vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


L’histoire d’un vignoble oublié de Leonard da Vinci au cœur de Milan # visite guidée

L’histoire d’un vignoble oublié de Leonard da Vinci au cœur de Milan.

 

 

 

 

Il y a 5 siècle, en 1519 disparaissait le plus grand Maître de la Renaissance, Leonard da Vinci, le génie mondialement célèbre grâce à la Joconde (1503) et la Cène (1498).

 

Il y un pourtant un épisode dans la vie du Maître, méconnu, plutôt oublié qui mérite une chronique.

C’est une histoire oubliée qui relie Léonard de Vinci à la ville de Milan, tout simplement l’histoire d’un vignoble. 

 

Ce vignoble offert à Leonard en 1498 par Ludovico il Moro, duc de Milan, autour duquel courent des nombreux légendes impliquant le génie, ses œuvres et ses disciples.

 

C’est précisément sur ces terres, au XVIe siècle, que la famille Atellani possédait la Casa degli Atellani en face de Santa Maria delle Grazie à Milan, dans le jardin de laquelle se trouvait le fameux vignoble de Leonardo.

 

 

Aujourd’hui replanté parfaitement comme autrefois, en respectant sa disposition, sa taille et son cépage d’origine, celui de Malvasia di Candia Aromatica, cépage originaire de Crète, ramené en Italie par les Vénitiens.

 

 

 

 

 

Bref rappel historique :

 

En 1482, Léonard de Vinci quitte Florence et arrive à Milan, à la cour de Ludovico Maria Sforza appelée il Moro.

À l’époque, tous les deux, lui et Ludovico ont 30 ans.

En 1495, Ludovico lui confie une tâche impotente de peindre une Dernière Cène, le dernier repas entre Jésus-Christ et ses apôtres, une peinture murale pour le réfectoire du couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie à Milan.

 

La Cène de Leonardo est l’une des peintures les plus célèbres au monde, que Maître réalisa entre 1495 et 1498.

 

 

En guise de remerciement, en 1498, Ludovico offre à Léonard de Vinci la minuscule propriété viticole, un vignoble d’environ 16 rangs.

Leonardo avait une passion pour la vigne, fût un grand amateur du vin.

Nous pouvons facilement imaginer Leonardo, au coucher du soleil, après une longue journée de travail, alors qu’il quitte le chantier de la Cèna, traverse le Borgo delle Grazie et en passant par la maison de l’Atellani, va apprécier et contempler ce petit vignoble au fond d’un grand jardin.

Cependant, une histoire sombre touche la famille de Ludovico, en avril 1500, les troupes du roi de France battent et emprisonnent les Moro.

A ce moment, Leonard quitte Milan, confie son vignoble au père de son élève préféré Gian Giacomo Caprotti, dit Salaì.

Mais, Léonard n’a jamais cessé de prendre soin de sa vigne, elle a été toujours dans son cœur, il le récupèrera.

En 1519 sur son lit de mort il le citera dans son testament, en laissant une partie à l’un de domestiques et une autre à Salaì.

 

Le projet scientifique

 

Le vignoble de Leonardo da Vinci renaît en 2015 à l’occasion de l’Exposition Internationale à Milan.

Il faut ajouter que ce vignoble a été complètement détruit en 1943 par les bombardements des Alliées lors de la seconde guerre mondiale.

Elle a pu être reconstituée grâce à la volonté de la Fondation Portaluppi et des propriétaires actuels de la maison Atellani, grâce aux études d’œnologue et annaliste sensoriel Luca Maroni, grâce à la contribution décisive de l’Université de Milan et au finale grâce aux généticiens et aux experts en ADN de la vigne.

 

Sans la volonté, les efforts et le professionnalisme de tous ces experts, nous ne connaîtrions probablement jamais cette minuscule vigne du Maître au cœur de Milan, endroit au quel il tannait tant.

 

Adresses utiles :

http://www.vignadileonardo.com

 

 

Commentaires fermés sur L’histoire d’un vignoble oublié de Leonard da Vinci au cœur de Milan # visite guidée


La série de belles bulles # 3 Krug Grande Cuvée 162ème édition

La Maison Krug présente sa Grande Cuvée 162ème édition composée autour de la vendange de 2006

 

 

 

Krug Grande Cuvée 162ème Édition, composée autour de la vendange 2006, est un assemblage de 163 vins de 11 années différentes, le plus vieux datant de la vendange 1990 et le plus jeune de celle de 2006.

 

Pour Olivier Krug, directeur de la Maison Krug et membre de la sixième génération de la famille, chaque année constitue une recherche minutieuse à créer un assemblage élaboré à partir d’une bibliothèque de près de 400 vins. Cet assemblage doit illustrer avec le plus grand respect l’individualité de chacun de ces vins, ainsi que la diversité des parcelles champenoises et les différentes années de récolte.

 

Tout au long de l’année, Éric Lebel, chef de cave et le Comité de dégustation auditionnent 2 à 3 fois les 250 vins de l’année.

Les 150 vins de réserve, issus de 14 années différentes, sont dégustés une seule fois au printemps.

Éric Lebel enregistre plus de 4000 notes de dégustation, qu’il consulte avant de prendre toute décision concernant l’assemblage : la mélodie singulière de chaque vin, son caractère particulier, son niveau de fraîcheur, son intensité, sa rondeur et sa profondeur ; autant d’éléments cruciaux à la création d’un ensemble.

Chacune de ces créations est considérée comme un orchestre qui joue en harmonie la musique du Champagne.

 

« Dans l’assemblage final de Krug Grande Cuvée 162ème Édition, j’ai décidé de retenir 40% de vins de réserve provenant de 10 vendanges différentes, sélectionnés dans notre vaste bibliothèque de vins de réserve. Leur fraicheur, leur vivacité et leur intensité contrastent avec le caractère plein et la rondeur des vins de 2006.

Lorsque nous créons un assemblage pour un nouveau millésime de Krug, nous souhaitons raconter l’histoire de l’année, avec tout ce qui nous a surpris et ravi.

En 2006, les trois cépages se sont montrés particulièrement généreux, avec une belle maturité sur toutes les parcelles sélectionnées. Ce fut une année faste pour les Meuniers, élégants et équilibrés, aux notes de poire et de pomme.

Les Chardonnays étaient classiques, avec leurs arômes amples, et les Pinot Noirs de la Marne ont révélé une structure prometteuse et un grand potentiel ».

Eric Lebel, Chef de cave de la Maison Krug

 

 

La Maison Krug en bref :

 

Krug a toujours fait l’honneur à sa réputation de première et seule Maison de Champagne qui recrée tous les ans des cuvées de prestige depuis sa création.

La Maison a été fondée en 1843 à Reims par Joseph Krug, homme visionnaire non conformiste, doté d’une philosophie exempte de tout compromis.

Son rêve était d’offrir le meilleur Champagne chaque année, indépendamment des aléas climatiques.

