vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Château Angélus & la cuisine de Yannick Alléno #accord parfait

Il est toujours extrêmement intéressent et surtout très enrichissant de suivre l’évolution des grands vins, après quelques années passés en bouteille, en plus quand-il s’agit d’un accord avec une cuisine d’exception d’un grand chef, oui les deux font la pair, aucune fausse note… !

 

Château Angélus 2015 2011 2007 2005

Dans ce cas bien précis il s’agit d’une petite verticale de Château Angélus (1er Grand Crus Classé « A » de Saint Emilion) en accord avec la cuisine de Yannick Alléno, chef triplement étoilé au Pavillon Ledoyen à Paris.

Yannick Alléno avec Stéphanie de Boüard-Rivoal au Pavillon Ledoyen

Voici les résultats :

 

Angélus 2015

Vendanges : 22 septembre au 14 octobre

Assemblage : 62 % Merlot, 38 % Cabernet Franc

 

Grand Millésime

Robe profonde, cerise noir avec une belle brillance, son nez est élégant, fruits noirs, chocolat noir, épices, en bouche toucher soyeux, note de cerise noire, cassis, chocolat en poudre, structure tannique racée, vin profond, son équilibre est parfait, finale fraiche, minérale, grande générosité de ce millésime offre un plaisir immédiat avec un potentiel exceptionnel.

 

Avec :

 

Epaule de chevreuil de Sologne en compression au céleri rave confit et chocolat

 

 

Angélus 2011

Vendanges : 19 septembre au 6 octobre

Assemblage : 60 % Merlot, 40 % Cabernet Franc

 

Note épicée, cacaotée, bouche gourmande bien structuré, fruits noirs écrasés, petite note cacaotée mélangée aux épices douces, joli complexité et élégance, finale fraiche, très belle longueur, présente encore une très belle garde.

 

Avec :

 

Galantine de lièvre à la farce noble, aigre douce de cacao, betterave imprimée

 

 

Angélus 2007

Vendanges : 25 septembre au 12 octobre

Assemblage : 62 % Merlot, 38 % Cabernet Franc

 

Maturité de fin de saison, joli croquant de fruits frais, note poudreuse, tannins soyeux, note de cacao en poudre, ce millésime pas vraiment facile qui révèle bien son terroir, gourmand et frais, même si aujourd’hui il est prêt à boire il a encore un bel avenir à s’exprimer pleinement.

 

Avec :

Filet de rouget à la Royale, boudin à la chair et l’encre de seiche croustillant

 

 

Angélus 2005

Vendanges : 16 septembre au 1er octobre

Assemblage : 62 % Merlot, 38% Cabernet Franc

 

Note de fruits noirs mûrs, cassis, petits fruits rouges croquants, belle élégance, structure tannique ronde, tout en douceur, finale fraiche avec une petite note mentholée, vin gourmand, très harmonieux, précis et droit avec un beau potentiel.

 

Avec :

 

Agneau de lait des Pyrénées

Pie au coing de France, salade de pourpier à l’huile d’ortie

 

 

Raviole de poire et courge au beurre d’orange

 

 

Château Angélus en bref :

 

Le château Angélus, domaine viticole familial (de la famille de Boüard de Laforest) de 39 hectares de vignes à Saint-Émilion, classé en 1er Grand Cru « A » dans le classement des vins de Saint-Émilion de 2012.

 

Déjà en 1954, lors du premier classement de Saint-Emilion, Château Angélus est Grand Cru Classé. Il bénéfice déjà d’une forte notoriété qui l’aidera à traverser la crise des vins de Bordeaux de 1973 et à aborder le renouveau technologique des années 80.

 

Le vignoble d’Angélus se situe dans un amphithéâtre naturel, sur la côte et le pied de côte sud de Saint-Emilion. Cette situation naturelle concentre les températures chaudes de l’été et augmente la précocité de maturation de raisins. Le sol est naturellement drainé par la pente.

La bonne répartition entre le calcaire et l’argile (entre 8 et 20%) permet une alimentation régulière en eau et en minéraux.

Les porte-greffes sont idéalement adaptés au terroir et les cépages sont repartis en fonction des sols soit les merlots sur la côte (plus argileuse) et les cabernets francs sur les sols sablo-argilo-calcaires du pied de côte.

Toutes ces particularités contribuent au style d’Angélus : opulent, dense, onctueux, de par la précocité de son terroir, mais aussi élégant, racé, pur avec beaucoup de fraîcheur, grâce à la forte proportion de cabernet franc (47 % de l’encépagement) et à la composition parfaitement équilibrée entre calcaire et argile de ses sols.

 

Aujourd’hui, c’est la 8e génération de la famille de Boüard de Laforest qui a pris les manettes de ce fleuron de Saint Emilion, Stéphanie de Boüard-Rivoal avec son cousin Thierry Grenié de Boüard. Tous les deux, ils continuent et veuillent sur cet extraordinaire héritage et patrimoine familiale.

 

 

A propos de Yannick Alléno

 

Sa bio express :

 

Né à Puteaux dans les Hauts-de-Seine, passe son enfance dans les cuisines des bistrots familiaux.

Dès l’âge de quinze ans, il commence son apprentissage auprès des plus grands chefs et débute sa carrière au Royal Monceau, à Paris, aux côtés de Gabriel Biscay. Il rejoint ensuite le Sofitel Sèvres avec aux commandes les chefs Roland Durand puis Martial Enguehard.

C’est chez Drouant, auprès de Louis Grondard qu’il forge sa maturité et son exigence. Il s’affirme dans le sillage de ce grand chef qu’il admire profondément avant de prendre sa première place en tant que chef, et ainsi diriger les cuisines du Scribe.

En 1999, une première étoile au guide Michelin vient récompenser son travail et sa créativité, confirmés en 2002 par une deuxième.

En 2003, Le Meurice lui confie sa restauration ; il y décroche d’emblée deux étoiles Michelin en 2004, puis une troisième en 2007, grâce à une cuisine déjà très identitaire.

En 2010, le Gault & Millau l’honore de 5 toques.

En janvier 2013, il quitte le Meurice après 10 ans de collaboration.

Le 1er juillet 2014, Yannick Alléno reprend la direction culinaire du Pavillon Ledoyen, Paris, et y installe Alléno Paris, qui seulement sept mois après son ouverture est couronnée des 3 étoiles au Guide Michelin.

En 2015, il est élu cuisinier de l’année par le Andrews Harpers et par le Gault & Millau.

En 2017, le restaurant Alléno Courchevel (Le 1947 à Cheval Blanc) est récompensé d’une troisième étoile Michelin, distinction suprême et historique pour le chef qui désormais détient deux restaurants triplement étoilés.

Aujourd’hui, Yannick Alléno fait partie du cercle très fermé des plus grands chefs de cuisine du monde. Enthousiaste, il consacre sa vie à sa passion et revendique une cuisine française forte, riche de son patrimoine et ambitieuse de ses créations.

 

Adresses utiles :

http://www.angelus.com

http://www.yannick-alleno.com

http://www.apepresseetrangere.org

 

 

 

Publicités
Commentaires fermés sur Château Angélus & la cuisine de Yannick Alléno #accord parfait



%d blogueurs aiment cette page :