vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Bordeaux primeurs 2017 – Faut-il investir ? # analyse # notes de dégustations…

Hangar 14, dégustations primeurs 2017 organisé par l’Union des Grands Crus de Bordeaux

Pour comprendre les appréciations et des notes de vins de bordeaux 2017, une analyse précise du millésime s’impose.

Il y a des millésimes « dit » faciles ou difficiles, millésimes de vignerons, millésimes classiques, grands ou exceptionnels, bref les millésimes tout simplement, qu’aucun ne ressemble pas vraiment à un autre.

 

Où on situe dans tout ça le millésime 2017 à Bordeaux ?

 

C’est un millésime miracle pour certain, le millésime injuste pour d’autres, d’ores et déjà c’est un millésime qui a beaucoup fait parlé de lui et il va sûrement pas arrêter de nous surprendre, ce que j’ai pu constaté après mes premières dégustations de primeurs.

En tout cas, en vu des circonstances c’est un millésime qu’il faut re-déguster plusieurs fois, ne pas s’arrêter sur les idées reçues. Certes beaucoup de producteurs ont été touché par les deux épisodes du gel : du 22 et 23 avril ainsi que 27 et 28. Certains ont perdu une parti ou même une récolte entière sur un cru.

Au total ces deux épisodes ont détruit de 30 à 50% de la récolte 2017 en Gironde.

Et comme le malheur n’arrive pas tout seule, d’autre pays européens, les grands producteurs des vins ont connus le même sort.

 

Hélas, le millésime 2017 nous rappelle durement les risques de tous le jours associés à la viticulture. Cette année là restera en effet dans la mémoire collective en raison de ce fameux gel de la fin avril qui a anéanti près de la moitié de la récolte bordelaise. Il a mis à rude épreuve surtout les propriétaires de la rive droite, mais également n’a pas épargné certains de la rive gauche.

Comme souvent, les dégâts furent aussi importants qu’inégaux, épargnant des appellations entières alors que certains crus ne produisirent rien ou quasiment pas de raisins en 2017.

La conclusion peut paraître un peu rapide mais il s’agit d’un millésime dextrement hétérogène.

 

Le printemps arrive dans la vigne

Il faut rappeler les cinq conditions auxquelles est soumise la réussite d’un millésime de vins rouges à Bordeaux.

 

1) et 2) une floraison et une nouaison relativement rapides et homogènes sous un climat assez chaud et pas trop arrosé pour assurer une bonne fécondation et prédisposer à une maturité homogène.

 

3) une contrainte hydrique s’établissant progressivement grâce à un mois de juillet chaud et sec, provoquant le ralentissement puis l’arrêt définitif de la croissance au plus tard au début de la véraison.

 

4) une maturation complète des différents cépages grâce à des mois d’août et septembre suffisamment secs mais sans chaleurs excessives.

 

5) un beau temps, moyennement chaud et faiblement arrosé pendant les vendanges, permettant d’attendre la maturité optimum de chaque parcelle sans redouter la dilution, la pourriture, ou la perte des arômes fruités.

 

En 2017, la douceur des mois de février et mars a conduit à une reprise de végétation précoce. Les faibles précipitations et l’ensoleillement du début du printemps ont favorisé une croissance rapide de la vigne.

Le climat particulièrement chaud du mois de mai a permis une floraison précoce, rapide et homogène dans les vignobles épargnés par les épisodes du gel de mois d’avril.

Fin juin, des épisodes orageux retarde l’installation progressive de la contrainte hydrique, malgré un été exceptionnellement sec, sans chaleur excessive avant la dernière semaine d’août.

Les conditions climatiques se dégradent au début du mois de septembre, faisant craindre pour les cépages rouges un développement massif de la pourriture grise.

Un retour providentiel à des conditions anticycloniques permettra aux merlots cultivés sur les terroirs les plus tardifs ainsi qu’aux cabernets d’achever leur maturation sous un climat favorable.

Les raisins blancs, mûrs très tôt, ont ainsi pu conserver leur acidité et leur fraîcheur aromatique, tandis que l’alternance d’épisodes pluvieux et de périodes sèches a permis l’installation de la pourriture noble puis la concentration rapide des raisins destinés à l’élaboration des vins liquoreux.

 

Si les cinq conditions d’un grand millésime ne sont pas toutes satisfaites en 2017, il était tout à fait possible, sur les parcelles épargnées par le gel, de produire des vins rouges colorés, fruités, savoureux, possédant un joli potentiel de garde.

 

Une floraison précoce et rapide permise par un retour du printemps au mois de mai, ainsi, dans les vignobles épargnés par le gel, les premières fleurs sont apparues juste avant le pic de chaleur et la mi-floraison pratiquement deux semaines plus précocement qu’en 2016 mais tout de même moins tôt qu’en 2011.

La floraison s’est étalée pendant une dizaine de jours dans des conditions extrêmement favorables. La nouaison a également été homogène et rapide.

 

Pour les vignes, les deux premières conditions d’un grand millésime, à savoir une floraison et une nouaison rapides et homogènes sont parfaitement satisfaites, sans accident marqué de coulure et avec une belle homogénéité des grappes.

 

Dans certains vignobles sinistrés par le gel, la reprise végétative fut longue à se manifester, seulement la fin du mois de mai, selon l’intensité du gel observé et la vigueur des vignes,

Un été exceptionnellement sec, qui pour autant n’a pas permis l’installation d’une contrainte hydrique suffisamment précoce.

Juillet en particulier fut moins ensoleillé qu’un mois de septembre.

Malgré un déficit hydrique hivernal et printanier important et la quasi absence de pluie en juillet, heureusement l’épisode pluvieux important de juin a pu renouveler les réserves en eau des sols et décalé l’installation progressive de la contrainte hydrique.

Le ralentissement puis l’arrêt de la croissance végétative ne se sont pas déroulés comme espéré avant le début de la véraison, au cours de la seconde décade de juillet.

En revanche, ces conditions ont été favorables aux vignes gelées, qui dans un contexte de températures douces et sans contrainte hydrique ont pu dans certains cas rattraper les parcelles épargnées par le gel. La véraison fut atteinte deux semaines plus tard.

L’absence de pluie en juillet et août a permis l’installation progressive de la contrainte hydrique avec une intensité comparable à 2016 mais avec un retard d’une dizaine de jours

L’arrêt de croissance provoqué par une contrainte hydrique suffisante avant le début de la véraison fut noté après la fin de la véraison, trop tardivement, donc la troisième condition nécessaire à l’obtention d’un grand millésime de rouge n’était pas remplie complètement à l’exception des sols les plus drainants.

Un millésime précoce et des pluies début septembre ont précipité le début des vendanges.

 

Les vendanges des blancs secs ont débuté dans le Sauternais dès le début de la deuxième quinzaine d’août, soit un record de précocité pour certaines propriétés.

 

Dans la région des Graves et Pessac Léognan, la récolte fut également l’une des plus précoces des dix dernières années.

Elle commence par le Sauvignon blanc, sous le soleil de la fin du mois d’août et s’acheva à la mi-septembre par les Sémillon les plus tardifs.

Le temps frais de la mi-août a permis une maturation des raisins tout en préservant leur acidité et leur potentiel fruité.

Les équilibres des raisins blancs étaient dignes des plus grands millésimes, avec une richesse en sucres tout à fait convenable, une acidité élevée et un potentiel aromatique très prometteur.

Malheureusement, les rendements sont nettement plus faibles qu’en 2016, notamment en raison des épisodes de gel.

Pour les cépages rouges, les Merlots, dont le potentiel était très intéressant fin août, subissent les conséquences des précipitations de début septembre.

Leur récolte doit être par endroit anticipée au cours de la deuxième décade de septembre afin de limiter le développement de la pourriture grise.

Une nouvelle fois, le mois de septembre était décisif dans la réussite du millésime, les merlots n’ont pas bénéficié de conditions idéales pour achever leur maturation, excepté sur les sols les plus tardifs (calcaires et argilo-calcaires).

