vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Bordeaux : primeurs 2016 #1 Grand zoom sur la météo…

Dégustations primeurs 2016 à Hangar 14

Comme chaque année les primeurs est une manifestation incontournable pour les professionnels du vins qui se donnent le rendez-vous à Bordeaux afin de déguster le dernier millésime. Cette année c’est le millésime 2016 qui a attiré plus que 6000 professionnels venus de quatre coins du monde pour déguster et noter ce dernier né. Depuis plus que 30 ans, UGCB (Union des Grands Crus de Bordeaux) organise ces dégustations qui attirent chaque année plus en plus de professionnels. C’est une campagne unique dans son genre, car les professionnelle achètent les vins qui sont encore en élevage, qui serons disponibles et livrables dans deux ans ou même plus pour certains.

 

Vendange 2016, dernière parcelle de Cabernet Sauvignon prête à être vendangé au Ch Lagrange, Saint Julien

Avant d’’avancer dans cette chronique primeurs 2016 avec les notes, les coups de coeur etc, il faut avant tout décortiquer en détail ce millésime, le millésime qui a fait tellement parlé de lui.

Il est toujours très délicat, sans risquer de tomber dans un optimisme précoce, d’annoncer deux grands millésimes consécutifs : le 2015 et celui de 2016, millésime qui nous intéresse plus particulièrement aujourd’hui.

Pourtant, c’est incontestable, le 2016 est une remarquable réussite à Bordeaux, conciliant la qualité et le quantité, dans un style classique du bordelais.

 

On a tout entendu sur ce millésime qui restera sans doute dans les anales : millésime miracle, millésime de la dernière chance, millésime de tous les extrêmes, bref le millésime qui n’a surement pas encore dit son dernier mot.

 

Vendange 2016, derniers magnifiques Cabernets Sauvignon récoltés 21 octobre à Phélan Ségur, Saint Estephe

Ces deux grandes millésimes consécutifs comme 2015 et 2016 partagent plus ou moins nettement les vins de bordeaux en deux rives, pour le millésime 2016 on parle plus tôt que c’est un millésime de la Rive gauche, millésime tardif, millésime de grands cabernets sauvignon, surtout du nord de l’appellation sur les terroirs plus froids et plus propices pour le cabernets comme à Pauillac et  à Saint-Estèphe, sachant que ce millésime est dans sa globalité très homogène, tandis que le millésime 2015 on va l’associer plus facilement avec les maturités de la Rive droite, avec les maturités plus précoces de grands Merlots.

 

Je laisse la parole à Philippe Dhalluin, DG de vignobles Baron Philippe de Rothschild pour une brève analyse du 2016 : 

Avant d’examiner plus en détail l’effet des conditions climatiques en 2016 sur la physiologie de la vigne et la composition des raisins, il faut rappeler les principes fondamentaux qui gouvernent la qualité des récoltes à Bordeaux.

La réussite d’un millésime de vin rouge est soumise à une succession de cinq conditions essentielles :

1) et 2) une floraison et une nouaison relativement rapides et homogènes sous un climat assez chaud et pas trop arrosé pour assurer une bonne fécondation et prédisposer à une maturité homogène.

3) une contrainte hydrique s’établissant progressivement grâce à un mois de juillet chaud et sec, provoquant le ralentissement puis l’arrêt définitif de la croissance au plus tard au début de la véraison (changement de couleurs de la grappe).

4) une maturation complète des différents cépages grâce à des mois d’août et septembre suffisamment secs mais sans chaleurs excessives.

5) un beau temps, moyennement chaud et faiblement arrosé pendant les vendanges, permettant d’attendre la maturité optimum de chaque parcelle sans redouter la dilution, la pourriture, ou la perte des arômes fruités.

 

Zoom sur la météo du 2016 à Bordeaux

 

Je laisse la parole à Thomas Duclos, oenologue-conseil, Oenoteam à Bordeaux qui résume brièvement le millésime 2016 : 

 

 

Le printemps incroyablement pluvieux et préoccupant pour les vignerons (pression des maladies cryptogamiques), s’est plus tard avéré providentiel. Les réserves en eau du sol, largement reconstituées, ont permis à la vigne de résister aux conditions exceptionnellement sèches et chaudes de l’été. La maturation des raisins s’est ensuite achevée sous un climat plus clément, très peu pluvieux, beau et relativement chaud, avec des nuits fraîches. Inespéré, inhabituel à Bordeaux, ce qui a permis de récolter des raisins colorés, aromatiques, d’une très belle acidité.

 

 

Les meilleurs terroirs de blancs de Bordeaux, calcaires, argilo-calcaires ou gravelo-argileux, ont préservé la vigne d’un stress hydrique à la fois trop précoce et trop intense. Sur ce type de sols, les raisins de sauvignon ont conservé une fraîcheur aromatique et une acidité surprenantes. Les sémillons sont très réussis, charnus et tendres.

 

Pour les liquoreux :

Les conditions climatiques estivales sèches et chaudes du 2016, ont également permis d’atteindre, avant tout développement de Botrytis, une parfaite maturité des raisins de Sauternes et Barsac. C’est une condition indispensable à la qualité des vins liquoreux. Deux courts, mais significatifs épisodes pluvieux ont initié le développement de la pourriture noble à partir de mi-septembre. Ils ont été suivis d’un retour à des conditions anticycloniques, favorables à la concentration des raisins. Les vendanges, très étalées cette année, ont ainsi débuté la deuxième quinzaine de septembre pour s’achever début novembre.

Je laisse la parole à Pierre Lurton (DG de Cheval Blanc et d’Yquem) qui résume parfaitement les conditions climatiques du 2016 à Sauternes, tout particulièrement à Yquem :

 

 

Contrairement au 2015 particulièrement sec et ensoleillé, le 2016 a débuté par trois mois de pluies excédentaires avec un cumul avoisinant les 500 mm contre les 230 mm enregistrés en moyenne lors des 30 dernières années.

Malgré ce temps gris et pluvieux, la température est restée supérieure de près de 2°C aux normales saisonnières, faisant de l’hiver 2016 le plus doux jamais enregistré depuis le début des relevés. Aucune température négative n’a été affichée pendant la journée avec seulement cinq jours de gels qui ont été enregistrés.

 

Dans ces conditions, les premiers signes de la reprise végétative (bourgeons gonflés) apparaissent fin février, laissant craindre une extrême précocité. Mais à partir du 20 février, les températures se rapprochent des normales et deviennent même déficitaires dans la seconde décade de mars.

