vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Crus Bourgeois du Médoc dévoilent la sélection du Millésime 2016…

Nouveau logo de Crus Bourgeois du Médoc

Olivier Cuvelier, Président de l’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc dévoile la 9ème Sélection Officielle des Crus Bourgeois du Médoc Millésime 2016.

Celle-ci rassemble 270 Crus Bourgeois du Médoc, tous issus de l’une des 7 AOC médocaines : Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis, Margaux, Pauillac et Saint-Estèphe.

Olivier Cuvelier, Président de l’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc

2016 est un très grand millésime pour les Crus Bourgeois du Médoc. Il a connu des conditions météorologiques idéales pour la maturation des raisins. Ces conditions ont donné des vins particulièrement colores, riches en arômes et équilibres grâce à une bonne fraicheur.

 

Les chiffres clefs du Millésime 2016 :

 

270 Crus Bourgeois du Médoc répartis entre les différentes familles :

 

AOC Médoc : 123 – soit environ 17 millions de bouteilles

AOC Haut-Médoc : 89 -soit environ 12 millions de bouteilles AOC

Listrac-Médoc : 15 – soit environ 1 million de bouteilles

AOC Moulis en Médoc : 12 – soit environ 800 000 bouteilles

AOC Margaux : 9 – soit environ 900 000 bouteilles AOC

Pauillac : 4 – soit environ 250 000 bouteilles

AOC Saint-Estèphe : 18 – soit environ 1,6 million de bouteilles

                      

33 millions de bouteilles

32% de la production du Médoc en volume

5 000 ha soit 31% de la surface viticole

 

Rappel de précédentes Sélections Officielles

 

Millésime 2008 – 243 Crus Bourgeois du Médoc – 25 millions de bouteilles

Millésime 2009 – 246 Crus Bourgeois du Médoc – 32 millions de bouteilles

Millésime 2010 – 260 Crus Bourgeois du Médoc – 32 millions de bouteilles

Millésime 2011 – 256 Crus Bourgeois du Médoc – 28 millions de bouteilles

Millésime 2012 – 267 Crus Bourgeois du Médoc – 29 millions de bouteilles

Millésime 2013 – 251 Crus Bourgeois du Médoc – 20 millions de bouteilles

Millésime 2014 – 278 Crus Bourgeois du Médoc – 30 millions de bouteilles

Millésime 2015 – 271 Crus Bourgeois du Médoc – 32 millions de bouteilles

 

Millésime 2016 – 270 Crus Bourgeois du Médoc – 33 millions de bouteilles

 

Les Crus Bourgeois du Médoc sélectionnent le meilleur de leur production pour garantir la qualité de chaque millésime, les quantités mises en marché varient donc d’un millésime à l’autre.

En 9 ans, du millésime 2008 au millésime 2016, les Crus Bourgeois du Médoc ont donc produit 261 millions de bouteilles, dont la qualité est toujours garantie.

La sélection complète est disponible sur :   http://www.crus-bourgeois.com

 

 

 

Crus Bourgeois du Médoc Sélection 2016

 

Publicités
Commentaires fermés sur Crus Bourgeois du Médoc dévoilent la sélection du Millésime 2016…


« Bordeaux Grands Crus Classés 1855 Médoc et Sauternes » – les belles feuilles pour l’été…

« Bordeaux Grands Crus Classés 1855 » chez Flammarion

 

« Grands crus classée de Bordeaux 1855 Médoc et Sauternes », l’ouvrage de références qui est sorti au printemps dernier, depuis, très bien installé sur les étagères de bonnes librairies et surtout dans la bibliothèque d’amateurs de grands crus de bordeaux.

Déjà en 2005, à l’occasion du 150e anniversaire de ce classement historique du 1855 paraissait un ouvrage très complexe consacré aux grands crus classés de bordeaux .Cet ouvrage qui a été traduit en neuf longues, a connu son succès sans précédent.

Depuis ce temps là, le vignoble bordelais a connu une véritable révolution, surtout l’ouverture à l’agriculture biologique et biodynamique, ainsi qu’une reconstruction de nombreux chais et de cuviers, crées par des architectes mondialement connus qui associaient une architecture souvent ultra moderne en respectant la tradition bordelaise, sans oublier toute la technologie de pointe et la recherche de la perfection, en combinant le coté utile avec l’esthétique de l’ensemble.

Donc, un nouveau ouvrage qui mettait à jour toutes les évolutions au fil de ces quelques années s’imposait tout naturellement.

Aux fils de pages, le lecteur découvrira le texte et des photos qui mettent en évidence l’ensemble de ces vins d’exception, les Grands Crus Classés de Médoc et de Sauternes qui ont fait et font toujours la gloire du Bordelais.

 

 

« Grands crus classée de Bordeaux 1855 Médoc et Sauternes »

Ecrit par Franck Ferrand et Hugh Johnson avec des photos de Guillaume de Laubier en collaboration d’Olivier Poels et de Cornelis Van Leeuwen, est le seul ouvrage consacré à l’ensemble de ces Grands Crus Classés mettant en valeur la beauté des châteaux et l’excellence de leurs vins.

Ce classement de 1855 est désormais un patrimoine collectif de l’univers du vin et reste la référence suprême.

 

Franck Ferrand nous révèle l’histoire cachée derrière chacun de ces vins, les secrets des cuviers et des chais. Il guide le lecteur à travers ces vignobles et ces châteaux qui font rêver le monde entier.

 

Hugh Johnson évoque la naissance des crus classés de Médoc « au rouge plus intense et miroitant qu’un rubis » et l’origine mystérieuse de ce vin blanc unique aux arômes envoûtants qu’est le Sauternes.

 

Guillaume de Laubier, photographe, il a publié de nombreux ouvrages chez Flammarion : Au cœur de L’Ecosse (2010), Maison Parisienne (2014), Wine by Design (2016) et Mon Luxembourg (2016).

 

Aux fils de quelques pages : 

Nouvelle oenothèque de Château Latour, Pauillac

 

Nouvelle salle de dégustation de Château Margaux, Margaux

 

Nouveau chai de Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac

 

Nouveau chai de Château Montrose, Saint-Estèphe

 

Nouveau chai de Château Kirwan, Margaux

 

Nouveau chai de Château Talbot, Saint-Julien

 

Nouveau chai de Château Prieuré-Lichine, Margaux

 

Adresses utiles :

http://www.grand-cru-classe-1855.com

 

Commentaires fermés sur « Bordeaux Grands Crus Classés 1855 Médoc et Sauternes » – les belles feuilles pour l’été…


Bordeaux primeurs 2017 – Faut-il investir ? # analyse # notes de dégustations…

Hangar 14, dégustations primeurs 2017 organisé par l’Union des Grands Crus de Bordeaux

Pour comprendre les appréciations et des notes de vins de bordeaux 2017, une analyse précise du millésime s’impose.

Il y a des millésimes « dit » faciles ou difficiles, millésimes de vignerons, millésimes classiques, grands ou exceptionnels, bref les millésimes tout simplement, qu’aucun ne ressemble pas vraiment à un autre.

 

Où on situe dans tout ça le millésime 2017 à Bordeaux ?

 

C’est un millésime miracle pour certain, le millésime injuste pour d’autres, d’ores et déjà c’est un millésime qui a beaucoup fait parlé de lui et il va sûrement pas arrêter de nous surprendre, ce que j’ai pu constaté après mes premières dégustations de primeurs.

En tout cas, en vu des circonstances c’est un millésime qu’il faut re-déguster plusieurs fois, ne pas s’arrêter sur les idées reçues. Certes beaucoup de producteurs ont été touché par les deux épisodes du gel : du 22 et 23 avril ainsi que 27 et 28. Certains ont perdu une parti ou même une récolte entière sur un cru.

Au total ces deux épisodes ont détruit de 30 à 50% de la récolte 2017 en Gironde.

Et comme le malheur n’arrive pas tout seule, d’autre pays européens, les grands producteurs des vins ont connus le même sort.

 

Hélas, le millésime 2017 nous rappelle durement les risques de tous le jours associés à la viticulture. Cette année là restera en effet dans la mémoire collective en raison de ce fameux gel de la fin avril qui a anéanti près de la moitié de la récolte bordelaise. Il a mis à rude épreuve surtout les propriétaires de la rive droite, mais également n’a pas épargné certains de la rive gauche.

Comme souvent, les dégâts furent aussi importants qu’inégaux, épargnant des appellations entières alors que certains crus ne produisirent rien ou quasiment pas de raisins en 2017.

