vin Wino wine – le blog vin de Marie Joanna Roginska


Château Beauséjour Héritiers Duffau-Lagarrosse change de mains…

Ce n’était plus le secret de polichinelle, c’est un fait, que le Château Beauséjour Hériters Duffau-Lagarrosse Saint Emilion 1er GCC « B » vient d’être acquis par la famille Cuvelier, déjà propriétaire de Château Clos Fourtet depuis 2001, 18 ha de vignes en 1er GCC « B ».

La propriété est gérée par Mathieu Cuvelier et Emmanuel de Saint-Salvy son directeur technique.

La famille Cuvelier est également propriétaire de Château Poujeaux, 68 ha en appellation Moulis-en-Médoc.

Château Beausejour Héritiers Duffau-Lagarrosse est une propriété de 6,75 ha de vignes, dans la famille Duffau-Lagarrosse depuis 1847 à Saint Martin au pied de l’église de Saint Martin de Mazerat (Saint Emilion).  Le cru toujours en Saint Emilion 1er GCC « B » depuis 1955 son 1er classement. 

Pour l’instant rien ne communiqué, si l’équipe actuelle dirigée par Nicolas Thienpont avec la collaboration de David Suire restera en place.

En tout cas, c’est un nouveau défi, la nouvelle page qui s’ouvre pour la famille Cuvelier.

L’Affaire à suivre…

Adresses utiles :

http://www.beausejourhdl.fr

http://www.closfourtet.com

Commentaires fermés sur Château Beauséjour Héritiers Duffau-Lagarrosse change de mains…


Vendanges 2020 à Bordeaux sous le signe de Merlots #premières dégustations

Vendanges 2020 à Bordeaux ouvre la voie vers un grand millésime sous le signe de Merlots.

Décidément, c’est un millésime qui restera dans les anales, tout d’abord à cause de la situation sanitaire dû au Covide qui a touché et touche le monde entier, ainsi par une précocité exceptionnelle des vendanges jamais enregistré auparavant. La vigne a eu 10 à 15 jours d’avance selon les secteurs.

Même, si l’année globalement paressait tendre avec la vigne, le climat jouait aux échecs avec les vignerons confrontés à quelques aléas climatiques qu’il fallait géré jour à jour. 

Le printemps a été très chaud, considéré même comme le plus chaud du siècle. Avec des pics de chaleur estival et de longues périodes sans pluies. Heureusement, les pluies sont arrivées au bon moment évitant le stress hydrique pour certains vignobles.

Malgré  quelques petites zones sur les deux rives touchées par la grêle, le gel, le mildiou ou les fortes précipitations, au final tout bien géré, ça n’a pas eu trop d’influence sur la qualité générale de la vendange, le seul problème c’est le rondement, plus faible qu’en 2019.

.

La météo exceptionnelle du 2020 a plongé tous les viticulteurs bordelais dans les vendanges très précoces.

C’est toujours un dilemme pour un vigneron de choisir le bon moment, le Jour-J de la récolte. Il y a tellement de paramètres qui rentrent dans les calcules et surtout quand il s’agit d’une année complètement atypique sans aucun référentiel, vendanger trop tôt, trop tard… ça peu vraiment jouer sur la récolte et bien évidemment sur la qualité du millésime chez certains.

Comme j’ai déjà signalé les vendanges 2020 ont commencé avec 10 à 15 jours d’avance par rapport à l’année précédente.

Aujourd’hui les vendanges sont finies depuis la première semaine octobre pour les derniers cabernets, les jus sont dans les chais, les fermentations alcooliques se sont achevées sans aucune fausse note, les malolactiques sont en cours comme prévu.

Dans l’ensemble, sur la Rive Droite les premières cuves après écoulages sont très prometteuses. Si plusieurs facteurs comme le mildiou, le gel, la grêle et la sècheresse ont causé des baisses de rendement de 20 à 30%, heureusement pour la plus part de propriétaires les rondement étaient  habituels.

Les premiers lots de merlots ont des couleurs très intenses grâce notamment à des rapports marc/jus élevés. Les jus sont structurés, denses, restent aromatiques, fruités et persistants avec des tanins mûrs, soyeux, de bonne qualité.

En revanche, il fallait être très vigilent et faire très attention à modérer les extractions pendant la première phase de vinification.

Heureusement, la quasi totalité de Merlots a pu être vendangé avant de précipitations du 23 au 25 septembre et celles du début d’octobre qui ont entrainé une dilution plus ou moins importante selon les types de sol.

Le millésime reste très prometteur, mais il y aura probablement quelques écarts entre les raisins ramassés avant et après ces pluies, ce qui pourrait être corrigé au moment des assemblages finaux.

La parole est à eux :

Pour Alexandra Robin à Rol Valentin, Saint Emilion GC

Après l’hiver très doux avec le débourrement précoce d’une dizaine de jours vers le printemps capricieux arrive qui oblige à une vigilance accrue face au mildiou.

Le début de l’été induise une coulure importante, en particulier sur ses vieilles parcelles de merlot.

En revanche l’été avec 6 semaines sans aucune goutte d’eau, mais sans conséquences particulières pour les sols argilo-calcaires du domaine à Saint Etienne de Lisse.

La véraison confirme la précocité du millésime avec des premières baies colorées dès la fin Juillet.

Le mois d’Aout plus tempéré fait reposer la vigne, en revanche la première quinzaine de Septembre est chaude et tout s’accélère…

Les vendanges se déroulent dans des conditions parfaites la deuxième quinzaine de septembre avant l’arrivée des pluies automnales.

2020 est la première vendange vinifié dans le nouveau chai, un outil très technique, ultra performant qui permet de vinifications à la carte, par parcelle et par zone les 7 ha de vignes plantés en Merlot, Cabernet Franc avec un peu de Malbec. Alexandra tient beaucoup à sa petite parcelle de Malbec qui fait maintenant partie de l’assemblage finale, qui ajoute une dimension supplémentaire à sa cuvée.

Juste après les fermentations alcooliques, j’ai pu déguster quelques cuves avant les écoulages, ainsi que quelques lots de barriques, d’ores et déjà ça promet.

Les Merlots sont colorés avec une structure et race inégalable, Cabernets Francs avec une puissance et fermeté, le Malbec dégage un beau fruit mûr et frais, les jus ont un équilibre exceptionnel.  

Denis Barraud à Lynsolence, Saint Emilion GC a du affronter le printemps pluvieux, comme les autres vignerons de la Rive Droite, heureusement pas eu ni de gel ni de grêle ni aucune maladie sur ses 2,5 ha de vignes planté 100% en Merlot.

L’été caniculaire, mais malgré cette météo extrême, sa vigne n’a pas subi aucun stress hydrique grâce à enracinement profond de ses vignes cinquantenaires sur le terroir froid sablo-graveleux avec de crasses de fer à Saint-Sulpice-de-Faleyrens.

Ces conditions climatiques extrêmes poussent quelque fois de vignerons à prendre de décisions, de bonnes décisions rapidement, comme cette année à la mi-juillet, Denis a décidé de ne pas effeuiller pour protéger chaque grappe du soleil, afin qu’elle puisse mûrir dans de bonnes conditions, à ne pas grillée avant.  

Les vendanges se sont déroulé le 16 et 17 septembre avec 10 jours d’avance par rapport à 2019, dans de conditions sanitaires exceptionnelles.

Les vinifications sont en cours, une partie en cuves inox (80%) et une autre partie en barriques neuves de 400 l (20%), ensuite les élevages dans le bois nef à 90%.

Selon Denis, Lynsolence 2020, avec toutes les conditions favorables réunies, sera supérieure à 2019, qui était déjà un excellent millésime.

J’ai dégusté quelques lots au cours d‘élevage en cuve et en barrique, ce qui ressort encore une fois ce la qualité impressionnante de Merlots !

Maintenant laissons le temps au temps, les élevages sont en cours… RDV en avril 2021 pour les dégustations primeurs. 

En revanche, sur la Rive Gauche, suite à cette météo tumultueuse et imprévisible, la récolte des merlots s’est accélérée pour beaucoup de propriétaires à partir du 21 septembre.

La maturité était atteinte avec un état sanitaire parfait. La seule difficulté, ce jouer à cache-cache avec quelques précipitations et vendanger entre les gouttes, heureusement les baies de merlots n’ont pas du tout souffert, la plupart a été ramassé avant de fortes pluies.

Vu la situation instable, la récolte des cabernets a suivi celle des merlots, des maturités dans l’ensemble étaient abouties.

Hélas, pour certains propriétaires, une partie de vendanges se déroulée sous la pluie, ce qui a pu perturber quelques uns, car la plupart n’avaient pas connu une situation similaire depuis plusieurs années.

