vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


13ème Grands Jours de Bourgogne 2016 #bilan…

La 13ème édition des Grands Jours de Bourgogne 2016 a rencontré un vif succès et réunit près de 2500 professionnels de 56 pays !

les Climats de Bourgogne

les Climats bourguignons, la mosaïque de terroirs exceptionnels

La manifestation se déroulait dans une atmosphère tout à fait particulière, tout le monde viticole affichait sa joie pour la toute récente inscription des Climats bourguignons sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO…

Après 8 années d’efforts et d’espoir, le rêve des Bourguignons est devenu une réalité !

 La consécration est tombée le 4 juillet 2015, le Comité du patrimoine mondial a décidé d’inscrire les Climats du vignoble de Bourgogne sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

la Romanée Conti

la Romanée-Conti

Ce bien culturel a ainsi démontré qu’il possède une Valeur Universelle Exceptionnelle, un trésor désormais mondialement reconnu : ses 1247 Climats, parcelles de vignes, aux noms évocateurs tels Montrachet, Romanée-Conti, Clos de Vougeot, Corton, Musigny, Chambertin… qui expriment la diversité culturelle de la Bourgogne viticole.

Les 1247 Climats sont accolés les uns aux autres, chacun possède son histoire, son goût, sa place dans la hiérarchie des vins, tels que les a lentement construits le génie humain allié à un milieu naturel exceptionnel.

« Cette inscription est aussi la reconnaissance du travail de toutes les générations d’hommes et de femmes, vignerons, moines cisterciens, ducs de Bourgogne, qui, siècle après siècle, ont patiemment construit le vignoble de la Bourgogne, recherchant l’excellence avec détermination.

L’appartenance des Climats du vignoble de Bourgogne au Patrimoine de l’humanité est notre fierté. Désormais, c’est aussi notre devoir vis-à-vis de la communauté des nations. ».

Aubert de VILLAINE (Président de l’Association des Climats du vignoble de Bourgogne)

Les Grands Jours de Bourgogne en quelques chiffres

La manifestation se déroule tous les 2 ans depuis 1992.

Les Grands Jours de Bourgogne réunissent tous les professionnels du vin, prescripteurs et journalistes au cœur du vignoble bourguignon : 
de Chablis à la Côte Chalonnaise en passant par la Côte de Beaune et la Côte de Nuits, ainsi que le Mâconnais qui se déguste à Beaune, en tout 11 sites de dégustation.

Dégustation au Clos de Vougeot

Dégustation au Clos de Vougeot, chaque de 11 sites de dégustations affiche complet…

Devenu incontournable, ce rendez-vous offre la possibilité de rencontrer plus de 1000 vignerons et de découvrir près de 10 000 vins sur 5 jours de dégustations.

Edition 2016 a accueilli près de 2500 visiteurs de 56 pays !

Les nouveaux visiteurs représentaient 35 %, ce qui a confirmé l’intérêt croissant pour les vins de Bourgogne qui sont exportés aujourd’hui dans 180 pays.

Une belle édition qui a marqué, avec le Millésime 2014 (mis à la dégustation) le retour de volumes de vins de Bourgogne dans la norme (1,58 millions d’hl, soit l’équivalent de 210 millions de bouteilles).

2014 confirme les premiers pronostics : c’est un très beau millésime, les volumes sont là aussi, même s’ils ne combleront pas totalement le manque de stock.

Après une nouvelle année de la météo surprenante, septembre, fidèle à sa réputation, a pleinement joué son rôle. Les raisins récoltés ont donné naissance à des vins joliment équilibrés, avec des couleurs intenses.

Près de 1,58 million d’hectolitre récoltés confirme la bonne récolte, malgré des disparités suivant les secteurs, notamment en raison des épisodes de grêle ayant impacté, parfois fortement, certaines parcelles autour de Lugny (Mâconnais) et en Côte de Beaune.

Un mot du 2015

Parfaits ! En 2015, les raisins étaient juste parfaits. Etat sanitaire irréprochable et maturité optimale, voilà le duo gagnant de cette année. Les équilibres des vins portent une fantastique richesse aromatique de ce millésime. La bonne humeur, déjà perceptible lors des vendanges, s’est transformée en réel bonheur au fil des vinifications et des premières dégustations. La grande homogénéité qualitative et la concentration exceptionnelle, observées du nord au sud, présagent à un très Grand Millésime.

