Darroze « revisite » les vins de Sauternes…
18 mars 2012, 23:04
Filed under: Barsac, Sauternes | Étiquettes: , ,

Hélène Darroze, la Chef étoilée dans le 6ème arrondissement de Paris

Il n’y a peut être  pas beaucoup de «Reines» dans la Haute Gastronomie, mais Hélène Darroze est incontestablement l’une d’elles en faisant partie de cet univers très fermé de Grands Chefs.

Quatrième génération d’une famille de cuisinier, la gastronomie est pour Hélène Darroze l’occasion de donner du plaisir.

Ce qui prime avant tout dans sa cuisine, c’est le produit. Hélène propose dans ses créations ce que la saison et le marché offre de meilleur. Elle cherche avant tout à sublimer le produit, avec pour seul mot d’ordre, le respect. Respect du produit, respect des saisons, respect du savoir-faire.

Le Sud-Ouest ? Ce sont ses racines. Elle se nourrit de traditions que les trois générations de cuisiniers lui ont enseignée. Sa région natale lui a inculqué l’art du bien-manger, mais aussi celui de bien recevoir, du bien partager, l’art du bien vivre tout simplement. C’est ce qu’Hélène propose de découvrir aujourd’hui avec Sauternes et Barsac, pour un petit moment de bonheur !

Avec les Vignerons de Sauternes et Barsac Hélène Darroze a décidé de casser les codes!  Avec elle, ils revisitent la tradition et se mettent à l’heure tapas pour donner du plaisir au quotidien !

Les Vignerons de Sauternes et Barsac sont fiers de leur appellation et de la puissance aromatique unique au monde de leur vin. Ils partagent avec la Chef étoilée une passion commune pour le Sud-Ouest de la France, des valeurs culturelles communes, le respect du travail et de la terre, le savoir-faire, l’héritage familial. C’est donc tout naturellement que tous les Vignerons de Sauternes-Barsac ont demandé à Hélène Darroze d’être « la marraine » des Arômes Sauternes et Barsac. A travers la création de quelques recettes originales, la Chef étoilée propose de rompre les traditions et de découvrir les Sauternes et Barsac de façon contemporaine et ludique.

Voici quelques créations d’Hélène  Darroze en association avec des Sauternes et Barsac

56 arômes surprenants que on peut identifier dans les vins de Sauternes et Barsac comme : litchi, ananas, vanille, fleurs blanches, citron, orange, figue, pêche et j’en passe… Avec des notes fraiches, confites ou poivrées apporteront à chaque dégustation des émotions uniques et riches en sensation…

Grand Zoom sur Appellation

L’aire d’appellation se situe à une trentaine de km au sud de Bordeaux sur la rive gauche de la Garonne, plus précisément sur les deux rives de la petite rivière Ciron. Elle est composée de cinq communes : Barsac, Bommes, Fargues, Preignac et Sauternes.

Superficie : 2 228 ha

Encépagement : sémillon (80 %), sauvignon (20%) avec une éventuelle touche de muscadelle

Production : 1 % de la production totale bordelaise (de l’ordre de 6 000 000 de bouteilles)

Nombre de producteurs : 175

Voici quelques vins de Sauternes et Barsac proposés pour accompagner les créations d'Hélène Darroze

Commentaires fermés sur Hélène Darroze « revisite » les vins de Sauternes…



%d blogueurs aiment cette page :