En général, l’état sanitaire de baies était parfait, gorgé du sucre avec de peaux fermes, donc ça n’a pas vraiment impacté la qualité de la vendange.

Les vendanges se sont terminées au cours de la première semaine d’octobre.

Les premières dégustations de jus après leurs fermentations alcooliques ont démontré qu’on a rarement vu les merlots avec une concentration aussi impotente en Médoc. La masse tannique, les anthocyanes, rapports acidité/sucre étaient parfaitement en place, mais attentions aux nombreux pièges.

En effet, il ne fallait surtout pas tomber dans le piège de vouloir travailler sur des extractions trop impotentes, il fallait travailler en douceur sur les cuvaisons et privilégier les macérations relativement courtes.

Les cabernets semblent être tout aussi qualitatif que les merlots grâce au printemps et l’été très ensoleillé, qui a profité à tous les cépages plus tardif du Médoc.

La parole est à eux

A Labegorce (Margaux) le top est donné le 16 Septembre pour les premiers coups de sécateurs sur les jeunes Merlots en 1ère année de production.

2020 est la première vendange vinifiée entièrement dans le nouveau chai qui permet le vrai travail d’orfèvre, parcelle par parcelle, terroir par terroir en toute sérénité.

A savoir que 65 ha en production sont divisés en 120 parcelles en fonction de leurs zones,  leur terroir et cépage. Grâce à ce nouveau chai, l’équipe peut orchestrer un réel travaille de la « haute couture » pour de vinifications et des assemblages en toute sérénité.

Pour la galaxie des crus Perrodo, le millésime 2020 fut un nouveau défi pour animer la première année les trois unités de production à Margaux soit à Labegorce, à Marquis d’Alesme et le dernier arrivé dans cette galaxie, au Château La Tour de Mons.

Il a fallu 200 personnes pour vendanger 110 hectares au total soit plus d’1 million de pieds de vigne, quelques 5 millions de grappes à couper et j’en passe…

Jusqu’au 24 Septembre, la Dame Nature fût généreuse, tous les Merlots ont pu bénéficier du travail « cousu main », parcelle par parcelle en toute sérénité.

Hélas, l’importante dégradation s’est installée du 25 au 27 septembre pour la seconde partie du ramassage, celle de Cabernets à partir du 28 septembre.

Ne voulant pas diluer la belle richesse de baies, il a donc fallu accepter d’accélérer la cadence, passer avant la tempête Alex en respectant un ordre de ramassage par terroir : sols graveleux en premier, suivis des gravelo-sableux, des limono-argileux pour  finir sur les terroirs argilo-calcaires et argileux.

Le vendredi 2 Octobre, les derniers coups de sécateurs soient donnés dans les vieux cabernets, gorgés d’anthocyanes, d’une qualité exceptionnelle.

Heureusement l’ensemble des raisins entait bien rentré à temps avant le week-end du 3-4 octobre qui restera malheureusement marqué par les dégâts impotents de la tempête Alex.

J’ai eu de la chance de déguster juste après les écoulages en présence de Fabien Raymond, le directeur technique, quelques lots, cépages par cépages ainsi que quelques assemblages, tout paressait vraiment très cohérent, bien en place.

Les Merlots étaient vraiment inimaginables, d’une qualité remarquable, riche, racée et très colorée. En revanche, les Cabernets ne paressaient pas vraiment « stressés » par ce ramassage un peu précipité, qui ont reçu au passage quelques gouttes de pluie. Les jus étaient riches, très colorés avec la trame fruitée très impotente, bel équilibre acidité/sucre, des tannins soyeux, mais fermes, ça promet.

Je hâte vraiment de déguster de assemblages finaux.  

A Lascombe (Margaux) il a fallu s’adapter, comme dans d’autres propriétés aux aléas climatiques afin de vendanger dans de conditions optimales quelques 120 ha de vignes dont 110 dans l’appellation Margaux. Le vignoble jouît de terroirs très complexes, de sols argilo-calcaires, calcaires, sol de graves argileuses et de graves.

Les Merlots qui constituent 50% du vignoble, à signalé que c’est une petite particularité dans le Médoc majoritairement planté en Cabernets, on pu être vendanger dans de conditions exceptionnels avant les fortes précipitations, en revanche pour les Cabernets il a fallu jongler avec la météo, suivre les maturités à la lettre et surtout ramasser au bon moment. Quelques Cabernets ont subi quelques goûtes, sans vraiment de conséquences notables.  Les dernier Cabernets ont été vendangé le 2 octobre, donc juste à temps avant la tempête Alex.

Aujourd’hui toutes les cuves ont fini les fermentations alcooliques, une partie est soutirée et entonné, les malos sont en cours.

Lascombe est équipée du système OXO pour entreposer les barriques, ce système permet de pivoter chaque fût, afin de remettre en douceur les lies en suspension sans bousculer le vin.

J’ai pu déguster quelques lots de Merlot et de Cabernets Sauvignon en cuve et en barrique. On voit déjà que les jus tiennent une belle promesse avec de très bons équilibres acidité/sucre, de tanins fermes et élégants, avec la notion fruité assez impressionnante, tout dans une grande sobriété. A suivre avec beaucoup d’intérêt...    

2020 c’est un millésime pas forcement homogène, qui promet très certainement de grands, mêmes de très grands vins sur les deux Rives. Cela dépendra beaucoup de terroirs, de la conduite de la vigne, de la façon d’élevage, bref il y a toujours beaucoup de paramètres qui rentrent en ligne de comptes. Ce qui est sûr d’ores et déjà, que c’est un millésime qui mérite qu’on en parle et qu’on aura très certainement beaucoup de plaisir à découvrir en printemps 2021 au moment de primeurs.

Adresses utiles :

http://www.vignoblesrobin.com

http://www.denis-barraud.com

http://www.chateau-labegorce.fr

http://www.chateau-lascombe.com

Commentaires fermés sur Vendanges 2020 à Bordeaux sous le signe de Merlots #premières dégustations


Massenez, 150 ans d’histoire de la distillerie Haute Couture #reportage

Alsace, la région viticole, connue dans le monde entier grâce sa fameuse route de vins, mais il ne faut pas ignorer son Art ancestral de la distillation de délicieuses eaux-de-vie de fruits, ce qui nous prouve depuis 150 ans la Distillerie Massenez.

Vallée de Villé

Crée en 1870 par Jean-Baptiste Massenez dans le Val de Villé, la région agricole et fruitière en Alsace. Ce jeune bouilleur de cru avec sa vision novatrice ouvre la voie à cette formidable aventure basée sur le savoir-faire.

Le travail acharné et l’innovation dure depuis 150 ans avec chaque génération successive qui a contribué et fait grandir ce joyau familial.

En commençant par Eugène Massenez, le fils de Jean-Baptiste, qui deviendra le maître distillateur, reconnu par ses pères, tandis que le petit fils Gabriel-Eugène fera connaître la marque Massenez dans le monde entier grâce aux grands chefs, comme Pol Bocuse qui ont proposé les eaux-de-vie de la marque aussi dans la gastronomie « made in France ».

Déjà la deuxième génération de Massenez se montre très avant-gardiste.

En 1913 Eugène Massenez distille pour la première fois la framboise sauvage, la reine des fruits rouges, qui connait très vite un succès sans précèdent et ce grâce à la Reine de Suède…Sa Majesté tombe amoureuse de cette Eau-de-Vie lors de l’un de ses séjours en Alsace.

C’est ainsi que Massenez devient le fournisseur officiel de la cour de sa Majesté le Roi de Suède. C’est une nouvelle fenêtre  qui s’ouvre pour cette eau-de-vie qui devient « féminine » consommer aussi par de femmes.

Sa finesse exceptionnelle, son élégance, ses notes de fruits frais ont très vite séduit le genre féminin. 

La troisième génération avec Gabriel-Eugène va donner dans les années cinquante une toute nouvelle voie en propulsant la marque dans la gastronomie, tout d’abord  parisienne avec de brasseries et de restaurants à la mode comme Maxim’s, aussi avec de très nombreux grandes tables étoilées de France et de Navarre.

Monsieur Pol Bocuse, « le pape » de la gastronomie française, ami fidèle de la Maison a fait connaître les eaux-de-vie Massenez en Asie et dans le monde entier.

La quatrième génération, dans les années quatre-vingt  avec Manou Massenez, la fille de Gabriel, poursuit cette quête internationale, s’impose encore plus dans la haute gastronomie avec de chefs mondialement connus comme Ducasse ou Savoy.

La marque commence à séduire de bartenders, commence à prendre une place dans la mixologie.    