La conclusion peut paraître un peu rapide mais il s’agit d’un millésime dextrement hétérogène.

 

Le printemps arrive dans la vigne

Il faut rappeler les cinq conditions auxquelles est soumise la réussite d’un millésime de vins rouges à Bordeaux.

 

1) et 2) une floraison et une nouaison relativement rapides et homogènes sous un climat assez chaud et pas trop arrosé pour assurer une bonne fécondation et prédisposer à une maturité homogène.

 

3) une contrainte hydrique s’établissant progressivement grâce à un mois de juillet chaud et sec, provoquant le ralentissement puis l’arrêt définitif de la croissance au plus tard au début de la véraison.

 

4) une maturation complète des différents cépages grâce à des mois d’août et septembre suffisamment secs mais sans chaleurs excessives.

 

5) un beau temps, moyennement chaud et faiblement arrosé pendant les vendanges, permettant d’attendre la maturité optimum de chaque parcelle sans redouter la dilution, la pourriture, ou la perte des arômes fruités.

 

En 2017, la douceur des mois de février et mars a conduit à une reprise de végétation précoce. Les faibles précipitations et l’ensoleillement du début du printemps ont favorisé une croissance rapide de la vigne.

Le climat particulièrement chaud du mois de mai a permis une floraison précoce, rapide et homogène dans les vignobles épargnés par les épisodes du gel de mois d’avril.

Fin juin, des épisodes orageux retarde l’installation progressive de la contrainte hydrique, malgré un été exceptionnellement sec, sans chaleur excessive avant la dernière semaine d’août.

Les conditions climatiques se dégradent au début du mois de septembre, faisant craindre pour les cépages rouges un développement massif de la pourriture grise.

Un retour providentiel à des conditions anticycloniques permettra aux merlots cultivés sur les terroirs les plus tardifs ainsi qu’aux cabernets d’achever leur maturation sous un climat favorable.

Les raisins blancs, mûrs très tôt, ont ainsi pu conserver leur acidité et leur fraîcheur aromatique, tandis que l’alternance d’épisodes pluvieux et de périodes sèches a permis l’installation de la pourriture noble puis la concentration rapide des raisins destinés à l’élaboration des vins liquoreux.

 

Si les cinq conditions d’un grand millésime ne sont pas toutes satisfaites en 2017, il était tout à fait possible, sur les parcelles épargnées par le gel, de produire des vins rouges colorés, fruités, savoureux, possédant un joli potentiel de garde.

 

Une floraison précoce et rapide permise par un retour du printemps au mois de mai, ainsi, dans les vignobles épargnés par le gel, les premières fleurs sont apparues juste avant le pic de chaleur et la mi-floraison pratiquement deux semaines plus précocement qu’en 2016 mais tout de même moins tôt qu’en 2011.

La floraison s’est étalée pendant une dizaine de jours dans des conditions extrêmement favorables. La nouaison a également été homogène et rapide.

 

Pour les vignes, les deux premières conditions d’un grand millésime, à savoir une floraison et une nouaison rapides et homogènes sont parfaitement satisfaites, sans accident marqué de coulure et avec une belle homogénéité des grappes.

 

Dans certains vignobles sinistrés par le gel, la reprise végétative fut longue à se manifester, seulement la fin du mois de mai, selon l’intensité du gel observé et la vigueur des vignes,

Un été exceptionnellement sec, qui pour autant n’a pas permis l’installation d’une contrainte hydrique suffisamment précoce.

Juillet en particulier fut moins ensoleillé qu’un mois de septembre.

Malgré un déficit hydrique hivernal et printanier important et la quasi absence de pluie en juillet, heureusement l’épisode pluvieux important de juin a pu renouveler les réserves en eau des sols et décalé l’installation progressive de la contrainte hydrique.

Le ralentissement puis l’arrêt de la croissance végétative ne se sont pas déroulés comme espéré avant le début de la véraison, au cours de la seconde décade de juillet.

En revanche, ces conditions ont été favorables aux vignes gelées, qui dans un contexte de températures douces et sans contrainte hydrique ont pu dans certains cas rattraper les parcelles épargnées par le gel. La véraison fut atteinte deux semaines plus tard.

L’absence de pluie en juillet et août a permis l’installation progressive de la contrainte hydrique avec une intensité comparable à 2016 mais avec un retard d’une dizaine de jours

L’arrêt de croissance provoqué par une contrainte hydrique suffisante avant le début de la véraison fut noté après la fin de la véraison, trop tardivement, donc la troisième condition nécessaire à l’obtention d’un grand millésime de rouge n’était pas remplie complètement à l’exception des sols les plus drainants.

Un millésime précoce et des pluies début septembre ont précipité le début des vendanges.

 

Les vendanges des blancs secs ont débuté dans le Sauternais dès le début de la deuxième quinzaine d’août, soit un record de précocité pour certaines propriétés.

 

Dans la région des Graves et Pessac Léognan, la récolte fut également l’une des plus précoces des dix dernières années.

Elle commence par le Sauvignon blanc, sous le soleil de la fin du mois d’août et s’acheva à la mi-septembre par les Sémillon les plus tardifs.

Le temps frais de la mi-août a permis une maturation des raisins tout en préservant leur acidité et leur potentiel fruité.

Les équilibres des raisins blancs étaient dignes des plus grands millésimes, avec une richesse en sucres tout à fait convenable, une acidité élevée et un potentiel aromatique très prometteur.

Malheureusement, les rendements sont nettement plus faibles qu’en 2016, notamment en raison des épisodes de gel.

Pour les cépages rouges, les Merlots, dont le potentiel était très intéressant fin août, subissent les conséquences des précipitations de début septembre.

Leur récolte doit être par endroit anticipée au cours de la deuxième décade de septembre afin de limiter le développement de la pourriture grise.

Une nouvelle fois, le mois de septembre était décisif dans la réussite du millésime, les merlots n’ont pas bénéficié de conditions idéales pour achever leur maturation, excepté sur les sols les plus tardifs (calcaires et argilo-calcaires).

La quatrième et la cinquième condition, à savoir une période sèche sans chaleur excessive pour attendre la maturité optimale et un temps clément pendant les vendanges ne furent que très partiellement remplies pour les Merlots.

Une arrière-saison ensoleillée et sèche a permis de récolter des Cabernet-Sauvignon à maturité et dans de bonnes conditions.

Les précipitations de la première partie de septembre avaient suscité de vives inquiétudes pour l’état sanitaire des Cabernet-Sauvignon, l’arrière-saison providentielle a permis d’attendre leur maturité.

La récolte se déroule sans accidents dans des conditions plus sereines, et se termine la première semaine d’octobre, soit deux semaines plus tôt qu’en 2016.

La dernière condition pour un grand millésime de rouge, à savoir un temps clément pendant les vendanges, fut remplie pour le Cabernet Sauvignon.

 

Une des caractéristiques des raisins rouges de 2017 est sûrement leur teneur élevée en acide malique, conjuguée à un potentiel tannique plus faible que d’habitude.

L’arrêt de croissance végétative fut observé plus tard, la maturation était bien enclenchée fin août avec le potentiel phénolique prometteur.

Hélas, les pluies de début septembre n’ont pas permis cette dernière étape : le poids des baies, les teneurs en sucres et les anthocyanes ont stagné.

La maturité technologique fut néanmoins convenable, avec une fraîcheur aromatique marquée, mais un potentiel polyphénolique modéré.

 

Pour les vins liquoreux, les caractéristiques climatiques du mois d’août ont globalement permis le développement du Botrytis. Le temps sec et chaud de la fin de l’été a d’abord entraîné des phénomènes de passerillage, puis les pluies de début septembre ont déclenché l’installation du champignon.

 

Conclusion

 

Le millésime 2017 constitue une réussite majeure pour les vins blancs secs de Bordeaux, nettement supérieurs aux 2015 et 2016. Les sauvignons sont mûrs et vifs, très aromatiques, avec beaucoup de race et d’éclat.

 

Les vins liquoreux de pourriture noble impressionnent par leur richesse et leur puissance. Issus d’un développement rapide et homogène du Botrytis, ils possèdent une grande pureté et une forte intensité aromatique. Ils ont su préserver de l’acidité permettant d’équilibrer une concentration en sucre souvent élevée.

