vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


La magie du millésime 2019 à Bordeaux #primeurs2019

 

 

Cette année la campagne de primeurs 2019 ne ressemblait à aucune d’autre auparavant, depuis qu’elle existe, depuis que ce système de ventes a été institutionnalisé tout début des années 1980.

Le contexte sanitaire dû au Covid-19 qui se répandait sur la planète entière a modifié et retardé les dégustations et la sortie de vins « en primeur » pour toute la filière vitivinicole.

Habituellement les vins du nouveau millésime sont dévoilés fin mars, début avril, ont pu finalement être présentés à toute la filière, tous les professionnels et la presse fin mai et courant juin.

En faite, ce retard imprévu a eu un impact très positif sur les dégustations. Les vins ont acquis 2 mois d’élevage en plus, ce qui a donné plus d’expression aromatique aux échantillons, les boisé mieux intégrés, moins démonstratifs avec de structures tanniques plus polis, moins agressifs.

Cette situation a permis d’apprécier ce millésime avec plus de précision, à sa juste valeur et constater sans aucun doute que nous somme véritablement en présence d’un grand millésime.

Oui, 2019 à Bordeaux est un bon, voir un très bon millésime qui s’inscrit parfaitement en terme de qualité dans la lignée de quelques grands millésimes de la décennie comme 2018, 2016, 2015 et 2010.

Les équilibres dans les vins sont impressionnants, entre acidité/sucre, tanin/alcool peuvent être même surprenants par leur précision, ainsi que la concentration d’arômes fruités, leur fraicheur et leur structure ne laissent pas indifférent.

Le millésime 2019 va être un millésime qui restera sûrement dans les anales pendant longtemps, il sera très certainement le chouchou de tous les amateurs de bordeaux, tout d’abord par sa qualité, par les conditions très particulières de sa sortie et bien évidement par la baisse de prix entre 15 et 30%.

 

La campagne primeur a très bien fonctionné auprès du négoce, les acheteurs étaient au RDV, déjà fin mai Pontet-Canet ouvre le bal en affichant son prix de sortie 30% moins cher par rapport à l’année précédente, ensuite courant juin tous les châteaux ont suivi à la vitesse grand « V ».

Oui, sans aucun doute, on constate d’ores et déjà que des vins sont fantastiques, de vrais bordeaux au style classique mais avec une viticulture et de vinifications moderne ultra précis, les vins qui sont élevés intelligemment, sont harmonieux, sans artifices avec une buvabilité parfaite, qui irons très loin dans le temps.

Maintenant il faut se poser la question si les acheteurs finaux vont être au RDV, sachant que les marchands ont toujours des stocks impotents de 2018 à écouler, encore 2017 et 2019 qui va arriver, et le monde entier vit toujours dans la crise sanitaire.

Certes, les prochains foires aux vins d’automnes qui attirent toujours une clientèle habituelle pour quelques grands bordeaux, vont assainir un peu les stocks, sachant que le 2017 et 2018 sera en vente à de prix de sortie relativement chers, donc la question : est ce que ces acheteurs seront là, vu la crise économique que nous vivons tous actuellement ? Pas évident du tout…

 

Pour comprendre les spécificités des vins du millésime 2019 il faut rappeler les cinq conditions qui déterminent généralement un millésime parfait de bordeaux rouge.


1) et 2) une floraison et une nouaison relativement rapides et homogènes sous un climat assez chaud et pas trop arrosé pour assurer une bonne fécondation et prédisposer à une maturité homogène.


3) une contrainte hydrique s’établissant progressivement grâce à un mois de juillet chaud et sec, provoquant le ralentissement puis l’arrêt définitif de la croissance de la vigne au plus tard pendant la véraison.


4) une maturation complète des différents cépages assurée par un fonctionnement optimal du feuillage jusqu’aux vendanges, sans reprise notable de la croissance végétative.

5) un beau temps, moyennement chaud et faiblement arrosé pendant les vendanges, permettant d’attendre la maturité idéale de chaque parcelle sans redouter la dilution, la pourriture, ou la perte des arômes fruités.

 

La douceur du début d’année a conduit à un débourrement précoce, mais la croissance végétative fut ralentie en raison du temps maussade d’avril et de mai.

La floraison s’est déroulée début juin sous un temps frais et humide, de façon plus ou moins homogène en fonction des vignobles.

La première condition n’a été que partiellement satisfaite, des phénomènes ponctuels de coulure et surtout de millerandage ayant été observés.

A partir de mi-juin, un temps sec et très chaud s’installa. Malgré ces températures élevées, l’eau accumulée dans les sols au printemps permit la croissance de la vigne et la nouaison se déroula dans de bonnes conditions.

Le mois de juillet fut globalement sec, mais les précipitations, sous forme d’orage, varièrent significativement d’un secteur à un autre. Cette variabilité, couplée à la diversité des sols, entraîna une hétérogénéité de la date d’arrêt de croissance végétative, souvent plus tardive que souhaité.

Si la véraison a parfois été étalée, le temps d’août, ensoleillé avec une alternance de périodes chaudes et plus fraîches, a favorisé le début de maturation des raisins.

La première partie de septembre, particulièrement sèche et chaude, fit craindre des phénomènes de stress hydrique, mais des pluies, à partir du 20 septembre, ont permis d’achever la maturité des merlots.

Les cabernets ont pu être récoltés quasiment sans interruption, dans un parfait état sanitaire. Comme en 2018, les quatrièmes et cinquièmes conditions ont ainsi été entièrement satisfaites en 2019.

Si les caractéristiques climatiques ainsi que les choix humains ont entraîné des situations variables d’un vignoble à l’autre, l’été et le début d’automne 2019 ont assuré un niveau qualitatif élevé pour les vins rouges de Bordeaux.

Les vendanges des raisins destinés aux vins blancs secs furent relativement précoces, ce qui leur permit d’éviter un stress hydrique trop intense. Sucrés, acides et dotés d’un potentiel aromatique éclatant, ils ont été ramassés dans un parfait état sanitaire.

Les superbes mois d’août et de septembre, si favorables à la maturation des raisins rouges, ont retardé l’installation de Botrytis cinerea.

Des foyers précoces de pourriture aigre ont dû être minutieusement éliminés pour garantir la pureté de la vendange. Les pluies de fin septembre initièrent le développement de la pourriture noble sur des raisins parfaitement mûrs, dont la concentration augmenta rapidement. L’essentiel de la récolte fut ramassé en quelques jours, peu avant la mi-octobre.

Une fois encore, des efforts considérables ont été consentis par les vignerons pour assurer une production 2019 de vins liquoreux, de faible quantité mais purs et aromatiques.

 

 

Voici quelques de mes coups de cœurs de dégustations primeurs 2019 que j’ai pu faire courent juin à Bordeaux, sachant que pour de raisons logistiques, je n’ai pas dégusté tous les vins que j’aurais souhaité :

 

 

 

Palmer, Margaux

Avec ses 53% de Cabernet Sauvignon, 4% de Petit Verdot et 43% de Merlot qui brillent par leur exubérance, en revanche les Cabernets et Petits Verdot affirment une finesse remarquable sans aucune fausse note, le vin affiche une élégance et race exceptionnelle, le millésime qui va graver son empreinte pour longtemps, c’est un Palmer classique sans aucun artifice.

Millésime qui affiche une belle abondance avec 45hl/ha soit au totale 300 000 bouteilles dont 55% de Palmer et 45% d’Alter Ego

Dès 2008/2009 Palmer a entamé les pratiques d’agriculture biodynamique. Aujourd’hui, la totalité du vignoble, soit 55 ha sur les terroirs de graves sableuses et argileuses est certifié en biodynamie.

Note : 19,5/20

 

Alter Ego, Margaux

51% Merlot 40% Cabernet Sauvignon 9% Petit Verdot

Vin exprime la pureté, une clarté aromatique rare, fidèle à son terroir avec une fraicheur remarquable.

Note : 18/20

 

 

Présentation du millésime 2019 par Philippe Dhalluin (DG de Mouton)

 

Mouton Rothschild, Pauillac

Vendange précoce du 18 septembre au 5 octobre

Les vins assemblés egalement très tôt entre 15 et 30 novembre, en moyenne avec un mois d’avance.

100% bois nef en provenance de 6 tonneliers, ce qui ajoute une complexité supplémentaire aux assemblages finaux.

C’est une année qui met sans aucun doute en lumière les grands cabernets, ce qu’on retrouve dans l’assemblage avec 90% de Cabernets Sauvignons, 1% de Petit Verdot et 9% de Merlot.

C’est un Mouton riche, généreux, avec cette notion de cabernets mûrs, expressifs et juteux, les tannins sont puissant, denses et racés sans aucune agression, enrobés, tout est très harmonieux, le boisé est délicat, c’est un vrai Pauillac classique et prometteur plein d’énergie.

2019 est un dernier millésime élaboré par Philippe Dhalluin, (DG) qui prend sa retraite après 15 ans passé au service de vins de châteaux (Mouton, Clerc Million et d’Armailhac), le 2019 restera sûrement dans les anales comme l’une de meilleurs réussite de la décennie. C’est un magnifique cadeau que la nature a pu lui offrir pour élaborer ce magnifique Mouton qui approche la perfection.

Note : 19,5-20/20

 

Le Petit Mouton, Pauillac

68% Cabernet Sauvignon 32% Merlot

50% bois nef

Beaucoup de complexité et fraicheur, fruits croquants, savoureux, généreux avec une belle persistance et une bonne buvabilité.

Note : 18,5/20

 

 

Clerc Milon, Pauillac

Dans l’assemblage 72% de Cabernet Sauvignon, plus que d’habitude, il ne fallait surtout pas se priver de ces beaux grains juteux et mûrs, 22% de Merlot, 4% de Cabernet Franc et 2% de Petit Verdot, cette année dans l’assemblage on retrouve aussi un tout petit chouillat de Carménère, ce ajoute plus de complexité au vin avec cette petite note épicée.

C’est un crus qui progresse chaque année, grâce à replantation de parcelles en sélection massale.

Le vin est danse, puissant avec un beau volume en bouche, les fruits noirs très juteux tapissent le palais, note épicée, tout est raffiné avec la fraicheur sans faille.

Note : 17,5/20

 

Pastourelle de Clerc Milon, Pauillac

Seconde vin de Clerc Milon, vin discret avec beaucoup de générosité, qui charme avec sa grosse proportion de Merlot (66%), 23% de Cabernet Sauvignon et 11% de Cabernet Franc.

Il ne sort jamais en primeurs, uniquement en livrables, prêt à la consommation et destiné à la restauration.

Il a beaucoup de succès pour son accessibilité sans perdre son empreinte et race très pauillacaise.

2019 est très généreux et juteux, avec une belle complexité aromatique, avec une buvabilité inattendue.

Note : 17/20

 

D’Armailhac, Pauillac

73 ha de vignes sur le sol graveleux proches de ceux de Mouton

Assemblage 62% de Cabernet Sauvignon avec une grosse proportion de Merlot (27%), 9% de Cabernet Franc et 2% de Petit Verdot.

45% de bois nef

2019 va marquer le tournant, c’est le dernier millésime vinifié dans les installations actuelles, la prochaine récolte (2020) va bénéficier de nouvelles installations, qui bien évidemment permettront l’épanouissement supplémentaire à ce cru et les vinifications plus pointues, à la carte.

2019 est une belle réussite, le vin est structuré avec beaucoup de saveurs, très avenant avec de tanins enrobés, les merlots enrobent les cabernets avec cette sensation satinée en bouche, dans ensemble très élégant.