La nouvelle ère s’ouvre avec la « cinquième » génération…

Aujourd’hui, depuis 10 ans (depuis 2010) Massenez est associé avec les Grandes Distilleries Peureux, son illustre voisin de l’autre coté des Vosges, leader mondial de la macération de fruits, qui se fait connaître par leur fameuses « Griottines » qui ont déjà fait le tour du monde.

Ce binôme avec la même vision de renouveau, de modernité offre une cure de jouvence à Massenez à travers de nombreuses innovations. En suivent de tendances actuelles, il cherche de nouveau consommateurs, plus jeunes, avec la création de la toute nouvelle gamme de  produits pour les cocktails « Miss Massenez » ou encore de nouvelles liqueurs pour féminiser l’image encore très masculine de spiritueux avec la création de la Liqueur de Poire « Golden Eight ».

C’est avec l’audace, que la Distillerie Massenez a bousculé les codes en passant pour la première fois du verger au potager avec ses distillats et liqueurs : de Concombre, Piments d’Espelette, Cèpes, Ail, Basilic, Thym, Tomate séchée et bien d’autres…

La gamme « Garden Party », a fait le bonheur par son  l’innovation, à la fois des mixologistes comme des grands chefs.

Massenez toujours à la pointe de l’innovation s’offre pour son 150e Anniversaire (septembre 2020) une toute nouvelle liqueur « Dom Pacello Royal Orange ».

Cette création divine à la base de zestes séchés et frais d’oranges douces et amères de provenances diverses soigneusement sélectionnés par le Maître Liquoriste, assemblé avec le cognac Ile de Ré Double Matured de la Maison Camus.

Ce liqueur rare, inégalable ouvre la voie à des accords improbables sucré et salé, coté bar et coté table, sans oublier la mixologie qui est en pleine effervescence aujourd’hui.

Ainsi, « Dom Pacello Royal Orange » devient la fer-de-lance de la Maison à la conquête du monde.

Massenez en quelques chiffres clef :

1870 – Création de la distillerie par Jean-Baptiste Massenez dans le Val de Villé

1913 – La première eau-de-vie de la Framboise Sauvage voit le jour

2010 – « Mariage de raison » avec les Grandes Distilleries Peureux

2011 – Création de la gamme « Miss Massenez » concentrés de cocktails

2016 – Création de la gamme « Garden Party » eaux-de-vie, liqueurs de légumes, de plantes, d’épices pour les mixologues

2017 – Création de la liqueur de Poire « Golden Eight »

2020 – Création de la liqueur « Dom Pacello Royal Orange » pour le 150e Anniversaire de la Maison

100 pays dans le monde achètent les eaux-de-vie et liqueurs Massenez

2010 – Bernard Baud prend la tête de la Distillerie Massenez.

Depuis 10 ans il joue sa partition sans aucune fausse note, à savoir que cette personnalité atypique dans le monde de la distillerie est aussi un musicien et compositeur avéré débordent de la créativité  sans limites.

Attendons la suite de cette formidable l’aventure Massenez, la voie est tracée…

Adresses utiles :

http://www.massenez.com

http://www.distilleriepeureux.com

Commentaires fermés sur Massenez, 150 ans d’histoire de la distillerie Haute Couture #reportage


Deux siècles de transmission, Séverine Frerson nommée la huitième Chef de caves de la Maison Perrier-Jouët #reportage

C’est une page de l’histoire qui se tourne et une nouvelle qui s’ouvre avec la transmission par Hervé Deschamps, le septième Chef des caves de la Maison Perrier-Jouët, à Séverine Frerson de son précieux héritage fondé sur le savoir-faire, ainsi elle devient officiellement la huitième Chef des caves de la Maison.

« Perrier-Jouët, c’est 37 ans d’année de vie, pour moi ce sont d’énormes expériences, c’est une quête permanente pour garder le style de la maison tout en créant des cuvées comme le Perrier-Jouët Belle Époque blanc de blancs ou le dernier Perrier-Jouët blanc de blancs. C’est désormais un temps pour céder la place et préparer le futur et de transmettre cet héritage ».  Hervé Deschamps

« (…) c’est avec une grande fierté que je reprends la suite d’Hervé, la maison Perrier-Jouët est une  maison que j’ai toujours eu dans ma tête, pour son âme, ses vins, son histoire et son patrimoine ».  Séverine Frerson

Séverine Frerson devient la huitième Chef de caves, et la première femme à occuper ce poste, de l’histoire de la Maison, qui n’a compté que sept Chefs de caves en plus de 200 ans, la Maison fondée en 1811 par Pierre-Nicolas Perrier et son épouse Rose-Adélaïde Jouët.

En outre, Séverine hérite les livres de cave historiques rassemblant les notes et les observations de tous ses prédécesseurs, et la clef de l’Eden, le légendaire caveau où sont conservés les millésimes les plus précieux, dont le flacon de 1825, mis en bouteille par les fondateurs, considéré aujourd’hui comme le plus vieux champagne au monde et bien d’autres trésors cachés.

Pierre Gagnaire, le Chef triplement étoilé

Pour clore ce moment historique, le chef triplement étoilé, ami de la Maison, Pierre Gagnaire a concocté un menu d’exception en accord avec quelques cuvées de la Maison servi en magnums comme : Belle Epoque Blanc des blancs 2006, Belle Epoque 1999 ou encore Belle Epoque 1985.

Hervé Dechamps, Bio express :

Hervé Deschamps a rejoint la Maison Perrier-Jouët à l’âge 26 ans en 1983, après son service militaire et ses études œnologiques à l’université de Dijon.

Il a fait ses classes auprès d’André Baveret, le Chef des caves à l’époque, qui est devenu son mentor.  

André Baveret, a décelé son talent et l’a encouragé à le développer. Hervé se souvient très bien du dernier conseil que lui a donné son prédécesseur lorsqu’il a pris sa succession en 1993 : « Maintenez Perrier-Jouët à son niveau. Avec de bons raisins, il est facile de faire de bons vins ».

C’était un défit énorme de maintenir cette Maison à son niveau, le faire grandir, évoluer vers le chemin d’excellence, jamais trahir son style floral, légèreté, finesse, si cher aux fondateurs.

Pendant toute sa carrière au sein de la Maison Perrier-Jouët, Hervé Deschamps n’était pas seulement un Chef de caves, mais l’ambassadeur de cette petite maison champenoise d’Epernay en lui donnant sa dimension internationale grâce à de nombreux voyages dans le monde en défendant haut et fort les couleurs de la Maison avec son style inimitable.

Hervé Deschamps, a laissé également un héritage matériel impressionnant, notamment deux cuvées emblématiques : le millésimé Perrier Jouët Belle Epoque Blanc de Blancs et le classique Perrier-Jouët Blanc de Blancs.

Ces deux champagnes cristallisent le savoir-faire historique de la Maison puisqu’elles révèlent la quintessence du Chardonnay choisi par les fondateurs comme le cépage signature de la Maison.

La première, issu de deux petites parcelles de vignes situées à Cramant, l’un des plus prestigieux villages classé Grand Cru de la Côte des Blancs est la plus belle expression d’un cépage, d’un terroir et d’une année.

Pour la seconde, en 2017, Hervé Deschamps complète la collection classique avec la cuvée Perrier-Jouët Blanc de Blancs, issu d’assemblage d’une vingtaine de parcelles, un champagne regorgeant d’arômes d’agrumes acidulés et de fleurs de haie.

Séverine Frerson, Bio express :

Après un stage lié à ses études d’œnologie chez Veuve Clcquot, elle rentre en 2002 comme œnologue chez Piper Heidsieck.

Pendant 16 ans fidèle à cette Maison, nommée aussi Chef des caves adjointe.

Depuis deux ans (octobre 2018) Séverine Frerson travaille main dans la main avec Hervé Deschamps en préparant sa succession.

Séverine, est une femme passionné et déterminé, ce qui lui a permis d’arriver au sommet de sa profession, puisqu’elle a été l’une des premières femmes Chef de caves d’une grande Maison de champagne.

Elle est guidée par son l’intuition et sa sensibilité ainsi que l’expérience de vingt ans du métier, dans ses choix des assemblages, ses mots d’ordre sont : la précision et la perfection, pas de place pour aucune fausse note.

Aujourd’hui le défi à relever pour Séverine est pérenniser le style et la qualité de la Maison Perrier-Jouët en le projetant dans un avenir prometteur.

Maison Perrier-Jouët en bref :

La Maison Perrier-Jouët fondée en 1811 par Pierre-Nicolas Perrier et son épouse Rose-Adélaïde Jouët.