 

Les faibles températures de mars et l’engorgement des sols dû aux fortes précipitations de début d’année retardent le débourrement. Les premiers bourgeons ont ainsi éclos la dernière semaine de mars, une semaine plus tôt que la normale, plus précocement qu’en 2010, 2012, 2013 ou 2015 mais plus tard qu’en 2011 et 2014.

 

 

Conclusion :

 

Vins rouges exceptionnels, les blancs savoureux, les liquoreux persistants, frais et gourmands.

 

Les vins rouges que j’ai pu dégusté si bien sur la Rive droite que la Rive Gauche à la fin de vendanges toute de suite après les fermentations, au début d’élevages s’annonçaient déjà exceptionnels. Après ces quelques mois d’élevage supplémentaires les rouges sont étonnamment colorés, fruité, sans aucune pointe végétale, mûrs, structurés, avec une belle texture, avec une puissance tannique nette, doté d’une grande élégante, tous avec une fraicheur exceptionnelle, avec des niveaux d’acidité assez élevé, formidablement équilibrés, avec une buvabilité exceptionnelle, tout est en place pour une longue garde.

 

Les vins blancs secs de 2016 sont fruités et savoureux, moins acides que ceux des 2015, 2014 ou 2013, ils sont bien équilibrés. Les sémillons, particulièrement réussis dans ce millésime, apportent la chair et le moelleux sans alourdir l’ensemble.

 

Les grands vins de Sauternes et Barsac sont extrêmement purs, confits et très riches, leur style s’exprime plus dans la puissance et la fraicheur que dans l’éclat aromatique des fruits.

Sauternes 2016 avec sa diversité de robes

 

 

A suivre dans les prochaines chroniques les notes, les appréciations et les coups de coeur de primeurs  2016 à Bordeaux… 

 

Adresses utiles :

http://www.ugcb.net

http://www.grandcercle.fr

http://www.derenoncourtconsultants.com

http://www.oenoteam.com

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Commentaires fermés sur Bordeaux : primeurs 2016 #1 Grand zoom sur la météo…


Top Chrono pour la 6e Edition « Carte sur Table 2017″…

Le mois de Mars joue la Carte sur Table avec des Grands Bordeaux à prix doux…

Premières Grands Crus Classés à prix cavistes

Premiers Grands Crus Classés à prix cavistes

Top Chrono pour la Sixième édition « Carte sur Table 2017 »

Des vins inédits avec une majorité de bouteilles autour de 100 € (de 35 euros pour Ch Guiraud 1997 en 50cl à 520 euros pour Lafite Rothschild 2004) à prix caviste sur table du 1 au 31 Mars.

Lancée en 2011 par Jean Moueix pour DUCLOT LA VINICOLE, cette opération offre aux amateurs, pendant un mois, l’opportunité d’apprécier une sélection de grands Bordeaux épanouis, à prix caviste, sur des tables entoilées comme dans des brasseries et bistrots, tous soigneusement sélectionnés pour opération.

Devant le succès de l’opération en 2016 entendue à quelques adresses en province, cette sixième édition de CARTE SUR TABLE intègre une sélection de restaurants du Sud-Ouest et du Sud-Est, quant aux grandes tables parisiennes, elles sont une vingtaine à participer. Soit au total 27 établissements pour ce Grand rendez-vous de Grands bordeaux.

CARTE SUR TABLE 2017 dévoile sa sélection de 15 vins issus des meilleurs terroirs des deux rives, depuis le millésime 1996 jusqu’au 2013, avec une offre de service au verre proposée par chaque restaurant.

L’occasion pour les amateurs de se faire plaisir avec plusieurs accords mets-vins différents au cours du repas. La majorité des vins de cette sélection se situe autour de 100 € la bouteille sur table.

Chacun pourra ainsi déboucher ces grands crus de Bordeaux prêts à boire et apprécier à prix caviste et sublimés dans chaque établissement par la cuisine de grands chefs.

Voici la liste de 15 crus participant à l’opération et son prix sur table :

Château Pape Clément 2013, Pessac-Léognan Blanc 130 euros

Château Canon 2008, Saint-Émilion Grand Cru – 1er Grand Cru Classé B   90 euros

Château Gazin 2012, Pomerol   90 euros

Château Haut-Bailly 2008, Pessac-Léognan Rouge – Cru Classé de Graves   110 euros

Château Haut-Brion 2007, Pessac-Léognan Rouge – 1er Cru Classé   490 euros

Château Palmer 2007, Margaux – 3ème Cru Classé   230 euros

Château Rauzan-Ségla 2002, Margaux – 2ème Cru Classé   90 euros

Château Talbot 2003, Saint-Julien – 4ème Cru Classé   95 euros

Château Grand-Puy-Lacoste 2005, Pauillac – 5ème Cru Classé 140 euros

Château Pontet-Canet 2008, Pauillac – 5ème Cru Classé   110 euros

Château Mouton Rothschild 2004, Pauillac – 1er Cru Classé   490 euros

Château La te Rothschild 2002, Pauillac – 1er Cru Classé   520 euros

Château Montrose 2008, Saint-Estèphe – 2ème Cru Classé   110 euros

Château Climens 1996, Barsac – 1er Cru Classé   100 euros

Château Guiraud 1997, Sauternes – 1er Cru Classé – la bouteille 50cl.   35 euros

Adresses utiles :

Pour trouver les informations sur tous les établissement participants :

http://www.cartesurtable.fr

 

PORTFOLIO

Grand Puy-Lacoste 2005 à 140 euros

Grand Puy-Lacoste 2005 à 140 euros

Montrose 2008 à 110 euros

Montrose 2008 à 110 euros

Palmer 2007 à 230 euros

Palmer 2007 à 230 euros

collection

collection de 90 à 110 euros la bouteille

Lafite 2002 le plus cher de la collection à 520 euros

Lafite 2002 le plus cher de la collection à 520 euros

Haut Brion 2007 à 490 euros

Haut Brion 2007 à 490 euros

Mouton 2004 à 490 euros

Mouton 2004 à 490 euros

Gazin 2012 à 90 euros Canon 2008 à 110 euros

Gazin 2012 à 90 euros Canon 2008 à 90 euros

Trilogie de la rive gauche

Trilogie de la rive gauche

Climens 1996 à 100 euros Guiraud 1997 à 35 euros

Climens 1996 à 100 euros Guiraud 1997 à 35 euros

Carte sur Table edition 2017

Carte sur Table edition 2017

 

Commentaires fermés sur Top Chrono pour la 6e Edition « Carte sur Table 2017″…


Mouton 2014 by David Hockney…

La collection des étiquettes du Château Mouton Rothschild s’enrichit d’une œuvre nouvelle celle pour le Millésime 2014 dessinée par le peintre anglais David Hockney.

etiquette-specimen-ch-mouton-rothschild-2014Depuis 1945, un grand artiste illustre chaque année l’étiquette de Château Mouton Rothschild.