Note : 17/20

 

Tertre Roteboeuf, SEGC

Vignoble de 5,6 ha de vignes d’origine gallo-romaine à Saint-Laurent-de-Combes, plantés en Merlot et Cabernet Franc. Son terroir d’exception argilo-calcaire sur les hauts de coteaux orienté vers le soleil levant (Sud-Sud/Est) bénéficie d’un microclimat très rare. C’est un terroir magique.

François Mitjavile joue ici une carte de régularité parfaite, c’est un cru qui est toujours égale à lui même, quel que soit le millésime.

Le 2019, comme à l’accoutumée, a été vendangé tardivement du 2 au 11 octobre.

Assemblage de 80% de Merlot et 20% de Cabernet Franc élevé dans le 100% bois nef.

Le vin est danse, profond avec une belle richesse aromatique, les merlots sont très juteux, les cabernets très élégants, dans l’ensemble beaucoup de tendresse et de grâce, avec sa fraicheur exquise puisée dans les calcaires.

Note : 18/20

 

Larcis Ducasse, SEGCC

Vignoble de 11 ha sur le terroir exceptionnel de plateaux et de terrasses et de coteaux argilo-calcaire de Saint Emilion.

Vendange du 25 septembre au 6 octobre

Assemblage de 88% de Merlot et de 12% de Cabernet Franc, élevage dans 60% de bois nef, dans de barriques classiques de 225 l et de barriques de 500 l.

Très beaux merlots juteux et mûr, beau volume en bouche, vin précis et complexe avec une énergie incroyable.

Note : 18/20

 

 

Pavie Macquin, SEGCC

Vignoble de 15 ha sur le fameux plateau et coteaux argilo-calcaire de Saint Emilion.

Vendanges du 23 septembre au 11 octobre

Assemblage de 78% de Merlot, 20% de Cabernet Franc et 2% de Cabernet Sauvignon, élevage dans de 70% de bois nef.

Vins est très racé, juteux, avec de fruité mûrs et frais, persistant avec une complexité aromatique exceptionnel, tout est précis et très gourmand.

Note : 18/20

 

Croix de Labrie, SEGC

Axelle et Pierre Courdurié travaillent leur petit joyau de 5,7 ha de vignes sur un magnifique terroir très complexe d’argiles riches en oxyde de fer, argilo-sableux et plateau calcaire, les parcelles à coté de Château Pavie et sur le plateau de Saint-Christophe des Bardes.

Axelle travaille à la vigne et au chai en bio et biodynamie. C’est un travail de haute couture qui est fait manuellement de la taille à la mise en bouteille en passant par la vendange, la vinification et le vieillissement. Chaque geste compte, tout est précis à la perfection. Chaque parcelle, chaque terroir sont travaillés individuellement. Ici on a adopté un concept bourguignon pour mettre en avant le terroir avec tous ses atouts.

Le 2019 est assemblé avec 97% de Merlot et 3% de Cabernet Sauvignon

Les merlots sont juteux, mûrs et frais, cette touche de cabernets ajout une note poivrée et mentholée. Le vin est dense avec une grande générosité, note fruitée et florale très élégante, tout est précis avec une certaine sophistication, il est racé et persistant, taillé pour l’avenir.

Note : 18/20

 

Rol Valentin ,SEGC

Alexandra et Nicolas Robin travail 7,3 ha de vigne sur les coteaux argilo-calcaire à Saint-Etienne-de-Lisse.

Depuis plusieurs années leur travaille est axé sur la restructuration du vignoble, afin d’apporter plus de précision et de complexité dans leur vin.

2019 est assemblé avec 85% de Merlot 10% de Cabernet Franc et 5% de Malbec.

Présence du malbec lui ajoute une complexité supplémentaire, attaque un peu plus ferme, même sur un millésime très généreux comme 2019, note de fruits juteux avec une belle richesse aromatique, extraction bien maitrisée, les tannins élégants, finale fraiche.

C’est le dernier millésime vinifié dans l’ancien chai, la prochaine récolte 2020 va déjà bénéficier de nouvelles installations, modernes et pratiques à la pointe de nouvelles technologies, un outil qui va permettre les vinifications parcellaires, par terroir, parfaitement à la carte, le travail de « haute couture ». Ca va apporter encore plus de précision et plus de caractère à chaque cuvée.

Note : 16/20

 

Lynsolence, SEGC

C’est une cuvée d’une régularité remarquable que Denis Barraud produit depuis 1998 sur 2,5 ha de vignes. Les plus vieilles parcelles du domaine âgées de 50 ans à Saint-Sulpice de Faleyrens sur un terroir très complexe sablo-graveleux, graves très profondes avec un sous-sol constitué de crasse de fer, planté uniquement en Merlots.

Le 2019 est riche et concentré avec une bouche veloutée, les merlots sont juteux et pleins avec une complexité aromatique remarquable, vin est gourmand avec cette notion racée digne d’un très grand Saint Emilion.

Note : 16,5/20

 

Art Russe La Grâce Dieu des Prieurs, SEGC

Le 2019 est le sixième millésime du nouveau propriétaire, Andreï Filatov, mécène et passionné d’art, qui rachète La Grâce Dieu des Prieurs à Saint Emilion en 2013.

8,5 ha de vignes en grand cru sur le terroir de sables bruns, d’argiles et de calcaires riches en oxydes ferreux plantés en Merlot (90%) et Cabernet Franc (10%).

Depuis l’arrivée du nouveau propriétaire le château vit à l’heure du changement totale, tout d’abord, des nouvelles installations techniques, certes il a eu bien besoin.

Le nouveau chai en forme d’un cylindre ultra performant et pratique conçu par l’architecte Jean Nouvel voit le jour. Le chai qui lie la performance et l’esthétisme avec son cuvier cylindrique qui permet le travail de vinifications à la carte en respectant chaque parcelle et chaque cépage. Sous le cuvier, le chai circulaire à barriques qui permet le travail par gravité, tout en douceur sans bousculer le vin. Tous les bâtiments techniques sont parfaitement intégrés dans l’ensemble de la propriété et du paysage.

Tout le travail à la vigne et au chai se fait sous l’œil attentif et l’expertise de Louis Mitjavile (la famille Mitjavile propriétaire de Tertre Roteboeuf et de Roc de Cambes).

Pour chaque millésime les nouvelles bouteilles avec les séries d ‘étiquettes illustrant les tableaux d’artistes soviétiques et russe provenant de la fondation Art Russe crée par le propriétaire en 2012.

Affaire à suivre car Andreï Filatov a des ambitions de faire grandir son cru et le placer tout la haut de la pyramide de sa catégorie, la route est bien tracée…

Le 2019 est généreux et riche, les Merlots sont très juteux vin est très onctueux avec une bonne persistance aromatique, légère note vanillé au milieu de bouche, structure tannique ronde, vin gourmand, très avenant.

Note : 16/20

 

Domaine de l’A, Castillon Côtes de Bordeaux

Christine et Stéphane Derenoncourt (Derenoncourt Consultant) exploitent 12 ha de vignes à Saint Colombe sur les coteaux proches de ceux de Saint Emilion. Le terroir magique composé d’argiles fines, de calcaires friables et ceux de tuffeau idéal pour l’épanouissement du Merlot et de Cabernet Franc.

Le travail parcellaire très pointu est apporté à la vigne et au chai, qui a été entièrement repensé en 2005, composé de matériaux naturels nobles, afin de permettre les vinifications à la carte, parcelle par parcelle avec une identité et vinifications propres à chacune d’elles.

Cette minutie donne au vin après des assemblages finaux une dimension supplémentaire, identitaire, propre de son terroir et du cépage.

Le 2019 est une « petite bombe », puissant sans excès, ses Merlots sont voluptueux avec beaucoup de caractère, très précis avec une jolie trame aromatique, son énergie et fraicheur impressionnent, ses tanins charment, vin très racé avec son coté très gourmand.

75% de Merlot 25% de Cabernet Franc, élevage dans 70% de bois nef.

Note : 16,5-17/20

 

Clos de Boüard, Montagne Saint-Emilion

« Je fais du vin pour vous… » c’est la devise de Coralie de Boüard

En 2016 Coralie de Boüard, la fifille d’Hubert de Boüard (Château Angelus) rachète avec son époux Loïc Maillet cette propriété de 30 ha de vignes sur l’appellation Montagne Saint Emilion.

Coralie voit tout de suite un fort potentiel de ce terroir sur les coteaux exposé au Sud, sur un sol très intéressent composé d’argiles et du calcaire planté en Merlot (66%), Cabernet Franc (25%) et Cabernet Sauvignon (9%), que de la vieille vigne d’une quarantaine d’années.

2019 est dense avec beaucoup de volumes en bouche, les merlots sont très juteux et mûrs, persistance aromatique très soulignée certainement grâce aux vinifications intégrales dans les barriques ouvertes, vin est gourmand et frais avec belle générosité.

Note : 16/20

 

Labegorce, Margaux

Très certainement c’est un cru qui depuis quelques années a progressé à la vitesse grand « V ».

Marjolaine Maurice de Coninck (DG) avec son équipe a fait un travail remarquable surtout au niveau de la restructuration du vignoble et au chai.

Labegorce arrive aujourd’hui sur la plus haute marche dans sa catégorie.

63 ha de vignes d’un seul tenant sur le plateau entourant le Château et le chai sur les terroirs typiques de graves sableuses et sablo-limoneux constituent un patrimoine d’exception.

Aujourd’hui, le nouveau chai est déjà opérationnel pour accueillir la prochaine vendange (2020). Le nouveau cuvier béton, qui lie l’esthétisme et une fonctionnalité poussée à l’extrême, va permettre les vinifications parcellaires avec encore plus de précision. C’est une nouvelle ère qui commence pour ce cru qui a déjà connu plusieurs travaux d’amélioration depuis son rachat en 1989 par la famille Perrodo.

2019, encore un millésime qui s’inscrit dans la ligné de belles réussite dans cette décennie.

Le vin est net, précis avec un beau volume en bouche, racé avec ses cabernets mûrs et frais, on sent son énergie avec beaucoup de charme, tanins très élégants avec une finale voluptueuse.

(46% Merlot 40% Cabernet Sauvignon 9% Cabernet Franc 5% Petit Verdot)

Note : 16,5-17/20

 

 

Marquis d’Alesme, Margaux

Le château fait partie, comme Labegorce, de propriétés de la famille Perrodo, acquis en 2006.

Depuis son rachat, le château a connu de grandes restructurations coté vigne et coté cave. La nouvelle cave a vu le jour en 2014, un outil très performant et esthétique qui permet de vinifier les 15 ha de vignes avec minutie en respectant chaque parcelle et chaque cépage. Marjolaine également aux manettes de ce cru, avec son équipe le poussent à la perfection.

2019 avec ses beaux arômes de fruits noirs, persistance et son coté soyeux et satiné joue la carte d’une précision exquise, les cabernets mûrs avec une vivacité procure une belle énergie, vins est gracieux et charmeur.