Aujourd’hui elle appartient à Martell Mumm Perrier-Jouët, la prestigieuse branche cognac et champagne de Pernod Ricard, le n°2 mondial des Vins et Spiritueux. La Maison Perrier-Jouët s’inscrit dans la plus pure tradition des grandes Maisons de Champagne avec des vignobles exceptionnels et se reconnaît à son style floral et complexe de chacune de ses cuvées. Elle est propriétaire de 65 ha de vignes sur le plus beaux terroirs de la Champagne.

vignoble historique de la Maison à Cramant (Grand Cru)

Depuis sa collaboration en 1902 avec Émile Gallé, pionnier du mouvement d’Art Nouveau et à l’origine des anémones blanches du Japon qui ornent le flacon de la prestigieuse cuvée Perrier-Jouët Belle Epoque, la Maison Perrier-Jouët continue à abriter aujourd’hui de œuvres de nombreux artistes contemporains.

Adresses utiles :

http://www.perrier-jouet.com

Commentaires fermés sur Deux siècles de transmission, Séverine Frerson nommée la huitième Chef de caves de la Maison Perrier-Jouët #reportage


Pour 150e anniversaire d’Hennessy X.O. architecte Frank Gehry « revisite » la fameuse carafe de la Maison

C’est une incroyable rencontre entre la Maison cognaçaise Hennessy et l‘architecte Frank Gehry à l’occasion de 150ème anniversaire de Hennessy X.O. pour qu’il réinterprète la fameuse carafe emblématique de la Maison. 

Frank Gehry avec sa création originale

« C’est un honneur pour moi d’avoir été invité par la Maison Hennessy pour célébrer cet anniversaire.

Même, si j’jetais bien évidemment très enthousiaste, j’étais aussi intimidé. En effet, une bouteille de cognac est déjà une création en soi car on peut la sentir, la goûter et la toucher.

Il y a derrière cette bouteille une histoire puissante mais aussi tout l’engagement des personnes qui produisent ce cognac. »      Frank Gehry

Chaque œuvre architecturale de Frank Gehry est animée par le mouvement comme le sol qui se plie, comme les murs qui s’inclinent, comme les lignes qui défient la gravité…

C’est avec la même vision, le même engagement et la même curiosité pour la conception de tous ses œuvres architecturales, que Frank Ghery a réinterprété Hennessy X.O.

Pour la création de cette pièce exclusive, la carafe emblématique de Hennessy X.O. est enveloppée dans un écrin plissé de bronze couvert d’or 24 carats. Cette bouteille repose sur une sculpture de verre. En faite, cette pièce dans son ensemble est une sculpture toute en mouvement perpétuel animée par de reflets de lumière dans chaque plis. Son amour pour de formes, des textures et de matériaux souvent inattendus remonte dans les débuts de sa carrière quand il a crée de sculptures et du mobilier.

Chaque étape qui a permis de donner vie à l’idée et à l’inspiration de Frank Gehry pour réalisation de cette œuvre exclusive a nécessité de nombreuses heures d’attention, de soin, de patience et de minutie.

« Je voulais donner vie à Hennessy X.O, alors je me suis inspiré de son lieu de naissance et j’ai utilisé le froissement de la matière pour lui donner une sensation de mouvement. Les matériaux que j’ai choisis attrapent la lumière et en font un objet singulier à lui seul. C’est seulement ensuite que l’on s’aperçoit que c’est une bouteille de Hennessy X.O. »    Frank Gehry

Pour approfondir l’expérience autour de la carafe, Frank Gehry a développé un fusil en laiton et or, qui reflète le rituel du Maître Assembleur pour le service optimal du cognac extra old.

Pour renforcer l’effet de contraste, tous les éléments ont été emballés dans un étui en carton compressé.

Avec l’utilisation de cette matière, l’artiste rend notamment hommage à une série de mobilier en carton ondulé qu’il a imaginée dans les années 1970.

Cette création inédite pour Hennessy X.O. par Frank Gehry est disponible en 150 exemplaires numérotés avec la signature de l’artiste, son prix est de 15 000 euros.

A propos d’Hennessy X.O.

Hennessy X.O naît en 1870, fruit de la rencontre entre les deux hommes : Maurice Hennessy, quatrième génération de Hennessy à la tête de la Maison, et Emile Fillioux, troisième génération de Maîtres de chai. Partageant le même goût pour les eaux-de-vie anciennes, ils élaborent un assemblage inédit à l’architecture riche et complexe.

En revanche, la  fameuse carafe emblématique de la Maison né 1947, elle est crée par le neveu de Maurice, Gérald de Geoffre, âgé de 27 ans à l’époque.

Il imagine et dessine un flacon inédit, une carafe dite « pampre », dont le verre est sculpté d’un relief de branche de vigne avec ses feuilles et ses grappes, avec sa forme inspirée par le contour d’une grappe de raisin renversée.

Frank Gehry, sa bio express :

Frank Gehry, né en 1929 à Toronto, est considéré aujourd’hui comme le plus grand architecte vivant de notre époque.

Il a construit sa illustre carrière d’architecte depuis une bonne soixantaine années.

Ses travaux, sont connus et reconnus dans le monde entier, pour ne pas cité juste quelque uns comme : le Guggenheim de Bilbao, Guggenheim d’Abu Dhabi, le Walt le Disney Concert Hall de Los Angeles, le Musée des Beaux-Arts de l’Ontario, l’Opus Tower de Hong Kong, Hôtel Marqués de Riscal en Espagne ou encore la Fondation Louis Vuitton à Paris… la liste est encore très longue.

Chacune de ses œuvres est conçue autour d’une philosophie commune : créer des bâtiments qui s’inscrivent dans l’environnement et la culture des lieux où ils sont situés.

Frank Gehry a obtenu sa licence d’architecture à l’Université de Californie du Sud en 1954, a étudié l’urbanisme à l’Ecole de Design d’Harvard jusqu’en 1957.

Tout au long de sa carrière, il a reçu des titres honorifiques d’institutions réputées telles que la Rhode Island School of Design, l’Université de Princeton et plus récemment l’Université d’Oxford.

Il a également occupé des postes d’enseignement dans de nombreuses universités, dont Harvard, UCLA et Yale, où il est toujours enseignant.

Ses travaux d’architecture lui ont valu de nombreux prix prestigieux comme les Prix Pritzker, Friedrich, Kiesler ainsi que la médaille présidentielle de la liberté décernée par Barack Obama.

Aussi, il faut citer quelque de ses nombreux projets en cours comme : le Museum of Art de Philadelphia, un nouveau centre pour le Youth Orchestra Los Angeles (YOLA), et le Dwight D. Eisenhower Memorial à Washington, D.C.

Adresses utiles :

http://www.hennessy.com

Commentaires fermés sur Pour 150e anniversaire d’Hennessy X.O. architecte Frank Gehry « revisite » la fameuse carafe de la Maison


La Maison Mumm dévoile sa nouvelle approche de la dégustation sensorielle #reportage
5 octobre 2020, 19:45
Filed under: Champagne, champagne Mumm, Mumm | Étiquettes: , ,
Laurent Fresnet, le nouveau chef de cave de la Maison Mumm

Laurent Fresnet, nommé en janvier dernier en qualité de nouveau Chef de caves de la Maison Mumm, cet enfant de la Champagne est depuis toujours attaché personnellement à la Montagne de Reims.

Il a grandi dans le village de Sillery, classé Grand Cru sur la Montagne de Reims, dans une famille de vignerons qui élabore le champagne sur cette commune  et c’est depuis cinq générations.

« Tout le monde chez moi fait du vin. Encore aujourd’hui, nous avons tous nos propres parcelles. La passion pour le champagne et pour le terroir est inscrite dans nos gênes » explique Laurent.

Rigoureux, précis, patient, Laurent Fresnet dispose d’une véritable expertise pour apprécier le potentiel et la richesse de chaque terroir, de chaque parcelle, de chaque vin produit sur ce terroir, il témoigne d’un profond respect pour l’héritage de savoir- faire qui se transmet chez Mumm d’un Chef de caves à l’autre.

Pour lui : «La Maison Mumm dispose de l’un des vignobles les plus exceptionnels de Champagne. Avec ce terroir, on peut créer les plus belles cuvées »

Il a une réel passion pour l’innovation qui remonte à ses études dans un centre de recherche à Avize, complétées d’un diplôme d’œnologie, biologie et biochimie à l’Université de Reims ainsi que par l’expérience de plusieurs années passées dans de Maisons de champagne.

Animé par une belle énergie et une curiosité sans limites, Laurent Fresnet regarde vers l’avenir avec son esprit d’avant-garde qui rejoint celui de la Maison Mumm où l’esprit de l’innovation marque son l’histoire et c’est depuis sa fondation.  