 

En début d’élevage, les vins rouges du millésime 2017 se révèlent très satisfaisants à très bons dans les propriétés épargnées par le gel. Colorés, dotés d’un intense arôme fruité, ils ne sont pas aussi denses que dans les grands millésimes mais possèdent un caractère savoureux très séduisant.

En revanche, les vins issus de parcelles gelées portent les stigmates du traumatisme de la vigne, dans certains cas, ils sont végétaux manquent un peu de chair.

A rappeler que la rive droite et surtout l’appellation Saint-Émilion a été plus durement touchée par le gel, que la rive gauche.

A savoir que certains château comme Dassault, Fonbel, Rol Valentin, Larmande, Lamarzelle Figeac, Fleur Cardinale et bien d’autres, ne produisent pas ou quasiment pas de vins en 2017.

Malgré cette hétérogénéité des vins, le millésime 2017 est capable de nous surprendre, surtout il a fallu bien gérer les extraction, les boisés en laissant la place à l’élégance, la finesse, la fraicheur, les tanins ciselés et enrobés, bref avoir des vins digestes qui vieillirons bien dans beaucoup de cas. 

Maintenant on peut se poser la question, si le 2017 va se vendre, est ce qu’il faut acheter les bordeaux 2017, certes la campagne de primeurs a bien démarré, certes on peut déjà constater les baisses de prix, même considérables pour certains crus , c’est une affaire à suivre de tout près, surtout que 2017 est précédé par deux excellents millésimes comme 2015 et 2016. 

Mais d’ores et déjà on peut confirmer après les premières dégustations, que le millésime 2017 donnera du plaisir aux consommateurs, donc  trouvera parfaitement sa place dans une cave d’un amateur de bordeaux. 

Comme chaque année la majorité de dégustations de primeurs ont été organisé avec beaucoup de professionnalisme pour la filière viti-vinicole et la presse par l’Union des Grands Crus de Bordeaux présidée par Olivier Bernard (propriétaire du Domaine de Chevalier, Pessac-Leognan).

Bon à savoir que que tous les vins ont été dégustés au début d’avril à partir des échantillons prélevés en barriques, mais certains crus j’ai eu occasion de le re-déguster courant le mois de mai.

 

***  Les vins qui m’ont ému… 

 

RIVE DROITE

 

SAINT-EMILION

 

Alain Vauthier devant les caves d’Ausone

Ausone ***

7,25 ha (vignoble pas du tout impacté par le gel)

55% CF 45% M

Plateau calcaire, coteau argilo-calcaire

Rendement 35 hl/ha production 23 000 bouteilles

Elevage 20 mois en barriques 100% neuves

Toucher net, précis, croquant de fruits noirs, cerise, épices douces, joli texture, note poudreuse, tanins élégants, belle longueur et fraicheur en finale, très gourmand.

19/20

Chapelle d’Ausone

50% M 40% CF 10% CS

Rendement 35 hl/ha production 5 500 bouteilles

Elevage 20 mois en barriques neuves

17/20

 

Cheval Blanc***

Vignoble impacté 30% par le gel

56% M 30% CF 14% CS

Rendement 21 hl/ha production 45 000 bouteilles

En bouche très droit, marqué par les petits fruits noirs frais, belle texture, structure serrée, tanins racés, vin bien équilibré, avec une belle note minérale en finale.

19/20

Petit Cheval

52% M 48% CF

Très petite production de seulement 5000 bouteilles

16,5/20

Parfaite explication du millésime par Pierre Lurton,DG

 

 

 

 

Stephanie de Boüard Rivoal représente la 8e génération aux commandes de L’Angélus

Angélus

27 ha

70% M 30% CF

Sol argilo-calcaire et argilo-sablo-calcaire

Nez légèrement torréfié, note de fruits noirs frais mélangés aux épices,  poivre sauvage, tannins ronds, joli volume en bouche, vin frais, gourmand.

18/20

Carillon de l’Angélus

90% M 10% CF

16/20

 

Gérard Perse, propriétaire de Pavie

Pavie

37 ha

60% M 22% CF 18% CS

32 hl/ha

Sol argilo-calcaire et brun argilo-calcaire à texture fine

Nez floral, discret, en bouche toucher net, forte note d’épices, réglisse, bois de cannelle, belle persistance, finale fraiche avec une note boisée.

18/20

Arômes de Pavie

65% M 18% CF 17% CS 

 

François Mitjavile, propriétaire de Tertre Roteboeuf

Tertre Roteboeuf***

80% M 20% CF

Toucher net avec une belle vivacité de petits fruits noirs, note torréfiée, poivre sauvage, léger menthol, texture poudreuse, belle persistance, fraicheur, long avec petite salinité en finale.

19/20

 

Bélair-Monange***

90% M 10% CF

Bouche nette; précise, fraicheur de fruits mûrs, acidulés, joli mâche, note poudreuse, chocolatée, texture élégante, tanins ciselés, élégants, finale toute en finesse avec son coté mentholé et frais.

18,5/20

 

Valandraud

8ha

Touché par le gel à 25%

85% M 15% CF

Toucher fin, soyeux, note de fruits noirs frais, note poivrée, bois de cannelle, chocolat noir en poudre, structure tannique élégante, belle volume, finale mentholée, fraiche, gourmand.

18/20

 

Boséjour Duffau Lagarrosse

6,19 ha

38hl/ha

88% M 12% CF

Net, frais, quelques fruits noirs éclatants, vin assez serré avec une bonne matière, tannins racés, finale épicée, bonne fraicheur.

17/20

 

Canon

77% M 23% CF

(par chance pas du tout touché par le gel)

Toucher soyeux, fruits noirs écrasés, croquant de fruits, note florale, épices douces, joli volume, fraicheur, finesse de tannins.

18/20

 

Canon la Gaffelière

60% M 30% CF 10% CS

Touché par le gel à 65%

16 hl/ha

Certifié en Bio

Toucher net, épices douces, fruits noirs croquants, joli volume, réglisse, épices douces, chocolat noir, finale fraiche, mentholée, épice, élégance de tannins.

17,5/20

 

La Dominique

Toucher net, croquant de fruits noir acidulés, note chocolatée, poivre blanc, tanins élégants, fins, finale minérale, fraicheur, gourmand.

16,5/20

 

Clos Fourtet

86% M 10% CS 4% CF

Touché par le gel à 30%

Toucher fin, soyeux, réglisse, épices douces, bois de cannelle, cerise noire croquante, note mentholée, tannins soyeux, élégant, fraicheur.

17/20

 

Grand Mayne

85% M 13% CF 2% CS

Toucher soyeux, note chocolatée, fruits noir écrasés, bois de cannelle, croquant de fruits noirs, tannins net et soyeux, finale fraiche.

 

Larcisse Ducasse

11,15 ha

34 hl/ha

92% M 8% CF

Toucher soyeux, note épicée, fruits noirs croquant, chocolat noir, cerise noire fraiche, poivre sauvage, tanins racés et soyeux, belle fraicheur en finale, belle longueur.

16,5/20

 

Nicolas Thienpont, gérant de Pavie Macquin et de Larcisse Ducasse

Pavie Macquin***

13,5 ha sur le plateau argilo-calcaire

34 hl/ha

80% M 18% CF 2% CS

Toucher net, précis, croquant de fruits noirs, réglisse, chocolat noir en poudre, note floral, botanique, milieu acidulé, finale minérale, fraiche, tanins soyeux, belle volume, fraicheur, minéralité, note mentholée.

17/20

 

Rol Valentin***

7,3 ha

100% M

50% bois nef

Vignoble considérablement impacté par le gel, produit seulement 5000 bouteilles

Joli fruits frais, fraicheur, note épicée, boisé bien intégré, joli texture, tanins fins, belle élégance.

16/20 

 

Troplong Mondot

85% M 13% CS 2%CF

Toucher soyeux, net, frais, fruits noirs acidulés, note poivrée, note saline, tannins soyeux, joli texture, finale fraiche et nette.

17/20

 

Trottevieille***

Touché par le gel à 20%

56% CF 43% M 2% CF (exceptionnellement CF privilégié dans cet assemblage)

Toucher fin, soyeux, épices douces, poivre sauvage, fruits noirs frais acidulés, note florale, belle volume, tannins poudreux, fraicheur, note saline en finale.

17/20

 

Villemaurine

Toucher fin, vin net et droit, note épicée, bois de cannelle, fruits noirs, poivre sauvage, finale mentholée, belle complexité, fraicheur.

