vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Vinexpo Bordeaux 2017 le temps du bilan… # reportage

Vinexpo Bordeaux 2017
Hall 1

Tous les deux ans depuis 1981 au mois de juin Bordeaux n’est pas seulement la capitale de crus le plus connus et plus réputés au monde, elle devient le temps de quelques jours la capitale mondiale du vin.

 

Depuis sa création en 1981 par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux Vinexpo (Salon Mondial du Vins et des Spiritueux) a connu une croissance extraordinaire.

 

La 1ère édition en 1981 a réuni 524 exposant de 21 pays avec 11 000 visiteurs de 50 pays, aujourd’hui la 19ème édition qui se déroulait du 18 au 21 juin à Bordeaux a ressemblé :

2300 exposants de 40 pays

45 000 visiteurs professionnels de 150 pays

1000 journalistes de 50 pays

1300 acheteurs clé de 55 pays

10 Meilleurs Sommeliers du Monde

12 chefs étoilés

 

Oui, tous ces chiffres font tourner la tête et prouvent que Vinexpo Bordeaux est une formidable aventure du monde du vin, c’est une plateforme du business et des rencontres sans oublier le glamour des soirées chics dans des Château ou tout simplement quelques dégustations et rencontres dans des lieux privilégiés à Bordeaux.

 

La grande nouveauté de cette année, c’était l’espace WOW (World of Organic Wines) qui a donné la parole à 150 exposants de 8 pays, producteurs de vins bio et biodynamique. Par ailleurs, cette incitative affichait complet tous les jours, succès garanti, la manifestation qui sera sûrement reconduite les années suivantes.

 

Pour traverser le Hall 1 il a fallu chausser les baskets, car plusieurs aller et retour se comptent ici en une bonne nombre des kilomètres. A la fin de la journée ça se compte en mini marathon…

 

Chaque stand plus beau que l’autre essaye d’attirer les visiteurs par son coté esthétique ou pourquoi pas extravagant. En tout cas chacun essaye d’offrir les meilleures conditions possibles des dégustations et du travail, sachant que cette année c’était un exercice doublement difficile avec la canicule qui régnait dehors.

 

A coté du business, le Vinexpo garde aussi son coté glamour avec quelques soirées ultra chics dans des châteaux ou tout simplement quelques dégustations « off » ici et là dans un cadre plus convivial.

 

La fête ici, c’est tous les soirs, le ton est donné, comme à chaque édition par la grande soirée d’ouverture organisée par des Crus Classés de Graves, Cette année c’est la Famille Perrin qui recevait au Château Carbonnieux les convives venus des quatre coins du monde.

Famille Perrin avec Alain Dutournier (à gauche) « chef d’orchestre » du dîner de Grands Crus Classés de Graves

Le dîner conçu et orchestré par le chef doublement étoilé Alain Dutournier du Carré des Feuillantes à Paris.

Quelques beaux flacons de Crus Classés de Graves

Les flacons exceptionnels de 14 Crus Classés de Graves défilent sur chaque table avec quelques vieux millésimes allant de 1995 jusqu’à 2013 en passant par le majestueux 2000 de Château Haut Brion Rouge servi en Magnum.

 

Le lendemain la fête continue avec le dîner majestueux en l’honneur de la presse internationale au Château Latour à Pauillac.  

François Pinault (au milieu) au Château Latour

La famille Pinault reçoit quelques 450 convives dans un décor champêtre au gout raffiné, sans aucune fausse note entre le bois naturel, du lin et micro potager sur chaque table jusqu’à le menu exceptionnel élaboré par le chef étoilé Michel Guérard.

Décor champêtre, très raffiné du dîner orchestré par Michel Guérard

Haut Brion Blanc 2009

Latour 1975

Les vins sont immenses qui s’accordent à merveille avec des plats qui défilent l’un après l’autre. Pour commencer Haut Brion Blanc 2009 servi en Magnum est t’un pur merveille, en passant par les différents Grands Crus classés 1855 du Médoc entre le millésime1982 et 2000 sans oublier Latour 1975 servi en Magnum et Yquem 2005 pour clôturer le repas.

