vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


En préambule de dégustations bordeaux primeurs 2011, le millésime vu par Nicolas Thienpont et Fabien Teitgen…

Nicolas Thienpont, gérant de Château Pavie Macquin 1er Grand Cru Classé Saint Emilion présent le millésime 2011 à Saint Emilion…

Nicolas Thienpont

Fabien Teitgen, directeur technique et oenologue de Château Smith Haut Lafitte GCC Pessac, présent le millésime 2011 à Passac…

Fabien Teitgen

Petite conclusion : les saisons complètement « à coté de la plaque » données quand même de vins intéressants, affaire à suivre de tout prêt… avec d’autres témoignages et de notes de dégustations.


Publicités
Commentaires fermés sur En préambule de dégustations bordeaux primeurs 2011, le millésime vu par Nicolas Thienpont et Fabien Teitgen…


Le millésime 2011 vu par le Comte Eric d’Aramon (Ch Figeac ST 1er GCC)

Le Comte Eric d’Aramon, Directeur général de Château Figeac (ST 1er GCC) présente la récolte 2011 à Figeac à l’occasion d’une verticale exceptionnelle qu’il a proposé très récemment.

Voici les millésimes de Figeac dégustés : 1961, 1970, 1986, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009 (mes commentaires et notes à consulter sur :  twitter :@marieroginska)

La carte d’identité de Château Figeac 

40 ha sur les trois collines de graves

Encépagement très atypique pour appellation  avec la majorité de Cabernet : 35% Cabernet Sauvignon, 35% Cabernet Franc, 30% Merlot

Elevage environ 18 mois en barriques neuves avec une production de 100 000 bouteilles

le Comte Eric d'Aramon

Commentaires fermés sur Le millésime 2011 vu par le Comte Eric d’Aramon (Ch Figeac ST 1er GCC)


Qu’est-ce qu’un vin / terroir mythique ? (5) Témoignage de Pauline Vauthier…
Pauline, la fille d’Alain Vauthier travaille à coté de son père à Ausone (St. Emilion 1er GCC « A ») et dans d’autres propriétés de la famille (Ch Moulin Saint-Georges STGC, Ch Haut Simard STGC, Ch Simard STGC, Ch de Fonbel STGC). Ici on voit sa version, son témoignage sur le sujet vin et terroir mythique. Malgré la différence des générations il rejoint celui de son père…

Pauline Vauthier dans le chai d'Ausone

« Pour moi c’est le terroir, qui fait le grand vin. Avec tous les châteaux dans notre famille,  j’ai cette chance de travailler sur tous les types de terroirs, des sables aux argilo-calcaires d’Ausone. Donc, il n’y a pas de secret, ce qui fait un Grand Vin, c’est le terroir ! On vinifie tous nos vins de la même manière, tout est tenu de la même façon, et c’est qu’à Ausone que les raisins ont un goût vraiment exceptionnel et différent  de autres. Ils mûrissent beaucoup mieux, ils sont plus gourmands et tout ça vient de son terroir. Un « vin mythique » provient forcément d’un grand terroir. Je ne peux pas faire du Ausone dans des sables, sinon ça se saurait… (rire). Pour moi c’est la base. Après il faut se servir de ce terroir viticolement parlant pour essayer d’en extraire le meilleur. Ensuite au niveau de la vinification ça se fait tout seul, on ne fait rien d’exceptionnel, tout est très basique, très naturel. Le facteur humain est très important bien sûr, on remarque que depuis 10 ans au niveau viticole beaucoup de choses ont changées. Maintenant à Ausone on prend la vigne comme un petit jardin, donc on intervient plusieurs fois par an, on chouchoute chaque pied de vigne. Chaque pied de vigne est unique, donc on prends soins de bien l’effeuiller, le vendanger en vert, repasser encore une fois s’il faut avant les vendanges… Oui le facteur humain compte, il aide à améliorer, à faire toujours mieux, toujours quelque chose de meilleur. On peut encore et toujours augmenter nos compétences, car plus les années passent, plus les techniques s’améliorent, on trouve de nouvelles choses à faire. Dans l’absolu, la vigne pourrait faire toute seule, mais en intervenant on fait toujours le meilleur ».