En respectant l’identité de chaque parcelle pour préserver et révéler le caractère de son vin, et en constituant une vaste bibliothèque de vins de réserve issus de nombreuses années différentes, Joseph Krug a pu accomplir son rêve.

Avec une approche très originale de la création de Champagne, il a décidé d’aller au-delà de la notion de millésime afin de créer, chaque année, l’expression la plus généreuse de la Champagne.

Ainsi, il a su fonder une Maison d’exception, dont tous les Champagnes sont des cuvées de prestige.

Six générations de la famille Krug se sont succédées, et continuent de perpétuer ce rêve, tout en enrichissant la vision et le savoir-faire du fondateur.

 

Aujourd’hui c’est Julie Cavil qui vient d’être nommée chef de caves de la maison Krug et prend officiellement ses fonctions au début de cette année 2020.

Julie, une étoile montante dans ce monde encore très masculin des œnologues et de chefs de caves en Champagne. Elle a repris la baguette d’Eric Lebel pour diriger l’orchestre, son orchestre sans aucune fausse note.

Elle est rentrée chez Krug pour la vendange 2006 et après avoir travaillé durant treize ans auprès d’Eric Lebel, Julie Cavil prend donc les rênes des vins et des relations vignobles de cette maison, l’une de plus emblématiques de la Champagne.

De son côté, son professeur, son maître, son complice, Eric Lebel assumera un rôle lié aux vins, au développement et au marketing au sein de la direction de la Maison géré par Olivier Krug.

 

Adresses utiles :

http://www.krug.com

 

 

Commentaires fermés sur La série de belles bulles # 3 Krug Grande Cuvée 162ème édition


Philippe STARCK dévoile sa Nouvelle Affiche des Grands Crus Classés en 1855 (Médoc & Sauternes)

Philippe Starck signe la Nouvelle Affiche des Grands Crus Classés en 1855  (Médoc & Sauternes)

 

 

 

Le Conseil des Grands Crus Classés en 1855 (Médoc & Sauternes) est l’organisme officiel en charge de la défense et l’illustration du Classement des vins de Bordeaux, issu de l’Exposition Universelle de Paris en 1855, à la demande de l’Empereur Napoléon III.

L’histoire de ce Classement se mêle sans cesse entre l’art, les artistes et les grands vins de Bordeaux.

La nouvelle affiche réalisée par Philippe Starck, l’un de plus grands créateurs français, en est une preuve supplémentaire.

Cette nouvelle affiche avec les noms des Grands Crus Classés en 1855 associant sa vision artistique aux grands vins, qui sont les animateurs d’un Art de Vivre à la Française.

 

« Un grand vin est l’une des plus admirables architectures d’atomes connues dans ce monde. » Philippe STARCK

 

 

 

Affiche de Philippe Starck succède aux œuvres de peintre Carl Laubin puis de photographe Yann Arthus Bertrand.

 

Bref rappel :

 

En 1989, le peintre anglais Carl Laubin avait réalisé un tableau original des façades des châteaux des Grands Crus Classés à l’occasion de l’exposition au Centre Georges Pompidou, «Châteaux Bordeaux ».

Cette exposition et son tableau a rencontré un très vif succès.

 

Puis en 2008, ce l’un des plus grands photographes français, futur académicien et Président de Good Planet, Yann Arthus Bertrand, qui a réalisé une affiche des bouteilles des Grands Crus Classés « humanisées ».

En effet, son idée était de symboliser avec les mains qui tiennent les bouteilles, les hommes et les femmes qui œuvrent tous les jours à la conception de ces grands vins.

 

Adresses utiles :

http://www.grand-cru-classe-1855.com

http://www.starck.fr

 

 

 

Commentaires fermés sur Philippe STARCK dévoile sa Nouvelle Affiche des Grands Crus Classés en 1855 (Médoc & Sauternes)


La série de belles bulles # 2 La Magie d’une seule lettre « S » de Salon

Champagne Salon, Le Mesnil Grand Cru, unique et inimitable

 

 

Millésime 2008, le dernier né de la Maison Salon, à peine sorti de caves, déjà au Panthéon de plus grands vins du siècle…

 

L’histoire de Champagne Salon est avant tout l’histoire d’un homme visionnaire, esthète, amoureux fou du champagne, Eugène-Aimé Salon.

Ce jeune homme, fils d’un charron champenois, ne manque ni de l’audace ni de ressources, ni d’imagination, brillant et intelligent, très actif pour ses affaires de Paris à New York, il rêve du plus beau champagne qui soit, d’un vin singulier qui ne serait qu’à lui, d’un champagne unique qu’il créa dans les années 1900, pour son seul plaisir, d’abord, et celui de ses amis, le premier millésime connu de champagne Salon est le 1905.

Tout est placé dans ce vin d’exception sous le signe de singularité, tout est unique : à l’origine est un champagne d’un homme celui d’Aimé Salon, d’un seul terroir, la Côte des Blancs, d’un seul cru, Le Mesnil-sur-Oger Grand Cru, d’un seul cépage, le chardonnay et pour finir d’une seule année, sans aucun assemblage, donc produit uniquement dans des années exceptionnelles, aptes à un long vieillissement.

C’est grâce à son beau-frère, Chef de Caves qui le conseille, Aimé Salon choisit son terroir, la Cote des Blancs, le meilleur cru, celui du Mesnil, les meilleures parcelles, celles du haut du village.

 

Ainsi né le Champagne Salon, un champagne unique, qui est complètement à contrecourant de la tradition Champenoise.

 

Aimé Salon en régale ses nombreux amis, ainsi il crée la Maison Salon en 1920 autour de cette clientèle amoureuse de son champagne, Oui le pari est gagné.

 

Située au Mesnil-sur-Oger, sur la Côte des Blancs, la Maison Salon n’a qu’un seul champagne, la Cuvée S de Salon.

 

Ce champagne provient de la parcelle d’un hectare juste devant la Maison, nommée « le Jardin de Salon » et de dix-neuf autres petites parcelles du Mesnil, sélectionnées par Aimé Salon dans les années 1900.

 

Dans ces Année Folles on trouvera le Champagne Salon dans les lieux les plus courus de la capitale comme chez Maxim’s qui en fera son champagne maison et depuis le millésime mythique 1928 qui lui vaudra la reconnaissance unanime des connaisseurs.

 

Cette quête de la singularité, de la perfection à chaque même minuscule étape d’élaboration de Champagne Salon perdure jusqu’à nos jours.

Or, n’est unique que ce qui est parfait.

 

Le terroir du Mesnil sur le sol calcaire, son microclimat offre à ce vin d’exception la pureté, le caractère, la personnalité sans détour.

 

Depuis le millésime 1928 qui vaudra à Salon la reconnaissance unanime, l’exigence reste toujours la même, seul les années exceptionnelles sont commercialisées, en moyenne 3 millésimes par décennie.

Chaque millésime reste en cave minimum 10 ans afin de révéler en douceur la complexité, le raffinement et la race du terroir unique du Mesnil.

