vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Angelo Gaja, le Pape de vins de Barbaresco et de Barolo # reportage

le village perché de Barbaresco avec sa Torre, le Château, le fief de la famille Gaja

En traversant les collines piémontaises, toutes entourées de vignes on s’approche vers Barbaresco, le petit village médiéval de la carte postale dominé par la Torre et son Château, on arrive dans le fief de la famille Gaja.

 

Tout d’abord Angelo, la 4e génération de Gaja, producteur de vins dans cette belle région de Piémont en Italie dans la zone de Langhe, l’homme connu et apprécié dans le monde entier pour ses vins de Barbaresco et de Barolo.

 

Grace à son engagement, l’utilisation des nouvelles techniques de vinification, il est considéré comme «le roi incontesté de Barbaresco » et « l’homme qui a entraîné le Piémont dans le monde moderne ».

Il a su donner, à sa juste valeur, les lettres de noblesse au vins de Barbaresco, qui aujourd’hui font partie du cercle très fermé de plus grands vins au monde.

 

 

Zoom sur une riche histoire familiale

 

Il était une fois Giovanni…

 

La cave Gaja a été fondée en 1859 par Giovanni Gaja (arrière grand-père d’Angelo), la famille Gaja étant arrivée d’Espagne au 17ème siècle.

 

En 1937, Giovanni Gaja, le père d’Angelo, pour se distinguer des autres producteurs, ainsi que distinguer ses vins parmi d’autres produits dans la région, a d’abord mis le nom Gaja en grosses lettres rouges sur les étiquettes de toutes ses cuvées, très bon coup de marketing avant l’heure.

 

L’entreprise familiale a continué à progresser après la Seconde Guerre mondiale quand Giovanni Gaja a fait des importants achats de vignobles sur des grands terroirs dans la région de Barbaresco comme San Lorenzo, Costa Russi ou encore Tildin.

 

Afin de valoriser le travail dans le vignoble, au chai et pour souligner la qualité de tous ses vins, Clotilde Rey, la grand-mère d’Angelo fixait tout simplement les prix élevés pour manifester le prestige de chaque cuvée, ce qui a contribué fortement au succès de l’entreprise familiale.

 

La 4e et la 5e génération de Gaja au complet, Angelo et Lucia entourés de ses trois enfants Gaia, Giovanni er Rossana

Revenons à la carrière d’Angelo Gaja, propriétaire actuel de l’entreprise familiale avec sa femme Lucia et ses trois enfants Gaia, Rossana et Giovanni qui constituent la 5e génération de la famille Gaja.

Tous, ils perpétuent une tradition familiale qui n’a jamais cessé depuis 1859.

 

Angelo, âgé aujourd’hui de 78 ans, arrière-petit-fils de Giovanni Gaja, a commencé sa carrière au sain du domaine familiale à l’âge de 21 ans en 1961.

A l’époque il y avait environs une centaine de producteurs de Barbaresco et de Barolo. Et c’est grâce aux acquisitions de sa famille, le jeune Angelo est devenu l’un du plus important vigneron à Barbaresco.

 

chai à barriques avec le système de récupération de l’eau de pluie

Après plusieurs voyages et séjours en France Angelo Gaja introduisit des pratiques révolutionnaires pour la vinification de Nebbiolo comme utilisation de la barrique française neuve au cours d’élevage, afin de donner au cépage Nebbiolo naturellement très tannique plus de finesse et de souplesse, au finale plus d’élégance.

 

Très tôt, il a commencé dans ses vignes les premières expériences des « vendanges en vert », d’éclaircissement afin de réduire les rendements et augmenter la qualité des vins.

 

Il était également le pionnier qui a introduit dès 1978 quelques cépages français sur les terroirs historiques de Nebbiolo à Barbaresco, comme du Cabernet Sauvignon (le cépage qu’il appréciait beaucoup), du Merlot, du Cabernet Franc, du Sauvignon Blanc ou encore du Chardonnay.

Bien évidemment, Giovanni, son père n’a pas vraiment approuvé cette « révolution ».

 

les foudres traditionnels de Slovénie ou de vieux châtaigniers

Angelo a été toujours considéré comme un moderniste dans une région traditionnelle comme Barbaresco, il a compris et a su de le début être très judicieux dans l’utilisation du chêne neuf.

Tout d’abord en pratiquant des très longues fermentations pour ses vins de 3 semaines, et bien qu’il emploie 1/3 des barriques de chêne français nef pour la première année de vieillissement, le processus est toujours fini en foudre de Slovénie ou en foudres de vieux châtaigniers de 10 à 100 hl, les contenants utilisés traditionnellement dans le Piémont.

 

« Cabernet est à John Wayne comme Nebbiolo est à Marcello Mastroianni. Cabernet a une forte personnalité, ouverte, facile à comprendre et dominante (…). Nebbiolo (…) est plus difficile à comprendre mais infiniment plus complexe » ». Angelo Gaja

 

Dès 1988, Gaja retourne à Barolo avec l’acquisition 28 ha de vignes, après avoir loué des vignobles sur cette zone.

Aujourd’hui Angelo Gaja produit plusieurs différentes cuvées sur les 100 ha de vignobles du Piémont dans la zone de Barbaresco et de Treiso et dans la zone de Barolo, de Serralunga d’Alba et La Morra.

 

 

Alessandro Albarello, jeune oenologue qui travaille pour Angelo Gaja

Pour comprendre la philosophie Gaja arrêtons nous quelques instants sur chaque cuvée de la propriété…

 

Barbaresco DOP

Le vin phare du domaine Gaja, produit toujours depuis sa création en 1859

100% Nebbiolo provenant de 14 différents vignobles  sur 21,4 ha de la zone de Barbaresco.

Macération et fermentation dans le bois ensuite 24 mois d’élevage dans les foudres et dans les barriques de chêne.

 

 

Costa Russi

Barbaresco DOP

4,35 ha

100% Nebbiolo

1er millésime 1978

Le vignoble acquis par la famille Gaja en 1967. Le nom vient du terme « Costa”, le côté d’une colline face au soleil, et « Russi » un surnom du propriétaire précédent.

 

Sorì Tildìn

Barbaresco DOP

3,38 ha

100% Nebbiolo

Le vignoble acquis par la famille Gaja en 1967,

1er millésime 1970

« Sorì » est un mot piémontais pour « colline avec exposition sud » et « Tildìn » était un surnom de Clotilde Rey, la grand-mère d’Angelo Gaja.

 

Terroir exceptionnel de San Lorenzo, Barbaresco

Sorì San Lorenzo

Barbaresco DOP

3,38 ha

100% Nebbiolo

1er millésime 1967

Le vignoble acheté à la paroisse d’Alba en 1964, nommé San Lorenzo, le saint patron de la cathédrale d’Alba.

 

Sperss

Barolo DOP

12 ha

100% Nebbiolo

1er millésime 1988

30 mois d’élevage

Le vignoble acheté en 1988 dans la zone de Serralunga, son nom « sperss » est piémontais pour designer « la nostalgie », indiquant un désir de revenir à la production de Barolo.

 

Conteisa

Barolo DOP

6 ha

100% Nebbiolo

1er millésime 1996

30 mois d’élevage

Le nom est piémontais pour « querelle », se référant à un différend historique entre les communes La Morra et Barolo, les deux réclamant la terre Cerequio.

 

Dagromis

Barolo DOP

100% Nebbiolo

1er millésime 1998

30 mois d’élevage

Vignobles de Serralunga et La Morra

Nommé d’après la famille Gromis qui possédait le vignoble dans la commune de La Morra tout au long du 19ème siècle, avant acquis par la famille Gaja. Il est mélangé avec des fruits d’un autre vignoble appartenant à Gaja à Serralunga.

 

Darmagi

Langhe DOP

2,8ha

Cabernet Sauvignon (95%) avec un peu de Merlot (3%) et Cabernet Franc (2%), nous sommes ici sur la « copie conforme » d’un grand cru bordelais.

1er millésime 1982

Le vignoble planté en 1978, son nom signifie «quelle honte» ou «pitié!»…

C’est un commentaire de Giovanni Gaja, père d’Angelo, qui se penche sur les vignes du Cabernet Sauvignon plantées par son fils sur un site par excellence de Nebbiolo

 

Sito Moresco

Langhe DOP

Vignoble de Treiso, Barbaresco et Serralunga

Nebbiolo, Barbera, Merlot, Cabernet Sauvignon

1er millésime 1991

Plusieurs vignobles appartenant à la propriété, dont le vignoble Sito Moresco de 10 hectares à Barbaresco.

 

Gaia et Rey

Langhe DOP

Vignoble de Treiso et Serralunga

100% Chardonnay

1er millésime 1983

Le premier vin blanc du domaine Gaja, issu du vignoble de Gaia & Rey qui a été planté en Chardonnay en 1979. Il porte le nom de la fille aînée d’Angelo Gaja, Gaia Gaja, et de sa grand-mère, Clotilde Rey.

 

Alteni di Brassica

Langhe DOP

Vignoble de Barbaresco et Serralunga

100% Sauvignon Blanc

1er millésime 1986

Les vignobles ont été plantés de Sauvignon blanc en 1983. Le nom vient des alteni, de petits murs de pierre qui dans le passé entouraient les vergers dans la région, et des brassica , fleurs jaunes qui couvrent les vignes au printemps.

 

Rossj-Bass

Langhe DOP

Vignoble de Barbaresco et Serralunga

Chardonnay, Sauvignon Blanc

1er millésime 1988

Le vin est produit de raisins provenants de dans plusieurs vignes de la famille.

Le vignoble de Rossj, planté en 1984, porte le nom de la plus jeune fille d’Angelo, Rossana « Rossj » Gaja.

 

Pendant ma récente visite du domaine j’ai dégusté quelques différents crus, voici les résultats :

 

Quelques cuvées passées en dégustation

 

Barbaresco DOP 2015 (cuvée phare de la Maison)**

2015 un très bon millésime

Robe rubis, belle brillance, nez épicé, cerise fraiche, en bouche toucher net, frais, note de petits fruits acidulés, cerise noire, structure tannique racée, joli finale fraiche et longue avec un beau potentiel.

 

Sori Tildin 2013, Barbaresco DOP

2013 millésime classique

Nez délicat, floral, quelques fruits rouges mélangés aux épices, vin net, précis avec une bonne acidité, tanins soyeux, belle persistance, finale fraiche, saline.

 

Conteisa 2014, Barolo DOP*

2014 millésime compliqué

Nez cerise noire, fruits noirs frais, en bouche toucher net, fruits noirs frais, quelques fruits rouges acidulés, tanins ronds, patinés, vin gourmand, commence à s’ouvrir.

 

Sperss 2014, Barolo DOP

2014 millésime compliqué

Nez florale, épicé, bouche nette, note acidulée, fruits noirs, cerise, réglisse, tanins racés, vins puissant avec une touche boisée.

 

Sori San Lorenzo 1999, Barbaresco DOP***

1999 très grand millésime

Nez de truffe, d’épices, rose séchée, réglisse, en bouche toucher soyeux, élégant, fleurs séchées, note chocolatée, truffe noire, tanins arrondis, élégants, fins, vin complexe avec un équilibre parfait, persistant avec une fraicheur qui domine, finale longue, on voit son potentiel.  

 

Sito Moresco 2016, Lange DOP

2016 très bon millésime

Vin fruité, agréable et frais, gourmand qui peut se consommer dans sa jeunesse ou avec quelques année de vieillissement, vin plaisir.

 

Vignobles de Gaja : Piémont, Barbaresco et Barolo, la Toscane : Pieve Santa Restituta à Montalcino acquis en 1994 et Ca’Marcanda à Bolgheri acquis en 1996.

 

 

PORTFOLIO

 

L’Eglise San Donato à Barbaresco, siège de l’Oenoteque Regionale

 

Barbaresco, vue sur la rivière Tanaro

 

Château de Barbaresco, fief de la famille Gaja

 

Le Château abrite de très nombreuses oeuvres d’art moderne

 

Le chai à barriques dans les caves profonds sous le château

 

étiquettes années 1070

étiquettes les années 1960

les années 1960

 

étiquettes actuelles

 

L’intérieur du château, siège de l’entreprise familiale Gaja

 

l’intérieur du château, siège de l’entreprise familiale

Vignobles de la famille Gaja, Piémont et la Toscane

 

Adresses utiles :

http://www.gajadistribuzione.it

 

 

 

 

 

Publicités
Commentaires fermés sur Angelo Gaja, le Pape de vins de Barbaresco et de Barolo # reportage


Campania Stories 2018 – vins, vignobles, portraits… # reportage

Ma dernière étape des Anteprime (primeurs) italiens fini en fanfares à Naples, avec sa manifestation annuelle « Campania Stories » 2018, la manifestation qui a bien trouvé sa place dans cette ville envoutante et magique dominée par le Vésuve, toujours en activité, ce qui lui ajoute son coté mystérieux en plus.

