vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Salon 2002 – 1er millésime du XXI siècle, excellence du chardonnay…
champagne Salon 2002

champagne Salon 2002

Tout d’abord rappelons nous : Champagne Salon est rare, très rare, seulement trente-sept millésimes vinifiés au XXe siècle… le premier millésime connu est le 1905 et le dernier 1999 !

Autant d’explosions d’arômes et de fraîcheur, toutes diverses, toutes uniques – Autant de variations sublimes sur un même thème… le chardonnay du Mesnil.

Champagne Salon en un seul, jusqu’à la minéralité crayeuse, jusqu’aux senteurs de fleurs, aux saveurs de brioche, à la pointe de sel, aux fines bulles crémeuses…

Champagne Salon est né unique, sous le signe de l’unique : un seul cépage, le chardonnay, un seul terroir, la Côte des Blancs, un seul cru, Le Mesnil-sur-Oger, une seule année, son millésime !

Ce champagne provient de la parcelle d’un hectare, «le Jardin de Salon», et de dix neuf autres petites parcelles du Mesnil-sur-Oger, sélectionnées par Aimé Salon au début du XXe siècle.

excellence du chardonnay

excellence du chardonnay

Champagne Salon il est tel que l’a imaginé dans les années 1910 Aimé Salon, un génie créateur d’une idée du champagne – la plus haute – qu’il sut incarner dans un chef – d’oeuvre d’équilibre et d’éblouissante élégance, éclatant en bouquets fous, colorés d’or à peine frotté de vert et subtils tout à la fois.

Le millésime 2002 est déjà une icône, le premier millésime du XXIe siècle que nous pouvons savourer depuis peu seulement…

Tout d’abord rappelons-nous la climatologie 2002 en Champagne.

Oh oui, qu’elle bonne surprise climatique…!

En Champagne, tout particulièrement au Mesnil-sur-Oger, l’alternance de temps frais, doux, pluvieux et sec, cette année-là est frappante : pas de grandes gelées, pas de pluies ravageuses, presque pas de grêle. La vigne en est on ne peut plus saine.

Les mesures de pollen à la floraison annoncent une récolte presque trop abondante, et les grappes prennent du poids !

La qualité risque de ne pas être au rendez-vous ? Les vignerons avisés allègent les ceps. Arrive le grand été qui met de l’ordre à tout ça, de belles journées chaudes concentrent les baies qui deviennent idéales en équilibre.

La vendange débute le 16 septembre au Mesnil-sur-Oger, sous un ciel bleu éclatant et dans un petit froid. Le chardonnay récolté se révèle riche et puissant, dans un état sanitaire parfait !

Que l’homme s’en mêle avec son savoir, l’art, l’amour, et voici que naît un vin affûté, précis, équilibré, scintillant, fascinant comme un sabre de samouraï. Car l’image de la bataille ne aurait manquer devant l’insolente vigueur, la tension sereine, sûre d’elle, que recèle le millésime 2002. L’âme de Salon, oui, et aussi sa victoire.

Salon 2002 exalte l’âme de Salon

Salon 2002 a eu du temps devant lui, un long temps pendant lequel se développeront, s’affineront, s’exalteront ses dons exceptionnels.

Mature, certes, mais abritant encore en lui cet adolescent tendu et vif, fin, doté d’une grâce à jamais juvénile.

Dégustation :

D’or pâle nué de vert avec un nez complexe de fleurs d’oranger à peine miellées, agrumes confits, madeleine sortant du four.

La bouche est fine, longue mais directe, nerveuse et retenue à la fois, exacte dans son élégance. Le geste de la lame du sabre de samouraï tranchant une tige de fleur qui s’envole haut, très haut, et retombe lentement. Son audace, alliée à sa puissance, lui assure un équilibre de danseur.

Salon 2002 mérite des mets intemporels…

À ce champagne crémeux et suggestif, il faut des mets intemporels, aussi simples que rares :

un homard à la nage, une poularde de Bresse à la crème, un carpaccio de coquilles Saint-Jacques, un risotto aux truffes, une cocotte de veau aux morilles, un bar en croûte de sel.

Plus simple ? Du caviar d’Aquitaine, de la poutargue en tranches presque transparentes, un grand jambon de Parme, ou un Ibérico ou encore quelques éclats d’un cœur de vieux parmesan.

A la dégustation Salon se dévoile à peine frais, entre 13° et 15° pour une volupté assurée.

Champagne Salon est unique, c’est un grand vin tout simplement… avec des bulles.