La quatrième et la cinquième condition, à savoir une période sèche sans chaleur excessive pour attendre la maturité optimale et un temps clément pendant les vendanges ne furent que très partiellement remplies pour les Merlots.

Une arrière-saison ensoleillée et sèche a permis de récolter des Cabernet-Sauvignon à maturité et dans de bonnes conditions.

Les précipitations de la première partie de septembre avaient suscité de vives inquiétudes pour l’état sanitaire des Cabernet-Sauvignon, l’arrière-saison providentielle a permis d’attendre leur maturité.

La récolte se déroule sans accidents dans des conditions plus sereines, et se termine la première semaine d’octobre, soit deux semaines plus tôt qu’en 2016.

La dernière condition pour un grand millésime de rouge, à savoir un temps clément pendant les vendanges, fut remplie pour le Cabernet Sauvignon.

 

Une des caractéristiques des raisins rouges de 2017 est sûrement leur teneur élevée en acide malique, conjuguée à un potentiel tannique plus faible que d’habitude.

L’arrêt de croissance végétative fut observé plus tard, la maturation était bien enclenchée fin août avec le potentiel phénolique prometteur.

Hélas, les pluies de début septembre n’ont pas permis cette dernière étape : le poids des baies, les teneurs en sucres et les anthocyanes ont stagné.

La maturité technologique fut néanmoins convenable, avec une fraîcheur aromatique marquée, mais un potentiel polyphénolique modéré.

 

Pour les vins liquoreux, les caractéristiques climatiques du mois d’août ont globalement permis le développement du Botrytis. Le temps sec et chaud de la fin de l’été a d’abord entraîné des phénomènes de passerillage, puis les pluies de début septembre ont déclenché l’installation du champignon.

 

Conclusion

 

Le millésime 2017 constitue une réussite majeure pour les vins blancs secs de Bordeaux, nettement supérieurs aux 2015 et 2016. Les sauvignons sont mûrs et vifs, très aromatiques, avec beaucoup de race et d’éclat.

 

Les vins liquoreux de pourriture noble impressionnent par leur richesse et leur puissance. Issus d’un développement rapide et homogène du Botrytis, ils possèdent une grande pureté et une forte intensité aromatique. Ils ont su préserver de l’acidité permettant d’équilibrer une concentration en sucre souvent élevée.

 

En début d’élevage, les vins rouges du millésime 2017 se révèlent très satisfaisants à très bons dans les propriétés épargnées par le gel. Colorés, dotés d’un intense arôme fruité, ils ne sont pas aussi denses que dans les grands millésimes mais possèdent un caractère savoureux très séduisant.

En revanche, les vins issus de parcelles gelées portent les stigmates du traumatisme de la vigne, dans certains cas, ils sont végétaux manquent un peu de chair.

A rappeler que la rive droite et surtout l’appellation Saint-Émilion a été plus durement touchée par le gel, que la rive gauche.

A savoir que certains château comme Dassault, Fonbel, Rol Valentin, Larmande, Lamarzelle Figeac, Fleur Cardinale et bien d’autres, ne produisent pas ou quasiment pas de vins en 2017.

Malgré cette hétérogénéité des vins, le millésime 2017 est capable de nous surprendre, surtout il a fallu bien gérer les extraction, les boisés en laissant la place à l’élégance, la finesse, la fraicheur, les tanins ciselés et enrobés, bref avoir des vins digestes qui vieillirons bien dans beaucoup de cas. 

Maintenant on peut se poser la question, si le 2017 va se vendre, est ce qu’il faut acheter les bordeaux 2017, certes la campagne de primeurs a bien démarré, certes on peut déjà constater les baisses de prix, même considérables pour certains crus , c’est une affaire à suivre de tout près, surtout que 2017 est précédé par deux excellents millésimes comme 2015 et 2016. 

Mais d’ores et déjà on peut confirmer après les premières dégustations, que le millésime 2017 donnera du plaisir aux consommateurs, donc  trouvera parfaitement sa place dans une cave d’un amateur de bordeaux. 

Comme chaque année la majorité de dégustations de primeurs ont été organisé avec beaucoup de professionnalisme pour la filière viti-vinicole et la presse par l’Union des Grands Crus de Bordeaux présidée par Olivier Bernard (propriétaire du Domaine de Chevalier, Pessac-Leognan).

Bon à savoir que que tous les vins ont été dégustés au début d’avril à partir des échantillons prélevés en barriques, mais certains crus j’ai eu occasion de le re-déguster courant le mois de mai.

 

***  Les vins qui m’ont ému… 

 

RIVE DROITE

 

SAINT-EMILION

 

Alain Vauthier devant les caves d’Ausone

Ausone ***

7,25 ha (vignoble pas du tout impacté par le gel)

55% CF 45% M

Plateau calcaire, coteau argilo-calcaire

Rendement 35 hl/ha production 23 000 bouteilles

Elevage 20 mois en barriques 100% neuves

Toucher net, précis, croquant de fruits noirs, cerise, épices douces, joli texture, note poudreuse, tanins élégants, belle longueur et fraicheur en finale, très gourmand.

19/20

Chapelle d’Ausone

50% M 40% CF 10% CS

Rendement 35 hl/ha production 5 500 bouteilles

Elevage 20 mois en barriques neuves

17/20

 

Cheval Blanc***

Vignoble impacté 30% par le gel

56% M 30% CF 14% CS

Rendement 21 hl/ha production 45 000 bouteilles

En bouche très droit, marqué par les petits fruits noirs frais, belle texture, structure serrée, tanins racés, vin bien équilibré, avec une belle note minérale en finale.

19/20

Petit Cheval

52% M 48% CF

Très petite production de seulement 5000 bouteilles

16,5/20

Parfaite explication du millésime par Pierre Lurton,DG

 

 

 

 

Stephanie de Boüard Rivoal représente la 8e génération aux commandes de L’Angélus

Angélus

27 ha

70% M 30% CF

Sol argilo-calcaire et argilo-sablo-calcaire

Nez légèrement torréfié, note de fruits noirs frais mélangés aux épices,  poivre sauvage, tannins ronds, joli volume en bouche, vin frais, gourmand.

18/20

Carillon de l’Angélus

90% M 10% CF

16/20

 

Gérard Perse, propriétaire de Pavie

Pavie

37 ha

60% M 22% CF 18% CS

32 hl/ha

Sol argilo-calcaire et brun argilo-calcaire à texture fine

Nez floral, discret, en bouche toucher net, forte note d’épices, réglisse, bois de cannelle, belle persistance, finale fraiche avec une note boisée.

18/20

Arômes de Pavie

65% M 18% CF 17% CS 

 

François Mitjavile, propriétaire de Tertre Roteboeuf

Tertre Roteboeuf***

80% M 20% CF

Toucher net avec une belle vivacité de petits fruits noirs, note torréfiée, poivre sauvage, léger menthol, texture poudreuse, belle persistance, fraicheur, long avec petite salinité en finale.

19/20

 

Bélair-Monange***

90% M 10% CF

Bouche nette; précise, fraicheur de fruits mûrs, acidulés, joli mâche, note poudreuse, chocolatée, texture élégante, tanins ciselés, élégants, finale toute en finesse avec son coté mentholé et frais.

18,5/20

 

Valandraud

8ha

Touché par le gel à 25%

85% M 15% CF

Toucher fin, soyeux, note de fruits noirs frais, note poivrée, bois de cannelle, chocolat noir en poudre, structure tannique élégante, belle volume, finale mentholée, fraiche, gourmand.

18/20

 

Boséjour Duffau Lagarrosse

6,19 ha

38hl/ha

88% M 12% CF

Net, frais, quelques fruits noirs éclatants, vin assez serré avec une bonne matière, tannins racés, finale épicée, bonne fraicheur.