 

A peine d’un siècle plus tard, la Maison Salon réaffirme haut et fort sa position légendaire avec la sortie du millésime 2008.

Pour la première fois de son histoire il a été produit uniquement en magnum, 8000 et pas un de plus, il est conditionné dans une caisse œnothèque accompagné de 4 autres millésimes : 2007, 2006 et 2004.

Cette caisse d’exception contient un magnum de Salon 2008, deux bouteilles du millésime 2007, deux de 2006 et deux de 2004.

 

Millésime 2008, le dernier né de la Maison Salon, est déjà au Panthéon de plus grands vins du siècle.

 

2008 est considéré comme un millésime d’anthologie, légendaire, tout d’abord par sa qualité d’une année exceptionnelle et par sa rareté, car c’est la plus petite vendange jamais récoltée chez Salon avec seulement 8000 magnums produits, c’est aussi l’une des plus qualitatives.

 

A son juste titre, il trouve sa place à coté des ces rares millésimes légendaires comme : 1982, 1966 et celui de 1928, qui lui a valu sa reconnaissance et l’aura de tous les amateurs de champagne à l’époque.

 

Ce millésime 2008 repousse à l’extrême le niveau de l’exigence et marque ainsi le XXIe siècle de son empreinte.

Elever le vin exclusivement en magnum s’est alors imposé comme une évidence : le flacon idéal à une maturation lente et délicate fais entrer Salon 2008 au Panthéon des plus grands vins du siècle.

Avec le millésime 2008, Salon réalise un « Rêve », tandis qu’avec 2007 brille la « Lumière ». Le « Romantique » 2006 succède à la « Sérénité » de 2004.

Tous ces millésimes ont été dégorgés ensemble en janvier 2019, bouteilles sont estampillées « édition 2019 » afin de le différencier de leurs commercialisations antérieures.

 

 

Didier Depond, gardien du Temple

 

 

Depuis une bonne vingtaine d’années, Didier Depond veille sur la qualité sans faille de champagne Salon, continue avec la plus grande exigence l’œuvre d’Aimé Salon, fondateur de la Maison.

 

Bio express :

 

Originaire de la Vallée de la Loire, Didier Depond né à Tours en 1964, dans une famille de viticulteurs, donc depuis son le plus jeune âge est habitué à la vigne et au vin avec toutes ses exigences.

Après les études commerciales, entre chez Laurent-Perrier en 1986, où il découvre avec passion les arcanes des grands champagnes, il en acquiert le savoir-faire, développe avec rigueur et l’enthousiasme son goût et son sens de l’exception.

Nommé responsable de Laurent-Perrier Diffusion prend en charge la distribution des portos Taylor’s, des vins Marqués de Riscal, des vins de Bordeaux, des vins de Bourgogne, ainsi il acquiert une riche expérience dans le domaine des vins et des spiritueux.

En 1994, Didier Depond devient responsable du marketing opérationnel pour l’ensemble des champagnes, vins et spiritueux distribués par la Maison Laurent-Perrier.

Depuis 1997, tout d’abord avec Alain Terrier puis Michel Fauconnet, Chefs de Caves, il veille aux destinées des deux prestigieuses Maisons du Mesnil-sur-Oger : la Maison Salon et la Maison Delamotte, en tant que Président.

Il y cultive avec l’exigence, l’image singulière de ces deux Maisons d’exception de la Champagne.

 

 

 

Adresses utiles :

http://www.salondelamotte.com

 

 

 

 

Commentaires fermés sur La série de belles bulles # 2 La Magie d’une seule lettre « S » de Salon


Voyage dans l’AOC Côtes de Bordeaux, quelques coups de cœur à l’horizon # reportage

L’année 2019 s’achève en fanfares pour AOC Côtes de Bordeaux qui fêtent leurs 10 ans de mariage heureux…

 

 

2019 est une date impotente pour AOC Côtes de Bordeaux, elles fêtent 10 ans d’union entre les vignerons de 5 Côtes bordelais : Blaye, Cadillac, Castillon, Franc et Sainte-Foy.

 

« 10 ans de réussites collectives !

Partir à la conquête de nouveaux marchés, telle est l’ambition des 1000 vignerons visionnaires qui ont créé l’AOC Côtes de Bordeaux. Un défi relevé avec brio au regard de nos performances économiques et de notre poids dans l’ensemble des appellations françaises : 67 millions de bouteilles produites, soit 1 bouteille par Français, 10% de la production bordelaise.

En parallèle, notre part de marché export a connu une ascension fulgurante, et nos vins se sont également valorisés (…)

… Mais aussi 10 ans de partage et d’innovation ».

Stéphane Héraud, Président de l’AOC Côtes de Bordeaux

 

Les vignerons de chacune de ces 5 appellations, œuvre chaque jours avec beaucoup de conviction pour la qualité et la reconnaissance de leurs vins.

 

Dans chacune d’elle il y a de stars, de locomotives qui entrainent les autres dans l’aventure collective.

 

Il ne faut pas ignorer, que dans sa totalité AOC Côtes de Bordeaux est une très grosse machine économique avec

12 000 ha de vignes (dont 15% de la superficie est certifié en agriculture biologique).

2ème AOC en production à Bordeaux avec 10% des volumes de vins de bordeaux.

4ème AOC de vins rouges vendus en France et 15 millions de bouteilles vendus à l’export.

 

C’est qui m’intéresse aujourd’hui c’est la démarche environnementale de vignerons de Cotes de Bordeaux, elle est irréversible, on voit un engagement et une forte sensibilité de tous à l’environnement avec 15% de la production totale certifié en bio

(10% à Blaye, Cadillac et Saint-Foy, 25% à Castillon, 20% à Francs).

Vignerons en biodynamie ou en conversion sont plus en plus nombreux, la voie est ouverte sans détour.

De labels comme Terra Vitis, HVE (Haute Valeur Environnementale) ou encore certification ISO 14001 (respect de l’environnement) devient une voie de l’avenir, une prise de conscience quotidienne afin de préserver les vignobles et son environnement pour les générations futures.

 

La région jouit aussi d’un patrimoine historique très ancien, l’histoire commence ici au IIe siècle avec les Romains qui plantent la vigne, sur ces fameux coteaux, les premiers plans de « Vitis Biturica ». Et si on croit aux écrits du poète Ausone, ces vignes ont produits le vin si réputé qu’il était connu jusqu’à Rome.

 

 

CASTILLON

 

 

Personnellement j’ai une très grande affection pour cette appellation, pour la qualité exceptionnelle de ses terroirs, de ses vins, si diverses et si proches au même temps.

Avec 2 300 hectares de vignes et 230 propriétaires, c’est une AOC plutôt discrète malgré quelques « stars » présentes sur l’appellation, comme Stéphane Derenoncourt, Comte Stephan Von Neipperg, la famille Bécot, la famille Mitjavile et j’en passe…

Des styles divers, des personnalités bien marqués, du soyeux, les vins de Castillon Cotes de Bordeaux sont des vins de créateurs.

