vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Verticale exceptionnelle de Château Climens, Barsac

A chacun son moelleux !

 

La fin d’année est une période où la consommation de divers vins moelleux, liquoreux ou sucrés bat son plein.

 

Verticale de Château Climens

De ce fait, j’ai décidé partager avec vous une très belle verticale de Château Climens, Barsac que j’ai fait tout récemment en présence de Bérénice Lurton, sa propriétaire.

 

Sémillon au printemps

Château Climens, nommé souvent « Seigneur de Barsac » est une très belle propriété de 30 ha de vignes d’un seul tenant planté uniquement en Sémillon. Aujourd’hui travaillé 100% en biodynamie (2010 est le 1er millésime certifié).

 

Chai de Château Climens

Climens 2012

Année difficile, touchée fortement par le mildiou.

Rendement 10 hl/ha avec 54% de grand vin, production 17 000 bouteilles

 

Bonne présence avec une note d’oranges amères, épices, abricots secs, petite amertume, vin bien construit avec une acidité suffisante et note saline en finale.

 

Climens 2011

Millésime grandiose comparable en qualité au 2001 et 2007.

Rendement 20 hl/ha

Vendanges précoce du 8 au 28 septembre, en tout divisé en 14 lots différents, arrière saison parfaite pour le développement de la pourriture noble, concentration des sucres et d’aromes phénoménale et rapide.

 

Toucher velouté, note d’abricot sec, zestes de citron vert, d’orange amère, bonne acidité et fraicheur avec une sucrosité modéré, très bonne matière et complexité, ira très loin.

 

Climens 2010

1ère année de passage en biodynamie

Rendement 23 hl/ha

Vendanges en début d’octobre

70% de la récolte constitue le grand vin, production 54 000 bouteilles

166 g sucre/l

 

Toucher soyeux, note fumée, thé noir de Chine, abricot sec, fruits jaunes mûrs, excellente acidité, zestes de citron, citron confit, note exotique, beaucoup de charme, très grande réussite.

 

Climens 2009

Début de vendanges le 28 septembre, entre 9 et 10 octobre 90% de raisins vendangés, temps idéal entre brouillard e le soleil.

Les vendanges totales en trois tris successifs.

 

Riche, soyeux, velouté, note des fruits jaunes mûrs, abricot sec, zestes d’oranges confites, note saline avec une petite amertume en finale, belle balance entre acidité/sucre, tout est en place pour durer avec une fraicheur qui surprend.

 

Climens 2008

Millésime difficile avec le printemps très chaotique et maturités irrégulières, pour Bérénice Lurton, la propriétaire, le 2008 est « le fruit de la chance et de la persévérance ».

Vendanges du 30 septembre au 2 octobre ensuite du 21 au 23 octobre

Petite production de 10 hl/ha

45% de la production constitue le grand vin

15 000 bouteilles

 

Note de fruits jaunes, belle note calcaire, coquillage, salinité, excellente fraicheur avec seulement au finale 130g de sucre/l.

 

Climens 2007

Très grande année

Vendanges débutent le 12 septembre avec des petits tries successifs de 14 jours sur 7 semaines.

12 hl/ha

150 g/sucre

73% de la production constitue le grand vin

30 000 bouteilles

 

Velouté subtil, trame fine, petite note fumée thé noir de Chine, abricot sec, fruits jaunes, orange amère, complexité et belle amertume en finale.

 

Climens 2005

Belle vendange de 24 ha/ha

270 g/sucre

Pour Bérénice un rêve réalisé « qualité et quantité »

 

Toucher soyeux, note de fruits jaunes, abricot écrasé, zestes, grande richesse, complexité, dimension.

 

Climens 2003

L’année de canicule, l’année atypique

Entre 12 et 26 septembre 86% de la récolte ramassée

87% de la récolte constitue le grand vin

10 hl/ha

162 g/sucre

 

Soyeux, arômes exotiques, note orientale, rose litchi, finesse avec sa sucrosité modérée.

 

Climens 1996

Vendanges du 24 septembre au 24 octobre

13 hl/ha

105 g/sucre

33 000 bouteilles

 

Très belle trame minéral, note pétrolé, pierre à fusil, note brulé, cèdre, bergamote, note torréfiée, en finale petite amertume agréable.

 

 

Un peu d’histoire :

 

L’histoire de ce cru prestigieux se caractérise par une continuité sans faille, qui a permis la mise en valeur d’un terroir unique.

En effet, Climens n’a changé de mains que cinq fois en cinq siècles. Les générations de régisseurs, présents de pères en fils, ont assuré la transmission de la connaissance et du savoir-faire de la propriété.

En plus, ce qui est rarissime parmi les grands crus bordelais que sa structure et sa superficie sont restées inchangées depuis au moins deux siècles.

 

Le nom de Climens apparaît pour la première fois sur un contrat datant de 1547 : l’on y apprend que le propriétaire, Guirault Roborel, procureur du roi à Barsac, a hérité cette terre de son père. Les deux noms n’en feront bientôt plus qu’un : la famille Roborel de Climens, pendant deux siècles et demi, constitue le domaine et y développe le vignoble.

Une élégante et discrète chartreuse construite au XVIIème signale la distinction des lieux.

Les troubles historiques auront raison de cet attachement : c’est un domaine bien établi, mais endommagé par la Révolution que vend la veuve de Jean-Baptiste Roborel de Climens en 1802.

L’acheteur, Jean Binaud, sait ce qu’il fait : négociant bordelais, il connaît le potentiel du Cru et en prend grand soin.

Climens appartiendra ensuite à deux familles de viticulteurs, eux aussi bien conscients de la valeur de ce terroir unique. Ce qui conduit le Château Climens tout à fait naturément au classement en 1855 en Premier Cru.

 

A partir de 1885, et pendant près d’un siècle, Climens appartient à une grande famille bordelaise, les Gounouilhou : imprimeurs et journalistes, hommes politiques ou pionniers de l’aviation, ils sauront, eux aussi, garder Climens au sommet.

 

Bérénice Lurton dans son chai

Nouvelle l’histoire commence à se dessiner au début des années 1970 quand Lucien Lurton, déjà propriétaire de célèbres crus classés en Médoc, s’intéresse vivement au Sauternais : ce passionné de grands terroirs, conquis par la finesse des vins de Climens, acquiert le domaine en 1971 et c’est malgré la crise des sauternes à l’époque.

Tout en respectant les traditions propres au domaine, il y apporte une touche déterminante de modernité en même temps qu’une implacable exigence.

En 1992, Bérénice Lurton, sa fille prend en main la destinée du Château Climens en poursuivant cette route bâtie sur l’exigence vers la perfection.

 

Chaque millésime de Climens se constitue de plusieurs tris successifs en plusieurs lots

Rappel :

 

Les appellations Sauternes et Barsac sont situées sur la rive gauche de la Garonne, enclavées dans la zone des Graves, au sud-Est de Bordeaux. Ces deux petites zone de 2000 hectares de vignes où sont élaborés les vins blancs liquoreux les plus prestigieux du monde.

 

Adresses utiles :

http://www.chateau-climens.fr

 

 

 

 

 

 

Publicités
Commentaires fermés sur Verticale exceptionnelle de Château Climens, Barsac



%d blogueurs aiment cette page :