vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Bordeaux : Primeurs 2016 #4 Pessac-Léognan, Sauternes

A la fin de vendanges 2016

Bref rappel de la météo

Dans l’appellation Pessac-Léognan le scenario était quasi similaire par rapport à d’autres appellations du Bordelais.

La pluviométrie pour le premier semestre était supérieure de plus de 50 % à la moyenne mensuelle calculée sur une période annuel.

A partir du mi-juin s’installe une période chaude et extrêmes sèche, ce qui a provoqué quelques difficultés dans la maturation, mais elle est heureusement débloquée grâce à deux épisodes de pluies fin juillet et début août.

Ensuite la sècheresse s’installe jusqu’à la mi-septembre avec un petit épisode pluvieux et de nouveau une précipitation début octobre.

Dans l’ensemble la maturation est ralentie par le manque d’eau, les raisins mettent du temps à mûrir, les vendanges sont plus tardives que la moyenne d’envieront d’une semaine.

Les vendanges débutent généralement dans la plus part des cas à la mi-septembre pour se poursuivre jusqu’à facilement la troisième semaine d’octobre sous le soleil dans la journée et le températures fraiches de la nuit, ce qui a permit d’avoir la fraicheur nette dans la plupart des vins.

Vu tous les difficultés rencontrés au cours de l’année : les pluies, floraison tardive, véraison irrégulière, sècheresse et j’en passe, il a fallu être très sélectif à la réception de la vendange et au chai.

 

Les premières dégustations primeurs sont très prometteuses et confirment la qualité des vins grâce aux exigences de chaque producteur. Les vins se goûtent bien, la fraicheur et l’acidité sont là, maintenant il faut attendre la fin d’élevage et la mise en bouteille pour la confirmation finale de la qualité du 2016.

 

 

Dégustation UGCB, quelques Pessac 2016

Sélection de Pessac-Léognan Rouges

 

 

Carbonnieux

Toucher net, jus serré, note de réglisse, fruits noirs, léger boisé, tanins racés, bonne fraicheur.

17/20

 

Carmes Haut-Brion

Fruits frais acidulés quelques épices douces, réglisse, très belle fraicheur, minéralité, finale poivre, gourmand, tannins soyeux, élégants, belle texture de l’ensemble, vin complexe, équilibré, réussite.

19,5/20

 

Domaine de Chevalier

Net, soyeux, fruits noirs frais, milieu serré, tannins racés, en final réglisse, note mentholée, belle fraicheur, tout est équilibré et élégant.

19/20

 

Fieuzal

Note de fruits noirs, réglisse, épices, léger boisé, milieu serré, bonne matière, finale tannique, fraicheur.

18/20

 

Haut Bailly 2016 avec son seconde

Haut Bailly

Toucher net, vin soyeux, racé, quelques fruits noirs, petite note boisée, joli texture, longueur et excellente fraicheur.

19/20

 

La Louvière

Fruits noirs, réglisse, note vanillé, boisée avec une texture granulée, en finale bonne fraicheur.

16,5/20

 

Larrivet Haut-Brion

Toucher net, fruits noirs acidulés, note boisé, fumée, torréfiée, réglisse, matière serrée, vin racé et frais.

17,5/20

 

Latour Martillac

Toucher net, frais, fruits noirs acidulés, épices, poivre noir, tanins racés, fraicheur, finale boisée.

17,5/20

 

Malartic Lagraviere

Toucher soyeux, fruits noirs, fruits rouges acidulés, réglisse, milieu très serré, compacte, belle densité, tanins racés, finale minéral.

18/20

 

Pape Clément

Toucher soyeux, fruits frais noirs et rouges acidulés, réglisse, boise bien maitrisé, note de réglisse, bonne présence, finale mentholée, gourmand et frais.

19/20

 

Smith Haut Lafitte

Toucher soyeux, frais, fruits noirs, rouges frais acidulés, tanins racés, structure granulée, finale mentholée, quelques épices douces, poivre sauvage, excellente fraicheur, équilibre, élégance.

19/20

 

Sélection de Sauternes

 

Analyse de lu millésime 2016 dans le Sauternes, tout particulièrement à Yquem par Pierre Lurton, DG d’Yquem  

Yquem

104 ha en production

75% Sémillon 25% Sauvignon

4 tries successifs

13/09-4/10 7-12/10 (20% du volume)

18-22/10 (50% du volume) 28/20-4/11

135 g sucre/l

L’or de Yquem 2016

Toucher net, soyeux, note d’abricot, réglisse, fruits jaunes mûrs, zeste de citron, orange, petite note vanillée, belle texture, vin frais, droit, précis, sans aucune massivité,  très « digeste » avec une excellente buvabilité.