Commentaires fermés sur Qu’est-ce qu’un vin / terroir mythique ? (5) Témoignage de Pauline Vauthier…


Qu’est-ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent-ils ? (4) Témoignage d’Alain Vauthier…
Alain Vauthier, propriétaire de Château Ausone Saint Emilion 1er GCC « A » témoigne en toute liberté sur le sujet très complexe des vins et terroirs dit « mythiques »… 

Alain Vauthier à Ausone

« Pour moi un terroir mythique c’est un terroir qui est chargé d’histoire et ce sont souvent les lieux qui par leur micro climat, par leur vue, par leur emplacement étaient les plus agréables et qui ont été occupés en premier. Il y a eu une occupation préhistorique, une occupation du temps des Romains et c’est ça pour moi le terroir mythique. La production d’un vin mythique, c’est l’homme qui a adapté les cépages, qui a adapté les techniques pour tirer le meilleur parti de ce micro climat et de ce sol favorable. Il peut y arriver des « éclipses » s’il y a un travail moins soigné, mais ça ne dure pas très longtemps, car les terroirs mythiques sont toujours repris en main, ce sont des cycles et statistiquement ils dominent et ils continueront à dominer.

 Le facteur humain, c’est d’arriver à trouver les techniques, les pratiques viticoles, car c’est surtout de la viticulture, qui convient le mieux à ce lieu et à ce sol.

 L’homme est très important dans sa caractéristique historique. Dans les terroirs mythiques, on a l’avantage de bénéficier de plusieurs siècles d’expériences. Et les Bourguignons, c’est extraordinaire, ils ont sélectionné le cépage Pinot Noir qui fonctionne remarquablement bien dans la Côte de Nuits. A l’intérieur du Pinot Noir ils ont sélectionné des pieds qui étaient plus favorables pour faire des vins de garde et pour pouvoir avoir des grands vins, et ça c’est long, c’est lent, et il faut du temps… L’homme travaille pour toujours améliorer la qualité. La technique permet d’aller vite mais ça ne remplace pas l’histoire et le temps qu’il a fallu pour adapter les techniques à un écosystème particulier.

–      Et Ausone dans tout ça ?

Ausone, ce n’est pas moi, ce n’est pas Pauline, Ausone on le trouve depuis toujours, et au 16e siècle le terrain valait très cher, car ça fonctionnait bien. Et il y a un critère, on se rend compte  qu’à chaque fois, quand il y a des crises économiques, les terroirs mythiques souffrent beaucoup moins que les autres terroirs. Et après, c’est comme un bon cheval, les grands terroirs résistent à tout. Pauline, elle a acheté un cheval de concours hippiques, et il y va… avant, elle avait « une saucisse »,  qui était dure, maintenant elle a un bon cheval et au final, la limite ce n’est pas le cheval, c’est elle… !

Les Grands Terroirs, c’est pareil, et je peux parler librement, car dans la famille on a différents vignobles et il y a des terroirs où on travaille, on travaille, on travaille, mais le potentiel… on plafonne… Alors qu’à Ausone on travaille et ça répond aussitôt. Un peu comme une Ferrari, on appuie, ça démarre… et voilà…

 Un grand terroir c’est statistique, ça se voit dans les mauvais millésimes, ça se voit dans les années difficiles, les grands terroirs marchent mieux. Quand on a goûté à un grand terroir, on n’a plus envie de travailler dans des terroirs secondaires. Ce qui m’attriste actuellement, c’est que dans le prochain classement de Saint-Emilion ils ont gommé la notion de « terroir », elle n’intervient plus et l’histoire non plus. C’est juste une dégustation à l’aveugle et quand on connait les aléas de cette dégustation, c’est pour moi une catastrophe, on remet en cause trois siècles d’histoire. On prend une technique style concours général agricole ou médaille de la Wine Fair quelconque, je trouve ça délirant… on bafoue l’histoire, on bafoue les terroirs… L’histoire surtout, et ça, ça me gêne. Parce que, regardez, les crus classés de Saint-Emilion qui ont été classés en 1955, ça correspondait à une hiérarchie qui n’était pas si mal faite que ça. Et chaque fois qu’un cru a une éclipse, parce que les propriétaires font pas ci, ne font pas cela, … Derrière il y a une reprise et on voit le rang qui est repris aussitôt. Alors, que dans les terroirs secondaires, c’est quasiment impossible, même si on travaille, même si on travaille, c’est trop dur… »