Castillon bénéficie de terroirs très complexe proches de Saint-Emilion, de sols graveleux près de la rivière de Dordogne, argileux en pied de coteaux qui deviennent argilo-calcaires puis calcaires sur les plateaux.

Vignoble de Castillon profite d’une situation géographique privilégiée et exceptionnel avec une exposition plein sud et un dénivelé d’altitude de plus de 100 mètres avec son climat océanique, orienté vers une tendance continentale.

Tout est réuni à la production de vins d’une grande qualité.

 

Découverte

 

Rencontre avec :

 

Frédéric Thibeau, Château Les Fleurs de Trentin à Sainte Colombe.

 

 

Aujourd’hui c’est Frédéric qui gère cette propriété familiale qui passait de père en fils depuis plusieurs générations.

20 hectares de vigne engagés dans une démarche de viticulture biologique depuis 2009, certifié dans sa totalité en 2012.

Ses vignes à Sante Colombe bénéficient d’un terroir magique argileux-calcaire sur les coteaux avec un encépagement planté majoritairement en Merlot, et Cabernet Franc avec une petite touche de Malbec et Cabernet Sauvignon.

A la cave pas d’extravagances, tout est traditionnel, vinifications dans de cuves en ciment et en inox sans oublier le passage en barriques pour certaines cuvées.

 

 

Les vins :

Château Lavergnotte (70% Merlot 30% Cabernet Franc)

Les Fleurs de Trentin (100% Merlot)

Cuvée Nathanoé (100% Merlot)

 

 

Rencontre avec :

 

Gérald Lecomte (Page, AOC Castillon Cotes de Bordeaux à Saint Philippe d’Aiguilhe)

 

 

Né en 2012, Page est un projet fou, une aventure commune de deux passionnés Patrick Honnef et Gérald Lecomte venu chacun d’un horizon différent.

Page est une cuvée issue de 4 parcelles, au totale d’1,40 hectares de vieilles vignes de 30 à 60 ans, dans sa totalité en viticulture biologique en cours de certification prévue en 2020.

1 hectare de Merlot et 0,4 hectare de Cabernet Sauvignon sur le terroir parfaitement argilo-calcaire de plateau Joanin.

 

 

Coté cave, le vin est vinifié dans les cuves inox, ensuite élevé pendant 18 mois dans les barriques de 225 l à 500 l de chêne français 50% nef, assemblage finale 70% Merlot 30% Cabernet Franc pour une production ultra confidentielle de 3000 bouteilles à l’année.

 

 

SANTE-FOY

 

Entourant la bastide historique de Sainte-Foy-La-Grande, sur des coteaux longeant la Dordogne s’épanouissent les vignobles de Sante-Foy Côtes de Bordeaux.

 

Sur 664 hectares de vignes, les 23 vignerons passionnés produisent des vins avec une forte personnalité, de vins de caractère, de vins avec de notes de fruits rouges et de cerise.

 

Le sol majoritairement argilo-calcaire avec de des graves au bord de la Dordogne. L’appellation bénéficie d’un climat assez tempéré, avec une tendance continentale.

 

Découverte

 

Rencontre avec :

 

Christophe et Bénédicte Piat propriétaires de Château Couronneau

 

 

Couronneau est une très ancienne propriété viticole du XVème siècle de 40 ha de vignes dont 10 hectares en appellation Saint-Foy, le reste en Bordeaux Supérieur.

La famille Piat a repris le Château en 1994 et dès 1997 passés déjà en viticulture biologique.

Ils étaient les véritables pionniers de cette démarche dans l’appellation.

Aujourd’hui tous les vins sont issus de raisins certifié en l’agriculture biologique et biodynamique.

 

Le château Couronneau produit 4 types de vins :

 

 

La Cuvée Pierre de Cartier,

Le Château Couronneau (blanc et rouge),

L’Ecuyer (rouge)

Volte-Face (rouge)

 

Christophe aime les défis, son chai c’est un véritable laboratoire de recherches avec les vinifications parcellaires, les vinifications dans les amphores.

 

 

Pour lui, il faut toujours aller plus loin dans ses recherches pour exprimer et valoriser au mieux son terroir en lui apportant de méthodes de vinification appropriée, afin de ressortir le caractère bien particulier de chaque parcelle.

 

 

CADILLAC

 

 

 

L’AOC Cadillac Cotes de Bordeaux propose sur ses 2000 hectares de vignes des vins de savoir-faire, subtils et délicats produits par 250 vignerons dans l’appellation.

La vigne s’épanouisse ici sur le terroir aux sols calcaires recouverts de graves caillouteuses sur les sommets, argilo-calcaires en milieu de pente, graves fines mêlées de silices au pied des côtes.

Le fleuve contribue à la singularité des vins de Cadillac Côtes de Bordeaux grâce au climat tempéré qu’il génère sur la totalité de l’appellation.

 

Découverte

 

Rencontre avec :

 

Nea Berglund, une jeune propriétaire de Château Carsin dans l’appellation AOC Cadillac Côtes de Bordeaux.

 

 

C’est une jeune femme dynamique et souriante qui ne manque ni d’audace, ni d’humeur, toujours très volontaire et à la recherche de nouvelles idées et de la perfection.

C’est avec son père Juha, tous les deux gèrent ensemble la propriété.

 

 

Juha Berglund, d’origine finlandaise, achète en 1990 cette jolie propriété, aujourd’hui de 21 hectares de vignes, dont 18 hectares qui produisent le vins du Château.

Le château Carsin est une vieille propriété qui a été mentionné pour la première fois en 1759 lorsque le terrain où il se trouve a été relié au château Salins dans la ville médiévale de Rions.

Au début du XIXe siècle, il devint une propriété à part entière avec 17 hectares de terres.

Aujourd’hui la famille Berglund cultive les vignes dans le plus grand respect de la nature et dans le respect de pratiques durables.

 

L’année 2003 marque un tournant, le domaine passe à la viticulture biologique, aujourd’hui en conversion pour une certification officiel (en 2021).

Dès 2015 Nea, avec son diplôme d’œnologie en poche prend en charge toutes les vinifications et la vigne. Son credo : mettre en évidence les caractères authentique de sols viticoles de Carsin et le traduire dans le verre.

 

 

Côté cave, les vins sont élaborés dans le plus grand respect de terroirs, ils reflètent les fruits de la vigne de différentes parcelles.

Le travail à la vigne est indissociable avec le respect total de la nature, en préservant la biodiversité pour obtenir la meilleure qualité de chaque grappe.

 

Neuf cépages sont cultivés : Merlot, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon, Petit Verdot, Carmenere, Malbec, Sauvignon Blanc, Sauvignon Gris et Sémillon, ce qui donne de possibilités très larges pour des assemblages de vins.

 

 

En 2017, Nea commence à expérimenter des amphores en argile pour des vinifications de vins blancs et rouges.

Dans la démarche d’avoir les vins plus fruités et plus frais, les amphores sont une alternative intéressante aux fûts de chêne.