19/20

 

De Fargues

17 ha

80% Sémillon 20% Sauvignon

de Fargues 2016

Bouche très nette, fraiche, note d’agrumes fraiches, zestes d’orange, fruits jaunes, belle persistance, profondeur, en finale zestes de citron, poivre blanc, très complexe, tout en équilibre acidité/sucre, gourmand, excellente réussite.

18/20

 

Climens

30 ha en biodynamie

100% Sémillon

Vendanges à partir de 14 septembre jusqu’au 22 octobre  en 2 tries et 12 différents lots.

Berenice Lurton dans le chai de Climens

Etant donné, que Berenice Lurton fait ses assemblages beaucoup plus tard, j’ai pu dégusté plusieurs lots en barriques, c’est très prometteur.

Les vins sont très purs, frais, homogène, avec des notes de citron, réglisse, épices douces, vanille, marmelade d’abricots, présentent une belle tension, matière, la puissance est modérée avec une belle structure de l’ensemble, tout se met en place petit à petit, se construit dans la longueur, avec un beau relief et la fraicheur.

18/20

 

Adresses utiles :

http://www.ugcb.net

 

 

Publicités
Commentaires fermés sur Bordeaux : Primeurs 2016 #4 Pessac-Léognan, Sauternes


Bordeaux : Primeurs 2016 #2 Rive Droite – Saint Emilion et Pomerol

Rive Droite, vendanges 2016, beaux merlots gorgés du soleil attendent les vendangeurs

Saint Emilion et Pomerol deux appellations phare de la Rive droite sont plantées essentiellement à 80% en merlot (cépage plutôt précoce) avec un peu de cabernet franc à 15% et un petit chouia de cabernet sauvignon, ont dû faire face en 2016 à une météo de tous les extrêmes. Tout d’abord un hiver et le printemps pluvieux et froids ensuite l’été extrêmement chaud et sec sans aucune goute d’eau pendant 80 jours jusqu’à mi-septembre ce qui a fortement favorisé les sols composés d’argiles et du calcaire.

Cette composition du sol agit comme une simple éponge, sans jamais déborder, offre une capacité incroyable d’approvisionner la plante en eau quasi « à la carte », ce qui a permis à la vigne pendant toute la période de maturation de ne pas trop souffrir ni d’excès d’eau ni de la sècheresse jusqu’à la fin de vendanges.

 

Oui, cette épisode pluvieux, inattendu et finalement miraculeux à la mi-septembre a redonné la vie à la plante et surtout lui a permis de retrouver et rééquilibrer les maturités physiologiques, retrouver des équilibres quasi parfaits en acidité et en sucres. Longue et douce maturation de raisins grâce à cette arrière saison saine avant et pendant la période de vendanges a donné aux raisins les structures tanniques élégantes, sans aucune agressivité, ensuite les jus très colorés , la fraicheur, préservé des acidités, au finale des vins concentrés, frais taillés pour une bonne garde.

 

Ces conditions climatiques exceptionnellement propices pendant les vendanges ont permis aux vignerons de récolter chaque parcelle au bon moment sans aucune précipitation et rentrer au chai la vendange parfait

Bien évidemment les jeunes vignes avec un enracinement pas assez profond ainsi que les terroirs plus sableux ou sablo-graveleux ont pu souffrir avec tous ces épisodes météorologiques extrêmes du 2016 (des longues périodes de pluie durant l’hiver et printemps, ensuite la sécheresse durant l’été et l’automne).  

 

Ce qui est importent à signaler, que les notes qui suivent ne sont pas figées, il y a encore d’autres vins sur la rive droite qui vont compléter cette liste, aussi ces notes vont sûrement évoluer dans le temps suite mes nombreuses dégustations de tous ces vins toujours en élevage, avant les mises en bouteilles.

Dégustations UGCB primeurs 2016 au Hangar 14

SAINT EMILION Grands Crus 2016

 

Balastard la Tonnelle

10,6 ha

Plateau argilo-calcaire

Fruits frais écrasés, bonne fraicheur, réglisse, léger boisé, finale minérale, gourmand.

17/20

 

 

Berliquet

9ha

Coteau argilo-calcaire

Net, soyeux, élégant, fruits noirs frais écrasés, réglisse, épices, belle profondeur, structure, tanins racé, enrobés, finale minérale, gourmand.

16,5/20

 

 

Beauséjour Héritiers Duffau-Lagarrosse

6,8 ha

Coteau argilo-calcaire

Note de fruits frais, cerise noire, quelques petits fruits noirs croquants, belle densité, profondeur, tout est précis avec une excellente fraicheur, belle buvabilité.

18,5/20

 

 

Canon

32 ha

Plateau argilo-calcaire

Toucher net, frais, fruits noirs frais, cassis, cerise noire, épices douces, note mentholé, belle présence, profondeur, structure tannique poudreuse, soyeuse, fraicheur et élégance.

