vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Bordeaux primeurs 2018 – Volume 2 – Rive Gauche # analyse # coups de cœur

Pour ceux qui n’ont pas lu ma chronique concernant les primeurs de la rive droite, voici mon analyse complète du millésime 2018, en revanche pour ceux qui ont déjà lu ma première chronique, désolée pour cette répétition.

 

Millésime 2018 à Bordeaux n’a pas fini de parler de lui, n’a pas fini de nous surprendre.

Les premières dégustations de vins encore en élevage, que j’ai pu effectuer à plusieurs reprises sur les diverses échantillons ont confirmé la qualité sans faille de la plupart de grands vins.

Au cour de dernières dégustations de primeurs 2018 j’ai dégusté environs 250 échantillons entre la rive droite, le Médoc et le Pessac, voici quelques analyses, en donnant aussi la parole à ceux qui font du vin, sans oublier évidemment quelques de me coups de cœur.

 

Tout a commencé « dans l’enfer pour finir au paradis » 2018 le millésime de tous les excès.

 

 

Bref analyse la météo 2018

La bette noire du millésime 2018 c’était la grosse pression du mildiou et black rot qui opéraient sans pitié avec l’excès de l’eau et la canicule, bref la totale qui a déstabilisé certains producteurs.

 

L’hiver très pluvieux avec des précipitations constantes qui durent jusqu’au printemps.

Heureusement le retour du beau temps a permis une floraison quasi parfaite et une très belle sortie de baies.

Les pluies printanières ont contribué hélas à la forte et constante pression du mildiou en juin.

Les vignerons ont dû aussi faire face à l’apparition de black rot (pourriture noire) dû aux fortes chaleurs de juillet.

Chez les vignerons en bio et en biodynamie, c’est surtout la pourriture noire qui a causé à partir de la 2e quinzaine de juillet la perte d’une grande partie de la récolte.

Certains vignerons ont pu quand même récolter de volumes quasi normales soit 40-45 hl/ha.

L’état sanitaire final de baies était très satisfaisant, les raisins sains, avec une maturation lente et équilibrée surtout pour des cabernets francs sur la rive droite, ce que nous avons retrouvé avec une proportion plus importante que d’habitude dans les assemblages chez certains producteurs.

 

Les jus dans sa globalité étaient très concentrés en raison de millerandage de baies, de la petite taille des grains, qu’il fallait traiter avec douceur sans des extractions exagérées.

Certes, nous nous trouvons parfois avec de vins trop extrait, donc déséquilibrés, avec de forts degrés alcooliques, heureusement ce sont les cas plutôt isolés.

 

On peut parler d’une réussite générale sur l’ensemble du vignoble bordelais avec de nuances sur les qualité et quantités variables selon les secteurs et selon de moyens matériels mis à la disposition de producteurs.

 

Ce qui caractérise ce millésime c’est sont des raisins mûrs avec la pureté de fruits croquants et gourmands, beaucoup de saveur et de la belle fraicheur en finale, les tannins sont crémeux et fins, au final ça donne de vins équilibrés sans lourdeur.

En général on retrouve toutes ces caractéristiques dans les grands vins sur les deux rives.

 

Voici quelques propos sur le millésime 2018 de ceux qui font le vin :

Le 2018 pour Stéphane Derenoncourt, consultant (Derenoncourt Consultants) et propriétaire de Domaine de L’A en Castillon Côtes de Bordeaux.

« C’était vraiment un millésime d’ombre et de lumière, entre ce printemps affreux avec beaucoup de pluie, de problèmes du mildiou, parfois de grêle, puis fin juin, cette métamorphose, avec des conditions magnifiques.

C’est un millésime intéressant, car pour les vendanges on a eu une fenêtre qui n’a jamais été aussi large, c’était carrément à la carte.

Ça a permis à chacun d’exprimer réellement ce qu’il voulait exprimer, dans une liberté totale».

 

Pour Frédéric Massie (œnologue, Derenoncourt Consultante), le 2018 a montré que la viticulture biologique menée de manière plus respectueuse de la plante et des sols expose aussi plus violemment le viticulteur aux caprices de la nature.

Il faut apprendre une leçon du millésime 2018, analyser les raisons des déceptions viticoles, mais aussi reconnaître les satisfactions rencontrées lors des dégustations »

 

Le 2018 pour Antoine Médeville, œnologue (Oenoconseil)

« Il a fallu gérer une grosse pression de mildiou en juin, surveiller la date de récolte.

Il fallait donc essayer de vendanger entre le côté aromatique, le maximum de matière colorante et la maturité des tanins, sans aller chercher la surmaturité.

Il fallait faire attention lors des vinifications à ne pas surextraire, en faisant trop de remontages ou en augmentant trop en température ».

 

Le 2018 pour Thomas Duroux, directeur de Château Palmer, Grand Cru Classé de Margaux

« On a probablement fait l’un des plus grands Palmer de l’histoire, pour faire un grand vin en 2018, il s’agissait de gérer une concentration jamais vue dans les raisins, combinaison de conditions de maturité exceptionnelles et de très petits rendements résultant d’une pression de mildiou jamais vue au cours de ces 50 dernières années.

Il a fallu gérer les extractions de façon ultra-pointue pour respecter le style du millésime, qui est puissant.

Biodynamie a contribué à aller beaucoup plus loin dans l’interprétation du terroir, avec un style toujours plus précis, pur, sur le fruit.

Palmer 2018 est le plus puissant de notre histoire, avec une complexité aromatique et une sophistication de la structure ».

 

Le 2018 pour Philippe Casteja, président de Grands Crus Classées en 1855 du Médoc et Sauternes, à la tête de plusieurs domaines bordelaises (dont Château Batailley et Lynch-Moussas Grands Crus Classés de Pauillac) ainsi que de la maison de négoce Borie-Manoux,

« C’est un très grand millésime dans l’ensemble de nos propriétés, homogène et de belles qualités sur les deux rives.

On a fait attention à faire des vinifications très fraîches pour garder du fruit ».

 

Le 2018 pour Véronique Sandres, directrice de Château Haut-Bailly, Grand Crus Classée de Pessac-Léognan

« On est passés de l’enfer au paradis dans la même année.