15,5/20

 

POMEROL

 

Olivier Berrouet, directeur technique et oenologue de Petrus

Petrus***

100% M

25 000 bouteilles

50% bois nef

Vin net, droit et précis, éclatante fraicheur de fruits noirs, bourgeons de cassis, épices douces, réglisse, note florale, belle complexité de l’ensemble, tanins ciselés, finale longue avec une note minéral.

19/20

 

Jacques Thienpont, propriétaire de Le Pin

Le Pin***

100% M

32hl/ha

(épargné par le gel)

Toucher net, précis, panier de fruits acidulés, cerise noire, note de réglisse, mentholée, note florale, belle texture, structure tannique élégante, vin soyeux, frais et gourmand.

18,5/20

 

La Conseillante

85% M 15% CF

(2ha en bas du plateau sur 12ha frappé par le gel)

34 hl/ha

70% bois nef

Toucher fin, soyeux, note d’épices, fruits noirs, tanins ronds, élégants, joli texture de l’ensemble, finale fraiche.

17/20

 

L’Eglise Clinet***

90% M 10% CF

5ha sur le plateau argilo-calcaire

70% bois nef

Toucher soyeux avec une belle acidité croquante, léger boisé, quelques baies acidulés, vin précis, droit, tanins enrobés, ciselés, en finale note poudreuse, vin complexe avec une belle texture.

18/20

 

Certan de May

5,5 ha

70% M 25% CF 5 CS

Soyeux avec une note boisée, bois de cannelle, note de fruits noire, petite note chocolatée,tannins racés, vin précis et frais.

17/20

 

Hosanna

4,5 ha

70% M 30% CF

Net, précis, fruité très éclatant, fraicheur, note épicée, florale, vin complexe, élégant avec une excellente persistance.

17,5/20

 

La Fleur Petrus

18,7 ha

91% M 6% CF 3% PV

Toucher net, vin frais avec une belle minéralité, note de fruits rouges acidulés, note florale, violette, tannins enrobés, fins, beaucoup de précision, vin ciselé, complexe avec une persistance et longueur.

18/20

 

Trotanoy***

7,2 ha

90% M 10% CF

Toucher soyeux, velours, finesse, fruits noirs mûrs avec une grande fraicheur. vin très précis, bien structuré avec une texture élégante, tannins enrobés, poudreux, finale longue, fraiche et gourmande.

18,5/20

 

Nenin

58% M 42% CF (7% vins de presse dans l’assemblage)

15,5 hl/ha

35% bois nef

Bouche fraiche, soyeuse et épicée, réglisse, quelques petits fruits noirs acidulés, structure fine, tanins arrondis, finale mentholée.

17/20

 

Beauregard

60% M 40% CF (forte proportion du CF causé par le gel d’une partie de Merlot)

Fin, soyeux, épicé, fruits noirs écrasés, note poivrée, floral, tannins soyeux, finale mentholée, fraicheur.

17/20

 

Le Bon Pasteur

Net, soyeux, bois de cannelle, cerise noir écrasée, réglisse, milieu chocolat en poudre, floral, bonne fraicheur, finesse.

16,5/20

 

La Cabanne

Toucher frais, net, croquant de fruits noirs, note florale, rose séchée, structure tannique élégante, belle fraicheur en finale, long.

16,5/20

 

Clinet

Soyeux, net, précis, fruits noirs croquants, chocolat noir en poudre, bois de cannelle, tannins rondes, finale minérale, vin précis.

15,5/20

 

La Croix de Gay

Soyeux, épices douces, fruits noirs, cerise noire croquante, note mentholée, tannins soyeux, finale épicée, fraicheur, douceur.

15,5/20

 

Gazin***

95% M 5%CF (quasiment pas touché par le gel)

Net, soyeux, précis, fruits noirs frais, écrasés, petite note de bois de cannelle au milieu, note florale, tannins fins, finale fraiche et gourmande.

17/20

 

Rouget

Toucher Soyeux, fin, bois de cannelle, fruits noirs frais, jolis jus, tannins nets et racés, finale poudreuse, belle fraicheur, élégance, précision.

16/20

 

 

RIVE GAUCHE

 

MARGAUX

L’Appellation qui par endroit a beaucoup souffert par le gel.

 

Chateau Margaux***

89% CS 8% M 2% CF 1% PV

35hl/ha (10% du vignoble touché par le gel, ça concerne surtout les parcelles du Pavillon Rouge)

37% production de Grand Vin

Toucher soyeux, net, vin très  précis, ciselé, fruité croquant, quelques petits baies noirs acidulés, note florale, tout est en place, belle profondeur, délicatesse, puissance modérée, texture très fine, tannins élégants, longueur, fraicheur et élégance.

19/20

Pavillon Rouge

76% CS 17% M 4% CF 3% PV

22% de la recolte

16,5/20

 

Palmer***

Certifié Biodynamie sur la totalité du vignoble

54% M 42% CS 4% PV

(15 ha touché par le gel)

38hl/ha

50% bois nef

Belle richesse de fruits mûrs, petits fruits rouges et noirs croquants, quelques épices, poivre sauvage, jolie texture avec des tannins enrobés, vin racé et élégant, garde sa fraicheur et belle persistance.

19/20

Alter Ego

53% M 41% CS 6% PV

16,5/20

 

Brane Cantenac

74% CS 21% M 4% CS 1% PV

(35% du vignoble touché par le gel)

Soyeux, fruits noirs, note florale, coté crémeux, précision, jus très élégants, réglisse, bonne fraicheur, élégance de tannins, note mentholée.

17,5/20

 

Cantenac Brown

67% CS 33% M

35 hl/ha

Soyeux, finesse, note vanille, tannins enrobés, crémeux, fruits noirs croquants, fraicheur, note chocolatée, tannins élégants.

17/20

 

Dauzac

69% CS 31% M

Soyeux, bois de cannelle, fruits frais, note acidulée, tannins soyeux, finale mentholée.

16/20

 

Desmirail

55% M 35% CS 10% PV (assemblage atypique avec une forte proportion de petit verdot)

(vignoble fortement touché à 70% par le gel)

Soyeux, floral, note chocolatée, tannins puissants, extraction fort, tannins racés, finale sèche un peu.

16/20

 

Gonzague Lurton, propriétaire de Durfort Vivens

Durfort Vivens***

45 ha

Depuis le millésime 2016 la totalité du vignoble est certifié en biodynammie (Demeter)

91% CS  9% M

Toucher net, vin très précis, pureté de fruits frais, note réglissée, florale, texture soyeuse, belle présence en bouche, note mentholée, fumée, tanins fins, enrobés, vin complexe, élégant et frais.

17,5/20

 

Ferrière

79% CS 19% M 2% PV

Soyeux, fruité frais de petit fruits noirs acidulés, réglisse, note vanillée, tannins racés, belle longueur et fraicheur.

16,5/20

 

Giscours

71 % CS 24% M 5% PV

Soyeux, vanillé, boisé élégant, fruits noirs, note de chocolat noir en poudre, tannins enrobés,élégant et fins, finale fraiche, mentholée.

17/20

 

Kirwan

65% CS 30% M 5% PV

Une parti du vignoble touché fortement par le gel.

Soyeux, note de réglisse, fruits noirs écrasés, bonne fraicheur, joli acidité, tannins racés, fraicheur de fruits en finale, note mentholée.

16,5/20 

 

Labegorce***

46% CS 40% M 8% CF 6% PV

(touché par le gel à 30% sur les Merlot)

33% bois nef

Toucher soyeux, petite note vanillée, fraicheur de fruits mûrs et croquants, belle densité, texture fine, tannins enrobés, finale épicée, fraicheur.

16,5/20

 

Marquis d’Alesme

61% CS 33% M 6% PV

65% bois nef

Bouche précise, structurée, fraicheur de fruits noirs, cassis, mûre, cerise noire, quelques épices, vin racé et complexe, grains de tannins intéressants, ciselés, jolie texture de l’ensemble, fraicheur.

17/20 

 

Lascombes

57% CS 40% M 3% PV

Soyeux, floral, note poudreuse, chocolat noir en poudre, tanins fin, enrobés, bonne fraicheur, vin élégant et racé.

16,5/20

 

Malescot Saint Exupéry

58% CS 42% M

Soyeux, fin, note saline, réglisse, fruits noirs écrasés, joli volume en bouche, tanins élégant, finale mentholée, fraicheur et élégance.

16,5/20

 

Marquis de Terme

60% CS 35% M 5% PV

(Vignoble touché à 38% par le gel)

Net, note boisé, extraction forte, fruits noirs acidulés, réglisse, bonne fraicheur, finale poudreuse, sèche un peu.