19/20

 

 

Canon – La – Gaffelière

19,5 ha

Argilo-calcaire, argilo-sableux en pied de côte

Net, racé, fruits noirs frais, acidulés, réglisse, belle persistance, structure, épices douces, poivre sauvage, thé noir fumé, note mentholée, tanins racé, enrobés, élégance, finale poudreuse, fraicheur.

19/20

 

Cap de Mourlin

14 ha

Argilo-calcaire et argileux-siliceux

Net, réglisse, épices, boisé leger, tanins rustiques, quelques fruits noirs, longueur moyenne, très bonne fraicheur.

16/20

 

 

La Couspaude

7 ha

Plateau argilo-calcaire

Net, fruits noirs, boisé, réglisse, milieu puissant, serré, tannins racés, finale granulée.

17,5/20

 

Dassault

24 ha

Sables anciens siliceux et silico-calcaires

Toucher net, note boisée, réglisse, poivre blanc, fruits noirs acidulés, tanins granulés, légère sècheresse en finale.

16,5/20

 

La Dominique

29 ha

Sables anciens sur argiles, sols bruns argileux

Net, frais, fruits acidulés, petite amertume, réglisse, note boisée, structure tannique racée, finale granulée, fraiche.

17,5/20

 

La Gaffelière

19 ha

Coteau argilo-calcaire

Net, frais, fruits frais, épices douces, joli boisé, petite note torréfiée, structure tannique racée sans agressivité, tout est en place bien équilibré, belle fraicheur en finale, longueur.

18/20

 

 

Clos Fourtet

20 ha

Plateau argilo-calcaire

Fruits noirs frais, acidulés, réglisse, note fumée, the noir, puissant, persistant, bonne structure, fraicheur, tanins granulés avec une belle longueur.

18/20

 

Fonroque

17,6 ha en biodynamie

Net, explosion de fruits noirs mûrs et frais, belle rondeur, moelleux, tannins enrobés, profondeur, beaucoup de fraicheur, final acidulée, gourmand.

17,5/20

 

Franc Mayne

7 ha

Plateau et cote argilo-calcaire, pieds de côte argilo-sableux

Soyeux, fruits noirs frais, milieu tannique, légère sècheresse, extraction forte, finale, granulée, réglisse, note mentholée.

16,5/20

 

 

Grand Mayne

17 ha

Côte argilo-calcaire, pieds de côte argilo-sableux

Soyeux, fruits frais acidulés, note vanillée, réglisse, milieu très belle persistance, serré, tanins racés, enrobés, élégant, finale mentholée, vin racée.

18/20

 

Guadet

5,5 ha en biodynamie

Coteau argilo-calcaire

Toucher net, quelques baies de fruits noirs, note torréfiée, joli fond, présence, tanins enrobés, élégants, belle fraicheur.

17/20

 

Larcis Ducasse

11,15 ha

Coteau argilo-calcaire

Toucher soyeux, frais, fruits rouges, noirs acidulée, légère note épicée, au milieu belle profondeur, persistance, tanins racées, finale mentholée, fraiche.

18,5/20

 

Larmande

20 ha

Argilo-calcaire, argilo-siliceux, sables anciens

Soyeux, fruits noirs, épices douces, note poudreuse, tannins fins, arrondis, finale épicée, mentholée, gourmand et frais.

17/20

 

Pavie Macquin

15 ha

Plateau argilo-calcaire

Toucher net, frais, fruits rouges acidulés, note de réglisse, poivre sauvage, épices douces, bonne persistance, profondeur, structure tannique élégante, enrobée, finale mentholé, minérale, vins racé, serré, belle longueur et fraicheur.

18,5/20

 

Petit Val cuvée Muse du Val

3 ha

coteau argilo-calcaire

Toucher net, soyeux, note florale, fruits noirs acidulés, réglisse, note fumée, thé noir de Chine, tanins arrondis, finale mentholée, très bonne acidité.

17/20

 

Rol Valentin

7,3 ha

Coteau argilo-calcaire

Net, soyeux, fruits noirs écrasés, joli boisé, persistance aromatique, tannins enrobés, racés, belle structure, puissance modéré, finale fraiche, longueur, très belle réussite.

17,5/20

 

Trianon

10 ha

Toucher soyeux, grillé léger, jolis fruits mûrs, réglisse, bonne présence, tannins veloutés, fraicheur, bonne buvabilité, élégant et racé.

16,5/20

 

Soutard

30 ha

Plateau calcaire, coteaux argileux

Soyeux, net, fruits rouges acidulés, note granulée, belle présence, réglisse, tanins poudreux, finale minérale, frais, mentholée, gourmand.