Avec une forte complicité, il porte une vision neuve sur les vins de la Maison, l’invitant à explorer toutes les nuances du cépage Pinot Noir, cépage emblématique de la maison, tout dans une toute nouvelle expérience de dégustation sensorielle enrichie par les neurosciences.

C’est une rencontre entre trois experts pour cette expérience inédite :

Laurent Fresnet s’est  fixé un nouveau défi : enrichir l’expérience de dégustation des vins de la Maison Mumm en révélant leur spectre aromatique complet.

Il a imaginé et conçu cette nouvelle approche de dégustation sensorielle en collaboration avec Gabriel Lepousez, un neuroscientifique  qui a consacré 15 ans de recherches sur la façon dont le vin était perçu pendant la dégustation, et avec Octave de Gaulle, un designer familier des contraintes extrêmes avec son travail sur la conception de la bouteille de Mumm Grand Cordon stellar, le premier champagne pouvant être dégusté dans l’espace en apesanteur.

Cette rencontre entre ces trois experts a donné naissance à une formidable expérimentation.

Laurent Fresnet a tout d’abord présenté à Gabriel Lepousez les caractéristiques de chaque cuvée de la Maison Mumm: les caractéristiques évidentes ainsi que celles plus subtiles à percevoir.

Son ambition était d’établir une lecture plus en plus sensible et subtile de chaque vin.

Gabriel Lepousez a fait état de ses connaissances sur les neurosciences appliquées à la dégustation du vin.

Pendant une dégustation, le cerveau reçoit une multitude d’informations émises par les sens, à commencer par la vue, mais également par le toucher d’un verre. Toutes ces données conditionnent la dégustation et peuvent modifier la perception que l’on a du vin.

Quand on change un ou plusieurs de ces paramètres sensoriels, les automatismes et les habitudes sont bousculés, créant ainsi les conditions favorables à une dégustation plus spontanée.

De nouvelles perspectives sur le vin s’ouvrent alors, que l’on se concentre sur ses qualités intrinsèques.

Laurent Fresnet a demandé à Octave de Gaulle de concevoir des outils techniques ultra précis qui permettent de mettre en lumière les caractéristiques spécifiques qu’il avait identifié pour chacune de cuvées.

« J’ai compris de Laurent Fresnet que certaines caractéristiques du vin pouvaient sortir du radar lors de la dégustation dans un verre à champagne classique.

Il sentait important de concevoir de nouveaux outils pour faire ressortir ces qualités tout en préservant l’intégrité du vin » a expliqué Octave de Gaulle.

La recherche et le développement ont duré 6 mois, se matérialisant par la réalisation de différents prototypes et essais de verres de dégustation, ainsi que par des échanges entre les trois hommes, pour aboutir à la validation  finale de Laurent Fresnet.

Deux verres ont été crées, inspirés de la forme du verre à champagne classique de la Maison Mumm.

Le premier verre présente un buvant lisse et teinté d’un violet dense. Sa jambe est épaisse, et son pied en inox poli et au toucher lisse, est lesté ce qui rend cet objet beaucoup plus lourd que le verre classique.

Le second verre a un buvant sablé à l’extérieur ce qui lui donne sa couleur blanche avec un effet « givré » au contact de la main et de la bouche. Sa jambe est fine, aux angles vifs, presque acérés, et son pied en aluminium est plus petit et fin que le verre classique de Mumm, ce qui offre un toucher un peu rugueux, le verre est très léger.

Dans les deux cas, on ne peut pas voir la couleur du champagne à travers le verre et des sensations tactiles singulières sont provoquées.

La dégustation peut démarrer :

Des études scientifiques publiées en 2019 démontrent que nos différences dans le domaine des perceptions olfactives sont conditionnées par notre identité génétique, donc nous ne sentons pas tous les mêmes choses.

Ce qu’il explique Gabriel Lepousez qu’au delà de nos gênes, entrent également en ligne de compte notre mémoire, nos émotions, notre sensibilité et différents facteurs extérieurs qui engendrent des réactions individuelles très  personnelles.

« Il est important de comprendre qu’il n’existe pas une seule manière de déguster un vin, chacun vit quelque chose d’unique dans ce domaine.

En changeant quelques paramètres simples, il est possible de créer une expérience plus complète engendrant un plus grand plaisir dans la découverte du vin »

Commente Gabriel Lepousez.

Pour cette expérience Laurent Fresnet a choisi trois cuvées, parmi les plus représentatives du style Mumm, qui ont été dégustées dans un verre classique Mumm et dans de verres conçus pour l’expérience.

Dégusté dans le verre classique transparent Mumm, la cuvée Grand Cordon rosé impose une fraicheur évidente, et au second plan son caractère fruité.

Lorsqu’elle est dégustée dans le verre teinté violet, lisse et lourd, le champagne dévoile une belle profondeur, de la gourmandise avec des notes prononcées de fruits rouges (cerise griotte) auxquelles s’ajoutent des notes pâtissières.

L’expérience a été poursuivie avec la cuvée Millésimé 2013.

Laurent Fresnet a proposé de le déguster dans le verre blanc, granuleux et fin, afin de révéler la fraicheur cachée de ce vin et de ses arômes de fruits frais.

Alors que, lorsqu’il est dégusté dans le verre transparent Mumm, ce champagne structuré, mature et précis, offre surtout la gourmandise de ses arômes pâtissiers.

Sur la cuvée RSRV Blanc de Noirs 2009, la dégustation dans le verre transparent laisse éclater toute la maturité du pinot Noir de Verzenay, sa générosité, sa complexité, ses arômes de fruits mûrs.

Dégusté dans le verre blanc, ce vin offre une belle fraicheur avec des arômes d’agrumes et de pêche confite.

Pour Laurent Fresnet, il est très intéressant de dévoiler cette fraicheur remarquable qui laisse entrevoir tout le potentiel de vieillissement de ce vin d’exception.

« Cette approche innovante permet d’apprécier la richesse aromatique des vins de la Maison Mumm, dans leurs nuances les plus fines et de comprendre les réactions surprenantes et très personnelles, que nous avons lors de la dégustation d’un champagne » conclut Laurent Fresnet.

Adresses utiles :

http://www.mumm.com

Commentaires fermés sur La Maison Mumm dévoile sa nouvelle approche de la dégustation sensorielle #reportage


La cuvée Sir Winston Churchill 2009, le nouveau né de la Maison Pol-Roger

La cuvée Sir Winston Churchill 2009 by Pol-Roger est arrivée…

 

 

 

« Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu’il y a de meilleur »

Sir Winston Churchill

 

Chaque sortie d’un nouveau millésime de la fameuse cuvée Sir Winston Churchill griffée Pol Roger est un événement si bien pour cette Maison Champenoise d’Epernay que pour tous ses aficionados.

Chaque nouveau millésime de cette cuvée emblématique est un épisode qui rappelle une longue l’histoire d’amitié entre les deux familles de chaque coté de la Manche.

L’histoire tient à la rencontre d’Odette Pol-Roger et de Sir Winston Churchill lors du déjeuner donné à l’Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, quelques temps après la Libération, et au somptueux millésime 1928 de la Maison servi à cette occasion.

Une amitié et un lien très particulier est née, qui se développa jusqu’au décès en 1965 de l’éminent homme d’Etat, créant des liens encore très forts aujourd’hui, entre les familles Pol-Roger et Churchill.

A rappeler, que Odette Pol-Roger à l’initiative de la famille Churchill n’a pas manqué d’assister aux obsèques de Sir Winston Churchill à la cathédrale Saint-Paul de Londres.

Malheureusement, un emploi du temps très contraignant n’a jamais permis à Sir Winston Churchill de venir visiter la Maison Pol-Roger au 44, avenue de Champagne à Epernay, la Maison qu’il a toujours qualité de « the world’s most drinkable address ».

 

Depuis 1975 la Maison Pol-Roger élabore la prestigieuse cuvée qui port le nom « Sir Winston Churchill », elle est uniquement élaborée lors des années exceptionnelles.

Aujourd’hui, nous découvrons le nouveau millésime 2009 de cette cuvée emblématique, qui lui rend hommage une fois encore, le millésime caractérisé avec son équilibre sans faille et sa générosité remarquable.

 

 

A propos du millésime 2009

 

Après un hiver particulièrement froid, l’année 2009 a débuté par un printemps plutôt doux, permettant à la vigne d’échapper aux gelées.

La météo du début de l’été étant propice, permet le développement quasi normal de la végétation malgré quelques épisodes orageux.

En revanche le mois d’août est très ensoleillé, sec et chaud, accompagné de nuits fraiches, ce qui favorise l’évolution homogène et rapide de la maturation de baies en gardant la fraicheur et une bonne acidité.

Les vendanges se sont déroulées du 8 au 21 septembre dans des conditions climatiques estivales, les grappes ont été récoltées dans un état sanitaire parfait.