Le résultat, c’est un vin un peu hors normes, exceptionnel, incroyablement équilibré malgré une concentration et un niveau d’alcool très élevé, il y a un sentiment de suavité, de soyeux, un grain de tanins d’une finesse et d’une précision fabuleuse ».

 

Rive gauche

 

Margaux

 

Eduard Miailhe

Le mot du Président du Syndicat Viticole de Margaux, Edouard Miailhe :

« Cette année (2018), haut en couleur comme en émotion, donne au finale un très grand millésime, dans la lignée des magnifiques 2015 ou 2016 produit par appellation Margaux »

 

Appellation Margaux est sans aucun doute la plus diversifiée de la rive gauche dû aux rondement extrêmement faibles quasi inexistants pour certains châteaux, surtout ceux qui travaillent en biodynamie.

Tout d’abord par le phénomène des orages très violents, ensuite par la poussées de mildiou sans précèdent ou encore dans certains cas la déshydratation de sol.

C’est le cas de Palmer (11hl contre 40hl, Durfort-Vivens (10 hl contre 40) sinon pour Château Margaux ça se plutôt bien fini, qui a pu sauvé sa récolte avec 31 hl contre 40-45 pour une récolte habituelle.

 

Certes, appellation Margaux haut en couleurs a sortie certains vins hors norme.

 

Voici quelques pépites :

 

Margaux 1er GCC

Vendanges du 17 septembre au 13 octobre

Assemblage 90% CS 4% M 4% CF 2% PV

31hl/ha

36% de la récolte constitue le grand vin

Grande concentration due à la petite taille des baies de cabernet sauvignon et le rondement relativement bas de 31 hl/ha.

 

Toucher net, soyeux, précis, note de fruits noirs , cerise, croquant de fruits frais acidulés, vin persistant avec une belle construction, texture serrée, très danse, tanins racés sans aucune agressivité, en finale long avec une note mentholée.

19/20

 

Palmar

Biodynamie sur la totalité du vignoble

Touché violement par mildiou à la mi-juillet

Vendanges du 13 septembre au 15 octobre

53% CS 40% M 7% PV

11hl/ha

90% de la récolte produit le grand vin, pas d’Alter Ego sur ce millésime

Vin racé, puissant, net et persistant, sans agressivité, juste concentration de fruits noirs mûrs avec une très jolie fraicheur, les tannins sont élégants avec sa structure granulée, dans l’ensable dégage une énergie hors normes.

19,5/20

 

Rauzan – Segla

56% CS 40% M 2% CF 2% PV

32 hl/ha

 

Nez délicat, fruits noirs, épices, bouche pulpeuse avec de fruits noirs mûrs, juteux, cerise noire, belle persistance, tout est net et précis avec de tanins élégants, vin racé et frais.

18,5/20

 

Brane Cantenac

74% CS 23% M 2% CF

 

Toucher soyeux, velouté, quelques fruits noirs acidulés et frais, épices douces, belle profondeur, vin persistant avec de tanins soyeux, belle promesse.

18/20

 

Cantenac – Brown

69% CS 28% M 3% CF

 

Bouche nette, précise, panier de petits baies noirs, quelques épices, tension au milieu, tanins travaillés en douceur, finale fraiche, suave, longueur est là.

17,5/20

 

Durfort – Vivens

55 ha travaillé en biodynamie

70% CS 23% M 7% CF

Gonzague Lurton avec ses 10 hl/ha a décidé de vinifié la totalité de la production dans les l’amphore, ensuite élever une partie de vins en barrique neuve (70%) et le reste laisser en amphores de terre cuite.

En bouche ça donne un vin très intéressent aux notes fumées, chocolatées avec un peu de vanille et fleurs séchées, bonne persistance, fraicheur, tannins granulés, vin très racé.

17,5/20

 

Kirwan

43% CS 29% M 15% CF 13% PV

25 hl/ha

Sophie Schyler

Toucher soyeux, élégant, belle souplesse avec le milieu de bouche fruité, juteux, ensemble est moelleux et frais, tout est précis, mesuré, les tanins son doux et élégants avec sa finale longue et fraiche, très joli vin.

17,5/20

 

Giscours

Vendanges du 12 septembre au 12 octobre.

55% CS 39% M 6% PV

32 hl/ha

 

Bouche poivrée, fruits noirs, épices, belle finesse, délicatesse, fruits noirs frais et gourmands, structure tannique puissante, sans agresser, bonne maitrise de l’ensemble, finale fraiche.

17/20

 

Sans oublier belles réussites chez :

 

Dauzac

16,5/20

Lascombe

16,5/20

Prieuré-Lichine

16,5/20

Ferrière

Vignoble exploité en biodynamie

16,5/20

Labégorce

16/20

Monbrison

16/20

Siran

16/20

 

Saint-Julien

 

On a pu constater très rapidement une belle homogénéité dans les vins de l’ensemble de l’appellation Saint Julien.

Dans sa globalité les Saint-Julien sont riches et concentrés juste comme il faut sans artifices, avec une profondeur, fraicheur et bien évidemment son élégance naturelle.

 

Voici quelques pépites :

 

Ducru-Beaucaillou

Vendanges du 19 septembre au 10 octobre

85% CS 15% M

18 mois 100% bois nef

Cabernet Sauvignon ramassés à maturité exceptionnelle, baies de toute petite taille ultra concentrés.

Vin net, précis, énergique, petits fruits noirs très mûrs et juteux, belle persistance, tout est mesuré, élégant, frais et joue sur l’équilibre d’un vin racé, belle réussite.

18,5/20

 

Léoville Las Cases

Vendanges du 18 septembre au 10 octobre

80% CS 11% M 9% CF

35,5 hl/ha

Pour ce millésime naturellement déjà très concentré on a decidé d’utiliser très peu de vin de presse soit seulement 2,5% contre 6-12% habituellement.

 

Toucher soyeux, fruité, juteux, persistant et racé, petite note florale, bois de cannelle, structure tannique noble, élégante avec une finale toute en longueur finissante par une note mentholée.