17/20

 

Canon

77% M 23% CF

(par chance pas du tout touché par le gel)

Toucher soyeux, fruits noirs écrasés, croquant de fruits, note florale, épices douces, joli volume, fraicheur, finesse de tannins.

18/20

 

Canon la Gaffelière

60% M 30% CF 10% CS

Touché par le gel à 65%

16 hl/ha

Certifié en Bio

Toucher net, épices douces, fruits noirs croquants, joli volume, réglisse, épices douces, chocolat noir, finale fraiche, mentholée, épice, élégance de tannins.

17,5/20

 

La Dominique

Toucher net, croquant de fruits noir acidulés, note chocolatée, poivre blanc, tanins élégants, fins, finale minérale, fraicheur, gourmand.

16,5/20

 

Clos Fourtet

86% M 10% CS 4% CF

Touché par le gel à 30%

Toucher fin, soyeux, réglisse, épices douces, bois de cannelle, cerise noire croquante, note mentholée, tannins soyeux, élégant, fraicheur.

17/20

 

Grand Mayne

85% M 13% CF 2% CS

Toucher soyeux, note chocolatée, fruits noir écrasés, bois de cannelle, croquant de fruits noirs, tannins net et soyeux, finale fraiche.

 

Larcisse Ducasse

11,15 ha

34 hl/ha

92% M 8% CF

Toucher soyeux, note épicée, fruits noirs croquant, chocolat noir, cerise noire fraiche, poivre sauvage, tanins racés et soyeux, belle fraicheur en finale, belle longueur.

16,5/20

 

Nicolas Thienpont, gérant de Pavie Macquin et de Larcisse Ducasse

Pavie Macquin***

13,5 ha sur le plateau argilo-calcaire

34 hl/ha

80% M 18% CF 2% CS

Toucher net, précis, croquant de fruits noirs, réglisse, chocolat noir en poudre, note floral, botanique, milieu acidulé, finale minérale, fraiche, tanins soyeux, belle volume, fraicheur, minéralité, note mentholée.

17/20

 

Rol Valentin***

7,3 ha

100% M

50% bois nef

Vignoble considérablement impacté par le gel, produit seulement 5000 bouteilles

Joli fruits frais, fraicheur, note épicée, boisé bien intégré, joli texture, tanins fins, belle élégance.

16/20 

 

Troplong Mondot

85% M 13% CS 2%CF

Toucher soyeux, net, frais, fruits noirs acidulés, note poivrée, note saline, tannins soyeux, joli texture, finale fraiche et nette.

17/20

 

Trottevieille***

Touché par le gel à 20%

56% CF 43% M 2% CF (exceptionnellement CF privilégié dans cet assemblage)

Toucher fin, soyeux, épices douces, poivre sauvage, fruits noirs frais acidulés, note florale, belle volume, tannins poudreux, fraicheur, note saline en finale.

17/20

 

Villemaurine

Toucher fin, vin net et droit, note épicée, bois de cannelle, fruits noirs, poivre sauvage, finale mentholée, belle complexité, fraicheur.

15,5/20

 

POMEROL

 

Olivier Berrouet, directeur technique et oenologue de Petrus

Petrus***

100% M

25 000 bouteilles

50% bois nef

Vin net, droit et précis, éclatante fraicheur de fruits noirs, bourgeons de cassis, épices douces, réglisse, note florale, belle complexité de l’ensemble, tanins ciselés, finale longue avec une note minéral.

19/20

 

Jacques Thienpont, propriétaire de Le Pin

Le Pin***

100% M

32hl/ha

(épargné par le gel)

Toucher net, précis, panier de fruits acidulés, cerise noire, note de réglisse, mentholée, note florale, belle texture, structure tannique élégante, vin soyeux, frais et gourmand.

18,5/20

 

La Conseillante

85% M 15% CF

(2ha en bas du plateau sur 12ha frappé par le gel)

34 hl/ha

70% bois nef

Toucher fin, soyeux, note d’épices, fruits noirs, tanins ronds, élégants, joli texture de l’ensemble, finale fraiche.

17/20

 

L’Eglise Clinet***

90% M 10% CF

5ha sur le plateau argilo-calcaire

70% bois nef

Toucher soyeux avec une belle acidité croquante, léger boisé, quelques baies acidulés, vin précis, droit, tanins enrobés, ciselés, en finale note poudreuse, vin complexe avec une belle texture.

18/20

 

Certan de May

5,5 ha

70% M 25% CF 5 CS

Soyeux avec une note boisée, bois de cannelle, note de fruits noire, petite note chocolatée,tannins racés, vin précis et frais.

17/20

 

Hosanna

4,5 ha

70% M 30% CF

Net, précis, fruité très éclatant, fraicheur, note épicée, florale, vin complexe, élégant avec une excellente persistance.

17,5/20

 

La Fleur Petrus

18,7 ha

91% M 6% CF 3% PV

Toucher net, vin frais avec une belle minéralité, note de fruits rouges acidulés, note florale, violette, tannins enrobés, fins, beaucoup de précision, vin ciselé, complexe avec une persistance et longueur.

18/20

 

Trotanoy***

7,2 ha

90% M 10% CF

Toucher soyeux, velours, finesse, fruits noirs mûrs avec une grande fraicheur. vin très précis, bien structuré avec une texture élégante, tannins enrobés, poudreux, finale longue, fraiche et gourmande.

18,5/20

 

Nenin

58% M 42% CF (7% vins de presse dans l’assemblage)

15,5 hl/ha

35% bois nef

Bouche fraiche, soyeuse et épicée, réglisse, quelques petits fruits noirs acidulés, structure fine, tanins arrondis, finale mentholée.

17/20

 

Beauregard

60% M 40% CF (forte proportion du CF causé par le gel d’une partie de Merlot)

Fin, soyeux, épicé, fruits noirs écrasés, note poivrée, floral, tannins soyeux, finale mentholée, fraicheur.

17/20

 

Le Bon Pasteur

Net, soyeux, bois de cannelle, cerise noir écrasée, réglisse, milieu chocolat en poudre, floral, bonne fraicheur, finesse.

16,5/20

 

La Cabanne

Toucher frais, net, croquant de fruits noirs, note florale, rose séchée, structure tannique élégante, belle fraicheur en finale, long.

16,5/20

 

Clinet

Soyeux, net, précis, fruits noirs croquants, chocolat noir en poudre, bois de cannelle, tannins rondes, finale minérale, vin précis.

15,5/20

 

La Croix de Gay

Soyeux, épices douces, fruits noirs, cerise noire croquante, note mentholée, tannins soyeux, finale épicée, fraicheur, douceur.

15,5/20

 

Gazin***

95% M 5%CF (quasiment pas touché par le gel)

Net, soyeux, précis, fruits noirs frais, écrasés, petite note de bois de cannelle au milieu, note florale, tannins fins, finale fraiche et gourmande.

17/20

 

Rouget

Toucher Soyeux, fin, bois de cannelle, fruits noirs frais, jolis jus, tannins nets et racés, finale poudreuse, belle fraicheur, élégance, précision.

16/20

 

 

RIVE GAUCHE

 

MARGAUX

L’Appellation qui par endroit a beaucoup souffert par le gel.

 

Chateau Margaux***

89% CS 8% M 2% CF 1% PV

35hl/ha (10% du vignoble touché par le gel, ça concerne surtout les parcelles du Pavillon Rouge)

37% production de Grand Vin

Toucher soyeux, net, vin très  précis, ciselé, fruité croquant, quelques petits baies noirs acidulés, note florale, tout est en place, belle profondeur, délicatesse, puissance modérée, texture très fine, tannins élégants, longueur, fraicheur et élégance.

19/20

Pavillon Rouge

76% CS 17% M 4% CF 3% PV

22% de la recolte

16,5/20

 

Palmer***

Certifié Biodynamie sur la totalité du vignoble

54% M 42% CS 4% PV

(15 ha touché par le gel)

38hl/ha

50% bois nef

Belle richesse de fruits mûrs, petits fruits rouges et noirs croquants, quelques épices, poivre sauvage, jolie texture avec des tannins enrobés, vin racé et élégant, garde sa fraicheur et belle persistance.