16/20

 

Monbrison***

Soyeux, fin, fruits noir croquant, note vanillée, florale, excellente fraicheur, acidité, vin racé, avec des tanins racés et élégants, finale mentholée, gourmand, salin.

17/20

 

Prieure Lichine

63% CS 32% M 5% PV

(Vignoble touché par le gel à 30%)

Soyeux, vanillé, réglisse, fruits noirs acidulés, tanins poudreux, note florale, bonne tenu en bouche, précision, fraicheur.

16,5/20

 

Rauzan Gassies

76% CS 23% M 1% PV

Soyeux, fin, note vanillée, boisée, bois de cannelle, fruits noirs acculés, tannins racés,bonne note de fraicheur en finale.

16/20 

 

Rauzan Ségla

62% CS 36% M 2% PV

Soyeux, floral, fruits noirs écrasés, note crémeuse, belle présence, tannins poudreux, finale florale, botanique, belle texture de l’ensemble, fraicheur, finale saline.

18/20

 

Siran

Soyeux, réglisse, bois de cannelle, croquant de fruits frais, tannins racés, excellente fraicheur, finale mentholée.

16/20

 

Du Tertre

75% CS 10% M 10% CF 5% PV

Fruits noirs croquants, bois de cannelle, croquant de fruits frais, note mentholée, gourmand, structure tannique racée, finale épicée.

16,5/20

 

 

A signaler que les trois appellations plus au nord nord comme Saint-Julien, Pauillac et Saint-Estèphe ont visiblement moins souffert par les aléas climatiques comme l’épisode du gel de mois d’avril.

 

SAINT-JULIEN

 

René Lusseau, ancien maître de chai de Ducru pendant plus que 30 ans jusqu’à 2009, malgré sa retraite officielle depuis 10 ans, toujours présent au château pour assurer les visites et de dégustations, il a construit à lui tout seul une long page d’histoire du château.

Ducru Beaucaillou

90% CS 10% M

100% bois nef

Toucher soyeux, note épicée, vin précis, structuré, note florale, fruits noirs, tanins racés, ciselés, en finale note mentholée, bonne concentration et fraicheur, vrai vin de terroir.

17,5/20

 

Léoville Poiferré***

68% CS 27% M 3% CF 2% PV

Vin soyeux dominé par les fruits rouges et noirs croquants et frais, note chocolaté, cerise noire, beaucoup de charme avec une belle finesse, tannins élégants, finale persistante et fraiche.

17,5/20

 

Beychevelle

Soyeux, jus frais, note vanillée, fruits noirs, tannins racés, milieu florale, note chocolatée, finale fraiche.

16,5/20

 

François Xavier Maroteaux a pris la succession de son père à la tête de Branaire

Branaire Ducru

Soyeux, note florale, croquant de fruits frais, épices douces, réglisse,belle texture de tanins, finale fraiche avec son coté salin.

17/20

 

Gloria

Fin, soyeux, fruits noirs écrasés, cerise noire, note florale, bois de cannelle, belle fraicheur, tannins enrobés, élégant.

16,5/20

 

Gruaud Larose

Net, précis, fin, bois de cannelle, fruits frais acidulés, tannins enrobés, bonne acidité en finale, persistant.

16,5/20

 

Lagrange

Soyeux, fins, fruits noirs acidulés, bonne présence, note mentholée, en finale tannins poudreux, frais, mentholé.

16,5/20

 

Langoa Barton

Soyeux, fins, floral, fruits acidulés écrasés, tannins soyeux, bonne fraicheur, élégant, belle persistance.

16,5/20

 

Leoville Barton

Net, précis, structuré, fruits noirs acidulés, bonne présence, tannins racé, élégants, finale mentholée, fraiche, belle persistance, vin très précis.

17/20

 

Saint Pierre

Soyeux, bois de cannelle, épices douces, note chocolaté, fruits noirs écrasés, florale, finale mentholée, poudreuse, belle complexité de l’ensemble.

17/20

 

Talbot

Net, soyeux, fruits noirs mûrs écrasés, note florale, épices douces, tannins racés,belle texture, finale mentholée, fraiche.

17/20

 

PAUILLAC

 

Latour***

92,1% CS 7,8% M 0,1% PV

2,6 ha impacté par le gel

Toucher fin, soyeux, frais, fraicheur de fruits rouges et noirs, note boisée, bois de cannelle, petite note fumée, florale, vin complexe avec une belle structure, tannins racés, finale saline, gourmande.

19/20 

Forts de Latour

65,2% CS 33% M 0,8% CF 1% PV

Net, précis, fruits noirs acidulés, note florale, belle présence, tannins fermes, note poudreuse, chocolatée, finale longue et fraiche.

17/20

 

Lafite

96% CS 3,5% M 0,5% PV

Net, racé avec une belle texture, fruits noirs acidulés, réglisse, léger boisé, persistant, tannins puissant, élégants, belle fraicheur, longueur.

18,5/20

Carruades de Lafite

60% CS 35% M 5% CF

Toucher net, puissant, réglisse, épices, fruits noirs frais, note florale, tanins ciselés, finale fraiche, tendue.

16,5/20

Mouton Rothschild***

90% CS 9% M 1% PV

Toucher soyeux, velours, petite note vanillée, fraicheur de fruits noirs acidulés, cerise noire, joli volume, texture ferme, tanins poudreux, tout en finesse, finale fraiche, minérale, vin racé, élégant.

18,5/20

Le Petit Mouton

81% CS 17% M 2% CF

Vin soyeux, floral, note de petits fruits rouges frais, tanins fins, élégants, belle texture avec acidité au milieu de bouche, finale longue, vin précis et harmonieux.

17/20 

Bref et précise analyse du millésime à Mouton par Philippe Dhalluin, DG

 

Armaillhac

Soyeux, floral, fruits noirs écrasés, note poudreuse, chocolat noir en poudre, tannins enrobés, bonne fraicheur élégance.

16/20

 

Clerc Milon

Net, précis, épicé, fruits noirs acidulés, tannins racés, note reglissée, bonne matière, finale saline, fraiche.

17/20

 

Batailley

Net, soyeux, fruits noirs, bois de cannelle, note de fleurs séchées, chocolat noirs en poudre, tannins racés, belle fraicheur de l’ensemble.

17/20

 

Croiset-Bages

Net, réglisse, fruits noirs, tannins puissants, concentration, extraction forte, structure tannique puissante, sèche en finale.

15,5/20

 

Grand Puy Ducasse

Soyeux, net, fruits noirs écrasés, tannins racés, puissants, note de réglisse, poivre sauvage, finale fraiche, longueur.

16,5/20

 

Haut Bages Libéral

Net, racé, puissant, fruits noirs, cerise noire, tannins ciselés, persistant, finale fraiche.

16,5/20

 

Lynch Bages

Soyeux, net, floral, fruits noirs acidulés, note florale, présence avec une jolie texture, tannins ciselés, élégant, finale fraiche et longue, vin racé.

17,5/20

 

Lynch Moussas

Soyeux, note épicée, boisée, leger vanillé, bonne fraicheur de fruits acidulés, tannins puissants, finale fraiche, salin.

16/20

 

Pichon Comtesse

Soyeux, fin, fruits noirs écrasés, note vanillée, belle précision, note chocolatée, tannins poudreux, finale mentholée, fraiche, gourmande.

17,5/20

 

Alfred Tesseron, propriétaire de Pontet Canet

Pontet-Canet***

81ha certifie en biodynamie (Demeter)

Le millésime a béneficié de tout nouveau cuvier de 32 cuves en béton de 40 hl, afin de permettre une parfaite vinification parcellaire.

64% CS 30% M 4% CF 2% PV

Toucher net, précis, panier de fruits noirs acidulés, cerise noire, milieu de bouche volumineux, croquant de fruits, petite note vanillée, grains de tanins très fins, note poudreuse, finale fraiche, vin précis, complexe et racé.

18,5/20

 

 

SAINT-ESTEPHE

 

Cos d’Estournel

66% CS 32% M 1% CF 1% PV

Fraicheur de fruits noirs domine avec une jolie trame acide, petite note boisée, florale, tanins soyeux, élégant, belle texture, équilibre, finale poudreuse, épicée, fraiche pure, précision.

18/20

Pagodes de Cos

56% CS 42% M 1% CF 1% PV

Note de fruits rouges et noirs acidulés et frais, bonne vivacité, fraicheur, tanins ciselés, finale gourmande, note mentholée.