Dans sa gamme Carsin sort un 100% Carmenere et 100% Cabernet Franc vinifié dans des amphores, ainsi qu’un Sauvignon Blanc.

Une expérience très concluante qui mérite une réflexion plus approfondie pour les millésimes à venir.

 

 

Aujourd’hui, l’effort est mis dans le travail dans les vignes et moins interventionniste dans la cave.

Pour Nea, ses vins doivent présenter les caractères et l’authenticité des sols des différentes parcelles.

Ce travail minutieux dans le vignoble avec de vinifications simples lui permet à se démarquer des nombreux producteurs de l’appellation.

 

 

FRANCS

 

C’est la plus petite et la plus orientale de tous cinq appellations, AOC Franc Côtes de Bordeaux avec les 435 hectares de vignes cultivées par 37 producteurs lui donne un petit air de rareté.

 

 

L’AOC Franc Cotes de Bordeaux, coincé entre les vallées de la Dordogne et de l’Isle à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Bordeaux, jouxtant Saint Emilion et Castillon la Bataille est repartie sur trois petites communes : Francs, Saint-Cibard et Tayac.

Son terroir est composé de calcaires à astéries recouverts de molasses calcaires dites de «l’agenais».

Climat est parfaitement continental sec et rigoureux en hiver, chaud en été.

Les vignobles à l’Est sur les coteaux élevés bénéficient d’ensoleillement plus marqué.

Trois cépages principaux sont cultivés dans l’appellation : Merlot, Cabernet Sauvignon et Cabernet Franc.

 

Découverte

 

Rencontre avec :

 

Frédéric Marque, propriétaire de Château Puyfromage dans l’appellation Franc Côtes de Bordeaux.

 

 

Pour Frédéric sa devise et son engagement sont simples :

« Pour un viticulteur le raisin est l’expression naturelle de son terroir, le goût du vin c’est avant tout le goût du terroir ».

 

Château Puyfromage date de 1574, propriété de la famille Marque-Albert depuis plusieurs générations.

C’est l’une de plus impotente propriété de l’appellation avec 53 hectares de vigne sur les coteaux, tous repartis sur une cinquantaine de parcelles, sur le terroir de molasses calcaires, de pierres calcaires, de sable et d’argile, en revanche sur le plateau le sol est parfaitement calcaire d’origine fluvio-lacustre et marine.

Si bien dans la vigne que dans la cave la démarche environnementale est une évidence et une préoccupation majeure du propriétaire avec une certification HVE (Haute Valeur Environnementale) en 2017 et ISO 14001 en 2015.

 

Coté cave, les vins sont vinifié en cuve inox ou ciment, élevé en cuve ou barriques de chêne français.

 

 

BLAYE

 

La plus grande AOC de cinq Cotes, Blaye Côtes de Bordeaux avec ses 6000 hectares de vignes, dont 10% en agriculture biologique, cultivés par 450 producteurs, c’est aussi l’une de plus grande appellation de Bordelais.

 

L’Appellation dynamique et moderne, des vins et des vignerons sont aussi accessibles que conviviaux.

Sans oublier qu’elle représente à elle toute seule une grosse machine économique avec une production de 37 millions de bouteilles par an, vendues à 85% sur le marché français (15% à l’export). La production de vins rouges est quasi totale à 90%.

Et pour finir avec les chiffres elle est la 5e appellation de vins rouges commercialisé en France.

 

Dominant l’Estuaire de la Gironde, vignoble de Blaye est constitué d’un terroir riche avec une diversité importante.

À l’ouest de l’appellation, autour de la ville de Blaye, les sols sont majoritairement argilo-calcaires permettent au cépage Merlot de révéler tout son potentiel aromatique.

Au nord, les sols de sables et graviers sont propices pour le développement des arômes subtils du cépage Sauvignon blanc.

Au sud-est, une grande diversité de sols permet à chacun de cépages de s’exprimer sur le terroir le mieux adapté pour révéler tout son potentiel.

Vignoble de Blaye est cultivé en majorité à flanc de coteaux bénéficiant de conditions d’ensoleillement idéales.

Son encépagement est majoritairement en Merlot (environ 70%) avec Cabernet Sauvignon et Malbec.

 

 

Conclusion :

 

La démarche environnementale des vignerons de Cotes de Bordeaux ne date pas d’hier.

Très soucieux de préserver et de transmettre le patrimoine aux générations futures, ils sont investis dans la protection de leur terroir, de la nature, ils présentent une forte sensibilité à l’environnement depuis de nombreuses années.

 

 

Aujourd’hui 15% de Côtes de Bordeaux sont en agriculture biologique soit :

10% à Blaye, Cadillac, Sainte-Foy

25% à Castillon

50% à Francs

Ce qui représente plus que double par rapport à la moyenne de vignobles de Bordeaux (7%)

De plus en plus de vignerons ont intégré le SME (Système de Management Environnemental) du vin de Bordeaux.

Le SME implique les vignerons sur cette thématique en les conduisant à l’obtention de la certification environnementale souhaitée : ISO 14001 et/ou HVE (Haute Valeur Environnementale).

 

10 ans de performance et de réussite collective de Côtes de Bordeaux

 

Export a doublé passe de 11% à 23%

Commercialisation de vins en bouteille passe de 45% à 68%

Les volumes export on progressé de +30%

 

Pour l’AOC Côtes de Bordeaux le bilan de cette décennie (2009-2019) est très positif et prometteur pour les années à venir .

 

 

Adresses utiles :

http://www.bordeaux-cotes.com

http://www.carsin.com

http://www.puyfromage.com

http://www.chateau-couronneau.fr

http://www.castillon-cotesdebordeaux.com

http://www.leschemins.fr

 

 

 

Commentaires fermés sur Voyage dans l’AOC Côtes de Bordeaux, quelques coups de cœur à l’horizon # reportage


Sur la route des vins et de la gastronomie de l’Alentejo, Portugal # reportage

A l’occasion de Salon Vinipax à Beja au sud de l’Alentejo, le Salon qui depuis 15 ans met en scène tous les vignobles, sans exception, du sud de Portugal. Il s’agit de vins de l’Alentejo (la plus grande région productrice du Portugal), Algarve, Penunsula de Setubal et Tejo avec quelques vins des iles des Açores.

Alentejo, cette immense région viticole du sud de Portugal, là où les espaces sont sans limite, là où le ciel d’un bleu azur sans aucune tache accueille les visiteurs, là où les plaines se perdent sur sa ligne d’horizon lointain…

Là où la vigne cohabite en douceur avec les champs de blé, des chênes lièges, des chênes-verts et des champs des oliviers, là où on aperçoit dans l’horizon très lointain de colonies de fameux cochons noirs nourri aux glands de chêne, qui profitent de la liberté totale de ces plaines.

 

Avec environ de 22 000 ha de vignes, Alentejo est bien marqué par une grande diversité de sa région viticole, si bien par la multiplicité de cépages autochtones que par la diversité de ses terroirs comme : de la terre glaise, du schistes, du granite, des galets roulés, du calcaire et d’argile.

