vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Le Prince de la Romanée-Conti
26 janvier 2021, 12:53
Filed under: DRC, La Romanée-Conti | Étiquettes: , , ,

Le Prince de la Romanée-Conti par Laurens Delpech

Cet ouvrage est sorti à l’automne dernier, hélas une sortie très discrète, beaucoup trop discrète suite au confinement, les couvres feu, la fermeture de libraires et j’en passe…

Avec la grande qualité du récit, l’auteur raconte l’histoire et les secrets d’un mythe, d’un plus grand vins du monde celui de la Romanée Conti, l’objet d’un véritable culte par les amateurs du monde entier.

Sans aucun doute, ce livre a une place très impotente dans la bibliothèque de chaque amateur de vins quel que soit et de celui, passionné d’histoire, pourquoi pas de ces deux à la fois.

Cousin de roi de France Louis XV, le prince Louis François de Bourbon-Conti (1717-1776) fut un mécène protecteur des intellectuels de son temps comme Diderot, Beaumarchais et Rousseau et un très célèbre collectionneur d’œuvres d’art. 

Son coup de génie fut l’achat en 1760 d’une minuscule parcelle de vigne, d’un clos de 1,8 ha appartenant depuis quatre générations à une noblesse flamande, les Croonembourg, la vigne de la Romanée qui deviendra la Romanée-Conti.

Le livre dans sa partie historique dresse un portrait, une biographie détaillée consacrée au prince de Conti.

Ensuite à travers de dégustations récentes, il permet de définir les caractéristiques de ce vin unique et singulier, le replacer au sein des Climats de Bourgogne, au sein de ces terroirs où s’acclimatent de manière optimale les cépages bourguignons.

L’auteur reproduit de larges extraits des rapports de vendanges publiés depuis 1996 par Aubert de Villaine, qui dirige le Domaine de la Romanée-Conti, Cette saga de millésimes successifs rappelle la difficulté du métier de vigneron, qui s’apparente parfois à une cours d’obstacles où la nature s’ingénie à jouer des tours au viticulteur.

« N’est-ce pas toute l’histoire de la Bourgogne que ce défi que nous propose chaque année notre région avec ses conditions climatiques septentrionales et souvent difficiles, mais qui seules, malgré tous les obstacles qu’elles mettent au travail du vigneron, permettent une expression totale, juste et passionnante du pinot noir » Aubert de Villaine

A rappeler que ces terroirs bourguignons (1247 « Climats ») reconnus depuis longtemps ont bénéficié d’une continuité historique unique et ont été inscrits au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 2015.

« Ce livre original, très complet car l’explique bien la dualité des Climats et du climat qui fait les plus grands vins de Bourgogne (…) C’est une excellente synthèse de ce qu’il faut savoir pour mieux connaître la Romanée Conti. Il sera aussi très utile à ceux qui souhaitent, tout simplement, affiner leur connaissances et leur appréciation des vins de Bourgogne ».  Aubert de Villaine

Le Prince de la Romanée-Conti

Laurens Delpech

chez Flammarion

Commentaires fermés sur Le Prince de la Romanée-Conti


Brut vintage 2013 by Pol Roger vient de sortir

C’est avec une très grande joie, que je commence cette nouvelle année 2021 avec une chronique consacrée à la sortie de la nouvelle cuvée Pol Roger Brut Vintage 2013.

La sortie de chaque nouveauté est un événement pour tous les aficionados de la Maison installée à Epernay sur la fameuse avenue de Champagne, je ne cache pas, que personnellement je fais parie d’eux.

Le Brut Vintage fait partie de l’une de sept cuvées de la gamme très éclectique, cohérente et complexe proposé par la maison Pol Roger, il incarne « le charme de la plénitude ».

Pour Pol Roger un champagne millésimé doit être avant tout un vin très équilibré, car le premier critère pour millésimer une année est son aptitude à la garde justifiée par un niveau d’acidité suffisamment élevé associé à son équilibre gustatif.

Ce champagne millésimé délivrera, avec l’aide du temps, les innombrables richesses que seule la nature lui a données.

Carte d’identité du millésime 2013

L’hiver, froid et peu ensoleillé, fut marqué par de fréquentes gelées et de nombreuses chutes de neige.

Le printemps arrive tardivement, puis le mois de mai fut assez froid avec un retour des températures basses et de précipitations importantes.

Juin a retrouvé des températures normales de saison, tendis que juillet et août furent chauds, très ensoleillés et secs.

L’épisode pluvieux de début de septembre a permis aux baies de grossir. Le retour d’un temps plus sec a favorisé une très bonne fin de maturation de raisins, mais la vigne a conservé une quinzaine de jours de retard sur la moyenne décennale.

Les vendanges, selon les degrés de maturités, se sont échelonnées entre le 24 septembre et le 9 octobre.

La récolte 2013 affichait un très bon équilibre entre le degré potentiel des moûts et l’acidité totale.

En ce qui concerne élaboration de chaque cuvée ; après le pressurage et le débourbage de jus, les vinifications se poursuivent dans les cuves inox, la fermentation alcoolique se déroule à la basse température (18°C), afin de dégager le maximum d’arômes de fruits frais, la fermentation malo-lactique poursuit, elle est réalisée sur chaque vin de la maison. Chaque cuvée, chaque cru, chaque cépage sont toujours vinifiés séparément. Après de longues séances de dégustations, des assemblages suivi par la mise en bouteille, la prise de mousse va commencer dans de caves fraîches  à 33 mètres de profondeur et durer de longues années. Le Brut Vintage 2013 est resté 7 ans en cave. Chaque bouteille est ensuite remuée à la main de façon traditionnelle avant le fameux dégorgement et le dosage.

Au finale, c’est un processus très long avant que chaque flacon de ce breuvage divin arrive sur la table de consommateurs.

Brut Vintage 2013 est un champagne issu de l’assemblage traditionnel de la maison Pol Roger soit 60% de Pinot Noir et 40% de Chardonnay provenant de 20 Grands et Premiers Crus de la Montagne de Reims et de la Côte des Blancs, il est dosé à 7g/l.

Le Brut Vintage 2013 dévoile en bouche une élégance venue du chardonnay avec la race de pinots noirs mûrs et frais. Il est d’une netteté absolue, avec sa bulle aérienne qui caresse les papilles. Sa texture crémeuse, sa droiture, sa tension lui donne une dimension supplémentaire pour arriver à sa finale grillée et saline. Tout est parfaitement en place pour lui offrir une excellente garde et révéler petit à petit tous les secrets cachés.    

Maison Pol Roger en bref :

Fondée en 1849 par Pol Roger, un champenois d’Aÿ, il s’agissait au départ d’une petite maison de négoce très respectée dans le milieu, et qui est parvenue à se faire une place sur un marché britannique pourtant très exigent à l’époque.

