vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


La Romanée Conti se mérite… dégustation de 2013 sur fût…
"la porte du Paradis"

« la porte du Paradis… »

C’était une très belle journée de mai, avec un beau soleil et un ciel bleu azur, que demander de plus ? C’est le Jour-J pour mon RDV au Domaine de la Romanée Conti. Il faut dire que ce n’est pas la première fois que je me rends au domaine, mais à chaque fois le sentiment reste le même, je me sens comme une débutante, émue… C’est presque un pèlerinage qui me conduit en silence dans ce lieu qui peut paraître tout à fait ordinaire, mais qui est tout simplement extraordinaire…!

Quand on franchi la porte du domaine, en pénétrant dans la cours, on commence à se sentir diffèrent, complètement habité par ce lieu monastique.

Ancien vendangeoir

Ancien vendangeoir des Moines de Saint-Vivant de Vergy

Moines de Saint-Vivant

La cave (une des caves du domaine) se trouve dans cet ancien vendangeoir des Moines de Saint-Vivant de Vergy. C’est ici que les moines avaient leur cuverie et leurs caves. Le bâtiment et les caves ont été rénovés et mis en service en 2010, et aujourd’hui ces caves abritent pour élevage les millésimes impairs de tous les vins du domaine, dont 2013, celui que je m’apprête à goûter tout à l’heure.

J’essaie tout doucement d’apprivoiser ce lieu, car c’est la première fois que j’allais pénétrer dans cette cave de moines de Saint-Vivant.

Dans le vestibule du bâtiment principal où se trouvait la cuverie au temps des Moines, aujourd’hui transformé en bureaux, je croise Bernard Noblet, maître de chai. C’est avec lui que je faisais des dégustations auparavant. Je comprends qu’il a beaucoup de travail à la cave aujourd’hui : ce sont les soutirages sur le Corton.

Nous allons poursuivre la visite et la dégustation avec Bertrand de Villaine, le neveu de Mr Aubert de Villaine.

Bertrand de Villaine

Bertrand de Villaine raconte cette passionnante histoire des Moines de Saint-Vivant de Vergy…

Il nous met toute suite à l’aise en racontant tout d’abord l’histoire des Moines de Saint-Vivant qui étaient bien à l’origine des vignobles de la Romanée Conti et de la Romanée Saint-Vivant, considérés à juste titre comme les plus grandes vins au monde !

L’Abbaye de Saint Vivant fondée au IXème siècle, devenu Prieuré clusien au XIIème, maintient le souvenir d’une communauté monastique établie à Vergy, il y a plus d’un millénaire. En 1131 ils défrichent « la terre inculte de Flagey et de Vosne », donation du duc de Bourgogne, créant ainsi des terroirs, complétés par quelques rachats de vignes limitrophes (au XIIIème) qui vont devenir la Romanée Conti et la Romanée Saint-Vivant…

la cave de la DRC

l'ancienne cave des Moines de Saint-Vivant

l’ancienne cave des Moines de Saint-Vivant

Aujourd'hui cette ancien cave des Moines abrite les vins du domaine

Aujourd’hui cette ancien cave des Moines abrite les vins du domaine

On franchit à présent la porte de la cave et on pénètre dans le royaume de Saint-Vivent. Dans le calme absolu, la sérénité et une atmosphère monastique, reposent les barriques (pièces) sagement alignées de tous les vins du domaine sur le millésime 2013.