 

 

A propos de sa vinification

 

Une fois récoltés, les raisins sont rapidement et délicatement pressés.

Après les débourbages de moûts, la fermentation alcoolique se déroule à basse température (18°C) dans des cuves inox, séparément pour chaque cépage et chaque cru avant de assemblages finaux

Tous les vins réalisent une fermentation malo-lactique.

Après de longues séances de dégustations et des assemblages, les vins sont prêts pour la mise en bouteille, la prise de mousse et le long vieillissement, minimum 10 ans dans de caves fraiches et profondes de la Maison.

Remuage de chaque bouteille s’effectue traditionnellement à la main avant le dégorgement et le dosage final.

 

La Cuvée Sir Winston Churchill, la cuvée emblématique de la Maison Pol Roger, créée en hommage à Sir Winston Churchill, avec un référenciel de qualités qu’il appréciait dans le champagne soit : la robustesse, la charpente et la maturité, elle reflète à la fois le goût et le caractère de l’homme d’Etat britannique.

 

Sa composition exacte est gardée secret par le chef de cave.

En revanche, on sait parfaitement qu’elle est composée exclusivement des raisins issus des Grands Crus de Pinot Noir et de Chardonnay, déjà en production sous l’ère churchillienne.

La prédominance du Pinot Noir assure incontestablement sa structure, la plénitude et la robustesse de l’ensemble, tandis qu’une touche de Chardonnay lui apporte l’élégance, la finesse et l’impertinence.

 

 

 

Maison Pol Roger en bref

 

Crée en 1849 par Pol Roger, fils de Pierre Charles Jean-Baptiste Roger, notaire à Aÿ, installée dès 1851 à Epernay (Maison familiale, propriété de la famille de Billy et Pol-Roger)

92 ha de vignes en propre couvrant 55% de besoins

Production 1 800 000 bouteilles/an

7,5 km de caves à 33 m de profondeur (les plus profondes d’Epernay)

84% de la production est exportée dans 92 pays (Grande-Bretagne est toujours le marche principal et historique)

 

Adresses utiles :

http://www.polroger.com

 

 

 

Commentaires fermés sur La cuvée Sir Winston Churchill 2009, le nouveau né de la Maison Pol-Roger


27e Concours Mondial de Bruxelles 2020 dévoile ses résultats, la France en tête de récompenses, décroche 570 médailles

Les vins français ont encore marqué brillamment leur présence au 27e Concours Mondial de Bruxelles qui se déroulait du 4 au 6 septembre à Brno en Moravie du Sud (République Tchèque), dans une belle région viticole, qui a bien mérité le détour.

 

 

 

Les résultats vient de tomber et la France se place en tête de récompenses, elle a décroché 570 médailles.

Suivie par l’Espagne avec 495, par l’Italie avec 363 et par le Portugal avec 306 médailles.

La République tchèque, le pays hôte, a remporté 112 prix parmi 370 vins inscrit à la compétition, se classant ainsi à la cinquième place, excellente performance, qui prouve la qualité grandissante de la viticulture tchèque et de ses vins.

 

 

Durant 3 journées de dégustation 8500 vins de 46 pays producteurs ont été évalués par 250 juges-experts internationaux, tout dans la bonne humeur, convivialité sans oublier le professionnalisme irréprochable de chacun.

Chaque dégustateur évaluait une bonne cinquantaine de vins par jour, par séries très éclectiques et variées, en respectant la spécificité de chacune.

 

Cette édition a pu se dérouler grâce au grand professionnalisme de tous les organisateurs et les juges eux-mêmes, malgré la situation sanitaire très particulière qui touche tous les pays.

 

Le faite qu’elle se déroulait en Moravie du Sud, cela a permis aux juges de découvrir ou redécouvrir les vins tchèques, ce joyaux caché de la viticulture européenne.

 

Principalement connus pour leurs bières, beaucoup ignorent que le vin en République tchèque est plus vieux que le pays lui-même.

En fait, la viticulture dans la région de Moravie du Sud remonte à l’époque de l’Empire romain.

La ville de Brno, ou se déroulait cette 27e édition, est située dans la région viticole de Moravie du Sud, où se trouvent 96 % des vignobles tchèques.

Pour un pays de cette taille et de sa superficie relativement petite, le vignoble de Moravie compte 17 421 ha, ce qui correspond à 96% de la totalité du vignoble du pays, le reste (4%) se trouve en Bohême.

La République tchèque produit plus de 50 variétés de cépages différents, 70 % de vignobles sont plantées blancs.

Parmi les nouvelles variété cultivées, on peut citer le muscat morave, le pálava ou André.

Les conditions climatiques de divers régions viticoles sont similaires à celles d’Alsace en France, de Weinviertel en Autriche ou celles d’Allemagne, qui sont en effet excellentes pour la production de vins blancs.

 

« La qualité des vins de Moravie et de Bohême mérite d’être mise en valeur, non seulement dans notre pays, mais également dans le monde entier. Nous sommes très heureux de recevoir les dégustateurs dans le cadre de ce concours de renommée internationale et de promouvoir la viticulture et la République tchèque dans son ensemble. »

Ce qui a déclaré Pavel Krška, directeur du centre national du vin en République tchèque.

 

 

En plus des médailles Grand Or, Or et d’Argent le concours a également décerné des trophées « révélation » aux vins ayant obtenus le meilleur score dans chacune des catégories.

Cette année, le Concours Mondial de Bruxelles a introduit une nouvelle catégorie consacrée au meilleur vin boisé : le Sylvain Révélation Vin Boisé.

 

 

Révélations Internationales 2020

 

Révélation internationale Vin rouge

Schenk, 2016 Cuvée Noémie

Côtes du Roussillon Villages, Languedoc-Roussillon, France

 

Révélation internationale Vin blanc

B/V Vinařství, 2015 Hibernal, vyber z hroznu

Znojemska, South Moravia, Czech Republic

 

Vinolok Révélation Vin rosé

Chateau Purcari, 2019 Vinohora, Feteasca Neagra & Montepulciano

Stefan Voda, Republic of Moldavia

 

Révélation internationale Vin doux

La Vialla, 2012 Occhio di Pernice Riserva

Vin Santo del Chianti DOC, Tuscany, Italy

 

Révélation internationale Vin Bio

Finca Manzanares, 2017 Palarea

Vino de la Tierra de Castilla, Castilla-la-Mancha, Spain

 

Révélation internationale Vin Mousseux

Champagne Rare Millésime 2006

Champagne Piper-Heidsieck, France

 

Sylvain Révélation Vin boisé

Bodegas Corral, 2008 Don Jacobo Gran Reserva,

Rioja DOC, Spain

 

 

 

La liste complète des résultats 2020 :

http://www.concoursmondial.com

 

Comme le Concours Mondial de Bruxelles depuis quelques années est devenu itinérant, c’est officiel, la 28e édition se tiendra en Chine en mai 2021. C’est déjà la deuxième fois, après le succès de la première à Pékin en 2018, que la compétition prends la direction de l’empire du Milieu, cette fois-ci c’est dans la région de Ningxia au nord-est de la Chine. La région de Ningxia est l’une de zones émergentes de la production de vins dans le pays. 

 

Commentaires fermés sur 27e Concours Mondial de Bruxelles 2020 dévoile ses résultats, la France en tête de récompenses, décroche 570 médailles


27e International Wine Award Mundusvini dévoile son palmarès #résultats

Les résultats de la 27e édition de Munduvini International Wine Award Summer Tastinq vient de tomber.

 

 

Ce fût une édition pas comme les autres, Covid oblige, elle se déroulée dans de conditions sanitaires strict avec un nouveau accessoire de mode très en vogue : un masque très tendance griffé « Mundusvini », bien sûr ce n’était pas par hasard…

Tout ça n’a pas empêché 120 juges internationaux d’être de bonne humeur sans oublier le professionnalisme de chacun dans le jugement de chaque échantillon.  

Du 27 au 30 août à Neustadt sur la fameuse route de vins de Palatinat en Allemagne 120 juges-experts internationaux ont dégusté et évalué près de 4500 vins du monde entier.

 

Les résultats sont impressionnants :

13 médailles Grand Or, 919 Or et 849 Argent ont été décernées par le jury d’experts aux meilleurs vins du concours.

 

Les vins italiens sont à nouveau les lauréats du concours avec un total de 552 récompenses, suivis par l‘Espagne avec 320, l’Allemagne avec 282, la France avec 112 et le Portugal avec 96 médailles.

Cependant, les vins de pays d’outre-mer comme l’Australie (59 médailles), l’Afrique du Sud (36 médailles) ou encore les États-Unis d’Amérique (28 médailles) ont également su s’imposer par leurs grande qualités et décrocher de récompenses bien mérités.