La géologie du vignoble varie selon les sous-régions, sur certains sols très arides la vigne nécessite une irrigation dans les premières années.

Aujourd’hui on assiste à une démarche de plus en plus courante de certification en Bio et même en biodynamie.

Ce n’est pas une mode, mais une réelle prise de conscience de nombreux producteurs dans la protection d’écosystème de la région à long terme.

 

Malgré toute cette hétérogénéité de terroirs et de cépages, les vins d’Alentejo ont de traits communs, sont épais, d’une grande exubérance de parfums, l’abondance de fruits noirs avec un corps profond et racé, au finale les vins sont ronds avec une certaine douceur.

 

A l’Alentejo on assiste depuis plusieurs années à un phénomène plus en plus grandissant du tourisme viticole qui est particulièrement bien développé par de nombreux vignerons.

Les propriétés viticoles proposent de visites de caves avec de dégustations, certaines possèdent de restaurants gastronomiques avec de chefs réputés, de chambres d’hôtes ou même de petits hôtels ruraux au cœur de vignobles.

 

 

Herdade das Servas

 

 

Non loin d’Evora un domaine dans un style plutôt traditionnel, Herdade das Servas, un grand domaine viticole de 300 ha de vignes, propriété de la famille Serrano Mira, 13e génération de vignerons, l’une de plus vieille famille de la région, qui a marqué 350 ans de production de vin dans l’Alentejo depuis 1667.

Quelques amphores en terre cuite devant la cave pour rappeler le temps des Romains font aujourd’hui office de décoration.

Depuis peu, le domaine a ouvert ses portes à l’oenotourisme avec un spacieux restaurant gastronomique qui propose la cuisine régionale accompagné de vins du domaine.

 

 

 

Coups cœur de la dégustation :

 

Herdade das Servas Reserva blanc 2017

Arinto (50%), Verdelho (25%) et Alvarinho (25%)

Vin frais, onctueux et structuré, avec des notes d’agrumes, note grillée, vanillée marquée par un élevage de 9 mois en fût de chêne français avec le batonnage et une finale persistante.

 

Herdade das Servas Vinhas Velhas Reserva rouge 2015

Alicante Bouschet (45%), Trincadeira (25%), Touriga Nacional (25%) et Petit Verdot (5%), issues de vieilles vignes de plus de 50 ans, élevage 18 mois en barriques de chêne français et américain.

Vin persistant aux arômes de prune, de figue, de chocolat noir et d’épices, complexe, structuré et volumineux avec une finale longue, légèrement boisée révélant son grand potentiel de vieillissement..

 

 

Fitapreta Vinhos

 

 

 

António Maçanita, fondateur et propriétaire du domaine Fitapreta est l’un des principaux viticulteurs portugais de sa génération

En 2004, à l’âge de 24 ans avec David Booth, il a créé Fitapreta qui a rapidement produit ses premières cuvées qui ont trouvé le succès immédiat sur le marché.

Antonio est également consultant pour une bonne dizaine d’autres propriétés vinicoles au Portugal.

Dynamique et agité, il aime les défis et a développé plusieurs projets viticoles dont le développement du nouveau concept de «terroir» portugais.

Fitapreta exploite 72 ha de vignes dont 30 ha en propre, sur les vignes en propre la moitié déjà est travaillée en bio.

La plupart de parcelles bénéficient de beaux terroirs schisteux, riche en minéraux avec de bons capacités d’hydrométrie dans de endroits mêmes très arides.

Fitapreta a ouvert ses portes à l’oenotourisme avec de visites de caves, dégustations de vins du domaine accompagné avec quelques spécialités régionales.

 

Coups cœur de la dégustation :

 

Fitapreta Reserva blanc 2018

Arinto (70%)

Fermentation alcoolique en barrique de chêne français, élevage 12 mois en barrique

Vin avec une belle structure, note d’agrumes, zeste d’agrumes, léger vanillé dû au élevage, fraicheur salin finale acidulée.

 

Cuvée David Booth Reserva rouge 2015

Alicante Bouschet (58%) Aragonez (35%) Baga (7%)

Élevage 24 mois en barrique de chêne français

Vin puissant, riche, note de cerise noire, mûr, épices, torréfaction, persistance aromatique très importante, tanins racés, finale longue, vin taillé pour durer.

 

 

Fitapreta vinifie une petite partie de ses vins blancs en amphores, vins fruités, avec une bonne complexité, embouteillés en décembre qui suit la récolte.

 

 

 

Adega do Monte Branco à Estremoz mérite aussi une visite sur la route de vins d’Alentejo.

 

 

 

Ce petit domaine d’une trentaine d’hectares de vignes crée en 2004 par Luis Louro, ingénier agronome, qui a fait ses classes auprès de son père, Miguel, le célèbre propriétaire de Quinta do Mouro à Alentejo.

Son credo, c’est crée de vins de caractère, qui expriment avec précision de cépages autochtones portugais.

Le travaille commence à la vigne avec la sélection minutieuse de terroirs et de cépages qui vont avec, qui se poursuit au chai avec de vinifications adaptées.

Les sols calcaires de Monte Branco se combinent avec de schiste, des terres pauvres et austères, source dune bonne concentration d’acidité et d’arôme.

Les installations de Monte Branco s’intègre dans le paysage de l’Alentejo dans un emplacement privilégié, en face de la ville et du château d’Estremoz.

L’ensemble du domaine a été conçu en mettant l’accent sur la durabilité et la fonctionnalité grâce à une utilisation intelligente de la technologie renouvlable.

 

Le domaine s’inscrit parfaitement dans la démarche oenotouristique en proposant de visites et de dégustations.

Sur une vaste terrasse en dessus de la cave face au vignoble, dans cet environnement privilégié, les dégustations thématiques sont proposée accompagnées de quelques mets régionaux.

 

 

Coups de cœur de la dégustation :

 

Alento Reserva blanc 2018

Arino, Antao Vaz sur le sol schisteux

Fermentation alcoolique dans les barriques ensuite élevage de 6 mois dans les barriques de chêne français.

 

Monte Branco Rouge 2015

Alicante Bouschet (70%) Aragonez (30%)

Elevage dans les barriques de chêne français

 

 

 

Herdade dos Grous

 

 

 

Sur la route du sud, à une vingtaine de kilomètres de Beja, une halte à Herdade dos Grous s’impose tout naturellement.

La propriété de 700 ha dont une centaine plante en vigne mérite vraiment intérêt particulier.

Ici le paysage typique nous interpelle avec des forêts de chênes de liège, des champs des oliviers et bien évidemment la vigne omniprésente dans ce paysage pittoresque, vêtu du blanc, de villages avoisinants.

La propriété « Herdade dos Grous » est un endroit tranquille et idéal pour se détendre avec des jardins colorés, là où on peut apprendre tout (presque) sur l’élevage de chevaux,

Herdade dos Grous fait partie de ces domaines qui sont à la pointe de la technologie moderne avec la cave construite en 2005 mais en gardant bien les traditions viticoles de la région d’Alentejo.