Dans cette partie plus recente de la cave Bertrand expliques

Dans cette partie plus récente de la cave Bertrand de Villaine expliques les aléas climatique de 2013 avant de passer à la pratique, la dégustation…

Bertrand nous explique le millésime avec tous ses aléas climatiques, floraison tardive, coulure, millerandage, printemps catastrophique, climat humide, les pluies qui arrêtent et retardent les vendanges, bref rien ne réjouissant…! A l’arrivée, miracle… Si ce n’est pour les quantités (rendement très faible de 18 hl/ha en moyenne, pour un millésime normal il est de 25 hl/ha), les vins se goûtent parfaitement, rien d’anormal, tout y est, la structure, les fruits, les tannins très nobles, pas de sècheresse, une belle finesse et la fraîcheur. Comme le souligne Bertrand, la nature est vraiment formidable, intelligente. La vigne s’auto protège, elle se régule naturellement à condition de bien la travailler, être vigilant et surtout savoir l’écouter…

Pour la futaille, c’est toujours François Frères à 90%, et bien sûr, toujours la rafle, vendange entière à 70-80% sur 2013.

 

Le temps de la dégustation est arrivé, le silence apparait de nouveau, les papilles se préparent à cet exercice sans pareil…

Bertrand avec sa pipete prélève de barrique en barrique un peu de ce breuvage divin et le met tout doucement dans nos verres… Chacun à sa façon essaie d’apprivoiser ce moment exceptionnel !

Echézeaux 2013 de la DRC

 

Echézeaux (4,6737 ha)

Attaque nette, puissant, note de cerises noires, jolie concentration, tanins serrés, pas d’agressivité, finale fraiche, réglissée.

Grands Echézeaux 2013 de la DRC

 

Grands Echézeaux (3,5263 ha)

Toucher soyeux, petits fruits rouges croquants, framboise, belle profondeur, tanins très fins, élégant, belle acidité en finale.

Romanée Saint-Vivant 2013 de la DRC

 

Romanée Saint-Vivant (5,2858 ha)

Toucher fin, note florale très prononcée, petits fruits rouges acidulés, excellente matière, précis, droit, tanins poudreux, grande élégance et fraicheur en finale.

 

C’est le vin préféré de Bertrand de Villaine, paraît-il. Certes, je peux comprendre, il a une dimension tout à fait différente dans cette partie de la cave qui ressemble étrangement à une petite chapelle secrète de Moines…

Richebourg 2013 de la DRC

 

Richebourg (3,511 ha)

Attaque fraiche, note florale, rose séchée, cerise noire, petite note vanillé (prise de bois peut-être un peu plus importante), structure tannique fine, finale fraiche légèrement mentholée.

la Tâche 2013

 

La Tâche (Monopole de 6,062 ha)

Toucher frais, petite réduction qui s’en va rapidement, note florale, petits fruits rouges, fraise de bois, framboise, tanins nobles, finale toute en longueur, très fraiche.

 

Hélas la production est minuscule en 2013, seulement 13 barriques !

Hélas la production est minuscule en 2013, seulement 13 barriques !

 

La Romanée Conti (Monopole de 1,814 ha)

Toucher très fin, vin presque aérien, note florale avec quelques pétales de rose, petits fruits noirs légèrement acidulés, framboise, tanins poudreux, soyeux, vin d’une grande élégance et modestie, avec une finale fraiche, délicate et très longue, pureté exceptionnelle d’un pinot noir bourguignon.

Je prends de plus en plus de conscience que c’est un vin de méditation, qui a besoin être apprivoisé toute en douceur.

Je ne cache pas que, quand je le mets en bouche, c’est une vibration qui passe, qui immobilise l’instant présent, c’est une émotion unique et sans pareil, qui me laisse sans voix…

 

Le clocher de l'église de Vosne

Le clocher de l’église de Vosne

Après cette expérience gustative, changement de décor. En traversant le village de Vosne, me voilà dans la cave principale, là où se trouve le chai, là où l’on stocke les précieux flacons et là où sont élevés les millésimes pairs.

la DRC

Le stockage de précieux flacons de la DRC

Le stockage de précieux flacons de la DRC

 

Heureusement, la dégustation n’est pas encore finie. Bertrand de Villaine apporte sous les bras un flacon couvert d’une couche de poussière. Elle sort directement de la cave, c’est la fameuse bouteille mystère, c’est un blanc.