 

Le meilleur vignoble français de cette la dégustation est la Maison Boisset – La Famille des Grands Vins qui a décroché au total 8 médailles… félicitations.

 

Parmi les meilleurs vins du concours figurent :

 

Château Magnol 2016, Cru Bourgeois Barton & Guestier (Best of Show Bordeaux)

 

Sélection Parcellaire “Le Hauts d’Eole” 2018, la Cave de Tain (Best of Show Rhône)

 

Champagne Palmes d’Or Brut 2008, Nicolas Feuillatte (Best of Show Champagne)

 

Amarone della Valpolicella DOCG Classico Riserva 2015, Sergio Zenato (Best of Show Amarone della Valpolicella Classico)

 

Palmenti Primitivo di Manduria DOP 2016, San Marzano Vini (Best of Show Primitivo di Manduria)

 

Marqués de Riscal Baron de Chirel 2014 Rioja DOC Reserva (Best of Show Rioja Reserva)

 

 

« Cette année également, notre jury d’experts a été impressionné par la qualités de vins. Nous sommes très heureux de pouvoir aider à fournir une plate-forme digne pour les meilleurs vins avec ces prix dans ses temps actuellement difficiles »,

«Depuis le début de la pandémie Corona, nous étions sûrs que nous serions en mesure d’offrir aux vins du monde entier un environnement professionnel pour la dégustation en août également.

Ensemble, nous avons développé et mis en œuvre un concept de sécurité approprié.

Mes plus grands remerciements vont aux experts du vin pour leur coopération.

Il aurait été très dommage que nous n’ayons pas pu faire nos recommandations pour les meilleurs vins lors de la dégustation estivale 2020.

Les vignerons et les consommateurs se sont appuyés sur les résultats de la dégustation de Mundusvini depuis 20 ans maintenant. Nous ne voulions pas décevoir cette confiance « .

Ce qui a déclaré Christian Wolf, le directeur de la dégustation tirant une conclusion positive.

 

Mundusvini en bref :

 

Créé il y a 19 ans, Mundusvini compte depuis le début parmi les concours de vin les plus importants au monde.

Les plus de 12 000 vins qui sont aujourd’hui en compétition chaque année témoignent de l’importance que ce concours a gagnée au fil du temps en Allemagne, mais aussi dans le monde entier.

Ceux-ci sont évalués sur la base du barème international sur 100 points de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV).

Seuls 40 % des meilleurs vins qui y sont présentes voient leurs qualités récompensées par une médaille.

Cela souligne la grande valeur des médailles Mundusvini ainsi que le sérieux et la singularité de l’évènement.

Le concours a lieu en deux sessions, au printemps et à la fin de l’été.

Initiateur de Mundusvini est Meininger Verlag, une maison d’édition spécialisée dans les revues sur le vin.

 

Les résultats complets à consulter :

 

https://www.meininger.de/en/mundus-vini/tasting-results/mundus-vini-summer-tasting-2020

 

 

 

 

Commentaires fermés sur 27e International Wine Award Mundusvini dévoile son palmarès #résultats


Top chrono – Foires aux Vins automne 2020 #dates #coups de coeur

 

 

Les Foires aux Vins d’automne 2020 arrivent à grands pats, tous les enseignes s’activent pour la meilleure organisation de chacune d’elle, on sait d’ores et déjà que cette édition ne va pas ressembler à aucune précédente, Covide oblige.

Déjà l’édition de printemps était fortement bouleversée par la crise sanitaire, les professionnels ne cachent pas leurs inquiétudes pour l’édition d’automne.

 

Cette année, comme déjà l’année dernière, la tendance est au Bio, Biodynamie, tout simplement à la viticulture propre et responsable, rien de nouveau,

 

Aujourd’hui, chaque enseigne met en avant de vins issus d’agriculture biologique tout au long de l’année, on ne parle plus d’une mode passagère, mais tous simplement d’une prise de conscience si bien de la part de producteurs, que par des enseignes qui proposent toutes les gammes de ces vins et de façon permanente.

 

Chaque année, on constate la part de Bio plus en plus impotente dans chaque catalogue de la foire aux vins qui ravie de clients plus en plus sensible à cette démarche.

 

Le mois de septembre et d’octobre c’est la fête des vins chez tous les distributeurs sans exception, petits et grands, chez des cavistes, sans oublier les ventes en ligne qui explosent depuis quelques années.

Ces ventes de vins en lignes progressent considérablement, gagnent chaque année une part du marché plus en plus impotente, non seulement pendant les foires aux vins, mais tout au long de l’année.

Les enseignes ont bien compris ce phénomène, aujourd’hui elles proposent à coté de ses foires aux vins dits « classique » en magasin, une sélection de vins pour les ventes en ligne. Ce type de ventes explose à la vitesse grand « V ».

 

 

Chaque année c’est le même rituel, presque banal, les clients dévorent les pages « spécial vin » dans tous les magazines, sans exception, les propositions de chaque site internet de vente en ligne ou tout simplement les catalogues « Foire aux Vin » de chaque enseigne distribués directement dans les boites aux lettres.

 

Certes, les clients examinent tout à la loupe, comparent les prix enseigne par enseigne, le choix se fait très souvent en amont, réfléchi selon les critères de chacun.

 

Aujourd’hui, les clients sont plus en plus avertis et connaisseurs grâce à l’information qui circule librement dans tous les média quel que soit, surtout ceux en ligne.  

 

 

Avant de présenter le calandrer de foires aux vins d’automne 2020 avec quelques coups de cœur, un petit rappel historique s’impose :

 

Tout a commencé il y a tout juste 47 ans, la toute première foire aux vins fût lancée en 1973 par l’enseigne E.Leclerc en Bretagne, ensuite tous les enseignes ont suivi, et depuis, son engouement ne cesse d’augmenter d’année en année.

Même si sa forme initiale a bien changé et surtout évoluée, les clients sont toujours là au RDV, toujours prêt à partir à la chasse de bonnes affaires, de bonnes idées, de bons conseils pour remplir sa cave ou tout simplement pour trouver quelques flacons pour de soirée entre les copains.

 

Top chrono pour la fête de vins et de vendanges qui démarre un peu partout.

 

 

 

 

Voici le calendrier des Foires aux Vins d’Automne 2020 avec la sélection de quelques coups de cœur :

 

Auchan

Du 22 septembre au 6 octobre

 

Comme chaque année l’équipe de 4 acheteurs de l’enseigne : Isabelle, Mark, Didier et Frédéric ont fait une sélection rigoureuse et éclectique afin de satisfaire les goûts de ses clients dans chaque zone géographique.

500 références sont proposées dans l’ensemble des hypermarchés, 160 dans les supermarchés et 80 dans les drives, tout adapté à chaque zone géographique divisés en plusieurs catalogues.

Aussi 250 références sont proposées en ligne sur le site de l’enseigne à partir du 10 septembre.

 

Castillon Côtes de Bordeaux (rouge) Château Fongaban 2018 Bio

PVC 6,95

Rapport qualité/prix imbattable.

Le domaine appartient à la famille Taix depuis 3 générations, qui dès le début, travaille la vigne dans le respect du terroir et de l’environnement, obtient officiellement la certification bio en 2013.

 

 

Carrefour Hyper

Du 8 au 21 septembre

 

Carrefour Market

Du 25 septembre au 1 octobre

 

Carrefour City/Contact

Du 18 au 27 septembre

 

L’enseigne propose sur son site pendent toute la période de la foire aux vins la vente en ligne.

 

Carrefour avec ses 231 hypermarché, 1000 Carrefour Market et 2042 Carrefour City/ Contact propose au total plus que 1600 références avec une grosse proportion de vins Bio et en biodynamie dans l’ensemble des ses enseignes, toutes minutieusement choisit parmi 6000 vins dégustés par les experts de la marque, tout déclinés en plusieurs catalogues selon les zones géographiques et le type de magasins.

 

Terrasses-du-Larzac Château La Sauvageonne « Cuvée Les Oliviers » 2018 Biodynamie

PVC : 8,95

Domaine certifié en biodynamie, produit des cuvées exprimant le terroir de chaque parcelle de vigne.

Assemblage de Grenache et de Syrah au nez capiteux de fruits noirs et rouges très mûrs, de garrigues et de sous-bois avec sa bouche dense et fruité, structure tannique racée, tout parfaitement équilibré avec une fraicheur agréable.

 

 

E.Leclerc

Du 29 septembre au 10 octobre

Dès 1er septembre sur le site de l’enseigne 250 références en offre exclusive sont accessibles en ligne.