Salon

Salon est un grand vin avec des bulles… qui se déguste entre 13° et 15°C

Commentaires fermés sur Salon 2002 – 1er millésime du XXI siècle, excellence du chardonnay…


Perrier-Jouët Belle Epoque 2007 by Mischer’Traxler…
Perrier-Jouët Belle Epoque 2007 by Mischer'Traxler

Perrier-Jouët Belle Epoque 2007 by Mischer’Traxler

Small Discoveries by Mischer’Traxler, une création unique pour la Cuvée Belle Epoque 2007

La Maison de champagne Perrier-Jouët dévoile sa dernière création : Cuvée Belle Epoque 2007 signé par le duo de designers viennois Mischer’Traxler.

 

 

Le duo de designers Katharina Mischer et Thomas Traxler crée en 2014 Perrier-Jouët Ephemerã, une installation présentée au salon international Miami Design. Ephemerã se décline aujourd’hui avec Small Discoveries by Mischer’Traxler, une oeuvre singulière dédiée à la Cuvée Belle Epoque Millésime 2007.

Pour créer le motif de cette édition limitée, les Mischer’Traxler ont laissé libre cours à leur imagination tout en respectant le flacon original dessiné par Emile Gallé en 1902. Cet exercice de style a donné naissance à une élégante composition où se mêlent harmonieusement arabesques et feuillages entrelacés de fleurs, de papillons et de libellules. Cette édition limitée restitue fidèlement la vision Art Nouveau de la nature et le caractère floral, racé et ciselé des champagnes Perrier-Jouët.

C’est un fruit d’un travail commun entre Hervé Dechamps, chef de cave de la Maison Perrier-Jouët et le studio de design Mischer’Traxier.

Pour Hervé Deschamps, « la Cuvée Belle Epoque Millésime 2007 est l’expression parfaite du savoir-faire du millésime de la Maison Perrier-Jouët. »

 

Perrier-Jouët Belle Epoque 2007 avec son écrin by Mischer'Traxler

Perrier-Jouët Belle Epoque 2007 avec son écrin by Mischer’Traxler

 

Le décor si particulier de la bouteille évoque le silence des caves de craie où la cuvée a mûri pendant près de six ans pour enfin révéler sa légèreté cristalline, sa générosité et son raffinement.

« La collaboration artistique entre Perrier-Jouët et le studio Mischer’Traxler s’est imposée comme une évidence », souligne Axelle de Buffevent, Directrice de style de la Maison Perrier-Jouët. « Nous partageons la même fibre artistique, héritée du mouvement Art Nouveau, initié par Emile Gallé, créateur en 1902 du flacon original Belle Epoque ».

 

Degustation :

La Cuvée Belle Epoque Millésime 2007 révèle un délicat bouquet de magnolia, de chèvrefeuille ainsi que des arômes d’agrumes, enveloppés de notes de poires et de pêches mûres sublimées par une pointe de minéralité. Son attaque franche est suivie d’une fraîcheur cristalline persistante, dévoilant des arômes de fruits blancs et des notes de lait d’amande.

 

Perrier-Jouët Belle Epoque 2007

Perrier-Jouët Belle Epoque 2007

Grand Zoom sur Mischer’Traxler Studio :

Créé en 2009, Mischer’Traxler studio c’est avant tout la rencontre de deux talents : celui de Katarina Mischer et Thomas Traxler. Installé à Vienne, ce jeune duo de designers développe des objets, des meubles et des installations mettant en exergue une pensée conceptuelle et expérimentale inédite. Ils se définissent à la fois comme des artisans et des visionnaires exploitant les toutes dernières technologies (installations kinétiques ou interactives). A travers leurs oeuvres, le duo de designers Mischer’Traxler souhaite susciter l’interrogation et surtout élargir le champ des possibles.

Pour eux, le Design se doit d’être esthétique et insuffler du sens aux objets. Ces dernières années, leurs créations ont fait l’objet de nombreuses expositions dans divers musées, notamment Le Boijmans Van Beuningen à Rotterdam, la Triennale à Milan, Le CAFA Art Museum à Pékin ou encore le MUDAC à Lausanne et ont été visibles dans plusieurs manifestations internationales de design.

 

Grand Zoom sur la Maison Perrier-Jouët :

Perrier-Jouët appartient à Martell Mumm Perrier-Jouët, filiale de prestige de Cognac et de Champagne du groupe Pernod Ricard, groupe co-leader des vins et spiritueux dans le monde.