 

C'est la moment de dévoiler la fameuse bouteille mystère

C’est la moment de dévoiler la fameuse bouteille mystère

On essaye de trouver le cru, le millésime, peut-être un Montrachet ? Le Domaine possède une toute petite parcelle de 0,6759 ha, peut être autre chose…?

En réalité, c’est un Bâtard Montrachet 2007 (!), millésime de préciosité, qui a donné d’excellents résultats, explique Bertrand de Villaine.

C’est un vin qui n’est pas du tout commercialisé. Le domaine possède juste 17 ares d’une très vieille vigne de 85 ans qui produit une à deux pièces selon les années.

Ce n’est même pas qualifiable avec des mots d’avoir la possibilité de goûter cette petite merveille !

Attaque fraiche, droit, belle note grillé, noisette, petits bonbons acidulés, ananas rôti, excellent persistance, fraîcheur et grande finesse, longueur sans fin.

 

Encore un grand moment de dégustation…!

 

la Romanée Conti

Je ne peux pas fermer ce chapitre sans faire un grand zoom sur la Romanée Conti :

Au cœur de la Côte de Nuits en plein milieu des climats de Vosne-Romanée, la Romanée Conti est celui dont la réputation est à son juste titre la plus éclatante. Cette minuscule parcelle de vignes de 1,814 ha est une véritable Reine parmi d’autres grands crus qui l’entourent. Sa position toujours considérée comme la plus avantageuse, ni trop haute, ni trop basse (à 260 m d’altitude) parfaitement au milieu pour que le fruit obtienne la plus parfaite maturité. Plus élevée à l’occident, exposée vers le soleil levant, elle capte les premiers rayons du soleil matinal, qui lui procure la plus douce chaleur du jour. Par sa petite taille, ainsi que sa position géographique on aurait pu considérer, que son sol est très homogène. A vrai dire, il est très nuancé entre le haut et le bas de la parcelle. Le sol du bas a une profondeur qui varie entre 30 et 50 cm et repose sur du calcaire à entroques. Le sol du haut est plus profond et repose sur une couche de marne jaune avant d’atteindre le calcaire à entroques. La pierrosité est beaucoup plus importante en haut de la parcelle qu’en bas. Ceci est variable en surface mais surtout en profondeur. En revanche la texture du sol entre le haut et le bas varie très peu, avec 40% d’argiles, 35% de limon et 25% de sable. Le Pinot Noir de type fin et très fin s’y plaît beaucoup et toute cette alchimie fonctionne à merveille pour donner le meilleur d’elle-même.

 

En conclusion, j’évoquerai cette phrase de Mr Auber de Villaine, qui en quelques mots définit parfaitement la philosophie du domaine :

«  Nous sommes les gardiens d’une certaine philosophie du vin et surtout nous sommes soucieux de la perfection des détails », « nous n’avons pas droit à l’erreur… »

 

Et maintenant, il est temps d’aller dans les vignes…

la Romanée Conti

la Romanée Conti

la Romanée Conti

la Romanée Conti, l’un de plus beau paysage da la Côte de Nuits

une future gorget de la Romanée Conti...

une future gorget de la Romanée Conti…

la parcelle de la Romanée Saint-Vivant

la parcelle de la Romanée Saint-Vivant face au village de Vosne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Commentaires fermés sur La Romanée Conti se mérite… dégustation de 2013 sur fût…


Les travaux printaniers dans la parcelle de la Romanée Conti…

La dernière édition de Grands Jours de Bourgogne 2014 c’étaient une occasion en or pour me rendre, comme à l’accoutumé, sur la parcelle de la Romanée Conti. Depuis des nombreuses années, c’est presque mon pèlerinage annuel afin d’observer le développement et éventuel changement dans ce minuscule vignoble de 1,80 ha qui est certainement différent des autres… nul saura jamais pourquoi…? 