Grand Zoom

30 000 ha de vignes

Bourgogne = 100 appellations soit :

33 Grands Crus

44 Villages et 1er Crus

23 Régionales

4 niveaux d’appellations soit :

1 % GC

10 % 1er Crus

38 % Villages

51 % Régionales

Clos de Vougeot, un pied de pinot noir

Clos de Vougeot, un pied de pinot noir

Cépages :

49 % Chardonnay

35 % Pinot Noir

16 % Autres (Aligoté, Gamay, Sauvignon)

Production

70 % Vins blancs (dont les Crémants)

30 % Vins rouges

Dom Laroche, Chablis

Dom Laroche à Chablis

Maison Champy à Beaune

Maison Champy à Beaune

Maisons :

17 Caves Coopératives

300 Maisons de Négoce

3850 Domaines viticoles

PORTFOLIO

Dégustation exceptionnelle, Grandes Maisons, Grands Crus,

Dégustation exceptionnelle, Grandes Maisons, Grands Crus

Dégustation exceptionnelle, Grandes Maisons, Grands Crus

Dégustation exceptionnelle, Grandes Maisons, Grands Crus

Nicolas Rossignol

Nicolas Rossignol

Anne Gros

Anne Gros

Vincent Dauvissat

Vincent Dauvissat

Vicomte Liger-Belair

Vicomte Liger-Belair

Comte Lafon

Comte Lafon

Christophe Roumier

Christophe Roumier

Laurent Lignier

Laurent Lignier

Chai à barriques

Chai à barriques, Dom Rousseau

l'art de la barrique contenant indispensable pour l'élevage de grands vins

l’art de la barrique
contenant indispensable pour l’élevage de grands vins

l'importance de la chauffe  dans l'élevage des vins

l’importance de la chauffe dans l’élevage des vins

 

 

DRC

Les adresses utiles :

http://www.grands-jours-bourgogne.fr

http://www.vins-bourgogne.fr

http://www.tonneliersdefrance.fr

Publicités
Commentaires fermés sur 13ème Grands Jours de Bourgogne 2016 #bilan…


La Romanée Conti se mérite… dégustation de 2013 sur fût…
"la porte du Paradis"

« la porte du Paradis… »

C’était une très belle journée de mai, avec un beau soleil et un ciel bleu azur, que demander de plus ? C’est le Jour-J pour mon RDV au Domaine de la Romanée Conti. Il faut dire que ce n’est pas la première fois que je me rends au domaine, mais à chaque fois le sentiment reste le même, je me sens comme une débutante, émue… C’est presque un pèlerinage qui me conduit en silence dans ce lieu qui peut paraître tout à fait ordinaire, mais qui est tout simplement extraordinaire…!

Quand on franchi la porte du domaine, en pénétrant dans la cours, on commence à se sentir diffèrent, complètement habité par ce lieu monastique.

Ancien vendangeoir

Ancien vendangeoir des Moines de Saint-Vivant de Vergy

Moines de Saint-Vivant

La cave (une des caves du domaine) se trouve dans cet ancien vendangeoir des Moines de Saint-Vivant de Vergy. C’est ici que les moines avaient leur cuverie et leurs caves. Le bâtiment et les caves ont été rénovés et mis en service en 2010, et aujourd’hui ces caves abritent pour élevage les millésimes impairs de tous les vins du domaine, dont 2013, celui que je m’apprête à goûter tout à l’heure.

J’essaie tout doucement d’apprivoiser ce lieu, car c’est la première fois que j’allais pénétrer dans cette cave de moines de Saint-Vivant.

Dans le vestibule du bâtiment principal où se trouvait la cuverie au temps des Moines, aujourd’hui transformé en bureaux, je croise Bernard Noblet, maître de chai. C’est avec lui que je faisais des dégustations auparavant. Je comprends qu’il a beaucoup de travail à la cave aujourd’hui : ce sont les soutirages sur le Corton.

Nous allons poursuivre la visite et la dégustation avec Bertrand de Villaine, le neveu de Mr Aubert de Villaine.