La Maison Perrier-Jouët s’inscrit dans la plus pure tradition des grandes Maisons de Champagne avec des vignobles exceptionnels et se reconnaît à son style floral, ciselé et élégant.

Depuis sa collaboration en 1902 avec Émile Gallé, pionnier du mouvement Art Nouveau et à l’origine des anémones blanches qui ornent le flacon de la prestigieuse cuvée millésimée Belle Epoque, Perrier-Jouët a fait appel à des artistes reconnus ou émergents tels que Daniel Arsham, Noé Duchaufour-Lawrence, Studio Glithero, Simon Heijdens et plus récemment Tord Boontje ou Vik Muniz

Commentaires fermés sur Perrier-Jouët Belle Epoque 2007 by Mischer’Traxler…


Dom Pérignon, le temps des Plénitudes…
Colléction Dom Pérignon

Collection Dom Pérignon

 

Ce fût une dégustation exceptionnelle que celle des Plénitudes Dom Pérignon en présence de Richard Geoffroy, Chef de Cave Dom Pérignon.

Le prétexte pour celle-ci, laquelle a fait le bonheur de quelques « privilégiés » : la future vente chez Artcurial d’une collection inédite de Dom Pérignon sur de rares millésimes, ainsi que des formats rares, allant de la bouteille au magnum, du jéroboam au mathusalem…

Richard Geoffroy, chef de cave Dom Pérignon

Richard Geoffroy, chef de cave Dom Pérignon

« C’est l’harmonie qui signe Dom Pérignon, au-delà du caractère inédit du millésime : une présence singulière, une tension des opposés et des compléments pour une sensation complète, rythmée et qui embrasse. Un toucher sans couture et le gravitas de la minéralité – si reconnaissables – viennent compléter le tout », explique Richard Geoffroy.

L’idée du concept des Plénitudes est née en 2000, au moment précis où Richard Geoffroy décide de mettre à disposition de tous les amateurs et amoureux de Dom Pérignon des millésimes rares et plus anciens en provenance directe de l’oenothèque. Le but majeur est de ne ressortir ces vins d’exception qu’à des moments privilégiés de leur évolution.

Dans les caves obscures de la Maison, le vin vit et se bonifie dans son parcours d’une longue maturation sur les lies, il se métamorphose, il se magnifie… il évolue par paliers successifs. Le temps, qui n’est pas linéaire, est un vrai révélateur d’un grand champagne.

Ces différents plateaux successifs de changement, le chef de cave les a appelés « les Plénitudes ».

Il y a trois Plénitudes pour tous les millésimes Dom Pérignon :

P1 – La Première Plénitude est celle de la promesse, le résultat de plus de 9 années d’élaboration.

Elle est l’équilibre accompli de la jeunesse du vin, où tout est là en harmonie.

P2 – La Deuxième Plénitude est un résultat de plus de 16 ans d’élaboration, elle incarne l’expansion. Les éléments différents et complémentaires de l’assemblage résonnent entre eux pour créer une nouvelle énergie. Le vin est intense, vibrant et précis, son énergie est à son apogée.

P3 – La Troisième Plénitude est celle de la Révélation, le résultat de plus de 25 ans d’élaboration.

L’architecture du vin s’est progressivement épurée autant qu’elle s’est enrichie lors d’un mouvement d’intégration lent et profond. Le vin est plus complexe que jamais, il est sublimé.

Passons à la dégustation :

Dom Pérignon 2004 (P1)

Dom Pérignon 2004 (P1)

Dom Pérignon 2004 (P1)

Un mot sur le millésime : sous le signe de l’aisance et de la générosité.

Le développement végétatif de la vigne fût régulier, sans incident. Le climat se montre longtemps sans excès, avec un mois d’août plutôt frais, c’est la chaleur sèche des dernières semaines qui fait le millésime. Les vendanges débutèrent le 24 septembre, la maturité et l’état sanitaire sont excellents.

Nez frais, mélange de fruits et de fleurs blanches avec une petite note grillé, torréfié, très discret. En bouche toucher frais, net et précis, on retrouve la note grillée, beurrée avec une finale saline, très racée, tout est harmonieux.

Dom Pérignon 1998 (P2)

Dom Pérignon 1998 (P2)

Dom Pérignon 1998 (P2)

Un mot du millésime : l’année viticole marquée par tous les extrêmes, chaleur extrême en août, très faible nombre des grappes, première quinzaine de septembre terne et pluvieuse, il a fallu beaucoup de patience et de sang froid pour attendre les maturités. Les vendanges débutèrent le 23 septembre, les raisins sont parfaitement sains avec de belles maturités.