En 1851 la famille s’installe à Epernay sur la prestigieuse avenue de Champagne.

Depuis plus de 170 ans, cette maison familiale indépendante transmet de père en fils le goût du bon, du beau et du bien faire.

Son entière indépendance, son travail d’une qualité rare et la grande élégance de chaque cuvée lui confèrent ainsi un statut très privilégié.

Au cours du temps, le vignoble maison s’est agrandi pour atteindre aujourd’hui une superficie de 92 hectares. Il se ramifie sur une vingtaine des meilleurs crus de la Vallée de la Marne (Damery, Cerseuil, Mardeuil…), de la montagne de Reims (Ambonnay, Avenay Val d’Or, Bouzy…) et de la côte des blancs (Avize, Chouilly, Cramant…), avec les rachats de raisins dans les meilleurs crus de la Champagne.

Production de quelques 1 600 000 bouteilles exportées à 84% dans 92 pays dont Royaume Uni, son premier marché.

Adresses utiles :

http://www.polroger.com

Commentaires fermés sur Brut vintage 2013 by Pol Roger vient de sortir


La Champagne et le champagne version 2020 #analyse
17 décembre 2020, 21:09
Filed under: champagnes, la Champagne, Maisons de champagne | Étiquettes: , ,

Pour chaque fin d’année, le champagne, ce brewage divin s’invite sur toutes les tables de chaque famille, il est amis incontournable de toutes les fêtes et soirées quelle que soit.

Chacun apprécie à sa façon, son pétillement, cette petite bulle qui caresse délicatement avec tant d’élégance nos papilles, sa robe dorée et sa brillance enflamme nos yeux, tandis que son goût nous amène en voyage lointain.

Très certainement, c’est une boisson la plus énigmatique qu’elle soit. Chaque maison de champagne essaye de séduire ses aficionados avec des emballages plus en plus sophistiqué ou complètement farfelus,  mais quoi qu’on dise, nous adorons ça.

L’Année 2020 s’achève, l’année qui restera longtemps dans les anales à cause de la crise sanitaire dû au covide qui a touché le monde entier, sans exception.  

L’année qui a touché hélas de plein fouet toute la filière champenoise, personne ne pouvait l’imaginer une situation pareille.

2020 a crée un choc économique sans précédent de toute la filière champenoise, jamais connu à ce point depuis la deuxième guerre mondiale.

Les ventes de Champagne en France, en Europe et partout dans le monde ont été touchées de plein fouet et se sont effondrés brusquement notamment à cause de la fermeture des frontières, de la baise des activités de principaux acteurs économiques : de vendeurs et de revendeurs à l’internationale, à cause de confinements, de fermetures de points de vente, annulation de tous les grands évènements privés et publiques  et j’en passe…

Mais, au cours de l’année, les indicateurs économiques semblaient montrer un redémarrage de ventes et de la consommation. Ca bien bougeait à la grande distribution, aussi les ventes aux particuliers ont démontré une bonne dynamique à partir de mois de juin.

Le SGV Champagne a constaté une belle dynamique à partir de mois de juin jusqu’à la fin de mois d’août, malheureusement le retard était conséquent de -23% entre janvier et la fin de l’été par rapport à  l’année 2019.

Le constat est clair que la situation à l’export est toujours préoccupante pour la filière avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, les deux principaux marchés de champagne à l’export, qui vivent encore aujourd’hui une situation sanitaire très instable, comme d’ailleurs le reste du monde.

Mais comme l’année n’est pas finie et les achats de champagne se font souvent au dernier moment, on remarque une très belle dynamique pendant cette période, donc il faudrait attendre et faire le bilan au premier trimestre 2021. Il y aura sûrement de surprises, probablement de bonnes surprises, car on remarque d’ores et déjà l’intérêt chez tous les consommateurs.

Les fêtes de fin d’année sans champagne, pas possible…

Rappel des éléments clefs de la vendange 2020

Vendange 2020 est considérée comme l’une de plus précoce jamais enregistré auparavant. La récolte dans certains secteurs a commencé déjà mi-août, dans la plupart de communes à partir de la troisième semaine d’août. Elle était étalée sut la durée classique de 3 semaines en fonction de maturités de raisins dans différents secteurs géographiques.

L’état sanitaire de raisins, l’équilibre acidité/sucre étaient parfait. La plupart de maisons sortiront sans aucun doute de cuvées millésimées, rien ne s’y oppose.

En revanche, depuis déjà quelques années les rendements sont revus à la baise, pour la récolte 2020 il a été fixé à 8000kg/ha, se qui corresponde à une production de 230 millions de bouteilles.

A rappeler : le rendement en 2019  a été fixé à 10 200 kg/ha et en 2018 à 10 800 kg/ha, soit équivalant de 300 millions de bouteilles.

Sachant qu’il peut encore être revu à la baisse à 7000kg/ha, si en janvier 2022 les expéditions seront inferieures à 200 millions de bouteilles, affaire à suivre…

Cette baisse brutale de rendement fixé pour la récolte 2020 était une réponse à un déséquilibre totale de diverses marchés, dû à la crise économique qui a durement touché toute la filière champenoise, bien évidemment dans un seul but de préserver la santé économique de l’ensemble de la filière.

La Champagne et le champagne sont la fierté de la France.

Rappelons-nous que depuis le 4 juillet 2015 des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, dans la catégorie « Paysage culturel ».

Les coteaux, maisons et caves de Champagne correspondent aux « lieux où fut développée la méthode d’élaboration des vins effervescents, grâce à la seconde fermentation en bouteille, depuis ses débuts au XVIIe siècle jusqu’à son industrialisation précoce au XIXe siècle »  explique l’Unesco

Cette inscription concerne précisément trois sites : l’avenue de Champagne à Épernay, où sont alignées les prestigieuses maisons de négociants surplombant des kilomètres de caves où vieillissent des millions de bouteilles, la colline Saint-Nicaise à Reims, dont les sous-sols recèlent les immenses crayères antiques ou médiévales utilisées comme espace de vinification et de stockage. Et enfin les coteaux historiques autour d’Épernay, notamment ceux du village d’Hautvillers qui domine la Marne et dont la célèbre abbaye abrita le moine Dom Pérignon qui, selon la légende, inventa la seconde fermentation propre au champagne.

La Champagne en bio express :

AOC Champagne couvre 34 300 ha

150 km à l’est de Paris

319 crus (communes)

4 grandes régions : la Montagne de Reims, la Côte des Blancs, la Vallée de la Marne, la Côte des Bar

280 000 parcelles

17 villages classés « Grand Gru »

42 villages classés « Premier Cru »

Terroir majoritairement calcaire à 75% (calcaires, craies, marnes)

La craie champenoise retient l’eau par capillarité, donc la vigne a une alimentation en eau suffisante même lors des étés les plus secs, elle subit une contrainte hydrique très modérée au cours de la saison végétative, ce qui favorise l’équilibre entre les différents acides du fruit, le sucre et les précurseurs d’arômes qui vont se dévoiler dans le vin à venir, c’est la magie du terroir qui opère.