Rappel :

En 1945, pour célébrer la paix reconquise, Le Baron Philippe décida de couronner l’étiquette du millésime par le « V » de la Victoire, dessiné par le jeune peintre Philippe Jullian. D’une circonstance exceptionnelle naquit une tradition, et à partir de 1946, tous les ans, un artiste diffèrent fut invité à créer une ouvre originale pour l’étiquette. Au début, le Baron Philippe choisit les peintres parmi ses amis personnels : Jean Hugo, Léonor Fini, Jean Cocteau… En 1955, Georges Braque accepta d’illustrer le millésime. Il fut alors rejoint par les plus grands créateurs de notre époque : Dali, César, Miró, Chagall, Picasso, Warhol, Soulages, Bacon, Balthus, Tàpies, Jeff Koons... Ainsi, se constitue une passionnante collection à laquelle s’ajoute une ouvre nouvelle, celle de David Hockney pour le millésime 2014.

David Hockney, Los Angeles, 9th March 2016 © David Hockney Photo Credit: Jean-Pierre Gonçalves de Lima

David Hockney, Los Angeles, 9th March 2016
© David Hockney
Photo Credit: Jean-Pierre Gonçalves de Lima

L’illustration du millésime 2014 a été confiée au peintre anglais David Hockney, né en 1937 qui est l’un des plus grands artistes anglais de notre temps, issu du Pop Art, il maîtrise les techniques les plus modernes et s’inscrit dans la tradition figurative.

Elève du Royal Collège of Art de Londres, il en sort diplômé d’une médaille d’or en 1962 et sa carrière connait un succès immédiat. L’année suivante, il rencontre Hopper et Warhol aux Etats-Unis, où il découvre le Pop Art. A partir de 1966 il s’installe et vit à Los Angeles.

David Hockney était un ami personnel de la Baronne Philippine de Rothschild, disparue en 2014, et à laquelle son dessin rend hommage.

Entourés de rayons, signes à la fois d’émotion et d’émerveillement, deux verres, l’un vide et l’autre plein, nous racontent l’attente fébrile puis le miracle toujours recommencé de la naissance d’un grand vin : Château Mouton Rothschild, dont la Baronne Philippine fut si longtemps la bonne fée…

A propos :

Château Mouton Rothschild conduit au sommet par deux personnalités d’exception, le Baron Philippe de Rothschild (1902-1988) puis sa fille la Baronne Philippine (1933-2014).

Aujourd’hui le Château appartient aux trois enfants de la Baronne Philippine : Camille Sereys de Rothschild, Philippe Sereys de Rothschild, Président du Conseil de surveillance de la société familiale Baron Philippe de Rothschild chargée de la gestion du Château, et Julien de Beaumarchais de Rothschild. Tous les trois unis dans la fidélité à l’œuvre de leur grand-père et de leur mère.

Millésime 2014 vu par Philippe Dhalluin, DG

Commentaires fermés sur Mouton 2014 by David Hockney…


Château Clos de Boüard, nouveau projet familial by Coralie de Boüard…
Clos de Boüard juste avant les vendanges

Clos de Boüard juste avant les vendanges

Premières vendanges 2016 au Château Clos de Boüard, un nouveau projet d’ambition et de transmission familiale dirigé par Coralie de Boüard avec son mari Loïc Maillet.

Coralie de Boüard rachète la propriété Tour Musset à Castel Frères sur l’appellation Montagne Saint-Emilion, qu’elle nome Château Clos de Boüard.

Vue générale sur les vignes

Vue générale sur les vignes

Château Clos de Boüard possède un terroir bien exposé, de 30 hectares, sur la commune de Parsac, historiquement réputée pour la richesse et la qualité de ses terroirs exceptionnels argilo-calcaire.

Située à proximité de Grands Crus Classés et assimilés de Saint-Emilion : les châteaux Fombrauge, Rocheyron, Croix de Labrie, Château Louis, Valandraud, Troplong Mondot.

La propriété bénéficie d’une biodiversité et d’un éco-système privilégies avec une forte présence de vieilles vignes.

Des investissements de restructuration du vignoble sont en cours afin d’élaborer des vins de grande qualité, des vins signature du savoir-faire et de l’expertise familiale.

Coralie prepare les barriques pour la fermentation

Coralie prepare les barriques pour la fermentation

A propos de Coralie :

Coralie de Boüard est née en 1980, elle a passé son enfance à Saint-Émilion au Château Angélus. Dès son très jeune âge, Coralie accompagne son père dans les chais et dans les vignes, se familiarise et passionne pour tous les processus de la vigne au vin.

Pendant 10 ans elle travaille aux côtés de son père Hubert de Boüard au Château Angélus pour s’occuper de la communication, du marketing et des ventes.

Puis en 2012, elle prend la direction du Château La Fleur de Boüard acquis par la famille en 1998.

Coralie de Boüard vigneronne engagée, passionnée, enthousiaste, créatrice, fière de transmettre sa passion et ses valeurs familiales avec Château Clos de Boüard.

Carte d’identité de Château Clos de Boüard

30 ha de vignes en appellation Montaigne Saint Emilion

Sol argilo-calcaire

Vignes de 35 ans

Cépages : Merlot (19 ha 62) Cabernet Franc (7 ha 34) Cabernet Sauvignon (2 ha 59)

Elevage 18 à 24 mois dans les barriques chêne français 50% neuves

Œnologue conseil Hubert de Boüard de Forest

PORTFOLIO

Première vendange au Clos de Boüard

img_8640

img_8664

img_8669

fullsizerender

Commentaires fermés sur Château Clos de Boüard, nouveau projet familial by Coralie de Boüard…


Bordeaux primeurs 2015 #2 My TOP Rive Droite…
Marathon des dégustations primeurs 2015

Marathon des dégustations primeurs 2015

Saint-Emilion avec son plateau calcaire

Saint-Emilion avec son plateau calcaire

On a entendu assez fréquemment que le 2015 se trouve dans la lignée du 2009 et 2010 : on retrouve certains équilibres du 2009 avec des acidités basses, pas de notes végétales, pour la puissance tannique, la fraîcheur on retrouve les équilibres du 2010. Certains château ont même dépassé en qualité ces deux grands millésimes. Les vins de la rive droite à majorité merlot présentent des qualités exceptionnel, mêmes pour certains avec des cabernets franc offrent des qualités très hautes. Bien évidemment tout n’est pas parfaitement homogène, selon les secteurs. Les propriétés du plateau de Saint-Emilion et des côtes sur les terroirs argilo-calcaires étaient parfaitement adaptées à la climatologie du 2015 avec quelques épisodes caniculaires de mois de juin marqué par quelques blocages ou des épisodes des fortes pluies. La situation était un peu plus délicate sur les terroirs plus sableux ou pieds de côtes qui étaient beaucoup moins résistants à quelques aléas climatiques.