(57% Cabernet Sauvignon 37% Merlot 6% Petit Verdot, 50% bois nef)

Note : 17/20

 

 

Sans oublier :

 

Beychevelle, Saint Julien

17,5/20

 

Giscours, Margaux

17,5/20

 

Domaine de Chevalier, Pessac-Leognan

17,5/20

 

Clos Fourtet, SEGCC

17,5/20

 

Petit Village, Pomerol

17/20

 

Beausejour Hrts Duffau Lagarrosse, SEGCC

17/20

 

Prieure-Lichine, Margaux

17/20

 

Branaire Ducru, Saint Julien

17/20

 

Roc de Cambes, Bourg-Côtes de Bordeaux

17/20

 

Lagrange, Saint Julien

16,5/20

 

Rouget, Pomerol

16,5/20

 

Feytit Clinet, Pomerol

16,5/20

 

Bourgneuf, Pomerol

16,5/20

 

Latour Figeac, SEGCC

16/20

 

Fonroque, SEGCC

16/20

 

Chauvin, SEGCC

16/20

 

Gaudet, SEGC

16/20

 

Grand Corbin Despagne, SEGC

16/20

 

Clos Vieux Taillefer, Pomerol

16/20

 

Fontenil, Fronsac

16/20

 

Cap de Faugères, Castillon-Côtes de Bordeaux

16/20

 

Poujeaux, Moulis

16/20

 

Chasse Spleen, Moulis

16/20

 

Monbrison, Margaux

16/20

 

Laroze,SEGCC

15,5/20

 

Larrivet Haut-Brion, Pessac-Leognan

15,5/20

 

Pavel de Luze, Margaux

15/20

 

Alverne, SEGC

15/20

 

de Pressac, SEGCC

15/20

 

Sanctus, SEGC

15/20

 

de Candale, SEGC

15/20

 

La Croizille, SEGC

15/20

 

Monlot, SEGC

15/20

 

Gaby, Canon Fronsac

15/20

 

Malesscase, Haut-Médoc

15/20

 

Couhins, Pessac-Léognan

15/20

 

 

 

 

Adresses utiles :

http://www.derenoncourtconsultants.com

http://www.grandcercle.fr

http://www.bee-bordeaux.com

http://www.lapassiondesterroirs.com

http://www.chateau-mouton-rothschild.com

http://www.chateau-palmer.com

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur La magie du millésime 2019 à Bordeaux #primeurs2019


20e édition de Citadelles du Vin, International Wine Award affiche ses #résultats

Avec ses dates revus et corrigés, dû à la situation sanitaire du Covid qui a touché la planète entière, la 20ème édition de Citadelles du Vin a pu finalement se tenir du 23 au 25 juin à Bourg sur Gironde, en se réinventant et en respectant tous les règles sanitaires en vigueur.

 

 

Pendant les 3 jours du concours, les 35 juges experts de 17 nationalité (venu essentiellement de la Gironde, vu le contexte sanitaire) ont dégusté à l’aveugle et jugé quelques 728 vins et eaux-de-vie de 35 pays et ont attribué 210 médailles dont 180 Or et 30 Argent.

Chaque médaille est attribuée selon le règlement strict de l’O.I.V. (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin) en récompensant les vins les plus qualitatif, donnant du plaisir à la consommation.

Très bon cru pour cette 20e édition.

 

Le palmarès complet est à consulter sur le site du concours :

http://www.citadellesduvin.com

 

Comme chaque année les juges ont aussi décerné 20 Prix Spéciaux, ça concerne les vins déjà médaillés qui ont obtenu le meilleur score dans chacune de sa catégorie.

 

Voici les Prix Spéciaux par catégorie :

 

Prix Spécial Vinofed (meilleur vin tranquille) :

AOP Graves – France- Rouge – 2018 – Château Martignac 

 

Prix Spécial Sommeliers International (meilleur Cabernet Sauvignon de Méditerranée) :

Golan Heights – Israël – 2016 – Yarden Cabernet Sauvignon

 

Prix Spécial DUAD’s Club (meilleur vin Syrah) :

Clare Valley – Australie – Aldi Special Release Shiraz

 

Prix Spécial Oenologues de Bordeaux (meilleur Merlot de Bordeaux) :

Saint-Emilion Grand Cru – France- Rouge – 2016 – La Fleur Laroze

 

Prix spécial France :

CHAMPAGNE MOUTARD CUVEE 6 CEPAGES – AOC CHAMPAGNE BLANC – 2010

 

Prix spécial Brésil :

ESPUMANTE GARIBALDI CHARDONNAY – SERRA GAUCHA – BLANC – 2019

 

Prix spécial Chili :

ANUN ICON BLEND – VALLE DEL RAPPEL – ROUGE – 2016

 

Prix spécial Georgie :

SAPERAVI BIO VINOBIZA – KAKHETIE – ROUGE – 2016

 

Prix spécial Grèce :

SOLE VIDIANO PGI PANGEON – BLANC – 2019

 

Prix spécial Hongrie :

ARANYMETSZES OLASZRIZLING KESOI SZURETELESU EDES – BADASCONY – BLANC DOUX – 2018

 

Prix spécial Israël :

YARDEN MALBEC – GOLAN HEIGHTS – ROUGE – 2016

 

Prix spécial Italie :

MILAZZO NATURE – VIN MOUSSEUX DE QUALITE – BLANC

 

Prix spécial Japon :

MARIKO CHARDONNAY – NAGANO – BLANC – 2018

 

Prix spécial Macédoine :

BAROVO – TIKVES – ROUGE – 2017 – MACEDOINE

 

Prix spécial Pérou :

TACAMA DEMONIO DE LOS ANDES ITALIA – PISCO – BLANC

 

Prix spécial Portugal :

AL-RIA – VINHO REGIONAL ALGARVE – ROUGE- 2019

 

Prix spécial République Tchèque :

ZNOVIN RYZLINK RYNSKY – ICE WINE ZNOJEMSKA – BLANC DOUX – 2015

 

Prix spécial Suisse :

CLEMENCE VIOGNIER – AOC GENEVE – BLANC – 2018

 

Prix spécial Etats-Unis :

FAZELI CELLARS SHIRAZ – TEMECULA VALLEY – ROUGE – 2016

 

 

Les Citadelles du Vin en bref :

 

Créés en 2000 et organisées par l’association CDV (Concours Des Vins, qui regroupe également Le Challenge International du Vin) basée à Bourg sur Gironde.

Les Citadelles du Vin n’ont cessé depuis de valoriser l’excellence des vins du monde entier tout en représentant leur incroyable diversité.

Le nom du Concours rend hommage aux citadelles qui font partie du patrimoine d’aquitain : la Citadelle de Blaye et la Citadelle de Bourg, terres de naissance du concours.

Citadelles du Vin est un concours agrée par l’O.I.V. (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin) et membre de VINOFED (Fédération mondiale des grands concours internationaux de vins et spiritueux).

 

Adresses utiles :

http://www.citadellesduvin.com

 

 

 

Commentaires fermés sur 20e édition de Citadelles du Vin, International Wine Award affiche ses #résultats


Reims et sa région – le nouveau né du fameux City Guide Louis Vuitton est arrivé…   #cetetejevisitelafrance

 

Cette année c’est la Champagne est à l’honneur grâce au fameux City Guide Louis Vuitton consacré à Reims et sa région.

 

À l’initiative de la Maison Moët Hennessy, le City Guide Louis Vuitton sort son nouveau volume, cette fois-ci nous restons en France, afin de découvrir et visiter Reims et la Champagne.

Moët Hennessy avec ses vingt-quatre Maisons prestigieuses : de vins, de spiritueux et notamment en Champagne (Moët & Chandon, Dom Pérignon, Veuve Clicquot, Ruinart, Krug et Mercier) a voulu raconter le cœur de sa passion dans le nouveau City Guide de la collection Louis Vuitton : Reims avec sa cathédrale, ses fameuses maisons de champagne, sa région avec ses vignobles d’exception connus dans le monde entier.

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, Reims et sa région constituent un maillage original où tout vibre par une proximité constante avec des acteurs concernés dans tous les corps de métier.

Il suffit de se promener à Reims ou à Épernay, pour comprendre l’énergie et l’esprit qui pétille dans ces lieux d’exception.

Pour capturer chaque détail, montrer les tendances, les mutations d’une région pétillante et dynamique Moët Hennessy a sollicité le savoir-faire de Louis Vuitton, celui des City Guides des capitales du monde.

Répondre aux attentes non seulement de ses aficionados mais aussi aller à la rencontre des Français, impatients de redécouvrir leur pays, dans ses méandres, ses caches et son effervescence.

 

Louis Vuitton City Guide en bref :

Depuis vingt ans, les guides Louis Vuitton portent un regard décalé sur la mode, le design, l’art contemporain, la culture, les hôtels, les restaurants. Plus de trente villes sont ainsi visitées de fond en comble avec une analyse détaillée des adresses qui font l’actualité et la tradition.

Avec près de 150 adresses visitées par des journalistes indépendants, le guide de Reims sillonne la Champagne de Reims à Épernay en passant par la montagne de Reims et ses vignobles. Cette année, l’invité est le musicien Yuksek. Il parcourt ce City Guide illustré par Laurent Cilluffo et accompagné des photographies de Denis Bourges (Tendance Floue) et Jonathan LLense.

 

Moët Hennessy en bref :

Moët Hennessy est la division vins et spiritueux de LVMH, premier groupe mondial de produits de luxe. Moët Hennessy, la plus grande entreprise de vins et de spiritueux de luxe au monde, regroupe 24 marques prestigieuses internationalement reconnues pour la richesse de leurs terroirs, la qualité de leurs produits et le savoir-faire avec lequel ils sont élaborés : Hennessy, Moët & Chandon, Veuve Clicquot, Dom Pérignon, Ruinart, Krug, Mercier, Belvedere, Glenmorangie, Ardbeg, Chandon, Newton, Cheval des Andes, Terrazas de los Andes, Cloudy Bay, Cape Mentelle, Numanthia, Ao Yun, Volcan De Mi Tierra, Woodinville Whiskey Company, Clos19, Château du Galoupet, Château d’Esclans & Eminente.

Le Groupe LVMH détient également au travers de « LVMH Vins d’Exceptions », des domaines de très grand prestige : Château Cheval Blanc, Château d’Yquem, Le Clos des Lambrays et Colgin Cellars.

 

La Champagne en bref :

 

34 300 ha

320 communes bénéficient de l’appellation Champagne

 

4 Grands Régions :

 

La Montaigne de Reims

La Valée de la Marne

La Côte des Blancs

La Côte des Bar

 

278 000 parcelles

17 villages classés en « Grand Cru »

42 villages classés en « Premier Cru »

16 000 vignerons

3200 producteurs

140 coopératives

340 Maisons

 

3 cépages  principaux :

Pinot Noir (38 %)

Meunier (31 %)

Chardonnay (30 %)

 

302 millions de bouteilles vendus dans le monde (en 2018)

 

Adresses utiles :

www.louisvuitton.com

www.lvmh.fr

 

 

Commentaires fermés sur Reims et sa région – le nouveau né du fameux City Guide Louis Vuitton est arrivé…   #cetetejevisitelafrance


Ariane Khaida succède à Philippe Dhalluin à la tête de Mouton Rothschild

 

Philippe Dhalluin

 

Baron Philippe de Rothschild S.A. nomme Ariane Khaida comme Directrice Générale Déléguée du Pôle d’Activité Châteaux (Château Mouton Rothschild, Château Clerc Milon, Château d’Armailhac, Domaine de Baronarques).

Elle succède à Philippe Dhalluin, qui a souhaité faire valoir ses droits à la retraite, après plus de 15 ans passés à la Direction des propriétés de la société.

Philippe Dhalluin quitte ses fonctions de Directeur Général Délégué du Pôle d’Activité Châteaux le 1er juillet 2020 et devient Conseiller auprès du Président-Directeur Général, en charge de la transmission des responsabilités au sein du Pôle d’Activité Châteaux jusqu’au 1er décembre, date à laquelle il quittera la Société.

