vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Un voyage olfactif dans ce fabuleux monde nommé Frapin.
19 décembre 2009, 23:12
Filed under: Alcools, Parfums | Mots-clefs: ,

Y a-t-il une différence entre un excellent cognac et un sublime parfum ?

La réponse est claire, aucune, car tous les deux font appel à l’amour de bien faire pour sublimer l’ensemble des sens.

La famille Frapin reigne depuis 1270 en plein coeur du Premier Cru du Cognac, en Grande Champagne. De génération en génération, elle perpétue son savoir-faire et son expérience sans négliger cette perpétuelle remise en question dans sa recherche de l’excellence et du renouveau.

Ainsi, la Maison Frapin, qui a déjà à son actif une belle et riche collection d’eaux de vie, ne veut pas s’en arrêter là. Grâce aux élans novateurs et visionnaires de son Maitre de Chai, elle pousse continuellement vers de nouvelles expériences. Et avec l’appui d’un atelier de parfumeurs (Sublime Atelier) est née une première série de fragrances. De la même manière qu’avec un grand cognac, on pénètre ici dans un fabuleux monde de saveurs et d’arômes en se laissant envahir tout doucement par cette sublime sensation olfactive.

Désormais, cognac et parfum ne font plus qu’un chez Frapin.

Fragrance « 1270 » nous fait penser aux origines de la maison Frapin : parfum gourmand et charmeur avec ses notes orientales et fruitées. On y retrouve par exemple la senteur de sarments de vigne, de bois exotique et de chocolat, ainsi que quelques notes torréfiées. Belle complexité olfactive garantie.

Le dernier né de la Maison est « L’Humaniste » destiné aux hommes modernes et visionnaires. Avec ses notes d’agrumes et d’épices, on retrouve toute une palette aromatique de citron, bergamote, cardamome, baie roses et de poivre noir, sans oublier muscade, thym et genièvre. Une fragrance authentique et séduisante grâce à son style simple mais combien élégant et complexe.

D’autres fragrances de la Maison Frapin :

Terre de Sarment aux notes ambrées, boisées et épicés avec une pointe de tabac.

Passion Boisée aux notes hespéridées, boisées, avec une touche de cuire, mandarine et épices.

Esprit de Fleurs aux notes hespéridées, florales, boisées avec une touche de bergamote et de mandarine

Caravelle Épicée aux notes épicées, boisées, ambrées avec une touche de patchouli et tabac.

Toutes ces fragrances font un parallèle parfait entre les sensations olfactives d’un parfum et d’une eau de vie. C’est une explosion d’arômes qui sublime chaque sens et rend le plaisir olfactif véritablement authentique.

Publicités
Commentaires fermés sur Un voyage olfactif dans ce fabuleux monde nommé Frapin.


Mes Coups de Coeur du Salon Spirit
28 novembre 2009, 18:02
Filed under: Alcools | Mots-clefs: , , ,

Incontestablement, je place en tête, le Cognac Multimillésime série n° 2 de la Maison Frapin. Maître de Chais, Olivier Paultes a imaginé pour une deuxième édition un assemblage de trois grands millésimes : années 1979, 1983 et 1985. Le but : trouver un équilibre parfait en associant les millésimes aux caractéristiques très divers, mais parfaitement complémentaires.

Millésime 1979 apporte une pointe de rancio et la rondeur, 1983 une très belle fruité, et 1985 la grande finesse et l’élégance avec son coté aérien. Le tout donne une eau de vie très complexe, moderne et surtout très rare : une série limitée de 1270 exemplaires seulement.

Les amateurs peuvent l’associer avec un excellent Havane. Par exemple, un Magnum 50 de Upmann fera parfaitement l’affaire. La finesse, puissance et complexité de deux font un accord plus qu’intéressent, superbe!

Notons qu’Olivier Paultes a également imaginé  une série de parfums. Mais je vous conterai l’incroyable histoire de ces fragrances dans le prochain épisode.

 

Château de Castex d’Armagnac possède une collection extraordinaire de vieux millésimes de 1936 à 1985. Après la dégustation de plusieurs d’entre eux, mon choix se porte sur l’armagnac de 1944 et celui de 1966. L’un et l’autre sont bien différents et au même temps très proche avec une belle finesse, leur incroyable fraicheur et ce coté aérien qui ne peut que séduire les papilles. Après tout, c’est le plaisir gustatif qui compte.

 


 

 

La Maison Louis Bouron a attiré toute mon attention avec son cognac « Héritage ». Il s’agit du cognac le plus vieux de la Maison, une eau de vie très rare de 1906 dont la mise en bouteille se fait uniquement à la demande. Un cognac au bouquet très profond et complexe qui ravie le palais grâce à sa douceur exceptionnelle. Chaque goutte est bien précieuse.   

 

Commentaires fermés sur Mes Coups de Coeur du Salon Spirit


L’association mets et alcools est-elle possible ?
16 novembre 2009, 00:45
Filed under: Alcools | Mots-clefs: , , , , ,

Salon Spirit - Dîner

C’est cette sérieuse question que je me suis posée lors d’un dîner organisé par le Salon Spirit.

Le but de l’opération était pourtant simple : trouver pour les plats proposés un ou plusieurs accords avec ces divers alcools : whisky, cognac, armagnac, vodka, alcools de fruits et j’en passe. L’exercice était bien difficile mais, surtout, est-il vraiment possible pour un vrai plaisir gustatif ?

En regardant mes voisins à table, le constat fût sans appel. D’un coté, les verres d’eau minérale toujours vides, et de l’autre, les verres des divers alcools, même excellents (pour ne pas dire exceptionnels), presque intacts… No comment.

Les sommeliers présents à cette soirée essayaient de défendre desespèrement leur cause en décrivant chaque accord avec des mots quelque peu trop imagés à mon sens. Ils ont ainsi imaginé des compromis, presque parfaits selon eux, entre les divers alcools et du foie gras, de la dorade royale, une pièce de boeuf Saint George ou bien encore avec du roquefort. Mais ce fût peu convaincant malgré tous leurs efforts.

Quoi qu’il en soit, avec ce type de repas, on reste plutôt dans l’imaginaire que dans le réel. Et un seul accord s’avéra être vraiment satisfaisant : ce fût ce petit canapé Bagnat au caviar en guise d’apéritif avec un verre de vodka blanche bien glacé, les fameux « zakuski » qu’on n’imagine pas autrement. De même en fin de repas, un mille feuille aux poires avec un petit verre de poire williams. Pourquoi pas.

Ainsi, la conclusion est très simple, on peux toujours imaginer des accords plus insolites les uns que les autres, mais est-ce que tout cela a un véritable sens gustatif ? Chaque alcool, vins ou simple boisson non alcoolisée a un rôle à jouer dans le parcours gustatif de chacun. Et rassurez vous, tout n’est pas figé, mais il y a des règles à respecter. Elles sont quelques fois très classiques, mais ça marche !

Cognac, armagnac, vieux rhum ou eaux de vie… Ce sont des alcools de contemplation et de réflexion, qui se dégustent et re-dégustent confortablement tout en douceur, le plus souvent pour eux même, en toute simplicité ou, encore mieux, en les associant à un tout nouveau vitol trouvé dans une fabrique à la Havane.

Pas de panique le calme est revenu.

Commentaires fermés sur L’association mets et alcools est-elle possible ?



%d blogueurs aiment cette page :