Je commence cette chronique avec les propos sur le millésime 2015 tant attendu, de Stéphane Derenoncourt (Derenoncourt Consultants, propriétaire avec son épouse Christine de Domaine de l’A dans le Castillon). Aujourd’hui Stéphane conseille beaucoup des propriétés dans le bordelais, la plupart sur la Rive Droite, en tout avec son équipe, ils s’occupent de 120 domaines dans 17 pays !

SAINT-EMILION

Alain Vauthier (famille Vauthier, proprietaire d'Ausone)

Alain Vauthier (famille Vauthier, proprietaire d’Ausone)

AUSONE

7 ha

Sol argilo-calcaire et calcaire à astéries

Vendanges du 29 septembre au 2 octobre (Merlot), 8 et 10 octobre (Cabernet Franc)

50% CF 50% M

30 hl/ha

85% bois nef

21 000 bouteilles

la robe pourpre de Ch Ausone 2015

la robe pourpre de Ch Ausone 2015

Nez délicat, fruits noirs frais avec une nuance épicée. Toucher net, soyeux, velouté avec une belle densité. Tout est à sa place, équilibré, tanins poudreux, enrobés, élégants, panier de fruits noirs juste mûrs, aucune sur maturité, texture harmonieuse, finale longue, persistante, a ce stade très gourmant avec sa fraicheur exquise, très grand Ausone.

20/20

Pierre Lurton, DG de Cheval Blanc et d'Yquem

Pierre Lurton, DG de Cheval Blanc et d’Yquem

CHEVAL BLANC

30 ha

Vendanges dès 3 septembre pour les premiers Merlots au 6 octobre pour les Cabernets Francs sur le sol graveleux.

55% M 45% CF

29 hl/ha

90% de la récolte en grand vin

Pour la première fois depuis sa création en 1988 le château ne sort pas son second vin Petit Cheval, uniquement le grand vin et le troisième.

Sur 41 parcelles de Cheval Blanc, 39 composent le grand vin en 2015, les deux parcelles de jeune vigne ont été mis dans les troisième vin avec les presses.

Cheval Blanc 2015

Cheval Blanc 2015

Nez frais, complexe, petites baies rouges et noirs, fleurs, épices douces, la bouche est riche avec une puissance modérée, joli volume, note crémeuse, on retrouve les petits fruits rouges, structure tannique est nette, élégante, toute est maitrisé avec une grande précision, finale droite, fraiche avec une note épicée.

19,5/20

Hubert de Boüard avec Stéphanie

Hubert de Boüard avec Stéphanie

ANGELUS

39 ha

Sol argilo-calcaire et argilo-sablo-calcaire

Vendanges à partir de 22 septembre pour les Merlots, à partir du 8 octobre pour les Cabernets Francs

62% M 38% CF

Angélus 2015 et son second Le Carillon

Angélus 2015 et son second Le Carillon

Nez expressif, fruits noirs, cerise noire, épices douces, réglisse, en bouche toucher velouté, frais, milieu suave, on retrouve coté fruits noirs juste mûrs, vin précis avec des tannins racés, nets et serrés, la finale très longue, expressive, note poivrée avec une bonne fraicheur.

19/20

PAVIE

37 ha

Sol argilo-calcaire, calcaire à astéries

Sol brun argilo-calcaire à texture fine

Vendanges du 6 au 14 octobre

60% M 22% CF 18% CS

36 hl/ha

80% bois nef

Pavie 2015

Pavie 2015

Nez puissant, épices, réglisse, note boisée, bouche riche, jus puissant, fruits noirs très mûrs, note torréfiée, fumée, chocolaté, épaisseur, volume, tanins racés, vin massif, finale compacte avec une fraicheur.

18,5/20

François Mitjavile dans son chai du Tertre Roteboeuf

François Mitjavile dans son chai de Tertre Roteboeuf

TERTRE ROTEBOEUF

80%M 20%CF

Nez délicat, épicé, bouche soyeuse, belle profondeur, panier de fruits noirs, note de réglisse, poivre blanc, bois de cannelle, un peu de menthol, tanins racés, pas d’agressivité, tout en rondeur, élégance, précision, excellente matière avec une finale fraiche.

19/20

Valandraud 2015

Valandraud 2015

VALANDRAUD

Nez fruits noirs, en bouche belle densité, puissance, fruits noirs mûrs et frais, note acidulée, tanins racés, tout est très précis, fruits, fraicheur, matière, présence, finale longue avec une note acidulée et poivrée.

19/20

LARCIS-DUCASSE

9 ha

87% M 13% CF

Vendanges du 28 septembre au 12 octobre

Jus soyeux, fin, bonne fraicheur, fruits rouges acidulés, tannins poudreux, vin complexe, riche, minéral, belle élégance, finale longue, minérale avec une note mentholée.

19/20

Nicolas Thienpont

Nicolas Thienpont

« Changeant en fonction des facettes climatiques, fragile dans ses équilibres biologiques, pérenne dans sa constitution pédologique, c’est bien le terroir dont je veux la traduction dans les vins que j’élabore ! » (Nicolas Thienpont)

PAVIE MACQUIN

13 ha

84% M 14% CF 2% CS

Vendanges du 29 septembre au 17 octobre

Attaque soyeux, excellente matière, panier de fruits rouge, acidulés, mûr, bon végétal, longueur, profondeur, gourmand et frais.

18/20

CANON

Soyeux, note florale, en bouche toucher net, fruits noirs acidulés, vin précis et profond, en finale structure tannique racée, bon végétal, note florale, fraicheur, long.

18,5/20

TROTTEVIEILLE 

Frais, floral, cerise noire, cassis, fruits acidulés, très joli Cabernet Franc bien mûr, belle présence en bouche, profondeur, élégance, finale minérale, longue, vin racé et ferme.