Bertrand de Villaine

Bertrand de Villaine raconte cette passionnante histoire des Moines de Saint-Vivant de Vergy…

Il nous met toute suite à l’aise en racontant tout d’abord l’histoire des Moines de Saint-Vivant qui étaient bien à l’origine des vignobles de la Romanée Conti et de la Romanée Saint-Vivant, considérés à juste titre comme les plus grandes vins au monde !

L’Abbaye de Saint Vivant fondée au IXème siècle, devenu Prieuré clusien au XIIème, maintient le souvenir d’une communauté monastique établie à Vergy, il y a plus d’un millénaire. En 1131 ils défrichent « la terre inculte de Flagey et de Vosne », donation du duc de Bourgogne, créant ainsi des terroirs, complétés par quelques rachats de vignes limitrophes (au XIIIème) qui vont devenir la Romanée Conti et la Romanée Saint-Vivant…

la cave de la DRC

l'ancienne cave des Moines de Saint-Vivant

l’ancienne cave des Moines de Saint-Vivant

Aujourd'hui cette ancien cave des Moines abrite les vins du domaine

Aujourd’hui cette ancien cave des Moines abrite les vins du domaine

On franchit à présent la porte de la cave et on pénètre dans le royaume de Saint-Vivent. Dans le calme absolu, la sérénité et une atmosphère monastique, reposent les barriques (pièces) sagement alignées de tous les vins du domaine sur le millésime 2013.

Dans cette partie plus recente de la cave Bertrand expliques

Dans cette partie plus récente de la cave Bertrand de Villaine expliques les aléas climatique de 2013 avant de passer à la pratique, la dégustation…

Bertrand nous explique le millésime avec tous ses aléas climatiques, floraison tardive, coulure, millerandage, printemps catastrophique, climat humide, les pluies qui arrêtent et retardent les vendanges, bref rien ne réjouissant…! A l’arrivée, miracle… Si ce n’est pour les quantités (rendement très faible de 18 hl/ha en moyenne, pour un millésime normal il est de 25 hl/ha), les vins se goûtent parfaitement, rien d’anormal, tout y est, la structure, les fruits, les tannins très nobles, pas de sècheresse, une belle finesse et la fraîcheur. Comme le souligne Bertrand, la nature est vraiment formidable, intelligente. La vigne s’auto protège, elle se régule naturellement à condition de bien la travailler, être vigilant et surtout savoir l’écouter…

Pour la futaille, c’est toujours François Frères à 90%, et bien sûr, toujours la rafle, vendange entière à 70-80% sur 2013.

 

Le temps de la dégustation est arrivé, le silence apparait de nouveau, les papilles se préparent à cet exercice sans pareil…

Bertrand avec sa pipete prélève de barrique en barrique un peu de ce breuvage divin et le met tout doucement dans nos verres… Chacun à sa façon essaie d’apprivoiser ce moment exceptionnel !

Echézeaux 2013 de la DRC

 

Echézeaux (4,6737 ha)

Attaque nette, puissant, note de cerises noires, jolie concentration, tanins serrés, pas d’agressivité, finale fraiche, réglissée.

Grands Echézeaux 2013 de la DRC

 

Grands Echézeaux (3,5263 ha)

Toucher soyeux, petits fruits rouges croquants, framboise, belle profondeur, tanins très fins, élégant, belle acidité en finale.

Romanée Saint-Vivant 2013 de la DRC

 

Romanée Saint-Vivant (5,2858 ha)

Toucher fin, note florale très prononcée, petits fruits rouges acidulés, excellente matière, précis, droit, tanins poudreux, grande élégance et fraicheur en finale.

 

C’est le vin préféré de Bertrand de Villaine, paraît-il. Certes, je peux comprendre, il a une dimension tout à fait différente dans cette partie de la cave qui ressemble étrangement à une petite chapelle secrète de Moines…

Richebourg 2013 de la DRC

 

Richebourg (3,511 ha)

Attaque fraiche, note florale, rose séchée, cerise noire, petite note vanillé (prise de bois peut-être un peu plus importante), structure tannique fine, finale fraiche légèrement mentholée.

la Tâche 2013

 

La Tâche (Monopole de 6,062 ha)

Toucher frais, petite réduction qui s’en va rapidement, note florale, petits fruits rouges, fraise de bois, framboise, tanins nobles, finale toute en longueur, très fraiche.

