vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


A la conquête du Brésil viticole…

Campanha, région viticole du sud

Lors de mon tout récent voyage au Brésil pour participer au jury du 8ème Concours National de Vins organisé par le Concours Mondial de Bruxelles, il m’a été offert l’opportunité de découvrir quelques vignobles du pays. J’ai eu la possibilité de visiter le sud en particulier, notamment la région viticole de Campanha. Cette dernière se trouve dans l’état du Rio Grande do Sul, à la frontière de l’Uruguay et de l’Argentine, et compte aujourd’hui 85% du vignoble brésilien.

Mais avant de parler du vignoble, je consacre la première partie de cette chronique au concours.

Cette année, c’était la 8eme édition. Elle s‘est déroulé dans la ville de Santana do Livramento (Companha) à la frontière uruguayenne. Les 17 jurés internationaux venant de 6 pays ont dégusté 163 échantillons mis en compétitions et ont décerné 58 médailles dont 7 Grands Or. Entre les vins blancs, rosés, rouges et la méthode traditionnelle, la compétition s’est avérée très dure. On a pu constater un bon niveau d’ensemble ainsi qu’une belle progression dans la qualité. C’était une expérience très intéressante qui nous a permis de comparer les échantillons venant de régions viticoles peu connu en Europe.

Voici les vignobles qui ont obtenus les Grands Or : Perico, Salton, Suzin, Casa Valduga, Miolo et Don Bonifàcio.

Le vignoble Brésilien au Grand Zoom :

Le Brésil possède plusieurs régions viticoles dans 7 différents états avec environ 80 000ha de vignes. Sa grande majorité, soit 85% du vignoble, se situe au sud du pays à la frontière uruguayo-argentine, dans l’état du Rio Grande do Sul (entre les 29° et 32° parallèles). On dénombre ici quatre grandes régions viticoles : la Serra Gaùcha, la Campanha (la plus grande), la Serra do Sudeste et la Campos de Cima da Serra. Chacune possède un climat et un microclimat différents. Dans le secteur vitivinicole, on constate de plus en plus d’intérêt des propriétaires vis à vis des potentiels viticoles des zones encore non-productrices. Là où la vigne pourrait trouver ses ressources naturelles pour exister.

Valter José Pötter propriétaire du vignoble Guatambu avec ses trois filles

J’ai eu la chance de participer à une toute nouvelle plantation de 2ha de vignes à Dom Pedrito dans le vignoble Guatambu (Companha). Le cœur du vignoble Guatambu se trouve à 15km de cette nouvelle plantation, 20ha de vignes plantées au cœur de la pampa. Le propriétaire du vignoble est avant tout un très grand propriétaire terrien. Sur les 11 000ha de pampa, sa famille élève les chevaux, de la viande bovine et des moutons, et cultive le riz et le soja. Ces différents types de cultures sont très fréquents dans cette région.

Un peu d’histoire :

La vigne a été importée au Brésil par les Portugais au début du XVIème siècle, en 1532 plus exactement. Malheureusement, elle ne s’est pas développée car aucune culture ni pratique viticole locale n’existait à l’époque. Il a fallu attendre un siècle plus tard, quand les premiers vignobles furent plantés en cépage Criolla importé d’Argentine. Dans des années 1830, plusieurs variétés nord-américaines bien résistantes à l’humidité furent importées : comme Isabella, Delaware, Niagara, Duchesse, Seyval Blanc et Coudrerc Noir. Dans les années 1920, les cépages italiens de vinifera comme : Barbera, Bonarda, Trebbiano, Sémillon, Malvasia et Muscat firent aussi leur apparition avec une progression très évidente de Merlot et Cabernet Franc. Les années 1970 constituèrent l’étape suivante avec un grand développement des cépages internationaux : Chardonnay, Cabernet Sauvignon ou encore Sémillon.

Aujourd’hui le Brésil est le troisième producteur de vins d’Amérique du Sud (derrière l’Argentine et le Chili), les cinquième dans l’hémisphère sud (derrière l’Argentine, l’Australie, l’Afrique du Sud et le Chili) et enfin le treizième à l’échelle mondiale.