Campania Stories 2018, dégustation des vins rouges

« Campania Stories » la manifestation organisée par Miriade&Partners qui depuis quelques années met en avant les vins de la région de Campanie, aujourd’hui elle a trouvé parfaitement ses marques parmi de nombreuses manifestations viticoles en Italie. Elle met en avant des nouveaux millésimes de principales appellations régionales, elle donne la possibilité à des nombreux professionnels venus de quatre coins du monde, ainsi qu’à des amateurs de se familiariser avec des vins et des cépages de cette région.

 

Naples dominé par le Vésuve

Naples, la capitale de Campanie, une région viticole fort intéressante et variée avec la diversité de terroirs, avec un panel exceptionnel de cépages autochtones qui donnent de vins extrêmement divers et intéressants.

La Campanie, n’est pas tout à fait une région comme les autres, sa diversité, si bien viticole qu’agricole avec des paysages à couper le souffle livre des surprises à chaque instant.

 

Pour comprendre mieux la région un peu de géographie s’impose :

 

La Campanie, région sudiste d’Italie, s’étend sur le versant tyrrhénien, de l’embouchure du Garigliano au nord au Golfe de Policastro vers le sud.

Ses terres fertiles entourent le Golfe de Naples avec des nombreuses cultures comme le tabac et de céréales sans oublier la vigne omni présente qui vie en symbiose parfaite avec les oliviers, les citronniers, les orangers sur la fameuse Costa Amalfitana.. C’est aussi en Campanie que sont produites les meilleures tomates paraît-il !

La région est dominée par le Vésuve, volcan toujours en activité. Naples, sa capitale, est aussi la capitale de la pizza, la fameuse « Margherita » est né ici et c’est ici qu’on produit également des pattes exquises proposées comme de la pizza à chaque coin de rues dans des nombreuses pizzerias ou trettorias.

La fameuse « Margherita » de la Antica Pizzeria « Da Michele » à Naples

La douceur du climat, la beauté des paysages, des côtes, la richesse de l’art et de l’histoire, l’amour pour la cuisine, et surtout la richesse de la production viticole, c’est qui nous intéresse tout particulièrement aujourd’hui, avec tous ces cépages autochtones issus de cette mosaïque de terroirs si divers rendent la Campanie un pays à découvrir absolument.

Sur les côtes paradisiaques dentelées et quasi inaccessibles, le plus escarpés constitués de terrasses de tuf tournées vers la mer sont utilisés pour la culture des agrumes, des oliviers et de la vigne. Toute cette région si riche en découverte est un vrai chef-d’œuvre de la nature.

Les collines d’Avellino avec ses vignobles et de champs d’oliviers

Economie viticole en quelques chiffes :

 

25 000 hectares de vignoble (3,3% de la surface nationale)

Les vins blancs représentent 46% de la production (756 000 hectolitres),

Les vins rouges représentent 54% (858 000 hectolitres).

4% de la production nationale en volume

 

 

Campania avec la diversité de ses paysages viticoles (Caserta)

Campania est divisée en 5 provinces viticoles :

 

Benevento : 10 500 hectares de vignes (41% de la superficie régionale)

 

Avellino : 6,100 hectares (24% de la superficie régionale)

 

Salerno : 4.000 hectares (16% de la surface régionale)

 

Caserta : 2.500 hectares (10% de la superficie régionale)

 

Napoli : 2.200 hectares (9% de la superficie régionale)

 

 

Les vins de Campanie

 

En ce qui concerne les vins de chaque millésime, il est difficile de parler ici d’homogénéité de chaque récolte, car les différences entre le nord et le sud sont très impotentes.

De plus, n’oublions pas que les vignobles de Campanie s’étendent de la côte aux Apennins, avec des différents cépages, des tailles, différence dans la croissance des raisins, différence de terroirs, dates de récoltes, styles de vinification etc.

Au cours de la dernière décennie la région a subi des énormes transformations dans la viticulture et la production des vins, avec l’arrivée des nouveaux producteurs, d’oenologues qui ont rejoint des vignerons historiques. Cette nouvelle vague, cette nouvelle vision ont permis d’améliorer considérablement la qualité des vins, produire aussi de vins de garde, le valoriser d’avantage.

 

Dans le cadre de « Campania Stories » 2018 nous avons pu déguster les vins du quasi totalité des appellations régionales sur un large panel des millésimes, bien évidemment les trois derniers : 2017, 2016 et 2015.

Aussi quelques d’autres comme : 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009 2008 et même 2007. Cette pratique devient tout à fait courante dans la plupart des dégustations, car des producteurs aiment présenter quelques vieux millésimes selon les disponibilités et capacités de la production qu’ils disposent..

 

Millésime 2017

 

L’hiver très froid au début, avec des températures inférieures à la moyenne saisonnière avec des chutes de neige même à basse altitude, ensuite des températures très doux en février et mars.

Début de printemps chaud et légèrement pluvieux, ce qui a causé un débourrement précoce de 8-10 jours.

A la mi-avril baisse significative des températures avec des gelées nocturnes entre 19 et 22, ce qui a affecté les premières phases végétatives dans les zones les plus humides et les vallées.

La floraison a été régulière entre fin mai et le début juin, un fruit plus abondant qu’en 2016.

La tendance estivale s’est encore renforcée de fin juin jusqu’au début septembre, avec des températures très élevées et les pics allant jusqu’à 40 ° C.

Les variables climatiques ont favorisé dans sa globalité de bonnes conditions sanitaires et la bonne maturation des raisins selon les zones géographiques.

On retrouvait des niveaux de maturation différents, même au sein du même vignoble et dans certains endroit des stresses hydriques impotents.

Le résultat qualitatif est assez hétérogène, globalement bon et même très bon dans les vignobles où la vigne a moins souffert par ces différents aléas climatiques.

Les vins blancs ont généralement des niveaux d’alcool plus élevés et une acidité plus faible par rapport aux niveaux moyens, des profils olfactifs moins complexes avec la bouche plus riche, plus corsé, par rapport au millésime 2016.

Pour les vins rouges issus des cépages à maturation tardive, le millésime a été plus homogène, les vins sont plus concentrés, avec des bonnes acidités qui assurent des équilibres et complexités très satisfaisants.

 

 

Millésime 2016 (vins rouges 16/20 vins blancs 17/20)

 

L’hiver doux, l’absence de neige avec les précipitations inférieures à la moyenne.

Printemps très instable, les conditions très variables en mars, les températures élevées en avril, parfois supérieures à 25 °C.

Entre le 25 et le 27 avril des neiges ont été enregistrées sur les collines et les montagnes, mais surtout – des gelées sévères ont été enregistrées dans différentes appellations entraînant des pertes des cultures allant jusqu’à même 50 à 60%.

Le moment crucial était avec une chute soudaine des températures au cours de la dernière semaine d’avril, lorsque les vignes étaient en phase végétative et les pousses ont été attaquées par des gelées pendant la nuit.

En revanche des très bonnes conditions en été ont permis une maturation idéale et régulière des raisins dans des zones qui n’ont pas été attaquées par des gelées printanières trop sévères.

L’été chaud et sec avec des températures hautes, surtout à la fin de juillet et au premier semestre d’août.

La période suivante entre la fin de l’été et le début de l’automne a été plus régulier.

Des conditions très variables ont été enregistrées au cours de la deuxième moitié de septembre et d’une partie d’octobre, avec des précipitations très différentes même dans des zones voisines.

Le temps a été plus stable et ensoleillé entre la fin octobre et la première semaine de novembre.

La récolte a été longue et plus tardive, a duré de fin août à fin novembre, en fonction des appellations et des cépages.

Un millésime assez hétérogène avec des résultats qui ne peuvent pas être généralisés, très différents en fonction des régions, des appellations, la typologie, les terroirs et le style des vins.

Faibles rendements avec des volumes très inférieurs à la moyenne qui ont déjà été considérés comme l’une des pires récoltes en Campanie.

 

 

Millésime 2015 (vins rouges 17/20 vins blancs 17/20)

 

L’hiver était plus frais que les années précédentes, mais sans gel. Des chutes de neige fréquentes sont enregistrées au début de l’année, mais la période restante reste modérée, avec des périodes de froid et des pics de chaleur assez inhabituels. Le printemps était presque doux, avec des précipitations moyens en mars et avril. L’été brûlant, en quelque sorte semblable à 2012, avec des anticyclones africains de la mi-juin jusqu’à début septembre, des jours chauds en moyenne avec quelques averses.

D’autre part, des tempêtes de grêle à partir de la fin juillet et surtout au début de septembre ont sérieusement menacés certaines régions de Campanie.

Au début de l’automne, les jours humides et pluvieux, typiques de septembre, étaient significatifs pour de larges amplitudes de températures entre jour et nuit. Octobre a été plus difficile, en raison de pluies abondantes, dans certains endroits, causant même des nombreuses inondations.

Peu à peu, le temps s’est amélioré de fin octobre à la première semaine de novembre, avec des jours secs et ensoleillé et même la température plus élevée à la moyenne.

En ce qui concerne la quantité, la tendance du millésime se caractérise par un faible rendement principalement dans les endroits où les tempêtes de grêle et les inondations d’automne causaient des dommages, ainsi dans les endroits affectés par le stress hydrique.

Dans sa globalité, les raisins récoltés étaient sains et sucrés, même pas trop mûri ou séché, mais hélas avec une faible acidité au début de la récolte.

La récolte des cépages blancs était en avance en peu partout, de la mi-août au début du mois d’octobre, tandis que la récolte des cépages rouges était en retard jusqu’à novembre, surtout dans les zones montagneuses.

 

Voici la notation des millésimes (sur 20) de la dernière décennie :

 

2017 (la plupart des vins sont toujours en élevage)

2016 : rouges 16/20 blancs 17/20

2015 : rouges 17/20 blancs 17/20

2014 : rouges 14/20 blancs 15/20

2013 : rouges 15/20 blancs 17/20

2012 : rouges 16/20 blancs 17/20

2011 : rouges 17/20 blancs 15/20

2010 : rouges 18/20 blancs 19/20

2009 : rouges 14/20 blancs 15/20

2008 : rouges 19/20 blancs 17/20

2007 : rouges 16/20 blancs 14/20

 

 

Campania Stories 2018 – tasting vins blancs au Palazzo Caracciolo MGallery by Sofitel à Naples

Coups cœurs vins blancs 2017 2016 2015

 

Trabucco – Falerno del Massico Bianco 16 Marzo – 2017

Petilia – Fiano di Avelino 2017

Donnachiara – Fiano di Avelino 2017

Feudi di San Gregorio – Irpinia Bianco Campanero 2016

Sorrentino – Vesuvio Lacryma Christi Bianco Vigna Lapillo 2016

Marisa Cuomo – Costa d’Amalfi – Furore Bianco Fiorduva 2016

Alois – Pallagrello Bianco Caiati 2016

Tenuta Sarno 1860 – Fiano d’Avellino Sarno 1860 – 2016

Cantine di Marzo – Greco di Tufo Colle Serrone 2016

Sclavia – Pallagrello Bianco Don Ferdinando 2015

Lunarossa – Colli di Salerno Fiano Quartara 2015

 

 

Campania Stories 2018 – tasting vins rouges au Palazzo Caracciolo MGallery by Sofitel à Naples

Coups de cœurs vins rouges 

 

Agnanum – Campi Flegrei Piedirosso 2016

Mario Portolano – Campi Flegrei Piedirosso 2016

Salvatore Martusciello – Campi Flegrei Piedirosso Settevulcani 2016

Sclavia – Pallegrello Nero Montecardillo 2015

Donnachiara – Irpinia Aglianico 2015

Ferrara Benito– Irpinia Aglianico Vigna Quattro Confini 2015

Mario Portolano – Campania Rosso Villa Teresa 6’’ 2015

Tenuta Fontana – Sannio Aglianico Civico 28 – 2015

Sertura – Irpinia Aglianico 2015

Marisa Cuomo – Costa d’Amalfi Furore Rosso 2014

Sammarco Ettore – Costa d’Amalfi Ravello Rosso Riserva 2014

Alois – Casacecchia di Pontelatone Trebulanum Riserva 2014

Di Meo – Campania Aglianico 2014

Stefania Barbot – Taurasi Fren 2013

Nardone Nardone – Taurasi 2011

Amarano – Taurasi Principe Lagonessa 2011

Il Cancelliere – Taurasi Nero Né Riserva 2010

Terre d’Aione – Taurasi 2010

Di Meo – Vigna Olmo Riserva 2010

Di Meo – Taurasi Hamilton Riserva 2008

Vigna Maurisi – Taurasi Principium 2007

 

 

Rencontre avec Mara Portolano, Azienda Agricola Mario Portolano (Naples)

Saga familiale de gantiers napolitains qui deviennent vignerons par passion…

 

 

Mara Portolano avec ses deux frères Stefano et Lucio sont la quatrième génération de gantiers à Naples.