17,5/20

 

La Tour Figeac

14,5 ha

Argilo-sableux, graves

Soyeux, frais, épices douces, poivre blanc, délicat, fruits noirs et rouges croquants, gourmand, structure tannique poudreuse, note mentholée, finale fraiche, ensemble très élégant.

17,5/20

 

Troplong Mondot

28 ha

Argilo-calcaire

Net, soyeux, élégant, fruits noirs croquants, petite note vanillé, tanins poudreux, note florale, mentholé, grande élégance, profondeur, finale fraiche, gourmand.

18/20

 

Trotte Vieille

11 ha

Plateau calcaire couvert d’argiles

Net, frais, fruits noirs acidulés, réglisse, épices douces, structure poudreuse, belle persistance, finale florale, tannins élégants poudreux, long et frais.

18/20

 

Villemaurine

7 ha

Argilo-calcaire

Fruits frais acidulés, écrasés, réglisses, épices douces, note florale, bonne acidité, finale poudreuse, belle persistance, longueur.

16,5/20

 

 

Dégustations primeurs UGCB, quelques Pomerols 2016 dégustés au Hangar 14

POMEROL 2016

 

Beauregard

17, 5 ha

Graves argileuses

Net, fruits frais, cerise noire, note florale, puissance modérée, profondeur, tanins racés, enrobés, gras, finale granulée, vin racé.

16,5/20

 

Le Bon Pateur

7 ha

Gravelo-argileux, gravelo-sablonneux

Toucher soyeux, fruits frais, petits baies noirs et rouges croquants, belle fraicheur, tanins rondes, enrobés, finale poudreuse, fraiche, petite note mentholée.

16,5/20

 

Bourgneuf

9 ha

Note florale, petits baies noirs, note épicé, léger boisé, tannins soyeux, enrobés, velours, joli moelleux, finale mentholés, frais, vin gourmand.

16,5/20 

 

La Cabanne

10 ha

Argilo-graveleux riche en crasse de fer

Net, fruits noirs frais, cerise écrasée, note poivrée, belle persistance, excellente fraicheur, tannins enrobés, finale poudreuse, mentholés, vin gourmand, belle réussite.

16,5/20

 

Clinet

11,3 ha

Argilo-graveleux

Net, frais, fruits noirs, baies rouges, belle persistance aromatique, tanins poudreux, finale fraiche, minérale, finesse et élégance.

15,5/20

 

La Croix de Gay

4,2 ha

Argilo-graveleux, sablo-graveleux, sous-sol riche en oxyde de fer

Net, fruits noirs frais, écrasés, réglisse, bois de cannelle, tannins racés, note vanillé, léger boisé, en finale note de réglisse, mentholé, vin racé.

15,5/20

 

Gazin

24 ha

Argilo-graveleux avec oxydes de fer

Toucher net, frais, minéral, fruits frais acidulés, belle persistance aromatique, profondeur, note poudreuse, tanins élégants, enrobés, note florale, extraction légère, en finale joli rondeur, frais, fait saliver, gourmand.

18/20

 

Petit – Village

10,5 ha

Argilo-graveleux

Toucher soyeux, fruits noirs écrasés, milieu acidulé, note de réglisse, poivre blanc, léger boisé, finale mentholée, fraiche, tanins arrondis, enrobés, belle longueur, excellente réussite.

18/20

 

La Pointe

23 ha

Graves, argilo-graveleux

Toucher net, note florale, végétale, petits fruits frais, mûr, note mentholée, réglisse, en finale léger boisée, fraicheur, longueur moyenne.

16,5/20

 

Bref rappel de la météo 2016 complètement déroutante, incroyable, de tous les excès qui fini dans sa perfection, par Thomas Duclos, oenologue conseil Oenoteam à Bordeaux, plus particulièrement sur la Rive Droite.

 

Adresses utiles :

http://www.ugcb.net

http://www.derenoncourtconsultants.com

http://www.grandcercle.fr

http://www.oenoteam.com

 

Commentaires fermés sur Bordeaux : Primeurs 2016 #2 Rive Droite – Saint Emilion et Pomerol


Bordeaux : primeurs 2016 #1 Grand zoom sur la météo…

Dégustations primeurs 2016 à Hangar 14

Comme chaque année les primeurs est une manifestation incontournable pour les professionnels du vins qui se donnent le rendez-vous à Bordeaux afin de déguster le dernier millésime. Cette année c’est le millésime 2016 qui a attiré plus que 6000 professionnels venus de quatre coins du monde pour déguster et noter ce dernier né. Depuis plus que 30 ans, UGCB (Union des Grands Crus de Bordeaux) organise ces dégustations qui attirent chaque année plus en plus de professionnels. C’est une campagne unique dans son genre, car les professionnelle achètent les vins qui sont encore en élevage, qui serons disponibles et livrables dans deux ans ou même plus pour certains.