Commentaires fermés sur Qu’est-ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent-ils ? (4) Témoignage d’Alain Vauthier…


Oenotourisme culturel en Bordelais, la période estivale oblige…

Village de Saint Emilion

Oenotourisme en double « A »« A » comme Art  « A » comme Architecture

Bordeaux, un mot magique connu par les amateurs du monde entier grâce à ses châteaux et ses vins prestigieux. La plus grande région viticole française d’environ 120 000 ha de vignes est aussi la plus grande au monde. Elle a su bâtir sa réputation au fil de siècles grâce à sa diversité de terroirs, une large gamme de produits, en passant par les vins rouges, blancs, rosés, sans oublier les liquoreux, clairets et crémants. Avec une richesse de cépages rouges comme le marlot, le cabernet le sauvignon, le cabernet franc, le petit verdot, le malbec ; et des blancs comme le sauvignon, le semillon, la muscadelle permettant d’effectuer des assemblages très subtiles selon des appellations et de terroirs. On retrouve ici des conditions très favorables à la culture de la vigne : la proximité de l’océan Atlantique, 3 axes fluviaux majeurs avec la Garonne, la Dordogne et l’Estuaire de la Gironde, qui donnent un climat océanique tempéré avec une bonne hydrométrie. Tout y est pour que la vigne puise le meilleur de ce terroir.

Cette vaste région viticole attire à son juste titre de touristes de tous horizons et de tous les pays. La vigne et le vin intéressent les amateurs de vins et de tourisme car ce sont des éléments fondateurs de notre vieille civilisation. Le vin se consomme et s’apprécie mieux sur son lieu de production, dans de caves en présence des propriétaires et des vignerons. Les touristes étrangers sont de plus en plus nombreux dans la région bordelaise, ils représentent aujourd’hui environ 40%. De nombreux circuits leur sont proposés par des organismes et par des châteaux eux-mêmes. Les visiteurs peuvent opter pour une formule très classique, comme la fameuse route de châteaux du Médoc (de Margaux, Saint Julien, Pauillac à Saint Estèphe) admirant l’architecture des fameux Châteaux Margaux, Latour, Lafite ou le chai de Mouton, en passant par des visites non conventionnelles allant à la découverte de la nouvelle, ultra-moderne architecture viticole ou bien en passant par le coté artistique du vin en associant art avec la vigne et le vin.

"Hospitality" de Barry Flanagan

A peine à 20 minutes au sud de Bordeaux, en plein cœur de l’appellation Pessac-Leognan le Château Smith Haut Lafitte datant du XVI° siècle entourée d’un vignoble de 67 ha ouvre ses portes avec une formule de visite tout à fait originale. Les maîtres des lieux depuis 1990, Florence et Daniel Cathiard, proposent aux visiteurs un parcours artistique qui met en avant l’art dans la vigne. Depuis de nombreuses années les propriétaires ne sont pas seulement de grands passionnés du vin mais également de grands amateurs d’art contemporain, et plus précisément de la sculpture monumentale. A peine arrivé au domaine, on se sent déjà complètement propulsé dans un univers artistique. L’art est partout, les œuvres vivent en symbiose totale avec la vigne, la nature et le château. La visite démarre devant le château avec trois œuvres majeurs d’artistes contemporains comme Barry Flanagan avec son lièvre géant en bronze « Hospitality ». Elle se poursuit dans le chai, dans le cuvier avec d’autres sculptures en rejoignant la salle de dégustation et la cave privée des propriétaires où sont conservés les plus vieux millésimes de Smith.

Pour les amoureux d’architecture étonnante, un saut dans le vignoble mythique de Saint Emilion classé en 1999 au patrimoine mondial de l’UNESCO s’impose. Depuis quelques années on assiste à un renouveau de l’architecture viticole. En faisant un tour général du vignoble les chasseurs d’images amateurs ou avertis peuvent capturer d’un clic quelques chais ultra-modernes qui dominent la vigne en s’intégrant parfaitement dans son paysage.

Château Faugerès, nouveau chai arch. Mario Botta

A quelques 6 km à l’Est de Saint Emilion, le nouveau chai de Château Faugères (49 ha) domine la colline au milieu du vignoble face au château. L’architecte suisse Mario Botta (auteur également d’un chai exceptionnel Petra en Toscane) a parfaitement réussi son pari en imaginant le chai en forme d’une tour en pierre partiellement enterrée. Cette dernière abrite tous les espaces nécessaires à la production et le vieillissement de vins en barriques en mélangeant coté pratique et esthétisme épuré. Une atmosphère presque monastique domine, nous sommes ici dans une véritable cathédrale du vin.