18,5/20

 

Leoville-Barton

Vendanges du 21 septembre au 6 octobre

82% CS 18% M

 

Belle fraicheur à l’attaque, panier de fruits noirs et rouges, quelques épices, joli complexité d’ensemble avec de tannins travaillés en douceur, longueur, fraicheur.

18/20

 

Léoville-Poyferré

Vendanges du 24 septembre au 12 octobre

64% CS 30% M 3% CF 3% PV

Vin net, puissant, note de fruits noirs mûrs avec une structure tannique racée, finale assez compacte, bonne fraicheur.

17,5/20

 

Branaire-Ducru

Vendanges du 19 septembre au 10 octobre

58% CS 33% M 5% PV 4% CF

2018 comprend un peu plus de merlot que d’habitude dans l’assemblage car ils étaient de très belle qualité.

53 hl/ha

 

Bouche toute en finesse, élégance, jolis fruits noirs, cerise, persistant sans trop d’extraction, tannins fins et précis, élégance naturelle avec une belle fraicheur.

17,5/20

 

Talbot

Vendanges du 19 septembre au 10 octobre

66% CS 29% M 5% PV

Jean-Michel Laporte

 

Belle bouche nette et soyeuse, vin juteux, mélange de fruits noirs et épices, sa structure tannique est nette, finale fraiche toute en longueur, belle réussite.

17,5/20

 

Sans oublier belles réussites chez :

 

Lagrange

17/20

Gruaud-Larose

17/20

Beychevelle

17/20

 

Pauillac

 

Pauillac représente une grande réussite du millésime, offrant un très haut niveau, dans de nombreuses propriétés.

les arômes de petits fruits rouges acidulés et de sous-bois, les tanins ultra soyeux, l’élégance, la fraîcheur et tout de même une grande puissance et de belles densités.

 

Voici quelques pépites :

 

Latour

56 ha certifié en Biodynamie dans le clos historique du château sur 93 ha au total.

Vendanges du 28 septembre au 11 octobre

91% CS 9% M

 

Les merlots étaient très affectés par le mildiou, il a fallu trier, au final il y a 9% dans l’assemblage de grand vin.

Les baies étaient très petits, dance avec une concentration et qualité exceptionnelle.

24hl/ha contre 35 habituel

Extractions douces avec moins de délestages.

 

Vin racé, tendu, avec son coté de fruits noirs acidulés, quelques épices, note florale, belle complexité aromatique, tout est taillé avec précision et élégance sans extraction abusive.

19/20

 

Mouton Rothschild

Vendanges précoce du 10 septembre au 3 octobre

Sur le terroir de graves profondes de Mouton les raisins étaient très petits, ultra concentrés préservants une bonne acidité.

Selon Philippe Dhalluin caractéristique du millésime en quelques mots : densité, l’intensité, richesse gustative, fraicheur… 

 

86% CS 12% M 2% CF

28 hl/ha

Toucher net avec beaucoup de soyeux, fruits noirs mûrs, réglisse, note chocolatée, vin persistant avec une belle concentration sans agressivité, tout est travaillé avec beaucoup de soyeux et élégance, tanins sont arrondis, enrobés, vin est précis avec sa race de Pauillac.

19/20

 

Petit Mouton

56% CS 40% M 4% CF

40% du volume en moins

17/20

Millésime 2018 vécu par Philippe Dhalluin, DG

 

Lafite Rothschild

Vendanges du 17 septembre au 4 octobre

91% CS 8,5% M 0,5% PV

40 hl/ha

Dans cette année de tous les excès c’est le grand terroir qui a dit son dernier mot avec au final très belle récolte de merlot et de cabernet d’une superbe qualité.

 

Bouche nette, beaucoup de fruits noirs très juteux à l’attaque, note de cerise noire, cassis, milieu de bouche frais avec une note acidulée, vin persistant avec une belle densité, tannins sont nets, tout est précis sans trop.

19/20

 

Pontet Canet

La totalité du vignoble 81 ha est exploitée Biodynamie

Vendanges du 24 septembre au 5 octobre

70% CS 22% M 5% CF 3%PV

11hl/ha contre 30-35 habituellement

50% du vignoble travaille avec 13 chevaux de la proprieté.

 

Le 16 juillet, nous avions perdu 30% des Merlots causé par la violence de mildiou » a expliqué Jean-Michel Comme, directeur technique.

En raison de la petite récolte la totalité de la production a été vinifié dans nouvelle cuverie en béton juste avec quelques pigeages sans aucun remontage.

55% de vin passe dans le chênes neufs et à 45% sont élevé en amphore de terre cuite,

« 2018 fait partie de vin le plus concentré de tout nos millésime » a déclaré J-M Comme.

 

Toucher net, expressif, fruits noirs juteux, mûre, cassis, pruneaux, cerise noire, très complexe, note florale, délicatesse, tout est équilibré sans une fausse note, les tannins sont fins et racés, belle fraîcheur au milieu, dégage une belle énergie, tout est très précis, complexe avec une longueur impressionnante, un grand Pauillac.

19/20

 

Lynch-Bages

72% CS 19% M 6% CF 3%PV

 

Belle bouche juteuse de fruits noirs, épices avec une concentration importante, persistance et fraicheur, note chocolatée, tannins racés, vin très classique.

18/20

 

Pichon Baron

Vendanges du 19 septembre au 11 octobre

78% CS 22% M

 

Toucher net, précis, belle tension, fraicheur, quelques fruits noirs, épices, réglisse, persistance et longueur.

18/20

 

Pichon Longueville Comtesse de Lalande

Vendanges du 13 septembre au 11 octobre

71%CS 23% M 5% CF 1% PV

35 hl/ha

 

Ensemble très expressif, exubérant sur des notes de thym et d’herbes sauvages, de sous-bois.

Riche en bouche, dense, avec des notes de myrtilles. Gourmand et délicat, à la fois puissant et élégant.

17,5/20

 

Haut Bages Libéral

79% CS 21% M

45hl/ha

 

Belle bouche fruitée, fraiche, juteuse et suave, vin équilibré et racé avec de tanins serrés, belle droiture de l’ensemble, équilibré, excellente fraicheur.