Latour dans son habit de lumière

La fête se prolonge dans les vignes avec les somptueux feux d’artifices illuminant le ciel de Pauillac.

 

Dans une atmosphère tout à fait différente Pierre Lurton avec sa gentillesse et sa générosité naturelle reçoit ses invités pour le temps d’un déjeuner au Château Cheval Blanc. Depuis quelques années c’est devenu une vraie institution, une occasion unique de découvrir quelques millésimes de Cheval Blanc et Yquem, comme cette fois-ci Cheval Blanc 2004 et Yquem 2014, sans oublier la présentation de Cheval Blanc blanc 2014, le premier millésime de ce nouveau cru issu de 100% Sauvignon blanc, la parcelle de 5 ha pour une première production de 4500 bouteilles pour l’instant.

Cheval Blanc blanc 2014, son premier millésime

Pierre Lurton (à droite) avec Lorenzo Pasquini dans le décor de la Cordillère des Andes dans le chai de Cheval Blanc

A cette occasion Pierre Lurton a présenté également le nouveau né : Cheval des Andes 2013. Cheval des Andes, ce cru argentin de Mendoza sur le terroir unique au pied de la Cordillère des Andes dirigé par Pierre Lurton et son équipe avec Lorenzo Pasquini qui assure la direction technique du domaine. Cheval des Andes nous livre une longue histoire déjà; ce vin qui depuis son premier millésime le 1999 est devenu au cours des années une vraie star qui incarne la perfection du style franco-argentin.

Cheval des Andes 2013, la perfection du style franco-argentin

 

Par ailleurs, sur le Salon les rencontres et les dégustations se multiplient comme celle habituelle de Grands Crus de Bordeaux organisé par UGCB (Union des Grands Crus de Bordeaux) qui proposait pour cette édition les primeurs 2016, le millésime de tous les extrêmes qui a fait tellement parlé de lui.

Aussi grand intérêt pour des nombreuses et fort intéressantes masterclasses qui affichant toujours complet, comme celle sous les hospices de Tempos Vega Sicilia & Primum Familae Vini qui proposé la découverte de la diversité et des différentes facettes du  cépage phare espagnol Tempranillo avec la découverte d’Unico 2005 de Vega Sicilia, la star des vins de Ribera del Duero.

Ou encore les séances de dégustations beaucoup plus intimes et conviviales comme celle de la gamme Penfolds, la star incontestable des vins australiens en présence de son winemaker Peter Gago, grâce à ses explications les cuvées « Bin » et la mythique Grange n’ont plus de secrets (presque)…

Les stars de la gamme Penfolds

Peter Gago winemaker de Penfolds

 

Vinexpo est une véritable plateforme de découvertes, d’échanges et d’idées dédié aux vins et spiritueux du monde entier, c’est aussi une prise de conscience en temps réel des enjeux majeurs économiques de la filière avec aujourd’hui les enjeux climatique et ceux la protection de l’environnement font la une.

Une vingtaine de conférences ont permis d’ouvrir le débat entre la filière et les visiteurs venus de quatre coins du monde avec un vrai échange d’idées avec chacune de parties.

 

La 19ème édition de Vinexpo Bordeaux 2017 a gagné son pari.

 

Rendez-vous est donné pour la 20ème en 2019 !

 

PORTFOLIO

La sélection de quelques jolis flacons dégusté, bu et surtout apprécié à l’occasion de Vinexpo Bordeaux : la danse des étiquettes…

Adresses utiles :

http://www.vinexpobordeaux.com

http://www.crus-classes-de-graves.com

http://www.grand-cru-classe-1855.com

http://www.chateau-latour.com

http://www.chateau-chevalblanc.com

http://www.chevaldesandes.com

http://www.lvmh.fr

http://www.carbonnieux.com

http://www.vegasicilia.com

http://www.pfv.org

http://www.penfolds.com

http://www.ugcb.net

 

 

 

 

.

 

Commentaires fermés sur Vinexpo Bordeaux 2017 le temps du bilan… # reportage


Bordeaux primeurs 2014 #2 Saint-Emilion 1ers GCC « A » les grands Seigneurs…

AUSONE

7 ha

Sol argilo-calcaire et calcaire à astéries

Vendanges : Merlot 4-8 oct. CF 9-11 oct.