L’histoire de la marque Mario Portolano remonte à 1895, avec Fortunato, le grand-père de Mario (arrière grand père de Mara) qui a fondé la manufacture de gants de cuir à Naples.

L’entreprise familiale se développe de génération en génération avec la même passion, l’enthousiasme, le goût de l’élégance, de raffinement et de précision de la culture artisanale napolitaine.

Aujourd’hui, c’est toujours Mario, âgée de 92 ans qui gère les affaires familiales (fabrication des gents et le vignoble) avec ses enfants Mara, Stefano et Lucio.

La famille Portolano, Mario (à droite), Mara et Stefano

La famille Portolano a toujours eu la passion pour la vigne et les vins, donc les choses se sont fait tout à fait naturellement avec la création en 2013 d’un petit domaine viticole de 5,5 ha sur les beaux terrasses volcaniques à quelques pats de Naples à Pozzuoli. Ce sont les terroirs de prédilection surtout pour le cépage Piedirosso mais le cépage Aglianico s’y plaît aussi.

Petites terrasses volcaniques du vignoble Portolano

Les ambitions de Portolano ne s’arrêtent pas là, le vignoble prend ses marques et se développe avec une nouvelle plantation de 1,5 ha de Falanghina, cépage blanc qui aime aussi ces terroirs volcaniques. Il faut attendre encore un peu pour les premières bouteilles de blanc.

 

Pour l’instant la production du domaine est plutôt confidentielle, 20 000 bouteilles au totale avec les trois cuves rouges :

 

Collection Azienda Portolano

Campi Flegrei 100% Piedirosso, vin léger, fruité, aromatique et frais, très typé du terroir volcanique, il s’accorde très facilement avec la cuisine simple de la région comme la pizza, les pattes ou les salades.

 

Villa Teresa 70% Piedirosso 30% Aglianico, vin plus raffiné, épicé, fruité, avec une bonne persistance et fraicheur, s’accorde bien avec des charcuteries, les viandes rôties ou les pattes en sauce.

 

Villa Teresa 6’’ 100% Aglianico, vin racé, puissant, fruits noirs, épices, avec une belle longueur et persistance, finale est toujours fraiche et minérale grâce au terroir volcanique, il s’accorde bien avec de viandes grillées, charcuteries, risotto à la truffe.

 

 

PORTFOLIO

Extraordinaire vigne de Casavecchia de 1850 (Caserta)

Vigne de Pallagrello, Fatoria Alois (Caserta)

Massimo Alois dans son chai, Fattoria Alois (Caserta)

Quelques étiquettes de vins de Caserta

Quelques étiquettes de vins de Caserta

Les jeunes plans de Campi Flegrei Falanghina (Az Agricola Mario Portolano)

Ilaria Petitto, cantina Donnachiara, Avellino

Collection Donnachiara, Avellino

Ferrante di Somma di Circello, Cantine di Marzo avec sa collection extraordinaire de Greco di Tufo (Avellino)

Top Chrono de Campania Sories 2018 au Palais Royal de Bourbons à Caserta (organisé par Miriade&Partners)

Campania Stories 2018, Palazzo Caracciolo (Sofitel) à Naples, préparation du tasting

La sommellerie italienne toujours au Top pour assurer les dégustations Campania Stories 2018

La fameuse Margherita napolitana

Vieux Naples

Couché du soleil dans la baie de Naples

 

Adresse Utiles :

 

http://www.campaniastories.com

http://www.mirideweb.it

http://www.basilicatastories.eu

http://www.reggiadicasertaunofficial.it

http://www.aiscampania.it

http://www.aziendaagricolamarioportolano.it

http://www.cantinedimarzo.it

http://www.donnachiara.com

http://www.vinialois.it

http://www.aziendaagricolapetilia.com

http://www.tenutasarno1860.it

http://www.hotel-palazzo-caracciolo-naples.com

http://www.damichele.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Campania Stories 2018 – vins, vignobles, portraits… # reportage


Anteprima Sagrantino 2018 – Sur la route de Sagrantino à Montefalco # reportage

Anteprima Montefalco Sagrantino, ne se réduit pas à une simple dégustation du dernier millésime livrable de Sagrantino, mais c’est un véritable voyage viticole et gastronomique dans Umbria.

La petite brume sur les collines de Montefalco

C’est la 4ème année consécutive que Anteprima Montefalco Sagrantino est rentré dans le cercle « très fermé » de tous les Anteprime italiens, en effet aujourd’hui ils sont très nombreux.

 

C’était une excellente idée du Consorzio Montefalco (Conseil Interprofessionnel de Vins de Montefalco) de se lancer dans l’aventure et ça lui va si bien que la manifestation a pris véritablement ses marques grâce au dynamisme et la volonté de tous les membres producteurs très impliqués dans l’aventure qui sont aujourd’hui 231 repartis en 59 caves.

Tous le monde trouve son compte, car il s’agit d’une petite appellation de 760 ha qui produit Montefalco Sagrantino DOCG et d’un cépage mal ou pas du tout connus, qui donne des vins très tanniques qui ont vraiment besoin beaucoup de temps pour se bonifier et trouver sa place sur la table des amateurs parmi d’autres appellations à un fort potentiel comme les vins toscanes.

 

Depuis sa première édition la manifestation est fort bien réussie, a permis à des nombreux professionnels ou des simples amateurs de se familiariser avec ce cépage incontournable de la région comme « Sagrantino ». Aussi a donné occasion, de redécouvrir Ombrie (Umbria), une région viticole, gastronomique et culturel par excellence.

Montefalco, Piazza del Comune, lieu de vie de cette petite bourgade médiévale

 

Le Consorzio Montefalco a eu une très bonne idée en se lançant dans l’aventure qui s’avère déjà être payante après ces quatre éditions, tout d’abord pour la notoriété de cette magnifique région viticole, ensuite pour la découverte de son cépage de prédilection Sagrantino.

 

Umbria viticole en bref :

 

Ombrie (Umbria) le « coeur vert de l’Italie » la région comprise entre les Marches à l’est, la Toscane à l’ouest et le Latium au Sud. En effet, on peut y admirer des collines, des forêts et des montagnes verdoyantes grâce à l’abondance des cours d’eau. Mais c’est aussi une des rares régions d’Italie à ne pas être baignées par la mer.

Ce n’est pas un hasard que la vigne et les oliviers s’y sont implantés avec succès, comme en Toscane, sa voisine, la région limitrophe à l’ouest.

Depuis l’époque de la civilisation étrusque l’influence de la Toscane dans le domaine viticole s’est fait rapidement sentir sur les terres de Umbria.

Le vignoble couvre aujourd’hui environ 17 000 hectares et sa production totale représente 25 % de la totalité des vins italiens (en AOC).

Les cépages les plus cultivés pour le vin rouge sont : le Sagrantino, le Sangiovese, et le Ciliegiolo.

Pour les vins blancs : le Grechetto, le Verdello, le Procanico, le Trebbiano Spoletino et la Malvasia.

 

 

Rappel historique pour comprendre Sagrantino, le cépage roi de la région de Montefalco.

 

Le premier document officiel citant le nom du cépage Sagrantino remonte au XVI° siècle.

Le raisin était probablement récolté par les moines franciscains qui en obtenaient un breuvage destiné aux rites religieux dont serait issu le terme Sagrantino.

L’origine du cépage serait issue par la sélection de clones locaux ou d’importation par l’intermédiaire de moines byzantins.

À partir de la première moitié du XIV° siècle les statuts communaux de la région comportaient déjà des lois régissant le cépage et le vin. En 1540, une ordonnance communale établissait officiellement la date du début des vendanges. Cette date est commémorée chaque année par la Confraternita del Sagrantino qui au mois de septembre rassemble sur la place de Montefalco les vignerons, les habitants de la région sans oublier des nombreux touristes pour la cérémonie le banc de vendanges et pour la lecture de l’ordonnance originale, celle de 1540.

Bien que la qualité du vin issu de Sagrantino soit reconnue, le cépage disparaît petit à petit au cours de l’histoire.

C’est seulement dans les années 60 et c’est grâce à l’action de quelques vignerons passionnés de la région que le Sagrantino retrouva ses lettres de noblesse pour redevenir le cépage principal de Montefalco et de l’Ombrie.

En 1979 Montefalco Sagrantino obtient d’abord l’appellation DOC et ensuite DOCG en 1992.

Le Consorzio Vini di Montefalco a été crée en 1981, aujourd’hui il compte 59 domaines, dont 80% produisent Montefalco Sagrantino DOCG.

La richesse du paysage de Montefalco

Bref rappel :

Les vins Montefalco Sagrantino DOCG secco sont produits uniquement dans la commune de Montefalco et partiellement dans celles de Bevagna, Gualdo Cattaneo, Castel Ritaldi et Giano dell’Umbria, dans la province de Pérouse.

Dans les 25 dernières années, la région a connu une véritable renaissance car  elle a passé de 66 ha de Sagrantino DOCG en 1992 à 760 ha en 2017.

L’Aire d‘appellation Montefalco DOC atteint aujourd’hui 450 ha de vignes.

Les sols sont relativement argileux, mais dans certaines communes ils sont complétés par des sables qui semblent donner plus de finesse et de souplesse aux vins.

La vigne plantée entre 220 et 470 m, bénéficie essentiellement d’un climat méditerranéen avec les étés chauds et les hivers relativement froids avec une bonne pluviométrie.

Les rendements moyens tournent autour de 50 hl/ha, avec une limite fixée à 70hl/ha pour bénéficier de l’appellation DOCG.

L’élevage des vins, il est fixé à un minimum de 37 mois dont au moins 12 mois en fût, ce qui est ce qui est peu pour certains millésimes.

Point économique :

Production 2017 est considérée comme une petite année en volume par rapport à cinq derniers millésimes soit :

986 944 bouteilles. de Montefalco Sagrantino DOCG sachant qu’une bonne année comme 2015 a produit 2 548 842 bouteilles.

Millésime 2014 qui faisait l’objet de dégustations Anteprima a produit 1 666 992 bouteilles.

 

Dégustation Montefalco Sagrantino 2014

Dégustation :

Pour la quatrième édition de l’Anteprima Montefalco Sagrantino 2018 nous avons pu découvrir une quarantaine de cuvées du dernier millésime livrable, celui du 2014, qui est considéré dans sa globalité comme un Bon millésime  (3*), malgré tous les aléas climatiques rencontrés.

Pour la plupart de vins, il sera disponible au cours de l’année, sachant que sur les grands millésimes les vins issus de Sagrantino ont besoin encore plusieurs années pour s’exprimer pleinement en donnant la meilleure expression du cépage, considéré comme le plus tannique de tous les cépages rouges.

Chaque année, depuis sa première édition les producteurs de Sagrantino proposent en guise de comparaison une horizontale dans un millésime mûr après plusieurs années de vieillissement en bouteille. Cette année nous avons pu déguster le 2008, le millésime considérait comme exceptionnel, très belle expérience de dégustation des quelques 25 cuvées après une dizaine d’année de vieillissement.

Cette dégustation comparative permet de voir l’évolution du cépage après quelques années de vieillissement en bouteille.

Voici la cotation de la qualité des millésimes disponibles sur les 10 dernières années :

2014 3*

2013 4*

2012 4*

2011 5*

2010 4*

2009 4*

2008 5*

2007 4*

2006 4*

2005 5*

2004 4*

 

5* Exceptionnel

4* Grand

3* Bon

 

Comprendre et apprivoisé le cépage Sagrantino :

Sa robe : Rouge carmin très intense avec des reflets violines allant vers le grenat foncé selon le mode de vinifications et le vieillissement.

Son nez : parfum caractéristique de mûres, myrtille, fruits noir, épices, poivre, réglisse avec parfois une note vanillée dû aux élevages sous bois.

Sa bouche : attaque riche, chaleureux, note de fruits noirs croquants, vin tannique, robuste, puissant, harmonieux dans sa puissance et structure, persistant, souvent serré, compact avec une bonne matière solide et une très bonne fraicheur en finale.

Dans son ensemble possède une très bonne capacité de vieillissement.