Ariane Khaida, précédemment embauchée comme directrice de la stratégie et du développement international au sein du groupe, auparavant elle a dirigé d’importantes sociétés de négoce bordelaises.

Une nouvelle organisation est mise en place au sein du Pôle d’Activité Châteaux.

Jean-Emmanuel Danjoy, précédemment Directeur de Château Clerc Milon, devient Directeur des Propriétés et responsable technique de trois châteaux : Château Mouton Rothschild, Château Clerc Milon et Château d’Armailhac.

Erick Tourbier, en charge jusqu’ici de la direction technique de Château Mouton Rothschild auprès de Philippe Dhalluin, devient Conseiller Technique Œnologie auprès du Président-Directeur Général avec un champ d’intervention élargi et transverse, concernant aussi bien les propriétés que les marques.

 

“Ma famille et moi-même adressons un immense merci à Monsieur Philippe Dhalluin pour le formidable travail accompli. En 15 ans, il a conduit Mouton Rothschild et nos autres châteaux familiaux à un niveau de qualité et de notoriété qu’ils n’avaient sans doute jamais connu auparavant. Il a également su s’entourer et former les talents nécessaires pour assurer la continuité de cette quête perpétuelle de l’excellence. ”

Philippe Sereys de Rothschild, Président-Directeur Général de Baron Philippe de Rothschild S.A.

 

 

Commentaires fermés sur Ariane Khaida succède à Philippe Dhalluin à la tête de Mouton Rothschild


Le Montrachet, la perle de la Côte de Beaune, le seigneur de vins blancs de Bourgogne

Le Montrachet, la perle de la Côte de Beaune, le seigneur incontestable de vins blancs de Bourgogne, le climat qui produit les plus grands vins blancs au monde.

 

Montrachet 7,99 ha

 

Ce climat grand cru situé à une bonne quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Beaune fait partie de 1247 climats bourguignons classés au patrimoine mondial de l’Unesco en 2015.

 

Minuscule appellation qui étale son vignoble de 7,99 hectares et se partage entre les deux communes celle de Chassagne-Montrachet avec 3, 9873 ha et celle de Puligny-Montrachet avec 4,01 ha.

 

Il est entouré par la fratrie de 4 grands crus : Chevalier Montrachet (7,47 ha), Bâtard-Montrachet (11,13 ha), Criots-Bâtard-Montrachet (1,(è ha) et Bienvenues-Bâtard-Montrachet (3,57 ha).

Le vignoble est installé sur une altitude de 250 à 270 mètres dans une bande étroite et allongée avec une pente moyenne de 10 %, perpendiculaire à la pente sur un sol argilo-calcaire posé sur un socle de calcaire dur, traversé par une bande de marnes rougeâtres.

Il est orienté plus au sud pour sa partie située sur la commune de Chassagne-Montrachet et au sud-est pour sa partie située sur la commune de Puligny-Montrachet.

Il bénéficie d’un climat océanique avec une influence continentale et méridionale.

 

Son nom vient de Moyen Age, il est qualifié de Mont Rachet ou Mont Rachaz, c’est un mont pelé, chauve, où ne pousse quasi aucune végétation.

Les moines cisterciens de l’abbaye de Maizière et les seigneurs de Chagny ont vite compris tout le potentiel de ce terroir sans égal où sur ses coteaux traverse une veine de terre brun-rouge.

 

 

Ses premières vignes datent du XIIIe siècle, étaient une propriété de l’abbaye de Maizières par les dons de Pierre et Arnolet de Puligny en 1252 et Gui Berrier de Chagny en 1286/87.

Les moines de Maizières par leur travail acharné ont contribué à forger la notoriété de Montrachet durant cinq siècles.

 

Aujourd’hui Montrachet Grand Cru est exploité par 18 propriétaires et 26 producteurs.

Le plus important producteur est la maison Drouhin qui exploite depuis 1946 les 2,06 hectares, propriété de la famille du marquis de Laguiche depuis 1777, aussi Domaine de la Romanée Conti qui possède 67 ares ou encore Domaine Leflaive avec 8 ares 21, sans oublier Comte Lafond et bien d’autres…

Le dernier arrivé dans ce club très fermé de propriétaires de Montrachet est François Pinault (groupe Kering et Artémis) qui achète en 2012 une ouvrée (4,28 ares exactement) appartenant au Château de Puligny-Montrachet.

 

Les vins de Montrachet sont magiques, avec une texture inégalable, les fruits blancs dominent, quelques notes d’agrumes, d’épices, d’amandes douces, note grillée et amandée, persistance et longueur sans faille, la fraicheur tapisse les papilles, tout dans une élégance racé.

Ils ont besoin plusieurs années pour s’épanouir, même pour un « petit millésime » il faudra attendre minimum une dizaine d’années.

 

Comprendre le « climat bourguignon »

Chaque climat de Bourgogne est une parcelle de vigne, soigneusement délimitée et nommée depuis des siècles, qui possède son histoire et bénéficie de conditions géologiques et climatiques particulières.

Chaque vin issu d’un climat a son goût et sa place dans la hiérarchie des crus (Appellation Régionale, Village, Premier Cru, Grand Cru).

Ainsi 1247 Climats différents sont très précisément délimités sur 50 km entre Dijon et Maranges, selon leurs caractéristiques géologiques, hydrographiques et atmosphériques et sont hiérarchisés dans le système des Appellations d’Origine Contrôlée (AOC).

Les Climats se sont constitués grâce à des conditions naturelles et du savoir-faire de vignerons sur près de deux millénaires.

Ils traduisent d’une manière exceptionnelle la relation très ancienne des communautés humaines locales avec leur territoire.

Depuis le Moyen-Âge, ces communautés ont démontré leur capacité à identifier, exploiter et distinguer progressivement les propriétés géologiques, hydrologiques, atmosphériques et pédologiques et le potentiel productif de chaque Climat.

 

Adresses utiles :

http://www.vins-bourgogne.fr

http://www.bourgogne-wines.com

 

 

Commentaires fermés sur Le Montrachet, la perle de la Côte de Beaune, le seigneur de vins blancs de Bourgogne


De Turin à Montefalco avec Antica Torino, le vermouth sans complexes…

Le Vermouth vient de Turin du Piémont en Italie, même si on lui accorde des origines multiples.

Le nom «vermouth» a des origines allemandes «wermut», le nom qui définit son ingrédient principal, Artemisia (l’absinthe) qui a des propriétés aromatiques et digestives reconnus.

 

 

Avec le renouveau de cocktails et le boom de la mixologie sur la scène internationale, le vermouth fait son retour en force auprès de bartenders.

La boisson mythique de James Bond avec le Dry-Martini, toujours en vogue, sans oublier Americano, Manhattan ou encore Negroni, tous aujourd’hui remis au goût jour. Leur point commun est bien évidemment le Vermouth.

 

En faite, pourquoi se lancer dans une aventure de Vermouth, quant on est déjà le propriétaire d’un très beau vignoble de 55 ha à Montefalco dans l’Ombrie ?

Philippo Antonelli, propriétaire du domaine viticole Antonelli San Marco, aussi le président du Conseil Interprofessionnel de Vins de Montefalco, aime les défis, aime se remettre en question, aime innover sans cesse.

Antica Torino, le vermouth traditionnel turinois est né tout simplement d’une réflexion et d’une idée que Philippo Antonnelli a partagé avec Vittorio Zoppi, expert en vermouth, spiritueux et liqueurs.

 

Antica Torino est un vermouth traditionnel à la base de treize plantes : absinthe, gentiane, aloès, romarin, vanille, rhubarbe, thym, cumin, laurier, gingembre, génépi, origan et pamplemousse, macérés pendant 30 jours dans l’alcool à 96°.

L’infusion obtenue est mélangée avec du vin blanc italien, 5% de moût de muscat et du sucre.

Après une période de 60 jours de vieillissement, Antica Torino est mise en bouteille prête à être consommé pure, juste avec un zeste ou en mixologie.

La palette de cocktails est très large, pour ne pas citer juste quelque uns les plus fameux : Americano, Manhattan, Negroni, Boulevardier, Bronx ou El Presidente qui nécessite la présence du vermouth.

Antica Torino offre en bouche une palette aromatique riche et élégante avec son coté épicé, complété par une touche d’amertume venue d’absinthe. Tout est en équilibre avec une belle finesse et sa fraicheur en finale. Sans aucune fausse note, idéal pour la mixologie.

 

Ce nouveau produit a permis à son juste titre compléter déjà riche et éclectique gamme de vins du domaine.

Aujourd’hui il a même fait « des petits » : Antica Torino Bianco et Antica Torino Amaro.

 

Attendons la suite de l’aventure…

 

 

A propos du Vermouth :

 

Antonio Benedetto Carpano (1764-1815) qui, en 1786 aurait élaboré à Turin une boisson à base de vin de muscat originel de Canelli avec des épices et des herbes aromatiques.

Les premières exportations de cette nouvelle boisson débutèrent en 1838 vers les Etats Unis, l’Amérique Latine et dans toute l’Europe avec une popularité grandissante.

C’est à cette époque, au début du XIXème siècle, que se forgea un rite de « l’aperitivo », bien d’actualité à nos jours.

La boisson est devenu si populaire qu’avant la seconde guerre mondiale on comptait encore quelques 400 différents vermouths à Turin.

 

 

Antonelli San Marco en bref :

 

Antonelli San Marco fait partie de domaines les plus anciens de Montefalco, appartient à la famille Antonelli depuis 1881.

Domaine de 190 hectares d’un seul tenant au centre de la zone DOCG de Montefalco sur les collines à 350 m d’altitude orientées principalement vers le sud et l’ouest.

Dix hectares sont consacrés aux oliviers, tandis que 55 ha sont destinés aux vignobles.

Les sols argilo-calcaires riches en différentes origines et phases géologiques forment des collines austères entourées de bois, avec un microclimat idéal pour la culture de la vigne et des oliviers.

Depuis 2009, tout le travail a été consacré à la conversion complète à l’agriculture biologique, aujourd’hui certifié Bio pour toutes les productions agricole et viticole du domaine.

En ce qui concerne la production viticole, l’accent est porté sur les cépages autochtones comme :

Grechetto et Trebbiano Spoletino pour les vins blancs, Sangiovese, Montepulciano et bien évidemment Sagrantino, le cépage roi de Montefalco pour les vins rouges.

 

Adresses utiles :

http://www.antonellisanmarco.it

http://www.anticatorino.fr

 

 

Commentaires fermés sur De Turin à Montefalco avec Antica Torino, le vermouth sans complexes…


Fattoria La Massa en Toscane – rencontre avec Gian Paolo Motta #reportage

 

Fattoria la Massa

 

En faite, qui est Gian Paolo Motta, cet homme au regard profond et malicieux, propriétaire de la Fattoria la Massa en Toscane ?

Sans aucun doute, c’est un homme libre en ce qui concerne sa conception du vin, un homme passionné et passionnant qui n’a peur de rien.

Volontairement il a quitté l’appellation prestigieuse Chianti Classico, en plus en étant propriétaire d’un vignoble exceptionnel situé sur les plus beaux terroirs de l’appellation en plein cœur du Conca d’Oro à Panzano in Chianti pour produire tout simplement les vins en IGT en toute liberté.

 

Gian Paolo Motta

 

Sa passion pour les vins ne date pas d’aujourd’hui, même si sa destiné était parfaitement tracé dans un univers complètement diffèrent.