Nez floral, zestes d’oranges, notes grillées, minérales, bouche riche, crémeuse avec une belle tension et persistance aromatique, finale fraiche avec une longueur sans oublier sa note saline.

Dom Pérignon 1996 (Oenothèque)

Un mot du millésime : l’année des contrastes avec un été capricieux, et des périodes humides qui n’arrivent pas à compenser les déficits hydriques précoces. Avant les vendanges qui débutèrent le 16 septembre, ce sont les fortes chaleurs avec des vents Nord-Est qui font la maturité du millésime. C’est un millésime de concentration entre les sucres, l’acidité et les tanins.

Nez de fruits secs avec des notes tourbées et minérales, la bouche est riche, structurée avec une belle construction et épaisseur, des notes de fruits blancs très mûrs, légèrement acidulées, finale droite et fraiche.

(de g à d) Dom Pérignon : 2004, 1998, 1996, 1995, 1970

(de g à d) Dom Pérignon : 2004, 1998, 1996, 1995, 1970

Dom Pérignon 1995 (Oenothèque)

Un mot du millésime : floraison tardive mais rapide, un été caniculaire dès les derniers jours de juin, les pluies sont rares, juste quelques orages isolés, et des températures supérieures aux normales saisonnières des 30 dernières années.

Nez de fruits zestés, cerise noire, petite note torréfiée, en bouche joli structure, puissance et densité, quelques fruits blancs acidulés, finale droite et minérale.

Dom Pérignon 1970 (P3)

Dom Pérignon 1970 (P3)

Dom Pérignon 1970 (P3)

Un mot du millésime : floraison quasi parfaite, conditions climatiques exceptionnels avec des températures assez élevées toute l’année, la récolte est abondante, de très belle qualité.

Un grand millésime dans l’histoire de la Champagne.

Nez puissant, encore sur les fruits, figue séchée, feuilles sèches, notes de torréfaction, moka, bouche fraiche, droite, grande densité, complexité d’arômes, note zestée, agrumes confits, finale longue avec une note cacaoté.

Richad Geoffroy explique la notion des Plénitudes

Richad Geoffroy explique la notion des Plénitudes

Bref Bio de Richard Geoffroy, Chef de Cave

Ce jeune sexagénaire 100% champenois, descendant d’une longue lignée de viticulteurs né à Vertus dans la Côte des Blancs choisit d’abord la médecine. Vite rattrapé par ses origines, avec son diplôme d’œnologie en poche de l’Ecole National de Reims dès 1984, il entame sa nouvelle vie professionnelle. Tout d’abord en tant que Conseiller Technique pour les Domaines Chandon dans le Nouveau Monde.

Dès 1990 une nouvelle porte à sa carrière s’ouvre cette fois-ci en Champagne, il est nommé Chef de Cave Dom Pérignon, ainsi il devient un véritable créateur de chaque millésime de ce champagne de légende…

Rappel :

Dom Pérignon à l’honneur chez Artcurial

Enchères exceptionnelles le 17 et 18 décembre 2014

Dom Pérignon Plénitude sur 18 grands millésimes de blancs et rosés (de 1962 au 2004)

http://www.domperignon.com

http://www.artcurial.com

collection en grand format

collection en grand format

Commentaires fermés sur Dom Pérignon, le temps des Plénitudes…


Champagne Roederer Brut Nature 2006 by Philippe Starck…
Brut Nature 2006 by Starck

Brut Nature 2006 by Starck

C’était sans doute l’Evènement de la rentrée, la sortie de la nouvelle cuvée Louis Roederer Brut Nature 2006 by Philippe Starck !

« La cuvée Brut Nature 2006 est une rencontre : celle d’un terroir historique avec une année remarquable, celle d’une Maison à l’écoute de la nature avec un grand créateur, un homme libre.  Philippe Starck a exprimé une vision émotionnelle de créateur très enrichissante pour nous parce qu’elle nous a apporté une liberté de la création que nous n’avions pas. En nous laissant interpréter ses mots, Philippe nous a permis de franchir des frontières, d’explorer de nouveaux territoires. La création du Brut Nature 2006 restera dans l’histoire de la maison comme une grande aventure humaine et professionnelle.»

Frédéric Rouzaud, DG de Louis Roederer

Frédéric Rouzaud, DG de Louis Roederer

Cet ainsi que Frédéric Rouzaud, DG de Louis Roederer définit en quelques mots la naissance de cette nouvelle cuvée de la Maison qui a bousculé tous les codes…

Brut Nature 2006 est issus d’un terroir exceptionnel de Cumières, ce terroir argilo-calcaire exposé plein sud bénéficie de surcroit de la réflexion de la lumière sur la Marne. Cette situation donne des vins précoces et sucré appelés autrefois « vins de rivière » avec parfois leurs accents un peu « bourguignons ».