 

Je laisse la parole à Liù Pambuffetti, Azienda Scacciadiavoli di Pambuffetti pour présenter en quelques mot le millésime 2014

 

 

Coups de cœur Montefalco Sagrantino 2014 (millésime 3*)

 

Antonelli

Arnoldo Caprai – cuvée 25 Anni

Bocale

Colle Ciocco

Colpetrone – Tenute del Serro

Goretti

Fattoria Colleallodole – Milziade Antano- Colleallodole

Lungarotti

Moretti Omero – Vignalunge (biodynamie)

Perticaia

Romanelli (biodynamie)

Scacciadiavoli

Tabarrini – Campo alla Cerqua

Tabarrini – Colle alle Macchie

Tenuta Bellafonte –Collenottolo

Tenuta Castelbuono – Tenuta Lunelli – Carapace

Tenute di Saragano

Terre de la Custodia

Valdangius

Villa Mongali – Della Cima

 

Coups de cœur Montefalco Sagrantino 2008 (millésime 5*)

 

Goretti

Perticaia

Antonelli

Tenuta Bellafonte

Moretti Omero

Fongoli

Romanelli

Scacciadiavoli

Fattoria Colleallodole Milziade Antano

Arnoldo Caprai cuvée 25 anni

Tabarrini – Campo Alla Cerqua

 

La meilleure façon de comprendre le cépage et ses vins c’est tout simplement aller dans vignes à la rencontre de producteurs et dans leurs chais.

 

Mes belles découvertes sur la Route de Sagrantino :

 

Azienda Scacciadiavoli di Pambuffetti à Montefalco

 

Chai historique de Scacciadiavoli

Domaine viticole fondé en 1884, fait partie d’une de plus anciens cavas sur le territoire de Montefalco, acheté en 1954 par la famille Pambuffetti, toujours aux commendes. Aujourd’hui c’est la quatrième génération qui gère la propriété de 130 ha dont 35 planté en vigne.

Scacciadiavoli possède un très joli terroir composé de schistes et d’argiles sur les collines allant jusqu’à 400 m.

Liù avec son père Amilcare Pambuffetti (Président du Consorzio Vini Montefalco)

Liù avec son diplôme d’œnologie de la Fac de Bordeaux en poche travaille aujourd’hui aux cotés de son père Amilcare Pambuffetti, de toute façon, ici c’est toujours une affaire de famille qui dure depuis plusieurs générations.

La gamme de vins est assez complexe, on produit bien évidemment Montefalco Sagranino DOCG d’une très belle qualité, Montefalco Rosso et Bianco, aussi les cépages autochtones : Grecchetto, Trebbiano Spoletino sans oublier depuis quelques années la petite production de la méthode classique. Ces vins effervescents sont extrêmement intéressants comme Spumante Brut Rosé issus de 100% Sagrantino ou un Spumante Brut Blanc avec 85% de Sagrantino et 15% de Chardonnay. Ces deux vins à bulles ont beaucoup de charme, de complexité, de finesse et d’élégance.

Collection des vins Scacciadiavoli

A l’occasion de cette visite nous avons pu faire une petite verticale de Montefalco Sagrantino de millésimes : 2004 2005 2006 2011

2004 (Grand) **

Importante pluviométrie

Toucher soyeux, note fumée, tabac, sous bois, bois de cannelle, tannins tonds, élégants, garde une bonne fraicheur et bonne vivacité.

 

2005 (Exceptionnel) ***

Toucher net, précis, fruits noir, cerise noire, note chocolatée, réglisse, belle volume en bouche, joli acidité, fraicheur en finale.

 

2006 (Grand) **

Année fraîche

Toucher soyeux, vin précis, puissant, croquant de fruits noirs, cerise, épices, tannins racés, garde une très bonne fraicheur en finale.

 

2011 (Exceptionnel) ***

Année solaire

Toucher net, soyeux, précis, bonne vivacité, fruits noirs mûrs, note chocolatée, structure tannique poudreuse, joli volume en bouche avec une excellente fraicheur.

 

 

Azienda Fongoli à Montefalco

 

Angelo Fongoli dans son chai

Domaine viticole familiale crée en 1925 de 35 ha dont 20 ha planté en vigne, le reste c’est les bois, les oliviers et même les truffières, toute la surface est cultivée en biodynamie.

Aujourd’hui c’est la quatrième génération avec Angelo Fongoli qui gère le domaine.

La famille Fongoli a toujours cultivé ses terres avec une attention particulière à l’environnement.

C’est depuis une dizaine d’années elle a franchi le cap en passant à l’étape supérieure, en bio et biodynamie.

Ici dans les champs des oliviers on croise des chevaux et des chèvres, c’est pour gérer les mauvaises herbes et augmenter la biodiversité dans les vignes.

 

Tout le vignoble entoure la cave, ce qui facilite le travaille quotidienne dans la vigne et surtout pendant les vendanges pour éviter le transport du raisin au chai.

 

Toute la production est basée sur l’histoire du domaine en mettant en valeur tout d’abord son terroir, sans oublier la tradition presque centenaire de vinifications, mais avec une attention particulière aux techniques et aux styles de vins ainsi que  son savoir faire d’aujourd’hui.

 

Angelo Fongoli utilise les amphores pour certaines de ses cuvées

Au domaine on produit les différents type de vins, bien évidemment Montefalco Sagrantino DOCG et Montefalco Rosso DOC qui sont traditionnellement vinifiés dans les cuves inox, amphores ou dans des tonneaux ouverts, ensuite élevés traditionnellement dans les barriques de chêne ou des tonneaux.

 

Pour les vins blancs les vinifications et l’élevages se font habituellement dans les cuves inox et depuis le dernier millésime 2017 on ne pratique plus ni de filtration, ni de collage, le vin se clarifie naturellement avec des soutirages selon les phases lunaires.

Montefalco Sagrantino de la gamme Fracanton vinifié sans soufre ajouté

Fongoli possède une gamme des vins ultra complexe sans oublier une oenothèque de vieux millésimes assez extra ordinaires :

Montefalco Sagrantiono, Montefalco Passito, Montefalco Rosso, Rosso de Montepulciano, Trebbiano Spoletino et Grechetto pour les blancs, ainsi que Trebbiano Spoletino Frizzante.

Experience assez inédite de pouvoir déguster les vieux millésimes de Montelalco Sagrantino :1990 1987 1985

 

Adresses utiles :

http://www.consorziomontefalco.it

http://www.scacciadiavoli.it

http://www.fongoli.it

http://www.hotelbontadosi.it

 

PORTFOLIO

Les toits de Montefalco avec son paysage valloné

Azienda Perticaia

Collection de quelques Montefalco Sagrantino, Perticaia

Impressionnant chai à Barriques chez Arnoldo-Caprai

Marco Caprai, propriétaire Arnoldo-Caprai

Collection complete Arnoldo-Caprai

Rocca di Fabbri, Montefalco, ancien chai traditionnel

Collection complète Rocca di Fabbri

Collection Cantina Valdangius

Tasting Anteprima Montefalco Sagrantino 2014

Dégustations Antaprima Sagrantino dans la Salle du Conseil à Montefalco

Jeune artiste Ludovica Cappelletti  avec son affiche gagnant du concours pour illustrer Montefalco Sagrantino 2014

Hotel Palazzo Bontadosi à Montefalco abrite l’un de meilleurs restaurant de la region Locanda del Teatro

Equipe inseparable de Locanda del Teatro, le Chef Pasqualino (à droite) avec Paolo, Maître d’hôtel

Le chef Pasqualino compose toujours les plats goûteux et colorés

On ne se lasse pas de ce beau paysage de Montefalco avec ces vignobles, les champs d’oliviers et la montagne tout proche

Le jour se lève sur la Piazza del Comune à Montefalco

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Anteprima Sagrantino 2018 – Sur la route de Sagrantino à Montefalco # reportage


Anteprima Vernaccia di San Gimignano 2018 # reportage

13e Anteprima Vernacia di San Gimignano 2018

 

Le soleil se couche sur les larges collines toscanes près de San Gimignano

Pour casser la routine des dégustations Anteprime Toscane où nous sommes essentiellement confrontés  à des vins rouges, passage à San Gimignano nous fait du bien, réveille nos papilles pour la suite des dégustations avec ses jolis vins blancs francs, nets, minéraux et salins issus de Vernaccia, cépage roi de cette région.

 

San Gimignano, une petite bourgade médiévale sur une belle colline, qui est surtout connue par la beauté de son architecture médiévale, par ses murailles qui l’entourent, par ses tours, et bien évidemment par son Duomo, mais pas vraiment bien connue pour ses Vrenaccia, les vins blancs cristallins à une belle robe brillante avec sa fraîcheur vivace et sa minéralité…

Le soleil se lève sur les tourelles de San Gimignano

Verncacia di San Gimignano a été le premier vin italien à recevoir le 6 mai 1966 sa Dénomination d’Origine Contrôlée (DOC) et pour finir le 9 juillet 1993 il passe en Dénomination d’Origine Contrôlée et Garantie (DOCG).

 

San Gimignano en quelques chiffres :

 

Territoire di San Gimignano se trouve entre Florence et Sienne, dans la partie nord-ouest de la province de Sienne.

 

Les vignes sont plantées entre 200 et 400 m d’altitude.

Collines de San Gimignano avec ses vignes, ses cyprès et ses oliviers

1900 ha de vignes au totale, dont :

720 ha produisent Vernaccia di San Gimignano (DOCG)

1000 ha produisent Chianti, Chianti Colli Senesi et IGT Toscana

100 ha produisent San Gimignano DOC et San Gimignano Vin Santo DOC

Seulement 38 domaines sur la commune produisent le Vernaccia di San Gimignano (DOCG)

 

 

San Gimignano dans toute sa splendeur

A propos du Vernaccia di San Gimignano

 

La première mention sur le vin dans la commune a apparu dans les archives de San Gimignano dès 1276.

En raison des difficultés à cultiver le cépage Vernaccia, le vin est tombé petit à petit en disgrâce au cours des années.

Au début du 20ème siècle on a surtout cultivé dans cette région les cépages Trebbiano et Malvasia plus faciles et plus productifs pour la production du vin.

 

Dans les années 1960, Vernaccia di San Gimignano a connu une résurrection, considéré comme un cépage par excellence pour des assemblages entre Trebbiano et Malvasia.

 

A savoir, que le nom « Vernaccia » est connu dans d’autres régions, il est appliqué à plusieurs différents Vernaccia italiens comme Vernaccia di Oristano ou Vernaccia di Serrapetrona.

 

Les Ampélographes ont pu déterminer que la variété de Vernaccia di San Gimignano est différente des autres Vernaccias italiens et n’est probablement pas lié.

 

La variété toscane, Vernaccia di San Gimignano est considérée comme la plus ancienne variété de raisin, mais ses origines ne sont pas totalement claires pour les ampélographes qui sont souvent en désaccord si cette variété est effectivement originaire de l’Europe de l’Est, de la Grèce ou bien de la péninsule italienne ?

 

A San Gimignano, le Vernaccia produit des vins secs, minéraux avec une acidité vive et une finale légèrement amère.

 

Aujourd’hui les vignerons de San Giminiano introduisent plus en plus l’utilisation des barriques de chêne, souvent français pour les vinifications et du vieillissement afin d’ajouter au vin une couche de complexité, de rondeur et du gras.

Ce nouveau style du Vernaccia di San Gimignano, un peu éloigné de son style d’origine, prend ses marques, il est plus en plus apprécié par des nombreux consommateurs, en effet il est plus facile d’approche dans sa jeunesse.

 

Comme d’habitude, dans le cadre de dégustations de l’Anteprima Vernaccia di San Gimignano nous avons nous avons eu un panel des vins assez varié, nous avons pu navigué entre les classiques, sélections et riservas dans les millésimes 2017 2016 et 2015, à savoir les millésimes d’une grande qualité.

Dans ce type de l’événement nous avons aussi la possibilité de rencontrer les nombreux producteurs qui proposent souvent les millésimes plus anciens en guise de comparaison.

Même si l’appellation Vernaccia di San Gimignano est assez homogène dû à son terroir calcaire, nous avons le panel des Vernaccias vraiment très divers en passant par la pure minéralité, vins floraux et fruité jusqu’à la richesse de fruits mûrs avec des boisés généralement très bien maîtrisé.

Le constat est très net, le cépage Vernaccia di San Gimignano est complexe, il donne des très larges possibilités aux vignerons pour le travailler sans oublier sa capacité de vieillissement.

 

Qui peut expliquer mieux le cépage Vernaccia di San Gimignano que Maria Elisabetta Fagiuoli, propriétaire du Domaine Montenidoli à San Gimignano.

Ces quelques propos ont été accueilli pendant les dégustations de la dernière Anteprima Vernaccia  au Musée d’Art Moderne à San Gimignano.

 

Maria Elisabetta est une véritable « locomotive » pour l’appellation et les producteurs de Vernaccia. Depuis plus que 50 ans elle œuvre pour l’appellation et les qualités de ces vins.