Issu de la famille de tanneurs napolitains, prédestiné à travailler dans l’entreprise familiale, débarque à Lyon pour ses études de chimie. Là, il découvre les vins français et tombe complètement sur le charme de vins de bordeaux, précisément du Médoc avec leur puissance et la race de Cabernets adouci par une touche de Merlot.

A vrai dire, dès retour il n’a jamais vraiment travaillé dans l’entreprise familiale. Le temps de vacances il découvre la Toscane avec ses vignobles, ses collines et ses crus, ça y est, il a compris, son bonheur se trouve ici à la porté de la main.

Il s’éloigne complètement de l’entreprise familiale pour une toute nouvelle aventure cette fois-ci viticole, son chemin est tracé..

Après plusieurs années d’expérience et de travaille acharné auprès de maisons reconnues telles que Fontodi, Villa Cafaggio et Vastello dei Rampolla au cœur du Chianti Classico, Gian Paolo avec une idée très précise dans sa tête tombe sur les charmes de la Massa, le domaine complètement à l’abandon et l’acquiert en 1992.

 

 

Fattoria La Massa, le domaine d’exception pour son vignoble qui date du XV ème siècle, situé à 360 et 420 mètres d’altitude au cœur du « Conca d’Oro » à Panzano sur les plus beaux terroirs de Chianti Classico.

Les 27 hectares de vignes sur le terroir d’argile composé principalement de schistes et de calcaire bénéficient d’un micro climat particulier et d’un ensoleillement optimal par son orientation méridionale.

Enfin, son rêve devient une réalité et Gian Paolo a toutes les cartes dans ses mains.

Il commence à produire des vins issus de Sangiovese, mais aussi de Cabernet et de Merlot, les cépages bordelais qui lui sont si familier, les vins qui, certes critiqués au départ, rencontrent un grand succès et la reconnaissance internationale à la fin des années 1990.

Très appréciés pour leur puissance, leur structure et surtout leur vrai personnalité d’un terroir singulier.

 

 

Pendant plusieurs années Gian Paolo produit aussi Chianti Classico, cela va de soit, en plus en bénéficiant d’un terroir exceptionnel sur l’appellation griffée du Coq Noir, mais à la fin des années 1990-2000 il sort sans aucun regret de l’appellation Chianti Classico pour se concentrer sur ses projets plus personnels de vins d’auteur, de vins plus identitaires, plus proche du terroir, de vins qui reflètent sa liberté de penser.

Dès 2000 le domaine est conduit en Bio avec le travail minutieux sur le sol, l’identification de parcelles et le choix de cépages pour chaque terroir. Bien sûr le Sangiovese, le cépage roi de la Toscane est toujours majoritaire, mais Cabernet Sauvignon, Merlot et Petit Verdot trouvent leur place bien méritée dans le vignoble et dans les assemblages de diverses cuvées.

 

Sa vie est ponctuée par de rencontres importantes, comme en 2009 avec Stéphane Derenoncourt et son équipe de consultants bordelais.

Ce n’était pas vraiment un hasard, car sa passion pour les vins de bordeaux était toujours présente dans sa façon de faire et dans son choix de cépages bordelais comme Merlot, Cabernet ou Petit Verdot.

Mais, grâce à cette collaboration avec Stéphane et son équipe la signature bordelaise s’accentue dans les vins de Gian Paolo, sans oublier l’essentiel, ce terroir toscan exceptionnel qui ajoute la valeur encore plus forte à chacune de ses cuvées.

 

 

Récemment , Gian Paolo fait construire son nouveau chai et ce n’est pas un hasard non plus de faire appel à l’architecte bordelais Bernard Mazières, qui a signé 150 chais et châteaux viticoles et pas les moindres comme : Mouton, Latour, Margaux, Montrose ou encore Petrus et la Conseillante.

 

 

Son nouveau outil de travail est à la pointe de technologies modernes, permettant de faire le travail de « haute couture » à chaque vinification, de prendre le temps de respecter chacune de parcelle et chaque cépage.

Très certainement c’est un chai qui dénote un peu par sa conception du paysage plutôt traditionnel de Chianti Classico.

 

Fattoria la Massa produit actuellement trois cuvées pour une production moyenne de 100 000 bouteilles.

 

Fer de lance de la maison est la cuvée 

La Massa

Composée de 70% de Sangiovese 15% Merlot 15% Cabernet Sauvignon (avec une petite touche d’Alicante Bouchet)

Vinification traditionnelle dans de cuves inox avec les pigeages et les remontages réguliers.

Elevage dans les barriques de chêne français (10% bois nef) minimum 12 mois avec l’affinage de quelques mois en bouteille avant la commercialisation.

Production 80 000 bouteilles.

 

Carla

Petite cuvée très confidentielle issue d’une seule parcelle (N°6) d’1 hectare de Sangiovese sur le terroir schisteux avec une partie sablo-caillouteuse. Vinification traditionnelle dans les cuves inox, élevage 14-16 mois dans les tonneaux de 500 l en chêne français (30% bois nef) avec un affinage de 6 à 12 mois dans une cuve béton, plus l’affinage en bouteille d’environ 12 mois.

Production très confidentielle de 4 à 6000 bouteilles.

 

Giorgio Primo

Cuvée issue d’une sélection de Cabernet Sauvignon (55%), de Merlot (40%) et de Petit Verdot (5%) pour une production de 15 000 bouteilles.

Vinification traditionnelle dans les cuves inox avec les pigeages et les remontages, élevages de 16 mois dans de barriques bordelaises (50% bois nef) avec un affinage de 12 mois en bouteille avant la commercialisation.

 

 

Gian Paolo produit de vins avec une très forte personnalité, les vins taillés à son image, avec une extraction maitrisée, jamais trop, les vins toujours dominés par la fraicheur grâce à son terroir schisteux avec une forte identité territoriale.

Pour Gian Paolo l’aventure continue toujours avec d’autres projets ambitieux à l’horizon, l’affaire à suivre…

 

Collines de Panzano

 

 

Adresses utiles : 

http://www.lamassa.com

http://www.derenoncourtconsultants.com

http://www.atelier-architectes-mazieres.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Fattoria La Massa en Toscane – rencontre avec Gian Paolo Motta #reportage


Anteprima Montefalco Sagrantino 2020 est de retour avec le 2016, millésime 5 étoiles, coups de coeur #reportage

Anteprima Montefalco Sagrantino 2020 est de retour pour sa 6èma année consécutive.

 

 

C’est une manifestation qui ne se réduit pas à une simple dégustation « primeurs » du dernier millésime livrable de Sagrantino, cette année il s’agissait du millésime exceptionnel 2016 classé cinq sur cinq, mais on parle ici d’un véritable voyage au cœur du vignoble de Montefalco à la rencontre de producteurs passionnés et passionnants.

C’est aussi un voyage gastronomique au cœur de Umbria, là où l’art de vivre se ressent à chaque instant, car il ne faut pas ignorer non plus que Umbria est aussi une terre agricole par excellence.

Cette année avec la sortie du 2016, comme déjà l’année précédente avec le millésime 2015, tous les producteurs, comme tous les professionnels de la filière vitivinicole affichaient le sourire car de millésimes classés exceptionnels sont rares, très rares, il s’agit seulement du 7ème depuis 40 ans.

C’était une excellente idée du Consorzio Montefalco (Conseil Interprofessionnel de Vins de Montefalco) de se lancer dans l’aventure, bien évidemment avec la volonté de tous les membres producteurs, afin de prouver que le cépage Sagrantino possède une vraie identité territoriale et mérite une forte reconnaissance internationale.

Aujourd’hui avec le recul on peut facilement constater que cet effort de tous est véritablement payant et que Sagrantino commence à tracer son chemin et trouve sa place sans aucune réticence sur les tables de très nombreux consommateurs, qui sont à la recherche des vins plus intéressants et surtout moins commerciaux.

Il est également importent à signaler que ces dernières années les producteurs ont fait preuve d’un dynamisme remarquable, laissant derrière elle la mémoire d’un Sagrantino marqué par la puissance, la concentration, les tanins rugueux et fort, bref le vin qui manquait d’élégance.

Grâce à une meilleure gestion du vignoble, de la vinification et de l’utilisation du bois, le visage de Sagrantino a profondément changé tout en conservant sa nature et sa structure d’un grand vin rouge de garde.

Il se présente aujourd’hui avec un profil plus élégant, plus doux et surtout avec une structure tannique moins agressive, il peut se consommer également plus rapidement, sans toucher à sa véritable notion du terroir.

 

Pour le président du Consorzio Filippo Antonelli :

« Le Consortium se met au service des producteurs participants, qui sont et restent les véritables protagonistes de l’événement. L’Anteprima Sagrantino est un instrument dédié à nos réalités viticoles, est une opportunité très importante pour la promotion et la valorisation du territoire dans son ensemble, et du vin en particulier, car Montefalco et Umbria dans sa globalité ne seraient pas la même sans nos vins, et vice versa… »

 

 

Umbria viticole en bref :

Ombrie (Umbria) le «cœur vert de l’Italie » la région comprise entre les Marches à l’est, la Toscane à l’ouest et le Latium au Sud. En effet, on peut y admirer des collines, des forêts et des montagnes verdoyantes grâce à l’abondance des cours d’eau.

Mais c’est aussi une des rares régions d’Italie à ne pas être baignées par la mer.

Ce n’est pas un hasard que la vigne et les oliviers s’y sont implantés avec succès, comme en Toscane, sa voisine, la région limitrophe à l’ouest.

Depuis l’époque de la civilisation étrusque l’influence de la Toscane dans le domaine viticole s’est fait rapidement sentir sur les terres de Umbria.

Le vignoble couvre aujourd’hui en totalité environ 17 000 hectares et sa production totale représente 25 % de la totalité des vins italiens (en DOC)).

Les cépages rouges les plus cultivés : le Sagrantino, le Sangiovese, et le Ciliegiolo.

Les cépages blancs le plus cultivés : le Grechetto, le Trebbiano Spoletino, le Verdello, le Procanico, et la Malvasia.

 

 

 

Comprendre le cépage Sagrantino, le symbole de Montefalco :

Le premier document officiel citant le nom du cépage Sagrantino remonte au XVI° siècle.

Les raisins étaient probablement récoltés par les moines franciscains qui en obtenaient un breuvage destiné aux rites religieux dont serait issu le terme Sagrantino.

L’origine du cépage serait issue par la sélection de clones locaux ou d’importation par l’intermédiaire de moines byzantins.

À partir de la première moitié du XIV° siècle les statuts communaux de la région comportaient déjà des lois régissant le cépage et le vin.

En 1540, une ordonnance communale établissait officiellement la date du début des vendanges. Cette date est commémorée chaque année par la Confraternita del Sagrantino qui au mois de septembre rassemble sur la place centrale de Montefalco les vignerons, les habitants de la région sans oublier des nombreux touristes pour une cérémonie de banc de vendanges et pour la lecture de l’ordonnance originale, celle de 1540.

Bien que la qualité du vin issu de Sagrantino soit reconnue, le cépage disparaît petit à petit au cours de l’histoire.

Et c’est seulement dans les années 60 grâce à l’action de quelques vignerons passionnés de la région comme la famille Caprai (Azienda Arnoldo Caprai) que le Sagrantino retrouva sa place comme le cépage principal de Montefalco et de Umbria.

En 1979 Montefalco Sagrantino obtient l’appellation DOC et ensuite passe en DOCG en 1992 avec seulement 66 ha planté, aujourd’hui on parle de 760 ha,

 

Aussi :

430 ha de Montefalco DOC (Rosso et Bianco)

35 ha Spoleto DOC (Blancs)

 

Le Consorzio Vini di Montefalco (Conseil Interprofessionnel) a été crée en 1981, aujourd’hui il compte soixante huit domaines, presque chacune produit Montefalco Sagrantino DOCG.