Adresses utiles :

http://www.champagne.fr

Commentaires fermés sur La Champagne et le champagne version 2020 #analyse


Etiquette de Château Mouton Rothschild 2018 dessinée par Xu Bing

C’est un rendez-vous incontournable que tous les « aficionados » de Château Mouton Rothschild attendent avec impatience, la sortie d’un nouveau millésime avec son étiquette inédite crée pour l’occasion par un grand artiste.

Chacune de ces œuvres inédites enrichie depuis 1945 une collection inédite et vivante du musée au Château Mouton Rothschild à Pauillac.

L’étiquette du millésime 2018 a été confiée par les propriétaires de Château Mouton Rothschild : Philippe Sereys de Rothschild, Camille Sereys de Rothschild, et Julien de Beaumarchais de Rothschild, à l’artiste et écrivain chinois Xu Bing (né en 1955).

L’œuvre réalisée par Xu Bing pour le millésime 2018 reflète le travail de l’artiste sur la splendeur illusoire des apparences, qui ressemble à des caractères chinois traditionnels mais qui en réalité est composée des lettres de l’alphabet latin.

Artiste invente une écriture unique dans laquelle les mots sont absorbés dans les codes de l’idéographie chinoise traditionnelle.

L’étiquette du millésime 2018 traduit la fraternité des deux cultures en donnant à lire, lettre par lettre, signe par signe, les deux mots « Mouton Rothschild », qui se dévoilent facilement sous un regard attentif.

Le millésime 2018, d’une qualité exceptionnelle, s’affirme déjà comme l’une des plus belles réussites de Château Mouton Rothschild, donc il fallait un artiste à la hauteur de ce millésime exceptionnel pour signer cette étiquette, un artiste au style unique et reconnaissable comme l’expression de Mouton 2018.

Château Mouton Rothschild en bref :

Pauillac, 1 er Grand Cru Classé de Médoc parmi les cinq premiers dont Latour (Pauillac), Lafite (Pauillac), Margaux (Margaux), Haut-Brion (Pessac).

84  ha de vignes plantés en Cabernet Sauvignon (79%), Merlot (17%), Cabernet Franc (3%), Petit Verdot (1%), sur le terroir exceptionnel de graves pauillacais exposé au sud.

Vinifications traditionnelles en cuves en chêne thermo-régulés, élevage en barriques de chêne français pendant 18-20 mois.

Le Petit Mouton est son seconde vin.

Bio express de Xu Bing :

Xu Bing (née en 1955), considèré comme l’un des plus importants artistes chinois contemporains.

Diplômé en gravure de l’Académie centrale des beaux-arts de Beijing, il a commencé à pratiquer la calligraphie dès son plus jeune âge.

Ses œuvres ont été exposées dans des institutions de renom comme le British Museum de Londres, la Arthur M. Sackler Gallery de Washington D.C., le Museum of Modern Art et le Metropolitan Museum of Art de New York.

Parmi ses œuvres les plus célèbres figurent des sculptures et des installations monumentales telles que Book from the Sky, Phoenix et Background Stories.

J’ai pu interroger Philippe Dhalluin, DG pendant les dégustations primeurs du millésime 2018, donc je partage avec vous son description très détaillée du millésime, comment il l’a vécu à Mouton.

Adresses utiles :

http://www.chateau-mouton-rothschild.com

Commentaires fermés sur Etiquette de Château Mouton Rothschild 2018 dessinée par Xu Bing


La Grande Dame 2012 by Yayoi Kusama

 “ My Heart That Blooms in The Darkness of The Night” (Mon cœur qui fleurit dans l’obscurité de la nuit) Yayoi Kusama

C’est à vous, les amateurs d’art contemporain et de champagne, ne ratez pas cette pépite de l’iconique artiste japonaise Yayoi Kusama qui a imaginé une création unique pour la Maison Veuve Clicquot, « habiller » à sa façon le nouveau millésime, La Grande Dame 2012.

Cette création unique et originale est un hommage à la « grande dame de la Champagne », Madame Clicquot.

En faite, c’est la deuxième rencontre entre Yayoi Kusama avec la maison Veuve Clicquot ; déjà en 2006 à l’occasion d’une vente aux enchères caritative à Tokyo, Yayoi Kusama avait donné une nouvelle vie au célèbre portrait du XIXe siècle de Madame Clicquot, en jouant avec ses célèbres pois, ADN de sa création.

Aujourd’hui, pour cette collaboration créative Yayoi Kusama se inspirait de ses signatures emblématiques : les pois et la fleur en résine, pour réinterpréter le nouvel étui et le flacon de La Grande Dame 2012.

Les deux univers, celui de la Maison Veuve Clicquot et celui de l’artiste donne naissance à cette collaboration très audacieuse, même si plus de 150 ans les séparent, ces deux destins d’exception, celui de Madame Clicquot et celui de Yayoi Kusama, les destins de deux femmes libres à la conquête du monde.

A propos de la Grande Dame 2012 :

Cette cuvée emblématique de la Maison est  la gloire du Pinot Noir.

Assemblage 90% Pinot Noir 10% Chardonnay GC d’Avize et du Mesnil

Dosage 6g/l, dégorgé fin septembre 2019, potentiel de garde 10-15 ans.

« Nos raisins noirs donnent les vins blancs les plus fins » Mme Clicquot, 1825

Pour Madame Clicquot Pinot Noir était le cépage possédant la plus large palette d’expression et le plus grand potentiel pour créer le meilleur champagne.

Il est la signature de Veuve Clicquot, il apporte la structure et la force qui font le style inimitable de la Maison, parfaitement incarnées dans la cuvée La Grande Dame, un hommage à Madame Clicquot.

La Grande Dame 2012 by Yayoi Kusama est disponible en bouteille colorée en coffret, mais aussi dans une version sculpture uniquement en 100 exemplaires, numérotés et signée par l’artiste.

Bio express de Yayoi Kusama :

« Ma vie est un pois perdu parmi des milliers d’autres pois »

Yayoi Kusama (née en 1929), artiste iconique mondialement connue par son art total, hypnotique et coloré, connue surtout par ses impressionnantes installations immersives.

Elle incarne également une figure emblématique des années hippies. Depuis son enfance, elle est totalement obsédée par les poids, qu’elle décline à l’infini dans ses œuvres.

Aujourd’hui Yayoi Kusama continue de créer des œuvres abstraites marquées par le principe de l’accumulation.

