vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


« Bordeaux Grands Crus Classés 1855 Médoc et Sauternes » – les belles feuilles pour l’été…

« Bordeaux Grands Crus Classés 1855 » chez Flammarion

 

« Grands crus classée de Bordeaux 1855 Médoc et Sauternes », l’ouvrage de références qui est sorti au printemps dernier, depuis, très bien installé sur les étagères de bonnes librairies et surtout dans la bibliothèque d’amateurs de grands crus de bordeaux.

Déjà en 2005, à l’occasion du 150e anniversaire de ce classement historique du 1855 paraissait un ouvrage très complexe consacré aux grands crus classés de bordeaux .Cet ouvrage qui a été traduit en neuf longues, a connu son succès sans précédent.

Depuis ce temps là, le vignoble bordelais a connu une véritable révolution, surtout l’ouverture à l’agriculture biologique et biodynamique, ainsi qu’une reconstruction de nombreux chais et de cuviers, crées par des architectes mondialement connus qui associaient une architecture souvent ultra moderne en respectant la tradition bordelaise, sans oublier toute la technologie de pointe et la recherche de la perfection, en combinant le coté utile avec l’esthétique de l’ensemble.

Donc, un nouveau ouvrage qui mettait à jour toutes les évolutions au fil de ces quelques années s’imposait tout naturellement.

Aux fils de pages, le lecteur découvrira le texte et des photos qui mettent en évidence l’ensemble de ces vins d’exception, les Grands Crus Classés de Médoc et de Sauternes qui ont fait et font toujours la gloire du Bordelais.

 

 

« Grands crus classée de Bordeaux 1855 Médoc et Sauternes »

Ecrit par Franck Ferrand et Hugh Johnson avec des photos de Guillaume de Laubier en collaboration d’Olivier Poels et de Cornelis Van Leeuwen, est le seul ouvrage consacré à l’ensemble de ces Grands Crus Classés mettant en valeur la beauté des châteaux et l’excellence de leurs vins.

Ce classement de 1855 est désormais un patrimoine collectif de l’univers du vin et reste la référence suprême.

 

Franck Ferrand nous révèle l’histoire cachée derrière chacun de ces vins, les secrets des cuviers et des chais. Il guide le lecteur à travers ces vignobles et ces châteaux qui font rêver le monde entier.

 

Hugh Johnson évoque la naissance des crus classés de Médoc « au rouge plus intense et miroitant qu’un rubis » et l’origine mystérieuse de ce vin blanc unique aux arômes envoûtants qu’est le Sauternes.

 

Guillaume de Laubier, photographe, il a publié de nombreux ouvrages chez Flammarion : Au cœur de L’Ecosse (2010), Maison Parisienne (2014), Wine by Design (2016) et Mon Luxembourg (2016).

 

Aux fils de quelques pages : 

Nouvelle oenothèque de Château Latour, Pauillac

 

Nouvelle salle de dégustation de Château Margaux, Margaux

 

Nouveau chai de Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac

 

Nouveau chai de Château Montrose, Saint-Estèphe

 

Nouveau chai de Château Kirwan, Margaux

 

Nouveau chai de Château Talbot, Saint-Julien

 

Nouveau chai de Château Prieuré-Lichine, Margaux

 

Adresses utiles :

http://www.grand-cru-classe-1855.com

 

Publicités
Commentaires fermés sur « Bordeaux Grands Crus Classés 1855 Médoc et Sauternes » – les belles feuilles pour l’été…


Verticale de Château Lafite Rothschild, Pauillac

Tout récemment, dans le cadre d’une très belle dégustation de vins des Domaines Barons de Rothschild (Lafite), j’ai pu faire une belle verticale et passer au crible quelques millésimes de Château Lafite Rothschild, Pauillac

 

Domaines Barons de Rothschild  (Lafite)

Voici les résultats :

 

Lafite 2005 ***

Très grand millésime.

89% CS 9%Merlot 2% Petit Verdot

Toucher soyeux avec une belle densité, note de fruits noirs, épices, structure tannique racée, grande profondeur, fraicheur, garde sa jeunesse presque éternelle.

 

Lafite 2002 *

Bouche nette avec une note épicée, poivre sauvage, note cacaotée, poudreuse, en finale soupçon d’amertume, consommable dès maintenant.

 

Lafite 1996 ***

Joli nez de sous bois, rose séchée, feuilles de tabac séchées, bouche complexe avec des notes mentholés, fumées, note cacaoté, poudreuse, vin riche, structuré, frais, taillé pour une longe garde.

 

Lafite 1985

Lafite 1985 **

Millésime difficile.

Nez de sous-bois, champignons, en bouche garde toujours une belle fraicheur avec une acidité agréable, note de cacao en poudre, texture raffinée, offre un bon plaisir gustatif, apogée.

 

Dans les coulisses de Château Lafite

Ce vignoble comprend trois grandes zones soit les coteaux autour du Château, le plateau des Carruades contigu à l’ouest et une parcelle de 4,5 ha sur la commune voisine de Saint-Estèphe.

La surface totale des vignes est de 112 ha, les sols de graves fines, profondes, mêlées à des sables éoliens sur un sous-sol de calcaire tertiaire, bien drainées et bien exposées.

 

Encépagement :

Cabernet Sauvignon (70%)

Merlot (25%)

Cabernet Franc (3%)

Petit Verdot (2%)

 

L’âge moyen des vignes est de 39 ans, mais celle qui donnes le grand vin ont 45 ans en moyenne. La parcelle la plus âgée, dite « La Gravière », fut plantée en 1886.