La consommation du vin au Brésil est encore minime (seulement 2 l par habitant/an) par rapport à son voisin argentin avec 30 l. Cette habitude n’entait jamais vraiment inscrit dans la culture brésilienne. En revanche, chaque année on commence à constater que le marché de la consommation est en hausse (environ 5 l), surtout parmi les classes moyennes et supérieures lesquelles représentent aujourd’hui 48% de la population globale du pays. Chez cette population que le vin remplace la bière et les sodas avant le plus souvent consommés à table.

Gaucho dans la pampa de Campanha

Le voyage en image continue ICI…

Publicités
Commentaires fermés sur A la conquête du Brésil viticole…


Vins de Toscane – Episode 4 – Brunello di Montalcino

Paysage de Brunello avec la vu sur Montalcino

La ballade viticole en Toscane continue : nous voilà dans l’appellation Brunello di Montalcino.

Comte Francesco Marone Cinzano

 

Aujourd’hui, RDV avec Monsieur le Comte Francesco Marone Cinzano, de l’aperitif du même nom mondialement connu, Cinzano.

Un bel homme, jeune quinqua, nous accueille avec son style sport et son élégance innée, puis parle brièvement du Domaine, de la famille, de sa façon d’approcher le travail à la vigne et surtout de ses vins. Pour lui, la dégustation est l’élément le plus important, la vérité se trouve toujours dans le verre… Il nous amène dans une très belle salle de dégustation, spacieuse, claire et entourée de verdure. Tout y est pour apprécier pleinement les fruits de son travail.

Avant de passer à la dégustation en passant au crible toute sa gamme :
GRAND ZOOM sur l’Appellation et et le Domaine Col d’Orcia.

Le Domaine de Francesco Marone Cinzano, Col d’Orcia fait partie de l’appellation Brunello di Montalcino. Il se situe au sud de la commune de Montalcino à quelque 450 m d’altitude. Encore un très beau paysage toscan dont on a du mal à se lasser, avec ses horizons vallonnés tracés par la vigne, les oliviers et les cyprès lesquels font terriblement plaisir à nos mirettes. Ici, les vignes sont surtout en exposition sud, protégées des divers aléas climatiques par le mont Amiata de 1750 m et avec une influence marine grâce à la mer toute proche d’à peine à 35 km. La superficie totale du domaine s’étend sur 540 ha dont 140 ha de vignes entre la rivière Orcia jusqu’à Saint Angelo in Colle, sur un sol très riche en calcaire avec un peu d’argile. Plantés surtout en cépages locaux mais bien évidemment, comme souvent en Toscane, les cépages internationaux sont aussi à l’honneur.

Quelques mots sur les pratiques viticoles du Domaine Col d’Orcia.
Il s’agit d’un site très privilégié en plein milieu d’un parc naturel bénéficiant d’un climat maritime avec la Méditerranée non loin. La vigne a tout pour produire le meilleur d’elle même. La vendange est toujours manuelle, et le vieillissement dans des barriques de chêne majoritairement français avec de longues élevages.

 