Rendement : 27hl/ha

Assemblage : 60CF 40M

85% bois nef

Production : 14 000 bouteilles

Ausone 2014

Ausone 2014

Nez floral, très bon végétal, léger fruité, toucher velouté, petites baies noires croquantes mélangées aux épices, note de réglisse, fruits noirs et baies rouges, boisé très bien intégré, belle acidité, structure tannique travaillé en douceur, finale soyeuse, persistance et fraiche, fidèle à lui même !

19,5/20 

Le Millésime 2014 à Ausone vu par Pauline Vauthier… 

CHEVAL BLANC

Sol graveleux et argileux

Vendanges : 19 sept. au 10 oct.

Rendement : 32hl/ha

Assemblage : 55M 45CF

(70% 1er vin 30% 2eme vin)

Cheval Blanc 2014

Cheval Blanc 2014

Nez expressif, frais, floral, quelques baies rouges, attaque racé, soyeux, note florale, eucalyptus, baies noires, réglisse, menthol, tannins enrobés, vin très aérien avec une bonne assis, excellente fraicheur en finale, persistance et longueur, Grand Cheval.

19,5/20

Millésime 2014 à Cheval Blanc analysé avec une grande précision par Pierre Lurton… 

 

PAVIE

37 ha

Sol argilo-calcaire et calcaire à astéries avec le sol brun argilo-calcaire à texture fine

Vendanges : 3 au10 oct.

Rendement : 34hl/ha

Assemblage : 60M 22CF 18CS

80% bois nef

Pavie 2014

Pavie 2014

Nez fin, floral doté d’un bon végétal, bouche nette, bonne présence, concentration, fruits noirs mélangés avec une note de réglisse, épices douces, structure tannique racée, persistance, fraicheur en finale.

18,5/20

Gérard Perse

Gérard Perse à Hostellerie de Plaisance présente le dernier né Pavie 2014

Avec le millésime 2014 Gérard Perse joue son concerto…

« Tel un chef d’orchestre, Pavie a mis son millésime en musique. Concentrée sur sa partition, mon équipe a composé avec la nature, harmonisant les tannins, jouant avec les arômes.

2014 : un nouvel opus rythmé et mélodieux » Gérard Perse

ANGELUS

39 ha

Sol argilo-calcaire et argilo-sablo-calcaire

Vendanges : 2 au 22 oct.

Assemblage : 50M 50CF

Nez élégant, épicé, précis, toucher nette, vin serré, net et compacte, note florale, violette, rose séchée, note épicée, bouquet de fruits noirs frais, eucalyptus, tannins racés, élégance dans la puissance, tout est précis, frais et longue.

18/20

Hubert de Boüard

Hubert de Boüard

Hubert de Boüard avec le 2014 signe son trentième millésime !

« Ce grand millésime commence par un printemps compliqué, un été difficile, rempli de doutes, mais une volonté farouche de ne pas renoncer et d’être à ‘écoute du vignoble, attentif à ses besoins. Puis dès 25 août, jour après jours, le beaux temps s’installe et la confiance revient. Enfin, octobre est là, doré, chaud, magnifique. Il nous permet de repousser de quelques jours les vendanges des vieux merlots et d’attendre encore la pleine maturité des cabernets francs » Hubert de Boüard

Angélus 2014

Angélus 2014

Chapelle Ausone

Chapelle Ausone

Château Cheval Blanc

Château Cheval Blanc

Château Pavie

Château Pavie

Les carillons de l'Angélus

Les carillons de l’Angélus

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2014 #2 Saint-Emilion 1ers GCC « A » les grands Seigneurs…


Bordeaux primeurs 2014 #1 Analyse complète de la météo…
primeurs 2014, dégustation UGCB

primeurs 2014, dégustation UGCB

Tout d’abord, avant commencer cette chronique quelques chiffres clé sur la dernière campagne de bordeaux primeurs 2014…