Robe cristalline de Brut Nature 2006

Robe cristalline de Brut Nature 2006

En 2006 les Pinots noirs de Cumières (2/3 dans l’assemblage) sont d’une grande vinosité, intenses avec des notes légèrement épicées, typiques du village. C’est cette maturité exceptionnelle qui a naturellement conduit à ne pas doser cette cuvée (pas de malo non plus). Paraphée par quelques Chardonnays (1/3), elle révèle un vin ample, élégant, d’une grande pureté, dont la structure onctueuse et veloutée s’associe à la belle fraicheur.

Philippe Starck

Philippe Starck

« J’avais déjà été approché par d’autres maisons de champagne mais j’ai toujours décliné leur offre car je considérais comme un mensonge de vendre une bouteille marquée Starck sans qu’il y est du Starck à l’intérieur. Il fallait donc que je participe à l’élaboration de cette cuvée afin que cette bouteille soit le résultat d’un système honnête, d’une réelle collaboration intégrale, et qu’elle exprime une cohérence entre son dessin et son contenu. »

Jean-Baptiste Lécaillon, Chef de Caves

Jean-Baptiste Lécaillon, Chef de Caves

« Pendant de longues heures j’ai décrit mon champagne rêvé, non dosé évidemment : j’ai fait des portraits chinois, j’ai raconté cette histoire sous de multiples angles, avec des mots très précis et créateurs d’images fortes. Et ce sont ces mots porteurs de concepts, cette abstraction, que Jean-Baptiste Lécaillon (Chef des Caves) et ses équipes, à travers nos tastings, ont ensuite travaillés en vin. » Philippe Starck

Starck a imaginé un écrin totalement original...

Starck a imaginé un écrin totalement original…

Pour cette cuvée inédite, Starck a imaginé un écrin totalement original, une capsule brut, sans peinture, une coiffe en étain sans inscription, dont la nuance gris évoque l’élégance et la vérité de la cuvée.

« C’est un champagne Brut Nature Millésimé élaboré en 2006 par Louis Roederer et Philippe Starck à Reims, en France. »

Le Brut Nature 2006 imaginé et élaboré avec Philippe Starck

Le Brut Nature 2006 imaginé et élaboré avec Philippe Starck

Commentaires fermés sur Champagne Roederer Brut Nature 2006 by Philippe Starck…


Maison Bruno Paillard à Reims, une Maison de champagne pas comme les autres…

Bruno Paillard, le "bosse" fondateur de la Maison dans le lieu stratégique : salle de dégustation et d'assemblage

Bruno Paillard, le « bosse » fondateur de la Maison dans le lieu stratégique : salle de dégustation et d’assemblage

Alice Paillard, la fille en parfaite Ambassadrice de la maison, dans une parcelle de pinot meunier à Festigny

Alice Paillard, la fille en parfaite Ambassadrice de la maison, dans une parcelle de pinot meunier à Festigny

Quand j’ai appris que j’avais cette possibilité et la chance de visiter la Maison Bruno Paillard à Reims, j’ai bien évidemment sauté sur cette belle occasion pour découvrir cette jeune maison, pas vraiment comme les autres…

En effet, je connaissais déjà ses vins, pour être précise ses champagnes, car j’ai eu l’occasion d’en déguster plusieurs cuvées il y a quelques années de cela. Mon souvenir lointain, mais très précis, portait notamment sur son N.P.U. 1990. C’était le premier millésime de cette cuvée d’exception.

Bruno Paillard présente fierté de sa maison "Nec Plus Ultra"

Bruno Paillard présente la fierté de sa maison cuvée « Nec Plus Ultra » 99

Bruno Paillard, un sexta, dynamique et souriant… 100% champenois, né à Reims, et dont les ancêtres étaient toujours courtiers et vignerons dans les Grands Crus de la Montagne de Reims depuis 1704. Lui même a poursuivi cette tradition familiale en débutant en 1975 en tant que courtier.