 

Pour sa 47e édition de la foire aux vins les magasins E.Leclerc emmènent ses clients pour une escapade sur les routes de France et d’ailleurs.

L’enseigne E.Leclerc avec l’ensemble de ses magasins s’engage toujours plus en faveur d’une viticulture responsable, de nombreux crus certifiés d’un label biologique ou biodynamique rejoignent les sélections, représentent cette année 15 % de l’offre totale, soit au total 34 cuvées.

E.Leclerc propose une sélection nationale composée de 230 références pour sa Foire aux Vins 2020 rigoureusement choisie par les experts de l’enseigne dont 52 « Incroyables » choisi par Andreas Larsson (meilleur sommelier du monde 2007) qui collabore avec l’enseigne depuis 2013.

 

Mas Amiel «Pur Schiste» 2019, Côtes du Roussillon

PVC 9,65

Assemblage de grenache, Carignan et syrah, aux arômes fruits rouges, sans élevage sous bois pour préserver le fruit, belle tension et fraicheur grâce au terroir schisteux, vin gourmand pour toutes les occasions, s’associe facilement à la cuisine du sud.

 

 

Casino Géant

Du 1er au 13 septembre

 

Casino supermarchés

Du 28 août au 13 septembre

 

Casino enseignes de proximité

Du 8 au 20 septembre

 

Avec une très forte croissance de Bio, les enseignes Casino proposent dans l’ensemble de ses magasins 27% de vins issus de l’agriculture biologique, biodynamique, HVE ou encore vegans et nature.

Au total l’enseigne propose 989 vins de 5 pays dont la France avec 76 Grands Crus, 39 seconds vins et tout dans 14 millésimes allant de 1999 au 2019.

L’Italie avec une grande diversité de ses terroirs, une richesse incroyable de ses cépages autochtones fait l’honneur de cette foire aux vins 2020.

Dans cette sélection faite avec beaucoup de soins et de l’audace à découvrir sans tarder deux vins venus tout droit de la Toscane vinifié par Bibi Graetz, véritable « Pape » de vins toscanes, connu de tous les grands amateurs. Ses vins ne passent jamais inaperçus, la gamme de différentes cuvées allant de 10 à plusieurs centaines euros, les amateurs raffolent.

 

Casamatta Rosso 2018, IGT Toscana, Bibi Graetz

PVC 10,50

 

Issu de 100% Sangiovese de la vigne plus jeune des alentour de Sienne et du nord de Florence.

Vin vinifié uniquement dans les cuves inox pour préserver l’expression fruitée de Sangiovese, c’est une vraie gourmandise aux notes de cerise noire et de mûre.

 

Casamatta Bianco 2018, IGT Toscana, Bibi Graetz

PVC 10,50

 

Issu de 60% Vermentino, de 30% Trebbiano, de 10% Moscato Bianco provenant de vignobles de Capalbio au sud de Toscane à Maremma sur la côte toscane.

Vin vinifié dans les cuves inox pour préserver la fraicheur et les fruits, ses notes d’agrumes, de fruits blancs avec une belle note florale, son coté acidulé et salin apporté par une forte l’influence marine lui donne un équilibre et une parfaite harmonie.

 

 

 

Monoprix

Du 18 septembre au 4 octobre

 

Les mots d’ordre de cette sélection sont : l’équilibre, le rapport qualité/prix, le plaisir de la dégustation.

Pour sa foire aux vins 2020, l’enseigne fait découvrir à ses clients la sélection de 263 cuvées venues de France et d’ailleurs.

 

Dans la continuité de l’engagement de Monoprix envers le respect de l’environnement, le bio et les labels environnementaux représentent 15 % de la gamme de l’enseigne tout au long de l’année.

La Foire aux Vins 2020 compte près de 25 % de cuvées labellisées, dont 75 % des vins bios. Des vins respectueux de l’environnement, qui suscitent un intérêt croissant des consommateurs, auxquels viennent s’ajouter plusieurs cuvées sans sulfites ajoutés.

Cette démarche appréciée par la clientèle de l’enseigne va de pair avec une sélection rigoureuse, toujours attentive à la qualité et au rapport prix/plaisir.

 

Ca’Narura, Montepulciano Rosa Rubra – Abruzzes 2019, Italie – Bio

PVC 8,99

La région des Abruzzes est la terre de prédilection du Montepulciano, qui y donne des vins aux notes de fruits noirs, à la robe rubis intense.

Cette cuvée expressive et fruitée, avec une bonne complexité et structure, ses tanins sont élégants, sa finale est fraiche et gourmande.

 

 

Lidl

A partir du 2 septembre

 

Dans l’ensemble de ses 1500 magasins à travers tout l’hexagone, Lidl propose un assortiment de 160 références de vins et de champagnes rigoureusement choisis par les experts de l’enseigne.

40 références issues de vignobles français sont aussi proposés en ligne sur le site de l’enseigne.

La sélection 2020 constitue une offre axée sur la diversité, la modernité et la découverte avec une place encore plus importante aux vins certifiés en Bio, Biodynamie, HVE ou natures qui représentent 30% de la sélection soit 50 cuvées.

 

Mouvement Perpétuel, Crozes Hermitage 2019, Cave de Tain (sans sulfites ajoutés)

PVC 9,99

 

Vin issu de 100% Syrah avec sa robe rubis profond aux reflets violines, la bouche savoureuse aux notes de fruits noirs mûrs, cassis, cerise noire, note florale, sa structure tannique est fine, élégante, vin frais et gourmand.

 

 

 

Intermarché

Du 8 au 27 septembre

 

Pour cette nouvelle édition 2020, les experts de l’enseigne ont dégusté 3500 vins pour proposer à ses clients une sélection très pointue de 536 cuvées différentes dons 45 vins Bio et 51 certifiée en HVE 3  pour l’ensemble de ses 1800 points de vente à travers la France.

 

Plaisir, Partage, Sérénité : les maîtres-mots de l’édition 2020

Dans ce cadre bien précis, les experts Intermarché propose une découverte de 18 « petites perles », les meilleurs rapports qualité/prix allant de 5 à 10 euros.

 

A by Château Rivière Cuvée Les Carmes 2018, Languedoc-Minervois

PVC 7,99

 

Ce vins né dans les vignobles très anciens au pied de la Montaigne Noire où l’ensoleillement est exceptionnel.

Il est structuré, racé avec beaucoup de caractère, exprime les notes de fruits noirs très mûrs avec une belle fraicheur, va se marier parfaitement avec les viandes grillées et le gibier.

 

 

Netto

Du 1 au 13 septembre

 

L’enseigne propose un choix de 163 références dans 300 points de vente à travers la France, accessibles à tous et pour tous les goûts à partir de 2 euros.

Chaque année c’est la chasse aux bonnes affaires et bons plans.

Afin de répondre aux demandes de ses clients soucieux aux questions environnementales et de transabilité de produits l’enseigne élargie son offre avec une sélection plus en plus impotente de vins BIO et certifié à HVE.

 

Côtes du Roussillon Rouge 2019, Domaine Baillie Giral

PVC 3,99

 

Cette cuvée gorgée du soleil, dominé par le cépage grenache exprime les notes de fruits noirs très mûrs, épices, sa couleur est profonde, il est riche, idéal pour accompagner le gibier à plumes.

 

 

Aussi :

 

Cora

Du 15 septembre au 3 octobre

 

 

Franprix

Du 23 septembre au 11 octobre

 

 

Cdiscount

Du 3 au 27 septembre

 

 

Biocoop

Du 8 septembre au 17 octobre

 

 

Veepee (Vente-privée)

A partir du 2 septembre

 

 

Idealwine

Du 19 septembre au 6 octobre

 

 

Wine & Co

Du 26 août au 6 octobre

 

 

Chateaunet

Du 5 au 26 septembre

 

 

Millésimes

Du 15 septembre au 6 octobre

 

 

Le Petit Ballon

Du 2 au 23 septembre

 

Twil

Du 8septembre au 15 octobre

 

 

Et aussi les cavistes :

 

 

Lavinia (France)

Du 8 au 29 septembre

 

 

Nicolas

Du 9 septembre au 13 octobre

 

 

Repaire du Bacchus

Du 14 septembre au 11 octobre

 

 

La Cave du Château (Paris)

Du 15 septembre au 3 octobre

 

 

Galeries Lafayette

Du 5 au 26 septembre

 

 

Badie (Bordeaux)

Du 5 au 26 septembre

 

 

L’Intendant (Bordeaux)

Du 5 au 26 septembre

 

 

Vinothèque de Bordeaux

Du 27 août au 24 septembre

 

 

 

 

 

Commentaires fermés sur Top chrono – Foires aux Vins automne 2020 #dates #coups de coeur



%d blogueurs aiment cette page :