 

Vendange 2016, dernière parcelle de Cabernet Sauvignon prête à être vendangé au Ch Lagrange, Saint Julien

Avant d’’avancer dans cette chronique primeurs 2016 avec les notes, les coups de coeur etc, il faut avant tout décortiquer en détail ce millésime, le millésime qui a fait tellement parlé de lui.

Il est toujours très délicat, sans risquer de tomber dans un optimisme précoce, d’annoncer deux grands millésimes consécutifs : le 2015 et celui de 2016, millésime qui nous intéresse plus particulièrement aujourd’hui.

Pourtant, c’est incontestable, le 2016 est une remarquable réussite à Bordeaux, conciliant la qualité et le quantité, dans un style classique du bordelais.

 

On a tout entendu sur ce millésime qui restera sans doute dans les anales : millésime miracle, millésime de la dernière chance, millésime de tous les extrêmes, bref le millésime qui n’a surement pas encore dit son dernier mot.

 

Vendange 2016, derniers magnifiques Cabernets Sauvignon récoltés 21 octobre à Phélan Ségur, Saint Estephe

Ces deux grandes millésimes consécutifs comme 2015 et 2016 partagent plus ou moins nettement les vins de bordeaux en deux rives, pour le millésime 2016 on parle plus tôt que c’est un millésime de la Rive gauche, millésime tardif, millésime de grands cabernets sauvignon, surtout du nord de l’appellation sur les terroirs plus froids et plus propices pour le cabernets comme à Pauillac et  à Saint-Estèphe, sachant que ce millésime est dans sa globalité très homogène, tandis que le millésime 2015 on va l’associer plus facilement avec les maturités de la Rive droite, avec les maturités plus précoces de grands Merlots.

 

Je laisse la parole à Philippe Dhalluin, DG de vignobles Baron Philippe de Rothschild pour une brève analyse du 2016 : 

Avant d’examiner plus en détail l’effet des conditions climatiques en 2016 sur la physiologie de la vigne et la composition des raisins, il faut rappeler les principes fondamentaux qui gouvernent la qualité des récoltes à Bordeaux.

La réussite d’un millésime de vin rouge est soumise à une succession de cinq conditions essentielles :

1) et 2) une floraison et une nouaison relativement rapides et homogènes sous un climat assez chaud et pas trop arrosé pour assurer une bonne fécondation et prédisposer à une maturité homogène.

3) une contrainte hydrique s’établissant progressivement grâce à un mois de juillet chaud et sec, provoquant le ralentissement puis l’arrêt définitif de la croissance au plus tard au début de la véraison (changement de couleurs de la grappe).

4) une maturation complète des différents cépages grâce à des mois d’août et septembre suffisamment secs mais sans chaleurs excessives.

5) un beau temps, moyennement chaud et faiblement arrosé pendant les vendanges, permettant d’attendre la maturité optimum de chaque parcelle sans redouter la dilution, la pourriture, ou la perte des arômes fruités.

 

Zoom sur la météo du 2016 à Bordeaux

 

Je laisse la parole à Thomas Duclos, oenologue-conseil, Oenoteam à Bordeaux qui résume brièvement le millésime 2016 : 

 

 

Le printemps incroyablement pluvieux et préoccupant pour les vignerons (pression des maladies cryptogamiques), s’est plus tard avéré providentiel. Les réserves en eau du sol, largement reconstituées, ont permis à la vigne de résister aux conditions exceptionnellement sèches et chaudes de l’été. La maturation des raisins s’est ensuite achevée sous un climat plus clément, très peu pluvieux, beau et relativement chaud, avec des nuits fraîches. Inespéré, inhabituel à Bordeaux, ce qui a permis de récolter des raisins colorés, aromatiques, d’une très belle acidité.

 

 

Les meilleurs terroirs de blancs de Bordeaux, calcaires, argilo-calcaires ou gravelo-argileux, ont préservé la vigne d’un stress hydrique à la fois trop précoce et trop intense. Sur ce type de sols, les raisins de sauvignon ont conservé une fraîcheur aromatique et une acidité surprenantes. Les sémillons sont très réussis, charnus et tendres.

 

Pour les liquoreux :

Les conditions climatiques estivales sèches et chaudes du 2016, ont également permis d’atteindre, avant tout développement de Botrytis, une parfaite maturité des raisins de Sauternes et Barsac. C’est une condition indispensable à la qualité des vins liquoreux. Deux courts, mais significatifs épisodes pluvieux ont initié le développement de la pourriture noble à partir de mi-septembre. Ils ont été suivis d’un retour à des conditions anticycloniques, favorables à la concentration des raisins. Les vendanges, très étalées cette année, ont ainsi débuté la deuxième quinzaine de septembre pour s’achever début novembre.