19/20

Alter Ego

53% M 41% CS 6% PV

16,5/20

 

Brane Cantenac

74% CS 21% M 4% CS 1% PV

(35% du vignoble touché par le gel)

Soyeux, fruits noirs, note florale, coté crémeux, précision, jus très élégants, réglisse, bonne fraicheur, élégance de tannins, note mentholée.

17,5/20

 

Cantenac Brown

67% CS 33% M

35 hl/ha

Soyeux, finesse, note vanille, tannins enrobés, crémeux, fruits noirs croquants, fraicheur, note chocolatée, tannins élégants.

17/20

 

Dauzac

69% CS 31% M

Soyeux, bois de cannelle, fruits frais, note acidulée, tannins soyeux, finale mentholée.

16/20

 

Desmirail

55% M 35% CS 10% PV (assemblage atypique avec une forte proportion de petit verdot)

(vignoble fortement touché à 70% par le gel)

Soyeux, floral, note chocolatée, tannins puissants, extraction fort, tannins racés, finale sèche un peu.

16/20

 

Gonzague Lurton, propriétaire de Durfort Vivens

Durfort Vivens***

45 ha

Depuis le millésime 2016 la totalité du vignoble est certifié en biodynammie (Demeter)

91% CS  9% M

Toucher net, vin très précis, pureté de fruits frais, note réglissée, florale, texture soyeuse, belle présence en bouche, note mentholée, fumée, tanins fins, enrobés, vin complexe, élégant et frais.

17,5/20

 

Ferrière

79% CS 19% M 2% PV

Soyeux, fruité frais de petit fruits noirs acidulés, réglisse, note vanillée, tannins racés, belle longueur et fraicheur.

16,5/20

 

Giscours

71 % CS 24% M 5% PV

Soyeux, vanillé, boisé élégant, fruits noirs, note de chocolat noir en poudre, tannins enrobés,élégant et fins, finale fraiche, mentholée.

17/20

 

Kirwan

65% CS 30% M 5% PV

Une parti du vignoble touché fortement par le gel.

Soyeux, note de réglisse, fruits noirs écrasés, bonne fraicheur, joli acidité, tannins racés, fraicheur de fruits en finale, note mentholée.

16,5/20 

 

Labegorce***

46% CS 40% M 8% CF 6% PV

(touché par le gel à 30% sur les Merlot)

33% bois nef

Toucher soyeux, petite note vanillée, fraicheur de fruits mûrs et croquants, belle densité, texture fine, tannins enrobés, finale épicée, fraicheur.

16,5/20

 

Marquis d’Alesme

61% CS 33% M 6% PV

65% bois nef

Bouche précise, structurée, fraicheur de fruits noirs, cassis, mûre, cerise noire, quelques épices, vin racé et complexe, grains de tannins intéressants, ciselés, jolie texture de l’ensemble, fraicheur.

17/20 

 

Lascombes

57% CS 40% M 3% PV

Soyeux, floral, note poudreuse, chocolat noir en poudre, tanins fin, enrobés, bonne fraicheur, vin élégant et racé.

16,5/20

 

Malescot Saint Exupéry

58% CS 42% M

Soyeux, fin, note saline, réglisse, fruits noirs écrasés, joli volume en bouche, tanins élégant, finale mentholée, fraicheur et élégance.

16,5/20

 

Marquis de Terme

60% CS 35% M 5% PV

(Vignoble touché à 38% par le gel)

Net, note boisé, extraction forte, fruits noirs acidulés, réglisse, bonne fraicheur, finale poudreuse, sèche un peu.

16/20

 

Monbrison***

Soyeux, fin, fruits noir croquant, note vanillée, florale, excellente fraicheur, acidité, vin racé, avec des tanins racés et élégants, finale mentholée, gourmand, salin.

17/20

 

Prieure Lichine

63% CS 32% M 5% PV

(Vignoble touché par le gel à 30%)

Soyeux, vanillé, réglisse, fruits noirs acidulés, tanins poudreux, note florale, bonne tenu en bouche, précision, fraicheur.

16,5/20

 

Rauzan Gassies

76% CS 23% M 1% PV

Soyeux, fin, note vanillée, boisée, bois de cannelle, fruits noirs acculés, tannins racés,bonne note de fraicheur en finale.

16/20 

 

Rauzan Ségla

62% CS 36% M 2% PV

Soyeux, floral, fruits noirs écrasés, note crémeuse, belle présence, tannins poudreux, finale florale, botanique, belle texture de l’ensemble, fraicheur, finale saline.

18/20

 

Siran

Soyeux, réglisse, bois de cannelle, croquant de fruits frais, tannins racés, excellente fraicheur, finale mentholée.

16/20

 

Du Tertre

75% CS 10% M 10% CF 5% PV

Fruits noirs croquants, bois de cannelle, croquant de fruits frais, note mentholée, gourmand, structure tannique racée, finale épicée.

16,5/20

 

 

A signaler que les trois appellations plus au nord nord comme Saint-Julien, Pauillac et Saint-Estèphe ont visiblement moins souffert par les aléas climatiques comme l’épisode du gel de mois d’avril.

 

SAINT-JULIEN

 

René Lusseau, ancien maître de chai de Ducru pendant plus que 30 ans jusqu’à 2009, malgré sa retraite officielle depuis 10 ans, toujours présent au château pour assurer les visites et de dégustations, il a construit à lui tout seul une long page d’histoire du château.

Ducru Beaucaillou

90% CS 10% M

100% bois nef

Toucher soyeux, note épicée, vin précis, structuré, note florale, fruits noirs, tanins racés, ciselés, en finale note mentholée, bonne concentration et fraicheur, vrai vin de terroir.

17,5/20

 

Léoville Poiferré***

68% CS 27% M 3% CF 2% PV

Vin soyeux dominé par les fruits rouges et noirs croquants et frais, note chocolaté, cerise noire, beaucoup de charme avec une belle finesse, tannins élégants, finale persistante et fraiche.

17,5/20

 

Beychevelle

Soyeux, jus frais, note vanillée, fruits noirs, tannins racés, milieu florale, note chocolatée, finale fraiche.

16,5/20

 

François Xavier Maroteaux a pris la succession de son père à la tête de Branaire

Branaire Ducru

Soyeux, note florale, croquant de fruits frais, épices douces, réglisse,belle texture de tanins, finale fraiche avec son coté salin.

17/20

 

Gloria

Fin, soyeux, fruits noirs écrasés, cerise noire, note florale, bois de cannelle, belle fraicheur, tannins enrobés, élégant.

16,5/20

 

Gruaud Larose

Net, précis, fin, bois de cannelle, fruits frais acidulés, tannins enrobés, bonne acidité en finale, persistant.

16,5/20

 

Lagrange

Soyeux, fins, fruits noirs acidulés, bonne présence, note mentholée, en finale tannins poudreux, frais, mentholé.

16,5/20

 

Langoa Barton

Soyeux, fins, floral, fruits acidulés écrasés, tannins soyeux, bonne fraicheur, élégant, belle persistance.

16,5/20

 

Leoville Barton

Net, précis, structuré, fruits noirs acidulés, bonne présence, tannins racé, élégants, finale mentholée, fraiche, belle persistance, vin très précis.

17/20

 

Saint Pierre

Soyeux, bois de cannelle, épices douces, note chocolaté, fruits noirs écrasés, florale, finale mentholée, poudreuse, belle complexité de l’ensemble.

17/20

 

Talbot

Net, soyeux, fruits noirs mûrs écrasés, note florale, épices douces, tannins racés,belle texture, finale mentholée, fraiche.