Elle a démontré que le cépage Vernaccia peut produire des vins très complexes avec une excellente capacité de vieillissement, la noblesse du cépage en toute simplicité.

Pour certaines de ses cuvées de Vernaccia, Maria Elisabetta n’hésite pas de pratiquer des longs élevages, les vinifications à la « bourguignonne » en barrique de chêne français, sur les lies fins avec des batonnages, afin de donner un peu plus de gras aux vins très minéraux.

 

Tasting Anteprima Vernaccia di San Gimignano

Millésimes présentés à la dégustation : 2017 2016 2015, avec quelques Riserva 2016 et 2015 ( trois excellents millésimes pour Vernaccia)

 

Coups de cœur Vernaccia 2017 2016 2015

 

Cantina Guidi

Riserva Aurea 2016*

 

Casale Falcchini

Riserva Vigna a Solatio 2015 **

 

Cesani

Vernaccia 2017 (Bio)*

Clamys 2016 (Bio)**

 

Fattoria San Donato

Angelica  2016*

 

Il Colombaio di Santa Chiara

Selvabianca 2017*

Campo della Pieve  2016**

Riserva l’Albereta 2015***

 

Il Palagione

Hydra 2017**

Riserva Ori 2016***

 

La Lastra

Riserva 2016**

 

Montenidoli

Tradizionale 2016**

Fiore 2015***

 

Panizzi

Riserva Vigna Santa Margherita 2016**

 

San Quirico

Vernaccia 2017 (Bio)*

 

Tenuta le Calcinaie

Vernaccia 2017 (Bio)** 

Riserva Vigna ai Sassi 2015 (Bio)***

 

 

Chaque année dans le cadre de l’Anteprima Vernaccia di San Gimignano Consorzio propose un « match » entre Vernaccia et d’autres cépages blancs venu d’ici et d’ailleurs.

Degustation comparative dans la Salle Dante di Palazzo Comunale

En faite, c’est un match sans gagnant ni perdant, c’est une dégustation dans un but bien précis, afin de montrer les différences et (ou) les similitudes entre les divers cépages. Comme ces dégustations se déroulent toujours  à « l’aveugle » cela permet d’autant plus de détecter les nuances en attribuant  à Vernaccia une place bien précise  parmi d’autres cépages blancs venus de terroirs très diverses ou similaires.

 

Cette année le thème « Le vin blanc et ses territoires » a mis à l’épreuve six Vernaccia di San Gimignano avec six d’autres cépages blancs venus de différentes régions viticoles italiens.

 

Le but de cette dégustation ne consiste surtout pas à prouver quel cépage, quel vin, quelle région est meilleure, mais présenter la diversité de chacun de ces vins en  essayant de trouver un fil conducteur qui pourrait le lier ou non, joli exercice de style pour les papilles.

 

Ce qu’il faut rappeler brièvement que le territoire de San Gimignano est caractérisée par un climat méditerranéen, son terroir est très ancien d’il y a 1,8 million d’années formé sur les sédiments marins, ce qui donne le goût particulier, minéral et salin aux vins blancs issus de Vernaccia.

 

Ces dégustations se déroulent toujours dans une atmosphère tout à fait particulière, dans la Salle du Conseil, la salle Dante du Palazzo Comunale au centre du village de San Gimignano. Cette salle abrite un chef-d’œuvre exceptionnel de la peinture italienne de Trecento, les fresques murales de peintres Azzo di Masetto et de Lippo Memmi,  à couper le souffle, cela donne une dimension encore plus magique à chacune de ces dégustations.

 

Voici les vins mis en « compétition »

 

 

1) Grillo 2016 Lalucci Baglio del Cristo di Campobello (Sicilia)

2) Vernaccia di San Gimignano Riserva 2015 La Lastra

3) Vernaccia di San Gimignano Riserva 2015 Teruzzi&Puthod

4) Soave Classico 2015 Calvarino Pieropan

5) Verdicchio di Matelica Riserva Mirum 2015 La Monacesca

6) Vernaccia di San Gimignano Risrva Sanice 2014 Cesani

7) Custoza Superiore Ca’ del Magro 2015 Monte del Fra

8) Vernaccia di San Gimignano Riserva Albereta 2014 Il Comombaio di Santa Chiara

9) Collio Friulano 2016 M Schiopetto

10) Vernaccia di San Gimignano Riserva Vigna a Solatio Casale 2010 Falchini

11) Vernaccia di San Gimignano Riserva 2008 Panizzi***

12) Greco di Tufo Vittorio 2007 Di Meo***

 

A l’issus de cette dégustation fort intéressante nous pouvions constater bien évidemment les différences entre chaque cépage mis par paire, mais ce n’était pas toujours bien évident de distinguer quel est le quel ?

Collection Vernaccia avec Grillo, Soave, Verdicchio, Custoza, Collio,Greco di Tufo

 

 

 

 

Adresse utiles :

www.vernacia.it

www.montenidoli.com

 

 

 

Commentaires fermés sur Anteprima Vernaccia di San Gimignano 2018 # reportage


Campania (Italie) – région viticole à découvrir sans tarder… #reportage

La fameuse Baie de Naples dominée par le Vésuve

Tout récemment, j’ai participé à un évènement viticole fort intéressent « Campania Stories  2017» ce qui m’a permis de découvrir une très belle et surtout riche région viticole, avec sa capitale Naples dominée par son mystérieux Vésuve.

La Campanie, n’est pas tout à fait une région comme les autres, sa diversité si bien viticole qu’agricole avec des paysages à couper le souffle livrent des surprises à chaque instant.

 

La Campanie, région sudiste d’Italie, s’étend sur le versant tyrrhénien, de l’embouchure du Garigliano au nord au Golfe de Policastro vers le sud.

 

La culture de citronniers sur les terrasses

Ses terres fertiles entourent le Golfe de Naples avec des nombreuses cultures comme le tabac et de céréales sans oublier la vigne omniprésente qui vie en symbiose parfaite avec les oliviers, les citronniers, les orangers sur la fameuse Costa Amalfitana.. C’est aussi en Campanie que sont produites les meilleures tomates paraît-il.

Les agrumes de la Costa Amalfitana

La région est dominée par le Vésuve, volcan toujours en activité. Naples, la capitale de la pizza, la fameuse « Margheritta » est né ici et c’est ici qu’on produit également des pattes exquises proposées comme de la pizza à chaque coin de rues dans des nombreuses pizzerias ou trettorias.

La fameuse « Margheritta » napolitana

Les pattes c’est aussi la spécialité napolitaine

La douceur du climat, la beauté des paysages, des côtes, la richesse de l’art et de l’histoire, l’amour pour la cuisine, surtout la richesse de sa production viticole, qui nous intéresse tout particulièrement aujourd’hui, avec tous ces cépages autochtones issus de cette mosaïque de terroirs si divers rendent la Campanie un pays à découvrir absolument.

Sur les côtes paradisiaques dentelées et quasi inaccessibles, le plus escarpés constitués de terrasses de tuf tournées vers la mer sont utilisés pour la culture des agrumes, des oliviers et de la vigne. Toute cette région si riche en découverte est un vrai chef-d’œuvre de la nature.

Les terrasses souvent très arides tournées ver la mer, ici sur la Costa Amalfitana

« Campania Stories » la manifestation annuelle qui met en avant les vins de la région de Campanie a trouvé depuis déjà quelques années parfaitement ses marques, parmi de nombreuses manifestations viticoles en Italie. Elle met en avant des nouveaux millésimes de principales appellations régionales, elle donne la possibilité à des nombreux professionnels ainsi que des amateurs de se familiariser avec des vins et des cépages de la région.

C’est aussi une occasion pour des nombreux vignerons de se faire connaître du grand public.

 

 

Grand Zoom sur la Campanie viticole :

 

Région d’une impotence moyenne, sur la dernière décennie elle prend 8e ou 10e place en volume de production totale ce qui correspond à 4% de la production nationale.

 

25 300 hectares de vignoble (3,3% de la surface nationale)

 

Les vins blancs représentent 46% de la production (768 000 hectolitres),

Les vins rouges représentent 54% (876 000 hectolitres).

 

Le rendement 9 tonnes par hectare

1,61 million hl produit en 2015 (les derniers chiffres connus)

 

 

Elle est divisée en 5 provinces viticoles :

 

Benevento : 10 500 hectares de vignes (41% de la superficie régionale)

 

Avellino : 6,100 hectares (24% de la superficie régionale)

 

Salerne : 4.000 hectares (16% de la surface régionale)

 

Caserta : 2.500 hectares (10% de la superficie régionale)

 

Napoli : 2.200 hectares (9% de la superficie régionale)

 

Vin de Campanie proviennent de cinq provinces :

Naples (la capitale régionale), Avellino, Benevento, Caserta et Salerno.

 

Les vins de Campanie

En ce qui concerne les vins de chaque millésime, il est difficile de parler ici d’homogénéité de chaque récolte, car les différences entre le nord et le sud sont très impotentes.

De plus, n’oublions pas que les vignobles de Campanie s’étendent de la côte aux Apennins, avec des différents cépages, différentes tailles, différence dans la croissance des raisins, différence de terroirs, dates de récoltes, styles de vinification etc.

Au cours de 15 dernières années, la région a subi des transformations exceptionnelles avec l’arrivée des nouveaux producteurs, d’oenologues qui ont rejoint des vignerons historiques. Tous ces changements ont permis d’améliorer la qualité des vins, produire aussi de vins de garde.

 

La diversité des appellations dans les cinq régions viticoles est très vaste, mais je voudrais faire ici juste une petite parenthèse sur les vins du Vésuve (Vesuvio Dop), endroit qui fait tant rêver.

 

Vignes sur les sables volcaniques au pied du Vésuve

Vesuvio Dop

Il s’agit d’une appellation DOP depuis 1991 qui couvre la zone viticole centrale de Naples.

Elle comprend 16 villes sur les pentes du volcan Vésuve – Monte Somma. C’est une zone plutôt peuplée dans laquelle la tradition agricole et viticole a considérablement diminué depuis quelques décennies.

En ce qui concerne le sol et les conditions météorologiques, on retrouve ici une importante l’influence de la mer Tyrrhénienne et du volcan Vésuve – Monte Somma, qui se situe au centre d’une zone circulaire avec les différences de niveaux au-dessus de la mer, différents types de sols et d’exposition.

Aujourd’hui, l’agriculture se concentre jusqu’à deux tiers de la hauteur du Vésuve, dont le pic est supérieur à 1 000 mètres, mais la majorité des vignobles se situe entre 50 et 400 mètres d’altitude, sur des sols légers, recouverts de dépôts pyroclastiques de rechute ou d’écoulement (cendres, lapilli et pierre ponce).

En ce qui concerne les cépages rouges c’est le Piedirosso est dominant (appelé également Palummina) avec Sciascinoso et Aglianico.

Pour les cépages blancs c’est le Caprettone et le Catalanesca jouent un rôle important, qu’on trouve seulement dans la région du Vésuve, avec d’autres variétés locales comme Coda di Volpe, Falanghina, Greco di Tufo ou Verdeca rare

Le vin le plus répondu d’ici est Lacryma Christi (Bianco, Bianco Spumante, Bianco Liquoroso, Rosato et Rosso).

Le nom de cette appellation est lié à un mythe d’époque romaine et probablement adapté ensuite par les chrétiens au Moyen Âge.

L’une de légende dit que Lucifer, l’ange rebelle contre le Dieu, le prince des démons, a détruit un paradis pendant sa descente dans le monde souterrain. Ce Paradis, ce coin d’Eden était la baie de Naples. Alors le Christ, complètement effondré et attristé par cette perte de ce morceau de Paradis a pleuré du haut du Vésuve, là où ses larmes ont chuté, des vignes luxuriantes ont fleuri, le vin issu de ces vignes on a appelé Lacryma Christi (Larmes du Christ).

 

Pendant les dernières dégustations dans le cadre de Campania Stories nous avons pu déguster les vins du quasi totalité des appellations régionales sur un très large panel des millésimes, bien évidemment les deux derniers 2016 et 2015, mais également : 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009 et même 2008.

Tout c’est en fonction des appellations et des disponibilités.

 

Bref analyse du millésime 2016 et 2015

 

Millésime 2016

L’hiver doux, l’absence de neige avec les précipitations inférieures à la moyenne.

Printemps très instable, les conditions très variables en mars, les températures élevées en avril, parfois supérieures à 25 °C.

Entre le 25 et le 27 avril des neiges ont été enregistrées sur les collines et les montagnes, mais surtout – des gelées sévères ont été enregistrées dans différentes appellations entraînant des pertes des cultures allant jusqu’à même 50 à 60%.