Ses œuvres les plus spectaculaires sont exposés dans de nombreuses capitales comme à la galerie Victoria Miro à Londres, à la Fondation Louis Vuitton à Paris où l’une des ses Infinity Mirror Room a été exposé.

L’Œuvre créée en 1965 lors de son séjour à New York, est la première Infinity Mirror Room de l’artiste qui cristallise les hallucinations qu’elle a depuis son enfance, son rapport obsessionnel pour les pois.

Parmi la nouvelle sélection d’œuvres de la fondation Louis Vuitton thématisée autour du « parti de la peinture », son installation immersive, une petite pièce entièrement tapissée de miroirs dont le sol est jonché de champignons hallucinogènes à gros pois rouges pour une immersion totale et troublante, créant un sentiment d’infini.

Depuis 2017, un musée est entièrement consacré à son oeuvre à Tokyo, une consécration inédite et rarissime d’un artiste vivant.

Adresses utiles :

http://www.veuveclicquot.com

Commentaires fermés sur La Grande Dame 2012 by Yayoi Kusama


Château Beauséjour Héritiers Duffau-Lagarrosse change de mains…

Ce n’était plus le secret de polichinelle, c’est un fait, que le Château Beauséjour Hériters Duffau-Lagarrosse Saint Emilion 1er GCC « B » vient d’être acquis par la famille Cuvelier, déjà propriétaire de Château Clos Fourtet depuis 2001, 18 ha de vignes en 1er GCC « B ».

La propriété est gérée par Mathieu Cuvelier et Emmanuel de Saint-Salvy son directeur technique.

La famille Cuvelier est également propriétaire de Château Poujeaux, 68 ha en appellation Moulis-en-Médoc.

Château Beausejour Héritiers Duffau-Lagarrosse est une propriété de 6,75 ha de vignes, dans la famille Duffau-Lagarrosse depuis 1847 à Saint Martin au pied de l’église de Saint Martin de Mazerat (Saint Emilion).  Le cru toujours en Saint Emilion 1er GCC « B » depuis 1955 son 1er classement. 

Pour l’instant rien ne communiqué, si l’équipe actuelle dirigée par Nicolas Thienpont avec la collaboration de David Suire restera en place.

En tout cas, c’est un nouveau défi, la nouvelle page qui s’ouvre pour la famille Cuvelier.

L’Affaire à suivre…

Adresses utiles :

http://www.beausejourhdl.fr

http://www.closfourtet.com

Commentaires fermés sur Château Beauséjour Héritiers Duffau-Lagarrosse change de mains…


Vendanges 2020 à Bordeaux sous le signe de Merlots #premières dégustations

Vendanges 2020 à Bordeaux ouvre la voie vers un grand millésime sous le signe de Merlots.

Décidément, c’est un millésime qui restera dans les anales, tout d’abord à cause de la situation sanitaire dû au Covide qui a touché et touche le monde entier, ainsi par une précocité exceptionnelle des vendanges jamais enregistré auparavant. La vigne a eu 10 à 15 jours d’avance selon les secteurs.

Même, si l’année globalement paressait tendre avec la vigne, le climat jouait aux échecs avec les vignerons confrontés à quelques aléas climatiques qu’il fallait géré jour à jour. 

Le printemps a été très chaud, considéré même comme le plus chaud du siècle. Avec des pics de chaleur estival et de longues périodes sans pluies. Heureusement, les pluies sont arrivées au bon moment évitant le stress hydrique pour certains vignobles.

Malgré  quelques petites zones sur les deux rives touchées par la grêle, le gel, le mildiou ou les fortes précipitations, au final tout bien géré, ça n’a pas eu trop d’influence sur la qualité générale de la vendange, le seul problème c’est le rondement, plus faible qu’en 2019.

.

La météo exceptionnelle du 2020 a plongé tous les viticulteurs bordelais dans les vendanges très précoces.

C’est toujours un dilemme pour un vigneron de choisir le bon moment, le Jour-J de la récolte. Il y a tellement de paramètres qui rentrent dans les calcules et surtout quand il s’agit d’une année complètement atypique sans aucun référentiel, vendanger trop tôt, trop tard… ça peu vraiment jouer sur la récolte et bien évidemment sur la qualité du millésime chez certains.

Comme j’ai déjà signalé les vendanges 2020 ont commencé avec 10 à 15 jours d’avance par rapport à l’année précédente.

Aujourd’hui les vendanges sont finies depuis la première semaine octobre pour les derniers cabernets, les jus sont dans les chais, les fermentations alcooliques se sont achevées sans aucune fausse note, les malolactiques sont en cours comme prévu.

Dans l’ensemble, sur la Rive Droite les premières cuves après écoulages sont très prometteuses. Si plusieurs facteurs comme le mildiou, le gel, la grêle et la sècheresse ont causé des baisses de rendement de 20 à 30%, heureusement pour la plus part de propriétaires les rondement étaient  habituels.

Les premiers lots de merlots ont des couleurs très intenses grâce notamment à des rapports marc/jus élevés. Les jus sont structurés, denses, restent aromatiques, fruités et persistants avec des tanins mûrs, soyeux, de bonne qualité.

En revanche, il fallait être très vigilent et faire très attention à modérer les extractions pendant la première phase de vinification.

Heureusement, la quasi totalité de Merlots a pu être vendangé avant de précipitations du 23 au 25 septembre et celles du début d’octobre qui ont entrainé une dilution plus ou moins importante selon les types de sol.

Le millésime reste très prometteur, mais il y aura probablement quelques écarts entre les raisins ramassés avant et après ces pluies, ce qui pourrait être corrigé au moment des assemblages finaux.

La parole est à eux :

Pour Alexandra Robin à Rol Valentin, Saint Emilion GC

Après l’hiver très doux avec le débourrement précoce d’une dizaine de jours vers le printemps capricieux arrive qui oblige à une vigilance accrue face au mildiou.

Le début de l’été induise une coulure importante, en particulier sur ses vieilles parcelles de merlot.

En revanche l’été avec 6 semaines sans aucune goutte d’eau, mais sans conséquences particulières pour les sols argilo-calcaires du domaine à Saint Etienne de Lisse.

La véraison confirme la précocité du millésime avec des premières baies colorées dès la fin Juillet.

Le mois d’Aout plus tempéré fait reposer la vigne, en revanche la première quinzaine de Septembre est chaude et tout s’accélère…

Les vendanges se déroulent dans des conditions parfaites la deuxième quinzaine de septembre avant l’arrivée des pluies automnales.

2020 est la première vendange vinifié dans le nouveau chai, un outil très technique, ultra performant qui permet de vinifications à la carte, par parcelle et par zone les 7 ha de vignes plantés en Merlot, Cabernet Franc avec un peu de Malbec. Alexandra tient beaucoup à sa petite parcelle de Malbec qui fait maintenant partie de l’assemblage finale, qui ajoute une dimension supplémentaire à sa cuvée.