La gamme de vins Col D'Orcia

Même si Francesco Marone nous a présenté toute sa gamme, je vais me concentrer uniquement sur ses Brunello di Montalcino.
Brunello di Montalcino DOCG 2006
100% Sangiovese
Ce vin nécessite 4 années d’élevage dont 3 dans les fûts de chêne et une année en bouteille avant d’être commercialisé.
Ce vin m’a séduit avec une petite note tertiaire, texture soyeuse avec des tannins ronds, quelques notes épicées, avec une finale fraiche et une touche de salinité.
Brunello di Montalcino Riserva DOCG 2005
100% Sangiovese
Ce vins il a les mêmes règles d’élevage que son précédent avec un délai un peu plus longue, 4 années de fût et 2 années en bouteille pour son affinage avant sa mise en marché.
Vin lisse et soyeux, mais il manque un peu de profondeur, légère structure tannique est là, son petit coté salin on retrouve aussi en gardant bien son coté minéral sur sa finale.
Brunello di Montalcino Riserva « Poggio Al Vento » 1998 DOCG
Notre Comte fait aussi le parcellaire, les vignes plantées en 1974 sur une altitude de 350 m, toujours 100% de Sangiovese avec un rondement de 40hl/ha, vin subit le même traitement que son précédent avec 4 années de fût et 2 année en bouteille pour son affinage, aujourd’hui parfaitement à l’apogée, structure tannique ronde, notes de tabac avec une pointe minérale en finale.
Brunello di Montalcino DOCG 1991
100% Sangiovese
On arrive à un vin hors normes, avec le même élevage réglementaire de 4 années dont 3 en fût, nous sommes en présence d’un vin élégant avec de notes tertiaires, tanins fins et fluides, il garde bien sa petite minéralité en finale, certes c’est un vin avec son style « automnale » en harmonie avec son millésime.

 

Le voici : Col d’Orcia en image, la visite c’est ICI…

Commentaires fermés sur Vins de Toscane – Episode 4 – Brunello di Montalcino


Vins de Toscane – Episode 3 – Les chais d’exception – Petra

La ballade toscane continue : en route vers la Toscana Maritima dans les vignobles de Suvereto.

Chai Petra, arch. Mario Botta

En arrivant par un petit chemin méandré d’une vaste étendue de vignes, tout à coup on aperçoit une espèce d’OVNI accroché à la pente entouré de vignes au milieu de nul part. L’image est très surprenante, comme sortie d’un tableau surréaliste. En s’approchant, on commence à distinguer un cylindre en pierre avec deux ailes à arcades face à la mer, lesquelles accrochent les derniers rayons de soleil avant que celui-ci n’aille se coucher. Très vite on apprivoise cette construction sans pareil. Malgré son stoïcisme et monumentalité, on la trouve même très accueillante.

Le voici, nous sommes devant le chai de Petra, une construction extraordinaire, l’œuvre du célèbre l’architecte suisse Mario Botta. Le cylindre central en pierre avec sa couronne circulaire parsemé d’oliviers orne la colline entière. Le niveau supérieur est réservé à la production avec son cuvier par gravité. Dans sa profondeur, la place est réservée au chai à barriques et, dans un long tunnel percé dans la montagne, on trouve encore deux rangés de barriques sagement alignées. Pour donner au chai Petra une image spécifique et non conventionnelle, Mario Botta a choisi de créer un symbole puissant dans le paysage en le redessinant à sa manière d’une façon très convaincante.

 

Petra, cuves par gravité au sol

PETRA – sa carte d’identité :

Lieu –  Toscana Maritima, San Lorenzo Alto, Suvereto

100 ha de vignes en IGT Toscana et Val du Cornia

2000 oliviers sur 10 ha

Propriété de la famille Moretti

Chai construit par Mario Botta (architecte suisse né en 1943) de 2001 à 2003

Petra, terroirs et les vins

 

DEGUSTATION :

Alto 2006 IGT Toscana
100% Sangiovese
Elevage en demi-muids (600l) pendant 18 mois + 18 mois de blle, production 2650 blles
Touché de bouche très lisse, notes épicés, avec une belle salinité, tannins soyeux.

Quercegobbe 2007 IGT Toscana
100% Merlot
Une partie élevée en demi-muids, une partie en barriques 2°vin pendant 15 mois + 10 mois de blle
Nez fumé, en bouche grande complexité aromatique, épices, fruits noirs, notes balsamiques, structure tannique d’une grande élégance avec une finale minérale, fraicheur.

Petra 2007 IGT Toscana
70% Cabernet Sauvignon, 30% Merlot
Elevage en barriques 50% neuves pendant 18 mois + 18 mois de blle
Vin d’une grande concentration, complexe et riche, touche de bouche velouté, notes de fruits noirs, épices, chocolat, torréfaction, tannins gras, élégants, très belle fraicheur avec salinité, grande classe !