 

Hélas la production est minuscule en 2013, seulement 13 barriques !

Hélas la production est minuscule en 2013, seulement 13 barriques !

 

La Romanée Conti (Monopole de 1,814 ha)

Toucher très fin, vin presque aérien, note florale avec quelques pétales de rose, petits fruits noirs légèrement acidulés, framboise, tanins poudreux, soyeux, vin d’une grande élégance et modestie, avec une finale fraiche, délicate et très longue, pureté exceptionnelle d’un pinot noir bourguignon.

Je prends de plus en plus de conscience que c’est un vin de méditation, qui a besoin être apprivoisé toute en douceur.

Je ne cache pas que, quand je le mets en bouche, c’est une vibration qui passe, qui immobilise l’instant présent, c’est une émotion unique et sans pareil, qui me laisse sans voix…

 

Le clocher de l'église de Vosne

Le clocher de l’église de Vosne

Après cette expérience gustative, changement de décor. En traversant le village de Vosne, me voilà dans la cave principale, là où se trouve le chai, là où l’on stocke les précieux flacons et là où sont élevés les millésimes pairs.

la DRC

Le stockage de précieux flacons de la DRC

Le stockage de précieux flacons de la DRC

 

Heureusement, la dégustation n’est pas encore finie. Bertrand de Villaine apporte sous les bras un flacon couvert d’une couche de poussière. Elle sort directement de la cave, c’est la fameuse bouteille mystère, c’est un blanc.

 

C'est la moment de dévoiler la fameuse bouteille mystère

C’est la moment de dévoiler la fameuse bouteille mystère

On essaye de trouver le cru, le millésime, peut-être un Montrachet ? Le Domaine possède une toute petite parcelle de 0,6759 ha, peut être autre chose…?

En réalité, c’est un Bâtard Montrachet 2007 (!), millésime de préciosité, qui a donné d’excellents résultats, explique Bertrand de Villaine.

C’est un vin qui n’est pas du tout commercialisé. Le domaine possède juste 17 ares d’une très vieille vigne de 85 ans qui produit une à deux pièces selon les années.

Ce n’est même pas qualifiable avec des mots d’avoir la possibilité de goûter cette petite merveille !

Attaque fraiche, droit, belle note grillé, noisette, petits bonbons acidulés, ananas rôti, excellent persistance, fraîcheur et grande finesse, longueur sans fin.

 

Encore un grand moment de dégustation…!

 

la Romanée Conti

Je ne peux pas fermer ce chapitre sans faire un grand zoom sur la Romanée Conti :

Au cœur de la Côte de Nuits en plein milieu des climats de Vosne-Romanée, la Romanée Conti est celui dont la réputation est à son juste titre la plus éclatante. Cette minuscule parcelle de vignes de 1,814 ha est une véritable Reine parmi d’autres grands crus qui l’entourent. Sa position toujours considérée comme la plus avantageuse, ni trop haute, ni trop basse (à 260 m d’altitude) parfaitement au milieu pour que le fruit obtienne la plus parfaite maturité. Plus élevée à l’occident, exposée vers le soleil levant, elle capte les premiers rayons du soleil matinal, qui lui procure la plus douce chaleur du jour. Par sa petite taille, ainsi que sa position géographique on aurait pu considérer, que son sol est très homogène. A vrai dire, il est très nuancé entre le haut et le bas de la parcelle. Le sol du bas a une profondeur qui varie entre 30 et 50 cm et repose sur du calcaire à entroques. Le sol du haut est plus profond et repose sur une couche de marne jaune avant d’atteindre le calcaire à entroques. La pierrosité est beaucoup plus importante en haut de la parcelle qu’en bas. Ceci est variable en surface mais surtout en profondeur. En revanche la texture du sol entre le haut et le bas varie très peu, avec 40% d’argiles, 35% de limon et 25% de sable. Le Pinot Noir de type fin et très fin s’y plaît beaucoup et toute cette alchimie fonctionne à merveille pour donner le meilleur d’elle-même.