Aujourd’hui Herdade dos Grous, c’est plus qu’un simple domaine viticole, c’est un lieu d’art de vivre par excellence avec son restaurent gastronomique qui propose l’alliance de la cuisine traditionnelle de l’Alentejo aux dernières tendances de l’art culinaire moderne.

 

 

Les ingrédients proviennent principalement de la propre production biologique du domaine apportent le goût de la région dans l’assiette.

Coups cœurs de la dégustation :

 

Cuvée Moon Harvested 2018

Alicante Bouschet (100%)

Elevage 12 mois en barriques de chêne français

Production de 12 000 bouteilles sur 3 ha de vignes

 

Cuvée Syrah, Touriga National 2017

Elevage 12 mois dans les barriques de chêne américain

 

 

 

Herdade do Sobroso

 

Domaine Herdade do Sobroso, s’étend sur 1600 hectares dont 60 hectares plantés en vigne, associe la production viticole au plaisir de vastes espaces et de la nature quasi intacte, là où on peut observer la faune et la flore exubérantes.

Situé dans la région de Vidigueira dans l’Alentejo, Herdade do Sobroso est bordé au nord par la Serra do Mendro, à l’est par le fleuve Guadiana et au sud par la vaste plaine qui s’étend jusqu’à perdre de vue.

 

C’est dans cette harmonie géographique, dans la richesse se ses terroirs de galets et de schiste que la vigne s’épanouie, s’exprime et trouve son équilibre.

Situés sur un terroir unique sur les rives du fleuve Guadiana, les cépages rouges comme Aragonez, Alicante Bouschet, Touriga Nacional, Touriga Franca, Trincadeira, Alfrocheiro ainsi que Syrah, Cabernet Sauvignon et Petit Verdot, ainsi que les blanc comme Antão Vaz, Arinto, Alvarinho, Verdelho et Perrum ont trouvé le lieu d’une expression parfaite à chacun.

 

Les vins produits ici sont intenses et élégants avec une complexité aromatique exceptionnelle et la fraîcheur naturelle exquise.

C’est grâce à son terroir unique de vignobles situés dans son environnement naturel sur les rives du fleuve Guadiana.

Le domaine produit plusieurs gammes de vins sur appellation Vidigueira DOC.

 

 

Coups de cœur de la dégustation :

 

Blanc Antao Vaz 2018

élevé 10 mois dans de barriques bordelaises

 

Reserva 2016 Rouge

Aragonez, Trincadeira, Alicante Bouschet, Alfrocheiro élevé 12 mois dans les barriques bordelaises

 

Rouge 2016

Syrah, Alicante Bousche  élevé 12 mois dans les barriques bordelaises.

 

Herdade do Sobroso n’est pas seulement le lieu de production de vins, c’est un vaste espace au milieu de la nature dédié à l’art de vivre avec son luxueux l’hôtel au cœur du vignoble, son restaurent gastronomique où officie la Chef Josefa en proposant des plats traditionnel d’Alentejo en accord avec de vins du domaine, tout dans un paysage à perte de vue, là où le ciel d’azur et la terre font un, c’est une expérience oenotouristique unique dans son genre.

 

Aujourd’hui Sofia Ginestal Machado avec Filipe Teixeira Pinto (œnologue et maître de chai) gèrent ensemble le domaine familial acquis par Antonio, le père de Sofia.

Cet ambitieux projet oenotoristique qui est né tout d’abord d’une passion pour le vin ainsi que pour cet endroit sauvage et intacte à l’Alentejo.

 

 

 

Il est très importent de citer également de caves coopératives de la région qui ont fortement contribué au développement de la viticulture à l’Alentejo.

 

 

Adega de Borba 

 

 

 

Aujourd’hui avec le développement technologique et la prise de conscience qualitative, elles font un très bon travail en proposent à ses clients de gammes très éclectiques, qui trouvent facilement une bonne place dans de caves de amateurs avertis comme par exemple la coopérative Adega de Borba.

Crée en 1955, elle fait partie de ces premiers établissements vinicoles fondés dans la région d’Alentejo, à une époque où le secteur viti-vinicole ne jouait pas un rôle prédominant dans l’économie régionale.

Tous les efforts de l’époque étaient orientés surtout vers la culture de céréales, avec la volonté de faire de l’Alentejo le grenier du pays.

En fait, ces grands établissements viticoles ont permis et ont contribué à la transformation des vins de l’Alentejo, sans els la culture de la vigne aurait peut-être complètement disparu de la région.

 

Aujourd’hui, l’Adega de Borba rassemble 300 viticulteurs associés qui exploitent environ 2 000 hectares de vignes, réparties entre 70% de cépages rouges et 30% de cépages blancs pour une production de 10 000 000 de bouteilles.

 

Comme la route de vins d’Alentejo se fortement développée depuis une bonne dizaine d’année, la plupart des établissements viticoles se tourne vers l’oenotourisme en proposant non seulement les visites de caves, la vente de vins, mais très souvent la restauration gastronomique.

 

Adega de Borba a suivi cet élan, dans le cadre du développement de son projet œnotouristique, elle l’invite de visiteurs dans son espace dédié aux vins et aux saveurs de la région. Tandis que dans son restaurant gastronomique le chef propose de meilleurs plats traditionnels en harmonie avec les vins de la cave.

 

 

Coups cœur de la dégustation :

 

Adega de Borba Grande Reserva 2015 Rouge

(Alicante Bouschet, Syrah, Touriga Nacional)

 

 

 

Adega Cooperativa Vidigueira

 

 

Une expérience inédite et très ambitieuse de l’Adega Cooperativa Vidigueira dans les communes de Cuba et Alvito ; l’une de plus grande cave coopérative d’Alentejo, qui produit depuis peu les vins dans les amphores (Vinhos de Talha), la tradition millénaire, qui perdure, qui n’a jamais été abandonnée dans la région.

Pour l’instant cette première expérience déjà assez concluante touche seulement une minuscule production de 7 amphores.

Les vins des amphores sont produits uniquement sur une sélection de 12 ha de vignes centenaires, de cépages blancs traditionnel comme : Antao Vaz, Arinto et Perrum.

Dans la région d’Alentejo on rencontre encore de nombreuses familles, même les plus modestes qui produisent une ou deux amphores de vin pour la consommation annuelle, d’une récolte à l’autre.

Vinhos de Thala est une expérience ambitieuse de la cave Vidigueira, car cette coopérative produit environ 9 millions de bouteilles par an sur la superficie totale de 1500 ha de vignes.

Elle produit plusieurs gammes y compris la méthode classique de belle qualité, afin de toucher la clientèle très éclectique, donc les vins d’amphores complètent bien cette collection.