Voici la visite virtuelle du chai de Château Faugerès : ICI…

Château Cheval Blanc, nouveau chai ultra-moderne arch. Christian de Portzamparc

Un autre rendez-vous à ne pas rater pour quelques images d’exception est un tout nouveau chai du Château Cheval Blanc (Saint Emilion  1er Grand Cru Classé « A »), propriété de 37 ha, œuvre de l’architecte français de renom international Christian de Portzamparc. Le chai « sous la colline » comme on le nomme ici est construit en prolongement du château. L’architecte travaillait entre l’espace et la lumière en établissant une relation harmonieuse entre l’intérieur et l’extérieur. Le sol soulevé par un voile de béton constitue « la colline » sur laquelle le jardin suspendu flotte au-dessus des vignes. Cette harmonie extrême faite oublier la construction, tout paraît naturel, on se trouve dans un lieu de méditation presque sans oublier toute la technologie ultra-moderne au service du vin, car c’est ça le but premier d’un chai…

Voici la visite virtuelle du nouveau chai de Cheval Blanc : ICI…

Grand Zoom du vignoble du Bordelais en chiffres :

120 000 ha de vignes

57 appellations

8650 viticulteurs

10 bouteilles de Bordeaux débouchées toutes les secondes dans le monde

Production d’environ 800 millions de bouteilles

Environ 2,3 % de la production mondiale

Commentaires fermés sur Oenotourisme culturel en Bordelais, la période estivale oblige…


Journal de Bordeaux Primeurs 2010 – Episode 2 : Saint Emilion Premiers GCC

Avant de commencer mes chroniques qui vont se suivre tout au longue de ces quelques pages, je tire mon chapeau à Union des Grands Crus de Bordeaux avec sa Présidente Sylvie Cazes, à Groupement de Premiers GCC de Saint Emilion, à le Cercle Rive Droite, à la Grappe et bien d’autres… ainsi que tous les châteaux qui m’ont permis de déguster le 2010 dans les meilleurs conditions possible… Merci…

Etant donné, que je n’ai pas dégusté tous les vins, je m’occupe surtout de mes coups de coeur et de crus que j’ai apprécié le mieux.

Saint-Emilion Premiers GCC « A »

Pauline Vauthier présente Ausone 2010 dans le nouveau chai d'Ausone

Château Ausone  19,5-20

7 ha, 55% CF 45 % M, rendement 26 hl/ha, 100% bois nef pendant 20 mois, 18 000 blles

Merlot vendangé entre 5 et 12 octobre, Cabernet Franc entre 12 et 16 octobre

depuis 10 ans la qualité très constante quel que soit le millésime, mon coup de coeur permanent…

Nez discret, épicé, fruits frais rges et noirs, en bouche la structure tannique très poudreuse, grande profondeur, belle fraicheur, tout est en grande délicatesse, acidité-sucre en équilibre, notes de feuilles frais de tabac.

 Château Cheval Blanc  19,5-20

55% CF 44% M  44 parcelles définies, chacune corresponde à une cuve (béton)

vendanges étalées entre 20 septembre et 14 octobre, cabernets exceptionnels, petits grains très mûrs, élevage 18 mois en fûts

Toucher de bouche soyeux, belle consistance, structure tannique élégante et fine sans pareil, quelques notes poivrées avec une sensation poudreuse, excellente fraîcheur. Très grande réussite !

Saint-Emilion Premiers GCC

Dégustation du 2010 de Groupement de Premiers GCC de Saint-Emilion

Ch Magdelaine  17

Bouche délicate soyeuse avec une belle fraicheur saline, tout est en finesse, petit fruits rege, structure tannique très fine.

 Ch la Gaffelière   17+

Toucher de bouche lisse avec une bonne structure au milieu, vin assez digeste avec une finale réglissée, pointe poivré, notes mentholés.

 Ch Trotte Vieille  17

Bouche assez légère et fluide avec de notes réglissés au milieu, finale tannique, bien mesuré.

Ch Canon   18

Bouche soyeuse avec une structure tannique lisse, poudreuse et élégante, en finale présent une belle puissance toute en élégance.