17/20

 

Et aussi :

 

Clerc Million

17/20

Batailley

17/20

d’Armailhac

16,5/20

 

Saint Estèphe

 

Saint-Estèphe, cette appellation de 1250 ha au nord du Médoc a prouvé dans ce millésime hors normes la qualité vins vraiment exceptionnelle.

Comme Cos d’Estournel ou Montrose, vins extraordinaire ou encore Phélan-Segur, Calon Segur exceptionnels avec une fantastique réussite de Liliane Ladouys ou de Haut-Marbuzet.

Par chance l’appellation n’a pas été touchée par de violentes orages de grêle qui touchaient le Médoc en mai, juin et juillet.

Le terroir argilo-calcaires de l’appellation a bien agit dans cette météo de tous les extrêmes, top d’eau ou la canicule.

 

Voici quelques pépites :

 

Château Cos d’Estournel

Vendanges du 19 septembre au 6 octobre

74% CS 23% M 2% CF 1% PV

30 hl/ha

Toucher net, précis, fruits noirs mûrs et juteux, cerise noire, épices, réglisse, grande complexité, profondeur, persistant avec une énergie incroyable, très frais, presque crayeux, tannins sont racés et élégants, exceptionnel.

19/20

 

Montrose

Le vignoble passe progressivement en viticulture biologique, en 2018 c’est environ 80%.

Comme dans les autres appellation, ce vignoble exploité en bio a dû être confronté au poussée de mildiou qui a affecté le rondement, ainsi que le stress hydrique importent et la coulure, 25hl/ha (40% de moins).

Tous ces problèmes au passage n’ont pas empêché de faire un très grand Montrose.

 

Vendanges du 17 septembre au 5 octobre

72% CS 20% M 6% CF 2% PV

53% de la production correspond au grand vin

 

Toucher soyeux, précis, fruits noirs juteux, cerise, mûre, pruneaux, épices, réglisse, petite note boisée, belle complexité de l’ensemble, persistance, dégage beaucoup d’énergie, vin ultra frais avec de tanins racés, son élégance naturelle confirme sa qualité.

19/20

 

Château Calon Ségur

Vendanges du 19 septembre au 8 octobre

66% CS 14% CF 17% M 3% PV

Finesse avec une belle note fruitée et épicée, vin droit, précis, tout est harmonieux, ses tannins sont granulée, élégant, finale fraiche, avec une belle énergie et douceur.

18,5/20

 

Château Phélan Ségur

Vendanges du 24 septembre au 11 octobre

57% CS 43% M

 

Toucher net, frais, note de fruits noirs, de chocolat, petite note florale, vin racé avec une bonne construction, persistant, tanins granulés travaillés en douceur, finale longue avec une note crayeuse.

17,5/20

 

Sans oublier belle réussite chez :

 

Lafont-Rochet

17/20

Château Haut-Marbuze

17/20

Château Lilian Ladouys

16,5/20

 

Pessac-Leognan

 

Comme d’habitude dans les millésimes de tous les extrêmes comme 2018 les sols de graves de Pessac ont résistaient au mieux, surtout ceux posés sur le socle argileux et les sols de calcaire profond. Ces types de sols résistent parfaitement à l’excès d’eau ne souffrent pas non plus de stresses hydriques impotents.

 

Quelques pépites de Pessac

 

Haut-Brion

 

« En 2018, produire du vin a rarement été aussi compliqué » a déclaré Jean-Philippe Delmas, DG

Vendange du 6 septembre au 2 octobre

49,4% M 38,7% CS 11,9%CF

 

En bouche nette avec la tension et la fraicheur, assez compacte avec une note de fruits noirs, tannins racés, serrés, vin construit pour une longue garde.

19/20

 

La Clarence de Haut Brion

58,2% M 28,5% CS 9,7% CF 3,6 PV

17/20

 

Mission Haut-Brion

Vendanges du 10 septembre au 2 octobre

53,5% M 42,9 CS 3,6% CF

 

Toucher net, petite note vanillée, fruits noirs, réglisse, note florale, tout est précis avec une belle tension, tannins granulés travaillés en douceur, vin complexe avec une persistance sans faille, la fraicheur, tout en longueur.

19/20

 

La Chapelle de la Mission Haut-Brion

51,6% CS 40,8% M 7,6% CF

17/20

 

Les Carmes Haut-Brion

7 ha

37% CF 34% CS 29% M

37 hl/ha

Elevage dans les différents contenants dont 9 amphores et œufs en grès.

Toucher soyeux, note florale, quelques petits baies noirs frais, juteux, acidulés, note chocolatée, épicée, beaucoup de finesse dans l’ensemble, finesse de tanins exemplaire, très belle persistance, excellent.

18,5/20

 

Haut-Bailly

Vendanges du 17 septembre au 9 octobre

55% CS 35% M 5% CF 5% PV

Le château poursuit l’aménagement et construction d’un nouveau chai, qui sera opérationnel en printemps 2020.

 

Très concentré et dense, riche en matière, persistant, belle structure, fruits noirs mûrs et juteux, énergique avec une fraicheur exceptionnelle, tout repose sur une structure tannique racée et élégante.

18,5/20

 

Pape Clément

66% CS 30% M 4% CF

40 hl/ha

Aujourd’hui utilisation de bois nef moins impotente qu’au paravent, sur ce millésime il y a 70%.

 

Toucher net, belle présence, quelques notes de baies noires, fruits très mûres, note florale, petite note de torréfaction, vin puissant, pas d’agressivité, belles, chaire avec de tannins racé, mûres, avec une fraicheur et longueur sans fin.

18,5/20

 

Smith Haut Lafitte

65% CS 30% M §% CF 1% PV

 

Vin net, précis avec une dominante de petites baies rouges, note de torréfaction, de cacao, persistant et complexe avec son boisé délicat, tout est mesuré à sa place avec une structure tannique élégante, belle fraicheur en finale.

17,5/20

 

Domaine de Chevalier

65% CS 30% M 5% PV

39 hl /ha

30% bois nef

 

Toucher soyeux, belle finesse, note fruité et florale, aromatique intéressante de l’ensemble avec une fraicheur minérale qui lui donne sa finale très gourmande.