17/20

 

PAUILLAC

 

Latour***

92,1% CS 7,8% M 0,1% PV

2,6 ha impacté par le gel

Toucher fin, soyeux, frais, fraicheur de fruits rouges et noirs, note boisée, bois de cannelle, petite note fumée, florale, vin complexe avec une belle structure, tannins racés, finale saline, gourmande.

19/20 

Forts de Latour

65,2% CS 33% M 0,8% CF 1% PV

Net, précis, fruits noirs acidulés, note florale, belle présence, tannins fermes, note poudreuse, chocolatée, finale longue et fraiche.

17/20

 

Lafite

96% CS 3,5% M 0,5% PV

Net, racé avec une belle texture, fruits noirs acidulés, réglisse, léger boisé, persistant, tannins puissant, élégants, belle fraicheur, longueur.

18,5/20

Carruades de Lafite

60% CS 35% M 5% CF

Toucher net, puissant, réglisse, épices, fruits noirs frais, note florale, tanins ciselés, finale fraiche, tendue.

16,5/20

Mouton Rothschild***

90% CS 9% M 1% PV

Toucher soyeux, velours, petite note vanillée, fraicheur de fruits noirs acidulés, cerise noire, joli volume, texture ferme, tanins poudreux, tout en finesse, finale fraiche, minérale, vin racé, élégant.

18,5/20

Le Petit Mouton

81% CS 17% M 2% CF

Vin soyeux, floral, note de petits fruits rouges frais, tanins fins, élégants, belle texture avec acidité au milieu de bouche, finale longue, vin précis et harmonieux.

17/20 

Bref et précise analyse du millésime à Mouton par Philippe Dhalluin, DG

 

Armaillhac

Soyeux, floral, fruits noirs écrasés, note poudreuse, chocolat noir en poudre, tannins enrobés, bonne fraicheur élégance.

16/20

 

Clerc Milon

Net, précis, épicé, fruits noirs acidulés, tannins racés, note reglissée, bonne matière, finale saline, fraiche.

17/20

 

Batailley

Net, soyeux, fruits noirs, bois de cannelle, note de fleurs séchées, chocolat noirs en poudre, tannins racés, belle fraicheur de l’ensemble.

17/20

 

Croiset-Bages

Net, réglisse, fruits noirs, tannins puissants, concentration, extraction forte, structure tannique puissante, sèche en finale.

15,5/20

 

Grand Puy Ducasse

Soyeux, net, fruits noirs écrasés, tannins racés, puissants, note de réglisse, poivre sauvage, finale fraiche, longueur.

16,5/20

 

Haut Bages Libéral

Net, racé, puissant, fruits noirs, cerise noire, tannins ciselés, persistant, finale fraiche.

16,5/20

 

Lynch Bages

Soyeux, net, floral, fruits noirs acidulés, note florale, présence avec une jolie texture, tannins ciselés, élégant, finale fraiche et longue, vin racé.

17,5/20

 

Lynch Moussas

Soyeux, note épicée, boisée, leger vanillé, bonne fraicheur de fruits acidulés, tannins puissants, finale fraiche, salin.

16/20

 

Pichon Comtesse

Soyeux, fin, fruits noirs écrasés, note vanillée, belle précision, note chocolatée, tannins poudreux, finale mentholée, fraiche, gourmande.

17,5/20

 

Alfred Tesseron, propriétaire de Pontet Canet

Pontet-Canet***

81ha certifie en biodynamie (Demeter)

Le millésime a béneficié de tout nouveau cuvier de 32 cuves en béton de 40 hl, afin de permettre une parfaite vinification parcellaire.

64% CS 30% M 4% CF 2% PV

Toucher net, précis, panier de fruits noirs acidulés, cerise noire, milieu de bouche volumineux, croquant de fruits, petite note vanillée, grains de tanins très fins, note poudreuse, finale fraiche, vin précis, complexe et racé.

18,5/20

 

 

SAINT-ESTEPHE

 

Cos d’Estournel

66% CS 32% M 1% CF 1% PV

Fraicheur de fruits noirs domine avec une jolie trame acide, petite note boisée, florale, tanins soyeux, élégant, belle texture, équilibre, finale poudreuse, épicée, fraiche pure, précision.

18/20

Pagodes de Cos

56% CS 42% M 1% CF 1% PV

Note de fruits rouges et noirs acidulés et frais, bonne vivacité, fraicheur, tanins ciselés, finale gourmande, note mentholée.

16/20

 

Lafont Rochet

Net, frais, fruits croquants, acidulés, belle précision, tannins racés enrobés, finale fraiche, mentholée, vin ciselé, précis.

17/20

 

Ormes de Pez

Net, bois de cannelle, bonne présence, fraicheur de fruits noirs, tannins racé, finale florale, fraiche.

16/20

 

De Pez

Net, précis, floral, fruité acidulé, bonne fraicheur, tannins racé, finale mentholée, fraiche, long, précis.

16,5/20

 

Phelan Ségur

Net, précis, croquant de fruits frais, note de réglisse, léger boisé, élégance, belle texture, tannins ciselés, note poivrée, bonne fraicheur, précision, longueur.

17/20

 

 

PESSAC-LEOGNAN (Rouges)

 

Haut Brion***

53% M 40,7% CS 6,3% CF

1,5 ha touché par le gel, donc la récolte quasi normale.

45% de Grand Vin

Toucher soyeux, velours, élégant, note de fruits noirs croquants et frais, bois de cannelle, note poudreuse, crémeuse, belle matière, texture, tannins enrobés, tout est travaillé en délicatesse et finesse, finale saline, gourmande, belle équilibre de l’ensemble.

19/20

Le Clarence de Haut Brion

55% M 38% CS 5?3% CF 1,7% PV

16,5/20

 

Mission Haut Brion

56% M 39,6% CS 4,4% CF

51% de Grand Vin

Toucher soyeux, crémeux, croquant de fruits frais, note chocolatée, poudreuse, tanins élégants, finale florale, belle complexité de l’ensemble, fraicheur, longueur, vin ciselé avec beaucoup d’élégance. 

18,5/20

La Chapelle de la Mission Haut Brion

49,2% M 41,9% CS 8,9% CF

16,5/20

 

Pape Clement

Soyeux, fin, fruits noirs croquants, joli mâche au milieu, tanins soyeux, fraicheur de fruits, minéral, bonne longueur, présence.

17/20

 

Dom de Chevalier

Toucher frais, soyeux, fruits frais croquants, note acidulée, léger boisé,  tanins ciselés, élégants, jolie texture, finale longue.

16,5/20

 

Smith Haut Lafitte***

Soyeux, fruits croquants, note poudreuse de chocolat noir, réglisse, milieu de bouche belle fraicheur, finesse élégance, équilibre, joli texture, finale gourmande.

17/20

 

Haut Bailly

Une partie des parcelles impacté par le gel sans toucher les parcelles historiques du vignoble.

Toucher net, soyeux, léger boisé agréable, épices douces, croquant de fruits noirs, milieu crémeux, tannins élégants, finale mentholée, bonne fraicheur de l’ensemble. 

17/20

 

Carbonnieux

Bouche puissante marqué par le boisé, quelques fruits noirs, réglisse, tannins enrobés, bonne fraicheur en finale.

15,5/20

 

Larrivet Haut Brion

Soyeux, fruits frais, épices douces, poivre sauvage, bonne acidité, tannins arrondis, élégant.

15,5/20

 

Latour Martillac

Bouche épicée mélangée aux fruits noirs acidulés, cerise noire, réglisse, boisé intégré, belle texture, note acidulé agréable, fraicheur. 

15,5/20

 

Malartic- Lagravière

Toucher fin, soyeux, jolie note de fruits noirs croquants, belle acidité, grains de tanins élégants, note minérale, fraicheur, finale gourmande.

16/20

 

SAUTERNES

 

Yquem***

80% Semillon 20% Sauvignon

Vignoble miraculeusement épargné par le gel, juste quelques rangs de bordures sont touchés.