Mais Bruno Paillard a toujours rêvé d’aller plus loin : avoir sa propre maison, élaborer son propre champagne. Il a donc fallu qu’il soit différent des autres, très pur, minéral, élégant… bref qu’il corresponde à lui-même, à ses critères de sélection très stricts.

le chai à barriques, les barriques bordelaises venant de Passac

le chai à barriques, les barriques bordelaises venant de Passac

cuvier inox ultra moderne

cuvier inox ultra moderne

Son désir devient vite une réalité : en janvier 1981, la Maison de champagne Bruno Paillard est né, suivie par la construction d’une cave en 1990, très moderne mais dans l’esprit et la tradition champenoise.

l'une de parcelle de pinot meunier à Festigny

l’une de parcelle de pinot meunier à Festigny

En 1994, Bruno Paillard acquiert ses premières vignes et aujourd’hui, son parc viticole représente 32 ha dont 10 ha dans les Grands Crus, et pas les moindres : Oger, Mesnil-sur-Oger, Verzenay ou Bouzy. Il couvre la moitié des besoins en approvisionnement. Le complément se fait auprès de vignerons indépendants qui ont toujours travaillé avec la maison.

travail des sols très précis avec ce petit engin ultra léger pour ne pas trop tasser la terre

travail des sols très précis avec ce petit engin ultra léger pour ne pas trop tasser la terre

Le mot d’ordre de la Maison, c’est le respect de la terre, le respect de cette inimitable typicité crayeuse du terroir. Le travail de la terre se fait dans le pur respect du terroir avec un labour des sols et une utilisation des produits recommandés en viticulture bio.

unique cuve d'assemblage finale qui peut contenir équivalant 200 000 bouteilles

unique cuve d’assemblage finale qui peut contenir équivalant 200 000 bouteilles

Pour Bruno Paillard, le champagne est avant tout un produit d’une composition et d’un assemblage très judicieux afin d’obtenir un produit final le plus pur, le plus complexe et le plus élégant possible en jouant avec ses différents terroirs, cépages, outils de vinification, sans oublier le savoir faire et l’expérience de vinificateur…  

Après plus de 30 ans d’existence, la Maison Bruno Paillard a pris ses marques. Aujourd’hui, elle produit 400 à 500 000 bouteilles. La vinification se fait en cuves inox avec 20% de vins vinifiés en fûts bordelais venant de Pessac.

Chaque cuvée est élaborée en utilisant les jus de la première presse uniquement, avec une très longue maturation entre 36 mois et plusieurs années selon les cuvées.

"c'est exactement ici se trouve la date de dégorgement"...

« c’est exactement là où se trouve la date de dégorgement »…

Le dosage est réduit au stricte minimum (4 à 6g de sucre par/l), sans oublier la mention de la date de dégorgement inscrit sur la bouteille. Cette pratique a commencé chez Bruno Paillard dès 1983.

A l’époque, il était le précurseur (et le seul pendant presque 20 ans), alors qu’aujourd’hui c’est une pratique de plus en plus courante.

La Maison Bruno Paillard ne manque pas des projets : augmenter son parc viticole et surtout investir de plus en plus dans le travail des sols car il ne faut surtout pas oublier qu’un bon champagne est un fruit d’un terroir compris au maximum par celui qui le travaille…

Maison Bruno Paillard en quelques chiffres :

32 ha issus de 15 crus dont (50% de ses approvisionnements)

14,4 en Grand et Premier Crus

Chardonnay 11,7 ha

Pinot Noir  13 ha

Pinot Meunier 7,3 ha

Production 400 à 500 000 bouteilles

Exportation 70-80% du volume

Cuvées :

Brut Premier Cuvée

Pour Bruno Paillard c’est « porte-drapeau de notre maison, il doit rester absolument parfait dans les années fastes comme les années maigres, que la nature Champenoise se plaît alterner … »

Assemblage : 45% Pinot Noir 33% Chardonnay 22% Pinot Meunier

Vieillissement 3 ans

Dosage 6g/l

cuvée Blanc de Blanc GC

cuvée Blanc de Blanc GC

Blanc de Blanc Réserve Privée GC

100% Chardonnay GC de la Côte des Blanc

Sa particularité vinification en « demi mousse » comme autre fois en Champagne (avec moins de sucre et moins de ferments ajoutés pour la 2ème fermentation en bouteille)

Dosage 5g/l

C’est mon coups de cœur qui correspond parfaitement à l’esprits de la maison par sa pureté, sa minéralité crayeuse et son élégance.

Brut Millésimé 2004

Assemblage 48% Chardonnay 52% Pinot Noir

Vieillissement de 9 ans

Dosage 5g/l

Pour chaque de ses millésimes Bruno Paillard choisit un thème qui correspond aux particularités de l’année en question et le fait illustré par un artiste contemporain.