Le moment crucial était avec une chute soudaine des températures au cours de la dernière semaine d’avril, lorsque les vignes étaient en phase végétative et les pousses ont été attaquées par des gelées pendant la nuit.

En revanche des très bonnes conditions en été ont permis une maturation idéale et régulière des raisins dans des zones qui n’ont pas été attaquées par des gelées printanières trop sévères.

L’été chaud et sec avec des températures hautes, surtout à la fin de juillet et au premier semestre d’août.

La période suivante entre la fin de l’été et le début de l’automne a été plus régulier.

 

Des conditions très variables ont été enregistrées au cours de la deuxième moitié de septembre et d’une partie d’octobre, avec des précipitations très différentes même dans des zones voisines.

Le temps a été plus stable et ensoleillé entre la fin octobre et la première semaine de novembre.

 

La récolte a été longue et plus tardive, a duré de fin août à fin novembre, en fonction des appellations et des cépages.

 

Un millésime assez hétérogène avec des résultats qui ne peuvent pas être généralisés, très différents en fonction des régions, des appellations, la typologie, les terroirs et le style des vins.

 

Faibles rendements avec des volumes très inférieurs à la moyenne qui ont déjà été considérés comme l’une des pires récoltes en Campanie.

 

 

 

Millésime 2015 (vins rouges 16/20 vins blancs 17/20)

L’hiver était plus frais que les années précédentes, mais sans gel. Des chutes de neige fréquentes sont enregistrées au début de l’année, mais la période restante reste modérée, avec des périodes de froid et des pics de chaleur assez inhabituels. Le printemps était presque doux, avec des précipitations moyens en mars et avril. L’été brûlant, en quelque sorte semblable à 2012, avec des anticyclones africains de la mi-juin jusqu’à début septembre, des jours chauds en moyenne avec quelques averses.

D’autre part, des tempêtes de grêle à partir de la fin juillet et surtout au début de septembre ont sérieusement menacés certaines régions de Campanie.

Au début de l’automne, les jours humides et pluvieux, typiques de septembre, étaient significatifs pour de larges amplitudes de températures entre jour et nuit. Octobre a été plus difficile, en raison de pluies abondantes, dans certains endroits, causant même des nombreuses inondations.

Peu à peu, le temps s’est amélioré de fin octobre à la première semaine de novembre, avec des jours secs et ensoleillé et même la température plus élevée à la moyenne.

En ce qui concerne la quantité, la tendance du millésime se caractérise par un faible rendement principalement dans les endroits où les tempêtes de grêle et les inondations d’automne causaient des dommages, ainsi dans les endroits affectés par le stress hydrique.

Dans sa globalité, les raisins récoltés étaient sains et sucrés, même pas trop mûri ou séché, mais hélas avec une faible acidité au début de la récolte.

La récolte des cépages blancs était en avance en peu partout, de la mi-août au début du mois d’octobre, tandis que la récolte des cépages rouges était en retard jusqu’à novembre, surtout dans les zones montagneuses.

 

Voici la notation des millésimes (sur 20) de la dernière décennie :

2014 : rouges 14/20 blancs 15/20

2013 : rouges 15/20 blancs 17/20

2012 : rouges 16/20 blancs 17/20

2011 : rouges 17/20 blancs 15/20

2010 : rouges 18/20 blancs 19/20

2009 : rouges 14/20 blancs 15/20

2008 : rouges 19/20 blancs 17/20

2007 : rouges 16/20 blancs 14/20

2006 : rouges 15/20   blancs 17/20    

 

Maintenant, allons dans les vignes à la rencontre des vignerons, de leurs terroirs, de leurs vins et de leurs philosophie…

 

Azienda Agricola Mario Portolano (Pozzuoli, Naples)

Azienda Mario Portolano, les vignes enherbés sur les petites terrasses volcaniques

le sol est composé de sables et pierres volcaniques

 

A l’origine la famille Portolano est connue depuis 1895 par ses fameuses gants de haute qualité fabriqué à Naples et portée par la haute société italienne et européenne. Cette tradition perdure toujours de père en fils jusqu’à nos jours. La manufacture et la boutique existe toujours à Naples.

Aujourd’hui on ajoute à son actif un petit vignoble de 4,5 ha sur le terroir volcanique à Pozzuoli dans la région de Naples. Sur les petites terrasses volcaniques sont cultivés trois cépages autochtones : pour les rouges le Piedirosso et Aglianico et pour le blancs un peu de Falanghina.

Mara et son frère Stefano gèrent le vignoble, mais le père Mario avec ses 91 printemps est toujours là, avec son oeil vif il vérifie tout.

Pour l’instant la production est limitée, environ 20 000 bouteilles à l’année avec trois cuvées :

Azienda Mario Portolano, trois cuvées de la maison

Piedirosso DOC Campi Flegrei (100% Piedirosso)

Villa Teresa IGP Campania Rosso (assemblage de Piedirosso et Aglianico)

Villa Teresa 6″ IGP Campania Rosso (100% Aglianico), c’est la grande cuvée de la maison

En projet sur les 2ha de Falanhina faire les vins effervescents, les premiers essayes sont assez concluants, sachant que Falanghina s’y prêt bien à ce type des vins.

la famille en complet, Mario le père (à droite) avec Mara et Stefano

Azienda Mario Portolano à Pozzuoli

Entre la vigne et la prairie, paysage idyllique du domaine Mario Portolano

 

Casa Setaro (Trecase, Naples)

Casa Setaro sur la Route des Vins du Vésuve

Casa Setaro, le vignoble de 10 ha crée en 2004 par la famille Setaro, c’est Massimo Setaro qui gère la propriété. Une partie du vignoble se trouve tout juste au pied du Vésuve entre 250 et 350 m d’altitude sur le sol 100% volcanique. Massimo produit aujourd’hui environ 50 000 bouteilles de diverses cuvées y compris la fameuse « Vesuvio Lacryma Christi »

Dans sa collection on trouve les vins effervescents méthode classique issus du cépage locale Caprettone, le même cépage on retrouve dans Lacryma Christi Bianco. En revanche Lacryma Christi Rosso est issu de Piedirosso et Aglianico.

Massimo Setaro dans son vignoble au pied du Vésuve

Casa Setaro, les vignes sur le sol 100% volcanique

Casa Setaro, collection de quelques cuvées avec la fameuse Lacryma Christi di Vesuvio

 

Sorrentino (Boscotrecase, Naples)

Sorrentino, vignoble au pied du Vésuve

Vignobles de 35 ha au pied du Vésuve crée en 1990 par la famille Sorrentino. Les vignes sont plantés entre 250 et 500 m d’altitude sur le terroir volcanique sableux et pierreux. Les cépages autochtones, classiques de la région comme : Catalanesca, Falanghina, Caprettone/Coda di Volpe (cépages blancs), Aglianico et Piedirosso (cépages rouges).

Sorrentino produit le nombre assez importent de différentes cuvées avec une gamme large de la fameuse Lacryma Christi di Vesuvio.

La famille a décidé d’investir aussi dans agro-tourisme avec un restaurent dans le domaine mettant en avant que des produits locaux avec les petites « maisonnettes d’hôtes » dans les vignes avec une vue splendide sur le Vésuve.

Aujourd’hui c’est Giuseppe Sorrentino qui gère le domaine familial

Sorrentino, la vue splendide sur Vésuve avec au fond une « maisonnette d’hôtes »

Collection Sorrentino

 

Trotta Gustavo, Vietri sul Mare, Salerno (Costa Amalfitana)

Gustavo Trotta dans sa vigne

Minuscule vignoble de 2ha crée par Gustavo Trotta sur les magnifiques terrasses de la Costa Amalfitana sur les hauteurs de Vietri sul Mare.  

Même si Gustavo n’est pas un vignerons comme les autres, il exerce un métier de notaire à Salerno, il a une vision très précise sur la qualité des ses vins. Aujourd’hui la production moyenne s’élève à 5000 bouteilles sur trois cuvées :

Blanc issus de 100% Falanghina

Rouge assemblage d’Aglianico et Piedirosso

Rouge assemblage d’Aglianico, Sciascinoso et Piedirosso

Collection Trotta Gustavo, modernité dans le design des étiquettes

Vue plongent sur Vietri sul Mare

 

Marisa Cuomo, Furore Salerno, Costa Amalfitana

Marisa Cuomo

Domaine familiale crée  en 1983, propriété de la famille Ferraioli, Marisa Cuomo, son mari Andrea Ferraioli et leurs deux enfants Raffaele et Dorotea. 

Marisa avec Andrea et Raffaele (à gauche)

20 ha des vignes  sur les terrasses très arides entre 100 et 750 m d’altitudes. Certains endroit sont très difficilement accessible, on pratique ici, une véritable viticulture de l’extrême. Le domaine est géré entièrement par la famille, Andrea, oenologue, assure toute les vinifications.

La gamme des vins est très large, on privilégie ici les cuvées parcellaires, par terroirs.

Collection Marisa Cuomo

Les cuvée 100% des vignes sur Furore, 100% sur Ravello ou assamblage Costa d’Amalfi (Vietri sul Mare), avec un panel très large des cépages autochtones : Ripoli, Fenile, Ginestra, Falanghina, Biancilella (blancs) et Piedirosso, Aglianico (rouges).

Andrea montre une très vieille vigne en pergola, les pieds de vigne de 180 ans qui n’ont jamais connus la phylloxera

Extraordinaire cave du domaine entièrement taillée dans la roche

Marisa Cuomo, les vignes sur les terrasses très arides

Coucher de soleil sur les collines de Furore

 

Colli di Castelfranci, Castelfranci (Avelino)

Colli di Castelfranci

La famille Colucci et Gregorio possède 25 ha de vignes dans la région d’Avelino à l’est de Naples et du Vesuvio, sur appellation Irpinia et Taurasi. 

Les belles collines de Castelfranci

Les vignes sont plantées sur les belles collines entre 450 et 700 m d’altitude ce qui nous procure le paysage idyllique surtout en automne. Pour les cépages, nous ne sommes pas dépaysés, toujours une belle palette de cépages autochtones comme Fiano, Greco et Falanghina pour les blancs et Aglianico pour les rouges. Dans cette région les terroirs sont plutôt argilo-calcaires avec quelques sables.

Pour Sabino Colucci il faut préserver les cépages autochtones et veiller sur authenticité de la région.

Sabino Colucci, le fils du propriétaire qui après ses ses brillante études d’oenologie à Bordeaux et quelques stages ici et là, y compris au Château Margaux, qui est sa grande fierté a repris aujourd’hui les vinifications et la gestion des vignes. 

Pour compléter une gamme des vins déjà riche et complexe à Colli di Castelfranci on produit une excellente Soppressata, saucisson typique de la région ainsi que Podolico, le fromage qui accompagne parfaitement les vins blancs.  

Collection Colli di Castelfranci

Fameuse Soppressata

 

Martusciello  Salvatore, Quarto (Napoli)

Salvatore et Gilda au pied de vignes de Falanghina

Aujourd’hui Salvatore  avec sa femme Gilda exploitent 6 ha de vignes dans la région de Naples. La production est surtout concentré sur les vins effervescents blanc et rouges.

Fameuse vigne de cépage blanc Asprinio alberata aversana (taille étrusque) qui sert à la production des vins effervescents spumante

Asprino de la vigne centenaire en taille très particulière alberata aversana (taille étrusque) est une pure merveille. Certes, pour les vendanges c’est une autre histoire…

La vigne centenaire d’Asprinio alberata aversana (taille étrusque)

Paysage volcanique de la partie occidentale le la région de Naples (Campi Flegrei)

Falanghina de Campi Flegrei (Sette Vulcani) et tres racé, ainsi que les rouges frizzanti de piedirosso, aglianico et sciascinoso sont très gourmands et frais.

Collection Salvatore Martusciello

Sur tous les terroirs on retrouve le sol purement volcanique. 

 

Adresse utiles :

http://www.campaniastories.com

http://www.marisacuomo.com

http://www.casasetaro.it

http://www.sorrentino.com

http://www.vignatrotta.it

http://www.salvatoremartusciello.it

http://www.collidicastelfranci.com

Couché de soleil sur Vésuve

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Campania (Italie) – région viticole à découvrir sans tarder… #reportage


3ème Anteprima Montefalco Sagrantino 2017 – invitation au voyage viticole dans Umbria #reportage

 

La brume matinale sur les belles collines de Montefalco

C’est la 3ème année consécutive que Anteprima Montefalco Sagrantino est rentré dans le cercle « très fermé » de tous les autres Anteprime italiens.

Et j’avoue que ça lui va très bien, cette manifestation fort bien réussie, qui prends ses marques, permet à des nombreux professionnels ou des simples amateurs de se familiariser avec ce cépage incontournable de la région comme « Sagrantino », aussi de redécouvrir Ombrie (Umbria), une région viticole, gastronomique et culturel par excellence.