Vendange ultra précoce  avec quasiment une trie.

Bouche très fraiche avec des notes d’agrumes frais, fruits blancs, zestes d’orange amère, très pur et précis, belle acidité, parfait équilibre acidité/sucre malgré ses 148 g de sucre, pureté de fruits, excellente buvabilité, finale gourmande, saline, plaisir.

18,5/20

 

Explication de ce millésime très précoce et étrange par Pierre Lurton, DG

 

De Fargues***

Toucher net, épices douces, fruits jaunes acidule, note saline, poivrée, joli volume, en finale note citronnée, vanillée, joli présence, petite amertume, fraicheur, gourmand

17,5/20

 

Coutet

Fruits jaunes, pomme acidulée, épices douces, abricot frais, note poudreuse, léger et frais

17/20

 

Guiraud

Soyeux, fruité, fruits jaunes acidulés, zestes de citron, note saline, joli volume, fraicheur, finale élégante, acidulée

16,5/20

 

Lafaurie Peyraguey

Toucher net, abricot sec, fruits jaunes, léger caramel, zestez d’oranges amères, note épissée en finale, fraicheur

16/20

 

Reyne Vigneau

Soyeux, fin, note d’abricot frais, zestes d’oranges, mandarines, jolie volume, note citronnée, belle présence, note saline, fraicheur, gourmand

16,5/20

 

Clos Haut Peyraguey

Net, note d’amertume, fruits jaunes, abricot, clémentine, petite amertume, finale légère et fraiche

15,5/20

 

Et aussi :

 

La Lagune (Haut Médoc)

16/20

 

La Tour Carnet (Haut-Médoc)

15,5/20

 

Clarke (Listrac)

16/20

 

Chasse-Spleen (Moulis)

15,5/20

 

Poujeaux (Moulis)

15,5/20

 

Maucaillou

15/20

 

La Mondotte (Saint Emilion)

17/20

 

La Clotte (Saint Emilion)

15,5/20

 

L’IF (Saint Emilion)

16/20

 

Faugères (Saint Emilion)

16/20

 

L’Aurage (Castillion)***

16/20

 

Stephane Derenoncourt (Derenoncourt Consultants), propriétaire de Domaine de L’A

Domaine de l’A (Castillon)

15,5/20

 

Roc de Cambes (Bourg)

16/20

 

dégustations primeurs 2017

 

 

Adresses utiles :

http://www.ugcb.net

http://www.grand-cru-classe-1855.com

http://www.moueix.com

http://www.derenoncourtconsultants.com

http://www.grandcercle.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2017 – Faut-il investir ? # analyse # notes de dégustations…


Bordeaux primeurs 2012 Episode 4 – Pomerols, incontournables…

Pomerol – quelques coups de coeur… (choisi parmi une partie des vins dégustés)

Pomerol, vignesComme disaient les sages, c’était une appellation privilégiée pour le millésime 2012 grâce à des argiles bien particulières qui constituent  à majorité le terroir de Pomerol sur le plateau.

 Les vendanges à peine commencées, on savait déjà que les Merlots était vraiment superbes, donc certains propriétaires n’hésitaient même pas de renforcer leurs assemblages en Merlot ou même sortir les cuvées 100% en écartant complètement leurs Cabernets.

Le terroir des argiles sur le plateau était vraiment pour quelque chose, permettant à la vigne de ne pas souffrir ni d’un excès d’eau, ni d’un stresse hydrique. Argile est un régulateur naturel de distribution d’eau à la plante.

Petrus avec son chai à barriques

Petrus avec son chai à barriques

Petrus

Exemple typique d’un terroir parfait pour la climatologie difficile de 2012.

10 ha sur un sol argileux, avec une grosse proportion des argiles dit « gonflantes » permettant à la vigne de constituer une réserve suffisante d’eau en le libérant lentement en cas de stress hydrique ou l’éliminer en cas d’excès.

Vendanges à partir de 24 septembre

100% Merlot depuis l’arrachage (causé par le travaux d’un nouveau chai) d’une toute petite parcelle d’un ha de  Cabernet Franc. Pour l’instant la décision n’est pas prise, rien n’est décidé sur le sort de ces cabernets, si oui ou non ils vont être replantés.

Rendement : 30 hl/ha

Production 30 000 bouteilles

50% bois nef

Nez frais, épices douces, poivre blanc, fruits noirs, en bouche toucher soyeux, suave, baies de cassis  et mûre très mûre, excellente densité, structure tannique noble, grain très fin, longueur sans fin, Grand Petrus !

19/20

Qui peut mieux décrire le millésime 2012 à Petrus que Olivier Berrouet…

« 2012 à Petrus fait penser au millésime 1998 ramassé précocement avant la pluie, le millésime vraiment de Merlot…(…) il a des tanins très douces, très serrés qui présentent énormément d’élégance avec une finesse des grains assez remarquable… » Olivier Berrouet, dir. Technique

Le Pin

Jacques Thientpont, propriétaire dans son chai

Jacques Thienpont dans son chai

J’ai une affection toute particulière pour ce cru. C’est avec un grand plaisir que je me rends chaque année dans cette minuscule propriété de Pomerol afin de déguster le nouveau millésime, toujours en présence de Jacques Thienpont le propriétaire. On voit Jacques toujours souriant, jamais stressé, il est toujours confiant quelque soit le millésime. Pour lui, c’est la vigne qui fait le vin et lui est juste son serviteur, mais quel serviteur…! Tout se passe simplement, comme il l’explique, jamais de précipitation, si bien à la vigne qu’à la cave.

« Il y avait beaucoup de travail dans la vigne où chaque plante a dû être soignée pour arriver à la maturation idéale »

« Les vendanges se sont passées dans de bonnes conditions : temps sec et assez frais et le mercredi matin le 3 octobre les dernières grappes ont été ramassées »

petit chai à barriques de Le Pin

petit chai à barriques de Le Pin

Surface de 2,7 ha

100% Merlot

Vendanges 1-3 octobre

Rendement 32 hl/ha

Elevage 100% bois nef

20/30% de la vendange entière

Nez délicat, fruits noirs, toucher soyeux, note de petits baies noires, groseilles, réglisse, très droit avec une structure tannique noble, excellente fraicheur et longueur.

18/20

Laflaur

Lafleur, PomerolPour Jacques Guinaudeau, propriétaire :

« 2012 est une année moyennement précoce pendant laquelle il a fallu mettre tout en œuvre au vignoble pour assurer les bonnes conditions de maturité puis être patient, pour récolter ces raisins à leurs optimum »

4,2 ha

Vendanges : Merlot le 23 septembre Cabernet Franc le 6 octobre

Assemblage : 46% M 54% CF

Production : 9000 bouteilles

Nez fin, élégant, légers fruits frais, en bouche très grande finesse, crémeux, fruits noirs mélangés aux épices douces, structure tannique noble, frais et raffiné.

18,5/20

dégustation UGCB, Pomerol et Saint Emilion

dégustation UGCB, Pomerol et Saint Emilion

Conseillante 2012la Conseillante

2012 vinifié dans le nouveau chai, chaque de 18 parcelles dans une cuve séparée.

Vendanges : Merlot du 24 septembre au 1 octobre, Cabernet Franc du 5 au 9 octobre

Assemblage : 89% Merlot 11% Cabernet Franc

Nez de fruits frais, petits fruits noir, très discret, toucher fin, soyeux, belle mâche, jolis jus frais, belle structure, tanins poudreux, finale minérale, mentholé, gourmand avec une excellente fraicheur.

18/20

Gazin

Gazin 2012Vendanges : Merlot fin septembre au 4 octobre, Cabernet Franc ramassée dans la foulée, mais avec une qualité insuffisante pour rentrer dans l’assemblage donc pour ce millésime on se trouve exceptionnellement avec 100% M.