C’est avec l’UGCB (Union des Grands Crus de Bordeaux*) que je participe chaque année aux dégustations primeurs à Bordeaux et ça dure depuis quelques belles années déjà ! Cette dernière édition de primeurs 2014 était un très bon cru paraît-il. Déjà en ce qui concerne sa fréquentation, pas la moindre, soit 5966 visiteurs différents dont plus de 20% d’étrangers. En cumulé, la fréquentation totale de cette année correspond à 20 154 entrées, une progression de 20% par rapport à l’édition précédente (celle de primeurs 2013). 69 pays étaient représentés, bien évidemment l’ensemble des marchés principaux des Grands Crus de Bordeaux étaient là comme : Royaume-Uni, la Chine, Hong Kong, la Belgique, la Suisse, les USA, l’Allemagne…  

Il y a des années où la nature est généreuse, tout se passe facilement, sans aucun incident, mais c’est quand même plutôt rare…

La décennie 2000-2010 a vraiment gratifié Bordeaux d’une collection de quelques grands millésimes, tandis que le début de la décennie suivante avec les 2011, 2012, 2013 laisse à désirer…

Vieux Cabernets Sauvignon

Vieux Cabernets Sauvignon

Et enfin arrive 2014, très satisfaisant : « On a sorti un bon millésime, ce qui était inespéré l’été dernier. On a des vins séducteurs sur le plan aromatique avec une belle structure tannique. Sans doute le meilleur depuis 2010. Ce n’est pas un scoop, mais c’est une bonne nouvelle ! » Alain Raynaud, Président du Grand Cercle des vins de Bordeaux

Pour comprendre un millésime, il faut surtout comprendre sa météo avec tous ces aléas climatiques. Bref, comme à l’accoutumée, chaque année Pr. Denis Dubordieu décortique toute la climatologie du millésime en question, bien entendu avec son humeur bien à lui mais sans perdre la notion du réel.

Prof Denis Dubordieu

Prof Denis Dubordieu

Avant toute chose, Denis Dubordieu rappelle toujours les 5 conditions déterminant le millésime parfait de bordeaux rouge :

1) et 2) Une floraison et une nouaison précoces et relativement rapides sous un climat assez chaud, pas trop arrosé propice à une bonne fécondation, assurant des rendements satisfaisants et prédisposer à une maturité homogène.

3) Une contrainte hydrique s’établissant progressivement grâce à un mois de juillet chaud et sec, provoquant le ralentissement puis l’arrêt définitif de la croissance de la vigne avant la véraison. Si ce beau temps n’arrive qu’en fin de maturation, il profite mieux aux Cabernets qu’au Merlot.

4) Une maturation complète des différents cépages grâce à des mois d’Août et Septembre suffisamment secs mais sans chaleurs excessives.

5) Un beau temps moyennement chaud et faiblement arrosé pendant les vendanges permettant d’attendre la maturité optimum de chaque parcelle sans redouter la dilution ou la pourriture des cépages tardifs.

En raison d’une floraison débutée dans les derniers jours de mai sous un climat trop froid mais heureusement poursuivie par temps chaud et ensoleillé, 2014 ne remplit que partiellement les deux premiers des conditions.

Il ne satisfait pas pleinement non plus la troisième, tant juillet frais et moyennement arrosé, interdit tout arrêt de croissance avant la véraison.

Après un mois d’août froid, gris et relativement humide, l’exceptionnel mois de septembre, chaud, sec et ensoleillé permit à 2014 de remplir partiellement la quatrième condition.

Quant à la cinquième, parfaitement remplit grâce à octobre estival, chaud, peu arrosé, autant que lumineux et ensoleillé.

primeurs 2014Bref septembre et octobre ont sauvé le millésime au-delà des espérances et l’ont fait un bon, même très bon notamment grâce aux Cabernets.