 

En conclusion, j’évoquerai cette phrase de Mr Auber de Villaine, qui en quelques mots définit parfaitement la philosophie du domaine :

«  Nous sommes les gardiens d’une certaine philosophie du vin et surtout nous sommes soucieux de la perfection des détails », « nous n’avons pas droit à l’erreur… »

 

Et maintenant, il est temps d’aller dans les vignes…

la Romanée Conti

la Romanée Conti

la Romanée Conti

la Romanée Conti, l’un de plus beau paysage da la Côte de Nuits

une future gorget de la Romanée Conti...

une future gorget de la Romanée Conti…

la parcelle de la Romanée Saint-Vivant

la parcelle de la Romanée Saint-Vivant face au village de Vosne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur La Romanée Conti se mérite… dégustation de 2013 sur fût…


La Maison Aegerter à Nuits-Saint-Georges producteur, négociant, éleveur pas comme les autres…
2 juillet 2012, 20:11
Filed under: Bourgogne, Vin, Vins de Bourgogne | Mots-clefs: , , ,

La famille Aegerter en complet : Paul, Sophie et Jean-Luc


La Maison Jean-Luc & Paul Aegerter installée à Nuits-Saint-Georges depuis 1988 va bientôt souffler ses 25 bougies. Jean-Luc a prouvé qu’on peut devenir vigneron, qui plus est en Bourgogne, sans être issu d’une famille de vignerons et sans aucun héritage viticole. Nul ne pouvait imaginer qu’un jour Jean-Luc, ce jeune homme diplômé d’une Grande Ecole, qui a exercé dans de nombreuses sociétés à des postes parmi les plus importants, comme par exemple chez Roederer en tant que DG adjoint,  voudrait un jour tout lâcher pour trouver en Bourgogne sa terre de prédilection et d’accueil.  Son aventure a justement commence en 1988 par l’achat de quelques belles parcelles de pinot noirs à Nuits-Saint-Georges avec la création d’une maison de production et de négoce familiale à Nuit.

Vignoble Aegerter à Nuits-Saint-Georges

Aujourd’hui après presque un quart de siècle d’expérience il vinifie sur 50 ha une quarantaine de crus, y compris quelques grands crus très prestigieux, et exporte dans 14 pays. Il a prouvé que le goût du risque d’un jeune homme de l’époque valait bien la peine. Quand on le regarde et l’écoute attentivement, on sent que cette terre bourguignonne lui a donné ce qu’il attendait véritablement d’elle. Il n’a donc aujourd’hui plus le droit de la décevoir. On voit et on comprend bien sa démarche pour chaque crus qu’il élabore : une qualité irréprochable et l’expression du terroir sont les leitmotiv quotidien de la maison.

La gamme de prestige, Grands Crus de la Maison Aegerter

Dans cette aventure, Paul rejoint son Père en 2001, jeune homme plein d’idées novatrices, il donne un nouveau souffle  à cette Maison familiale déjà bien installée. Jean-Luc reste toujours le gardien de la tradition bourguignonne, en revanche Paul et son épouse Sophie imaginent une nouvelle approche, une nouvelle identité des vins de bourgogne pour de nouveaux consommateurs, jeunes et modernes comme eux. La jeune génération zappe, elle n’a ni d’attaches, ni d’à priori, il faut donc trouver les bons moyens pour les attirer vers les vins de bourgogne sans bien évidemment toucher à leurs qualités.

La Maison Agerter a bien su trouver le filon avec plusieurs gammes, chacune correspondant à une cible et un circuit bien défini.

On commence par les grands classiques comme Chablis, en passant par Chambolle, Meursault, Nuit-Saint-George et Chassagne. Chaque cru reflète son terroir et son authenticité, pour un amateur c’est une valeur sûr. La maison a aussi cette chance de vinifier quelques grandes crus exceptionnels et pas les moindres comme : Corton Charlemagne, Bonnes-Mares, Batard-Montrachet, Grand Echezeaux, Clos Vougeot sans oublier quelques flacons de Montrachet…

Quelques flacons de Grands Echezeaux

En revanche, pour la jeune génération, celle qui débute, qui fait ses premiers pas dans la dégustation et la découverte des vins de Bourgogne, Paul a imaginé la gamme Les Chromatique. Une approche moderne et ludique avec des codes couleurs pour chaque type de vins : Bourgogne Chardonnay, Macôn Fussé, Bourgogne Pinot Noir ou Aligoté. Les vins sont reconnaissables facilement avec ces étiquettes flashy, chaque couleur évoquant une caractéristique aromatique pour chaque cépage. Cette gamme se consomme rapidement dans sa jeunesse sur les fruits, des vins « faciles » pour chaque circonstance.

