vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Bordeaux primeurs 2015 #1 météo et Top 50…
dégustation primeurs 2015

dégustation primeurs 2015 au Grand Cercle

Chaque année c’est le même rituel, fin mars, début avril tous les prescripteurs du monde entier (courtiers, négociants, journalistes spécialisés, cavistes, sommelier et j’en passe…) sont conviés à Bordeaux afin de déguster, se faire une idée sur les vins du dernier millésime encore en élevage pour des longues mois. Certes c’est un exercice de style, car des échantillons d’un vin ne sont pas toujours identiques, mais c’est un exercice qui devient plus facile quand il s’agit d’un bon voir très bon millésime comme 2015.

dégustations primeurs 2015 UGCB dans un nouveau lieu (Grand Stade de Bordeaux)

dégustations primeurs 2015 UGCB dans un nouveau lieu (Grand Stade de Bordeaux)

UGCB, dégustations primeurs

UGCB, dégustations primeurs

Afin de rendre cette dégustation un peu plus objective, l’Union de Grands Crus de Bordeaux a décidé de présenter tous les châteaux (de l’Union), dans un même lieu et dans des mêmes conditions de dégustations, aussi d’abolir complètement les dégustations dit « à l’aveugle ». Ce nouveau format a séduit certains, n’a pas convaincu d’autres, globalement il faut avouer que c’est une bonne chose de donner la même chance à tous les vins…

En préambule, avant d’ouvrir cette chronique consacrée aux primeurs 2015, il faut résumer d’une façon objectives et pragmatique les conditions climatiques du millésime 2015 à Bordeaux.

On a déjà mis une étiquette sur ce millésime avant même que les vendanges soient finies et les raisins rentrés dans les chais.

Oui, bien sûr, on peut constater que c’est un grand millésime, exceptionnel pour la quantité, en vu des petites récoltes sur des millésimes antérieurs. En ce qui concerne sa qualité, les premières dégustations sont très prometteuses, mais il y a des disparités selon les secteurs, selon les châteaux, le millésime n’est pas si homogène qu’on pourrait le croire.

Ce qu’on peut constater du 2015, que c’est un millésime qui met surtout en avant, de façon nette et précise les caractéristiques de chaque terroir, expression de chaque types de sols, on aperçoit là, beaucoup moins l’empreinte d’un vigneron ou œnologue. Ce qui s’avérait passionnant, même excitant au cours des ces dégustations, c’est que la magie des millésimes en 5 a bien fonctionné… oui, c’est un millésime très intéressent de tous les points de vu ! 

printemps, le premières feuilles de merlot

printemps, le premières feuilles de merlot

Millésime 2015, une brève analyse des conditions climatiques :

Un hiver sans caractère exceptionnel, pluvieux les deux premiers mois, plus froid entre mi-janvier et mi-février, avec 14 jours de gel. La dernière décade de février perturbée par des précipitations.

Mars, plus frais par rapport à la normale. Les premiers bourgeons sont apparus le 9 avril et le débourrement a commencé à partir du 15 avril pour les Merlots et le 19 pour les Cabernets (une dizaine de jours plut tard que la moyenne décennale).

Très belles conditions d’avril contribuèrent à un débourrement régulier, rapide avec un début de croissance homogène.

La climatologie de mai a permis le développement des rameaux avec l’apparition des premières fleurs fin mai.

Juin, un vrai mois d’été, le plus chaud depuis plus d’un siècle, le plus ensoleillé depuis 25 ans, avec seulement 5 jours de précipitations. Un climat idéal pour une floraison et une nouaison précoces, rapide et homogène.

Un début de l’été sec et chaud entre nouaison et véraison. La sècheresse et les fortes températures de fin juin et juillet ralentissent la phénologie. L’arrêt de croissance est noté au début de la véraison.

Sur certains sols superficiels, les premiers signes de blocage physiologique ont pu être observés. La véraison fut lente en raison de la climatologie très sèche.

Les premières pluies du début de mois août relancent la véraison de façon quasi immédiate. Certainement on a pu constaté que ces pluies du mois d’août ont sauvé le millésime permettant de relancer le fonctionnement de la plante et d’assurer une seconde partie de véraison rapide et homogène.

Cependant cette pluviométrie n’a pas été homogène sur l’ensemble de crus. Saint Emilion a été le plus arrosé en début du mois, le Nord du Médoc présentait le cumul des pluies le plus importent, de ce fait on a pu constaté un grossissement des baies variable selon les crus avec une possibilité d’une dilution du potentiel colorant.

Septembre sec, sans chaleurs excessives assura la maturation complète des différents cépages, octobre, aussi ensoleillé, termina la dernière phase de maturation des Cabernets en améliorant l’extractibilité des composés colorés sans perte excessive d’acidité.