 

Le Consorzio Montefalco (Conseil Interprofessionnel de Vins Montefalco) a eu une très bonne idée de se lancer dans l’aventure qui s’avère déjà être très payante pour la notoriété de cette magnifique région viticole.

 

Grand Zoom

 

Umbria, le « coeur vert d’Italie »

Ombrie (Umbria) le « coeur vert de l’Italie » la région comprise entre les Marches à l’est, la Toscane à l’ouest et le Latium au Sud. En effet, on peut y admirer des collines, des forêts et des montagnes verdoyantes grâce à l’abondance des cours d’eau. Mais c’est aussi une des rares régions d’Italie à ne pas être baignées par la mer.

Ce n’est pas un hasard que la vigne et les oliviers s’y sont implantés avec succès, comme en Toscane, sa voisine, la région limitrophe à l’ouest.

Depuis l’époque de la civilisation étrusque l’influence de la Toscane dans le domaine viticole s’est fait rapidement sentir sur les terres de Umbria.

Le vignoble couvre aujourd’hui environ 17 000 hectares et sa production totale représente 25 % de la totalité des vins italiens (en AOC).

 

Les cépages les plus cultivés pour le vin rouge sont : le Sagrantino, le Sangiovese, et le Ciliegiolo.

Pour les vins blancs : le Grechetto, le Verdello, le Procanico, le Trebbiano Spoletino et la Malvasia.

 

 

Rappel historique pour comprendre Sagrantino, le cépage roi de la région de Montefalco.

 

 

les vieux pieds de Sagrantino en taille classique « Cordone Speronato » (Fattoria Colleallodole)

Le premier document officiel citant le nom du cépage Sagrantino remonte au XVI° siècle.

Le raisin était probablement récolté par les moines franciscains qui en obtenaient un breuvage destiné aux rites religieux dont serait issu le terme Sagrantino.

L’origine du cépage serait issue par la sélection de clones locaux ou d’importation par l’intermédiaire de moines byzantins.

À partir de la première moitié du XIV° siècle les statuts communaux de la région comportaient déjà des lois régissant le cépage et le vin. En 1540, une ordonnance communale établissait officiellement la date du début des vendanges. Cette date est commémorée chaque année par la Confraternita del Sagrantino qui au mois de septembre rassemble sur la place de Montefalco les vignerons, les habitants de la région sans oublier des nombreux touristes pour la cérémonie le banc de vendanges et pour la lecture de l’ordonnance originale, celle de 1540.

Bien que la qualité du vin issu de Sagrantino soit reconnue, le cépage disparaît petit à petit au cours de l’histoire.

C’est seulement dans les années 60 et c’est grâce à l’action de quelques vignerons passionnés de la région que le Sagrantino retrouva ses lettres de noblesse pour redevenir le cépage principal de Montefalco et de l’Ombrie.

En 1979 Montefalco Sagrantino obtient d’abord l’appellation DOC et ensuite DOCG en 1992.

Le Consorzio Vini di Montefalco a été crée en 1981, aujourd’hui il compte 59 domaines, dont 80% produisent Montefalco Sagrantino DOCG.

 

Bref rappel :

 

Montefalco avec ses collines, ses vignes et les oliviers

Les vins Montefalco Sagrantino DOCG secco sont produits uniquement dans la commune de Montefalco et partiellement dans celles de Bevagna, Gualdo Cattaneo, Castel Ritaldi et Giano dell’Umbria, dans la province de Pérouse.

Dans les dernières années, cette région a connu une véritable renaissance car sur les 15 dernières années elle a passé de 120 ha de Sagrantino DOCG à 650 ha aujourd’hui.

Les sols sont relativement argileux, mais dans certaines communes ils sont complétés par des sables qui semblent donner plus de finesse et de souplesse aux vins.

La vigne plantée entre 220 et 470 m, bénéficie essentiellement d’un climat méditerranéen avec les étés chauds et les hivers relativement froids avec une bonne pluviométrie.

Les rendements moyens tournent autour de 50 hl/ha, avec une limite fixée à 70hl/ha pour bénéficier de l’appellation DOCG.

En ce qui concerne l’élevage des vins, il est fixé à un minimum de 37 mois dont au moins 12 mois en fût.

 

Differents Montefalco Sagrantino en 2013 et 2007

Dégustation :

Pour cette troisième édition de l’Anteprima Montefalco Sagrantino 2017 nous avons pu découvrir une quarantaine de cuvées du dernier millésime livrable, celui du 2013, qui est considéré comme un millésime excellent (4*).

Pour la plupart de vins, il sera disponible au cours de l’année, sachant que sur les grands millésimes les vins issus de Sagrantino ont besoin encore plusieurs années pour s’exprimer pleinement en donnant la meilleure expression du cépage, considéré comme le plus tannique de tous les cépages rouges.

En guise de comparaison, une bonne vingtaine des vignerons ont présenté le 2007, un excellent millésime noté également à 4*. Cette dégustation comparative a permis de voir l’évolution du cépage sur un millésime similaire après une dizaine années de vieillissement.

Voici la calcification des millésimes disponibles sur les 10 dernières années :

2013 4*

2012 4*

2011 5*

2010 4*

2009 4*

2008 5*

2007 4*

2006 4*

2005 5*

2004 4*

5* millésime exceptionnel

4* millésime excellent

 

 

Comprendre et apprivoisé le cépage Sagrantino :

Sa robe : Rouge carmin très intense avec des reflets violines tendant vers le grenat selon le vieillissement.

Son nez : parfum caractéristique et délicat avec des senteurs de mûres, fruits noir, épices, poivre, réglisse avec parfois une note vanillée dû aux élevages sous bois.

Sa bouche : sec, riche, chaleureux, tannique, robuste, puissant, harmonieux dans sa puissance, souvent serré, compact avec une bonne matière solide et une très bonne fraicheur.

 

 

Anteprima Montefalco Sagrantini 2013

Mes Coups de cœur Montefalco Sagrantino 2013 (dans l’ordre alphabétique)

 

Antonelli – Montefalco Sagrantino

Arnoldo Caprai – cuvée 25 Anni

Colpetrone – Montefalco Sagrantino

Di Filippo – cuvée Etnico

Fattoria Colleallodole – Milziade Antano – cuvée Colleallodole

Le Cimate – Montefalco Sagrantino

Montioni – Montefalco Sagrantino

Moretti Omero – Montefalco Sagrantino

Perticaia – Montefalco Sagrantino

Romanelli – Montefalco Sagrantino

Tabarrini – cuvée Colle alle Macchie

Tenuta Bellafonte – cuvée Collenottolo

Tenuta Castelbuono – Tenuta Lunelli – cuvée Carapace

 

 

Et maintenant allons dans les vignes

 

Très belle découverte :

 

Francesco Antano, propriétaire avec toute sa collection

Fattoria Colleallodole – Milziade Antano

 

Domaine de 20 ha de vignes dont 6 ha de Sagrantino dirigé de main de maître par Francesco Antano. Francesco en toute modestie est l’homme de la situation, de la vigne au vin en passant par le chai.

D’ici peu, son fils, étudiant en œnologie à la fac de Perugia va rejoindre le domaine familial, la transmission est assurée.

L’histoire du domaine commence à la fin des années soixante, domaine crée par Milziade Antano, l’une de figures clés de l’histoire de Sagrantino, qui grâce à quelques vignerons motivés comme lui retrouve ses lettres de noblesse.

Les vignes du domaine ont en moyenne 40-45 ans plantés sur quelques très belles parcelles comme le cru Colleallodole, la parcelle sur la zone historique de la production du vin et de l’huile dans cette zone. Le nom de la parcelle est inspiré par la migration des alouettes, très nombreuses à passer par cette colline dès mois d’octobre.

Position et l’exposition de vignes bénéficient d’un très bon ensoleillement, permettent une belle maturité des raisins et des tannins, même dans les millésimes un peu plus difficiles, offrant une élégance incomparable aux vins.

Si bien dans ses vignes que dans son chai, Franceco travail d’une manière traditionnelle, sans l’utilisation de produits chimiques.

Son travail au quotidien de la vigne au chai vise la création d’une production tout en respectant l’authenticité des traditions à l’image du « vin ombrien » sans oublier sa philosophie et la volonté de la production de cépages autochtones.

En ce qui concerne ses Montefalco Sagrantino, Francesco nous propose des vins racés, avec une pure expression de Sagrantino sans aucune agression tannique, dotés d’une fraicheur exceptionnelle.

 

Cave traditionnelle chez Francesco Antano (Fattoria Colleallodole

 

 

Changement d’ambiance :

 

Tenuta Castelbuono qui mérite un détour pour son chai qui « dénote » pas tant que ça…

Tenuta Castelbuono « Carapace »

Voilà une cave qui ne passe pas inaperçu, qui « dénote »  par son look du paysage viticole très paisible de Montefalco, il s’agit de Tenuta Castelbuono dit « Carapace » (la tortue).

Ce domaine racheté par la famille Lunelli (vins Ferrari), la famille connue surtout en Trentino pour ses vins effervescents.

Du millésime 2010, les vins sont vinifiés et élevé dans cette nouvelle espace ultra moderne qui ressemble à une tortue géante, imaginée par l’artiste-sculpteur Arnoldo Pomodoro. Elle a été conçu dans un respect total de son environnement en préservant totalement la biodiversité de l’endroit. Cette tortue avec son aspect très moderne et futuriste s’intègre à merveille dans son milieu, ici bien évidemment il s’agit de la vigne.

Luca, le jeune maître de chai et œnologue, fait beaucoup de recherches et d’expériences sur les vinifications et l’élevage de Sagrantino dans des divers contenants comme des amphores.

Luca expérimente des amphores pour élevage de quelques Sagrantino

Depuis deux ans il pratique les vinifications et élevages d’une partie de ses Sagrantino dans les amphores, ça donne des bonnes résultats organoleptiques dans les assemblages paraît t’il. Il faut avoir encore un peu de patience pour déguster et comparer les cuvés à la fin des élevages.

Les vignes de Tenuta Castelbuono sur la colline bénéficient d’un très bon ensoleillement

Collection Castelbuono des divers Sagrantiono

 

 

 

Sagrantino nel Piatto (Sagrantino dans le plat)

 

Dans le cadre de l’Anteprima Montefalco Sagrantino se déroulé la Finale Nationale du concours « Sagrantino nel Piatto » (Sagrantino dans le plat)

Le jury est composé des producteurs de Montefalco Sagrantino DOCG ainsi que des journalistes italiens et étrangers qui sont là pour savourer et juger les recettes des chefs qui sont arrivés à la finale afin de préparer les meilleurs plats en associant avec et au vin de Sagrantino. Les chefs ont eu beaucoup de liberté dans leur travail et les choix qu’ils pouvaient faire pour confectionner les divers plats.

Lors de l’évaluation et de la dégustation des divers plats en compétition, les juges pouvaient choisir les vins spécifiques, qu’ils souhaitaient, bien évidemment issus de Sagrantino en faisant les meilleurs accords mets et vins pour chaque un.

Pasqualino le chef lauréat ave son fidèle maître d’hôtel, Paolo (à droite)

J’étais vraiment très satisfaite d’apprendre que dans la catégorie « premier plat » le verdict d’un heureux gagnant est tombé sur Pasqualino, le chef du restaurent La Locanda del Teatro, ce restaurent est une véritable pépite. Il se trouve au Palazzo Bontadosi au cœur du village de Montefalco, bref au cœur de Sagrantino.

Le plat gagnant est un classique du restaurant, Ravioli triangulaires au Sagrantino, farci aux poires et ricotta di bufala avec une petite sauce au Sagrantino et foie gras. Tout un programme…

En effet, j’ai eu occasion de savourer plusieurs fois cette cuisine très variée de Pasqualino, qui mêle les traditions culinaires régionales avec une touche de modernité.

La Locanda del Teatro, restaurent avec son look ultra design

 

PORTFOLIO

Les visites de vignobles continuent…

Giusy Moretti (Azienda Moretti Omero) dans l’une de ses plus belles parcelles Vignalunga, en totalité Giusy travaille 13 ha de vignes

Chez Moretti Omero on travaille en famille, Giusy avec son père Giuseppe et la grande mère Quinta

Moretti Omero, collection de quelques diverses cuvées

Filippo Antonelli (propriétaire Azienda Antonelli de 50 ha de vignes en bio) échappe à la règle d’une longue tradition familiale d’avocats de père en fils, il est heureux de s’occupe de ses vignes…

Chez Antonelli on élève les Sagrantino dans les divers contenant de la barrique au foudre en passant par les amphores

Collection complète d’Antonelli (Grechetto, Trebbiano Spolentino, Montefalco Sagrantino…)

Rencontre avec Paolo Montioni (Cantina Montioni) propriétaire du domaine familiale de 7 ha dont 2,5 ha planté en Sagrantino, cépage roi de la région. La famille a également des activité oenotouristique.