Je laisse la parole à Pierre Lurton (DG de Cheval Blanc et d’Yquem) qui résume parfaitement les conditions climatiques du 2016 à Sauternes, tout particulièrement à Yquem :

 

 

Contrairement au 2015 particulièrement sec et ensoleillé, le 2016 a débuté par trois mois de pluies excédentaires avec un cumul avoisinant les 500 mm contre les 230 mm enregistrés en moyenne lors des 30 dernières années.

Malgré ce temps gris et pluvieux, la température est restée supérieure de près de 2°C aux normales saisonnières, faisant de l’hiver 2016 le plus doux jamais enregistré depuis le début des relevés. Aucune température négative n’a été affichée pendant la journée avec seulement cinq jours de gels qui ont été enregistrés.

 

Dans ces conditions, les premiers signes de la reprise végétative (bourgeons gonflés) apparaissent fin février, laissant craindre une extrême précocité. Mais à partir du 20 février, les températures se rapprochent des normales et deviennent même déficitaires dans la seconde décade de mars.

 

Les faibles températures de mars et l’engorgement des sols dû aux fortes précipitations de début d’année retardent le débourrement. Les premiers bourgeons ont ainsi éclos la dernière semaine de mars, une semaine plus tôt que la normale, plus précocement qu’en 2010, 2012, 2013 ou 2015 mais plus tard qu’en 2011 et 2014.

 

 

Conclusion :

 

Vins rouges exceptionnels, les blancs savoureux, les liquoreux persistants, frais et gourmands.

 

Les vins rouges que j’ai pu dégusté si bien sur la Rive droite que la Rive Gauche à la fin de vendanges toute de suite après les fermentations, au début d’élevages s’annonçaient déjà exceptionnels. Après ces quelques mois d’élevage supplémentaires les rouges sont étonnamment colorés, fruité, sans aucune pointe végétale, mûrs, structurés, avec une belle texture, avec une puissance tannique nette, doté d’une grande élégante, tous avec une fraicheur exceptionnelle, avec des niveaux d’acidité assez élevé, formidablement équilibrés, avec une buvabilité exceptionnelle, tout est en place pour une longue garde.

 

Les vins blancs secs de 2016 sont fruités et savoureux, moins acides que ceux des 2015, 2014 ou 2013, ils sont bien équilibrés. Les sémillons, particulièrement réussis dans ce millésime, apportent la chair et le moelleux sans alourdir l’ensemble.

 

Les grands vins de Sauternes et Barsac sont extrêmement purs, confits et très riches, leur style s’exprime plus dans la puissance et la fraicheur que dans l’éclat aromatique des fruits.

Sauternes 2016 avec sa diversité de robes

 

 

A suivre dans les prochaines chroniques les notes, les appréciations et les coups de coeur de primeurs  2016 à Bordeaux… 

 

Adresses utiles :

http://www.ugcb.net

http://www.grandcercle.fr

http://www.derenoncourtconsultants.com

http://www.oenoteam.com

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Bordeaux : primeurs 2016 #1 Grand zoom sur la météo…


Echo de vendanges 2016 dans le Médoc… #reportage
Vendanges de derniers cabernets au Ch Lagrange, Saint-Julien

Vendanges de derniers cabernets au Ch Lagrange, Saint-Julien

Les vendanges sont finies un peu partout, compte tenu de la météo plutôt capricieuse en 2016, il veut mieux de rester encore assez prudent dans ses conclusions finales, mais après les dégustations des premiers jus les vignerons sont très confiantes pour les résultats…!

Un bref rappel du millésime 2016 :

Le millésime 2016 na pas été épargné par la météo plutôt capricieuse, en effet, les épisodes de gel en avril dans le vignoble Champenois qui ont mis à mal le quart de cette région viticole, la Bourgogne avait été particulièrement touchée dans sa partie Nord à Chablis par des épisodes météorologiques à répétitions comme le gel, la grêle avec une forte pluviométrie. En août, c’était au tour du Languedoc de subir cette fois la grêle, de même que le bordelais…

Pour résumer, la vigne a vécu un printemps très pluvieux avec une sécheresse estivale.

Avec cette sécheresse estivales, les vignes ont été mises à rude épreuve, avec pour certains viticulteurs, la nécessité de sacrifier des parcelles entières, en coupant les raisins bien avant les vendanges, afin de sauver les pieds de vignes.

Et comme dans ces années humides, le mildiou s’est invité à la fête dans plusieurs régions, plus besoin de rappeler les ravages que peut entrainer ce champignon, pour certains vignerons ce sont des quantités importantes de raisins encore sacrifiés.

Echo des vendanges 2016 dans le Médoc

Compte-rendu du Millésime 2016 dans le Médoc, bref rappel de la météo juste avant et pendant les vendanges par Antoine Médeville, œnologue-conseil (copropriétaire de Château Fleur La Mothe CB de Médoc).