En revanche, sur la totalité du territoire opèrent 164 viticulteurs et 75 embouteilles, de plus en plus intéressés également par la production de Sagrantino Passito, en hausse de 17% en 2019, par rapport à l’année précédente (7% du total DOCG).

 

A savoir :

Les vins Montefalco Sagrantino DOCG secco sont produits uniquement dans la commune de Montefalco et partiellement dans celles de Bevagna, Gualdo Cattaneo, Castel Ritaldi et Giano dell’Umbria, dans la province de Pérouse.

Les sols sont relativement argileux, mais dans certaines communes ils sont complétés par des sables qui donnent plus de finesse et de souplesse aux vins.

La vigne plantée entre 220 et 470 m, bénéficie essentiellement d’un climat méditerranéen avec les étés chauds et les hivers relativement froids avec une bonne pluviométrie.

Les rendements moyens tournent autour de 50 hl/ha, avec une limite fixée à 70hl/ha pour bénéficier de l’appellation DOCG.

L’élevage des vins est fixé à un minimum de 37 mois à partir de décembre de l’année de récolte, dont au moins 12 mois en fût et 4 mois en bouteille avant la commercialisation.

A savoir que les vins issus de Montefalco Sagrantino ont besoin minimum 5 ans pour commencer à s’exprimer et même 10 ans pour certains millésimes, c’est un cépage qui demande dans son ensemble de la patience, mais les résultats peuvent s’avérer vraiment spectaculaires.

La nouvelle génération de vignerons d’aujourd’hui produit de vins issus de Sagrantino beaucoup plus fins, plus élégants, en mettent en avant aussi coté fruité du cépage, vins plus digestes, consommables plus rapidement, mais sans oublier leur ADN territorial, issus du cépage l’un de plus tannique au monde.

 

Point économique :

1 966 092 de bouteilles de Montefalco Sagrantino DOCG produit en 2019

Tous les vins de Montefalco représentent 16,7% de la production viticole d’Umbria soit 6,3% Montefalco Sagrantino DOCG, 10,4% Montefalco DOC)

35% de vins partent à l’export (le plus gros marché reste toujours USA avec 13%).

 

 

Millésime 2016 classé 5*

Millésime 2016 considéré comme exceptionnelle, classée cinq sur cinq par le Consorzio Tutela Vini Montefalco (Conseil Professionnel des vins de Montefalco).

D’un point de vue climatique, en effet, le 2016 a été très équilibré et a donné des vins classiques, harmonieux avec beaucoup de fraicheur et d’équilibre.

Millésime 2016 qui faisait l’objet de dégustations Anteprima a produit 1 861 293 de bouteilles de Montefalco Sagrantino DOCG.

 

La cotation de la qualité des millésimes sur les 10 dernières années :

2016 5*

2015 5*

2014 3*

2013 4*

2012 4*

2011 5*

2010 4*

2009 4*

2008 5*

2007 4*

 

5* Exceptionnel

4* Grand

3* Bon

 

 

Montefalco Sagrantino DOCG ainsi que les vins de Montefalco DOC rouges et blancs sont très intéressantes : les trois dénominations ont produits en 2016 environ 5 500 000 de bouteilles, avec une légère baisse par rapport à 2015 qui a été une année très prospère en volume et affichait plus que 6 300 000 bouteilles, en revanche le dernier millésime, 2019 était une année normale avec 6 000 000 de bouteilles en prévision.

Du début des années 90 à nos jours, la superficie du vignoble de Montefalco Sagrantino DOCG est passée de 66 hectares aux 760 hectares actuels.

Depuis les années 2000 la production de Sagrantino a triplé, passée de 660 000 bouteilles à 1 500 000 – 1900 000 en moyenne.

Pour le Montefalco Sagrantino Passito DOCG les chiffres sont également bons, représentent 7% de la production totale, avec une augmentation de 17% par rapport à l’année précédente.

Les vins rouges représentent environ 90% de la production. Les 10% restants sont représentés par des vins blancs avec le Grechetto dominant, sans oublier les vins issus de Trebbiano Spoletino DOC avec le niveau de la qualité très intéressent

 

D’un point de vue climatique, en effet, le millésime 2016 a été très équilibré et a donné des vins classiques, harmonieux avec beaucoup de fraicheur.

Le millésime 2016 est une belle représentation des caractéristiques territoriales de Montefalco Sagraantino DOCG, grâce aux conditions climatiques qui ont contribué à la bonne maturation des raisins et garder l’équilibre entre l’acidité naturelle et le sucre.

Bien évidemment au chai, chaque vigneron façonne son vin en lui donnant une empreinte personnelle en respectant son terroir d’origine. Ce n’est pas une mode mais une vraie nécessité de garder la notion de vins de terroirs.

 

 

51 cuvés différentes ont été proposées à la dégustation de l’Anteprima Sagrantino 2016.

Les vins dans son ensemble ont prouvées une fois encore une grande homogénéité de la qualité, sont puissants, riches, racés, très harmonieux avec beaucoup de caractère et de personnalité, gardent une excellente fraicheur ont une bonne capacité de vieillissement, dans l’ensemble c’est un millésime qui va demander un peu de patience aux consommateurs, il est très prometteur.

 

 

Top 20 Montefalco Sagrantino 2016 parmi 50 cuvées dégustées :

 

Montefalco Sagrantino Colle alle Macchie 2016, Tabarrini

 

Montefalco Sagrantino Colle Grimaldesco 2016, Tabarrini

 

Montefalco Sagrantino Vignalunga 2016, Omero Moretti

 

Montefalco Sagrantino Carapace 2016, Castelbuono Tenute Lunelli

 

Montefalco Sagrantino Sacrantino 2016, Pardi

 

Montefalco Sagrantino Collepiano 2016, Arnaldo Caprai

 

Montefalco Sagrantino 2016, Goretti

 

Montefalco Sagrantino 2016, Luca di Tomaso

 

Montefalco Sagrantino 2016, Colle Ciocco

 

Montefalco Sagrantino 2016, Colsanto

 

Montefalco Sagrantino 2016, Le Cimate

 

Montefalco Sagrantino 2016, Scacciadiavoli

 

Montefalco Sagrantino Bocale 2016, Bocale

 

Montefalco Sagrantino Medeo 2016, Romanelli

 

Montefalco Sagrantino Colleallodole 2016, Milziade Antono

 

Montefalco Sagrantino Collenottolo 2016, Bellafonte

 

Montefalco Sagrantino Etnico 2016, di Filippo

 

Montefalco Sagrantino 2016, Colle Mora

 

Montefalco Sagrantino 2016, Antonelli

 

Montefalco Sagrantino 2016, Dionigi

 

 

 

La nouveauté de cette année, la présentation de vins blancs,

Voici mes préférés Trebbiano Spoletino 2018 :

 

Trebbiano Spoletino Anteprima Tonda 2018, Antonelli

 

Trebbiano Spoletino Trebium 2018, Antonelli

 

Trebbiano Spoletino 2018, Colle Mora

 

Trebbiano Spoletino Spoletino 2018, Pardi

 

Trebbiano Spoletino Poggio al Vescovo 2018, Ninni

 

Trebbiano Spoletino 2018, Le Cimate

 

Trebbiano Spoletino Le Tese 2018, Romanelli

 

 

Découverte :

Cantina Colle Mora à Montefalco

 

Simone et MIchela Tabarrini

 

Raffaele Tabarrini se lance dans production du vin en vrac dans les années 50, aujourd’hui Simone, son fils, poursuit la route tracée par son père avec la production en bouteille de vins de qualité. Son but est de préserver les caractéristiques de chaque cépage sur un sol bien défini. Son défit d’aujourd’hui est d’exprimer le cépage et le terroir dans chacune de ses cuvées.

Avec son épouse Michela, ils exploitent 8 ha de vignes.

La porte de la cave reste toujours ouverte aux passants, car la famille se lançait avec beaucoup de succès dans l’agrotourisme en vendant sur place du vin et tous les produits de la ferme qu’ils produisent.

Comme la production est petite, 15-20 000 bouteilles, donc le quasi totalité est vendu sur place, bien sûr, l’hospitalité de la famille est aussi pour quelque chose.

 

La vigne est travaillée avec le respect total de l’environnement, la vendange est manuelle, au chai les vinifications traditionnels avec le passage dans les barriques de chêne français uniquement pour les rouges, tandis que les blancs sont vinifiés et élevé en cuves inox pour garder le coté frais et fruité.

 

Dégustation :

 

 

Montefalco Sagrantino DOCG, Il Bove 2016 (Anteprima) ***

Encore en élevage, mise en bouteille dans l’année.

 

Montefalco Sagrantino DOCG, Il Bove 2015 ***

100% Sagrantino

élevage en barrique (225 l) chêne français

 

Montefalco Rosso DOC, Cor de Muro 2016 **

60% Sangiovese 30% Merlot 10% Sagrantino

élevage en barrique (225 l) chêne français

 

Montefalco Sagrantino Passito DOCG, Il Curato 2015 **

100% Sagrantino

élevage en chêne français

 

Trebbiano Spolettino DOC, Bagnolo 2018 ***

100% Trebbiano Spoletino

élevage et vinifications en cuves inox

 

Montefalco Grechetto DOC 2017**

100% Grechetto

élevage et vinifications en cuves inox

 

 

PORTFOLIO

Collines de Montefalco

 

Cantina Milziade Antano

 

Collection Milziade Antano

 

De père en fils, Giampaolo Tabarrini

 

Collection Tabarrini

 

Giusy Moretti, Cantina Moretti

 

Liù Pambuffetti, Azienda Scacciadiavoli

 

Collection Scacciadiavoli

 

Albertino Pardi, Cantina Fratelli Pardi

 

Valentino Valentini, Cantina Bocale

 

Cantina Antonelli San Marco

 

Collection Antonelli San Marco

 

Locanda del Teatro, l’un de meilleurs restaurent de Montefalco

 

Pasqualino (à droite) le chef de Locanda avec Paolo le Maître d’hôtel

 

 

 

 

Piazza del Comune, lieu de vie de Montefalco avec son fameux Palazzo Bontadosi

 

Adresses utiles :

http://www.consorziomontefalco.it

http://www.collemora.it

http://www.antonellisanmarco.it

http://www.locandamontefalco.it

http://www.hotelbontadosi.it

http://www.cantinapardi.it

http://www.morettiomero.it

http://www.scacciadiavoli.it

http://www.fattoriacolleallodole.it

http://www.tabarrini.com

http://www.bocale.it

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Anteprima Montefalco Sagrantino 2020 est de retour avec le 2016, millésime 5 étoiles, coups de coeur #reportage


Chianti Classico Collection 2020 est de retour #coups de coeur #reportage

Le « Gallo Nero » est de retour avec la 27e édition de Chianti Classico Collection 2020.

 

 

Pour cette édition le fameux Coq Noir a changé sa couleur « Toutes les couleurs du coq noir » étaient à l’honneur, le slogan de l’édition.

Pour la première fois le Coq Noir affichait des nuances du vert, du marron, du jaune, du rouge et du bleu, afin de souligner la grande richesse territoriale et les différentes facettes de vins de « Classico ».

 

Cette dernière, était encore plus somptueuse que les éditions précédentes avec 480 « Classico » en dégustation technique, au total 740 vins à déguster, y compris ceux présentés par les 198 producteurs.