Juste après les fermentations alcooliques, j’ai pu déguster quelques cuves avant les écoulages, ainsi que quelques lots de barriques, d’ores et déjà ça promet.

Les Merlots sont colorés avec une structure et race inégalable, Cabernets Francs avec une puissance et fermeté, le Malbec dégage un beau fruit mûr et frais, les jus ont un équilibre exceptionnel.  

Denis Barraud à Lynsolence, Saint Emilion GC a du affronter le printemps pluvieux, comme les autres vignerons de la Rive Droite, heureusement pas eu ni de gel ni de grêle ni aucune maladie sur ses 2,5 ha de vignes planté 100% en Merlot.

L’été caniculaire, mais malgré cette météo extrême, sa vigne n’a pas subi aucun stress hydrique grâce à enracinement profond de ses vignes cinquantenaires sur le terroir froid sablo-graveleux avec de crasses de fer à Saint-Sulpice-de-Faleyrens.

Ces conditions climatiques extrêmes poussent quelque fois de vignerons à prendre de décisions, de bonnes décisions rapidement, comme cette année à la mi-juillet, Denis a décidé de ne pas effeuiller pour protéger chaque grappe du soleil, afin qu’elle puisse mûrir dans de bonnes conditions, à ne pas grillée avant.  

Les vendanges se sont déroulé le 16 et 17 septembre avec 10 jours d’avance par rapport à 2019, dans de conditions sanitaires exceptionnelles.

Les vinifications sont en cours, une partie en cuves inox (80%) et une autre partie en barriques neuves de 400 l (20%), ensuite les élevages dans le bois nef à 90%.

Selon Denis, Lynsolence 2020, avec toutes les conditions favorables réunies, sera supérieure à 2019, qui était déjà un excellent millésime.

J’ai dégusté quelques lots au cours d‘élevage en cuve et en barrique, ce qui ressort encore une fois ce la qualité impressionnante de Merlots !

Maintenant laissons le temps au temps, les élevages sont en cours… RDV en avril 2021 pour les dégustations primeurs. 

En revanche, sur la Rive Gauche, suite à cette météo tumultueuse et imprévisible, la récolte des merlots s’est accélérée pour beaucoup de propriétaires à partir du 21 septembre.

La maturité était atteinte avec un état sanitaire parfait. La seule difficulté, ce jouer à cache-cache avec quelques précipitations et vendanger entre les gouttes, heureusement les baies de merlots n’ont pas du tout souffert, la plupart a été ramassé avant de fortes pluies.

Vu la situation instable, la récolte des cabernets a suivi celle des merlots, des maturités dans l’ensemble étaient abouties.

Hélas, pour certains propriétaires, une partie de vendanges se déroulée sous la pluie, ce qui a pu perturber quelques uns, car la plupart n’avaient pas connu une situation similaire depuis plusieurs années.

En général, l’état sanitaire de baies était parfait, gorgé du sucre avec de peaux fermes, donc ça n’a pas vraiment impacté la qualité de la vendange.

Les vendanges se sont terminées au cours de la première semaine d’octobre.

Les premières dégustations de jus après leurs fermentations alcooliques ont démontré qu’on a rarement vu les merlots avec une concentration aussi impotente en Médoc. La masse tannique, les anthocyanes, rapports acidité/sucre étaient parfaitement en place, mais attentions aux nombreux pièges.

En effet, il ne fallait surtout pas tomber dans le piège de vouloir travailler sur des extractions trop impotentes, il fallait travailler en douceur sur les cuvaisons et privilégier les macérations relativement courtes.

Les cabernets semblent être tout aussi qualitatif que les merlots grâce au printemps et l’été très ensoleillé, qui a profité à tous les cépages plus tardif du Médoc.

La parole est à eux

A Labegorce (Margaux) le top est donné le 16 Septembre pour les premiers coups de sécateurs sur les jeunes Merlots en 1ère année de production.

2020 est la première vendange vinifiée entièrement dans le nouveau chai qui permet le vrai travail d’orfèvre, parcelle par parcelle, terroir par terroir en toute sérénité.

A savoir que 65 ha en production sont divisés en 120 parcelles en fonction de leurs zones,  leur terroir et cépage. Grâce à ce nouveau chai, l’équipe peut orchestrer un réel travaille de la « haute couture » pour de vinifications et des assemblages en toute sérénité.

Pour la galaxie des crus Perrodo, le millésime 2020 fut un nouveau défi pour animer la première année les trois unités de production à Margaux soit à Labegorce, à Marquis d’Alesme et le dernier arrivé dans cette galaxie, au Château La Tour de Mons.

Il a fallu 200 personnes pour vendanger 110 hectares au total soit plus d’1 million de pieds de vigne, quelques 5 millions de grappes à couper et j’en passe…

Jusqu’au 24 Septembre, la Dame Nature fût généreuse, tous les Merlots ont pu bénéficier du travail « cousu main », parcelle par parcelle en toute sérénité.

Hélas, l’importante dégradation s’est installée du 25 au 27 septembre pour la seconde partie du ramassage, celle de Cabernets à partir du 28 septembre.

Ne voulant pas diluer la belle richesse de baies, il a donc fallu accepter d’accélérer la cadence, passer avant la tempête Alex en respectant un ordre de ramassage par terroir : sols graveleux en premier, suivis des gravelo-sableux, des limono-argileux pour  finir sur les terroirs argilo-calcaires et argileux.

Le vendredi 2 Octobre, les derniers coups de sécateurs soient donnés dans les vieux cabernets, gorgés d’anthocyanes, d’une qualité exceptionnelle.

Heureusement l’ensemble des raisins entait bien rentré à temps avant le week-end du 3-4 octobre qui restera malheureusement marqué par les dégâts impotents de la tempête Alex.

J’ai eu de la chance de déguster juste après les écoulages en présence de Fabien Raymond, le directeur technique, quelques lots, cépages par cépages ainsi que quelques assemblages, tout paressait vraiment très cohérent, bien en place.

Les Merlots étaient vraiment inimaginables, d’une qualité remarquable, riche, racée et très colorée. En revanche, les Cabernets ne paressaient pas vraiment « stressés » par ce ramassage un peu précipité, qui ont reçu au passage quelques gouttes de pluie. Les jus étaient riches, très colorés avec la trame fruitée très impotente, bel équilibre acidité/sucre, des tannins soyeux, mais fermes, ça promet.

Je hâte vraiment de déguster de assemblages finaux.  

A Lascombe (Margaux) il a fallu s’adapter, comme dans d’autres propriétés aux aléas climatiques afin de vendanger dans de conditions optimales quelques 120 ha de vignes dont 110 dans l’appellation Margaux. Le vignoble jouît de terroirs très complexes, de sols argilo-calcaires, calcaires, sol de graves argileuses et de graves.