Antoine Médeville, oenologue-conseil

Antoine Médeville, oenologue-conseil

Suite à l’épisode pluvieux survenu à la mi septembre, le temps est resté encore humide pendant quelques jours. Ensuite la météo clémente favorise de nouveau une bonne maturation du raisin.

Le potentiel phénolique continu de s’améliorer avec une augmentation de l’extractibilité des anthocyanes et des maturités de pépins proche de la vérité pour les merlots.

Dans les parcelles, on remarque une évolution des pellicules sur les parcelles de merlots les plus précoces ou ayant subies un stress hydrique important. Cela nécessite une forte vigilance au vignoble afin de suivre l’état sanitaire de ces parcelles. Le phénomène de « fissure des baies » devrait être très limité compte tenu de la météo clémente qui continue.

Les analyses de baies montrent bien le peu de décalage de maturité entre les Merlots et les Cabernets Sauvignons constatés dès la floraison qui fut homogène.

23 septembre, fin de la semaine sous un grand soleil dans le Médoc… et premier coup de sécateur pour les Merlots, sur les terroirs le plus précoces !

Les potentiels en anthocyanes continuent d’évoluer positivement et la maturité de pépins avance bien.

Les polyphénols sont au rendez-vous, les anthocyanes se présentent en bonnes concentrations et les extractibilités s’améliorent chaque jour.

Dans les Appellations Communales, la cadence devrait s’accélérer la semaine prochaine alors que « top départ » général aura lieu à partir du 03 octobre.

«Le beau temps enclenché sur la nouvelle lune et les grandes marées annoncent un mois de météo favorable» ce que disent les anciens…

Les propriétaires doivent désormais s’armer de patience pour savoir attendre un millésime qui se fait désirer.

Les jours passent et l’été indien s’installe sur la Gironde et le Médoc !

En effet, les conditions climatiques idéales permettent d’attendre et de récolter chaque parcelle à la carte. D’ailleurs, pour une très grande partie du Vignoble Médocain, les vendanges ne débuteront réellement qu’à partir de 3 octobre.

Les potentiels phénoliques profitent pleinement de la météo et continuent d’évoluer dans le bon sens.

Les maturités de pépins sont atteintes sur les Merlots, mais il faut encore attendre les Cabernets Sauvignons. Les peaux de baies s’affinent et sont moins en moins astringentes.

Les précipitations attendues en fin de semaine sont tombées de vendredi 7 à samedi 8 octobre.

Il faut désormais rester vigilant et suivre de près l’état sanitaire du Vignoble.

Une chose est sûre, les grands vins sont souvent des millésimes tardifs avec des maturités phénoliques longues et des degrés raisonnables.

L’été Indien s’est durablement installé sur la Gironde.

très beaux Cabernets prêts à être vendangé au Ch Lagrange

Très beaux Cabernets prêts à être vendangé au Ch Lagrange, Saint-Julien

Les journées ensoleillées, associées à des nuits fraiches apportent aux derniers Merlots et Cabernets tout ce dont ils ont besoin pour affiner leurs maturités.

Cette clémence climatique a stoppé l’évolution du Botrytis Cinerea et a ainsi permis d’aller jusqu’à la juste maturité de chaque parcelle.

A Phélan-Ségur (Saint-Estèphe) des derniers cabernets arrivent au chai

A Phélan-Ségur (Saint-Estèphe) les derniers cabernets arrivent au chai

Les vendanges se déroulent dans une sérénité assez inédite; chacun a bien conscience qu’un grand millésime est en préparation.

Au chai 

on trie et on re-trie et on recommence...

on trie et on re-trie et on recommence…

vendange 2016, le "caviar médocain"

vendange 2016, le « caviar médocain »

Au niveau des premières cuves en fermentation, les lots sont de belle tenue avec des couleurs intenses avec une charge tannique importante.

premiers cuves de merlots à Phélan-Ségur

premiers cuves de merlots à Phélan-Ségur, concentrations en anthocyanes déjà à vu d’oeil est très importante

Concernant les anthocyanes, nous pouvons même parler de qualité exceptionnelle puisqu’il n’est pas rare d’avoir des cuves de merlots avec des concentrations en anthocyanes supérieures à 1000 mg/l en fin de fermentation alcoolique.

merlots, cabernets et petit verdot montrent la couleur à Saint-Pierre et Gloria (Saint Julien)

Merlots, Cabernets et Petit Verdot montrent la couleur (Saint-Pierre et Gloria, Saint Julien)

Même s’il est assez difficile de se prononcer avant la fin de la fermentation malo-lactique, les cuves terminées présentent un bel équilibre permettant d’être très optimiste.

Du point de vue des rendements, les Merlots ont donné entière satisfaction mais les Cabernets Sauvignons soient légèrement plus bas.