C’est une machine très bien rodée, tous les professionnels de la filière vitivinicole trouvent son compte, chaque catégorie de « Classico » est présente en plusieurs millésimes livrables y compris les derniers nés soit déjà livrables en bouteille soit livrables dans l’année.

 

La Stazione Leopolda, ancien gare de chemin de fer à Florence s’habille aux couleurs de « Gallo Nero » et devient une Temple dédié à tous les Chianti Classico, durant 48 heures à la mi-février.

 

 

Comprendre Anteprime :

 

Les dégustations italiennes de « l’Anteprime » ce sont tout simplement les dégustations de primaires, complètement à l’opposer de celles « à la bordelaise » où il s’agit des vins encore en élevage qui seront disponible seulement dans deux ans.

Dans le cadre de « l’Anteprime » il s’agit de vins dans la plus part de cas en bouteille et livrables qui sont présentés aux professionnels de la filière vitivinicole et dans certains cas, au grand public de « wine lovers », afin de permettre à ces acheteurs en première ligne de découvrir les derniers millésimes livrables ou même déjà en vente.

Néanmoins, on constate aujourd’hui que certains producteurs présentent aussi quelques échantillons sur fût « campione da botte », car ils pratiquent des élevages plus longs que prévu par décret d’appellation.

Le panel de millésimes présentés à la dégustation reste assez large, c’est toujours en fonction de l’appellation et de la catégorie de vins.

 

Chianti Classico Collection (Anteprima Chianti Classico) est une manifestation far de tous les Anteprime Toscane, vu son nombre des échantillons et le nombre de producteurs présents à la dégustation.

A rappeler pour édition 2020 :

740 vins présentés en dégustation à 2500 professionnels de la filière et à 400 journalistes, 198 caves présentes couvrant chacune de 9 communes productrices de Chianti Classico, tout sur plusieurs millésimes déjà commercialisés ou prêt à sortir sur le marché.

 

La 27e édition de Chianti Classico Collection a récolté les millésimes suivants :

Chianti Classico DOCG 2018 (Anteprima), 2017, 2016, 2014, 2014

Chianti Classico DOCG Riserva 2017 (Anteprima), 2016, 2015, 2014, 2013.

Chianti Classico DOCG Gran Selezione 2017 (Anteprima), surtout 2016 largement commercialisé aujourd’hui avec celui de 2015.

 

 

Chianti Classico Gran Selezione, label qui promet :

 

La nouvelle appellation Chianti Classico Gran Selezione est née en 2013, officialisé en 2014 avec le 2010, son premier millésime commercialisé sous ce nouveau label.

Pour cette catégorie la sélection des vignes doit être très stricte, elles doivent absolument faire partie du domaine.

Le vin bénéficie d’un élevage en barrique de minimum 30 mois avec 3 mois de bouteille avant la commercialisation, (à rappeler pour la Riserva 24 mois).

Les vins doivent également passer par une commission d’agrément et ils doivent correspondre à des critères organoleptiques bien définis, les critères d’excellence (« caratteristiche organolettiche di eccellenza »).

 

 

 

«Nous sont présents unis dans des événements comme celui-ci, partageant non seulement une marque mais un projet commun, lié à un territoire et à un parcours de qualité, un signe clair en est le développement croissant du label Gran Selezione, en seulement une année, les producteurs qui le produisent actuellement sont passées de 95 à 144 « .

Giovanni Manetti, président du Consorzio Vino Chianti Classico (Conseil Interprofessionnel)

« La véritable essence de ce territoire et de cette dénomination est l’engagement de tous les vignerons à produire de la qualité : des vins de plus en plus authentiques et territoriaux… » conclut Giovanni Manetti.

 

 

Point économique :

 

« Gallo Nero » peut afficher le sourire avec la progression toujours constante de ventes, en outre, les trois derniers mois de 2019 ont vu les ventes de bouteilles augmenter de 10% supplémentaires.

Les moteurs économiques de cette croissance sont les deux premium : le Chianti Classico Riserva et le Chianti Classico Gran Selezione, qui représentent ensemble 42% des volumes du marché et 55% du chiffre d’affaires total en 2019.

Le Gran Selezione gagne à lui seul 15% sur la valeur des ventes.

 

Toujours un grand succès sur le marché international pour « Classico » avec 78% de vins exportés dans 130 pays dans le monde, les ventes sur le marché domestique reste stable avec 22%.

 

Top 5 de ventes :

34% USA

22% Italie

10% Canada

9% Allemagne

7% Royaume Unis (forte croissance)

(1% France)

 

 

Bref analyse de millésimes commercialisés :

 

Millésime 2018

Production totale : 270 000 hl

 

Contrairement à l’année précédente, 2017 qui a connu des températures très élevées et une longue période de sécheresse au printemps et en été, la principale caractéristique de 2018 a été l’absence de temps sec et d’ensoleillement durable.

L’hiver plutôt froid, avec de la neige et des températures très basses – parfois inférieures à zéro – surtout en fin d’hiver, a été suivi d’un printemps très variable.

Tout au long de la saison et pendant une grande partie de l’été, les journées ensoleillées alternaient avec des épisodes plus ou moins brefs de pluies souvent très abondantes.

Ce taux d’humidité élevé et constant, combiné à des périodes de pluie journalière, a entraîné beaucoup de travail supplémentaire dans la gestion de l’état sanitaire des vignobles.

Les conditions météorologiques ne se sont pas stabilisées même en été. Les tempêtes ont continué jusqu’au début du mois de septembre ont provoqué une augmentation de l’humidité et ont maintenu les températures à un niveau de fraîcheur inférieur à la moyenne pour la saison, ce qui a prolongé la période de maturation des raisins.

Heureusement, la situation s’est stabilisée en septembre, lorsque le temps a complètement changé : des belles journées chaudes et ensoleillées, accompagnées d’une bonne variation de température nuit / jour, ont permis aux raisins la maturité optimale, ce qui a donné des vendanges saines et sans incidents.

La récolte de Sangiovese a commencé vers le 20 septembre et s’est terminée à la mi-octobre.

Les quantités récoltées ont été supérieures à celles de 2017, mais restent légèrement inférieures à la moyenne des dernières années.

Les raisons sont principalement dues au stress hydrique subi par de nombreux vignobles en raison de la sécheresse et des gelées printanières de l’année précédente.

Sur le plan de la qualité, c’est certainement une très bonne année pour ceux qui ont réussi à récolter tardivement,

Les  Chianti Classico  présentent un bon équilibre, une bonne acidité et des tanins doux et mûrs, un bon niveau de concentration, des arômes frais, l’aromatique intéressante, une excellente structure et des beaux saveurs.

Une grande partie de la production de 2018 présente des caractéristiques organoleptiques idéales pour un long vieillissement.

 

Millésime 2017

Production totale : 206 000 hl

 

2017 a été un défi de taille pour tous les viticulteurs, qui ont dû faire face à l’une des années les plus sèches de ces dernières décennies.

L’absence de pluie accompagnée de températures au-dessus de la moyenne saisonnière avec des sommets extrêmement élevés, notamment en juillet et en août.

Ce seulement au début de septembre que la pluie arrive – pas beaucoup mais suffisamment pour interrompre la chaleur qui avait durement éprouvé les vignes pendant cette longue période – encore à temps pour que les raisins atteignent le bon niveau de la maturité.

Pour faire face à ces conditions météorologiques très inhabituelles, la gestion du vignoble était difficile et très complexe.. Grâce à l’attention minutieuse de viticulteurs à chaque process, ils ont pu amener des raisins parfaitement sains d’excellente qualité dans la cave.

En 2017 seulement 206 000hl de Chianti Classico ont été produits (environ 27% de moins qu’en 2016), la quantité la plus faible enregistrée au cours des 40 dernières années.

Malgré des quantités de production nettement inférieures, la qualité des vins de 2017 est dès la première dégustation, une agréable surprise pour tous.

La couleur est extrêmement prometteuse, son l’intensité et les teintes sont  très intéressantes, vives et profondes, aromatique particulièrement agréables, belle énergie, avec des notes fruitées très intenses.

Les tanins sont généralement très développés et souples. Donc, dans l’ensemble, c’est un millésime très agréable, malgré les doutes, en général les vins sont d’une grande qualité, très prometteurs avec un bon potentiel.

 

Millésime 2016

Production totale : 281 000 hl

 

Le profil du millésime dans sa globalité était régulier, sans enregistrer de problèmes majeurs dans le vignoble.

Le seul événement qui a attiré l’attention des viticulteurs était la faible pluviométrie fin juillet au moment de la véraison.

Le début du stress hydrique a été surmonté grâce aux pluies de la fin de mois d’août et du début de septembre.

L’équilibre a également été maintenu grâce à la constance de la chaleur, sans pics excessifs dans les derniers mois de la maturation des raisins, sans aucun phénomène de surmaturité.

L’été a été globalement excellent, caractérisé par de faibles précipitations et des températures élevées durant les mois de juillet et août, mais surtout par de températures nocturnes bases de manière à fournir aux vins des riches profils aromatiques avec une excellente acidité. Un millésime qui met en avant les caractéristiques du Sangiovese, bonne extraction des anthocyanes et de polyphénols, arômes fruitées très intéressantes, une belle concentration. Le millésime qui est à la hauteur de sa promesse.

 

Millésime 2015

Production totale : 300 000 hl

 

Le millésime 2015 dans le Chianti Classico peut être considéré comme excellent avec une qualité irréprochable des raisins, grâce à la climatologie très régulière.

L’hiver avec quelques jours froids et des températures inférieures à zéro. Printemps très doux avec des températures moyennes assez élevées favorables à la régularité du cycle végétatif dans la vigne.

L’été a été excellent dans l’ensemble, avec peu de précipitations et des températures élevées en juillet et en août, compensées par une amplitude de températures nocturnes.

Tous les cycles reproducteurs de floraison à la maturité des baies étaient parfaits. Le millésime est donc considéré au plus haut niveau de qualité.

Un millésime qui valorise parfaitement les caractéristiques du Sangiovese, avec très bon niveau d’anthocyanes, de polyphénols, concentration de fruits et surtout de la fraicheur.

 

 

Rappel de la pyramide des différentes qualités de Chianti Classico :

 

1)      Chianti Classico Annata, élevage minimum 12 mois

2)      Chianti Classico Riserva, élevage minimum 24 mois

3)      Chianti Classico Gran Selezione, élevage minimum 30 mois

 

En ce qui concerne le Chianti Classico Gran Selezione, après ces quelques année d’expérience (2010 premier millésime commercialisé), pour de très nombreux producteurs le pari est parfaitement gagné.

Après tous les efforts fournis par chacun d’eux, ils constatent que cette suprématie est véritablement payante et valorisante vu les derniers chiffres concernant la commercialisation de vins premium (Riserva et Gran Selezione) et le nombre toujours croissant qui le produisent.

 

Sachant, que la qualité générale de vins a beaucoup augmenté au cours des dix dernières années et que tous les producteurs s’engagent à donner aux vins du Chianti Classico un plus grand sens territoriale.