D’autres vins produits par Petra :
Potenti IGT Toscana, 100% Cabernet Sauvignon
Zingari IGT Toscana, Merlot, Syrah, Petit Verdot, Sangiovese
Ebo Val di Cornia DOCG Suvereto, Sangiovese, Merlot, Cabernet Sauvignon
Agelo di San Lorenzo (Moelleux), Malvasia, Trebbiano, Clarette, Vermentino

Visitez PETRA en un seul CLIC…

Commentaires fermés sur Vins de Toscane – Episode 3 – Les chais d’exception – Petra


Vins de Toscane – Episode 2 – Vino Nobile di Montepulciano

 

Paysage de Montepulciano avec ses vignes, ses collines et ses castellos

C’est avec une joie immense que je découvre, ou plutôt redécouvre le paysage de Montepulciano très caractéristique de cette Toscane viticole. C’est un tableau renaissance, doux en couleurs avec ses collines et ses castellos, ses cyprès et ses champs d’oliviers, sans oublier bien évidemment la reine de cette région : la vigne !

Grand Zoom sur l’Appellation

Vino Nobile (Vin Noble) puise ses origines au XIV° siècle. C’est un vin rouge d’une grande qualité,produit uniquement sur une toute petite partie de la commune de Montepulciano. A l’origine, il était produit et consommé par les familles de la noblesse locale, d’où il puise probablement son nom de « vin noble ». Il se compose à 70% minimum de Sangiovese qu’on appelle localement « Prugnolo Gentile », et doit vieillir au moins deux ans (et même trois pour la mention Riserva) avant sa commercialisation.

 

Nicolo de Ferrari dans son chai au Domaine Poderi Boscarelli

 

Sur la colline de Cervognano du Montepulciano à 300m d’altitude, nous faisons une halte au Domaine Poderi BascarelliNicolo de Ferrari, propriétaire du lieu nous accueille devant son chai avec une grande gentillesse et, à vue d’œil, une certaine timidité. Il présente le domaine, montre ses vignes sur la colline, explique la philosophie de la maison. Aujourd’hui il travaille avec sa mère Paola et son frère Luca sur 14ha de vignes entièrement rénovées et plantées à 80% en Sangiovese avec quelques cépages locaux (cannaiolocolorinomammolo), sans oublier un peu de Merlot et de Cabernet, toujours très à la mode dans des assemblages.

Ce qui m’a tout de suite séduit chez Nicolo, c’est son coté « artiste ». Tout ce qu’il touche, il le transforme en oeuvre d’art. Il sait donner une seconde vie à un objet considéré au départ très banal et qui grâce à lui se transforme en un objet artistique qui colle parfaitement à son personnage. Les vieilles barriques deviennent des meubles ultra design, les étiquettes de ses vins constituent de tableaux abstraits, les morceaux de bois trouvés dans les vignes sont transformés en belles sculptures qui décorent le chai, et j’en passe… Car dans chaque coin on trouve des objets plus qu’insolites passés par les mains artistiques de Nicolo, lequel ajoute une dimension supplémentaire à son univers viticole.

 

Et si on passait à la dégustation maintenant…

La gamme de vins du Dom Poderi Boscarelli

Vino Nobile de Montepulciano 2007
(85% Sangiovese10% Cannaiolo3% Mammolo2% Colorino), production env. 55 000 blles, fermentation dans des barriques de différentes tailles, élevage 18 mois dans des barriques de chêne, tannins très serrés, très bonne minéralité et fraicheur, vin complexe, encore jeune.

Vino Nobile de Montepulciano Riserva 2006
(90% Sangiovese10% Merlot et CS), production 10 000 blles, élevage 24 mois dans des barriques de chêne, très bonne structure tannique, tient bien en bouche, avec toujours une bonne minéralité.

Vino Nobile de Montepulciano Nocio 2005
(100% Sangiovese), cuvée spéciale produit sur 4ha à 6000 blles, touché de bouche très délicat avec des tannins ronds et élégants, toujours une excellente fraicheur et minéralité qui caractérise tous les vins du domaine.