16/20

 

Lafont Rochet

Net, frais, fruits croquants, acidulés, belle précision, tannins racés enrobés, finale fraiche, mentholée, vin ciselé, précis.

17/20

 

Ormes de Pez

Net, bois de cannelle, bonne présence, fraicheur de fruits noirs, tannins racé, finale florale, fraiche.

16/20

 

De Pez

Net, précis, floral, fruité acidulé, bonne fraicheur, tannins racé, finale mentholée, fraiche, long, précis.

16,5/20

 

Phelan Ségur

Net, précis, croquant de fruits frais, note de réglisse, léger boisé, élégance, belle texture, tannins ciselés, note poivrée, bonne fraicheur, précision, longueur.

17/20

 

 

PESSAC-LEOGNAN (Rouges)

 

Haut Brion***

53% M 40,7% CS 6,3% CF

1,5 ha touché par le gel, donc la récolte quasi normale.

45% de Grand Vin

Toucher soyeux, velours, élégant, note de fruits noirs croquants et frais, bois de cannelle, note poudreuse, crémeuse, belle matière, texture, tannins enrobés, tout est travaillé en délicatesse et finesse, finale saline, gourmande, belle équilibre de l’ensemble.

19/20

Le Clarence de Haut Brion

55% M 38% CS 5?3% CF 1,7% PV

16,5/20

 

Mission Haut Brion

56% M 39,6% CS 4,4% CF

51% de Grand Vin

Toucher soyeux, crémeux, croquant de fruits frais, note chocolatée, poudreuse, tanins élégants, finale florale, belle complexité de l’ensemble, fraicheur, longueur, vin ciselé avec beaucoup d’élégance. 

18,5/20

La Chapelle de la Mission Haut Brion

49,2% M 41,9% CS 8,9% CF

16,5/20

 

Pape Clement

Soyeux, fin, fruits noirs croquants, joli mâche au milieu, tanins soyeux, fraicheur de fruits, minéral, bonne longueur, présence.

17/20

 

Dom de Chevalier

Toucher frais, soyeux, fruits frais croquants, note acidulée, léger boisé,  tanins ciselés, élégants, jolie texture, finale longue.

16,5/20

 

Smith Haut Lafitte***

Soyeux, fruits croquants, note poudreuse de chocolat noir, réglisse, milieu de bouche belle fraicheur, finesse élégance, équilibre, joli texture, finale gourmande.

17/20

 

Haut Bailly

Une partie des parcelles impacté par le gel sans toucher les parcelles historiques du vignoble.

Toucher net, soyeux, léger boisé agréable, épices douces, croquant de fruits noirs, milieu crémeux, tannins élégants, finale mentholée, bonne fraicheur de l’ensemble. 

17/20

 

Carbonnieux

Bouche puissante marqué par le boisé, quelques fruits noirs, réglisse, tannins enrobés, bonne fraicheur en finale.

15,5/20

 

Larrivet Haut Brion

Soyeux, fruits frais, épices douces, poivre sauvage, bonne acidité, tannins arrondis, élégant.

15,5/20

 

Latour Martillac

Bouche épicée mélangée aux fruits noirs acidulés, cerise noire, réglisse, boisé intégré, belle texture, note acidulé agréable, fraicheur. 

15,5/20

 

Malartic- Lagravière

Toucher fin, soyeux, jolie note de fruits noirs croquants, belle acidité, grains de tanins élégants, note minérale, fraicheur, finale gourmande.

16/20

 

SAUTERNES

 

Yquem***

80% Semillon 20% Sauvignon

Vignoble miraculeusement épargné par le gel, juste quelques rangs de bordures sont touchés.

Vendange ultra précoce  avec quasiment une trie.

Bouche très fraiche avec des notes d’agrumes frais, fruits blancs, zestes d’orange amère, très pur et précis, belle acidité, parfait équilibre acidité/sucre malgré ses 148 g de sucre, pureté de fruits, excellente buvabilité, finale gourmande, saline, plaisir.

18,5/20

 

Explication de ce millésime très précoce et étrange par Pierre Lurton, DG

 

De Fargues***

Toucher net, épices douces, fruits jaunes acidule, note saline, poivrée, joli volume, en finale note citronnée, vanillée, joli présence, petite amertume, fraicheur, gourmand

17,5/20

 

Coutet

Fruits jaunes, pomme acidulée, épices douces, abricot frais, note poudreuse, léger et frais

17/20

 

Guiraud

Soyeux, fruité, fruits jaunes acidulés, zestes de citron, note saline, joli volume, fraicheur, finale élégante, acidulée

16,5/20

 

Lafaurie Peyraguey

Toucher net, abricot sec, fruits jaunes, léger caramel, zestez d’oranges amères, note épissée en finale, fraicheur

16/20

 

Reyne Vigneau

Soyeux, fin, note d’abricot frais, zestes d’oranges, mandarines, jolie volume, note citronnée, belle présence, note saline, fraicheur, gourmand

16,5/20

 

Clos Haut Peyraguey

Net, note d’amertume, fruits jaunes, abricot, clémentine, petite amertume, finale légère et fraiche

15,5/20

 

Et aussi :

 

La Lagune (Haut Médoc)

16/20

 

La Tour Carnet (Haut-Médoc)

15,5/20

 

Clarke (Listrac)

16/20

 

Chasse-Spleen (Moulis)

15,5/20

 

Poujeaux (Moulis)

15,5/20

 

Maucaillou

15/20

 

La Mondotte (Saint Emilion)

17/20

 

La Clotte (Saint Emilion)

15,5/20

 

L’IF (Saint Emilion)

16/20

 

Faugères (Saint Emilion)

16/20

 

L’Aurage (Castillion)***

16/20

 

Stephane Derenoncourt (Derenoncourt Consultants), propriétaire de Domaine de L’A

Domaine de l’A (Castillon)

15,5/20

 

Roc de Cambes (Bourg)

16/20

 

dégustations primeurs 2017

 

 

Adresses utiles :

http://www.ugcb.net

http://www.grand-cru-classe-1855.com

http://www.moueix.com

http://www.derenoncourtconsultants.com

http://www.grandcercle.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2017 – Faut-il investir ? # analyse # notes de dégustations…


18e Citadelles du Vin 2018 dévoile ses résultats

Très bon cru pour la 18e édition du Concours International Citadelles du Vin.

18e Citadelles du Vin, les juges au travail

La 18e édition qui se déroulait du 19 au 21 mai dernier a ressemblé 881 vins de tous les types y compris quelques eaux-de-vie venant de 31 pays producteurs dans le monde.

Pour cette édition la répartition des échantillons était très éclectique avec 70% de vins d’Europe y compris la France avec 30% des vins venus des autres continents.

Commission n° 5 Omar Barbosa (gauche), Marie Roginska, Pedro Salguero,Nathalie Juban, Eric Bardon

40 juges-experts de 19 nationalités ont passé au crible tous les échantillons en parfaite anonymat dans le respect totale de la charte du patronage OIV (Organisation Mondiale da la Vigne et du Vin).

 

Le but majeur du concours est de récompenser les vins le plus qualitatifs qui donnent du plaisir aux consommateurs avec les trois mots clé : qualité, attractivité, plaisir.

 

Prix de Citadelles

J-Philippe Pricart, président de Citadelles avec sa directrice Fabienne Cortadi

Résultat de la 18e édition ont été dévoilé avec 257 médailles au total soit :

125 Médailles Or

231 Médailles Argent

 

Top 6 des pays ayant obtenu le plus grand nombre des Médailles d’Or :

Portugal 26

France 19

Italy et Espagne 16 pour chacun

Chile et Israel 11 pour chacun

 

Voici le palmarès complet : www.citadellesduvin.com

 

A savoir que les résultats et les Prix Spéciaux ont été dévoilé durant le Vinexpo Hong Kong mai 2018

 

Dans ce Palmarès il faut ajouter les Prix Spéciaux :

Prix Fijev

Prix Spécial FIJEV (Fédération Internationale des Journalistes Ecrivain du Vin) a été attribué au meilleur vin d’Australie :

Serafino Magnitude Shiraz 2014

Mc Laren Vale, Australia

 

Prix Spécial DUAD (Diplôme Universitaire d’aptitudes à la dégustation) a été attribué au meilleur Malbec :

Château de Cayx 2016 Cahors, Cotes d’Olt, France

 

Prix Spécial Œnologues de Bordeaux a été attribué au meilleur Merlot de Bordeaux :

Château La Ribaud, Medoc 2016 Maison Bouey, France

 

Prix Spécial des Sommeliers a été attribué au meilleur Cabernet Sauvignon des Amériques

Potro de Piedra, Cabernet Sauvignon-Cabernet Franc 2016 Valle de Curico, Chile

 

Prix Spécial Vinofed (Fédération de plus grands concours internationaux de vins agrées OIV) a été attribué au vin ayant obtenu la meilleure note du concours :

Bulas Porto Tawny 10 ans, Portugal

 

 

Comme ce concours se déroule dans une région viticole par excellence, il est tout a fait indispensable de faire quelques visites des vignobles et des chais afin de faire découvrir ou redécouvrir aux membres du jury quelques pépites de la région.