Les Merlots qui constituent 50% du vignoble, à signalé que c’est une petite particularité dans le Médoc majoritairement planté en Cabernets, on pu être vendanger dans de conditions exceptionnels avant les fortes précipitations, en revanche pour les Cabernets il a fallu jongler avec la météo, suivre les maturités à la lettre et surtout ramasser au bon moment. Quelques Cabernets ont subi quelques goûtes, sans vraiment de conséquences notables.  Les dernier Cabernets ont été vendangé le 2 octobre, donc juste à temps avant la tempête Alex.

Aujourd’hui toutes les cuves ont fini les fermentations alcooliques, une partie est soutirée et entonné, les malos sont en cours.

Lascombe est équipée du système OXO pour entreposer les barriques, ce système permet de pivoter chaque fût, afin de remettre en douceur les lies en suspension sans bousculer le vin.

J’ai pu déguster quelques lots de Merlot et de Cabernets Sauvignon en cuve et en barrique. On voit déjà que les jus tiennent une belle promesse avec de très bons équilibres acidité/sucre, de tanins fermes et élégants, avec la notion fruité assez impressionnante, tout dans une grande sobriété. A suivre avec beaucoup d’intérêt...    

2020 c’est un millésime pas forcement homogène, qui promet très certainement de grands, mêmes de très grands vins sur les deux Rives. Cela dépendra beaucoup de terroirs, de la conduite de la vigne, de la façon d’élevage, bref il y a toujours beaucoup de paramètres qui rentrent en ligne de comptes. Ce qui est sûr d’ores et déjà, que c’est un millésime qui mérite qu’on en parle et qu’on aura très certainement beaucoup de plaisir à découvrir en printemps 2021 au moment de primeurs.

Adresses utiles :

http://www.vignoblesrobin.com

http://www.denis-barraud.com

http://www.chateau-labegorce.fr

http://www.chateau-lascombe.com

Commentaires fermés sur Vendanges 2020 à Bordeaux sous le signe de Merlots #premières dégustations


Massenez, 150 ans d’histoire de la distillerie Haute Couture #reportage

Alsace, la région viticole, connue dans le monde entier grâce sa fameuse route de vins, mais il ne faut pas ignorer son Art ancestral de la distillation de délicieuses eaux-de-vie de fruits, ce qui nous prouve depuis 150 ans la Distillerie Massenez.

Vallée de Villé

Crée en 1870 par Jean-Baptiste Massenez dans le Val de Villé, la région agricole et fruitière en Alsace. Ce jeune bouilleur de cru avec sa vision novatrice ouvre la voie à cette formidable aventure basée sur le savoir-faire.

Le travail acharné et l’innovation dure depuis 150 ans avec chaque génération successive qui a contribué et fait grandir ce joyau familial.

En commençant par Eugène Massenez, le fils de Jean-Baptiste, qui deviendra le maître distillateur, reconnu par ses pères, tandis que le petit fils Gabriel-Eugène fera connaître la marque Massenez dans le monde entier grâce aux grands chefs, comme Pol Bocuse qui ont proposé les eaux-de-vie de la marque aussi dans la gastronomie « made in France ».

Déjà la deuxième génération de Massenez se montre très avant-gardiste.

En 1913 Eugène Massenez distille pour la première fois la framboise sauvage, la reine des fruits rouges, qui connait très vite un succès sans précèdent et ce grâce à la Reine de Suède…Sa Majesté tombe amoureuse de cette Eau-de-Vie lors de l’un de ses séjours en Alsace.

C’est ainsi que Massenez devient le fournisseur officiel de la cour de sa Majesté le Roi de Suède. C’est une nouvelle fenêtre  qui s’ouvre pour cette eau-de-vie qui devient « féminine » consommer aussi par de femmes.

Sa finesse exceptionnelle, son élégance, ses notes de fruits frais ont très vite séduit le genre féminin. 

La troisième génération avec Gabriel-Eugène va donner dans les années cinquante une toute nouvelle voie en propulsant la marque dans la gastronomie, tout d’abord  parisienne avec de brasseries et de restaurants à la mode comme Maxim’s, aussi avec de très nombreux grandes tables étoilées de France et de Navarre.

Monsieur Pol Bocuse, « le pape » de la gastronomie française, ami fidèle de la Maison a fait connaître les eaux-de-vie Massenez en Asie et dans le monde entier.

La quatrième génération, dans les années quatre-vingt  avec Manou Massenez, la fille de Gabriel, poursuit cette quête internationale, s’impose encore plus dans la haute gastronomie avec de chefs mondialement connus comme Ducasse ou Savoy.

La marque commence à séduire de bartenders, commence à prendre une place dans la mixologie.    

La nouvelle ère s’ouvre avec la « cinquième » génération…

Aujourd’hui, depuis 10 ans (depuis 2010) Massenez est associé avec les Grandes Distilleries Peureux, son illustre voisin de l’autre coté des Vosges, leader mondial de la macération de fruits, qui se fait connaître par leur fameuses « Griottines » qui ont déjà fait le tour du monde.

Ce binôme avec la même vision de renouveau, de modernité offre une cure de jouvence à Massenez à travers de nombreuses innovations. En suivent de tendances actuelles, il cherche de nouveau consommateurs, plus jeunes, avec la création de la toute nouvelle gamme de  produits pour les cocktails « Miss Massenez » ou encore de nouvelles liqueurs pour féminiser l’image encore très masculine de spiritueux avec la création de la Liqueur de Poire « Golden Eight ».

C’est avec l’audace, que la Distillerie Massenez a bousculé les codes en passant pour la première fois du verger au potager avec ses distillats et liqueurs : de Concombre, Piments d’Espelette, Cèpes, Ail, Basilic, Thym, Tomate séchée et bien d’autres…

La gamme « Garden Party », a fait le bonheur par son  l’innovation, à la fois des mixologistes comme des grands chefs.

Massenez toujours à la pointe de l’innovation s’offre pour son 150e Anniversaire (septembre 2020) une toute nouvelle liqueur « Dom Pacello Royal Orange ».

Cette création divine à la base de zestes séchés et frais d’oranges douces et amères de provenances diverses soigneusement sélectionnés par le Maître Liquoriste, assemblé avec le cognac Ile de Ré Double Matured de la Maison Camus.

Ce liqueur rare, inégalable ouvre la voie à des accords improbables sucré et salé, coté bar et coté table, sans oublier la mixologie qui est en pleine effervescence aujourd’hui.

Ainsi, « Dom Pacello Royal Orange » devient la fer-de-lance de la Maison à la conquête du monde.