Pour les vins blancs secs c’est une autre histoire… leur réussite nécessite des raisins sains, sucré, fruités, suffisamment acides et à pellicules peu tanniques. Cet équilibre s’obtient aisément, sur les terroirs appropriés, si l’été est tempéré, sans chaleur et ni sécheresse excessive après la véraison. Evidemment, la fraîcheur de juillet et août 2014 ainsi que le temps clément de septembre furent propice à un beau millésime de blanc sec.

dégustation UGCB Sauternes 2014

dégustation UGCB Sauternes 2014

Sauternes et Barsac

En raison de journées chaudes et sèches de septembre, la pourriture noble ne s’installa que très lentement sur des raisins sucrés et exceptionnellement acide. Elle ne connut un développement généralisé qu’à partir de la mi-octobre. Le climat stable, chaud et sec de la fin octobre permit de rentrer la majeure partie de la récolte dans des conditions idéales, donc le millésime 2014 peut être considérer comme un très bon, même dans certains cas un excellent millésime de Sauternes et Barsac.

Voici quelques propos des œnologues, consultants, propriétaires de ceux qui sont au cœur des vignes, au cœur des chais, bref de ceux qui font du vin avec la matière que la nature leurs donne…

Pierre Lurton analyse 2014 à Cheval Blanc et Yquem, pour lui il y a une certaine similitude avec le 2001…

 

Alain Reynaud avec une certaine sagesse compare le 2014 avec le 2008…

« 2014 est un millésime si particulier que l’on a bien du mal à le comparer. Encore un exemple qui nous met face à l’inconnu. Ce que l’on n’a pas eu avant, nous l’avons eu après : le soleil, la chaleur, la lumière ! , une particularité très forte de ce millésime. Un contraste aussi marqué entre le début et la fin de l’été, comme si on avait inversé les saisons, ne rappelle aucun autre millésime.

Petit à petit les différents cépages nous ont montré leur visage… Les vins 2014 sont droit, mais pas stricts, ils sont onctueux sans lourdeur, tendus sans verdeurs, tout simplement grands » Eric Boissenot, œnologue

À-propos :

Olivier Bernard, Président de UGCB

Olivier Bernard, Président de UGCB

*Union des Grands Crus de Bordeaux présidé par Olivier Bernard (Domaine de Chevalier)

Association crée en 1973 qui regroupe aujourd’hui 133 Grand Crus provenant des appellations les plus nobles de la Gironde : Médoc, Haut-Médoc, Saint-Estèphe, Pauillac, Saint-Julien, Margaux, Moulis, Listrac, Graves, Pessac-Léognan, Sauternes, Barsac, Saint-Emilion et Pomerol, ayant en commun une même exigence qualitative.

Et comme on dit toujours que la vérité se trouve au fond d’un verre, donc on passe à la dégustation et quelques notes dans les chroniques qui vont suivre… en tout cas je me consacre surtout aux coups de cœur et pas vraiment aux coups de gueule…

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2014 #1 Analyse complète de la météo…


Bordeaux primeurs 2012 Episode 2 – Saint Emilion Premiers Grands Crus Classés « A »
arrivée de printemps dans la vigne

arrivée de printemps dans la vigne

Tout au long des chroniques qui vont suivre, vous allez découvrir mes notes de dégustations, suite aux dégustations primeurs que j’ai effectuées durant la première quinzaine d’avril dans les différents châteaux. Ainsi vous allez trouver des informations sur les vins en question et surtout vous allez découvrir plusieurs interviews de ceux qui sont au plus près de chaque cru où ils décrivent entre autres leurs avis sur ces vins ou encore leurs difficultés face au millésime…

Je ne présente pas tous les vins, c’est juste une sélection, ma sélection, une photographie d’un vin précis au moment précis de la dégustation. Rien n’est figé… !

2012 – l’année des grands Merlots sur leurs terroirs de prédilection (calcaires, argileux ou argileux graveleux). Ils sont véritablement réussis ; colorés, fruités, denses et suaves. Leur rôle sera déterminant dans les assemblages.

Saint Emilion 1ers Grands Crus Classés « A »

les caves d'Ausone

les caves d’Ausone

Château Ausone

Ausone 20127 ha sur un sol argilo-calcaire et calcaire à astéries

Rendement : 32hl/ha

Vendanges : 9, 11 et 12 octobre pour le Merlot, 13, 15 et 17 pour le Cabernet Franc

Assemblage : 55%  CF, 45% M

élevage 20 mois en barriques (85% neuve)

Production : 18 000 blles

Aujourd’hui et c’est déjà depuis quelques millésime Pauline Vauthier s’investie à fond à coté de son père si bien à la vigne qu’au chai. Petit à petit cette jaune femme très intègre et surtout très douée prend la relève.