Collection Montioni de blancs Grechetto au Montefalco Sagrantino

Cantina le Cimate avec son visage de modernité

Rencontre avec Paolo Bartoloni (Cantina le Cimate), visite de son chai avec quelques explication sur sa philosophie de vinifier le Sagrantino

Collection de Montefalco Sagrantino le Cimate, à savoir que le domaine produit 40% de vins blanc (Trebbiano Spolentino) qui est assez rare dans cette région, possède une collection exceptionnelle de ces grands vins blanc.

Rencontre avec Peter Heilbron dans sa toute nouvelle cave Tenuta Bellafonte, Peter travaille sur 7 ha de Sagrantino et sur 4 ha de Trebbiano Spolentino

Chez Peter, Tenuta Bellafonte le Sagrantino est vinifié de manière très classique dans des tonneaux

Aujourd’hui Tenuta Bellafonte produit uniquement deux cuvées, une Montefalco Sagrantino et une en blanc Trebbiano Spolentino

Rencontre avec Marco Caprai (Arnoldo-Caprai) le temps d’une dégustation de sa gamme, aujourd’hui de millésime 2015 Marco travaille avec Michel Rolland Consultants

Marco Caprai fait beaucoup d’expérimentations avec l’appuie de l’Université de Milan sur l’impact de diverses tailles sur le cépage Sagrantino, ici c’est la lyre, il pratique également le cordon du royat, guyot simple et goblet

Marco Caprai vinifie dans les cuves inox spécialement conçues pour ses Sagrantino

Marco Caprai pratique élevage de ses vins dans la barrique bordelaise

Les toits de Montefalco

Piazza del Comune, le centre de Montefalco

Specialité incontournable de la région, Gnocchi Freschi al Sagrantino servi toujours chez Tenuta Romanelli accompagné de ses Sagrantino

Collection Sagrantino Romanelli (Bio)

Chez Romanelli on recycle les barriques en objets insolites…

Adresse Utiles :

http://www.consorziomontefalco.it

http://www.hotelbontadosi.it

http://www.antonellisanmarco.it

http://www.arnoldocaprai.it

http://www.fattoriacolleallodole.it

http://www.lecimate.it

http://www.gabrielemontioni.it

http://www.morettiomero.it

http://www.romanelli.se

http://www.tenutabellafonte.it

http://www.tenutacastelbuono.it

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur 3ème Anteprima Montefalco Sagrantino 2017 – invitation au voyage viticole dans Umbria #reportage


Anteprime di Toscana – Anteprima Vernaccia di San Gimignano 2017 #reportage

C’est la 12ème année consécutive que l’appellation Vernaccia di San Gimignano présente ses Anteprima.

 

San Gimignano connu par sa beauté médiévale

San Gimignano, une petite bourgade médiévale sur une colline est surtout connue par la beauté de son architecture médiévale, par ses murailles qui l’entourent, par ses tours, et bien évidemment par son Duomo, mas pas vraiment par ses Vrenaccia, les vins blancs cristallins à une belle robe brillante avec sa fraîcheur vivace et sa minéralité tranchante…

 

Verncaccia di San Gimignano a été le premier vin italien à recevoir Dénomination d’Origine Contrôlée (DOC) le 6 mai 1966 exactement et pour finir le 9 juillet 1993 il obtient son Dénomination d’Origine Contrôlée et Garantie (DOCG).

 

San Gimignano en quelques chiffres :

 

Territoire di San Gimignano se trouve entre Florence et Sienne, dans la partie nord-ouest de la province de Sienne.

 

Les vignes sont plantées entre 200 et 400 m d’altitude.

 

les collines de San Gimignano

1900 ha de vignes au totale, dont :

770 ha produisent Vernaccia di San Gimignano (DOCG)

1000 ha produisent Chianti, Chianti Colli Senesi et IGT Toscana

100 ha produisent San Gimignano DOC et San Gimignano Vin Santo DOC

Seulement 38 domaines sur la commune produisent Vernaccia di San Gimignano (DOCG)

 

 

 

Rappel historique :

 

La première mention sur le vin dans la commune a apparu dans les archives de San Gimignano dès 1276.

En raison des difficultés à cultiver le cépage Vernaccia, le vin est tombé petit à petit en disgrâce au cours des années.

Au début du 20ème siècle on a surtout cultivé dans cette regioni les cépages Trebbiano et Malvasia plus faciles et plus productifs pour la production du vin.

 

Dans les années 1960, Vernaccia di San Gimignano a connu une résurrection, considéré comme cépage par excellence pour des assemblages entre Trebbiano et Malvasia.

 

Le nom « Vernaccia » est appliqué à plusieurs différents Vernaccia italiens comme Vernaccia di Oristano ou Vernaccia di Serrapetrona.

 

Ampélographes ont déterminé que la variété de Vernaccia cultivée à San Gimignano est différente et distincte des autres Vernaccias italiens et n’est probablement même pas lié.

 

La variété toscane, Vernaccia di San Gimignano est considérée comme la plus ancienne variété de raisin, mais ses origines ne sont pas totalement claires pour les ampélographes qui sont souvent en désaccord si la variété est originaire de l’Europe de l’Est, de la Grèce ou bien de la péninsule italienne ?

 

A San Gimignano, le Vernaccia produit des vins secs, minéraux avec une acidité vive et une finale légèrement amère.

Aujourd’hui les vignerons de San Giminiano introduisent plus en plus l’utilisation des barriques de chêne, souvent français pour les vinifications et du vieillissement afin d’ajouter au vin une couche de complexité, du rondeur et du gras.

 

Ce nouveau style du Vernaccia di San Gimignano, même si un peu éloigné de son style d’origine, prend ses marques, il est plus en plus apprécié par des nombreux consommateurs.

 

Les dégustations se déroulent au Musée d’Art Moderne et Contemporain à San Gimignano

Dans le cadre de l’Anteprima nous avons dégusté le millésime 2016, année marquée par le 50ème anniversaire de l’appellation et 2015 (2 millésimes d’une très grande qualité).

 

Dans ce type de l’événement le producteurs proposent très souvent les millésimes plus anciens comme cette année les : 2014, 2013, 2012, 2011 en guise de comparaison.

 

Nous avons eu le panel des Vernaccia vraiment très divers en passant par la pure minéralité, vins floraux et fruité jusqu’à la richesse de fruits mûrs avec des boisés globalement bien maîtrisé.

 

Cette dégustation a prouvé que le cépage Vernaccia di San Gimignano est complexe, qu’il donne des très larges possibilités aux vignerons y compris pour sa capacité de vieillissement.

 

En ce qui concerne les conditions climatiques de deux derniers millésimes 2015 et 2016, je laisse la parole pour une brève analyse des millésimes, à Maria Elisabetta Fagiuoli, propriétaire du Domaine Montenidoli à San Gimignano.

Maria Elisabetta est une véritable « locomotive » pour l’Appellation Vernaccia et ses producteurs.

Elle a démontré également que Vernaccia peut produire des vins complexes avec une excellente capacité de vieillissement, tout simplement la noblesse du cépage.

Pour certaines de ses cuvées de Vernaccia, Maria Elisabetta pratique des élevages longs, à la « bourguignonne » en barrique sur lies fines avec des batonnages.

 

 

Coups de cœur d’Anteprima Vernaccia du San Gimignano 2016, 2015

 

Cantina Guidi

Vernaccia 2016

Riserva « Aurea » 2015

 

Cesani

(c’est la propriété de Letizia Cesani, Présidente du Consorzio della Denominazione San Gimignano)

Vernaccia 2016 (Bio)

« Clamys » 2015 (Bio)

 

Fattoria San Donato

« Angelica » 2015

 

Fantaleoni

« Casanuova » 2015

 

Il Colombaio di Santa Chiara

Vernaccia 2016

« Campo della Pieve » 2015

 

Il Palagione

« Hydra » 2016

Riserva « Ori » 2015

 

La Lastra

Riserva 2015

 

San Quirico

Vernaccia 2016 (Bio)

 

Tenuta le Calcinaie

Vernaccia 2016 et 2015 (Bio)

 

Montenidoli

« Fiore » 2014

« Carato » 2011

(Maria Elisabetta Fagiuoli pratique des longs élevages pour ses Vernaccia donc les vins livrables chez elle ont minimum 3 ans)

Collection de Vernaccia  2014 et 2011 de Montenidoli

 

Comme le Consorzio di San Gimignano ne fait pas des choses à moitié, chaque année on propose un « match » entre Vernaccia et d’autres cépages d’ici et surtout d’ailleurs.

 

Cette année pour la 12ème édition on a mis en compétition Vernaccia di San Gimignano contre ou avec le cépage Bourboulenc de Languedoc La Clape (à savoir celui-ci la plus part assemblé avec un peu de Marsanne, Rousanne ou Grenache blanc).

Le but de cette dégustation ne consiste surtout pas à prouver quel cépage, quel vin, quel région est meilleure, mais présenter la diversité de chacun et essayer de trouver des similitudes.

 

Cette comparaison consistait à évaluer les vins, chacun dans son élément respectif, comme ici par exemple influence méditerranéenne directe pour les vins de La Clape (situés entre Narbonne et le golf du Lion) et indirecte pour la Vernaccia. Ce qui les unissaient au finale.

 

Ce qu’il faut rappeler que le territoire de San Gimignano est une région caractérisée par un climat méditerranéen sur le terroir très ancien d’il y a 1,8 million d’années formé sur les dépôts marins, ce qui donne le goût particulier aux vins, son coté minéral et salin.

 

C’est justement cette particularité marine qui unit ces deux régions et ces deux cépages.

 

Salla Dante au Palazzo Communale avec son fresque gigantesque de Lippo Memmi

Salla Dante avec son fresque d’Azzo di Masetto

En plus les dégustations se déroulent toujours dans une atmosphère tout à fait particulière, dans la salle Dante du Palazzo Comunale, dans la salle du conseil, c’est un chef-d’œuvre d’une beauté exceptionnelle de la peinture italienne de Trecento, les fresques qui couvrent les mures de cette salle sont des oeuvres du peintre Azzo di Masetto (de l’ecole siennoise) et de Lippo Memmi, franchement à couper le souffle.

 

 

Voici les vins mis en « compétition »

 

Collection La Clape

Série Bourboulenc de Languedoc la Clape 

 

La Clape AC le Marin 2016 Domaine Sarrat de Goundy (majoritairement Bourboulenc)

 

La Clape AC La Brise Marine 2015 Château la Négly. (60% Bourboulenc 40% Roussanne)

 

La Clape AC Cuvée Aimé Coigny 2015 Château Mire l’Etang. (50% Bourboulenc 40% Roussanne, 10% autres)

 

La Clape AC Cuvée Henry Lapierre 2015. Château Rouquette. (un mélange de Bourboulenc, Roussanne et Viognier)

 

La Clape AC La Centaurée 2014. Château Pech-Redon. (80% Bourboulenc 20% Grenache blanc)

 

Les Clape AC Grand Vin 2006. Château d’Anglès. (60% Bourboulenc 30% Grenache Blanc 10% Roussanne)

 

 

Collection Vernaccia di San Gimignano

Série Vernaccia di San Gimignano

 

 

Vernaccia di San Gimignano DOCG 2015. Il Lebbio.

 

Vernaccia di San Gimignano DOCG Vigna a Solatio 2015. Casale Falchini.

 

Vernaccia di San Gimignano DOCG Riserva 2014. La Lastra.

 

Vernaccia di San Gimignano DOCG Fiore 2014. Montenidoli

 

Vernaccia di San Gimignano DOCG Vigna ai Sassi 2010. Tenuta Le Calcinaie.

 

Vernaccia di San Gimignano DOCG Hydra 2009 Il Palagione

Collection Vernaccia et Bourboulenc

 

 

 

Adresse utiles :

 

www.vernacia.it

www.cesani.it

www.montenidoli.com

 

PORTFOLIO

Nouvelle communication visuelle Anteprima Vernaccia 2017

Letizia Cesani, propriétaire du domaine Cesani, Présidente du Consorzio San Gimignano présente son Vernaccia 2016

Simone Santini, propriétaire de Tenuta Le Calcinaie présente ses Vernaccia

Giorgio Comotti, propriétaire de Il Palagione à San Gimignano

Maria Elisabetta Fagiuoli, propriétaire du domaine Montenidoli, la reference incontestable de Vernaccia di San Gimignano

Duomo di San Gimignano

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Anteprime di Toscana – Anteprima Vernaccia di San Gimignano 2017 #reportage



%d blogueurs aiment cette page :