Massenez en quelques chiffres clef :

1870 – Création de la distillerie par Jean-Baptiste Massenez dans le Val de Villé

1913 – La première eau-de-vie de la Framboise Sauvage voit le jour

2010 – « Mariage de raison » avec les Grandes Distilleries Peureux

2011 – Création de la gamme « Miss Massenez » concentrés de cocktails

2016 – Création de la gamme « Garden Party » eaux-de-vie, liqueurs de légumes, de plantes, d’épices pour les mixologues

2017 – Création de la liqueur de Poire « Golden Eight »

2020 – Création de la liqueur « Dom Pacello Royal Orange » pour le 150e Anniversaire de la Maison

100 pays dans le monde achètent les eaux-de-vie et liqueurs Massenez

2010 – Bernard Baud prend la tête de la Distillerie Massenez.

Depuis 10 ans il joue sa partition sans aucune fausse note, à savoir que cette personnalité atypique dans le monde de la distillerie est aussi un musicien et compositeur avéré débordent de la créativité  sans limites.

Attendons la suite de cette formidable l’aventure Massenez, la voie est tracée…

Adresses utiles :

http://www.massenez.com

http://www.distilleriepeureux.com

Commentaires fermés sur Massenez, 150 ans d’histoire de la distillerie Haute Couture #reportage


Deux siècles de transmission, Séverine Frerson nommée la huitième Chef de caves de la Maison Perrier-Jouët #reportage

C’est une page de l’histoire qui se tourne et une nouvelle qui s’ouvre avec la transmission par Hervé Deschamps, le septième Chef des caves de la Maison Perrier-Jouët, à Séverine Frerson de son précieux héritage fondé sur le savoir-faire, ainsi elle devient officiellement la huitième Chef des caves de la Maison.

« Perrier-Jouët, c’est 37 ans d’année de vie, pour moi ce sont d’énormes expériences, c’est une quête permanente pour garder le style de la maison tout en créant des cuvées comme le Perrier-Jouët Belle Époque blanc de blancs ou le dernier Perrier-Jouët blanc de blancs. C’est désormais un temps pour céder la place et préparer le futur et de transmettre cet héritage ».  Hervé Deschamps

« (…) c’est avec une grande fierté que je reprends la suite d’Hervé, la maison Perrier-Jouët est une  maison que j’ai toujours eu dans ma tête, pour son âme, ses vins, son histoire et son patrimoine ».  Séverine Frerson

Séverine Frerson devient la huitième Chef de caves, et la première femme à occuper ce poste, de l’histoire de la Maison, qui n’a compté que sept Chefs de caves en plus de 200 ans, la Maison fondée en 1811 par Pierre-Nicolas Perrier et son épouse Rose-Adélaïde Jouët.

En outre, Séverine hérite les livres de cave historiques rassemblant les notes et les observations de tous ses prédécesseurs, et la clef de l’Eden, le légendaire caveau où sont conservés les millésimes les plus précieux, dont le flacon de 1825, mis en bouteille par les fondateurs, considéré aujourd’hui comme le plus vieux champagne au monde et bien d’autres trésors cachés.

Pierre Gagnaire, le Chef triplement étoilé

Pour clore ce moment historique, le chef triplement étoilé, ami de la Maison, Pierre Gagnaire a concocté un menu d’exception en accord avec quelques cuvées de la Maison servi en magnums comme : Belle Epoque Blanc des blancs 2006, Belle Epoque 1999 ou encore Belle Epoque 1985.

Hervé Dechamps, Bio express :

Hervé Deschamps a rejoint la Maison Perrier-Jouët à l’âge 26 ans en 1983, après son service militaire et ses études œnologiques à l’université de Dijon.

Il a fait ses classes auprès d’André Baveret, le Chef des caves à l’époque, qui est devenu son mentor.  

André Baveret, a décelé son talent et l’a encouragé à le développer. Hervé se souvient très bien du dernier conseil que lui a donné son prédécesseur lorsqu’il a pris sa succession en 1993 : « Maintenez Perrier-Jouët à son niveau. Avec de bons raisins, il est facile de faire de bons vins ».

C’était un défit énorme de maintenir cette Maison à son niveau, le faire grandir, évoluer vers le chemin d’excellence, jamais trahir son style floral, légèreté, finesse, si cher aux fondateurs.

Pendant toute sa carrière au sein de la Maison Perrier-Jouët, Hervé Deschamps n’était pas seulement un Chef de caves, mais l’ambassadeur de cette petite maison champenoise d’Epernay en lui donnant sa dimension internationale grâce à de nombreux voyages dans le monde en défendant haut et fort les couleurs de la Maison avec son style inimitable.

Hervé Deschamps, a laissé également un héritage matériel impressionnant, notamment deux cuvées emblématiques : le millésimé Perrier Jouët Belle Epoque Blanc de Blancs et le classique Perrier-Jouët Blanc de Blancs.

Ces deux champagnes cristallisent le savoir-faire historique de la Maison puisqu’elles révèlent la quintessence du Chardonnay choisi par les fondateurs comme le cépage signature de la Maison.

La première, issu de deux petites parcelles de vignes situées à Cramant, l’un des plus prestigieux villages classé Grand Cru de la Côte des Blancs est la plus belle expression d’un cépage, d’un terroir et d’une année.

Pour la seconde, en 2017, Hervé Deschamps complète la collection classique avec la cuvée Perrier-Jouët Blanc de Blancs, issu d’assemblage d’une vingtaine de parcelles, un champagne regorgeant d’arômes d’agrumes acidulés et de fleurs de haie.

Séverine Frerson, Bio express :

Après un stage lié à ses études d’œnologie chez Veuve Clcquot, elle rentre en 2002 comme œnologue chez Piper Heidsieck.

Pendant 16 ans fidèle à cette Maison, nommée aussi Chef des caves adjointe.

Depuis deux ans (octobre 2018) Séverine Frerson travaille main dans la main avec Hervé Deschamps en préparant sa succession.

Séverine, est une femme passionné et déterminé, ce qui lui a permis d’arriver au sommet de sa profession, puisqu’elle a été l’une des premières femmes Chef de caves d’une grande Maison de champagne.

Elle est guidée par son l’intuition et sa sensibilité ainsi que l’expérience de vingt ans du métier, dans ses choix des assemblages, ses mots d’ordre sont : la précision et la perfection, pas de place pour aucune fausse note.

Aujourd’hui le défi à relever pour Séverine est pérenniser le style et la qualité de la Maison Perrier-Jouët en le projetant dans un avenir prometteur.

Maison Perrier-Jouët en bref :

La Maison Perrier-Jouët fondée en 1811 par Pierre-Nicolas Perrier et son épouse Rose-Adélaïde Jouët.