Dégustation :

Robe pourpre, très dense presque noire, très brillant, nez de fruits noirs, bourgeons cassis, bouche soyeuse, toucher fin, fruits noirs frais, note épicée, tanins nobles, structure poudreuse, belle longueur, fraicheur exceptionnelle, toujours au top.

19/20

Pauline Vauthier présente le millésime 2012 à Ausone…

« combinaison des tanins et des fruits… millésime tardif… frillant et gourmand qui viendra rapidement sur nos tables entre 5 et 10 ans… »

Château Cheval Blanc

Cheval Blanc 2012Les conditions climatiques à Cheval, avec la moitié de la saison pluvieuse et la deuxième très sèche sont très similaires à celles enregistrée en 2000 avec le profil des températures étonnamment proche entre ces deux millésimes. Sinon le vin (selon Pierre Lurton) ressemble étrangement à 1998 et 2001 avec cette pureté de fruits. C’est une année stratégique au niveau des hommes, année des grands terroirs…

Vendanges : dès 27 septembre pour le Merlot et le 6 octobre pour le Cabernet Franc jusqu’au 13 octobre

Assemblage : 54% M 46% CF

Production env. 80.000 bouteilles

Pierre Lurton dans le nouveau chai

Pierre Lurton dans le nouveau chai

Le nouveau chai conçu par architecte Christian de Portzamparc inauguré en 2011, ce nouvel outil moderne et surtout ultra pratique a permis dans un millésime un peu compliqué comme 2012 de travailler dans la pure précision en respectant individuellement chaque de 35 parcelles avec 45 lots qui rentrent dans l’assemblage ainsi que chaque chaque cépage (M et CF).

Dégustation :

Robe profonde, pourpre, nez frais, fruits rouge et noirs, en bouche belle matière, texture, fruits croquants, note épicée, mentholée, tanins nobles, finale minérale, toute en longueur, grande classe.

18,5/20

Pierre Lurton présente le millésime 2012 à Cheval Blanc…

Ch Pavie

37 ha sur les terroirs très diversifié : « plateau » calcaire de Saint Emilion, avec un sol argileux-calcaire et calcaire à astéries,« milieu de côte » sur un sol brun argilo-calcaire à texture fine.

Pavie 2012

Pavie 2012

Rendement : 28 hl/ha

Vendange : vendanges du 11 au 18 octobre

Assemblage : 60% M 25% CF 15% CS

élevage : 80% bois nef

2012 est un premier millésime du nouveau classement pour Pavie celui du 1er GCC « A »

Des divers travaux ont été effectués dans des parcelles comme le palissage rehaussé pour augmenter la surface foliaire, ainsi que la taille adapté précisément à l’âge des vignes.

Vinification parcellaire dans les cuves bois.

Ch Pavie a également investi dans un nouveau chai, projet confié à l’architecte et décorateur Alberto Pinto, qui sera inauguré juste à la veille de Vinexpo (il y aura une chronique spéciale consacrée à cet évènement).

Dégustation :

Robe rouge profond, belle brillance, nez puissant, fruits noirs, réglisse, petite note boisée, attaque soyeux, belle structure, beaucoup de profondeur, note de cassis, mûr, jus très frais, structure tannique racée, puissant sans lourdeur, boisé fin, finale fraiche.

18/20

Château Angélus

Angélus 201234 ha sur un sol argilo-calcaire et argilo-sablo-calcaire

Vendanges : dès 8 octobre pour le Merlot et 18 octobre pour le Cabernet Franc

Vinification dans les cuves inox, béton et bois

Elevage 18-24 mois en barriques neuves

Assemblage : 55% M 45% CF

Production : env. 90 000 bouteilles

2012 est le premier millésime du nouveau classement pour Angélus celui du 1et GCC « A »

Aujourd’hui Stéphanie de Boüard a rejoint son père, après quelques années passées à l’étranger dans la finance, pour travailler avec lui à Angélus.