17,5/20

 

Sans oublier de belles réussites chez :

 

Carbonnieux

16,5/20

Larrivet Haut-Brion

16,5/20

Latour-Martillac

16,5/20

Malartic-Lagravière

16,5/20

Fieuzal

16,5/20

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2018 – Volume 2 – Rive Gauche # analyse # coups de cœur


Crus Bourgeois du Médoc dévoilent la sélection du Millésime 2016…

Nouveau logo de Crus Bourgeois du Médoc

Olivier Cuvelier, Président de l’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc dévoile la 9ème Sélection Officielle des Crus Bourgeois du Médoc Millésime 2016.

Celle-ci rassemble 270 Crus Bourgeois du Médoc, tous issus de l’une des 7 AOC médocaines : Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis, Margaux, Pauillac et Saint-Estèphe.

Olivier Cuvelier, Président de l’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc

2016 est un très grand millésime pour les Crus Bourgeois du Médoc. Il a connu des conditions météorologiques idéales pour la maturation des raisins. Ces conditions ont donné des vins particulièrement colores, riches en arômes et équilibres grâce à une bonne fraicheur.

 

Les chiffres clefs du Millésime 2016 :

 

270 Crus Bourgeois du Médoc répartis entre les différentes familles :

 

AOC Médoc : 123 – soit environ 17 millions de bouteilles

AOC Haut-Médoc : 89 -soit environ 12 millions de bouteilles AOC

Listrac-Médoc : 15 – soit environ 1 million de bouteilles

AOC Moulis en Médoc : 12 – soit environ 800 000 bouteilles

AOC Margaux : 9 – soit environ 900 000 bouteilles AOC

Pauillac : 4 – soit environ 250 000 bouteilles

AOC Saint-Estèphe : 18 – soit environ 1,6 million de bouteilles

                      

33 millions de bouteilles

32% de la production du Médoc en volume

5 000 ha soit 31% de la surface viticole

 

Rappel de précédentes Sélections Officielles

 

Millésime 2008 – 243 Crus Bourgeois du Médoc – 25 millions de bouteilles

Millésime 2009 – 246 Crus Bourgeois du Médoc – 32 millions de bouteilles

Millésime 2010 – 260 Crus Bourgeois du Médoc – 32 millions de bouteilles

Millésime 2011 – 256 Crus Bourgeois du Médoc – 28 millions de bouteilles

Millésime 2012 – 267 Crus Bourgeois du Médoc – 29 millions de bouteilles

Millésime 2013 – 251 Crus Bourgeois du Médoc – 20 millions de bouteilles

Millésime 2014 – 278 Crus Bourgeois du Médoc – 30 millions de bouteilles

Millésime 2015 – 271 Crus Bourgeois du Médoc – 32 millions de bouteilles

 

Millésime 2016 – 270 Crus Bourgeois du Médoc – 33 millions de bouteilles

 

Les Crus Bourgeois du Médoc sélectionnent le meilleur de leur production pour garantir la qualité de chaque millésime, les quantités mises en marché varient donc d’un millésime à l’autre.

En 9 ans, du millésime 2008 au millésime 2016, les Crus Bourgeois du Médoc ont donc produit 261 millions de bouteilles, dont la qualité est toujours garantie.

La sélection complète est disponible sur :   http://www.crus-bourgeois.com

 

 

 

Crus Bourgeois du Médoc Sélection 2016

 

Commentaires fermés sur Crus Bourgeois du Médoc dévoilent la sélection du Millésime 2016…


Crus Bourgeois du Médoc dévoilent sa Sélection Officielle pour le millésime 2015

Logo de la Sélection Officielle des Crus Bourgeois du Médoc 2015

Olivier Cuvelier, Président de Crus Bourgeois du Médoc présente la dernière Sélection Officielle pour le millésime d’exception : 2015

 

Avec le millésime 2015, les Crus Bourgeois du Médoc lancent leur 8ème Sélection Officielle (la première lancée en 2008)

 

La démarche de qualité des Crus Bourgeois du Médoc impose que les vins soient sélectionnés et dégusté à l’aveugle par un jury d’experts.

 

Cette année, pour le millésime 2015, 271 Crus Bourgeois du Médoc font partie de la nouvelle Sélection Officielle ce qui représente :

 

32 millions de bouteilles qui seront commercialisées comparable à la sélection officielle 2009 et 2010 pour exactement le même volume.

 

Ce qui correspond à 31 % de la surface viticole du Médoc sur les très prestigieuses AOC : Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis, Margaux, Pauillac et Saint-Estèphe

 

Environ 31 % de la production médocaine

 

 

 

Rappel – Sélections Officielles précédentes

 

Sélection Officielle 2008 – 243 Crus Bourgeois du Médoc – 25 millions de bouteilles

 

Sélection Officielle 2009 – 246 Crus Bourgeois du Médoc – 32 millions de bouteilles

 

Sélection Officielle 2010 – 260 Crus Bourgeois du Médoc – 32 millions de bouteilles

 

Sélection Officielle 2011 – 256 Crus Bourgeois du Médoc – 28 millions de bouteilles

 

Sélection Officielle 2012 – 267 Crus Bourgeois du Médoc – 29 millions de bouteilles

 

Sélection Officielle 2013 – 251 Crus Bourgeois du Médoc – 20 millions de bouteilles

 

Sélection Officielle 2014 – 278 Crus Bourgeois du Médoc – 30 millions de bouteilles

 

Soit un total de 228 millions de bouteilles sur les 8 millésimes mis en marché depuis le millésime 2008

 

Adresses utiles pour trouver toutes les détailles et les crus concernés : 

http://www.crus-bourgeois.com

http://www.bourgeoisetfiersdeletre.com

 

Commentaires fermés sur Crus Bourgeois du Médoc dévoilent sa Sélection Officielle pour le millésime 2015


Echo de vendanges 2016 dans le Médoc… #reportage
Vendanges de derniers cabernets au Ch Lagrange, Saint-Julien

Vendanges de derniers cabernets au Ch Lagrange, Saint-Julien

Les vendanges sont finies un peu partout, compte tenu de la météo plutôt capricieuse en 2016, il veut mieux de rester encore assez prudent dans ses conclusions finales, mais après les dégustations des premiers jus les vignerons sont très confiantes pour les résultats…!