18,5/20

CLOS FOURTET

Plateau argilo-calcaire avec recouvrement sablo-argileux

Nez puissant, cerise noire, épices douces, toucher net, précis, vin soyeux, floral, jus frais, structure tannique élégante avec une note poudreuse, finale floral, belle finesse, longueur et fraicheur en finale.

18,5/20

CANON-LA-GAFFELIERE

19,5 ha

55% M 38% CF 7% CS

la vigne cultivée en Bio

Attaque nette, fruits rouges acidulés, panier de fruits noirs, excellente fraicheur, longueur, très soyeux, grande élégance.

18,5/20

FIGEAC

Vendanges du 21 septembre au 15 octobre

2015 avec un assemblage plutôt atypique avec une grosse proportion de cabernets sauvignon, mûrs, de très belle qualité (43%) !

43% CS 29% M 28% CF

Figeac 2015 et son seconde

Figeac 2015 et son seconde

Toucher net, ferme, fruits noirs, épices, réglisse, bonne concentration, complexité, tanins racés, excellente fraîcheur, longueur.

18/20

FLEUR-CARDINALE

23ha

75% M 20% CF 5% CS

Fleur Cardinale 2015

Fleur Cardinale 2015

Nez expressif, cerise noire, épices douces, léger vanillé, bouche soyeuse, élégante, complexe, petites baies noires mûrs, note épicée, florale, tanins racés, finale fraiche et longue.

18/20

TROPLONG MONDOT

Nez expressif, mélange de fruits noirs et épices, en bouche toucher net, précis avec une belle profondeur, note de petits fruits noirs, mûre, cassis, vin dégage beaucoup d’énergie et de présences, tannins puissant travaillé toute en finesse, beaucoup de fraicheur en finale.

18/20

LA TOUR FIGEAC

Croupe sablo-graveleuse

Nez floral, rose séchée, quelques fruits noirs mûrs, bouche fraiche, élégante, épices douce, bonne présence, belle fraicheur, tannins poudreux, enrobés, finale longue.

17/20

Nicolas Robin (propriétaire avec son épouse Alexandra) dans le chai de Rol Valentin

Nicolas Robin (propriétaire avec son épouse Alexandra de Rol) dans le chai de Rol Valentin

ROL VALENTIN

Coteaux argilo-calcaire

7,3 ha

90% M 10% CF

Nez frais, fruits, épices, toucher fin, soyeux, jolis jus tapissent bien la bouche, note de petits fruits noirs mûrs et frais, bonne présence en bouche, finale toute en longueur.

17/20

LA GAFFELIERE

Coteaux argilo-calcaire

Attaque soyeux, fin, bonne matière, panier de fruits frais, petits baies noirs, finale fraiche, racée, tanins enrobés, long et frais.

17/20

GRAND MAYNE

Nez délicat, fin, quelques fruits noirs, toucher soyeux, fruits noirs très mûrs, jolis jus, frais, tannins racés, belle complexité, finale longue, garde une bonne fraicheur.

16,5/20

BELLEFONT-BELCIER

Plateau calcaire, argilo-calcaire

13,5 ha

72% M 17% CF 11% CS

Bellefont-Belcier 2015

Bellefont-Belcier 2015

Nez délicat, fin, joli volume en bouche, jus frais, belle complexité, note épicée, fruits noirs, cerise, réglisse, tanins enrobés, racés, finale poudreuse, fraiche, toute en longueur.

16,5/20

BEAU-SEJOUR BECOT

Nez délicat, fruits noirs, réglisse, toucher soyeux, frais, note florale, jolis jus, bonne acidité, épices douces, poivre blanc, tanins structurés, longueur et bonne fraicheur en finale.

16/20

BERLIQUET

8,5 ha

75% M 25% CF

Vendanges du 22 septembre au 9 octobre

Nez fin, épicé, bouche soyeuse, bonne matière, fruits acidulé, baies rouges et noirs, tanins poudreux, fins, excellente fraicheur, long.

16/20

LYNSOLENCE

2,5 ha

100% M

Toucher élégant, fruits noirs, mûre, cerise noire, réglisse, belle densité de jus, vin complexe avec des tannins enrobés, fraîcheur et longueur.  

16/20

Sans oublier :

LA COUSPAUDE

Note florale, rose séchée, bonne fraicheur, finale élégante, structure tannique poudreuse.

15/20

CHAUVIN

Propriété de 15 ha achété par Sylvie Cazes en 2014, 2015 c’est le premier millésime 100% de renouveau.

75% M 20% CF 5% CS

60% bois nef

Net avec une certaine précision, fruits mûrs, reglisse, note vanillé, bonne présence, tannins arrondis, fraicheur. A suivre evolution du cru… 

15/20

DASSAULT

Toucher soyeux, jus frais, boisé délicat, note épicé, florale, tannins arrondis, garde une bonne fraicheur.

15/20

Nouveau chai circulaire de la Dominique spécialement conçu pour les vinifications intégrales

Nouveau chai circulaire de la Dominique spécialement conçu pour les vinifications intégrales.

LA DOMINIQUE

Nez floral, bouche nette, petites baies noires acidulées, cerise noire, tannins poudreux, bonne finale fraiche.

15/20

FRANC MAYNE

Nez discret, en bouche jus soyeux, lisse, épices douces, bonne fraicheur, matière, en finale tannins racés, longueur.

15/20

LARMANDE

Nez fin, toucher fin, jus soyeux, tout est arrondis, fruité très mûr, tanins net, finale fraiche.

15/20

DE PRESSAC

Avec son assemblage très complexe : 70%M 17% CF 2% Pressac (Malbec) 2% Carmenère

Nez fruits noirs, cerise, épixces, toucher soyeux, bonne présence, petits fruits noirs mûrs, netté, fraicheur. 

15/20

VILLEMAURINE

Nez expressif, fruits noirs, note réglisse, bouche nette, joli jus corsé, note épicée, petits fruits noirs frais, en finale tanins puissants, petite note boisée, garde la fraicheur.

15/20

SOUTARD

Soyeux, fin, fruits mûrs, bois de cannelle, note épicée, réglisse, poivre blanc, belle fraicheur, profondeur, persistance en finale.

15/20

Plateau de Pomerol

Plateau de Pomerol

POMEROL

PETRUS

Millésime très surprenant avec des vendanges très longues sur 15 jours du 15 au 28 septembre.

Les argiles ont permis de passer la période très sec d’avril à juillet de façon très sereine, les pluies de mois d’août ont parfaitement homogénéisait la véraison.

100% M

Vinification intégrale en barrique très longue sur 28 jours, 11 jours de remontages, dans l’assemblage 6% de vin de presse.