Nouveau chai en construction également, projet confié à Jean-Pierre Errath, ancien architecte des Bâtiments de France.

nouveau chai d'Angélus en travaux

nouveau chai d’Angélus en travaux

Dégustation :

Robe rubis fonce, brillant, nez frais, délicat, petits fruits rouges et noirs, attaque suave, frais, fruits noirs et rouge écrasés, quelques épices douces, poivre blanc, tanins gracieux, élégants, belle finesse, long avec une note saline.

18/20

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2012 Episode 2 – Saint Emilion Premiers Grands Crus Classés « A »


Bordeaux Primeurs 2011 – Episode 6 Yquem 2011 un grand millésime…


Année très précoce avec une floraison de 3 semaines d’avance. Au mois d’août le beau temps s’installe pour durer jusqu’à fin d’octobre. Les pluies de fin août déclenchent le développement de la pourriture noble sur ensemble du vignoble. Vendanges par quatre tries successifs 6-7 septembre pour s’achever 3,4 et 5 octobre. Des vendange très rapides groupées sur cinq semaines sous un temps chaud et sec. 2011 donne un millésime très intéressent avec des jus  d’une extrême richesse et complexité grâce aux baies rôties mélangés avec des raisins moins évolués qui contribuent à la complexité aromatique du vin et sa grande fraîcheur. 

Assemblage : 80% semillon 20% Sauvignon

Rendement 16 hl/ha

Brillance éclatante d’Yquem 2011

Nez délicat, très frais, toucher taffetas, notes de fruits frais, abricot, agrumes, petite note poivrée, caramel salé, grande finesse, vin très aérien sans perdre sa présence et ampleur en bouche, excellent équilibre acidité/sucre, grande fraîcheur, longueur sans fin…

19,5

Millésime 2011 à Yquem vu par Pierre Lurton , DG

Commentaires fermés sur Bordeaux Primeurs 2011 – Episode 6 Yquem 2011 un grand millésime…


Bordeaux primeurs 2011 – Episode 2 Premiers Grands Crus Classés de Saint Emilion : Ausone et Cheval Blanc

le printemps, la vigne s’éveille…


…les merlots sur calcaires et argiles sont colorés, profonds avec une belle fraîcheur et magnifiques cabernets franc pour compléter les assemblages…

Chaque année la dégustation en primeurs des Premiers Grands Crus Classés de Saint Emilion me donne quelques frissons. Certes,  je suis en présence de grands vins, même de très grands, pour être précise et je me pose toujours la même question : est ce qu’ils vont être à la hauteur ?

A la hauteur de quoi ? De son millésime, de son cru, de son terroir, de son vinificateur ? Voilà ma vraie question !

Deux Vins, Deux Styles, Deux Hommes…

petite brume matinale sur la vigne d’Ausone…

Château Ausone (StEm1erGCC « A »)

7ha

Vendanges fin septembre au 15 octobre

55% Cabernet Franc

45% Merlot

fermentation et cuvaisons 4 semaine en cuves bois

élevage 20 mois 100% bois neuf

production 18 000 blles

Aujourd’hui Ausone utilise Tri-baies, selon Alain Vauthier, c’est un outil extrêmement habile et précis dans des millésimes dit «difficile »

J’avoue que depuis des nombreuses années je déguste Ausone en primeurs et je n’ai jamais vraiment rencontré aucune déception avec ce cru. Même dans des millésimes difficiles il s’en sort toujours bien, à la hauteur de son devoir…

2011 paraît profond, riche, droit, avec un équilibre acidité/fruits/tanins parfait et une fraicheur nette en finale, c’est le classicisme qui règne… Comme dit très justement Pauline Vauthier, qui s’investit de plus en plus à coté de son père pour Ausone, les cabernets franc étaient vraiment exceptionnels en 2011… !

19,5/20

Alain Vauthier avec Pauline dans le chai d’Ausone

Chapelle d’Ausone

60% Merlot

30% Cabernet Franc

10% Cabernet Sauvignon

production 8000 blles

30% de la production totale avec 60% pour le premier vin (Ausone)

Son aspect suit parfaitement le premier vin avec une approche plus facile mais parfaitement structurée, à ne pas confondre avec la notion simpliste.