Un bref rappel du millésime 2016 :

Le millésime 2016 na pas été épargné par la météo plutôt capricieuse, en effet, les épisodes de gel en avril dans le vignoble Champenois qui ont mis à mal le quart de cette région viticole, la Bourgogne avait été particulièrement touchée dans sa partie Nord à Chablis par des épisodes météorologiques à répétitions comme le gel, la grêle avec une forte pluviométrie. En août, c’était au tour du Languedoc de subir cette fois la grêle, de même que le bordelais…

Pour résumer, la vigne a vécu un printemps très pluvieux avec une sécheresse estivale.

Avec cette sécheresse estivales, les vignes ont été mises à rude épreuve, avec pour certains viticulteurs, la nécessité de sacrifier des parcelles entières, en coupant les raisins bien avant les vendanges, afin de sauver les pieds de vignes.

Et comme dans ces années humides, le mildiou s’est invité à la fête dans plusieurs régions, plus besoin de rappeler les ravages que peut entrainer ce champignon, pour certains vignerons ce sont des quantités importantes de raisins encore sacrifiés.

Echo des vendanges 2016 dans le Médoc

Compte-rendu du Millésime 2016 dans le Médoc, bref rappel de la météo juste avant et pendant les vendanges par Antoine Médeville, œnologue-conseil (copropriétaire de Château Fleur La Mothe CB de Médoc).

Antoine Médeville, oenologue-conseil

Antoine Médeville, oenologue-conseil

Suite à l’épisode pluvieux survenu à la mi septembre, le temps est resté encore humide pendant quelques jours. Ensuite la météo clémente favorise de nouveau une bonne maturation du raisin.

Le potentiel phénolique continu de s’améliorer avec une augmentation de l’extractibilité des anthocyanes et des maturités de pépins proche de la vérité pour les merlots.

Dans les parcelles, on remarque une évolution des pellicules sur les parcelles de merlots les plus précoces ou ayant subies un stress hydrique important. Cela nécessite une forte vigilance au vignoble afin de suivre l’état sanitaire de ces parcelles. Le phénomène de « fissure des baies » devrait être très limité compte tenu de la météo clémente qui continue.

Les analyses de baies montrent bien le peu de décalage de maturité entre les Merlots et les Cabernets Sauvignons constatés dès la floraison qui fut homogène.

23 septembre, fin de la semaine sous un grand soleil dans le Médoc… et premier coup de sécateur pour les Merlots, sur les terroirs le plus précoces !

Les potentiels en anthocyanes continuent d’évoluer positivement et la maturité de pépins avance bien.

Les polyphénols sont au rendez-vous, les anthocyanes se présentent en bonnes concentrations et les extractibilités s’améliorent chaque jour.

Dans les Appellations Communales, la cadence devrait s’accélérer la semaine prochaine alors que « top départ » général aura lieu à partir du 03 octobre.

«Le beau temps enclenché sur la nouvelle lune et les grandes marées annoncent un mois de météo favorable» ce que disent les anciens…

Les propriétaires doivent désormais s’armer de patience pour savoir attendre un millésime qui se fait désirer.

Les jours passent et l’été indien s’installe sur la Gironde et le Médoc !

En effet, les conditions climatiques idéales permettent d’attendre et de récolter chaque parcelle à la carte. D’ailleurs, pour une très grande partie du Vignoble Médocain, les vendanges ne débuteront réellement qu’à partir de 3 octobre.

Les potentiels phénoliques profitent pleinement de la météo et continuent d’évoluer dans le bon sens.

Les maturités de pépins sont atteintes sur les Merlots, mais il faut encore attendre les Cabernets Sauvignons. Les peaux de baies s’affinent et sont moins en moins astringentes.

Les précipitations attendues en fin de semaine sont tombées de vendredi 7 à samedi 8 octobre.

Il faut désormais rester vigilant et suivre de près l’état sanitaire du Vignoble.

Une chose est sûre, les grands vins sont souvent des millésimes tardifs avec des maturités phénoliques longues et des degrés raisonnables.

L’été Indien s’est durablement installé sur la Gironde.

très beaux Cabernets prêts à être vendangé au Ch Lagrange

Très beaux Cabernets prêts à être vendangé au Ch Lagrange, Saint-Julien

Les journées ensoleillées, associées à des nuits fraiches apportent aux derniers Merlots et Cabernets tout ce dont ils ont besoin pour affiner leurs maturités.

Cette clémence climatique a stoppé l’évolution du Botrytis Cinerea et a ainsi permis d’aller jusqu’à la juste maturité de chaque parcelle.

A Phélan-Ségur (Saint-Estèphe) des derniers cabernets arrivent au chai

A Phélan-Ségur (Saint-Estèphe) les derniers cabernets arrivent au chai

Les vendanges se déroulent dans une sérénité assez inédite; chacun a bien conscience qu’un grand millésime est en préparation.

Au chai 

on trie et on re-trie et on recommence...

on trie et on re-trie et on recommence…

vendange 2016, le "caviar médocain"

vendange 2016, le « caviar médocain »

Au niveau des premières cuves en fermentation, les lots sont de belle tenue avec des couleurs intenses avec une charge tannique importante.

premiers cuves de merlots à Phélan-Ségur

premiers cuves de merlots à Phélan-Ségur, concentrations en anthocyanes déjà à vu d’oeil est très importante

Concernant les anthocyanes, nous pouvons même parler de qualité exceptionnelle puisqu’il n’est pas rare d’avoir des cuves de merlots avec des concentrations en anthocyanes supérieures à 1000 mg/l en fin de fermentation alcoolique.

merlots, cabernets et petit verdot montrent la couleur à Saint-Pierre et Gloria (Saint Julien)

Merlots, Cabernets et Petit Verdot montrent la couleur (Saint-Pierre et Gloria, Saint Julien)

Même s’il est assez difficile de se prononcer avant la fin de la fermentation malo-lactique, les cuves terminées présentent un bel équilibre permettant d’être très optimiste.