 

Découverte de Château Dubraud , Blaye Côtes de Bordeaux

Alain Vidal, troisième génération de vignerons de Provence s’installe depuis 1998 au Château Durbaud à Saint Christoly de Blaye, il est accompagné dans cette aventure par son épouse Céline, avec qui il travail en tandem.

Alain Vidal explique sa façon de travailler la vigne

Très beau terroir de 29 ha de vignes sur un sol argilo-calcaire et silico-argileux. Le domaine produit les vins rouges issus de Merlot (65%), Cabernet Sauvignon (30%), Cabernet Franc (5%) avec une toute petite production de vins blancs sur 4 ha issus de Sauvignon Blanc (80%), Sémillon (10%), Muscadelle (10%°).

Collection de Château Dubraud

Les vins du domaine participent à des divers compétitions en France et à l’étranger en emportant des récompenses, 51 médailles en 20 ans d’existence.

 

Château de la Grave, Côtes de Bourg

Château de la Grave

La famille Bassereau investi un authentique château du XVIe siècle dans le style Louis XIII, entouré de 45 ha de vignes sur les Coteaux pentus des Côtes de Bourg. C’est un héritage familial centenaire qui lie la pure tradition avec la modernité.

45 ha de vignes autour du Chateau

Les vins du domaine sont élaborés dans la tradition transmise depuis des générations avec la maîtrise des technologies modernes. Les vinifications se font dans les tonneaux pour passer ensuite dans des barriques en chêne français pour des longs élevages. Les vins sont issus de Merlot, Cabernet Sauvignon, Malbec pour les rouges, de Semillon et Colombard pour les blancs.

C’est un lieu privilégié pour tous les amoureux du vin, afin de découvrir le métier de vigneron.

 

Château Pontet-Canet GCC de Pauillac

Chateau Pontet-Canet à Pauillac

C’est un joyeux 120 ha de la famille Tesseron, dont 81 ha planté en vignes au tour du château sur un très beau terroir de graves du quaternaire.

C’est ici, dans ce lieu privilégié a eu lieu le dîner de clôture du concours avec l’annonce des Prix Spéciaux de Citadelles.

Aujourd’hui, le vignoble entier de 81 ha est certifié en culture biologique et biodynamique grâce à un travaille sans relâche de toute équipe mené par son directeur technique et maître de chai Jean-Michel Comme.

Nouveau cuvier de 32 cuves béton

Alfred Tesseron, propriétaire

Le tout nouveau cuvier de 32 cuves en béton de 40 hl arrivé pour la dernière vendange 2017, permet le travail encore plus précis, très ciselé, afin de mieux travailler le parcellaire le plus individuellement possible, faire tout simplement le travaille de « Haute Couture ».

 

Adresses utiles :

http://www.citadellesduvin.com

http://www.oiv.int

http://www.vinofed.com

http://www.pontet-canet.com

http://www.grand-cru-classe-1855.com

http://www.chateaudubraud.com

http://www.chateaudelagrave.com

http://www.fijev.org

 

 

Photos de famille avec tous les dégustateurs internationaux et le team de 18e Citadelles du Vin au Château Pontet-Canet en présence d’Alfred Tesseron, son propriétaire

Commentaires fermés sur 18e Citadelles du Vin 2018 dévoile ses résultats


2e « Palmarès de Castillon » 2018 # résultats

2e «  Palmarès Castillon 2018 » a rendu ses résultats !

 

10 gagnants sur 32 vins de Castillon-Côtes-de-Bordeaux 2015, préalablement sélectionné et mis à l’aveugle à rude épreuve aux papilles aiguisées d’une quinzaine de juges professionnelles (journalistes, sommeliers etc.) sous l’œil bienveillant de Françoise Lannoye, la présidente de l’appellation et en présence de Stéphane Derenoncourt, précieux parrain de l’opération, également propriétaire de Domaine de l’A en Castillon.

Stephane Derenoncourt, parrain de « Palmarès Castillon 2018 »

 

C’est pour sa deuxième année que Lavinia Paris accueille Castillon-Côtes-de-Bordeaux pour son « Palmarès Castillon  2018».

L’opération consiste à faire connaître et mettre en avant les domaines méritants et surtout faire parler de cette appellation qui mérite largement ses lettres de noblesse tout d’abord par la qualité de ses vins et le dynamisme qu’elle dégage !

 

Tous les vins présentés aux Palmarès sont classés par catégories établies par l’appellation soit :

 

« Frais et Convivial »

« Gourmand et Séducteurs »

« Puissant et Etonnant »

« Atypique et Micro Cuvée »

 

Même s’il y a des vins « star » comme dans chaque appellation, elles se sont volontairement retrouvées sur le banc de touche, comme Château d’Aiguilhe, Domaine de l’Aurage, Clos Puy Arnaud ou Domaine de l’A (vin de Stéphane Derenoncourt, parrain de l’opération) afin d’offrir à des vins moins connus ou pas du tout la visibilité et sa place auprès des consommateurs.

 

Voici le palmarès 2018

 

Palmarès « Frais et Convivial »

« Frais et Convivial »

Château Grand Tuillac

Château Tour Grand Mayne

Château Beynat

 

Palmarès « Gourmand et Séducteur »

« Gourmand et Séducteur »

Château Moulin de Clotte

Château Roc le Mayne

Cuvée 1454, Hervé Lergeteau

 

Palmarès « Puisant et Etonnant »

« Puissant et Etonnant »

Château la Clarière Laithwaite

Château Cap de Faugères – La Mouleyre

Château de Laussac cuvée Sacha

 

Palmarès « Atypique et micro cuvée »

« Atypique et micro cuvée »

Château Milens cuvée Fleur de Scène

(les prix de chaque vin sur demande)

 

Castillon en bref :

 

2300 ha de vignes

230 familles de vignerons

10 ha la superficie moyenne des domaines

9 villages

25% de propriétés en Bio

Encépagement : 70% Merlot 20% Cabernet Franc 10% Cabernet Sauvignon

 

 

Adresses utiles :

http://www.castillon-cotesdebordeaux.com

http://www.derenoncourtconsultants

 

 

 

 

Commentaires fermés sur 2e « Palmarès de Castillon » 2018 # résultats


Verticale de Château Lafite Rothschild, Pauillac

Tout récemment, dans le cadre d’une très belle dégustation de vins des Domaines Barons de Rothschild (Lafite), j’ai pu faire une belle verticale et passer au crible quelques millésimes de Château Lafite Rothschild, Pauillac

 

Domaines Barons de Rothschild  (Lafite)

Voici les résultats :

 

Lafite 2005 ***

Très grand millésime.

89% CS 9%Merlot 2% Petit Verdot

Toucher soyeux avec une belle densité, note de fruits noirs, épices, structure tannique racée, grande profondeur, fraicheur, garde sa jeunesse presque éternelle.

 

Lafite 2002 *

Bouche nette avec une note épicée, poivre sauvage, note cacaotée, poudreuse, en finale soupçon d’amertume, consommable dès maintenant.

 

Lafite 1996 ***

Joli nez de sous bois, rose séchée, feuilles de tabac séchées, bouche complexe avec des notes mentholés, fumées, note cacaoté, poudreuse, vin riche, structuré, frais, taillé pour une longe garde.

 

Lafite 1985

Lafite 1985 **

Millésime difficile.

Nez de sous-bois, champignons, en bouche garde toujours une belle fraicheur avec une acidité agréable, note de cacao en poudre, texture raffinée, offre un bon plaisir gustatif, apogée.