La récolte de chaque parcelle est traitée séparément par les petits lots pour garder l’identité de chaque terroir et de chaque cépage sur ces terroirs.

A Lafite, les fermentations se réalisent dans deux cuviers séparés : dans le cuvier traditionnel composé de grandes cuves en chêne et celui composé de cuves ultra modernes en inox

A la fin de la fermentation alcoolique, les cuves font l’objet d’une première dégustation avant d’être écoulées, les marcs sont pressés indépendamment pour extraire le « vin de presse ».

Les malolactiques sont réalisés en cuves, avant entonnage de chaque lot.

Il est importent à signaler que chaque barrique provienne de la Tonnellerie des Domaines avec une adaptation spécifique de la « chauffe » durant sa fabrication aux caractéristiques du vin qu’elle va contenir.

Plusieurs dégustations de chaque cuve sont réalisées en décembre pour la sélection du grand vin.

L’assemblage est réalisé en mars au premier soutirage des barriques.

Alors, maintenant débute l’étape de l’élevage et du vieillissement du vin, l’étape qui s’étale sur une longue période de 18 à 20 mois.

Durant cette période, le maître de chai va réaliser une série de soutirages, afin de séparer les sédiments de la lie du vin, ensuite c’est le collage traditionnel aux blancs d’œufs pour enlever les particules en suspension et clarifier les vins en barrique.

Maintenant le vin est prêt pour la mise en bouteilles qui se déroule en juin (en une seule mise).

 

Chai

Le fameux chai circulaire de Château Lafite Rothschild inauguré en 1987, conçu par l’architecte espagnol, catalan Ricardo Bofill (né à Barcelone en 1939).

Destiné à l’élevage des vins de deuxième année, il se caractérise par sa forme octogonale complètement atypique et sa voûte soutenue par 16 colonnes avec sa partie centrale circulaire. Ce chai unique dans son genre peut accueillir jusqu’à 2200 barriques.

 

Adresses utiles :

http://www.lafite.com

 

 

 

Commentaires fermés sur Verticale de Château Lafite Rothschild, Pauillac


Grands Crus Classés en 1855 (Médoc & Sauternes), 160 ans des loyaux services aux amateurs des Grands Vins…

C’est un anniversaire qui reste et restera dans les anales (jusqu’au  prochain)…

C’est un anniversaire qui mérite être fêter, 160 ans, bel âge, ce celui de la Classification des Vins de Bordeaux en 1855…

88 Châteaux de Médoc et de Sauternes font partie de ce club d’excellence ultra fermé !

Philippe Castéja, Président du Conseil des Grands Crus Classés en 1855 Médoc&Sauternes avec Laurent Fabius (à droite) Ministre des Affaires Etrangères au Quai d'Orsay pendant la cérémonie d'anniverssaire

Philippe Castéja, Président du Conseil des Grands Crus Classés en 1855 Médoc&Sauternes avec Laurent Fabius (à droite) Ministre des Affaires Etrangères pendant la cérémonie d’anniversaire au Quai d’Orsay (Paris)

C’était aussi une occasion pour Jacques Glénat de éditions éponymes d’éditer un beau livre « 1855 Bordeaux les Grands Crus Classés » écrit par Jean-Charles Chapuzet et illustré des photos de Guy Charneau.

Laurent Fabius avec

Laurent Fabius avec J-Ch Chapuzet (à droite) et Guy Charneau (à gauche) 

Zoom sur le classement 1855 :

Le Coassement des vins de Bordeaux fût établi en vu d’une présentation de vins de la Gironde dans le cadre de l’Exposition Universelle de Paris en 1855, à la demande de l’Empereur Napoléon III. Cette lourde tache a été confiée au Syndicat des Courtiers de Commerce auprès de la Bourse de Bordeaux.

Ces courtiers de l’industrie vinicole de Bordeaux ont établi un classement en fonction de la réputation des châteaux et du prix de leur production sur la base d’une tradition d’un siècle et demi de classification informelle, qui à l’époque était directement en relation avec la demande donc le prix.

Les vins furent classés en importance du premier au cinquième cru. Tous les rouges venaient du Médoc sauf le Château Haut Brion produit dans les Graves. Les blancs furent limités à la variété liquoreuse des vins de Sauternes et Barsac sur trois niveaux.

Publié exactement le 18 avril 1855 ce classement a connu deux changements depuis sa création : le 16 septembre 1855 le Château Cantemerle a été ajouté comme cinquième cru et, en 1973, le Château Mouton Rothschild est passer de deuxième au premier cru. Ce classement compte 88 châteaux soit 61 produisant les vins rouges et 27 les vins blancs.

Juste un rappel des 5 Premiers GCC :

Château Lafite-Rothchild – Pauillac

Château Latour – Pauillac

Château Mouton Rothschild – Pauillac (second cru en 1855, promu en premier cru en 1973)

Château Margaux – Margaux

Château Haut-Brion (Graves jusqu’en 1986, puis Pessac-Léognan)

Discours complet du Ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius pendant la cérémonie au Quai d’Orsay,

ces quelques minutes méritent une attention particulière, enfin un Ministre qui aime le vin…!

http://www.grand-cru-classe-1855.com

Commentaires fermés sur Grands Crus Classés en 1855 (Médoc & Sauternes), 160 ans des loyaux services aux amateurs des Grands Vins…



%d blogueurs aiment cette page :