Ch Figeac   18+ 

Toucher de bouche très soyeux avec une fruité de fruits noirs, vin large et généreux, en finale structure tannique élégante avec les petits grains.

Ch Bélair-Monange    17,5

Attaque très lisse et fin, le milieu remplit bien la bouche avec « une sucrosité sans sucre », tannins travaillé tout en élégance (petits grains) avec une excellente fraicheur en finale, belle salinité.

  Ch Angélus  18,5

Toucher de bouche taffetas, soie et épices douces, poivre blanc, milieu sucrosité sans sucre, belle complexité, tannins poudreux avec une finale minérale, longue, beaucoup salinité.

 Ch Pavie Macquin 18,5

En bouche de notes de essences de cèdre, structure tannique très fine puissante et minérale, très bonne longueur, élégant.

Ch Beauséjour   17,5

Bouche très lisse et fluide avec une structure tannique assez fine, vin aimable avec une finale fraîche.

Ch Clos Fourtet  18

Lisse et fin avec les grains de tannins très, très fins, d’une grande élégance, bien structuré, excellente et fraîcheur.

Ch Pavie 18,5-19

Très elegant, avec une très belle maitrise tannique, épices, différent que d’habitude, plus fin, changement de style très appréciable !

 Ch Troplong Mondot  18

Toucher de bouche très soyeux et élégant, avec le fruité frais et agréable au milieu, structure tannique fine avec une très bonne fraîcheur.

 Ch Beau-Séjour Bécot  17,5

Attaque tannique, grande structure, vin très large avec une puissance, quelques notes de fruits noirs, en finale réglisse, qui se mélangent aux tannins, très bonne fraicheur, à suivre…

En Conclusion: on voit une une belle homogénéité de tous les Premiers avec les différences des sols plus ou moins drainants, plus ou moins froid, consistance et structure tannique est bien présente avec une fraîcheur exceptionnelle. Tous ces crus restent très « digestes ».

Pour finir une belle leçon d’histoire par Gérard Bécot, qui montre les vestiges d’une vigne gallo-romaine dans sa parcelle de Beau-Séjour Becot, grand merci pour cette présentation… !

 

Commentaires fermés sur Journal de Bordeaux Primeurs 2010 – Episode 2 : Saint Emilion Premiers GCC


Bordeaux Primeurs 2009 – Episode 3

Saint Emilion 1ers Grands Crus Classés

Face à face Ausone et Cheval Blanc

Alain Vauthier, gérant et propriétaire de Château Ausone

 

C’est plutôt rare, quand on peux dire d’un vin, que chaque millésime c’est une vraie réussite. Pour Château Ausone ça dure facilement depuis plus qu’une dizaine de millésimes. Aujourd’hui Alain Vauthier, le propriétaire, est épaulé par sa fille Pauline, qui reprendra surement un jour ce joyeux familiale. En tout cas, cette réussite c’est un travail d’équipe, il ne faut pas oublier le bon boulot de Philippe Baillarguet, maître de chai.

Ausone, c’est 7ha de vignes, planté à 55% de Cabernet Franc et 45 % de Merlot.

Pour 2009 la vendange était relativement simple et rapide, les premiers Merlots ont été ramassés le 28 septembre, pour les finir le 4 et 5 octobre, en revanche, les Cabernets ont été ramassés le 9 et le 10 octobre.

Vinification traditionnelle en cuves bois thermo-régulées avec un élevage de 20 mois en barriques de chêne neuf.

La production 2009 s’élève à 16 000 blles de Ch Ausone et de 6 000 blles de la Chapelle d’Ausone.

Dégustation : vin d’une couleur pourpre très profonde avec un nez très net d’épices, de fruits noirs, quelques petits fruits rouges, ensemble frais et complexe, bouche veloutée et riche avec une fraicheur exceptionnelle, quelques notes fumées, fruits noirs, tannins très élégants, poudrés et suaves, grande profondeur, bonne maîtrise du bois, finale fraiche, ensemble d’une complexité parfaite. Note : 19,5/20

 

Château Cheval Blanc 2009, St. Emilion 1er GCC

 

Cheval Blanc 2009 c’est une pure merveille, une réussite exceptionnelle. Les températures douces d’août et de septembre ont permis d’atteindre une excellente maturité de raisins. Au moment de la récolte on a pu constater une homogénéité exceptionnelle, avec un équilibre remarquable. La vendange était relativement longue, les premières parcelles de Merlot ont été ramassés à partir de 15 septembre, tandis que le Cabernet Franc entre le 28 septembre et le 7 octobre. Les raisins ont été ramassées dans un état sanitaire proche à la perfection.