Jean Claude Berrouet associe le millésime 2015 à 1947

Petrus 2015

Petrus 2015

Robe grenat foncé, brillant, éclatant, nez complexe, puissant, petites baies, note florale, épices, en bouche toucher soyeux, velouté, note de petits fruits noirs, cassis, mûres, framboise, petite note vanillée, note florale, très complexe, vin dégage beaucoup d’énergie, tanins élégants, veloutés, très long avec une belle droiture, très grand !

20/20

LAFLEUR

3,5 ha

Plateau sablo-argilo-graveleux

51% M vendangés les 11 et 15 septembre 49% CF vendangés les 1 et 2 octobre

28 hl/ha

Ch Lafleur 2015 et son second Les Pensées

Ch Lafleur 2015 et son second Les Pensées

Nez puissant, complexe avec une note de jolis fruits noirs, en bouche beaucoup de volume, complexité aromatique de cabernets, note épicée, fruitée et florale, très précis, tout est à sa place, puissant sans agresser, tanins racés, enrobés, finals longue et fraiche.

19/20

Alexandre Thienpont dans son chai de Vieux Château Certan

Alexandre Thienpont dans son chai de Vieux Château Certan

VIEUX CHATEAU CERTAN

Vendanges en trois étapes : 17-18 septembre, 22-23 septembre, 28 sept. au 2 oct.

80% M 19% CF 1% CS

42 hl/ha

Pour Alexandre Thientpont le 2015 c’est « la force tranquille » avec des merlots mûrs, soyeux et complets, les cabernets francs complexe, frais avec une persistance aromatique et la race.

Nez net, fruit noirs, épices, bouche soyeuse, moelleuse, joli jus profond, vin persistant avec des tannins élégants, finale toute en longueur, fraicheur exquis.

19/20

LA CONSEILLANTE

11,8 ha

Plateau argilo-graveleux sur de crasse de fer

Vendanges du 21 septembre au 7 octobre

81% M 19% CF

70% bois nef

Travaux engagés pour la certification en bio.

La Conseillante 2015 et son second Duo

La Conseillante 2015 et son second Duo

Toucher net, soyeux avec une belle présence de fruits rouges et noirs acidulés, grande élégance, pureté, tannins enrobés, finale toute en longueur, fraîche.

17,5/20

BEAUREGARD

Toucher lisse, floral, fruits noirs, dansité avec une belle présence, finale poudreuse, mentholée, tout en élégance.

17/20

BON PASTEUR

7 ha

80% M 20% CF

Le Bon Pasteur 2015

Le Bon Pasteur 2015

Attaque soyeux, fruits rouges et noirs acidulés, bonne présence, finale compacte, tannins racés, bon fraicheur.

17/20

LA CABANNE

Toucher fin soyeux, élégant, jolis jus frais noirs, cerise noire, petite note boisée, avec une finale minérale, on voit un très grand potentiel !

16,5/20

CLINET

90% M 9% CF 1% CS

Attaque lisse, cerise noire, bois de cannelle, panier de fruits frais rouges acidulés, finale tannins poudreux, très élégant.

18/20

VRAY CROIX DE GAY

3,67 ha

Plateau des graves

80% M 20% CF

collection...

collection… 2015

« Chaque vin a sa personnalité propre, notre travail est de l’aider à s’exprimer. Sa création est la recherche de son équilibre et de son harmonie. » Jean-Claude Berrouet consultant

Attaque soyeuse, fruits noirs mûrs, structure poudreuse, bonne densité, tannins enrobés, finale fraiche.

16/20

GAZIN

Toucher net, fruits noirs, épices, réglisse, bonne profondeur, fraicheur, matière, tannins élégants, vin racés, toute en longueur.

17/20

ROUGET

Attaque nette, bouche complexe, riche, mélange de fruits et d’épices, jolis jus, tanins racé, vin frais, élégant.

17/20

Henri Parent (à droite) proprietaire Vignoble Péré-Vergé avec Marcelo, son winemaker de Monteviejo

Henri Parent (à droite) proprietaire Vignoble Péré-Vergé avec Marcelo, son winemaker de Monteviejo

LA VIOLETTE (Vignoble Péré-Vergé)

1,68 ha

100% M

Vendanges du 21 au 29 septembre

L’égrenage à la main des raisins, vinifications en barriques dans le chai thermo-régulé.

Ch La Violette, collection

Ch La Violette, collection

Toucher fin, soyeux, bouche onctueuse, bonne densité, fruits noirs très mûrs, note épicée, bonne longueur et fraicheur en finale.

16,5/20

PETIT VILLAGE

Croupe sablo-graveleuse

90% M 10% CF

Attaque nette, précis, belle matière, densité, cerise noire, fruits mûrs, tannins racés, bonne finale tout en longueur.

17/20

BOURGNEUF

90% M 10% CF

Attaque nette, bouche ferme, fruits acidulés, quelques épices douces, tanins fins, bonne fraicheur.

16/20

Et aussi :

La Fleur de Boüard (Lalande de Pomerol)

33 ha

85% M 12% CF 4% CS

Nez épicé, bouche légèrement torréfiée, fruits noirs écrasés, mûrs, vins assez concentré, tannins riches, puissants sans agresser, bonne finale fraiche.

16,5/20

Françoise Beton, propriétaire et directrice de Grand Ormeau

Françoise Beton, propriétaire et directrice de Grand Ormeau

Grand Ormeau (Lalande de Pomerol)

14 ha

64% M 18% CF 18% CS

Attaque frais, petits fruits noirs et rouges acidulés, structure tannique racé, beaucoup de caractère avec une bonne fraicheur.

16/20

Stéphane Derenoncourt, propriétaire avec son épouse Christine de Dom

Stéphane Derenoncourt, propriétaire avec son épouse Christine de Domaine de l’A

Domaine de l’A (Castillon)

10 ha

Coteaux argilo-calcaire

Toucher net, précis, jolis jus, belle présence, profondeur, cerise noire, fruits frais, réglisse, épices douces, note florale, très belle fraicheur en finale.

17/20

D’Aiguilhe (Castillon)

85% M 15% CF

Soyeux, fruits noirs très mûrs, confiture de mûre, épices douces, structure tannique ronde, vin élégant et frais.