Du point de vue des rendements, les Merlots ont donné entière satisfaction mais les Cabernets Sauvignons soient légèrement plus bas.

A la mi-octobre, le constat reste le même, un grand millésime qualitatif se prépare et la quantité devrait être également au rendez vous.

PORTFOLIO

dégustation des premieres cuves de merlot avec Pierre Cazeneuve au Ch Paloumey, Haut-Médoc CB

Dégustation des premières cuves de merlot avec Pierre Cazeneuve au Ch Paloumey, Haut-Médoc CB

Martine Cazeneuve, propriétaire de Paloumey avec Pierre, son fils dans le chai

Martine Cazeneuve, propriétaire de Paloumey avec Pierre, son fils dans le chai

Collection Paloumey

Collection Paloumey

Beaux Cabernets Sauvignon à la veille des vendanges au Ch Lagrange, Saint-Julien

Beaux Cabernets Sauvignon à la veille des vendanges au Ch Lagrange, Saint-Julien

Benjamin Vimal, dir technique de Lagrange na cache pas sa satisfaction sur la qualité de la vendange 2016

Benjamin Vimal, dir technique de Lagrange na cache pas sa satisfaction sur la qualité de la vendange 2016

quelques grappillons abandonnés dans la vigne

quelques en attente d’être vendangées

quelques remontages au Ch Gloria, Saint-Julien

quelques remontages au Ch Gloria, Saint-Julien

en plaine effervescence au chai de Gloria et Saint-Pierre, Saint-Julien

en plaine effervescence au chai de Gloria et Saint-Pierre, Saint-Julien

les derniers Cabernets arrivent au chai de Ch Caronne St-Gemme,Haut-Médoc

les derniers Cabernets arrivent au chai de Ch Caronne St-Gemme,Haut-Médoc

Francois Nony, propriétaire de Ch Caronne St-Gemme, Haut-Médoc

Francois Nony, propriétaire de Ch Caronne St-Gemme, Haut-Médoc

dégustation de premières cuves de merlots, les robes toujours très soutenues (Ch Caronne St-Gemme)

dégustation de premières cuves de merlots, les robes toujours très soutenues (Ch Caronne St-Gemme)

Collection Caronne St-Gemme

Collection Caronne St-Gemme

Derniers Cabernets arrivent au chai de Phélan-Ségur, Saint-Estèphe

Derniers Cabernets arrivent au chai de Phélan-Ségur, Saint-Estèphe, la fin de vendanges s’approche…

 

au chai on ne laisse rien passer, les tries optiques travaillent sans relâche (Phélan-Ségur)

au chai on ne laisse rien passer, les tries optiques travaillent sans relâche (Phélan-Ségur)

Au Ch Charmail, Haut-Médoc CB on sent déjà la fin de vendanges, derniers grappes passent par le tri baies

Au Ch Charmail, Haut-Médoc CB on sent déjà la fin de vendanges, derniers grappes passent par le tri baies

Bernard d'Halluin, propriétaire de Ch Charmail dans son chai

Bernard d’Halluin, propriétaire de Ch Charmail dans son chai, na cache pas sa satisfaction sur la qualité des premiers jus du 2016

Antoine Médeville, oenologue-conseil, copropriétaire de Ch Fleur La Mothe, Médoc CB

Antoine Médeville, oenologue-conseil, copropriétaire de Ch Fleur La Mothe, Médoc CB

en effet 2016 affiche bien sa couleur...

en effet 2016 affiche bien sa couleur… à Fleur-La Mothe

Max de Pourtalès, propriétaire de Ch Doyac, Haut-Médoc CB avec son fidèle compagnon dans la parcelle de cabernets

Max de Pourtalès, propriétaire de Ch Doyac, Haut-Médoc CB avec son fidèle compagnon dans la parcelle de cabernets

Max de Pourtalès cherche toujours du meilleurs, fait quelques expériences en vinification intégrale

Max de Pourtalès cherche toujours du meilleurs, fait quelques expériences en vinification intégrale, 2016 en plaine fermentation

à Doyac la relève est déjà prête, Clémence avec son diplôme DNO en poche travaille aux cotés de son père

A Doyac la relève est déjà prête, Clémence avec son diplôme DNO en poche travaille maintenant aux cotés de son père

étiquette Doyac

étiquette Doyac

2016 nous cache encore des belles surprises...

2016 nous cache encore des belles surprises…

 

Adresses utiles :

http://www.chateaupaloumey.com

http://www.chateau-lagrange.com

http://www.domaines-henri-martin.com

http://www.caronne-ste-gemme.com

http://www.phelansegur.com

http://www.chateau-charmail.fr

http://www.chateaufleurlamothe.fr

http://www.chateaudoyac.fr

http://www.crus-bourgeois.com

 

 

Commentaires fermés sur Echo de vendanges 2016 dans le Médoc… #reportage


Bordeaux primeurs 2011 – Episode 7 Margaux, Saint Julien, Pauillac, Saint Estephe…

Le voici la sélection de quelques Médoc, évidemment cette liste n’est pas complète, c’est juste quelques crus que j’ai choisi… parmi d’autres…

Margaux

Brane Cantenac

Nez épicé, bouche fine avec des arômes de fruits rges, groseille, framboise, notes acidulée, finale très épicés,  fraîche.

15

du Tertre

Nez de fruits frais, feuilles, florale, toucher très soyeux, belle volume, milieu avec des jolis fruits rouges et noirs, très droit, belle minéralité avec une finale soignée.

15

Giscours

Nez de fruits noirs mûres, épices, note florale, poivre blc, toucher taffetas, milieu profond, fruits noirs, réglisse, note florale, très droit, tanins travaillé en douceur, poudreux, presque aériens, belle fraicheur en finale, long.

16,5

Kirwan

Nez épicé, note vanillée, caramel, toucher fin, épices douces, poivre blanc, quelques fruits rouges frais, tanins accrochent un peu en finale, joli fraîcheur.