 

 

 

Grand Zoom sur une histoire de 2000 ans de Vinhos de Talha (vins d’amphores)

 

2000 ans d’histoire dans une amphore

L’amphore d’argile est l’un des premiers contenants pour la conservation et le transport des liquides. Dans sa version plus grande, elle a servi pendant plus de deux millénaires pour faire du vin, une tradition que l’Alentejo n’a jamais perdu.

Jusqu’à nos jours la région d’Alentejo est resté le grand gardien des vins de talha (amphore) et a su préserver ce processus de vinification vieux de 2000 ans développé par les Romains.

Tout au long des siècles, la technique d’élaboration du vin dans les amphores a été transmise de génération en génération à nos jours, elle est resté presque inchangée.

Pourtant, il n’y a pas qu’une seule façon de faire du vin dans les amphores, elle varie légèrement selon les traditions locales.

L’intérêt croissant des producteurs d’Alentejo pour le vin de talha et l’installation de ces vases en terre cuite dans certaines caves quelque fois mêmes très modernes ont conduit à l’introduction de certaines techniques plus modernes avec l’équipement visant à faciliter le travail sans altérer l’essence même de la vinification en amphore.

Après des procédés plus classiques ou bien une certaine modernisation, le vin de talha reste un produit unique, qui représente par excellence la culture très ancienne des vins d’Alentejo.

Le style de la vinification à petite échelle a bien évidemment un peu changé depuis plus de deux mille ans.

En général, les raisins préalablement foulés (écrasés) sont placés à l’intérieur des amphores d’argile et la fermentation se fait spontanément, grâce à la forte concentration des levures indigènes.

Pendant la fermentation le chapeau de marc remontent à la surface en forment une couche solide qui est remué avec une raclette en bois et plongé dans le moût, afin d’extraire plus de couleurs, d’arômes et de saveurs.

Après la fermentation, toute cette masse se dépose naturellement au fond.

Sur les parois dans la partie basse de l’amphore est placé un robinet. Le vin traverse le filtre formé par cette masse solide de raisins, coule pure et limpide à l’extérieur de l’amphore. C’est un processus qu’on ne peut pas imaginer plus simple et plus naturel autant que le vin qui en résulte.

En général ces vins de talha (vinhos de talha) sont embouteillés à la fin de l ‘année qui suit la récolte.

 

 

 

Grand Zoom sur la région Alentejo

 

21.970 ha de vignes au total

11.763 ha en DOC (AOP) composé de huit régions : Borba, Evora, Granja-Amareleja, Moura, Portalegre, Redondo, Reguengos et Vidigueira.

Rendement 8.500 kg/ha (rouges) 10 000 kg/ha (blancs)

16,50 % de toute la production de vins au Portugal

 

Cépages blancs :

Antao Vaz, Arinto, Fernao Pires, Manteudo, Perrum, Rabo-de-Ovelha, Siria (Roupeiro), Tamarez, Trincadeira-das-Pratas, Alvarinho, Verdelho, Sauvignon Blanc, Chardonnay

 

Cépages rouges :

Touriga National, Trincdeira, Castelao, Aragonez, Alicante Bouchet, Alfrocheiro, Syrah, Merlot, Cabernet Sauvignon

 

Touriga Nacional, cépage connu surtout dans la Vallée de Duro, fait partie des assemblages de vins de Porto, produit de vins fermes et intensément colorés aux arômes et saveurs complexes qui rappellent la violette, la réglisse, le cassis, la framboise avec une nuance subtile de bergamote.

 

 

Alentejo dans l’assiette 

Voici quelques incontournables de la gastronomie d’Alentejo :

 

Porco preto – le fameux cochon noir typique de la région à partir duquel sont préparés les meilleures cochonnailles, abats et charcuteries qu’on trouve au Portugal.

Presunto – jambon cru, onctueux et délicieux à la base de cochons nourris avec des bolotas (glands de chêne).

Açorda and migas – les plats à base de pain arrosés de jus de viande, de poison accompagnés de légumes, de viande, de poisson ou de fruits de mer.

Encharcada – fameuse pâtisserie aux œufs (flans) saupoudré généreusement de cannelle.

 

 

 

 

Grand Zoom sur Vinipax

 

 

Salon Vinipax à Beja (Capitale du Sud de la grande région d’Alentejo) est le plus importent Salon des vins du sud du Portugal, depuis une quinzaine d’années il a bien trouvé ses marques et sa place dans le paysage viticole de Portugal.

4 régions du sud y participent : Alentejo (plus importante), Algarve, Peninsula de Setubal et Tejo, avec la présentation de vins des Açores, ce qui correspond à 50% de la production totale des vins du Portugal.

 

 

Adresses utiles :

http://www.vinhosdoalentejo.pt

http://www.adegaborba.pt

http://www.adegavidigueira.pt

http://www.herdadedosgrous.com

http://www.herdadedosobroso.pt

http://www.adegamontebranco.com

http://www.herdadedasservas.com

http://www.fitapreta.com

http://www.fijev.org

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Sur la route des vins et de la gastronomie de l’Alentejo, Portugal # reportage


Etiquette de Château Mouton Rothschild 2017 illustrée par Annette Messager, artiste française

Chaque année depuis 1945, un artiste célèbre réalise pour un millésime en cours de Mouton Rothschild, une œuvre originale, conçu en toute liberté.

Ca y est, elle est arrivée, la nouvelle étiquette de Château Mouton Rothschild 2017

 

 

L’étiquette du millésime 2017 a été confié par les propriétaires de Château Mouton Rothschild, Philippe Sereys de Rothschild, Camille Sereys de Rothschild et Julien de Beaumarchais de Rothschild, à une artiste française Annette Messager originaire de Pas-de-Calais, née en 1943.

Dans son œuvre pour Mouton 2017, titrée « Hallelujah » l’artiste Annette Messager réunit, sur un mode à la fois réaliste et symbolique, deux substances familières que la Bible associe fréquemment l’une à l’autre et dont elle chante les vertus : le lait et le vin.

L’artiste saluée dans le monde entier pour son talent de graphiste et de plasticienne, elle s’empare des objets, des formes et des mots du quotidien pour créer un univers et la poésie tantôt joyeuse, tantôt inquiétante, et marqué aussi par son l’engagement féministe.

De Paris à Londres, de Tokyo à New York elle est accueille dans les plus grands musées et a reçu de récompenses le plus prestigieuses pour son travail : Lion d’Or à la Biennale de Venise en 2005 et le Praeumium Imperiale au Japon en 2016.

 

Voici une brève analyse du millésime 2017 à Mouton par Philippe Dhalluin, DG

 

 

Mouton Rothschild 2017

84 ha de vignes dans l’appellation Pauillac

Vendanges du 7 au 29 septembre

Assemblage : 90% Cabernet Sauvignon 9% Merlot 1% Petit Verdot

 

Adresses utiles :

http://www.chateau-mouton-rothschild.com

 

 

 

Commentaires fermés sur Etiquette de Château Mouton Rothschild 2017 illustrée par Annette Messager, artiste française



%d blogueurs aiment cette page :