16/20

Adresses utiles :

http://www.ugcb.net

http://www.grandcercle.fr

http://www.derenoncourtconsultants.com

http://www.agccse.fr

 

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2015 #2 My TOP Rive Droite…


Bordeaux primeurs 2015 #1 météo et Top 50…
dégustation primeurs 2015

dégustation primeurs 2015 au Grand Cercle

Chaque année c’est le même rituel, fin mars, début avril tous les prescripteurs du monde entier (courtiers, négociants, journalistes spécialisés, cavistes, sommelier et j’en passe…) sont conviés à Bordeaux afin de déguster, se faire une idée sur les vins du dernier millésime encore en élevage pour des longues mois. Certes c’est un exercice de style, car des échantillons d’un vin ne sont pas toujours identiques, mais c’est un exercice qui devient plus facile quand il s’agit d’un bon voir très bon millésime comme 2015.

dégustations primeurs 2015 UGCB dans un nouveau lieu (Grand Stade de Bordeaux)

dégustations primeurs 2015 UGCB dans un nouveau lieu (Grand Stade de Bordeaux)

UGCB, dégustations primeurs

UGCB, dégustations primeurs

Afin de rendre cette dégustation un peu plus objective, l’Union de Grands Crus de Bordeaux a décidé de présenter tous les châteaux (de l’Union), dans un même lieu et dans des mêmes conditions de dégustations, aussi d’abolir complètement les dégustations dit « à l’aveugle ». Ce nouveau format a séduit certains, n’a pas convaincu d’autres, globalement il faut avouer que c’est une bonne chose de donner la même chance à tous les vins…

En préambule, avant d’ouvrir cette chronique consacrée aux primeurs 2015, il faut résumer d’une façon objectives et pragmatique les conditions climatiques du millésime 2015 à Bordeaux.

On a déjà mis une étiquette sur ce millésime avant même que les vendanges soient finies et les raisins rentrés dans les chais.

Oui, bien sûr, on peut constater que c’est un grand millésime, exceptionnel pour la quantité, en vu des petites récoltes sur des millésimes antérieurs. En ce qui concerne sa qualité, les premières dégustations sont très prometteuses, mais il y a des disparités selon les secteurs, selon les châteaux, le millésime n’est pas si homogène qu’on pourrait le croire.

Ce qu’on peut constater du 2015, que c’est un millésime qui met surtout en avant, de façon nette et précise les caractéristiques de chaque terroir, expression de chaque types de sols, on aperçoit là, beaucoup moins l’empreinte d’un vigneron ou œnologue. Ce qui s’avérait passionnant, même excitant au cours des ces dégustations, c’est que la magie des millésimes en 5 a bien fonctionné… oui, c’est un millésime très intéressent de tous les points de vu ! 

printemps, le premières feuilles de merlot

printemps, le premières feuilles de merlot

Millésime 2015, une brève analyse des conditions climatiques :

Un hiver sans caractère exceptionnel, pluvieux les deux premiers mois, plus froid entre mi-janvier et mi-février, avec 14 jours de gel. La dernière décade de février perturbée par des précipitations.

Mars, plus frais par rapport à la normale. Les premiers bourgeons sont apparus le 9 avril et le débourrement a commencé à partir du 15 avril pour les Merlots et le 19 pour les Cabernets (une dizaine de jours plut tard que la moyenne décennale).

Très belles conditions d’avril contribuèrent à un débourrement régulier, rapide avec un début de croissance homogène.

La climatologie de mai a permis le développement des rameaux avec l’apparition des premières fleurs fin mai.

Juin, un vrai mois d’été, le plus chaud depuis plus d’un siècle, le plus ensoleillé depuis 25 ans, avec seulement 5 jours de précipitations. Un climat idéal pour une floraison et une nouaison précoces, rapide et homogène.

Un début de l’été sec et chaud entre nouaison et véraison. La sècheresse et les fortes températures de fin juin et juillet ralentissent la phénologie. L’arrêt de croissance est noté au début de la véraison.

Sur certains sols superficiels, les premiers signes de blocage physiologique ont pu être observés. La véraison fut lente en raison de la climatologie très sèche.

Les premières pluies du début de mois août relancent la véraison de façon quasi immédiate. Certainement on a pu constaté que ces pluies du mois d’août ont sauvé le millésime permettant de relancer le fonctionnement de la plante et d’assurer une seconde partie de véraison rapide et homogène.

Cependant cette pluviométrie n’a pas été homogène sur l’ensemble de crus. Saint Emilion a été le plus arrosé en début du mois, le Nord du Médoc présentait le cumul des pluies le plus importent, de ce fait on a pu constaté un grossissement des baies variable selon les crus avec une possibilité d’une dilution du potentiel colorant.

Septembre sec, sans chaleurs excessives assura la maturation complète des différents cépages, octobre, aussi ensoleillé, termina la dernière phase de maturation des Cabernets en améliorant l’extractibilité des composés colorés sans perte excessive d’acidité.

La récolte des blancs secs dans la région des Graves et de Pessac débuta fin août avec une très bonne qualité des raisins, sains, sucrés, fruités et suffisamment acides.

La récolte de raisins rouges débuta avec des Merlots la troisième décade de septembre pour se prolonger avec des Cabernets de du Petit Verdot au-delà de la mi-octobre grâce à une belle météo sans pluies.

A Sauternes et Barsac, la précocité de la pourriture noble fut un facteur clef de la réussite d’un bon, voir très bon millésime (les bons millésimes tardifs sont plutôt minoritaires). Las vendanges 2015 pour les liquoreux furent abondantes et très précoces.

En conclusion :

Les blancs secs sont fruités, denses, frais avec une certaine rondeur.

Les liquoreux sont nets, pures, riches avec une belle fraicheur, élégance et grâce.

Les rouges sont danses, riches, fruité, frais avec des tannins mûrs, élégants, avec une belle longueur, vins pleins de charme.

Pour conclure cette première chronique voici le TOP 50 parmi les vins que j’ai dégusté.

