vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


L’Ardèche, un autre pays « divin », l’Art d’Être
30 juillet 2010, 16:03
Filed under: Vins de L'Ardèche | Mots-clefs: , , ,

 

 

Ch de la Selve, Cuvée Madame de 2009, VDP des Coteaux de L'Ardèche, 100% Viognier

 

Carte d’identité d’une région viticole haut en couleurs, tout en saveurs et généreuse.

La période estivale l’incite les amateurs à prendre les routes des vignobles. Les régions viticoles à forte identité touristique sont pris d’assaut, on visite des vignobles comme on visite des cathédrales ou des châteaux forts, disent les habitués de cette expérience plus que sympathique.

De Privas à Saint-Just, de Saint-Just à Aubenas en passant par Saint-Sauveur-de Cruzières on découvre l’Ardèche, la région où la diversité des paysages, le mariage de l’eau et de la terre crée inoubliables sculptures, où on trouve un berceau incomparable pour l’épanouissement de la vigne. Une région viticole très touristique connue pour son hospitalité, où les vignerons sont en communion parfaite avec la terre.

Aujourd’hui le vignoble d’Ardèche méridionale couvre 10 500 ha, des Cévennes à la Vallée du Rhône avec 1700 vignerons organisés en 23 caves coop et 70 caves particulières. Région riche avec trois appellations : AOC Côtes du Vivarais, IGP Ardèche – VDP des Coteaux de l’Ardèche et AOC Côtes du Rhône et Côtes du Rhône Village. En ce qui concerne les cépages, on trouve toute la gamme sudiste, ainsi que le chardonnay, le sauvignon, le cabernet et merlot. Il faut s’arrêter plus longuement sur Le Chatus, cépage local complétement oublié, ressurgi depuis seulement quelques années.

 

 

 

Chatus 2007, VDP des Coteaux de L'Ardèche, Dom. du Grangeon à Rosières

 

ZOOM sur Le Chatus

Le Chatus est un cépage rouge tardif typiquement cévenol, profondément ancré dans le patrimoine viticole ardéchois. Dans la classification botanique, le Chatus est une variété européenne puisqu’il appartient au genre et à l’espèce « Vitis Vinifera ». Il apparaît comme l’un de plus anciens cépages français. Au XIXème siècle il est principalement cultivé sur les terroirs légers et gréseux de la bordure cévenole du Bas-Vivarais (d’Aubenas à Bessèges) où il constitue la majorité de l’encépagement. La crise du phylloxéra dans les années 1880 détruit la quasi totalité du vignoble. La reconstruction se fait ensuite avec des variétés mieux adaptées à la production des vins de table. Dès 1880 à 1940, seuls les vignerons de Vernon ont successivement greffé des Chatus sur des vignes américaines. Cependant, lorsqu’un nouveau répertoire des cépages français est réalisé en 1950, le Chatus n’est pas déclaré, donc pour l’administration le cépage et le vin ont complètement disparu. Il faudra de nombreuses années, beaucoup de volonté pour que l’administration reconnaisse à nouveau le cépage Chatus. Aujourd’hui on a délimité son aire de production sur les « faïsses » du Trias cévenol avec un cahier de charges établie pour un rendement de 50hl/ha avec la création d’une parcelle conservatoire à Rosières. Le Chatus compte aujourd’hui une cinquantaine d’hectares avec seulement 2 ha plantés en 1888. Environ 1000 hectolitres de vins sont produits chaque année par une trentaine de vignerons, 2/3 de la production est vendue uniquement dans le département. Le Chatus est un vin de garde par excellence, il commence à s’exprimer à partir de la troisième année en donnant toute ses capacités entre cinq et dix ans. Les vins sont puissants et riches en tannins, dotés d’une bonne structure, avec des notes réglissées et une bonne longueur. La consommation du Chatus a été rendu possible grâce à une bonne identification de terroirs et aux techniques très modernes de vinification.

Publicités
Commentaires fermés sur L’Ardèche, un autre pays « divin », l’Art d’Être



%d blogueurs aiment cette page :