Aujourd’hui la Maison Aegerter a ainsi trouvé le bon chemin à suivre, celui de la modernité, de l’innovation, sans oublier les valeurs sûres qu’évoquent le vins de bourgogne,et surtout aller toujours plus loin dans la qualité de ses vins car c’est une valeur qui ne se négocie pas.

Maison Jean-Luc & Paul Aegerter 49, rue Henri-Challand 21700 Nuits-Saint-Georges tél. 03 80 61 02 88 www.aegerter.fr

Boutique Cave   21, rue Carnot   21200 Beaune   tel. 03 80 22 62 72

Nuits-Saint-Georges 2011 Récolte du Domaine

Commentaires fermés sur La Maison Aegerter à Nuits-Saint-Georges producteur, négociant, éleveur pas comme les autres…


La Romanée Conti dans son repos hivernal… en janvier…
10 janvier 2012, 18:26
Filed under: Bourgogne, la Romanée Conti, Vosne Romanée | Mots-clefs: , ,

Bercée par la douceur hivernale plutôt exceptionnelle pour ce mois de janvier la parcelle de la Romanée Conti se repose et puise ses forces en toute tranquillité. On entends juste un petit vent qui danse dans les rangs, chut ! la vigne dort… 

La Romanée Conti en janvier

Commentaires fermés sur La Romanée Conti dans son repos hivernal… en janvier…


Qu’est – ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent – ils ? (10) Témoignage de Nadine Gublin, oenologue…

Au cours de mon long entretien avec Nadine Gublin (oenologue et directrice technique du Domaine Jacques Prieur en Bourgogne), elle m’a présenté sa vision très intéressante de la notion vin / terroir mythique…

Nadine Gublin, oenologue

« Pour moi un vin mythique, c’est un vin dont on a énormément parlé, il y a une histoire derrière un vin mythique. C’est un vin qui s’est positionné de façon institutionnelle, qui a vraiment pris une place importante et qui est mondialement connu, mais dans les terroirs où il y a de l’histoire. J’ai du mal personnellement à prendre comme « vin mythique » des vignobles du nouveau monde, voir même de Californie, car il n’y a pas d’histoire derrière.

–      Quel vin peux-tu citer en France par exemple ?

La Romanée Conti, c’est évident. Pour moi c’est un vin mythique.

–      Sur les bordelais ?

Mouton, Margaux, Pétrus, Yquem, les quatre. Là je ne t’ai cité que des vins issus de vignes particulières. Après, si on parle de terroir, j’ai envie de te parler de terroir mythique. Meursault c’est un terroir mythique, Montrachet c’est un terroir mythique, parce que derrière il y a une histoire qui a prouvé que de ces terroirs là, tu sors des vins d’exceptions, qui sont « outstanding », qui sont au dessus de tout… Richebourg, Romanée Conti, Montrachet, Chambertin… On est sur des terroirs mythiques qui doivent théoriquement produire des vins mythiques. Mais je pense quand même que le vin mythique est lié à la propriété. Dans l’esprit du consommateur, je pense qu’un vin mythique est lié quand même à un nom, pas qu’à un terroir. C’est pour ça que je te cite Romanée Conti, Margaux, Mouton, Petrus, Yquem. Et encore, je te dirai peut-être que 3 aujourd’hui : Petrus, Yquem et Romanée Conti. Point. Parce que c’est lié à un grand terroir, à une histoire, à des vins qui ont été sublimés par les gens qui les travaillent et qui en ont fait des vins sublimes avec quelque chose d’exceptionnel qui est lié à un niveau de prix, aussi.

–      Le facteur humain

Oui, c’est lié. C’est pour ça que je te parle de Montrachet comme terroir mythique, Richebourg etc. Mais à l’intérieur de ce terroir mythique, tu as quand même plusieurs intervenants  qui ne vont pas faire forcément des vins mythiques. Mythique pour moi c’est le côté « icône ». Donc je te dis Petrus, Yquem et la Romanée Conti en France. Ces 3 vins mythiques. Et il y a le prix qui est lié, c’est quelque chose de difficilement accessible.

–      Terroir mythique = vin mythique ?