Nouveau chai ultra moderne de Cheval Blanc

Château Cheval Blanc (StEm1erGCC « A »)

Vendanges du 6 au 28 septembre

52% Cabernet Franc

48% Merlot

Le cycle de la vigne fût très précoce avec débourrement fin mars, la floraison mi-mai sur les deux cépages, La mi-véraison fin juillet pour le cabernet franc fût également la plus précoce enregistrait à Cheval. Les conditions climatiques exceptionnelles de septembre permettent d’attendre la maturité parfaite dans chaque de 44 parcelles. Surtout celles de cabernets franc plus tardifs. Sur les sols graveleux et argileux les baies sont plus riches en composés phénoliques que la moyenne sur les six dernières  années. Ce qui s’explique par le poids des baies plus faible. En revanche sur les sols sableux les valeurs sont quasi identiques. Ce qui est aussi exceptionnel et inhabituel que les cabernets franc sont plus sucrés, plus riches en composés phénoliques que les baies de merlots.

Le tout nouveau chai de Cheval inauguré en juin 2011 tombe à pic pour son baptême avec  un millésime difficile et imprévisible. Grâce à ce nouveau outil ultra performant, chaque de 44 parcelles a pu profiter d’une vinification très précise et individuelle.

A la dégustation le résultat est concluant :

Toucher de bouche soyeux, belle densité, précision dans son équilibre, note florale et fruité, tanins nobles avec une finale longue sur le signe d’une grande fraicheur.

19/20

Pierre Lurton dans le nouveau chai de Cheval Blanc

Petit Cheval

75%  Merlot

25% Cabernet Franc

20% de la production totale avec 65% pour le premier vin (15% écarté pour le vrac)

Frais, net et précis avec le jolis fruits et texture généreuse.

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2011 – Episode 2 Premiers Grands Crus Classés de Saint Emilion : Ausone et Cheval Blanc


Qu’est-ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent-ils ? (3) Témoignage de Pierre Lurton…

Voici les propos de Pierre Lurton, gérant et directeur du Château Cheval Blanc et PDG du Château d’Yquem…

Pierre Lurton

« Je me suis souvent posé la question de savoir pourquoi il y a des endroits privilégiés sur la Terre ? Je me suis rendu compte, que c’était souvent la rencontre à la fois d’un grand terroir, la rencontre d’une climatologie, mais aussi la rencontre d’hommes qui sont en symbiose avec tout ça, au titre d’une politique élitiste. Et ces décors ne se sont pas mis en place comme ça, du jour au lendemain, je suppose… Tout de même, il y avait des bonnes fées qui étaient là, et le terroir en premier lieu. Il est fondamental pour faire des grands vins et des grands tanins, pour qu’ils aient une grande élégance et une grande subtilité, qu’ils aient les terroirs, qui aient suffisamment d’exposition et de régulation intelligente de l’eau pour que la maturité des raisins soit parfaite. Mais, il faut aussi des hommes qui aient la légèreté de les comprendre, une grande humilité pour les servir, et qui, effectivement à partir de là, sont capables de composer comme d’un bel instrument, de prendre tous les risques pour sublimer la matière. Quand il se fait une symbiose entre un terroir et les hommes, il se fait une connaissance tellement importante qu’on va au delà du geste, et le geste devient encore plus élégant. En fait, on travaille l’élégance du geste, on travaille une certaine perfection, un certain équilibre, une certaine harmonie, qui aboutit à un résultat que nous connaissons de ces grands vins. Je pense, que c’est une affaire d’expérience, de savoir faire, comme une couture qui se fait à la main chez Hermès ou chez Vuitton, c’est finalement le travail de l’homme qui se fait sur une matière première de qualité. Car, il  faut une matière première de qualité et quand on rencontre les deux, on arrive souvent au sublime, à l’excellence »

Je vous invite à la visite virtuelle du nouveau chai de Château Cheval Blanc 1er GC Classé « A » par architecte Christian de Portzamparc en un seul CLIC…

Commentaires fermés sur Qu’est-ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent-ils ? (3) Témoignage de Pierre Lurton…



%d blogueurs aiment cette page :