Assemblage est de 100% Merlot

Nez discret, fruits frais, rouge, toucher taffetas, jolis jus frais, épices douces, réglisse, fruits rouges croquants, structure tannique noble, poudreux, finale acidulé, en finale fraicheur et longueur.

17,5/20

Clinet

Nez discret, floral, soyeux, fin, fruits frais, croquants, structure tannique noble, finale petits fruits acidulé, gourmand.

17/20

Bon Pasteur

Nez fin, épices, toucher fin, soyeux, réglisse, épices douces, certaine sucrosité, crémeux, tanins nobles, bonne longueur, finale fraiche.

17 /20

Petit Village

Nez floral, toucher soyeux, fumé certaine douceur, réglisse, note boisée, léger amertume, épices douces, garde une bonne fraicheur.

16/20

Bourgneuf

90% M 10% CF

Nez délicat, attaque suave, épices douces, bonne persistance, matière soyeuse, texture fine, note minérale en finale.

16/20

 

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2012 Episode 4 – Pomerols, incontournables…


Bordeaux primeurs 2011 – Episode 4 Saint Emilion et Pomerol

Sans oublier quelques de mes coups de coeur de Saint Emilion… juste une sélection parmi d’autres…

Ch Valandraud avec son seconde et son troisième

Château Valandraud Saint Emilion GC

10ha principalement à St Etienne de Lisse

Elevage 18-24 mois 100% bois nef

Toucher taffetas, notes de fruits noirs, épices douces, réglisse, tanins racés, belle densité, l’ensemble harmonieux, excellente fraîcheur en finale

18,5

Millésime 2011 à Valandraud vu par Jean-Luc Thunevin

Château Fleur Cardinal Saint Emilion GCC

Nez discret, fruits noirs frais, mûre, toucher soyeux, petits baies, sucrosité sans sucre, poivre blc, tanins poudreux, soyeux, finale fraîche avec une bonne longueur

16,5

Ch Rol Valentin Saint Emilion GC

Nez florale légèrement épicé, bouche soyeuse, petit fruits noire, note reglissée, léger boisé, tanins légers, finale fraîche, longueur moyenne

15

Nicolas Robin présente le millésime 2011 à Rol Valentin

Il faut citer également :

Ch Franc Mayne

Sérieux travail sur le sol donne de résultat très concluant sur la qualité du vin. On le voit surtout dans des millésimes difficiles comme 2011 dans la densité et complexité du vin.

15

Nouveau chai de Ch Franc Mayne SEGCC

Quelques de mes coups de coeur en Pomerols… 

Le Pin

2,70ha 100% Merlot

100% bois nef

vendanges 12-13 septembre

Nez café, torréfié, toucher suave fin, fruits frais, mûre, petits baies, note fumée, tanins élégant, très belle fraîcheur minérale, long et profond

19

Qui peut mieux exprimer le 2011 à Le Pin que Jacques Thienpont, toujours avec son humour, sourire et simplicité…

Nouveau chai de Le Pin, fini tout juste pour la vendange 2011 (architecte belge Paul Robbrecht)

Petrus

11,5ha 100% Merlot

vendanges 12-22 septembre, 35hl/ha

Utilisation de tri-optique, procédé très utile pour une vendange difficile comme 2011 qui a permis d’écarter parfaitement de baies non conformes, environ 1% de la récolte.

Nez discret, légèrement épicé, fin, bouche fraîche, belle finesse, réglisse, cassis, mûre, baies sauvages, tanins racés, feuille de tabac fraîche, garde une grande fraîcheur en finale

19

Clinet

Fruits noirs frais, réglisse, toucher fin, fruits frais, mûre, cerise, belle densité avec une joli fraicheur saline

16,5

Gazin

Petits fruits noirs écrasés, pointe d’épices, bouche lise, fine, milieu légèrement épicé, tanins très fins, poudreux, belle minéralité

16,5

la Conseillante

Nez de fraicheur, fruits noirs frais, note florale, bouche fine, toucher soyeux, milieu petits fruits rges et noirs, tanins travaillés en douceur, finale minérale, bonne longueur

17,5

Petit Village

Nez épicé, discret, réglisse, toucher lisse, épices douces, cerise noire, fin, finale tannique avec une petite sècheresse

16

Bon Pasteur

Nez discret épicé, bouche fine, bonne présence, boisé fin, léger réglisse, fraicheur agréable, élégance

16,5

Bourgneuf

Nez discret, fruits rges, toucher fin, léger fluidité, épices douces, bonne fraicheur, structure tannique puissante, belle densité

16

il faut citer aussi :

Vieux Maillet

Nez discret, fin, fluide, petit fruits rges, tanins assez fermes, structure poudreuse, fraîcheur, longueur moyenne

On voit nettement le progrès dans la qualité grâce au travail du sol et le nouveau chai

14,5

Rouget

Note vanillée, caramel, discret, soyeux, fin, poivre blc, gingembre, structure tannique puissante en élégance, finale acidulé, moka

16

Dégustation (UGCB) des Pomerol et Saint Emilion

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2011 – Episode 4 Saint Emilion et Pomerol


Qu’est – ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent – ils ? (11) Témoignage de Laurence Brun, Château Dassault STEGCC

Laurence Brun (Gérant et Directeur de Château Dassault Saint Emilion GCC) dévoile sa version intéressante et très personnelle  de la notion vin / terroir mythique…

Chateau Dassault Saint Emilion GCC

 

« La première catégorie, c’est le vin mythique qui est historiquement mythique. C’est-à-dire que ça n’est pas moi qui l’ai rendu mythique mais les gens qui par l’histoire, de génération en génération – donc un phénomène de durée automatiquement, un phénomène de rareté sûrement – ont placé ce vin dans une catégorie de quelque chose qui est difficile à acquérir, difficile à approcher et qui ne peut engendrer que du plaisir. On a l’impression que c’est obligé d’avoir du plaisir avec ces vins là. Parce que la rareté, et le terroir bien évidemment.

La deuxième chose du vin mythique pour moi c’est quel est le vin qui pour moi… Quel est le vin que j’ai préféré dans ma vie et qui m’a donné la chair de poule, qui a fait que dans ma vie je me souviendrais de ce vin plutôt qu’un autre. Pour moi, c’était une expérience avec papa, avec du Cheval Blanc 47, j’ai eu de la chance de boire ça !  C’est une expérience personnelle que peut-être je ne retrouverai plus, c’est lié à moi, à ma personne, à un moment dans ma vie et c’est un souvenir qui est dans ma tête et restera à jamais… Mais après si on parle de vin mythique, c’est quelque chose qui doit rester dans une dimension générale pour tout le monde. C’est donc le terroir, c’est la puissance et l’émotion qu’un terroir peut donner. C’est cette émotion donnée par un côté un peu unique qu’on ne trouve pas dans un autre vin.

Le facteur humain est très importent aussi, bien sûr. Est-ce que le terroir suffit ? Est-ce le terroir plus le facteur humain ? Est-ce que si on parle de Petrus, comment Petrus existe ? S’il n’y avait pas eu les hommes pour le mettre en avant et faire valoir ce terroir, est-ce que Petrus serait ce qu’il est aujourd’hui, avec toute la notoriété et le fait qu’il soit demandé dans le monde entier ? A un moment donné, il y a donc le facteur humain, de gens qui ont travaillé dans la propriété et qui ont su mettre en avant le terroir à ce moment là. Mais s’il y a un facteur humain et qu’il n’y a pas le terroir… Il faut vraiment les deux, sinon tu ne peux pas avoir un vin mythique… Il y a un tas de propriétés qui ont des gens qui font un super beau boulot, mais s’il n’y a pas le terroir… ça va être de l’émotion, bien sûr, çà va être bien fait, mais… il n’y aura pas le petit plus qui fait que tout d’un coup… Tu sais quand tu as le vin en bouche, l’amplitude et la longueur… C’est ça aussi. Et la dimension humaine est importante mais elle ne fait pas tout, il faut vraiment les deux. Et le terroir, c’est pareil, s’il est là, tout-seul, et qu’à un moment donné il n’y a personne qui a su le mettre en avant… Il peut passer à côté… »

Commentaires fermés sur Qu’est – ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent – ils ? (11) Témoignage de Laurence Brun, Château Dassault STEGCC


Qu’est-ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent-ils ? Interviews et Témoignages de personnalités du monde du vin…

J’entame ici une série  d’interviews et de témoignages de personnalités du monde du vin sur ce sujet très vaste, intéressent et surtout très complexe. Pour cette 1er épisode voici les propos d’Aubert de Villaine et de Jean-Claude Berrouet.