Dans les chroniques qui vont suivre il y aura les commentaires et les notes de vins ci–dessous aux quelles s’ajouterons bien d’autres jolis vins appellation par appellations…

En ce qui concerne la notation des vins ci-dessous, elle très haute entre 17 et 20/20

1) Ausone, Saint Emilion

2) Margaux, Margaux

3) Pétrus, Pomerol

4) Vieux Château Certan, Pomerol

5) Lafleur, Pomerol

6) Palmer, Margaux

7) Latour, Pauillac

8) Cheval Blanc, Saint Emilion

9) Lafite, Pauillac

10) Mouton, Pauillac

11) Yquem, Sauternes

12) Montrose, Saint Estèphe

13) Cos d’Estournel, Saint Estèphe

14) Tertre Roteboeuf, Saint Emilion

16) Angélus, Saint Emilion

17) Pavie, Saint Emilion

18) Valandraud, Saint Emilion

19) Pontet-Canet, Pauillac

20) Domaine de Chevalier rouge, Pessac

21) Smith-Haut-Lafitte rouge, Pessac

22) Larcis-Ducasse, Saint Emilion

23) Pavie-Macquin, Saint Emilion

24) Ducru-Beaucaillou, Saint Julien

25) Les Carmes-Haut-Brion, Pessac

26) Pichon Longueville Lalande, Pauillac

27) La Violette, Pomerol

28) Trottevieille, Saint Emilion

29) Pape Clement rouge, Pessac

30) La Conseillante, Pomerol

31) Canon-la-Gaffelière, Saint Emilion

32) Canon, Saint Emilion

33) Rauzan-Ségla, Margaux

34) Petit-Village, Pomerol

35) Marquis d’Alesme, Margaux

36) Leoville Barton, Saint Julien

37) Leoville Poyferré, Saint Julien

38) Clerc Milon, Pauillac

39) Fleur-Cardinale, Saint Emilion

40) Bellefont-Balcier, Saint Emilion

41) Branaire-Ducru, Saint Julien

42) Malartic-Lagravière, Pessac

43) Clos Fourtet, Saint-Emilion

44) Le Bon Pasteur, Pomerol

45) Lynch Bages, Pauillac

46) La Gaffelière, Saint Emilion

47) Clinet, Pomerol

48) Climens, Barsac

49) Prieuré-Lichine, Margaux

50) Talbot, Saint Julien

Et encore quelques coups de cœurs qui méritent se trouver sur cette liste :

Giscours, Margaux

Domaine de l’A, Castillon

Rol Valentin, Saint Emilion

Lynsolence, Saint Emilion

Roc de Cambes, Côtes de Bourg

De Fargues, Sauternes

La Cabanne, Pomerol

Brane Cantenac, Margaux

Péby Faugères, Saint Emilion

La Fleur de Boüard Le Plus, Lalande-de-Pomerol

Mais qui peut parler mieux du millésime en question, que ceux qui sont au coeur des vignes, au coeur des chais… voici une brève analyse par :

Stéphane Derenoncourt (Derenoncourt Consultants)

Pierre Lurton (DG Château Cheval Blanc et Château d’Yquem)

Philippe Dhalluin (DG Baron Philippe de Rothschild)

Emmanuel de Saint-Salvy (Château Bellefont-Belcier)

Alain Reynaud (Président du Grand Cercle des Vins de Bordeaux) 

Adresses utiles :

http://www.ugcb.net

http://www.grandcercle.fr

http://www.derenoncourtconsultants.com

http://www.lesclesdechateaux.com

http://www.thunevin.com

primeurs 2015

 

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2015 #1 météo et Top 50…


5ème « Carte sur Table » 2016, grands Bordeaux à prix doux…
"Carte sur Table" grands Bordeaux à prix doux

« Carte sur Table » les grands Bordeaux à prix doux

L’année commence en fanfares pour tout amateur de grands Bordeaux, car durant le mois de janvier DUCLOT LA VINICOLE lance sa 5ème édition de « CARTE SUR TABLE », une opportunité incontestable pour les amateurs de vins de bordeaux de déguster quelques 16 Grands Crus à prix doux sur les grandes tables parisiennes. Cette année pour la première fois quelques tables en province ont rejoint cette manifestation oeno-gastronomique.

Il s’agit là de retrouver le plaisir de déguster des Bordeaux d’excellence prêts à boire pour accompagner les repas de grands chefs.

 

Lafite Rothschild 1998

Lafite Rothschild 1998

« CARTE SUR TABLE » 2016 propose une sélection de 16 vins des plus grands terroirs des deux rives, de 1996 à 2011, de 75 euros (Ch du Tertre 2009, Margaux) à 520 euros (Ch Lafite Rothschild 1998, Pauillac). Chacun pourra ainsi en fonction de ses envies, découvrir ou redécouvrir ces vins d’exception en les associant à la cuisine de 29 belles tables à Paris et en province.

La liste complète des restaurants partenaires de l’opération :

http://www.cartesurtable.fr

Voici la liste des vins qui donne déjà « l’eau » pardon, « vins » à la bouche…!

Rive Droite en fanfare

Rive Droite en fanfares

Château Smith Haut Lafitte 2011, Pessac-Léognan Blanc 100 €

Château Angélus 2006, Saint-Émilion Grand Cru – 1er Grand Cru Classé 250 €

Château Cheval Blanc 2003, Saint-Émilion Grand Cru – 1er Grand Cru Classé A 480 €

Château Figeac 2008, Saint-Émilion Grand Cru – 1er Grand Cru Classé 130 €

Château La Conseillante 2006, Pomerol 160 €

Domaine de Chevalier 2000, Pessac-Léognan Rouge – Cru Classé de Graves 125€

Château Cantenac-Brown 2005, Margaux – 3ème Cru Classé 100 €

Ch Margaux

Ch Margaux 2004

Château Margaux 2004, Margaux – 1er Cru Classé 480 €

Château du Tertre 2009, Margaux – 5ème Cru Classé 75 €

Carte sur Table de Pessac à Médoc

Château Beychevelle 2009, Saint-Julien – 4ème Cru Classé 130 €

Château Talbot 2000, Saint-Julien – 4ème Cru Classé 125 €

Château Grand-Puy-Lacoste 1998, Pauillac – 5ème Cru Classé 110 €

Château Lafite Rothschild 1998, Pauillac – 1er Cru Classé 520 €

 Carte sur Table

Château Lynch-Bages 2005, Pauillac – 5ème Cru Classé 180 €

Château Calon Ségur 2008, Saint-Estèphe – 3ème Cru Classé 100 €

Château d’Yquem 1996, Sauternes – 1er Cru Supérieur 220 € (35 € au verre)

Après Paris et l’Ile de France, de belles tables de province ont également été séduites par « CARTE SUR TABLE ». L’Île-de-France compte 25 restaurants partenaires et la province 4.

A-propos :

DUCLOT LA VINICOLE, filiale de DUCLOT , négociant majeur de Bordeaux, a mis au point cette opération pour répondre aux souhaits des restaurateurs de pouvoir proposer sur leurs tables de très grands Bordeaux à des prix irrésistibles.

Yquem 1996

Yquem 1996

Un jour tout amateur peut s’offrir le graal, un verre d’Yquem à 35 euros par exemple…

 

Commentaires fermés sur 5ème « Carte sur Table » 2016, grands Bordeaux à prix doux…



%d blogueurs aiment cette page :