Pour le 2004 c’est l’artiste arménien Arthur Djoroukhian qui a travaillé sur le thème « Harmonie, Symphonie ».

Rosé Premier Cuvée

Assemblage de Pinot Noir vinifié en blanc et en rouge par macération avec une partie impotente de Chardonnays du Nord de la Cote des Blanc. Son assemblage exact est tenu secret.

Dosage 6g/l

N.P.U. 1999 « Nec Plus Ultra »

La Grande Cuvée qui est le fruit d’un très grand millésime seulement, issu uniquement des grands crus : Verzenay, Chouilly, Oger et Le Mesnil sur Oger (assemblage pour le 99 pour les chardonnays). A ce jour il y avait seulement quatre cuvées : 1990, 1995, 1996 et 1999.

Assemblage 50% Chardonnay 50% Pinot Noir

Vinification particulière dans les petits fûts de chêne avec un vieillissement au moins 12 ans en cave.

Dosage 4g/l

Mon deuxième coup de cœur pour la pureté des chardonnays et la puissance de pinots avec une élégance et finesse sans pareil.

le beau paysage de la colline de Festigny

le beau paysage de la colline de Festigny

Commentaires fermés sur Maison Bruno Paillard à Reims, une Maison de champagne pas comme les autres…


Champagne Henri Giraud présente le Saké « Complice »
27 juillet 2010, 16:54
Filed under: Champagne, Champagne Henri Giraud, Saké | Étiquettes: , ,

 

Claude Giraud commente la Cuvée Fût de Chêne

 

Claude Giraud, propriétaire de la Maison de Champagne Henri Giraud à Aÿ peut être très fier du chemin parcouru depuis 20 ans. A partir des années 70, Claude avec son père Henri reconstruisent ensemble le vignoble familial. Claude prend très vite conscience de son potentiel, commence un travail de fond sur le terroir, la vinification, en expérimentant un élevage en fût. Chaque cuvée de la maison est travaillée avec une minutie. Grâce au Millésime 1990 à l’équilibre exceptionnel, la Maison Henri Giraud met en cave sa première Grande Cuvée, la Cuvée Fût de Chêne. Cette année là, la Nouvelle Maison Henri Giraud est née. En 1999 la cuvée Fût de Chêne est présentée pour la première fois sur le marché international où elle rencontre un véritable succès, elle est immédiatement plébiscitée par de grands amateurs.

Pour élevage de son vin, Claude utilise uniquement des bois originaires de l’Argonne, forêt historique de l’approvisionnement des futailles de Champagne. Plantée déjà au 14ème siècle en haute futaie, la forêt argonnaise a fourni, aussi, à la France le bois de marine très dur. Aujourd’hui la Maison Henri Giraud est entièrement engagée pour la réhabilitation de cette forêt totalement abandonnée dans les années 50.

 

 

 

Grande Cuvée Fût de Chêne 2000

ZOOM sur les Cuvées :

Cuvée Fût de Chêne 2000 (dernier millésime sorti)

Grand Cru d’Aÿ

75% Pinot Noir, 25% Chardonnay

élevage 12 mois en fût et 9 ans sur lattes, dosage 9g/l

Cuvée Code Noir

100% Pinot Noir

élevage 12 mois en fût, dosage 9g/l

Cuvée Code Noir Rosé

100% Pinot Noir

élevage 12 mois en fût, dosage 9g/l

Toutes les cuvées sont élaborée avec une finesse et une précision exceptionnel, elles présentent une grande fraîcheur, le plaisir est immédiat, c’est un grand moment de dégustation.

La production se fait sur 25 ha de vignes, dont 9 ha en propre sur Aÿ.

 

Ryuichiro Masuda présente le Saké "Complice"

 

Claude Giraud cherche sans cesse de nouvelles idées et s’associe avec la société Masuda Sake Company. Pour le 20ème anniversaire de La Nouvelle Maison Henri Giraud né le Saké « Complices », fruit du métissage entre les deux cultures, française et japonaise, fruit d’une rencontre entre Ryuichiro Masuda, directeur de la Masuda Sake Compagny et Claude Giraud. La grande qualité et l’originalité de la Grande Cuvée Fût de Chêne a donné envie à Ryuichiro Masuda d’élever ses vins de saké, issus de la fermentation du malt de riz, dans les fûts de chêne d’Argonne ayant servi pendant 12 mois à élevage de la Cuvée Fût de Chêne. De cette alliance né un « vin » d’une nature toute nouvelle, liant deux cultures de « vins » très différentes, un fruits d’une aventure oenologique, d’une amitié tout simplement. Pour les grands amateurs, le saké « Complice » affirme son expression et son caractère inédit dans un tout nouvel espace de goût et de saveurs, c’est une invitation au voyage gustatif sans précédent.  