A la mi-octobre, le constat reste le même, un grand millésime qualitatif se prépare et la quantité devrait être également au rendez vous.

PORTFOLIO

dégustation des premieres cuves de merlot avec Pierre Cazeneuve au Ch Paloumey, Haut-Médoc CB

Dégustation des premières cuves de merlot avec Pierre Cazeneuve au Ch Paloumey, Haut-Médoc CB

Martine Cazeneuve, propriétaire de Paloumey avec Pierre, son fils dans le chai

Martine Cazeneuve, propriétaire de Paloumey avec Pierre, son fils dans le chai

Collection Paloumey

Collection Paloumey

Beaux Cabernets Sauvignon à la veille des vendanges au Ch Lagrange, Saint-Julien

Beaux Cabernets Sauvignon à la veille des vendanges au Ch Lagrange, Saint-Julien

Benjamin Vimal, dir technique de Lagrange na cache pas sa satisfaction sur la qualité de la vendange 2016

Benjamin Vimal, dir technique de Lagrange na cache pas sa satisfaction sur la qualité de la vendange 2016

quelques grappillons abandonnés dans la vigne

quelques en attente d’être vendangées

quelques remontages au Ch Gloria, Saint-Julien

quelques remontages au Ch Gloria, Saint-Julien

en plaine effervescence au chai de Gloria et Saint-Pierre, Saint-Julien

en plaine effervescence au chai de Gloria et Saint-Pierre, Saint-Julien

les derniers Cabernets arrivent au chai de Ch Caronne St-Gemme,Haut-Médoc

les derniers Cabernets arrivent au chai de Ch Caronne St-Gemme,Haut-Médoc

Francois Nony, propriétaire de Ch Caronne St-Gemme, Haut-Médoc

Francois Nony, propriétaire de Ch Caronne St-Gemme, Haut-Médoc

dégustation de premières cuves de merlots, les robes toujours très soutenues (Ch Caronne St-Gemme)

dégustation de premières cuves de merlots, les robes toujours très soutenues (Ch Caronne St-Gemme)

Collection Caronne St-Gemme

Collection Caronne St-Gemme

Derniers Cabernets arrivent au chai de Phélan-Ségur, Saint-Estèphe

Derniers Cabernets arrivent au chai de Phélan-Ségur, Saint-Estèphe, la fin de vendanges s’approche…

 

au chai on ne laisse rien passer, les tries optiques travaillent sans relâche (Phélan-Ségur)

au chai on ne laisse rien passer, les tries optiques travaillent sans relâche (Phélan-Ségur)

Au Ch Charmail, Haut-Médoc CB on sent déjà la fin de vendanges, derniers grappes passent par le tri baies

Au Ch Charmail, Haut-Médoc CB on sent déjà la fin de vendanges, derniers grappes passent par le tri baies

Bernard d'Halluin, propriétaire de Ch Charmail dans son chai

Bernard d’Halluin, propriétaire de Ch Charmail dans son chai, na cache pas sa satisfaction sur la qualité des premiers jus du 2016

Antoine Médeville, oenologue-conseil, copropriétaire de Ch Fleur La Mothe, Médoc CB

Antoine Médeville, oenologue-conseil, copropriétaire de Ch Fleur La Mothe, Médoc CB

en effet 2016 affiche bien sa couleur...

en effet 2016 affiche bien sa couleur… à Fleur-La Mothe

Max de Pourtalès, propriétaire de Ch Doyac, Haut-Médoc CB avec son fidèle compagnon dans la parcelle de cabernets

Max de Pourtalès, propriétaire de Ch Doyac, Haut-Médoc CB avec son fidèle compagnon dans la parcelle de cabernets

Max de Pourtalès cherche toujours du meilleurs, fait quelques expériences en vinification intégrale

Max de Pourtalès cherche toujours du meilleurs, fait quelques expériences en vinification intégrale, 2016 en plaine fermentation

à Doyac la relève est déjà prête, Clémence avec son diplôme DNO en poche travaille aux cotés de son père

A Doyac la relève est déjà prête, Clémence avec son diplôme DNO en poche travaille maintenant aux cotés de son père

étiquette Doyac

étiquette Doyac

2016 nous cache encore des belles surprises...

2016 nous cache encore des belles surprises…

 

Adresses utiles :

http://www.chateaupaloumey.com

http://www.chateau-lagrange.com

http://www.domaines-henri-martin.com

http://www.caronne-ste-gemme.com

http://www.phelansegur.com

http://www.chateau-charmail.fr

http://www.chateaufleurlamothe.fr

http://www.chateaudoyac.fr

http://www.crus-bourgeois.com

 

 

Commentaires fermés sur Echo de vendanges 2016 dans le Médoc… #reportage



%d blogueurs aiment cette page :