Pour changer un peu l’atmosphère après cette  folle semaine de dégustation primeurs 2013 à Bordeaux, arrêtons nous tranquillement en Bourgogne, dans la parcelle de la Romanée Conti…

La vigne est très belle, la taille est faite, labour est fait et maintenant c’est le moment d’attacher les baguettes… Oh comment c’est reposant, on entende juste le sifflement du vent…

et si vous avez encore quelques minutes on continue cette ballade, le petit vent est toujours là… c’est l’une de plus belles perspectives de paysage viticole bourguignon…

Commentaires fermés sur Les travaux printaniers dans la parcelle de la Romanée Conti…


La Romanée Conti dans son repos hivernal… en janvier…
10 janvier 2012, 18:26
Filed under: Bourgogne, la Romanée Conti, Vosne Romanée | Mots-clefs: , ,

Bercée par la douceur hivernale plutôt exceptionnelle pour ce mois de janvier la parcelle de la Romanée Conti se repose et puise ses forces en toute tranquillité. On entends juste un petit vent qui danse dans les rangs, chut ! la vigne dort… 

La Romanée Conti en janvier

Commentaires fermés sur La Romanée Conti dans son repos hivernal… en janvier…


Les saisons à la vigne de la Romanée Conti… avril…

IL y a la Haute Couture, la Haute Gastronomie et pourquoi pas la Haute Viticulture, façonnée sur mesure…

Sous le soleil d’avril la vigne en pleine croissance, elle a environ 3 semaines d’avance…

Le voici 4 ouvrés de la jeune vigne (sur 40 en totalité) dans la vigne de la Romanée Conti en pleine croissance sous le soleil d’avril…


Commentaires fermés sur Les saisons à la vigne de la Romanée Conti… avril…


Mickey de la Romanée Conti…

Je vous présente Mickey, le héros de la Romanée Conti.

Il laboure la vigne avec une patience et une grâce exceptionnelle ! Le sol est travaillé à des différents moments de l’année, du mois ou de la journée, afin de revitaliser la plante et garder l’eau dans le sol. Le labour se fait en fonction de la terre et de son environnement.

« Album de Mickey » dans toute sa splendeur est Là… à apprécier sans modération…!

 

Commentaires fermés sur Mickey de la Romanée Conti…


Les saisons à la vigne de la Romanée Conti…
7 mars 2011, 01:55
Filed under: Bourgogne, la Romanée Conti, Vosne Romanée | Mots-clefs: , ,

La Romanée Conti est une pièce de vigne, un minuscule enclos de 1ha 80ares 50centiares exposé vers le soleil levant au bas d’une pente douce, ce qui lui procure les impulsions de la plus douce chaleur du jour. Le sol est assez profond, la terre végétale s’y accumule et se mêle au calcaire de Prémeaux avec une petite quantité de marnes à Ostrea acuminata.

Un peu d’histoire :
Depuis le XIII° siècle jusqu’au début du XVII°, la Romanée fait partie du domaine religieux du prieuré de Saint-Vivant à Vosne. En 1720 elle passe à la famille de Cronembourg, puis en 1760 le prince de Conti réussit à l’acquérir pour « 80 000 livres et 100 louis de chaine«  et ce malgré les intrigues de Mme de Pompadour qui la convoitait ! C’est alors à ce moment, qu’on a accolé  à son nom celui de cette illustre famille de Conti. A la Révolution, elle est déclarée le bien national et fut vendue le 3 janvier 1795 à Nicolas Defert, un jardinier parisien pour une modeste somme de 112 000 francs. Depuis passée en divers mains. Aujourd’hui cette Reine incontestée appartient à la Société Civile du Domaine de la Romanée Conti (Mr Aubert de Villaine et Mr Henry-Frédéric Roch).

Février/Mars, la taille de printemps : minutieux travail de la taille, 11 demi rangées taillée le matin et 11 taillée dans l’après midi (taille de la journée – 22 demi rangées)

Février, la vigne tout juste labourée par le cheval Mickey

Commentaires fermés sur Les saisons à la vigne de la Romanée Conti…



%d blogueurs aiment cette page :