Assemblage 2009 c’est 60% Merlot et 40% Cabernet Franc, on a utilisé 65% de la récolte pour le Grand Vin et 30% pour le Petit Cheval. Pour le Grand Vin élevage d’environ 20 mois dans le bois nef à 100%. Pour Pierre Lurton, le Gérant de Cheval Blanc, le 2009 était « une année très technique avec les vendanges longues et la vinification douce, qui a permis de ressortir une extraordinaire qualité de tannins ».

Dégustation : vin avec une robe très profonde et brillant, nez épicé, poivré, réglisse et mentholé, quelques fruits noirs qui dominent, bouche riche et concentrée avec des notes de fruits, d’épices, excellente fraicheur, tannins d’une élégance exceptionnelle, ensemble d’un équilibre parfait. Note : 19,5-20/20   

 

Premiers Grands Crus Classés de Saint Emilion – Suite …

 

Dégustation à l'aveugle de 1ers GCC de Saint Emilion

 

Trottevieille

Nez de fruits frais, un peu foins, bouche fluide, lisse avec une fraicheur, finale tanin puissants et assez fin, petit coté réglisse, 16,5/20

Figeac

Nez de réglisse, d’épices, quelques fruits noirs, bouche suave, délicate avec de notes fruités, frais, groseille, tanins soyeux, bonne longueur , 16,5-17/20

Clos Fourtet

Nez de poivre blanc, fruits rouges frais, bouche suave, fluide, avec une bonne fraicheur, milieu tannins puissants, élégants, bonne longueur, 16,5-17/20

Beau-Séjour Bécot

Nez de réglisse, poivre blanc, fruits noirs mûrs, bouche puissante, encore sur élevage, coté boisé avec les notes de réglisse qui domine, bonne matière, tannins bien travaillés, pas d’agressivité, bonne longueur, 16,5/20

Beauséjour DL

Nez très discret, petite note épicé, bouche suave, riche et élégante, avec une très bonne minéralité, très bonne structure tannique avec une bonne longueur, 16,5-17/20

Canon

Nez discret, réglisse, poivre blc, bouche lisse, fluide avec au milieu notes minérale, en finale tannins forts sans agressivité, 16,5/20

Troplong Mondot

Nez très délicat de fruits noirs et épices, élégant, en bouche très joli fruité, tanins fins et élégants, avec une très bonne minéralité, finale longue, puissance et élégance, 17,5/20

Pavie

Nez puissant de fruits noirs et cassis avec une pointe d’agrumes, très mûrs et complexe, bouche très suave, ample, très belle structure tannique, bonne maitrise du bois, finale minérale et frais, belle complexité d’ensemble, 17,5-18/20

La Gaffelière

Nez frais, épices douces, bouche marquée encore par élevage, structure tannique élégante, milieu riche avec une bonne matière, en finale notes de réglisse, 16,5/20

Pavie Macquin

Nez légèrement boisé, notes d’épices, bouche riche avec de tannins assez rondes, petit coté fruité, belle puissance et complexité, en finale fraicheur et longueur, 16,5/20

et en plus…

 

Château Valandraud 2009

 

 

Il faut citer une grande réussite de Château Valandraud 2009, Murielle Andraud-Thunevin signe encore ici, son nouveau millésime. Changement ou plutôt une évolution dans son approche. Vin est puissant, mais très précis et fin, avec une très belle structure tannique et la fraîcheur qui domine. Assemblage : 65% Merlot, 25% Cabernet Franc, 10% Cabernet Sauvignon avec un peu de Malbec et de Carmenere, élevage dans le chêne nef à 100%.

 

Depuis 2003, Murielle produit sur 1ha son Blanc de Valandraud, avec 45% de Sauvignon Blanc, 5% de Sauvignon Gris et 50% de Sémillon, une petite production d’à peine 3 000 bouteilles.  

Commentaires fermés sur Bordeaux Primeurs 2009 – Episode 3



%d blogueurs aiment cette page :