Montepulciano avec ses vignes et la visite du Domaine Poderi Boscarelli en un seul Clic…

Commentaires fermés sur Vins de Toscane – Episode 2 – Vino Nobile di Montepulciano


La Vallée d’Aoste et ses vins.
25 février 2010, 20:32
Filed under: Vins étrangers, Vins de la Vallée d'Aoste | Mots-clefs: ,

 

 

Quelques vins de la Vallée d'Aoste

 

La Vallée d’Aoste est surtout connue pour la joie de sports d’hiver et ces beaux paysages, beaucoup moins pour ces vins. Cette petite région viticole située au coeur des Alpes au pied de Mont Blanc, bénéficie de conditions climatiques, de caractéristiques des terrains grâce à leurs exposition pour faire une parfaite viticulture de montagne. Depuis 50 ans la région investi et met tout en oeuvre pour préserver et développer la culture de la vigne. La viticulture valdôtaine joue un rôle économique et sociale très important, la vigne fait partie intégrante du paysage, composé de montagnes, de pâturages et de glaciers.

 

La Région Autonome de la Vallée d’Aoste a été une des premiers en Italie à avoir obtenu en 1985 une Appellation d’Origine Contrôlée (AOC). Le terroir, l’effort et la qualité de travail de vignerons ont été justement récompensés.

Aujourd’hui, la Vallée d’Aoste est représentée par sept sous-dénominations régionales: le Blanc de Morgex et de la Salle, l’Enfer d’Arvier, le Torrette, le Nus, le Chambave, l’Arnad Montjovet, le Donnas et par des sous-appellations en référence de cépages : Chardonnay, Cornalin, Fumin, Gamay, Mayolet, Merlot, Muller Thurgau, Picotendro, Petite Arvine, Petit Rouge, Pinot Blanc, Pinot Gris, Pinot Noir, Prëmetta et Syrah.

La production de vins est plus en plus qualitative, mais toujours très modeste en quantité. La Région produit environs 2 millions de bouteilles, elle compte 6 petites caves coopératives et 25 producteurs privés. Cette faible production de la Vallée d’Aoste est due à la petite dimension de cette région, l’altitude (jusqu’au 1300 m) et la configuration du vignoble.

Grâce aux cépages autochtones les vins valdôtains sont uniques, non standardisés, qui traduisent en bouteille leurs paysage alpin à la fois sauvage et merveilleux.

La dégustation et une belle découverte de quelques vins de la Vallée d’Aoste :

 

– Cave du Vin Blanc de Morgex et de la Salle, MC Brut, Valle d’Aosta DOC, 2007

– Frères Gosjean, Pinot Gris Vigne Creton, Valle d’Aosta DOC, 2007

– CoEnfer, Enfer D’Arvier Classico, Valle d’Aosta DOC, 2007

– Les Crêtes, Syrah Côteau La Tour, Valle d’Aosta DOC, 2007

– L’Atouéyo di Saraillon Fernanda, Fumin, Valle d’Aosta DOC, 2007

– Institut Agricole Régional, Fumin, Valle d’Aosta Doc, 2007

– La Crotta di Vegneron, Chambave Moscato Passito Prieuré, Valle d’Aosta DOC, 2007

Mon Coup de Coeur parmi les 8 vins dégustés :

 

Torrette Superieur Valle d'Aosta DOC 2007

 

Feudo di San Maurizio, Torrette Supérieur, Valle d’Aosta DOC 2007 

 

Produit dans la commune de Sarre, l’une de plus ensoleillée du centre de la vallée, sur le sol moranique – sablonneux, vigne âgée de 15 ans planté à 600 m, vinification et élevage en foudres de rouvre pendant 12 mois. 

Assemblage de Petit Rouge (90%) et de Syrah (10%) donne un vin intéressant avec une robe très profonde, bouche riche et danse avec de notes de fruits rouges et noirs, doté d’une bonne minéralité, sa finale est fraîche et élégante, vin qui ne fatigue pas.

Commentaires fermés sur La Vallée d’Aoste et ses vins.



%d blogueurs aiment cette page :