Non justement, c’est pour ça que je te dis Richebourg, Montrachet, la Romanée Conti... Ce sont des terroirs mythiques car on sait que dans ces terroirs là, on va avoir des vins d’exceptions, mais encore faut-il que la personne qui s’occupe de cette vigne et de ce terroir soit capable de comprendre que ce terroir est mythique et qu’elle doit sublimer le vin qui en sort, et en faire un vin mythique. Un terroir mythique ne fait pas forcément un vin mythique. Car c’est lié à l’humain. C’est pour ça que Petrus = un terroir = une personne. Romanée Conti = un terroir = une personne, Yquem = un terroir = une personne.

–      Un vin mythique sort forcément d’un terroir mythique ?

Oui. Pour moi oui. Mais peut-être que tout le monde n’est pas d’accord là dessus. Peut-être qu’il y a des vins mythiques en Californie pour certaines personnes parce que un jour… Peut-être qu‘Opus One pour certaines personnes est un vin mythique, car ça a toujours été un vin californien, qui s’est vendu très cher. Mais je ne suis pas sûre que le terroir soit mythique. Mais le prix peut rendre le vin mythique, parce que le vin est inaccessible… ».

Commentaires fermés sur Qu’est – ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent – ils ? (10) Témoignage de Nadine Gublin, oenologue…


Millésime 2011 en Bourgogne vu par Roland Masse, Régisseur du Domaine des Hospices de Beaune

Roland Masse, Régisseur du Domaine des Hospices de Beaune parle avec le sourire et la confiance du millésime 2011 en Bourgogne…

Roland Masse

Commentaires fermés sur Millésime 2011 en Bourgogne vu par Roland Masse, Régisseur du Domaine des Hospices de Beaune


Qu’est-ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent-ils ? Interviews et Témoignages de personnalités du monde du vin…

J’entame ici une série  d’interviews et de témoignages de personnalités du monde du vin sur ce sujet très vaste, intéressent et surtout très complexe. Pour cette 1er épisode voici les propos d’Aubert de Villaine et de Jean-Claude Berrouet.

Voici quelques propos d’Aubert de Villaine (copropriétaire du Domaine de la Romanée Conti) :

Aubert de Villaine

« Nous sommes des acteurs, c’est nous qui faisons le vin et ne cherchons en rien, n’avons jamais cherché, que ce vin (la Romanée Conti) ait cette position là. En revanche nous cherchons, avons toujours cherché à faire le mieux possible, le meilleur possible, le plus grand possible. Pour nous c’est une position qui nous gêne plutôt…, on ne tient pas compte à cette position élitiste, on la subit plus qu’autre chose…. Certes, nous produisons un très Grand Vin, parce que, je pense, qu’il met en exergue des qualités considérées comme de vraies qualités de vins de Bourgogne : pas la puissance, ni les tannins, mais la finesse, l’élégance, la pureté exceptionnelle, donc tous ces éléments, il en manque peut-être quelques uns, qui expliquent en partie cette position de « mythe », qui est une position d’exemple, d’archétype de climat en Bourgogne… »

Voici quelques propos de Jean-Claude Berrouet (oenologue à Petrus de 1964 à 2007) :

Jean-Claude Berrouet

« Effectivement, il y a un demi siècle on n’aurait pas compris que l’argile avait une vocation, or on a découvert la vertus des argiles à partir des années 60. Finalement, et contrairement aux idées reçues, les graves viticoles bordelaises, qui avaient la suprématie des géographes, pas des géologues, ni des pédologues, n’ont pas toutes les vertus qu’on leur a accordées. Finalement, même dans les Grands Crus du Médoc on s’aperçoit que dans les parcelles les plus avantageuses, y compris à Latour, il y a toujours de l’argile…  L’argile est un grand régulateur des excès climatiques… […] Ce qui ma toujours fasciné dans ma carrière, c’est qu’à  Petrus, les anciens ont eu l’idée de planter le merlot, et c’est grâce à l’argile qu’il s’exprime si bien ici, car sur les graves il s’y plaît beaucoup moins… »          

Commentaires fermés sur Qu’est-ce qu’un vin / terroir mythique ? Existent-ils ? Interviews et Témoignages de personnalités du monde du vin…



%d blogueurs aiment cette page :