14,5

Labegorce

Nez légèrement vanillé, note florale, toucher fin, bonne densité, structure tannique travaillée en finesse, suave, note florale, réglisse, épices douces, bonne finale minérale et fraîche, la qualité monte, à suivre…

14,5

Ferrière

Nez vanillé, boisé, attaque fin, milieu très épicé, reglissé, boisé, tanins fin,  avec en finale une belle acidité.

14,5

Lascombes

Nez épices, fruits noirs, cassis, note vanillé,  toucher taffetas, fruits noirs très mûres, tanins très douces, nobles, petite note épicée, finale droite et minérale, vin sans détour.

16

Monbrison

Très joli nez de fruits frais, framboise, mûr, toucher soyeux, joli fruits au milieu, belle profondeur, tout travaillé en délicatesse, quelques notes florales, épices douces, structure tannique noble, fraîcheur, salinité, longueur, belle complexité de l’ensemble.

16

Priéuré Lichine

Nez frais, fruits rouges, note florale, bouche fine, suave, note florale, tanins fins, digestes, élégants, quelques épices, bonne fraîcheur en finale.

15

2011 à Prieuré-Lichine vu par Etienne Charrier, Directeur technique et oenologue 

Rauzan Gassies

Nez vanillé, épicé, note caramel, bouche fine, très joli fruité au milieu, petits baies rouges, certaine légèreté, poivre blc en finale, tanins nobles,  longueur moyenne, minéralité.

15

Rauzan Segla

Nez très frais, note florale, vanille, toucher taffetas, milieu fruits noirs, petits baies rouges, note florale, poivre blanc, gingembre, tanins poudreux, nobles, belle structure d’ensemble, excellente fraîcheur et salinité en finale.

16,5

Saint Julien

Beychevelle

Nez de bonne fraicheur, au milieu fluidité, petits baies rouges, finale avec une structure tannique assez puissent, à suivre…

15

Branaire Ducru

Nez de fruits frais, pointe épicé, bouche suave, profondeur moyenne, structure tannique bien travaillée toute en douceur et élégance, note florale, bonne acidité.

15,5

Grouaud Larose

Nez café, moka, épices, toucher suave, fin, milieu quelques fruits acidulée, tanins nobles bien maitrisés, bonne fraîcheur.

15,5

Lagrange

Nez vanillé, discret, attaque fin, milieu  avec de tanins fermes, robustes, note épicée, réglisse, bonne fraîcheur.

15

Langoa Barton

Nez vanillé, épices douces, réglisse, bouche suave, lisse avec de tanins soignés, notes épices, poivrée, mentholée, bonne fraicheur, salin et digest.

16,5

Léoville Barton

Nez discret, note épicé, floral, toucher soyeux, au milieu tannins puissant masquant les fruits, finale fine, très bonne fraîcheur, ensemble harmonieux.

16

Léoville Poyferré

Café, moka, grillé, noté florale, soupçon de fruits, toucher suave, réglisse, épices douces, note gingembre, milieu très tannique, structure d’ensemble très ferme.

16,5

Saint Pierre

Nez discret, bonne fraîcheur, fruits rouges, attaque fin, avec le milieu robuste, tannins puissants, sèchent un peu, finale réglissée avec une bonne minéralité.

15

Talbot

Nez florale, feuilles de tabac, attaque tannique, réglisse, épices, note de fraicheur en finale, petite sécheresse en finale.

15

Pauillac

Batailley

Nez épicé, bouche café, moka, grillé, tanins très puissants, avec une bonne profondeur, manque un peu de fruits, bonne acidité.

15

Grand Puy Ducasse

Petite note de fruits frais, feuilles séchées, attaque puissant, tannique, milieu quelques fruits, finale réglisse, poivre, blanc, fin.

15

Grand Puy Lacoste

Nez floral, vanille, attaque soyeux, milieu fruits noirs, tanins nobles, bien maitrisés, finale petits fruits acidulé, minéral, bonne longueur.

16

Lynch Bages

Nez fruits frais, petite note boisé, frais, toucher suave, joli milieu fruits noirs, mûr, cerise, tanins puissant, bien travaillés sans agresser, bonne finale minérale.

16,5

Lynch Moussas

Discret, épicé, attaque suave, milieu léger, petite note épicée, tanins bien travaillé, finale fraiche, longueur moyenne.

14,5

Pichon Comtesse

Nez fruité, floral, joli fraicheur, bouche suave, fraiche, milieu petits baies de fruits noirs, tanins présentent, fort sans agressivité, bonne finale fraîche et saline.

16,5

2011 à Pichon Comtesse et Ch de Pez vu par Philippe Moureau, Directeur technique

Saint Estèphe

de Pez

nez épicé, floral, puissant, fumé, attaque fin, milieu frais, petits fruits noirs, cerise, tanins puissants sans être agressifs, longueur moyenne.

16

Lafon Rochet

Nez très discret, bouche fine, quelques notés grillés, épices douces, fruits noirs acidulés, bonne acidité en finale, équilibré.

15,5

Ormes de Pez

Nez discret, petite note réglissée, poivre blc, attaque suave, milieu léger, tannins puissants en finale, petite salinité, longueur moyenne.

15

Phélan Segur

Note végétale,  florale, attaque fin, au milieu tannins très puissants, cachent un peu coté fruité, bonne acidité, finale moyenne.

15

Dégustation UGCB de Crus Classés de Médoc au Ch de Pez

Moulis

Chasse-Spleen

Nez épicé, puissant, toucher soyeux avec une très bonne minéralité, quelques fruits rges acidulés, digest.

15

Poujeaux

Nez florale, feuilles sechées, discret, bouche compacte, structure puissant, quelques petits fruits rges frais, très bonne acidité, salin.

15

Listrac

Clarke

Note florale, feuilles fraiches, toucher soyeux, joli finesse, note reglissée, fruits noirs écrasés, tanins nobles, finale fraiche, fait saliver.

15

Chai de Ch Lascombes (Margaux)

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2011 – Episode 7 Margaux, Saint Julien, Pauillac, Saint Estephe…



%d blogueurs aiment cette page :