 

 

 

Coups cœur Gran Selezione 2017 (Anteprima)

 

Castello di Ama

San Lorenzo

80% Sangiovese 13% Merlot 7% Malvasia Nera

 

Castello di Fonterutoli

Badiola

100% Sangiovese

 

Castello di Querceto

Il Picchio

95% Sangiovese 5% Colorino

 

Castello di Volpia

Coltassala

100% Sangiovese

 

Poggio al Sole

Casasilia

100% Sangiovese

 

 

Coups de cœur Gran Selezione 2016 :

C’est un millésime de référence sur cette dernière édition pour la catégorie en question largement commercialisé aujourd’hui, qui mérite qu’on s’arrête un peu plus largement sur sa qualité qui met en avant les caractéristiques du Sangiovese, bonne extraction des anthocyanes et de polyphénols, large aromatique fruitée, une belle concentration, tout parfaitement équilibré avec une belle fraicheur. Le grand millésime qui est à la hauteur de sa promesse.

 

Babbiano

Vigna del Capannino

100% Sangiovese

 

Biondi Sergardi

Mocenni 89

100% Sangiovese

 

Ca’ di Pesa

Burrone

100% Sangiovese

 

Carpineto

Carpineto

100% Sangiovese

 

Castelo di Albola

Il Solatio

100% Sangiovese

 

Castello di Bossi

100% Sangiovese

 

Castello di Meleto

Castello di Melleto

100% Sangiovese

 

Castello di Verrazzano

Sassello

100% Sangiovese

 

Castello Vicchiomaggio

Le Bolle

100% Sangiovese

 

Dievole

Vigna di Sessina

100% Sangiovese

 

Fattoria Montecchio

Pasquino

100% Sangiovese

 

Fondoti

Vigna del Sorbo

100% Sangiovese

 

Lamole di Lamole

Vigneto di Campolungo

95% Sangiovese 5% Cabernet Sauvignon

 

Le Fonti – Panzano

Le Fonti

100% Sangiovese

 

Marchesi Antinori

Badia a Passignano

100% Sangiovese

 

Maurizio Brogioni

San Rocco

100% Sandiovese

 

Principe Corsini – Villa Le Corti

Zac

100% Sangiovese

 

Ricasoli

Ceniprimo

100% Sangiovese

 

Rocca delle Macie

Sergio Zingarelli

100% Sangiovese

 

Ruffino

Romitorio di Santedame

90% Sangiovese 10% Colorino

 

Santo Stefano

Santo Stefano

90% Sangiovese 10%Cabernet Sauvignon

 

Tenuta di Lilliano

Tenuta di Liliano

90% Sangiovese

 

Tolaini

Vigna Montebello Sette

100% Sangiovese

 

Triacca – La Madonnina

La Madonnina

100% Sangiovese

 

Vignamaggio

Monna Lisa

85% Sangiovese 8% Merlot 7% Cabernet Sauvignon

 

 

Coups de Cœur Riserva 2016

 

Babbiano

Castelo di Gabbiano

Castello di Verrazano

Cinciano

I Sodi

La Sala

Lamole di Lamole

Le Fonti Panzano

Querciabella

San Felice

Tenuta di Liliano

Terra di Seta

 

 

Comprendre Chianti Classico :

 

 

L’aire de production Chianti Classico s’étend sur 9 communes entre Florence et Sienne :

San Casciano in Val di Pesa, Greve in Chianti, Tavarnelle Val di Pesa, Barberino Val d’Elsa (provinces de Florence).

Radda in Chianti, Castellina in Chianti, Poggibonsi, Gaiole in Chianti, Castelnuovo Berardenga (provinces de Sienne).

 

La plus grande superficie du vignoble se trouve à Castellina in Chianti (1336 ha), la plus petite à Poggibonsi (32 ha)

 

La superficie totale du vignoble en Chianti Classico est 7200 ha pour une production moyenne de 270 000 hl (sur 10 dernières années).

 

Vignes plantés à 4400 pieds/ha avec un rondement moyen de 7,5 tons/ha.

 

Catégories de vins :

Chianti Classico Annata, Chianti Classico Riserva, Chianti Classico Gran Selezione.

 

Pour avoir droit à l’appellation, il faut au minimum 80% de Sangiovese dans l’assemblage avec un maximum de 20% des autres cépages autochtones ou internationaux.

 

Pour l’info :

 

Cépage Sangiovese occupe à 62% de la superficie de vignobles toscans.

Chianti Classico représente 21% de la superficie totale de toutes les DOC (AOC) toscanes.

 

Adresses utiles :

http://www.chianticlassico.com

 

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Chianti Classico Collection 2020 est de retour #coups de coeur #reportage


Découvrir Tenuta di Artimino, la perle de Carmignano(Toscane) #reportage

 

 

 

Artimino, domaine de 700 ha dans la campagne toscane à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Florence sur les collines de Carmignano et de Montalbano dans la province de Prato. Artimino produit du vin et du huile depuis XVIIIe siècle.

Abrite la fameuse villa Médicis appelée « La Ferdinanda », construite en 1596, déclarée au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

 

Tenuta di Artimino achetée en 1989 par Giuseppe Olmo (1911-1992), célèbre cycliste et recordman, qui a décidé à la quarantaine de se retirer de l’athlétisme, après une carrière très riche en palmarès et surtout le record du monde battu en 1935 de 45.090 km/h dans le monde cycliste.

Il se lance donc dans les d’affaires, dans les différents secteurs d’activités en passant du cyclisme, l’automobile, mobilier, textile et chimie.

Tout à fait par hasard, il découvre Arimino, avec son joyeux, la magnifique villa « La Ferdinanda », l’ancienne résidence de chasse construite en 1596 par la famille de Médicis.

 

 

 

 

 

Il achète le domaine dans le but de créer ici un petit bijou de tourisme durable, dédié à l’excellence alimentaire, aux produits agricoles et aux vins.

Très vite il transforme ce lieu en lieu privilégié de l’art, de l’histoire, de la gastronomie, du vin et du tourisme avec un hôtel SPA et un restaurent gastronomique, sans oublier la production de l’huile et surtout sa vocation original de la production du vin de qualité.

 

Coté cuisine :

Le restaurent gastronomique Biagio Pignatta propose la cuisine traditionnelle toscane avec une touche d’originalité, aussi quelques plats français servis à la cour de Médicis comme fameux canard à l’orange ou soupe à l’oignon.

 

Guseppe Olmo était un gage de prévoyance extrême, sa vie fut une histoire fascinante de travail acharné remplis de succès.

Aujourd’hui, la gestion du domaine est désormais confiée à ses petits-enfants. L’amour, la passion, le dévouement et la compétence sont les mots clé de la famille Olmo, gardiens de cet héritage sans pareil.

 

Coté cave :

Tous les vins produits au domaine racontent l’histoire et la richesse du territoire de Carmignano et du Chianti Montalbano, le symbole de la Toscane dans le monde et c’est grâce à la famille de Médicis.

 

Artimino en chiffre :

730 hectares dont 80 hectares plantés de vignes

18 500 oliviers

 

Coté vins :

2 DOCG : Carmignano et Chianti Montalbano

5 DOC : Barco Reale, Barco Reale Rosato, Vin Santo di Carmignano, Vin Santo Occhio di Pernice et Vin Santo del Chianti

Cépages cultivés :

Blancs : Trebbiano, Malvasia Bianca, Verbea (San Colombano), Chardonnay, Sauvignon Blanc, Riesling.

Rouges : Sangiovese, Cabernet Sauvignon, Merlot, Syrah, Gamay, Aleatico, Malvasia Nera, Canaiolo, Colorino, Petit Verdot.

 

Le territoire est caractérisé par des sols différents, riches en matière organique, limono-sableux avec une bonne couche d’argiles sur les collines allant jusqu’à 550 m d’altitude, les différentes parcelles sont identifiées par sol, adapté à la culture de chaque cépage particulier pour optimiser la qualité de vins de Carmignano, du Chianti ainsi que d’autres vins du domaine, afin de produire les vins marqués par les caractéristiques typiques de chaque territoire.

 

 

 

Carmignano DOCG

 

La plus petite DOCG d’Italie avec 200 ha de vignes sur les pentes orientales de collines dans la province de Prato à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Florence.

L’histoire du vin sur ce territoire a des origines très anciennes. Le vin est produit ici au moins depuis la période étrusque du 7ème siècle avant JC.

Le vin de ces terres a commencé à être considéré comme l’un des plus prisés au monde grâce à la famille des Médicis, en particulier grâce au Grand Duc Cosme III de Médicis qui  a publié  en 1716 un édit pour protéger les vins de Carmignano.

Dans l’assemblage de Carmignano DOCG à coté du cépage Sangiovese on peut ajouter du Cabernet Franc ou Cabernet Sauvignon. Les deux cépages apportés sur ces terres par Catherine de Médicis au XVIe siècle et depuis ils font aussi partie des cépages locaux à coté de cépages traditionnels toscan.

 

Chianti Montalbano DOCG

 

La zone de Chianti Montalbano, autrefois connu comme la zone de chasse préférée de la famille des Médicis, est aujourd’hui une zone particulière de la région du Chianti avec un écosystème composé de zones boisées et de vignobles sur les collines coté ouest près de Vinci, une ville natale de Leonard de Vinci.

L’influence du Mont Albano joue un rôle important sur le climat de cette zone avec les journées souvent ensoleillée et les nuits très fraiches.

Les vins sont assemblés avec 70% de Sangiovese au minimum avec Canaiolo, Colorino, Cabernet ou Merlot.

Les vins de Chianti Montalbano sont fruités, frais, fins et parfumés avec une texture légère qui se consomment dans sa jeunesse.

 

Chianti Montalbano et Carmignano avaient depuis plusieurs années une histoire commune, mais aujourd’hui ils se caractérisent par une parfaite autonomie et des caractéristiques propres à chacune des appellations.

 

Tenuta du Artimino produit une dizaine de cuvées différentes

 

 

Coups de coeur de la dégustation  :

 

Poggilarca 2016, Carmignano DOCG

Vin issu de Sangiovese, Cabernet Sauvignon et Merlot

La vigne à 130 m d’altitude sur le sol de la roche sédimentaire riche en argile.

La taille en guyot pour la vieille vigne, les autres en cordone speronato.

Vin élevé pendant 10 mois en foudres (30-50hl) de chêne de Slovénie, ensuite restent 4 mois en bouteille avant la commercialisation.

 

Grumarello 2015, Carmignano Riserva DOCG

Vin issu de Sangiovese (89%), Cabernet Sauvignon (10%) avec 1% Merlot et Syrah.

La vigne à 110 m d’altitude sur le sol limono-argilo-sableux.

Taille guyot pour la vieille vigne, pour les autres cordone speronato.

Vin élevé pendant 24 mois en foudres (30-50 hl) de chêne de Slovénie, ensuite reste 12 mois en bouteille avant la commercialisation.

Vin racé avec les notes de fruits noirs mûrs, note cacaotée, chocolaté, feuilles de tabac, belle persistance, profondeur, complexité, structure tannique élégante, garde sa fraicheur, une belle acidité avec une longueur exquise, aujourd’hui fait déjà plaisir même s’il est taillé pour l’avenir.

 

Chianti Montalbano 2018

Vin issu de Sangiovese, Canaiolo, Colorino

La vigne à 110 m d’altitude sur le sol limono-argilo-sableux.

Taille guyot pour la vieille vigne, pour les autres cordone speronato.

Vin vinifié et élevé pendant 6 mois dans les cuves inox, ensuite reste en bouteille minimum 3 mois avant la commercialisation.

Vin fruité et frais avec une texture légère, gourmand à consommer dans sa jeunesse, peut être garder facilement 5 ans. 

 

 

Adresses utiles :

http://www.artimino.com

http://www.consorziovinicarmignano.it

 

 

Commentaires fermés sur Découvrir Tenuta di Artimino, la perle de Carmignano(Toscane) #reportage



%d blogueurs aiment cette page :