 

Dans les coulisses de Château Lafite

Ce vignoble comprend trois grandes zones soit les coteaux autour du Château, le plateau des Carruades contigu à l’ouest et une parcelle de 4,5 ha sur la commune voisine de Saint-Estèphe.

La surface totale des vignes est de 112 ha, les sols de graves fines, profondes, mêlées à des sables éoliens sur un sous-sol de calcaire tertiaire, bien drainées et bien exposées.

 

Encépagement :

Cabernet Sauvignon (70%)

Merlot (25%)

Cabernet Franc (3%)

Petit Verdot (2%)

 

L’âge moyen des vignes est de 39 ans, mais celle qui donnes le grand vin ont 45 ans en moyenne. La parcelle la plus âgée, dite « La Gravière », fut plantée en 1886.

La récolte de chaque parcelle est traitée séparément par les petits lots pour garder l’identité de chaque terroir et de chaque cépage sur ces terroirs.

A Lafite, les fermentations se réalisent dans deux cuviers séparés : dans le cuvier traditionnel composé de grandes cuves en chêne et celui composé de cuves ultra modernes en inox

A la fin de la fermentation alcoolique, les cuves font l’objet d’une première dégustation avant d’être écoulées, les marcs sont pressés indépendamment pour extraire le « vin de presse ».

Les malolactiques sont réalisés en cuves, avant entonnage de chaque lot.

Il est importent à signaler que chaque barrique provienne de la Tonnellerie des Domaines avec une adaptation spécifique de la « chauffe » durant sa fabrication aux caractéristiques du vin qu’elle va contenir.

Plusieurs dégustations de chaque cuve sont réalisées en décembre pour la sélection du grand vin.

L’assemblage est réalisé en mars au premier soutirage des barriques.

Alors, maintenant débute l’étape de l’élevage et du vieillissement du vin, l’étape qui s’étale sur une longue période de 18 à 20 mois.

Durant cette période, le maître de chai va réaliser une série de soutirages, afin de séparer les sédiments de la lie du vin, ensuite c’est le collage traditionnel aux blancs d’œufs pour enlever les particules en suspension et clarifier les vins en barrique.

Maintenant le vin est prêt pour la mise en bouteilles qui se déroule en juin (en une seule mise).

 

Chai

Le fameux chai circulaire de Château Lafite Rothschild inauguré en 1987, conçu par l’architecte espagnol, catalan Ricardo Bofill (né à Barcelone en 1939).

Destiné à l’élevage des vins de deuxième année, il se caractérise par sa forme octogonale complètement atypique et sa voûte soutenue par 16 colonnes avec sa partie centrale circulaire. Ce chai unique dans son genre peut accueillir jusqu’à 2200 barriques.

 

Adresses utiles :

http://www.lafite.com

 

 

 

Commentaires fermés sur Verticale de Château Lafite Rothschild, Pauillac


Verticale de Château d’Yquem, Sauternes

verticale d’Yquem

Tout récemment j’ai eu occasion de faire une petite verticale de Château d’Yquem en présence de Sandrine Garbay, le Maître de chai.

C’était un délicieux moment d’avoir Sandrine autour de ces belles bouteilles pour toutes les explications précises et précieuses.

 

Sandrine Garbay, Maître de chai

Voici les résultats :

 

Yquem 2015 ***

Année chaude, vendange précoce en 4 tries successives, très bonne pourriture noble,

144 g/sucre

80% Sémillon 20% Sauvignon

Vinification en barriques neuves

 

Vin séduisant, fruité et gourmand avec une belle note d’abricots secs, fruits jaunes très mûrs, élégance de l’ensemble jouant sur des équilibres acidité-sucre-matière, très grand millésime taillé pour une longue garde.

 

Yquem 2013 **

L’année assez chaotique avec un résultat très prometteur.

Vendanges étalées sur un mois du 24 septembre au 24 octobre avec 4 tries successives, 140 g/sucre

80% Sémillon 20% Sauvignon

Vinification en barriques neuves

 

Vin net avec un bon niveau d’acidité, pourriture noble (botrytis) qualitative, note de fruits jaunes, confit agréable, abricot sec, quelques épices douces, belle acidité, fraicheur, gourmand.

 

Yquem 2007 ***

Très grand millésime pour les vins liquoreux.

Raisins d’une grande qualité, propres avec des jolis confits,

Vendanges très longues étales sur 2 mois avec 6 tries successives, 135 g/sucre

80% Sémillon 20%Sauvignon

Vinification en barriques neuves

 

Vin lumineux, brillant avec une robe boutons d’or, toucher merveilleusement soyeux, note d’oranges confits, oranges amères, fruits jaunes, abricot sec, amandes, noblesse d’amertume, belle équilibre acidité/sucre, vin élégant taillé pour durer, grand Yquem.  

 

 

Yquem 2005 ***

Grand Millésime

Botrytisation très longue, au même temps très propre et facile.

80% Sémillon 20% Sauvignon

Vinifications en barriques neuves

 

Vin pur, cristallin et brillant, en bouche beaucoup d’énergie, la matière élégante avec beaucoup de délicatesse, petite note sous-bois, gourmand et très digeste, agréable dès maintenant avec un potentiel exceptionnel.

 

 

Yquem en bref :

Premier Cru Classé Supérieur en 1855

 

Château d’Yquem avec ses formes robustes et fortifiées

Château d’Yquem avec ses formes robustes et fortifiées dont ses origines remontent au XV° siècle se remarque de loin dans le paysage sauternais.

 

Le chai d’Yquem, les barriques avec le précieux nectar

 

105 ha de vignes plantées en Sémillon et Sauvignon entourent le château. Aujourd’hui, depuis 1999 le groupe LVMH est actionnaire majoritaire de ce joyeux unique avec Pierre Lurton et son équipe aux manettes, tous avec la même philosophie de travail qui n’a jamais changé depuis des siècles :

produire un vin d’excellence, pur, élégant, équilibré, inimitable, qui serait capable défier le temps.

 

Pierre Lurton, DG d’Yquem

 

Un mot sur la pourriture noble

 

La pourriture noble appelé Botrytis cinerea est un champignon qui se développe sur les baies de raisins dans des conditions bien spécifiques d’humidité et d’ensoleillement, permettant la production de vins particuliers à la base de raisins en surmaturité avec un tôt de sucres souvent très importent.

Dans certaines d’autres conditions climatiques ce champignon peut être appelé pourriture grise, endommageant en partie les raisins, néfaste pour la récolte.

Pour produire des raisins botrytisés, l’humidité et la brume matinale de septembre, d’octobre ou de novembre sont indispensables, favorisant fortement le développement du champignon sur les baies, elles doivent être suivie d’un temps sec et ensoleillé pour faciliter ensuite l’évaporation de l’eau.

Souvent la présence d’une rivière proche du vignoble favorise le phénomène de la pourriture noble, comme dans le Sauternais, le Ciron joue ce rôle très importent produisant un microclimat bien particulier.

 

Il faut ajouter que les fermentations sur des raisins atteints de la pourriture noble sont plus difficiles à conduire, car la forte concentration des sucres peut rendre compliqué le travail des levures. Ce qui demande une vigilance tout à fait particulière dans ce processus plutôt délicat.

 

 

Yquem, les vignes de Sémillon au printemps

Zoom sur l’appellation Sauternes

 

L’aire de production de l’appellation Sauternes est composée de cinq communes : Barsac, Bommes, Fargues, Preignac et Sauternes, situées sur la rive gauche de la Garonne à une bonne quarantaine de kilomètres au sud de Bordeaux sur les rives de la rivière Ciron.

Le vignoble repose sur un terroir argilo-calcaire ou calcaire avec une couche plus ou moins épaisse de graves.

La disposition des lieux donne un paysage faiblement vallonné, avec un petit relief constitué de croupes de graves de quelques dizaines de mètres.

Sauternais bénéficie d’un microclimat tout à fait particulier grâce à la rivière Ciron qui coule sous le couvert végétal de la forêt des Landes.

Ciron avec son eau froide amène de l’humidité. Ce phénomène crée à l’automne des brouillards et brumes matinaux qui s’estompent durant la matinée. Ces brumes favorisent le développement de la pourriture noble (Botrytis cinerea) sur les baies de raisins. Le grain se confit tout doucement avec sa pulpe qui se concentre en sucres sous l’action du champignon, ce qui donne au finale des arômes de fruits confits très caractéristiques aux vins de Sauternes.

Adresses utiles :

http://www.yquem.fr

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Verticale de Château d’Yquem, Sauternes



%d blogueurs aiment cette page :