Aujourd’hui elle appartient à Martell Mumm Perrier-Jouët, la prestigieuse branche cognac et champagne de Pernod Ricard, le n°2 mondial des Vins et Spiritueux. La Maison Perrier-Jouët s’inscrit dans la plus pure tradition des grandes Maisons de Champagne avec des vignobles exceptionnels et se reconnaît à son style floral et complexe de chacune de ses cuvées. Elle est propriétaire de 65 ha de vignes sur le plus beaux terroirs de la Champagne.

vignoble historique de la Maison à Cramant (Grand Cru)

Depuis sa collaboration en 1902 avec Émile Gallé, pionnier du mouvement d’Art Nouveau et à l’origine des anémones blanches du Japon qui ornent le flacon de la prestigieuse cuvée Perrier-Jouët Belle Epoque, la Maison Perrier-Jouët continue à abriter aujourd’hui de œuvres de nombreux artistes contemporains.

Adresses utiles :

http://www.perrier-jouet.com

Commentaires fermés sur Deux siècles de transmission, Séverine Frerson nommée la huitième Chef de caves de la Maison Perrier-Jouët #reportage


Pour 150e anniversaire d’Hennessy X.O. architecte Frank Gehry « revisite » la fameuse carafe de la Maison

C’est une incroyable rencontre entre la Maison cognaçaise Hennessy et l‘architecte Frank Gehry à l’occasion de 150ème anniversaire de Hennessy X.O. pour qu’il réinterprète la fameuse carafe emblématique de la Maison. 

Frank Gehry avec sa création originale

« C’est un honneur pour moi d’avoir été invité par la Maison Hennessy pour célébrer cet anniversaire.

Même, si j’jetais bien évidemment très enthousiaste, j’étais aussi intimidé. En effet, une bouteille de cognac est déjà une création en soi car on peut la sentir, la goûter et la toucher.

Il y a derrière cette bouteille une histoire puissante mais aussi tout l’engagement des personnes qui produisent ce cognac. »      Frank Gehry

Chaque œuvre architecturale de Frank Gehry est animée par le mouvement comme le sol qui se plie, comme les murs qui s’inclinent, comme les lignes qui défient la gravité…

C’est avec la même vision, le même engagement et la même curiosité pour la conception de tous ses œuvres architecturales, que Frank Ghery a réinterprété Hennessy X.O.

Pour la création de cette pièce exclusive, la carafe emblématique de Hennessy X.O. est enveloppée dans un écrin plissé de bronze couvert d’or 24 carats. Cette bouteille repose sur une sculpture de verre. En faite, cette pièce dans son ensemble est une sculpture toute en mouvement perpétuel animée par de reflets de lumière dans chaque plis. Son amour pour de formes, des textures et de matériaux souvent inattendus remonte dans les débuts de sa carrière quand il a crée de sculptures et du mobilier.

Chaque étape qui a permis de donner vie à l’idée et à l’inspiration de Frank Gehry pour réalisation de cette œuvre exclusive a nécessité de nombreuses heures d’attention, de soin, de patience et de minutie.

« Je voulais donner vie à Hennessy X.O, alors je me suis inspiré de son lieu de naissance et j’ai utilisé le froissement de la matière pour lui donner une sensation de mouvement. Les matériaux que j’ai choisis attrapent la lumière et en font un objet singulier à lui seul. C’est seulement ensuite que l’on s’aperçoit que c’est une bouteille de Hennessy X.O. »    Frank Gehry

Pour approfondir l’expérience autour de la carafe, Frank Gehry a développé un fusil en laiton et or, qui reflète le rituel du Maître Assembleur pour le service optimal du cognac extra old.

Pour renforcer l’effet de contraste, tous les éléments ont été emballés dans un étui en carton compressé.

Avec l’utilisation de cette matière, l’artiste rend notamment hommage à une série de mobilier en carton ondulé qu’il a imaginée dans les années 1970.

Cette création inédite pour Hennessy X.O. par Frank Gehry est disponible en 150 exemplaires numérotés avec la signature de l’artiste, son prix est de 15 000 euros.

A propos d’Hennessy X.O.

Hennessy X.O naît en 1870, fruit de la rencontre entre les deux hommes : Maurice Hennessy, quatrième génération de Hennessy à la tête de la Maison, et Emile Fillioux, troisième génération de Maîtres de chai. Partageant le même goût pour les eaux-de-vie anciennes, ils élaborent un assemblage inédit à l’architecture riche et complexe.

En revanche, la  fameuse carafe emblématique de la Maison né 1947, elle est crée par le neveu de Maurice, Gérald de Geoffre, âgé de 27 ans à l’époque.

Il imagine et dessine un flacon inédit, une carafe dite « pampre », dont le verre est sculpté d’un relief de branche de vigne avec ses feuilles et ses grappes, avec sa forme inspirée par le contour d’une grappe de raisin renversée.

Frank Gehry, sa bio express :

Frank Gehry, né en 1929 à Toronto, est considéré aujourd’hui comme le plus grand architecte vivant de notre époque.

Il a construit sa illustre carrière d’architecte depuis une bonne soixantaine années.

Ses travaux, sont connus et reconnus dans le monde entier, pour ne pas cité juste quelque uns comme : le Guggenheim de Bilbao, Guggenheim d’Abu Dhabi, le Walt le Disney Concert Hall de Los Angeles, le Musée des Beaux-Arts de l’Ontario, l’Opus Tower de Hong Kong, Hôtel Marqués de Riscal en Espagne ou encore la Fondation Louis Vuitton à Paris… la liste est encore très longue.

Chacune de ses œuvres est conçue autour d’une philosophie commune : créer des bâtiments qui s’inscrivent dans l’environnement et la culture des lieux où ils sont situés.

Frank Gehry a obtenu sa licence d’architecture à l’Université de Californie du Sud en 1954, a étudié l’urbanisme à l’Ecole de Design d’Harvard jusqu’en 1957.

Tout au long de sa carrière, il a reçu des titres honorifiques d’institutions réputées telles que la Rhode Island School of Design, l’Université de Princeton et plus récemment l’Université d’Oxford.

Il a également occupé des postes d’enseignement dans de nombreuses universités, dont Harvard, UCLA et Yale, où il est toujours enseignant.

Ses travaux d’architecture lui ont valu de nombreux prix prestigieux comme les Prix Pritzker, Friedrich, Kiesler ainsi que la médaille présidentielle de la liberté décernée par Barack Obama.

Aussi, il faut citer quelque de ses nombreux projets en cours comme : le Museum of Art de Philadelphia, un nouveau centre pour le Youth Orchestra Los Angeles (YOLA), et le Dwight D. Eisenhower Memorial à Washington, D.C.

Adresses utiles :

http://www.hennessy.com

Commentaires fermés sur Pour 150e anniversaire d’Hennessy X.O. architecte Frank Gehry « revisite » la fameuse carafe de la Maison



%d blogueurs aiment cette page :