Voici quelques propos d’Aubert de Villaine (copropriétaire du Domaine de la Romanée Conti) :

Aubert de Villaine

« Nous sommes des acteurs, c’est nous qui faisons le vin et ne cherchons en rien, n’avons jamais cherché, que ce vin (la Romanée Conti) ait cette position là. En revanche nous cherchons, avons toujours cherché à faire le mieux possible, le meilleur possible, le plus grand possible. Pour nous c’est une position qui nous gêne plutôt…, on ne tient pas compte à cette position élitiste, on la subit plus qu’autre chose…. Certes, nous produisons un très Grand Vin, parce que, je pense, qu’il met en exergue des qualités considérées comme de vraies qualités de vins de Bourgogne : pas la puissance, ni les tannins, mais la finesse, l’élégance, la pureté exceptionnelle, donc tous ces éléments, il en manque peut-être quelques uns, qui expliquent en partie cette position de « mythe », qui est une position d’exemple, d’archétype de climat en Bourgogne… »

Voici quelques propos de Jean-Claude Berrouet (oenologue à Petrus de 1964 à 2007) :

Jean-Claude Berrouet

« Effectivement, il y a un demi siècle on n’aurait pas compris que l’argile avait une vocation, or on a découvert la vertus des argiles à partir des années 60. Finalement, et contrairement aux idées reçues, les graves viticoles bordelaises, qui avaient la suprématie des géographes, pas des géologues, ni des pédologues, n’ont pas toutes les vertus qu’on leur a accordées. Finalement, même dans les Grands Crus du Médoc on s’aperçoit que dans les parcelles les plus avantageuses, y compris à Latour, il y a toujours de l’argile…  L’argile est un grand régulateur des excès climatiques… […] Ce qui ma toujours fasciné dans ma carrière, c’est qu’à  Petrus, les anciens ont eu l’idée de planter le merlot, et c’est grâce à l’argile qu’il s’exprime si bien ici, car sur les graves il s’y plaît beaucoup moins… »          

Commentaires fermés sur Qu’est-ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent-ils ? Interviews et Témoignages de personnalités du monde du vin…


Journal de Primeurs 2010 – Episode 3 : Pomerol et Saint Emilion
9 juin 2011, 21:29
Filed under: Bordeaux primeurs 2010, Saint Emilion GCC | Étiquettes: , , ,

Voici quelques de mes coups de coeur en Pomerol et en Saint Emilion :

POMEROL

Olivier Berrouet signe son troisième millésime à Petrus

Petrus   19,5 -20

Olivier Berrouet signe avec brio son troisième millésime, 100% Merlot (11,5 ha) sur le terroir très particulier d’argiles gonflantes, extraordinaire régulateur hydrique.

Vinification en cuves béton, élevages en barriques 50% neuves pendant 20 à 24 mois.

Vin de soyeux exceptionnel, presque inclassable avec le touché de bouche aérien, structure tannique ronde toute en délicatesse, finesse poussé à l’extrême presque « dérangeante », notes de petits fruits noirs, d’épices avec une finale fraîche et gourmande.

Le Pin    19

100% Merlot de trois parcelles contiguës, vendange 24 et 25 septembre , rendement 34 hl/ha, vinification en cuves inox, malo et élevage en en barriques 100% neuves.

Texture soyeuse avec une grande consistance et puissance sans « lourdesse », structure tannique fine, poudreuse, notes épicés, une très belle fraîcheur et minéralité. 

Jacques Thienpont  avec sa décontraction, sa simplicité et son humeur sans pareil parle du millésime 2010 à Le Pin.

Ch Clinet  17,5

Toucher de bouche taffetas avec une structure tannique très puissante au milieu, toute en élégance, fruits noirs acidulé, belle fraicheur de l’ensemble, fait saliver.

 Ch Gazin  18

Toucher de bouche soyeux avec une structure tannique très puissante, grande minéralité, coté épice et acidule en finale donne une très belle fraîcheur.

Ch la Conseillante   18

Toucher de bouche très soyeux avec une belle structure tannique poudreuse, notes mentholés, réglissés, joli finale fine avec une belle fraîcheur.

Ch Petit Village  17

Toucher de bouche très lisse avec le milieu tannique assez extrait, quelques notes de fruits noirs, en finale quelques épices, notes réglissés et mentholé, il me manque quelques chose, à suivre…

Ch Bon Pasteur  17

Toucher de bouche très lisse, trop lisse…, épices, puissance en finale, vin compacte avec une très bonne fraîcheur.

Ch Rouget   16,5

Attaque frais, texture soyeuse minérale avec une certain légèreté, élégance avec une bonne finale saline.

SAINT EMILION

Ch Valandraud  18,5

75% M  25% CF, élevage 100% en barriques neuves, production ne dépasse jamais 20 000 bouteilles

Texture velouté avec une belle maîtrise de tannins, puissance toute en élégance, coté épicé et salinité très forte, excellente fraîcheur.

Ch Fleur Cardinale  18

70% M 15% CF 15% CS, élevage 100% barrique neuve jusqu’à 16 mois, depuis quelques années Bob fait un superbe boulot !

Texture très soyeuse avec de tannins très bien travaillés,poudreux, milieu une belle fraîcheur, notes épices, en finale grande minéralité, très élégant. Bravo à Murielle qui a déjà signé quelques beaux millésimes.

 Ch Canon la Gaffelière  18

Toucher de bouche taffetas, fruits rges acidulés, noirs, beaucoup de salinité, tannins très soyeux, beaucoup de fraicheur en finale.

Ch Dassault  16,5

Bouche soyeuse, notes épicés, réglissés, beaucoup de mâche, structure tannique puissance dans élégance, bonne minéralité, on voit beaucoup de progrès dans la vinification, à suivre…

Ch Franc Mayne  16,5

Bouche soyeuse, lisse avec petit fruits acidule, petit creux au milieu, bonne finale minérale, grâce à des importants changements au chai et dans la vigne progresse chaque année, à suivre…

Ch la Couspaude   17

Toucher de bouche soyeux, petit fruits rges et noirs, structure tannique soignée avec coté poudreux, final joli acidité.

Ch la Dominique   17

Très soyeux et fin, joli grains de tannins, réglisse, fait saliver avec une joli finale fine et fraîche, progresse chaque année.

Ch la Tour Figeac   17,5

Soyeux et élégant avec joli travail en profondeur, extraction de fruits et tannins tout en élégance en gardant la puissance.

Ch Larcis Ducasse   17,5-18

Toucher de bouche taffetas, milieu sucrosité sans sucre, avec un joli travail sur les tannins toute en finesse en gardant la structure, finale fraiche et minérale, très élégant.

Ch Larmande  17

Bouche soyeuse avec des épices douces, réglisse, quelques fruits rges acidulés, belle richesse toute en finesse avec une joli fraîcheur

Ch Fonroque  16,5

Structure fine avec  des tannins soyeux, notes épicé et salines avec une bonne finale très fraîche (100% en biodynamie).

Ch Péby Faugères  16,5

Structure tannique puissante avec une très bonne texture, notes épicés (boisés), finale minérale fait saliver.

Saint Emilion sous le soleil d'avril

Commentaires fermés sur Journal de Primeurs 2010 – Episode 3 : Pomerol et Saint Emilion



%d blogueurs aiment cette page :