La récolte des blancs secs dans la région des Graves et de Pessac débuta fin août avec une très bonne qualité des raisins, sains, sucrés, fruités et suffisamment acides.

La récolte de raisins rouges débuta avec des Merlots la troisième décade de septembre pour se prolonger avec des Cabernets de du Petit Verdot au-delà de la mi-octobre grâce à une belle météo sans pluies.

A Sauternes et Barsac, la précocité de la pourriture noble fut un facteur clef de la réussite d’un bon, voir très bon millésime (les bons millésimes tardifs sont plutôt minoritaires). Las vendanges 2015 pour les liquoreux furent abondantes et très précoces.

En conclusion :

Les blancs secs sont fruités, denses, frais avec une certaine rondeur.

Les liquoreux sont nets, pures, riches avec une belle fraicheur, élégance et grâce.

Les rouges sont danses, riches, fruité, frais avec des tannins mûrs, élégants, avec une belle longueur, vins pleins de charme.

Pour conclure cette première chronique voici le TOP 50 parmi les vins que j’ai dégusté.

Dans les chroniques qui vont suivre il y aura les commentaires et les notes de vins ci–dessous aux quelles s’ajouterons bien d’autres jolis vins appellation par appellations…

En ce qui concerne la notation des vins ci-dessous, elle très haute entre 17 et 20/20

1) Ausone, Saint Emilion

2) Margaux, Margaux

3) Pétrus, Pomerol

4) Vieux Château Certan, Pomerol

5) Lafleur, Pomerol

6) Palmer, Margaux

7) Latour, Pauillac

8) Cheval Blanc, Saint Emilion

9) Lafite, Pauillac

10) Mouton, Pauillac

11) Yquem, Sauternes

12) Montrose, Saint Estèphe

13) Cos d’Estournel, Saint Estèphe

14) Tertre Roteboeuf, Saint Emilion

16) Angélus, Saint Emilion

17) Pavie, Saint Emilion

18) Valandraud, Saint Emilion

19) Pontet-Canet, Pauillac

20) Domaine de Chevalier rouge, Pessac

21) Smith-Haut-Lafitte rouge, Pessac

22) Larcis-Ducasse, Saint Emilion

23) Pavie-Macquin, Saint Emilion

24) Ducru-Beaucaillou, Saint Julien

25) Les Carmes-Haut-Brion, Pessac

26) Pichon Longueville Lalande, Pauillac

27) La Violette, Pomerol

28) Trottevieille, Saint Emilion

29) Pape Clement rouge, Pessac

30) La Conseillante, Pomerol

31) Canon-la-Gaffelière, Saint Emilion

32) Canon, Saint Emilion

33) Rauzan-Ségla, Margaux

34) Petit-Village, Pomerol

35) Marquis d’Alesme, Margaux

36) Leoville Barton, Saint Julien

37) Leoville Poyferré, Saint Julien

38) Clerc Milon, Pauillac

39) Fleur-Cardinale, Saint Emilion

40) Bellefont-Balcier, Saint Emilion

41) Branaire-Ducru, Saint Julien

42) Malartic-Lagravière, Pessac

43) Clos Fourtet, Saint-Emilion

44) Le Bon Pasteur, Pomerol

45) Lynch Bages, Pauillac

46) La Gaffelière, Saint Emilion

47) Clinet, Pomerol

48) Climens, Barsac

49) Prieuré-Lichine, Margaux

50) Talbot, Saint Julien

Et encore quelques coups de cœurs qui méritent se trouver sur cette liste :

Giscours, Margaux

Domaine de l’A, Castillon

Rol Valentin, Saint Emilion

Lynsolence, Saint Emilion

Roc de Cambes, Côtes de Bourg

De Fargues, Sauternes

La Cabanne, Pomerol

Brane Cantenac, Margaux

Péby Faugères, Saint Emilion

La Fleur de Boüard Le Plus, Lalande-de-Pomerol

Mais qui peut parler mieux du millésime en question, que ceux qui sont au coeur des vignes, au coeur des chais… voici une brève analyse par :

Stéphane Derenoncourt (Derenoncourt Consultants)

Pierre Lurton (DG Château Cheval Blanc et Château d’Yquem)

Philippe Dhalluin (DG Baron Philippe de Rothschild)

Emmanuel de Saint-Salvy (Château Bellefont-Belcier)

Alain Reynaud (Président du Grand Cercle des Vins de Bordeaux) 

Adresses utiles :

http://www.ugcb.net

http://www.grandcercle.fr

http://www.derenoncourtconsultants.com

http://www.lesclesdechateaux.com

http://www.thunevin.com

primeurs 2015

 

Publicités
Commentaires fermés sur Bordeaux primeurs 2015 #1 météo et Top 50…



%d blogueurs aiment cette page :