Commentaires fermés sur Champagne Henri Giraud présente le Saké « Complice »


POL ROGER, la « Haute Couture » de la Champagne
19 janvier 2010, 23:45
Filed under: Champagne, Champagne Pol Roger | Étiquettes: , , , ,

Je connais peu de Maisons de Champagnes qui ont réussi à bâtir leur réputation sur la discrétion. C’est pourtant le cas de la Maison Pol Roger en plein coeur d’Epernay : discrète et élégante avec sa gamme de produits d’une grande qualité, et laquelle est connue du plus grand nombre d’amateurs français et étrangers, y compris les britanniques qui l’adorent !

Fondée par Pol Roger, un champenois d’Aÿ en 1849, il s’agissait au départ d’une petite maison de négoce très respectée dans le milieu, et qui est parvenue à se faire une place sur un marché britannique pourtant très exigent à l’époque.

Depuis plus de 160 ans, cette maison familiale indépendante transmet de père en fils le goût du bon, du beau et du bien faire. Aujourd’hui, elle est toujours discrète, très discrète même, mais ô combien connue par les grands amateurs des meilleurs champagnes.

Son entière indépendance, son travail d’une qualité rare et la grande élégance de chaque cuvée lui confère ainsi un statut très privilégié.

Dotée de 87ha de vignes sur les meilleurs terroirs de la Champagne, ses quelques rachats complémentaires en raisin, mais également de caves profondes et fraiches taillées dans un sol crayeux, lui offrent les outils indispensables dans l’élaboration d’une gamme très complexe de cuvées. On peut citer par exemple le Brut, le Pur, le Rich, le Vintage, le Blanc de Blanc, le Rosé, sans oublier ce must, la splendide Cuvée Sir Winston Churchill.

Verticale du Brut Vintage

Toutes les cuvées Brut Vintage ont le même assemblage soit :

60% de Pinot Noir

40% de Chardonnay

Composées uniquement de premiers et grands crus de la Montagne de Reims et de la Côte des Blancs.

La Bulle aérienne du Vintage 2000

 

Le dernier né de la gamme : Brut Vintage 2000 (Fraicheur sensuelle)

Ce qui surprend dans cette cuvée, c’est sa grande fraicheur avec un petit coté minéral et une belle franchise. La bulle est extrêmement fine, rapide et aérienne. On retrouve quelques notes de fleurs jaunes, d’agrumes, d’abricot, avec une petite rondeur au milieu. La finale est fraiche et très nette.

Idéal à l’apéritif.

La luminosité du Vintage 1998

 

Brut Vintage 1998 (Plénitude)

Au nez on retrouve un petit coté fumé. La bulle est toujours très délicate et persistante. En bouche : une bonne fraicheur avec une certaine vinosité et rondeur, ainsi que quelques notes de fruits blancs. En finale il garde bien sa minéralité avec une petite pointe d’amertume.

Idéal pour accompagner un plat délicat, pourquoi pas du veau.

 

La brillance du Vintage 1996

 

Brut Vintage 1996 (Aboutissement totale)

Mon vrai chouchou.

Sa robe est dorée avec une belle brillance, sa bulle est très aérienne, fine et rapide. Au nez, il surprend par quelques notes grillées et fumées mettant bien en avant la présence du chardonnay (40% dans assemblage). En bouche : encore très jeune et frais, avec une belle complexité aromatique et profondeur. On retrouve toujours ces notes grillées, et le tout est très précis, droit et doté d’une finesse exceptionnel. Un Grand Champagne !

A déguster à l’apéritif pour apprécier seul, ou avec un plat fin et sophistiqué comme le ris de veau.

 

 

La petite bulle fragile du Vintage 1993

 

Brut Vintage 1993 (Mature)

Au nez on trouve une pointe d’évolution, sa bulle est encore persistante mais assez fragile. En bouche : quelques notes d’évolution en gardant encore le milieu assez frais et vif. On sent encore une bonne puissance, en finale on retrouve une petite note d’amertume et une bonne longueur.

Difficile à associer, mais l’apéritif est toujours un bon compromis. Pourquoi pas avec un sorbet aux épices doté d’une pointe de safran du Maroc.

Commentaires fermés sur POL ROGER, la « Haute Couture » de la Champagne



%d blogueurs aiment cette page :